- Faux - espoirs déçus

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

- Faux - espoirs déçus

Message par com_71 » 11 Juin 2017, 13:48

La phase politique actuelle du NPA vue par les yeux (plus tout-à-fait de Chimène) de "Convergences".

http://www.convergencesrevolutionnaires ... ?archive=1

http://www.convergencesrevolutionnaires ... ?archive=1
La culture instituée par la noblesse a introduit dans le langage universel des barbarismes tels que tsar, pogrome, nagaïka. Octobre a internationalisé des mots comme bolchevik, soviet... Cela suffit à justifier la Révolution Prolétarienne... Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1813
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par artza » 11 Juin 2017, 17:06

D'autres partagent le même sentiment

http://npa-dr.org/index.php
artza
 
Message(s) : 998
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par Gaby » 11 Juin 2017, 21:05

"Succès d'estime comme jamais" pour Poutou, rien de moins.

Succès pour la manifestation du "Front Social", que pas une seule personne en dehors du milieu militant ne connait.

Et quand le PS fait 10%, il est "mort".

Une grande maladie de l'extrême-gauche, c'est l'incapacité à apprécier correctement les forces de chaque camp. Ce texte le montre bien.
Gaby
 
Message(s) : 401
Inscription : 27 Fév 2004, 10:53

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par Plestin » 13 Juin 2017, 10:59

"Succès d'estime comme jamais" pour Poutou, rien de moins.


C'est difficile à dire, parce qu'on aurait pu parler de succès d'estime et même davantage pour Besancenot, moins pour Poutou. Mais à LO on a ressenti malgré tout cette sympathie à la fois pour Poutou et Arthaud d'une partie de la population même si la plupart ont voté autre chose.

Si on regarde en détail les votes de la présidentielle, on se rend compte que le profil du vote Nathalie Arthaud est assez nettement ouvrier et centré sur les communes populaires, mais, c'est assez nouveau, celui de Poutou aussi, et dans les petites villes ouvrières on a parfois un vote qui penche nettement pour LO ou nettement pour le NPA (question d'influence locale, ou peut-être que des groupes de gens ou d'amis se sont passés le mot et ont voté "par paquets" ?)

Ce profil ouvrier y compris de l'électorat du NPA (plus sensible dans la moitié Sud de la France) distingue l'électorat de 2017 du NPA de celui de l'époque de Besancenot où les scores étaient importants dans les secteurs plus petits-bourgeois et les villes-centres, autant ou plus que dans les secteurs les plus populaires. Visiblement l'argument du "candidat ouvrier" a porté, certains s'y sont reconnus... et d'autres qui avaient pu voter NPA à une époque, non. Mais il semble bien que le NPA ait touché des gens nouveaux.

Succès pour la manifestation du "Front Social", que pas une seule personne en dehors du milieu militant ne connait.


Là je suis assez d'accord. En fait, moi-même je n'en avais jamais entendu parler, et la seule personne qui m'en a parlé est un bureaucrate de la CGT à Montreuil qui, après l'élection de Macron, avait assisté à une discussion à la Confédé où à sa grande surprise Martinez avait tenu un discours très mou, du genre "Macron il faut attendre de voir ce que ça va donner". Lui avait l'air paniqué à l'idée de ne pas appeler à la manifestation du Front Social et de s'en couper ! Sa priorité était de dire "OK, on ne fait rien, mais il va falloir présenter ça d'une manière qui donne le change et laisse penser qu'on se prépare pour la rentrée" et donc essayer malgré tout de gauchir le discours. Absolument personne d'autre ne m'a parlé du Front social, et pourtant, je côtoie beaucoup de travailleurs militants ou pas via mon métier. La fois suivante où j'ai entendu parler du Front social c'était en écoutant le débat LO-NPA de la fête...

Et quand le PS fait 10%, il est "mort".


En effet, on se gardera bien de parler prématurément de la mort du PS, qui a été enterré déjà plus d'une fois (de même que le PC). C'est vrai que là ils en ont pris un sacré coup, et que la question peut se poser d'autant que certains comme Hamon restés sur la ligne du PS parlent de fonder leur propre mouvement. Mais au-delà des élus le PS a un nombre considérable de relais dans toute la société et tous sont loin d'avoir suivi Macron, contrairement à beaucoup d'électeurs. On n'efface pas comme ça l'influence du PS dans les syndicats ouvriers, les syndicats d'enseignants, les associations de parents d'élèves, SOS-Racisme et tout le reste... Et ceux-là on continuera de se les coltiner dans les grèves et les luttes où ils auront certainement gardé une efficacité pour étouffer les mouvements.
Plestin
 
Message(s) : 374
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par manitas » 18 Juin 2017, 22:57

Est-ce le fait que le débat LO-NPA à la fête ait des allures de duel Rodrigue contre don Sanche qui inspire com_71 dans ses comparaisons? Les archives de Convergences sont en accès libre, chacun est libre d'y trouver les contributions, bien évidemment critiques, de la Fraction aux débats du NPA, et ce depuis avant la fondation de ce dernier. Quant aux critiques de Gaby (qui l'eut cru? :lol: :lol: ), peux-tu préciser le texte et les passages que tu cites? J'ai l'impression que tu cites plusieurs textes (même si tu évoques "ce texte") de façon imprécise. Par ailleurs, j'appuie tout à fait ce que dit Plestin au sujet de l'électorat prolétarien de Poutou, dont on a rencontré un petit échantillon. J'ajouterai même que ce dernier est très proche géographiquement (et probablement plus que géographiquement...) de celui d'Arthaud, en tous cas c'est dans les mêmes endroits que ces deux candidats s'éloignent de leur moyenne nationale (dans un sens ou dans l'autre).
manitas
 
Message(s) : 18
Inscription : 16 Avr 2005, 22:59

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par Gaby » 18 Juin 2017, 23:33

(qui l'eut cru? :lol: :lol: )


Je ne sais pas ce qui te fait rire. Je n'ai pas l'habitude de taire des réserves ou des désaccords. Et à force de lire des textes que n'importe quel lecteur de Convergences, de l'Anticapitaliste ou de LO peut anticiper au point de savoir les écrire à l'avance, alors que les situations évoluent mais pas les tics de réflexion, on finit par se dire qu'il y a des désaccords plus profonds. Surtout, je crois que cette incapacité à questionner les habitudes est largement la cause des opportunités manquées lors des quinze dernières années, alors il vaut mieux se dire les choses franchement. Du point de vue de beaucoup d'exs de l'extrême-gauche, et je commence à en avoir croisé beaucoup qui ne se sont pas pour autant précipités ailleurs, il y a un problème, non pas avec la perspective générale de la lutte de classes et ce qu'elle implique, mais avec l'immobilisme des stratégies et des modes d'opération du quotidien.

Je cite ce texte au sujet de Poutou et du Front Social. Pour le PS, c'est le ton général des textes récents, et si cette pensée est trahie, libre à toi de le prouver, mais on peut se référer par exemple à celui qui s'appelle "crise de foi".

Je n'ai accès à aucune information propre aux organisations, la tienne ou celle de Plestin. Mais je sais reconnaître quand les textes ronronnent, je sais ce que ça veut dire quand on s'enorgueille de survivre comme le fait LO, je sais ce que ça veut dire quand avoir moins de voix que Jean Lassalle est quand même considéré comme un "succès d'estime". Ce n'est pas sérieux, manitas. Quand je lis "crise de foi" qui est l'appréciation générale de la période par Convergences, je vois qu'en gros, les problèmes seraient résolus si la politique de Convergences dirigeait le NPA (les révolutionnaires tous ensembles derrière la stratégie LO de 1995). Il suffit juste de davantage de discipline et d'unité. Et ça, je l'admets, je n'y crois plus une seule seconde, parce que même la plus grande estime pour Poutou façon Laguiller à son apex ne peut pas participer à la construction d'un parti ouvrier.

Si un jour les révoltés se servent du bulletin extrême-gauche comme ils l'ont fait en 2002 par exemple, ça ne dira pas grand chose des capacités des révolutionnaires à capitaliser sur cela, faute à n'avoir jamais essayé d'analyser cette déchéance depuis 2002. "La faute à la période" nous dira-t-on. Et le noyau dur sera réconforté, se disant que tout désaccord est déformation, ignorance ou que sais-je encore.
Gaby
 
Message(s) : 401
Inscription : 27 Fév 2004, 10:53

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par com_71 » 19 Juin 2017, 02:34

Gaby a écrit :si les révoltés se servent du bulletin extrême-gauche comme ils l'ont fait en 2002 par exemple, ça ne dira pas grand chose des capacités des révolutionnaires à capitaliser sur cela.


Là, c'est toi qui ronronne. Et qui croit qu'on peut analyser une période "en chambre".
Les révoltés ne l'étaient pas tant que ça en 1995, ça a été vérifié. Quant à 2002, où étaient passés les "révoltés" le premier mai, quelques jours après le 1er tour ? J'ai surtout vu des drapeaux tricolores.
La culture instituée par la noblesse a introduit dans le langage universel des barbarismes tels que tsar, pogrome, nagaïka. Octobre a internationalisé des mots comme bolchevik, soviet... Cela suffit à justifier la Révolution Prolétarienne... Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1813
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par Zelda_Zbak » 19 Juin 2017, 08:55

Gaby a écrit :Et quand le PS fait 10%, il est "mort".

Vous savez mon gout a l anglaise pour les pronostics. Je parierais bien 100 balles que dans six mois grand maximum, on commence a entendre des electeurs de macron geindre qu ils sont hyper decus (la periode me fait penser a l election de sarkozy). Entre 2, le ps aura change de nom (GD ? Gauche democrate ?) enleve quelques elephants et mis en avant quelques nouvelles tetes.
La seule nouveaute de ces elections legislatives, c est que face a macron, il y aura un groupe FI et quoi, 4 deputes FN. Le fn implosera aussi tres vite pour pondre au moins deux partis, si ce n est trois, ce qui ne veut pas dire qu ils ne renfoceront pas leur influence globale. Voila, madame irma a parle, en chambre (curieuse vision, com, a l air d internet, il n y a plus ceux sur le terrain et ceux en chambre). Bien sur qu il y a des militants et des non militants, mais la seule difference, c est que les premiers ont la conviction d influencer les autres, les seconds pensent que c est illusoire. Pour le reste, il n y a pas les sachants et les non sachants, contrairement a ce que dit ce snob de macron a un discours de campagne presidentielle. On a tous les moyens d approfondir ce qui nous interesse via internet, et c est fort heureux.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 323
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par manitas » 19 Juin 2017, 10:41

Gaby a écrit :Je ne sais pas ce qui te fait rire.

Une référence supplémentaire au Cid dans ce fil ("Rodrigue, qui l'eût cru? Chimène, qui l'eût dit?"), désolé (mais c'est pas moi qui ai commencé avec ça!), c'est pas contre toi...

Je comprends que tes critiques portent sur l'article intitulé "Le succès tuerait-il le succès ?". Concernant le succès d'estime de Poutou, il est indéniable, et il va bien au-delà de ses électeurs. Pourquoi invoquer ce fait? Simplement pour appuyer l'idée selon laquelle le NPA aurait du être bien plus présent dans ces élections législatives afin de poursuivre sa campagne politique.

Concernant le Front social tu cites une note de bas de page (!) tentant d'expliquer ce qu'est le Front social au lecteur qui ne le connaitrait pas. La voici:
Animé essentiellement par des militants et structures syndicales regroupés autour de Mickael Wamen (ancien dirigeant CGT à Goodyear), dont des camarades du NPA, et qui entre autres a appelé à une manifestation qui a eu quelque succès au lendemain de l’élection de Macron.

Donc pas un "grand succès", ni même un simple "succès", mais "quelque succès". "quelque" indiquant ici une quantité indéterminée, mais pas grande. Un succès à l'échelle de ce qu'est le Front social lui-même, donc.

Quant au PS qui serait "mort", j'ai cherché et n'ai pas trouvé ou tu as bien pu lire cela. Ce n'est absolument pas la tonalité des articles que tu cites (ce qui y ressemble le plus dedans est... une citation de L'Anticapitaliste évoquant "l'écroulement" du PS). Bien au contraire, il s'agit de relativiser l'importance de la "crise politique" que certains imaginent. Dans l'article Crise de foi dans le monde des politiciens : la bourgeoisie n’en fera pas une jaunisse (http://www.convergencesrevolutionnaires.org/Crise-de-foi-dans-le-monde-des-politiciens-la-bourgeoisie-n-en-fera-pas-une?navthem=1) que tu invoques, on trouve surtout des appréciations qui vont dans le sens opposé de celui que tu crois y lire, comme
Alors ne glosons pas trop sur la « ruine » des grands partis de la bourgeoisie ou sur ce que serait, pour celle-ci, la meilleure forme de gestion de sa république, alternance à la mode française depuis 1981, ou alternance à l’américaine, mieux rodée mais qui n’en réserve pas moins quelques surprises...

Bref, je crois que tu as lu un peu en diagonale. Y compris quand tu dis
Quand je lis "crise de foi" qui est l'appréciation générale de la période par Convergences, je vois qu'en gros, les problèmes seraient résolus si la politique de Convergences dirigeait le NPA (les révolutionnaires tous ensembles derrière la stratégie LO de 1995). Il suffit juste de davantage de discipline et d'unité. Et ça, je l'admets, je n'y crois plus une seule seconde, parce que même la plus grande estime pour Poutou façon Laguiller à son apex ne peut pas participer à la construction d'un parti ouvrier.

Je ne vois absolument pas où tu as pu lire cela. La conclusion de l'article que tu cites dit exactement le contraire!
manitas
 
Message(s) : 18
Inscription : 16 Avr 2005, 22:59

Re: - Faux - espoirs déçus

Message par com_71 » 19 Juin 2017, 13:18

Zelda_Zbak a écrit : madame irma a parle, en chambre (curieuse vision, com, a l air d internet, il n y a plus ceux sur le terrain et ceux en chambre)... On a tous les moyens d approfondir ce qui nous interesse via internet, et c est fort heureux.


Ce que je voulais dire à Gaby, c'est qu'il lui serait utile de s'intéresser un minimum aux "modes d'opération du quotidien" - pour reprendre ses termes - et à ce qu'elle peuvent apporter, ou pas, comme connaissances précieuses sur les milieux sociaux qui nous entourent.
Ca pourrait peut-être lui éviter d'aligner doctement quelques bons mots qui mis ensemble ne sont que grandiloquence sans réel contenu.
Si un jour les révoltés se servent du bulletin extrême-gauche comme ils l'ont fait en 2002 par exemple, ça ne dira pas grand chose des capacités des révolutionnaires à capitaliser sur cela, faute à n'avoir jamais essayé d'analyser cette déchéance depuis 2002. "La faute à la période" nous dira-t-on. Et le noyau dur sera réconforté, se disant que tout désaccord est déformation, ignorance ou que sais-je encore.
La culture instituée par la noblesse a introduit dans le langage universel des barbarismes tels que tsar, pogrome, nagaïka. Octobre a internationalisé des mots comme bolchevik, soviet... Cela suffit à justifier la Révolution Prolétarienne... Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1813
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Suivant

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité