Edouard Philippe nommé 1er ministre !

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Edouard Philippe nommé 1er ministre !

Message par Gayraud de Mazars » 15 Mai 2017, 17:11

Salut camarades,

Avec la nomination d’Édouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre, comme Premier ministre, la présidence Macron prend sa véritable tournure : ni de gauche, ni de gauche.

Le gouvernement qui vient et qui s'annonce du même acabit, n'inaugure rien de bon pour les travailleurs !

Comme le précisait le camarade Jean-Pierre Mercier sur facebook :

"Après avoir nommé un 1er ministre de droite, reste à nommer un ministre du travail de gauche pour tenter de faire passer une nouvelle loi travail... Le patronat peut applaudir.

Le monde du travail doit se préparer à défendre collectivement ses intérêts propres face à ce nouveau gouvernement patronal, face au patronat bien français, bien de chez nous qui tire les ficelles du pantin Macron"
.

Bref commentaire de la camarade Nathalie Arthaud sur facebook qui résume bien l'affaire :

"Macron nomme un premier ministre de droite : droite et gauche au gouvernement, en marche pour les patrons !"

Fraternellement,
GdM
Dernière édition par Gayraud de Mazars le 15 Mai 2017, 17:16, édité 1 fois.
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 169
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Edouard Philippe nommé 1er ministre !

Message par ianovka » 15 Mai 2017, 17:14

Edito de LO

Les combats qui nous attendent
15/05/2017

Emmanuel Macron a donc nommé comme Premier ministre un politicien de droite, Édouard Philippe, maire du Havre et fidèle lieutenant d’Alain Juppé. Ce Juppé dont bien des travailleurs ont des raisons de se souvenir. En 1995, alors Premier ministre de Chirac, il s’était attaqué aux retraites et à la Sécurité sociale. Devant le large mouvement de grèves et de manifestations que son projet avait déclenché, il s’était vanté de « rester droit dans ses bottes ». Il avait dû reculer devant la mobilisation !

Jusqu’à présent, droite et gauche se passaient le relais au pouvoir pour mener la politique anti-ouvrière voulue par le grand patronat. Cette fois-ci, elles la mèneront ensemble. Édouard Philippe mettra en œuvre la politique annoncée par Emmanuel Macron. Ils veulent démolir le code du travail, laisser les mains libres au grand patronat pour licencier, suppriment des emplois, fermer des usines. Et ils suppriment 120 000 postes de fonctionnaires.

Avec la collaboration du gouvernement, le grand patronat accentuera sa guerre sociale contre le monde du travail avec toujours la même recette : intensifier le travail des uns et se débarrasser des autres pour accroître les dividendes. Vivarte, Tati, Mim, Whirlpool ou GM&S Industry sont les derniers exemples en date de cette politique. GM&S Industry est particulièrement révélateur. PSA et Renault, qui sont les donneurs d’ordre de ce sous-traitant automobile, ont planifié la mise à mort de cette usine de 300 salariés dans la Creuse. Renault et PSA ont fait des bénéfices record l’an dernier, 3 milliards d’euros pour l’un et 3,5 milliards d’euros pour l’autre. Et on peut être certain que dès la fin de la période électorale, d’autres fermetures d’entreprises et d’autres plans de compétitivité seront révélés.

Voilà le contexte dans lequel arrivent les élections législatives. À cause du profond discrédit qui frappe le PS et la droite, tous les leaders politiques jouent la comédie du renouveau. Et il est impossible de prévoir qui, entre les macronistes, la droite, le FN ou La France insoumise, tirera son épingle du jeu de cette recomposition politicienne. Mais il est certain que la nouvelle majorité sera au service des riches et qu’aucune opposition parlementaire ne représentera le camp des travailleurs.

Le monde du travail ne pourra compter que sur l’opposition qu’il fera naître par ses luttes. Mais à condition que celles-ci se mènent sur un terrain de classe, correspondant aux intérêts des exploités et non pas derrière des illusions réactionnaires. Des combats menés sur des terrains comme celui du protectionnisme, qui ne protège que le patronat d’ici, ou stigmatisant une partie des travailleurs ne feraient que diviser le camp des exploités, le démoraliseraient et l’affaibliraient.

Le Front national, pour lequel une partie des travailleurs a voté, est le principal colporteur de ces idées empoisonnées. Il veut faire des travailleurs immigrés des boucs-émissaires. Et sous prétexte de défendre les entreprises françaises, c’est-à-dire en fait les capitalistes français, il montre du doigt les travailleurs d’autres pays d’Europe ou d’ailleurs. Mais le Front national n’a pas l’exclusivité de la démagogie nationaliste. Et celle-ci est tout aussi nocive quand elle est défendue par le PCF ou par Jean-Luc Mélenchon.

La force des travailleurs est dans la conscience de leurs intérêts communs face à la classe capitaliste. En faisant entendre le camp des travailleurs, Nathalie Arthaud a levé le drapeau de cette conscience de classe à l’élection présidentielle. Aux élections législatives, Lutte ouvrière présente des candidats dans toutes les circonscriptions de métropole et à La Réunion, ainsi qu’en Guadeloupe et en Martinique avec Combat ouvrier.

Tous sont des travailleuses et des travailleurs. Leurs candidatures permettront à ceux qui se sont reconnus dans la campagne de Nathalie Arthaud à l’élection présidentielle de prolonger leur vote. Elles permettront aussi à ceux qui ont été touchés par ce qu’a dit Nathalie Arthaud mais qui ont cru au « vote utile », de ne pas se laisser détourner cette fois-ci de leur premier choix et de voter pour leur camp.

Faire entendre à nouveau les exigences du monde de travail aux élections législatives, montrer la persistance du courant qui les incarne, c’est le meilleur moyen de nous préparer à les défendre dans les luttes de demain.
Avatar de l’utilisateur
ianovka
 
Message(s) : 51
Inscription : 30 Août 2002, 11:30

Re: Edouard Philippe nommé 1er ministre !

Message par Duffy » 17 Mai 2017, 17:51

Mailly à 18h sur France Inter qui se dit satisfait de la nouvelle ministre du travail, Muriel Pénicaud. Muriel Pénicaud, ex-DRH de Dassault et de Danone, ex-membre du CA de la SNCF, administratrice d'Orange et d'ADP. Pour Mailly : un "bon profil, une nomination "rassurante". Il explique qu'il la connaît, il loue son expérience dans le cabinet d'Aubry (justement au ministère du travail), et comme DRH de Danone, "une entreprise réputée pour sa dimension sociale" (je cite)...

Les travailleurs de LU (Danone à l'époque) de Ris-Orangis, dix ans après la fermeture : http://www.leparisien.fr/evry-91000/le- ... 524732.php
Duffy
 
Message(s) : 67
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Edouard Philippe nommé 1er ministre !

Message par Plestin » 17 Mai 2017, 18:33

Alors super, on a désormais le Lyonnais Gérard Collomb comme premier flic de France ! Ce "socialiste" dont Raymond Barre, ancien maire de Lyon, laissait entendre qu'il serait le meilleur de ses successeurs possibles, nous avait déjà habitués à pas mal de surprises, par exemple un petit pèlerinage à Rome pour voir le pape de temps en temps, entre deux répressions des éboueurs en grève et trois privatisations de services municipaux.

Et puis, on a une ancienne DRH de Danone comme ministre du travail, ça c'est cool. Et aussi un directeur d'une "des trois plus grandes écoles de management", l'ESSEC, comme ministre de l'éducation nationale : nul doute qu'il va régler comme il faut les problèmes des quartiers populaires.

Il y a Gérald Darmanin, jeune loup de la droite, maire de Tourcoing et grand spécialiste des campagnes électorales, qualité indispensable pour s'occuper du budget, de la fonction publique, de la Sécurité sociale et "de la réforme de l'Etat". Celui-là, Sarkozy l'avait repéré dans une vie antérieure et, comme dit Le Monde, "M. Darmanin est à l’aise dans les médias et il a une fibre sociale qui plaît à l’ancien chef de l’Etat, soucieux de reconquérir les couches populaires". Que du social, on vous dit !

On a aussi Bruno Le Maire qui, faute d'avoir été sélectionné lors des primaires de la droite, nous fait un retour secondaire : sorti par la porte, il rentre par la fenêtre ! Le chantre de droite de la lutte contre "l'assistanat" étant nommé ministre de l'économie, nul doute qu'il s'en prendra aux milliards versés à fonds perdus aux entreprises, à moins que je n'aie pas tout compris.

Un peu comme Bayrou, qui pourra tranquillement bouquiner tout en gardant les sceaux, pendant que sa bonne copine Marielle de Sarnez s'occupera de ses affaires européennes.

Ou comme Le Drian, recyclé du gouvernement Hollande, qui passe de l'armée à l'Europe et aux affaires étrangères.

Une nouveauté, on a aussi une directrice de maison d'édition - oh, pas la pire, Actes Sud - au ministère de la Culture.

J'allais oublier Nicolas Hulot... Le ministre de la transition, pardon du transit, des camions de bois écologiques. Celui par lequel les énergies renouvelables arrivent (mais il n'habite pas à côté des usines qui les produisent !) En tout cas, ça équilibre bien un Premier ministre ex-spécialiste du lobbying pro-nucléaire auprès des parlementaires quand il était chez Areva, et qui a aussi voté contre toutes les lois sur la transition écologique et sur la biodiversité. Sans compter sa position pro-Notre-Dame-des-Landes. On va bien rigoler...

Et puis, il y a tous les candidats mini-Macron aux législatives, dont une bonne partie sont issues "de la société civile" évidemment. C'est-à-dire, des gens qui ne sont pas encore des politiciens, mais que l'on met à la place des politiciens pour qu'ils le deviennent eux aussi.
Plestin
 
Message(s) : 257
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Edouard Philippe nommé 1er ministre !

Message par Duffy » 18 Mai 2017, 12:48

Berger en remet une couche.

"Elle croit profondément au dialogue social. J'ai une appréciation très positive de la nouvelle ministre du Travail."

http://www.leparisien.fr/flash-actualit ... 960375.php

C'est beau une telle concorde...
Duffy
 
Message(s) : 67
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Edouard Philippe nommé 1er ministre !

Message par com_71 » 18 Mai 2017, 17:13

Un gouvernement bien cuisiné, pour s’attaquer aux travailleurs
Communiqué LO 18/05/2017

Les commentateurs s’extasient sur le savant dosage réalisé par Édouard Philippe pour la composition de son gouvernement : quelques doses de gauche libérale, une dose de droite sarkoziste mélangée à de la droite juppéiste et saupoudrée d’experts de la société civile. Mais il s’agit tout simplement d’un gouvernement anti-ouvrier.

Le ministère de l’économie est confié à Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite, dont le programme comportait la réduction des indemnités chômage et les boulots à 5 euros de l’heure pour les allocataires de minima sociaux. Il sera flanqué d’un ministre des comptes publics, Gérard Darmanin, ancien sarkoziste.

François Bayrou est payé en retour de son soutien à Macron du poste de Ministre de la Justice. Bayrou avait déjà été nommé ministre en 1995, dans le gouvernement d’Alain Juppé, le maître à penser d’Édouard Philippe. À l’époque, la politique anti-ouvrière de Juppé avait déclenché une vague de grèves inédite depuis 1968 qui avait fait fléchir le gouvernement.

Les personnalités de la société civile sont avant tout des hauts cadres dévoués corps et âme au patronat. C’est le cas de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ancienne DRH chez Danone et directrice générale adjointe chez Dassault Système. C’est aussi le cas du ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, directeur d’une des plus prestigieuses écoles de commerce de la bourgeoisie française, l’ESSEC.

Quant aux ministres qui sortent du sérail du Parti socialiste, il n’y a aucun doute qu’ils seront solidaires des nouvelles attaques contre le monde du travail, à commencer par la future aggravation de la loi El Khomri promise de longue date par Macron.

Tout cela est sans surprise. Ces nominations ne font que confirmer l’installation au pouvoir d’un gouvernement de combat contre les travailleurs.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1645
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : conformistepote, Ian et 1 invité