Êtes-vous sur Twitter ?

Rien n'est hors-sujet ici, sauf si ça parle de politique

Êtes-vous sur Twitter ?

Oui
4
15%
Non
16
62%
C'est quoi ?
6
23%
 
Nombre total de votes : 26

Êtes-vous sur Twitter ?

Message par Matrok » 21 Nov 2013, 17:58

Depuis que le FALO a fermé, il s'est passé quelques mois : certains d'entre nous ont peut-être fait comme moi et reporté leur temps libre sur l'occupation d'autres espaces de la toile...

Donc voila, y-a-t-il d'autres adeptes du microblogging en 140 caractères ? Si vous répondez oui, vous pouvez aussi donner votre pseudonyme (ou pas, comme vous voulez).
Pour moi, je suis sur Twitter sous le pseudo @matroch ...
Matrok
 
Message(s) : 167
Inscription : 12 Mars 2003, 21:43

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par Zorglub » 21 Nov 2013, 22:03

Je hais déjà les réseaux "sociaux" commerciaux et le flicage/profilage commercial qui va avec. Il est présent ailleurs, mais là ce sont les utilisateurs qui donnent les infos directement.
Mais Twitter, je n'en comprends guère l'intérêt, et la limitation à 140 caractères... me dépasse. J'ai l'impression que c'est aussi vide que court. Peut-être pourras-tu nous dire quel intérêt tu y as trouvé ?
La flemme font que j'utilise encore les "services" Google (GMail et Agenda), le moteur de recherche étant depuis longtemps remplacé par DuckDuckGo. Il y a aussi StartPage/IxQuick ou encore plus : Yacy, en P2P.

Et je rappelle cette page fort utile : Prism break pour un minimum de salubrité publique internet, listant les alternatives open source aux solutions propriétaires.

Comme alternatives aux réseaux sociaux : Diaspora et Pump.io, tous deux approuvés par la Free software foundation (FSF).
Zorglub
 
Message(s) : 219
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par Matrok » 21 Nov 2013, 22:48

En 140 caractères on peut dire pas mal de choses, en fait. Mais c'est clair qu'on ne peut pas développer une argumentation : on est forcé à la concision, voire à l'ellipse. C'est parfois percutant, parfois frustrant. Reste la possibilité de donner des liens ou de mettre plusieurs tweets de suite sur le même sujet (je n'aime pas trop cette dernière solution qui donne un résultat souvent illisible). Bref, ça ne remplace pas le FALO ! Par contre pour conseiller un article, un bouquin ou un film, exprimer une opinion ou un sentiment, donner une info, 140 caractères ça suffit largement. Et plus qu'un tweet tout seul, c'est généralement la lecture de plusieurs tweets sur le même sujet ou de la même personne qui forment un tout intéressant. Enfin, l'intérêt essentiel est de pouvoir suivre ce que disent ou font des gens qui nous intéressent ou qu'on aime bien, artistes, scientifiques, blogueurs, journalistes, militants, copains, etc. En choisissant bien qui on suit on trouve des liens ou des conseils intéressants, parfois. Et ces suivis croisés finissent par créer des réseaux de discussion intéressants.
Matrok
 
Message(s) : 167
Inscription : 12 Mars 2003, 21:43

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par piemme » 23 Nov 2013, 07:07

Comme tous les outils, Twitter n'est utile qu'à condition de savoir l'utiliser pour le rendre utile. Rejeter Twitter absolument n'a aucun sens. A moins de trouver normal de réduire un outil à quelques aspects révoltants inévitables dans une société aussi débile que la société capitaliste.

Twitter sert à publier des messages de 140 caractères. Des messages susceptibles d’être lus par tous : non seulement lorsqu’ils sont publiés à la cantonade, bien sûr, mais également lorsqu’ils sont destinés à une personne ou plusieurs personnes en particulier – l’échange personnalisé, ici, est public, la communication personnelle donc en quelques sortes "socialisée" (on s’adresse peut-être à quelqu'un en particulier, mais, de fait, on parle assez fort pour que les voisins ou tous ceux qui se trouvent derrière la porte puissent entendre). C'est là sa principale différence avec Facebook : des tweets accessibles aux abonnés de votre compte (ils apparaissent dans ce qu’on nomme la "timeline", "TL"), mais également accessibles – lisibles – sur la page résultat d’un moteur de recherche (Google par exemple, pour ne pas le nommer) ou par les internautes qui naviguent plus ou moins par hasard ou effectuent une recherche bien précise directement sur votre page "profil".

A sa naissance, les concepteurs de la plateforme avaient choisis de présenter Twitter comme un outil de communication interpersonnelle permettant aux usagers d’échanger sur leur activité du moment en direct – "en temps réel", comme on dit. Une conception dont témoignait alors le slogan initial : "what are you doing ?". Twitter, a priori, n'avait donc aucun intérêt pour des militants révolutionnaires...

Mais c’était sans compter sur les usagers eux-mêmes qui ont été au-delà de cette injonction superficielle et qui se sont emparés de Twitter pour en faire, peu à peu, un média à part entière – un lieu pour 1) s’informer et 2) diffuser de l’information.

Cette transformation de Twitter en "réseau social" s’explique pour plusieurs raisons. La première tient dans la forme elle-même, dont je viens de parler : Twitter offre la possibilité à chacun d’extérioriser qch, non plus seulement en projetant celui-ci en direction de son seul réseau familial, amical ou professionnel, mais, à l’instar des médias traditionnels, en direction d’un public. Une perspective, par définition, qui mènera les utilisateurs à relativiser la seule dimension relationnelle (qui caractérise un réseau comme Facebook) pour se concentrer plus spécifiquement sur les contenus. Non seulement je dois faire attention à ce que je dis (car on m'écoute) ; mais, à l’instar des autres médias, je m’adresse à un large public dont je dois susciter l’intérêt et capter l’attention…

Autre raison de cette transformation : le moment particulier où elle intervient. Le temps est fini où, pour s’informer le rôle des intermédiaires classiques étaient prégnant. Dorénavant, avec l’internet, l’information est encore dispo sur les sources traditionnels, mais elle le devient aussi, voire surtout, en ces lieux parallèles que sont les blogs, portails d’info, par le biais des agrégateurs de flux RSS, puis ce qu’on va nommer les réseaux sociaux. On ne s’informe plus seulement via un ou quelques médias traditionnels ; dorénavant, l’internaute, aussi bien préoccupé par l’actualité du monde que focalisé sur ses thématiques de prédilection, pourra composer avec une centaine, voire plusieurs centaines de sources d’information.

Ce qui pose de plus en plus le problème du le tri : comment réguler ce flux d’information ? Précisément, Twitter facilite le travail. Un travail qui, jusqu’ici, était la prérogative des professionnels de l’information, et en particulier les médias traditionnels – et qui le demeure encore dans une certaine mesure : face au flux, voire au sur-flux, ces médias demeurent encore un repère nécessaire. Mais Twitter commence à changer la donne : sur cet espace émergent, et toujours plus vaste, de l’information sur le web, les médias traditionnels sont de plus en plus impuissants à eux seuls à effectuer la veille, la sélection et la hiérarchisation nécessaires. Même les outils de recherche, aussi performants soient-ils, paraissent impuissants à effectuer ce travail de manière toujours pertinente…

C’est à ce moment, à la fin des années 2000, que les réseaux sociaux, à l’instar de Facebook mais surtout de Twitter, vont s’imposer comme un biais possible. Une solution qui ne déroge pas au fameux principe selon lequel on n’est jamais mieux servi que par soi-même : les réseaux sociaux sont animés par des milliers d’internautes qui, chacun, mènent leur veille, sélectionnent et diffusent des liens dans tous les domaines imaginables ; en s’abonnant – la confiance établie – à ceux et celles que l’on juge les plus pertinents, on peut en quelque sorte séparer le bon grain de l’ivraie : face au bruit, révéler le plus pertinent. Ce ne sont plus les journalistes, mais la collectivité de ces nouveaux propulseurs de liens que sont les usagers de Twitter qui disent ce qui compte, ce qui mérite le détour sur la toile. L’observation, la collecte et la distillation des nouvelles par tous devient, ainsi, la condition, pour chaque utilisateur, de sa propre découverte. La participation active de tous devient la base de la veille de chacun.

On comprend dès lors que l’équipe de Twitter ait finalement décidé d’abandonner son premier slogan pour celui-ci, plus adapté : "Découvre ce qui se passe maintenant, partout dans le monde". Il ne s’agit pas seulement – ou plus seulement – d’exposer publiquement sa petite personne, mais bien surtout d’exposer son regard sur le monde, ses réactions sur l'actu, les infos pertinentes. Et chacun d’en bénéficier pour s’informer à son tour.

Donc j'interviens sur Twitter depuis octobre 2008 sous le pseudo @recriweb et de @pressecom (diffusion automatique de nos liens, y compris internationaux, depuis 2009).

J'y suis connu en tant que militants LO. Qui diffuse tous les liens de notre presse (brèves, LO, LDC, CLT, etc.). Qui réagit à bien d'autres choses et fait part de toutes ses heureuses découvertes dans les domaines suivants : traitement médiatique de l'information, astronomie, nouvelles technologie, littérature (polars en particulier), musique (via Spotify), etc. Le tout sous le mode humoristique quand c'est possible, ne serait-ce que pour pour montrer que les militants LO, en dépit du couteau entre les dents, savent s'amuser et peuvent être des gars vraiment trop cools.

On me le rend bien car @recriweb a aujourd'hui 7000 abonnés et @pressecom 850.

Au départ, l'outil était juste le moyen pour moi (qui passe l'essentiel de mon temps à l'étranger) de continuer à défendre mes idées et à réagir à l'actualité (et à son traitement médiatique) sans devoir me contenter de mon seul miroir comme "interlocuteur"... Il s'avéra qu'à la longue l'outil est rapidement devenu pour moi une plateforme indispensable. D'abord en raison des sollicitations dont je fais l'objet : des jeunes et moins jeunes qui m'interrogent sur les ouvrages marxistes à lire et qui veulent discuter publiquement des idées (depuis, un jeune militant FG a pris contact avec nous et milite désormais chez nous) ; des militants NPA, PCF, POI ou PG qui m'interpellent ; et tous les autres qui, sans être militants, acceptent néanmoins de me suivre, de me questionner, de s'intéresser à notre manière de comprendre le monde.

Quelques principes à respecter : aucun insulte, ni irrespect, mais bloquer tous ceux qui nous insultent. Prendre le temps de répondre à toutes les questions ou polémiques nous concernant, y compris en détail (il existe des outils pour faire des longues réponses : TwitLonger et bigbigtweet). Prendre le temps de présenter nos idées, clairement et patiemment (en mettant un "." devant le nom de notre interlocuteur en début de tweet afin que tous nos abonnés profitent de l'échange). Faire des listes pour rassembler les meilleurs abonnements. Utiliser un outil comme TweetDeck…

Au fil du temps, connu pour être révolté, curieux, partageurs et... fiable, on gagne un public qui t'apprécie sincèrement, est impatient de connaître ton point de vue et s'intéresse de plus en plus à tes idées. Par les temps qui courent, ce n'est pas luxe.

Et ce n'est donc pas une perte de temps.

Je ne dis pas que tous les copains doivent s'y mettre. C'est une activité d'écriture qui demande parfois un peu de temps (et de discipline !) et avec laquelle il importe de se sentir à l'aise. Mais je suis sûr que nous gagnerions à ce que nombre d'entre nous soient plus présent sur Twitter et y partagent leurs sentiments sur la période, leurs espoirs et découvertes (dans la presse, dans les romans ou livres théoriques qu'ils lisent, sur la toile et... dans leur boîte) et permettent à beaucoup de dépasser leurs préjugés en faisant mieux connaissance avec nous et notre activité militante. (Notez que Twitter peut simplement être utilisé pour s'informer. A condition de suivre les meilleurs comptes, évidemment).

Ce n'est évidemment pas ainsi militer, au sens traditionnel du terme, mais c'est aussi une manière de défendre, de faire connaître nos idées, nos manières de penser et de les défendre. L'outil est nouveau et peut paraître déroutant, mais je crois, au final, qu'il a le mérite d'exister.

A ne pas mépriser donc. Et à ne pas négliger.
piemme
 
Message(s) : 8
Inscription : 30 Sep 2005, 10:47

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par Olac2013 » 23 Nov 2013, 09:30

Je partage l’avis de Piemme.

L'outil qu'est twitter a un potentiel énorme si on le met dans les mains d'un militant communiste révolutionnaire.
Je le vois comme un complément de nos activités classiques dont on n'a pas encore exploré toutes les possibilités.
Olac2013
 
Message(s) : 50
Inscription : 25 Oct 2013, 08:23

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par Zorglub » 23 Nov 2013, 19:05

J'avais du mal à y voir un intérêt individuel, sans même parler pour nos idées. Je m'en faisais peut-être une caricature, celle d'une hyper-individualisation, alimentant l'impression, aussi superficielle que les propos sont courts, que d'aucuns peuvent avoir d'êtres des "centres du monde". L'originalité et la richesse paraissant inversement proportionnelle aux possibilités de diffusion, j'y voyais surtout une augmentation du bruit.
Mais bien sûr tant mieux si des copains ont l'envie et le temps de s'y consacrer.
J'en prends bonne note, entre autres pour les tweets longs, mais la forme forum me semble demeurer bien plus intéressante, plus enrichissante.
Zorglub
 
Message(s) : 219
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par pelon » 23 Nov 2013, 19:12

Deux fois je me suis inscrit ... et je n'ai pas su quoi y faire. J'ai écrit 2 ou 3 pensées du jour que personne n'a lu. Je n'ai pas su qui aller lire. Je suis allé voir France Inter, c'est de la pub pour leurs émissions. Et surtout, je n'avais pas envie d'y passer beaucoup de temps. Pas tellement envie d'aller lire au hasard mais je suis conscient de ne pas être compétent ... et pas prêt à faire l'effort.
pelon
 
Message(s) : 32
Inscription : 30 Août 2002, 10:35

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par piemme » 24 Nov 2013, 10:33

Pour éviter les moments de solitude, il faut évidemment s'abonner à quelques bonnes personnes : les sélectionner en regardant qui suit les valeurs sûres ;-) et en vérifiant les twittos que suivent les valeurs sûres (cf. aussi mes listes "veille #copains" ou "veille #science").
Ensuite, pour s'informer, on peut déjà s'abonner au sites d'infos (cf. la liste "veille #actu" que j'ai constituée sur @recriweb).
Et, les abonnés, en retour, se multiplieront comme des petits pains au fil de nos retweets solidaires et de vos bonnes paroles ;-)
piemme
 
Message(s) : 8
Inscription : 30 Sep 2005, 10:47

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par Gaby » 03 Fév 2015, 17:08

Et, les abonnés, en retour, se multiplieront comme des petits pains au fil de nos retweets solidaires et de vos bonnes paroles ;-)


Je lis ça très en retard, mais ça n'est pas viable. Je doute que ton audience soit aussi large que cela. Par exemple, tu suis près de 6000 comptes toi-même, ce n'est pas réaliste, ce sont juste des échanges de bon procédés, mais personne ne peut suivre tant de sources en réalité. Quand le ratio abonnés/abonnements est proche de 1, cela signifie une audience en réalité limitée.

Twitter a un intérêt comme revue de presse pour un utilisateur lambda, une sorte d'abonnement à des flux rss en plus simple. Mais la règle en général est que pour obtenir une audience sur twitter, il faut obtenir une réputation en dehors de twitter au préalable.
Gaby
 
Message(s) : 401
Inscription : 27 Fév 2004, 10:53

Re: Êtes-vous sur Twitter ?

Message par piemme » 04 Fév 2015, 22:55

Sur la question du ratio : cela dépend du sens dans lequel tu l'envisages. Je ne cherche pas les abonnés particulièrement - ceux-ci arrivent de leur propre initiative (et je ne sais trop comment) - mais je pratique ce que l'on appelle sur ce réseau le followback (pour être correct à leur égard, je m'abonne en général aux nouveaux abonnés). Bref, si le ratio est proche de 1 (à 1700 abonnés près), c'est juste parce que je suis trop bon.
Sur la question de la réputation et de l'audience, elles existent de fait, je crois, passé un certain nombre d'abonnés. Toute proportion gardée, évidémment :) Sur Twitter comme ailleurs.
piemme
 
Message(s) : 8
Inscription : 30 Sep 2005, 10:47

Suivant

Retour vers Tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité