Viol(ences) policières à Aulnay

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Re: Viol(ences) policières à Aulnay

Message par com_71 » 15 Fév 2017, 12:49

blog de Nathalie Arthaud a écrit : Théo, les violences policières et le deux poids deux mesures de la justice
10 Février 2017

L’agression violente dont le jeune Théo a été victime à Aulnay-sous-Bois est révoltante. Ce passage à tabac par quatre policiers, ce viol mutilant avec une matraque, ces humiliations racistes sont insupportables.

Et l’ignominie continue, avec le deux poids et deux mesures de la justice : des jeunes accusés d’avoir jeté des pierres en réaction à cette agression sont déjà condamnés à des peines de prison ferme ; les quatre policiers sont, quant à eux, placés sous contrôle judiciaire mais laissés en liberté. Au nom de la présomption d’innocence ? Mais de quelle présomption d’innocence le jeune Théo a-t-il bénéficié ? Il n’y jamais de présomption d’innocence pour les jeunes qui passent un moment avec leurs copains en bas de leurs immeubles. Aux yeux de la police, ils sont tous des délinquants, des dealers, des ennemis !

Et c’est la même chose aux yeux de Fillon qui explique que « la police, la gendarmerie, les forces de sécurité […] n'ont rien à voir là-dedans ». Aux yeux de Marine Le Pen, qui a commencé par prendre le parti des policiers, tandis qu’un responsable du FN traitait Théo de « racaille » ! Et que dire d’un prétendu « syndicaliste », représentant de Unité SGP-FO Police, qui explique que le terme « bamboula », utilisé par les policiers envers Théo, était « à peu près convenable » ?

Théo a survécu et peut donc témoigner. Mais qu’a subi Adama Traoré avant qu’il décède, le 19 juillet dernier à Beaumont-sur-Oise ? Parce que la « bavure » d’Aulnay n’est pas un cas isolé. Chaque année, une dizaine de jeunes meurent à la suite de l’intervention de la police. Quant aux interpellations qui tournent mal parce que certains policiers se comportent comme en territoire ennemi, elles sont légions.

La voilà, notre société : le racisme, la marginalisation, l’humiliation et la répression pour toute une fraction de la jeunesse populaire ; des passe-droits et des situations en or quand on est fils de politicien ou de bourgeois !

On n'en sortira pas en quadrillant les quartiers, en multipliant les contrôles au faciès ou en élargissant les règles d’utilisation des armes des policiers, comme le souhaitent le gouvernement PS, la droite ou l'extrême-droite, après les manifestations policières. La société qu'ils nous préparent, c'est cette Amérique où les policiers ont un véritable permis d'abattre des Noirs ou Hispaniques et où plusieurs centaines de milliers de jeunes croupissent en prison pour des années. Il faut au contraire lutter contre les inégalités et contre ce chômage de masse qui gangrène la société et confisque toute perspective d’avenir à aux jeunes des quartiers populaires.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1591
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Viol(ences) policières à Aulnay

Message par artza » 15 Fév 2017, 20:09

Ce soir rassemblement au métro Barbès à Paris à partir de 18h.. Pas trop de monde, surtout des jeunes.
La police bien sur, mais pas robocop sauf une petite section à l'avant.
La manf est partie vers La Chapelle, peut-être St-Bernard... ;)
artza
 
Message(s) : 919
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Viol(ences) policières à Aulnay

Message par artza » 17 Fév 2017, 07:57

...pour la suite sans surprise voir la presse du lendemain.

La veille je n'ai rencontré que des gens indignés par ces comportements policiers, le lendemain réprobation générale des vitrines défoncées.
Quelques uns (peu) disent que si la police laisse faire c'est pas par hasard. Pour la plupart la police devrait être capable de taper fort et vite... avec discernement!
artza
 
Message(s) : 919
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Viol(ences) policières à Aulnay

Message par com_71 » 05 Mars 2017, 12:01

20 minutes a écrit :Affaire Théo: Un policier d’Aulnay-sous-Bois dénonce le comportement de ses collègues, des policiers qui «aiment casser des gens»

TEMOIGNAGE Dans un long témoignage sur Médiapart, samedi, ce policier explique que certains de ses collègues «s'imaginaient être les maîtres dans la rue»…

Fabrice Pouliquen
Publié le 05.03.2017 à 11:39

« Si le viol est avéré, il faut qu’ils prennent 20 ans ferme. » La citation est de Serge*, policier au commissariat d’Aulnay-sous-Bois. Samedi, dans un long témoignage anonyme au média en ligne Médiapart, il exprime sa rancœur vis-à-vis des quatre policiers mis en examen dans l’ affaire Théo Luhaka, ce jeune Aulnaysien victime d’un viol présumé lors d’une interpellation musclée le 2 février dernier, à proximité d’un point de vente de stupéfiants dans la « cité des 3.000 ».

« J’ai honte de travailler à Aulnay »

Par des connaissances communes, Serge a fait savoir à un journaliste de Médiapart qu’il avait envie de parler et ne va pas par quatre chemins : « J’ai honte de travailler à Aulnay », attaque-t-il d’emblée. Il affirme que « (ses) collègues avaient le droit d’interpeller Théo, ils avaient un motif légitime. Mais pas le reste… », précise-t-il.

Selon Serge, certains de ses collègues sont des habitués des faits qui ont conduit à « l’affaire Théo ». A commencer par les quatre agents mis en examen pour les violences et le viol subis par le jeune homme. « L’équipe qui est mise en cause dans cette histoire, cela fait des années qu’elle fait ça, assure-t-il. J’ai vu et entendu des officiers de police judiciaire passer leur temps à leur dire d’y aller moins fort. C’était vraiment des habitués. Dès qu’ils sortaient du commissariat et qu’il n’y avait plus d’autorité derrière eux, ils s’imaginaient être les maîtres dans la rue. Ils faisaient ce qu’ils voulaient, quoi ! »

« Ils aiment se battre, casser des gens »

Serge poursuit en décrivant le profil des quatre policiers mis en cause : « Ils aiment se battre, casser des gens. (…) L’un d‘eux, un brigadier, était particulièrement violent. Je l’ai vu avoir des gestes déplacées au poste, menacer des hommes menottés au banc : « Toi, on va t’éclater ! »

Ce témoignage s’inscrit en faux contre la description que faisait, sur France Info, Me Frédéric Gabet, l’avocat du policier de 27 ans auteur du coup de matraque. L’avocat parlait de lui comme « un garçon paisible, calme, qui n’a jamais eu affaire à la justice », « totalement dépassé par ce qui lui arrive ».


Donc, des tortionnaires laissés en place dans l'indifférence complice de leur hiérarchie.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1591
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : morise et 2 invité(s)