Mélenchon hisse les couleurs...

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Re: Mélenchon hisse les couleurs...

Message par titi » 18 Mars 2017, 19:32

18 mars, Mélenchon fait retentir la Marseillaise dans les rues de Paris. J’ai envie de vomir.
titi
 
Message(s) : 54
Inscription : 21 Juin 2003, 17:09

Re: Mélenchon hisse les couleurs...

Message par Zelda_Zbak » 19 Mars 2017, 10:48

En même temps c'est pratique, c'est à ça qu'on reconnait un ennemi de classe.
Et ça me fait le même effet à la fête de l'Huma, quand ils chantent la Marseillaise à la fin du discours de Laurent. Une colère noire que je ressens.
Pour revenir sur Mélenchon, un autre truc qui est d'un ridicule achevé, c'est son côté tribun du peuple à la 19ème siècle, démagogue éhonté, quand il crie "Les gens" comme s'il était sur Internet. Quel crétin ! Quel mauvais théatreux !
Mais ça marchera je pense... Il fera un score plutôt meilleur que d'habitude.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 250
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Mélenchon hisse les couleurs...

Message par com_71 » 19 Mars 2017, 14:41

Zelda_Zbak a écrit :... Il fera un score plutôt meilleur que d'habitude.


Une seule candidature précédente (2012) et on parle déjà de score "habituel" ! ;)
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1591
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mélenchon hisse les couleurs...

Message par com_71 » 04 Mai 2017, 22:14

LO a écrit :Le Pen cherche des voix chez Mélenchon : le terrain pourri du nationalisme
03 Mai 2017

En vue du deuxième tour, Marine Le Pen cherche très logiquement des voix partout où il s’en trouve, adaptant à chaque fois son discours à l’électorat visé. Ainsi, s’adressant spécifiquement aux électeurs de Mélenchon, Le Pen a souligné leur détestation commune du banquier Macron et fait appel à leur patriotisme.

Et d’ajouter que, dans les meetings de Mélenchon, « les drapeaux rouges ont été remplacés par des drapeaux bleu-blanc-rouge et que de belles Marseillaise ont été entonnées par les partisans de la France insoumise ».

Le premier argument est purement démagogique. Quand il s’est agi de lutter réellement contre la politique de Macron, dans les grèves et les manifestations, le FN condamnait les ouvriers semeurs de troubles. Le Pen déteste peut-être Macron, politicien concurrent, mais est du même camp social que Macron, banquier et homme du patronat. De plus, ne pas vouloir voter Macron ne signifie pas, loin de là, vouloir voter Le Pen.

Le deuxième, en revanche, peut porter. Mélenchon a fait campagne sur le patriotisme, le protectionnisme, l’intérêt national, la France dans le monde, la gloire de l’armée française et même les restes de l’Empire que sont les départements et territoires d’outremer. La France insoumise a le nationalisme en commun non seulement avec Le Pen mais avec tous les partis qui aspirent à servir la bourgeoisie française, à défendre son État, à exalter sa grandeur c’est-à-dire ses profits. Le nationalisme, qu’il soit professé par Mélenchon ou par Le Pen, est la corde pour soumettre les travailleurs aux capitalistes.

Mélenchon tricolore est le digne successeur des partis socialiste et communiste, instruments d’émancipation des travailleurs devenus au fil des décennies porte-parole de la bourgeoisie au sein de la classe ouvrière. Il avait fallu des dizaines d’années, les insurrections du 19e siècle, le travail de deux Internationales, pour séparer ce qui doit l’être, le prolétariat du patronat, le drapeau rouge du drapeau tricolore. Le PS puis le PCF ont détruit cela un siècle durant pour en arriver à fabriquer un Mélenchon qui interdit quasiment le drapeau rouge dans ses meetings. Et pour permettre à une Le Pen de se présenter en défenseur des travailleurs au nom du nationalisme !

S’il reste, et c’est heureux, bien des travailleurs qui ne confondent pas les classes sociales, qui ne marchent pas au sifflet derrière le drapeau tricolore des patrons, qui ne cèdent pas aux sirènes de l’extrême droite, ce n’est pas grâce aux Mélenchon, Laurent, Hamon et autres. C’est malgré eux !

P.G.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1591
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron