Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Plestin » 17 Mai 2017, 17:43

Bon, chers amis chers camarades, je veux bien que l'on développe les énergies renouvelables et tout et tout. Mais au-delà de l'objectif, il y a aussi la façon... C'est pourtant ni du nucléaire ni du charbon ni du fuel, mais il y a parfois des énergies "propres" qu'on n'a pas trop envie de voir fabriquer près de chez soi...

Grand Lyon Métropole a retenu 10 projets pour "dynamiser la vallée de la chimie" en lien avec les nouveaux domaines des "énergies renouvelables et de l'environnement". Vu que la chimie, s'il en reste encore beaucoup, a quand même perdu énormément d'emplois dans le secteur.

La vallée de la chimie, ou couloir de la chimie, c'est toute cette zone le long du Rhône au Sud de Lyon, à cheval sur plusieurs communes, un peu Lyon mais surtout Saint-Fons, Feyzin, Pierre-Bénite... et sur laquelle bien des quartiers d'autres villes, comme les Minguettes à Vénissieux, ont une vue plongeante.

Revenons à nos 10 projets. Les infos accessibles sur internet à tout un chacun sont assez lapidaires, seuls sont mentionnés des noms de projets, d'entreprises, le montant des investissements (200 millions d'euros - rassurez-vous, vos impôts en représentent une grande partie) et le nombre faramineux d'emplois créés (170 à horizon... peut-être... 2022, ça dépend des projets).

Pour les heureux bénéficiaires de rares abonnements à des revues spécialisées, on peut trouver des précisions. Et là, ce n'est pas de la rigolade : la nature des projets, et leurs lieux d'implantation, sont précisés.

Le grand gagnant est Saint-Fons, ville ouvrière peuplée de maçons, de gardiens, de femmes de ménage et de chômeurs, suivie de loin par Pierre-Bénite.

Petit tour d'horizon des projets "écolo" les plus sympathiques :

- Deltalys : "solution innovante de traitement de gaz de biomasse basée sur la réutilisation de sous-produits industriels". Sur 1.800 m² à Saint-Fons, 28 emplois d'ici 2020. Cela ne nous dit pas pour autant de quels sous-produits industriels il s'agit, ni en quelle quantité.

- Suez - ValEnergy : "installation d'une plateforme de traitement et de valorisation de combustibles solides de récupération (CSR), couplée au déploiement d'une solution de production d'énergies renouvelables. 3 hectares à Saint-Fons pour... "valoriser jusqu'à 85.000 tonnes de déchets par an, pour une puissance installée entre 20 et 38 MW", et la promesse de 35 emplois d'ici 2022.

- Terbis PHP : "projette d'installer à Saint-Fons un centre de traitement des déchets carbonés par une nouvelle technologie de pyrolyse, avec le déploiement d'une solution de production d'énergies renouvelables". 3 à 4 hectares pour "valoriser 70.000 tonnes/an de déchets, pour une puissance installée de 10 MW", et 50 emplois promis pour 2021.

- Terres fertiles 2.0 : ce "groupement de six paysagistes de l'agglomération lyonnaise, implantera à Saint-Fons la première plateforme de valorisation des terres de la Métropole de Lyon. La plateforme sera un "outil de gestion et d'amélioration des terres excavées sur le territoire de la Métropole. Ces matériaux seront ainsi transformés en terres fertiles et réutilisés dans les projets d'aménagement métropolitains".

- Ain Environnement : "développera une plateforme de stockage et de préparation de biomasse (...) afin d'alimenter les chaufferies bois de la Métropole (...)", à Pierre-Bénite.

Bonjour les déchets de toute sorte, les norias de camions etc.

Les heureux habitants du Sud lyonnais avaient déjà les émanations de la raffinerie de Feyzin, d'au moins 7 usines chimiques, de 3 stations d'épuration, sans compter les émissions des véhicules sur les divers autoroutes et échangeurs routiers. Ils avaient aussi le risque chimique (explosion, incendie, gaz toxiques). Ils pourront agréablement compléter le tableau avec de l'écolo dans les interstices. Mais, comme pour faire du propre il faut d'abord du sale, ils auront surtout droit au sale !

D'ailleurs, ça a déjà commencé. Engie (l'ex-GDF) a installé un pilote de recherche sur la biomasse dénommé Gaya, qui produit du "biométhane de 2ème génération" à partir de bois, paille etc., qu'il faut bien que des camions amènent... "Environ 30 ingénieurs et techniciens" travailleront sur le site, qu'ils disaient... Mais il s'agit de personnels transférés de la région parisienne pour la plupart. Lorsqu'une riveraine a demandé lors d'une réunion d'information municipale (où Engie présentait son projet) combien d'habitants de la ville y trouveraient du travail, le représentant d'Engie avait candidement répondu "Euh... peut-être un ou deux... Il y aura bien besoin d'un gardien ou d'une femme de ménage" !

On en regretterait presque le nucléaire... Ah, de toute façon, il est un peu plus loin mais on l'a aussi !
Plestin
 
Message(s) : 255
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Gayraud de Mazars » 17 Mai 2017, 17:56

Salut camarades,

Plestin a écrit :On en regretterait presque le nucléaire... Ah, de toute façon, il est un peu plus loin mais on l'a aussi !


C'est pas sortir du nucléaire la solution, la solution, c'est sortir du capitalisme !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 169
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Gayraud de Mazars » 17 Mai 2017, 18:04

Salut camarades,

Le réchauffement climatique, l’énergie nucléaire et les questions environnementales occupent en permanence l’actualité. Un certain nombre « d’écologistes » – tel Nicolas Hulot – le ministre, prétendent que les questions environnementales transcendent la lutte des classes et l’opposition entre riches et pauvres. Balivernes ! Les problèmes écologiques, et la catastrophe environnementale potentielle à laquelle nous faisons face, sont les produits du système de capitaliste.

Il est vrai que les capitalistes vivent sur terre, eux aussi, et de ce point de vue, on pourrait dire que la dégradation de l’environnement n’est pas dans leur intérêt. Mais les conséquences environnementales du capitalisme ne dépendent pas de la volonté individuelle – qu’elle soit bonne ou mauvaise – de tel ou tel capitaliste. Elles découlent du mode de fonctionnement du système capitaliste, dont la force motrice est la recherche du profit.

C’est ainsi que le marxisme analyse la dégradation de l’environnement. Comme l’écrivait Engels, vers la fin de sa vie :

« Là où des capitalistes individuels produisent et échangent pour le profit immédiat, on ne peut prendre en considération au premier chef que les résultats les plus proches, les plus immédiats. Pourvu qu’individuellement le fabricant ou le négociant vende la marchandise produite ou achetée avec le petit profit d’usage, il est satisfait et ne se préoccupe pas de ce qu’il advient ensuite de la marchandise et de son acheteur. Il en va de même des effets naturels de ces actions. Les planteurs espagnols à Cuba qui incendièrent les forêts sur les pentes et trouvèrent dans la cendre assez d’engrais pour une génération d’arbres à café extrêmement rentables – que leur importait que, par la suite, les averses tropicales emportent la couche de terre superficielle désormais sans protection, ne laissant derrière elle que les rochers nus ? Vis à vis de la nature comme de la société, on ne considère principalement, dans le mode de production actuel, que le résultat le plus proche, le plus tangible ; et ensuite on s’étonne encore que les conséquences lointaines des actions visant à ce résultat immédiat soient tout autres, le plus souvent tout à fait opposées ».

(Engels – Le rôle joué par le travail dans la transition du singe à l’homme.)

Certes, la dégradation de l’environnement n’est pas propre au capitalisme. Dans une lettre à Engels, Marx observait déjà que « l’agriculture, quand elle progresse d’une manière primitive et n’est pas consciemment contrôlée, laisse des déserts derrière elle – la Perse, la Mésopotamie, la Grèce, etc. » Dans une économie non planifiée, il ne peut y avoir de prise en compte sérieuse des questions environnementales.

Aujourd’hui, l’anarchie capitaliste génère un désastre environnemental à une échelle infiniment plus vaste que dans les sociétés antiques ! La dégradation de l’environnement ne rentre tout simplement pas en ligne de compte dans l’activité du capitaliste individuel. Et pourtant, la somme de ces actes individuels peut constituer une menace environnementale grave.

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 169
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Plestin » 17 Mai 2017, 18:40

Le camarade Gayraud de Mazars a écrit :

C'est pas sortir du nucléaire la solution, la solution, c'est sortir du capitalisme !



Tout à fait d'accord ! C'est même pour cette raison que je ne trouve pas très rassurant de vivre au milieu des centrales nucléaires alors qu'on est en plein régime capitaliste !
Plestin
 
Message(s) : 255
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Ian » 17 Mai 2017, 20:19

C'est pas sortir du nucléaire la solution, la solution, c'est sortir du capitalisme !
On peut en faire plein sur le même modèle :
- c'est pas sortir du patriarcat la solution, la solution, c'est sortir du capitalisme
- c'est pas sortir des énergies fossiles la solution, la solution, c'est sortir du capitalisme
- sous Vichy : c'est pas sortir de l'occupation la solution, la solution, c'est sortir du capitalisme
- etc (on peut décliner à l'infini...)

L'avantage c'est qu'il y a une seule solution à TOUS les problèmes, à savoir "sortir du capitalisme"... :D
Ian
 
Message(s) : 214
Inscription : 22 Mars 2009, 13:58

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Byrrh » 17 Mai 2017, 20:47

Ian a écrit :c'est pas sortir du patriarcat la solution, la solution, c'est sortir du capitalisme

"Sortir du patriarcat", ça signifie quoi concrètement ? Rien du tout, c'est une formule creuse.

Il n'y aura jamais de libération des femmes et des homosexuels sous le règne de la bourgeoisie, c'est clair, archi-clair, et ça doit être répété sans cesse.
Byrrh
 
Message(s) : 87
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par com_71 » 17 Mai 2017, 21:00

site LO a écrit :Même la question du nucléaire ne peut se discuter sans mettre en cause l’organisation capitaliste de l’économie. Le principal danger du nucléaire ne réside pas dans la technique elle-même mais, comme Fukushima l’a montré, dans l’irresponsabilité des entreprises qui la mette en œuvre. Comme tous les autres capitalistes, les industriels du nucléaire mènent des politiques de réduction des coûts et ils sont prêts à économiser sur la sécurité pour augmenter leurs profits. Même si l’État reste son actionnaire majoritaire, EDF fonctionne avec la même logique, supprimant des emplois pour dégager des profits, ayant recours massivement à la sous-traitance et maintenant l’opacité sur l’état de ses installations.

Sur toutes les questions écologiques, une politique concertée et planifiée à l’échelle de la planète serait nécessaire. Or le propre du capitalisme est que rien n’est organisé, concerté, anticipé et planifié à l’échelle de la société. C’est le règne de la concurrence et de l’intérêt particulier au détriment de l’intérêt général. Seules les lois du marché et la recherche du profit inspirent les décisions des capitalistes.


http://www.nathalie-arthaud.info/ecologie-80940.html
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1645
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Ian » 17 Mai 2017, 21:02

"Sortir du capitalisme" ne veut pas dire grand chose non plus en soi. Partir faire sa communauté hippie communiste autogérée, est-ce "sortir du capitalisme"?
"Renverser le capitalisme", je vois déjà mieux, mais ça ne dit pas grand chose de ce qui remplace le capitalisme ensuite.

Parce que mettre fin au patriarcat, sans révolution c'est illusoire c'est vrai, mais la révolution ne garantit en rien la fin du patriarcat. Loin de là!

Bref ce n'était qu'un exemple pour montrer que sur à peu près tous les sujets, on peut renvoyer à la "sortie du capitalisme", mais en fait en disant ça on n'a rien réglé du tout, juste botté en touche!
Ian
 
Message(s) : 214
Inscription : 22 Mars 2009, 13:58

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par manitas » 17 Mai 2017, 22:54

Dans le genre "écologie à la sauce capitaliste" dans le couloir de la chimie près de Lyon, je mets le lien vers un article qui date de près d'un an...

http://www.convergencesrevolutionnaires.org/Recyclage-des-terres-rares-la-chimie-verte-a-l-epreuve-de-la-rentabilite
manitas
 
Message(s) : 18
Inscription : 16 Avr 2005, 22:59

Re: Cette écologie-là, j'aime "moyen"...

Message par Plestin » 18 Mai 2017, 05:17

Oui, c'est un très bon exemple des choses que l'on vit dans le coin... La fermeture de l'atelier Coléop'terre est presque passée inaperçue, ce sont surtout la CGT et les camarades (qui y sont...) qui ont fait de la "publicité" à cet événement. On cite souvent cet exemple pour illustrer à quel point les prétentions écologiques peuvent être réduites à néant par de bons vieux mécanismes économiques capitalistes...

Mais ça juge aussi tout le discours des politiciens, Mélenchon compris, qui nous donnent jusqu'à plus soif de la "transition écologique" et de la "transition énergétique". Eux n'habitent pas à côté des monceaux de cochonneries qu'on est censés rendre propres... Et ils ne vivent pas les conditions de travail pourries de certains de ces ateliers comme, précisément, c'était le cas à Coléop'terre.
Plestin
 
Message(s) : 255
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10


Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron