Que représente pour vous Mai 68 ? racontez

Rien n'est hors-sujet ici, sauf si ça parle de politique

Message par quijote » 15 Fév 2008, 00:37

ça s"'adresse à ceux qui l' ont vécu mais aussi ...aux autres .

Moi , ce fut un des plus chouettes moments de mon existence ...
quijote
 
Message(s) : 0
Inscription : 25 Mars 2003, 17:11

Message par yannalan » 15 Fév 2008, 10:34

Bon, moi j'étais lycéen, en Afrique de l'Ouest, au CNTE (par correspondance)
Mai 68, ça a d'abord été grève des profs et grève des postes, donc pas de devoirs à renvoyer...
C'était aussi la trouille des adultes autour, accrochés aux dépêches de l'AFPqui étaient la seule info qui arrivait et on essayait de capter les radios françaises qui passaient les émeutes en direct ave cune réception dégueulasse. Les commerçants français essayaient de créer un coimité de soutioen au général De Gaulle, et fulminaient à l'heure de l'apéro contre les salopards qui foutaient le bordel...
Rentrés en France pour les vacances, on a quand même mieux compris le film...
yannalan
 
Message(s) : 72
Inscription : 15 Déc 2005, 17:37

Message par Valiere » 15 Fév 2008, 15:13

j'étais à l'Ecole normale de Melun et ai participé à Melun et à Paris à toutes les manifs.
Je viens de rencontrer le responsable des RG chargé à cette époque du suivi des manifestations, il m'a affirmé qu'aux archives de Melun j'avais un dossier volumineux.
A l'EN il y avait 30 militants de l'AJS et j'étais le seul de la JCR, ce fut dur mais tout compte fait, les quelques libertaires et moi même avons réussi à établir un rapport de force .
Valiere
 
Message(s) : 0
Inscription : 07 Mars 2004, 22:35

Message par Matrok » 15 Fév 2008, 22:02

(Valiere @ vendredi 15 février 2008 à 14:13 a écrit :j'étais à l'Ecole normale de Melun et ai participé à Melun et à Paris à toutes les manifs.

Et tu n'as que ça à raconter ?
a écrit :Je viens de rencontrer le responsable des RG chargé à cette époque du suivi des manifestations, il m'a affirmé qu'aux archives de Melun j'avais un dossier volumineux.
A l'EN il y avait 30 militants de l'AJS et j'étais le seul de la JCR, ce fut dur mais tout compte fait, les quelques libertaires et moi même avons réussi à établir un rapport de force.

Oh allez Valière, fais en plus, tu le peux si tu laisses un peu tes fiches de lectures. Il faut raconter 68, sinon les jeunes cons nés 10 à 20 ans trop tard (dont je fais partie) vont encore dire comme je l'ai entendu il y a peu : "on est une génération sacrifiée, on paye pour les bêtises que nos vieux ont faites il y a 40 ans". Ah ça non ! Merde au fatalisme, à la résignation. Faites souffler l'esprit de Mai sur le FALO !

C'est étrange quand même que souvent ceux qui ont vécu cette période n'aient pas envie d'en parler, même ceux qui ne regrettent rien, qui n'ont aucun reniement à se reprocher (il y en a sûrement ici). À peu près tout ce que je sais de mai 68, je le sais par des lectures, des documentaires, etc... et très peu par des témoignages directs. Du peu que mon père a dit sur cette période, j'ai retenu surtout cette phrase énigmatique, que je restitue à peu près : "il y a eu un moment où tout était possible, cela tenait à peu de choses".
Matrok
 
Message(s) : 172
Inscription : 12 Mars 2003, 21:43

Message par ianovka » 15 Fév 2008, 22:24

(Matrok @ vendredi 15 février 2008 à 22:02 a écrit : Oh allez Vérié, fais en plus, tu le peux ...
C'est Valière, pas Vérié.
Avatar de l’utilisateur
ianovka
 
Message(s) : 57
Inscription : 30 Août 2002, 11:30

Message par Matrok » 15 Fév 2008, 22:56

corrigé ! :-P
Matrok
 
Message(s) : 172
Inscription : 12 Mars 2003, 21:43

Message par canardos » 15 Fév 2008, 23:35

faites chier...

40 ans deja....j'étais jeune intelligent beau et modeste....je suis resté modeste...


40 apres dans ma tete il ne reste plus qu'une succession d'impressions, d'images, et je n'arrive plus à me reconstituer un chronologie correcte de ces images .

mais si il fallait citer un souvenir, un seul de l'ambiance, je dirais celui la.

la greve générale venait de commencer et il devait y avoir le lendemain enfin une grande manif populaire, elle a été effectivement enorme, des centaines de milliers de personnes...

mais bon la veille nous sommes aller vendre la Voix Ouvriere à la République à Paris. Et les gens ont commencé à parlé avec nous et entre eux. bientot autour de chaque vendeur il y avait 50, 100 personnes....et d'autres arrivaient discutaient, demandaient ce qui se passait, il y avait un espoir un souffle....deux heures apres quand nous sommes partis des centaines de personnes discutaient....et trois heures apres, quand nous sommes repassés par là, l'attroupement était encore la, pas les memes gens surement, d'autres, qui parlaient de la greve, de la manif de tout, absolument tout...

c'est la que j'ai compris qu'il se passait quelque chose, un vrai début de prise de conscience et de mobilisation populaire, c'est ça qui m'a le plus impressionné et que je n'ai jamais retrouvé apres.
canardos
 
Message(s) : 18
Inscription : 23 Déc 2005, 16:16

Message par quijote » 16 Fév 2008, 04:28

eh bien , moi je m 'en souviens comme si c 'était hier ..
J 'était étudiant du Capes
et mai 68 qui fut en soi une histoire d' amour se confond avec une autre histoire d' amour ..réelle celle là


Je dois dire que le jour ça a commencé , je m 'en souviens fort bien , je me trouvais à assurer une permanence régulère dans un bistrot près du métro Robespierre ., à Montreuil

J 'en profitais pour bouquiner et siroter mon chocolat habituel avec une friandise achetée ,dans la boulngerie du coin
Comme d 'habitude , ce n 'est que de manière exceptionnelle que je recevais des " visites"

la patronne avait l 'habitude de brancher le poste ..

j ' hiibernais donc lorsque soudain mon attention fut attirée par un reportage à la radio : ce devait être Luxembourg ou Europe 1
Le reporter fait état de manifestations violentes sur le boul' mich

Mais je tend l 'oreille lorsqu'il signale que les étudiants se replient d' abord puis contrataquent après avoir reflué
je suis stupéfait .. et j 'en viens à me demander s 'il ne s' agit pas de fachos .
.
le soir je retrouve des copains .
.
j 'apprend ce qui s 'est déroulé .. :( ce jour là on s'était organisé nà la Sorbonne en prévision d'une descente de fachos ) à l 'appel du recteur Roche .la police . fait inoüi fait irruption dans la cour et embarque les étudiants dans des paniers à salade .
Des copains n ' ont pas pris conscience immédiatement de la portée de l'évènement .mais ,trés vite s y 'investissent à fond . , Alors , les jours qui ont suivi , ce furent manifs et occupation de la Sorbonne ..
Et les grèves dans les bôites qui se répandent comme une trainée de poudre

Et la Sorbonne qui devient quelques jours après le point central avec le drapeau rouge et noir à l 'entrée

Vous voyez ça mainetnant ..

Dès vendredi le 2 ou 4 mai ) les manifs prennent de l 'ampleur ..
Avec le renfort des lycéens

Une image m 'est restée : un régiment de gardes mobiles qui s 'avancent bd saint germain ..
Ils sont aissi jeunes que nous ..
ils avancent mais comme ils sont pâles .. Ils ont peur .. il faut dire que les pavés et les pierres ont une tendance fâcheuse à voler bas

Bientôt ce sont des milliers de jeunes qui se retrouvent sur le boul mich .. jusqu à la fameuse" nuit des barricades ..

les grilles des arbres qu 'on arrache , les amoncellements de chaises et de tables ..
Les jours suivants on se voit tous les ,jours : nous aussi on occupe la Sorbonne ..

De là partent toutes les initiatives ,
..
"Voix ouvrière " paraissait trois fois par semaine

Il suffiisait de s'installer , même la nuit , même dans un coin semi désert pour que les gens veinnent , vous achètent les journaux , vous les arrachent presque
ou vous aident à diffuser les tracts ..

Et puis on se tutoie facilement .. même entre inconnus ...

Des groupes de discussion se forment partout , près des bouches de métro ou ailleurs .. et l 'on débat , l'on discute interminablement ..

On retrouve le groupe le soir : pas forcément les mêmes mais le groupe est toujours là .. à 10 heures dn soir ..

(ce sentiment d 'être tous ensemble , l 'ambiance, chaleureuse , conviviale de tous pas seulement des militants engagés directement .

.. Et puis il faiit beau , même chaud


Iol y a , les ballades près des boîtes ; le cordon syndical veillant jalousement à ce que nous ne puissions entrer en contact avec les quelques travailleurs qui se retrouvent avec les responsables CGT .. tous les autres restant chez eux

Et ça c ' est le plus pénible .. se heurter aux stals , .. personnellement ce fut physiquement près d' une boîte d' assurance que j 'ai eu affaire à eux
Coté Stal ..nous serons bientôt les " gauchistes marcellin"
,
Ca a duré un bon mois et demi .. mais quelles 6 semaines !

Je pourrais en raconter encore ..
quijote
 
Message(s) : 0
Inscription : 25 Mars 2003, 17:11

Suivant

Retour vers Tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron