Mayotte...

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Mayotte...

Message par com_71 » 13 Mars 2018, 14:53

Communiqué LO La Réunion 12/03/2018 a écrit :Sur la situation à Mayotte C’est la misère qui produit l’insécurité !

Depuis bientôt 15 jours, un mouvement dit de « grève générale » paralyse l’île de Mayotte, contre l’insécurité grandissante dans ce 101ème département français.

Le ras-le-bol de la population des vols, des rackets, des agressions dans les écoles, les lycées, dans les bus, dans les commerces, etc. est tout à fait compréhensible.

Revendiquer que l’État trouve des solutions d’urgence et à long terme est légitime.

Mais quelles solutions ?

Exiger le recrutement et la formation de centaines d’enseignants, de surveillants, de personnel techniques et administratifs, la construction d’établissements scolaires en nombre suffisant, comme le demandent le personnel enseignant et non enseignant pour que les classes ne soient plus surchargées, pour mettre fin à ce système inouï de cours par alternance, matin pour les uns et après-midi pour d’autres, pour que les élèves puissent même avoir la possibilité d’apprendre, est plus que nécessaire dans ce département laissé à la traîne par les différents gouvernements depuis Sarkozy, jusqu’à Macron en passant par Hollande !

Exiger plus de médecins, de sages-femmes, d’infirmiers, d’aides-soignants, des hôpitaux, des maternités, des centres de soins, de matériels, de médicaments, etc. en nombre suffisant est une mesure d’urgence et vitale !

Mais réclamer des renforts supplémentaires pour assurer la protection des frontières pour freiner une « immigration illégale » comme l’a fait Laurent Wauquiez à Mayotte ou encore « fermer la maternité de Mamoudzou à tout prix » comme le demande un ancien sénateur Mahorais, est complètement mensonger, voire criminel.

En effet, tous ceux qui désignent les Comoriens qui fuient la misère de leurs pays pour espérer vivre un peu mieux à Mayotte, comme les principaux responsables de l’insécurité, trompent les classes populaires de Mayotte et cherchent à attiser la haine entre les Mahorais et leurs propres frères des autres îles des Comores ! Leur seul objectif, loin de se préoccuper des conditions d’existence des Mahorais, est de ne pas désigner les vrais responsables de l’insécurité majeure qu’est la misère que sont les capitalistes comme ceux de Colas, de l’entreprise Mayco (Coca-Cola), qui licencient et le gouvernement qui prive les travailleurs et les pauvres de Mayotte des services publics utiles à la population.

L’insécurité à Mayotte, comme à La Réunion et ailleurs, se nourrit de la misère et de la précarité, elles-mêmes produites par l’économie capitaliste.

Ce 12 mars, La CGT Éduc’ation et la FSU de Mayotte appellent les travailleurs de l’Éducation nationale à faire grève.

Lutte ouvrière soutient cet appel et est solidaire des agents des écoles, des collèges des lycées qui réclament des moyens supplémentaires pour travailler dans de meilleures conditions et dans l’intérêt des élèves.

Il faut espérer que les travailleurs, comme les dockers, les ouvriers du BTP, les chauffeurs de bus, tous ceux qui font fonctionner l’économie, sauront aussi faire valoir leurs propres revendications. Exiger, dans la grève, des salaires et des conditions de travail décentes pour tous c’est renforcer le mouvement en exprimant les véritables besoins de l’ensemble de la population laborieuse.

Jean-Yves PAYET
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2272
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mayotte...

Message par com_71 » 10 Avr 2018, 16:30

Brève LO-Réunion, du 28/03/2018
Mayotte : les populations comoriennes et mahoraises piégées par l’impérialisme français

Le gouvernement mise sur l’enlisement d’une crise qui entre dans sa sixième semaine. La réponse qu’il y apporte reste sur le seul terrain sécuritaire avec le contrôle de personnes en situation irrégulière et les reconduites vers les Comores. Ces gesticulations, fortement médiatisées, ont incité le gouvernement des Comores à réitérer l’affirmation que « les Comoriens sont chez eux à Mayotte » et à refuser l’entrée des « reconduits » sur leur territoire. Toutefois il a subordonné leur entrée à la signature d’un papier disant qu’ils reviennent volontairement de Mayotte et non en tant qu’expulsés. Ainsi les notables comoriens jouent-ils une sinistre comédie qui ne peut réellement dissimuler qu’ils mettent la population fuyant la misère de leurs îles sur le billot de sombres marchandages avec l’État français. Mais ce dernier, piloté par Macron, avec une puissance mille fois supérieure, exploite indifféremment les populations mahoraise et comorienne en essayant de les dresser les unes contre les autres pour préserver les intérêts de la bourgeoisie française dans cette zone.

Cette ignoble politique laisse la porte ouverte à quelques bandes de mahorais excédés se groupant pour opérer des « décasages » dans les villages, expulsant des familles de leur habitat précaire avant de les incendier.

Cette politique vise à créer un climat de haine entre communautés pour détourner l’attention des propres responsabilités et incurie de l’État. C’est dans ce chemin tracé par tous les valets de la bourgeoisie qui l’ont précédé que Macron s’installe sans coup férir. Il lui faut tout de même quelques notables pour tenter de ramener le calme. Il s’est rallié la députée réélue le 25 mars lors d’une partielle où elle se présentait sans étiquette, il semble que le préfet Veau, réputé pour son inactivité, va devoir aller paître dans d’autres pâturages et qu’un nouvel émissaire serait envoyé de Paris à la rencontre des élus.

La population et les travailleurs de Mayotte ne doivent pas se laisser berner. La mise en œuvre d’une réelle politique face au manque considérable d’investissements dans les services et infrastructures vitaux pour la population ne pourra être imposée que dans une lutte déterminée unissant tous les exploités contre la bourgeoisie prédatrice.


Deux articles plus récents, en page 11 de Lutte Ouvrière Réunion :
https://www.lutte-ouvriere.org/sites/de ... deg_35.pdf
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2272
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Vers la fin du droit du sol à Mayotte

Message par com_71 » 22 Juil 2018, 17:20

Un article sur le site du NPA :
NPA 18 juillet 2018 a écrit :À Mayotte, le gouvernement ouvre un brèche dans le droit du sol
Le 11 juillet, la commission des députéEs travaillant sur le projet de loi Asile-Immigration a décidé d’intégrer un amendement voté par le Sénat sur proposition d’un sénateur LREM de Mayotte. Cet amendement exige, pour l’attribution de la nationalité française aux enfants nés de parents étrangers sur le sol de Mayotte, que l’un des deux parents ait été en situation régulière depuis trois mois au moment de la naissance. Soit une remise en cause majeure du droit du sol.

Cette mesure, qui créerait des dizaines de milliers de sans-papiers, s’appuie sur l’état d’exception créé à Mayotte par les politiques des gouvernements français depuis des décennies, et le renforce. Sud Santé Sociaux Mayotte le rappelait en avril 2016 : « L’intégration de ce territoire n’est pas sans intérêts pour l’État français […]. Il permet à la France de percevoir des droits de pêche sur une zone très giboyeuse et des droits de passage sur le détroit du Mozambique, route maritime très fréquentée. Mais avant tout la France s’assure d’une implantation militaire stratégique très importante. » En revanche, l’État français est loin d’avoir investi, en particulier dans les services publics…

La démagogie xénophobe comme réponse aux problèmes sociaux

En avril 2016, le Syndicat des médecins généralistes de Mayotte énonçait, dans une lettre ouverte, des chiffres sans appel : 89 % de la population sous le seuil de pauvreté, 73 % sans moyen de transport individuel, 26 % des enfants en état de sous-nutrition, 41 médecins pour 100 000 habitantEs contre 156 en métropole (où existent pourtant de plus en plus de déserts médicaux.) Pour répondre aux besoins de scolarisation d’un département où 46 % de la population est âgée de moins de 14 ans, la CGT Éducation Mayotte revendique la construction de 500 classes dans le premier degré, de 10 collèges et 4 lycées avec des internats, 1 000 postes d’enseignantEs et 100 postes de personnels de santé, service sociaux…

Au lieu de cela, les seules réponses gouvernementales aux mobilisations massives de la population (la plus récente étant les plus de six semaines de grève générale en 2018) sont la démagogie et la xénophobie, en désignant les migrantEs comoriens comme responsables de la situation. Depuis des années, les expulsions augmentent, pour atteindre 23 000 « éloignements » annuels, soit près de 10 % de la population de l’île. Les moyens policiers et militaires pour empêcher les « kwassas-kwassas » (petites embarcations maritimes) de débarquer les ComorienEs à Mayotte sont également en augmentation constante. Selon un rapport sénatorial, durant la période 1995-2015, 7 000 à 10 000 personnes se seraient ainsi noyées. En 2016, d’après le Défenseur des droits, 4 285 enfants mineurs ont été placés en centres de rétention administrative bondés et indignes, au mépris de la loi qui prévoit la prise en charge et la protection des enfants mineurs isolés.

L’amendement qui renforce l’état d’exception à Mayotte est l’aboutissement des réflexions des éluEs macronistes qui ne manquent pas d’imagination déshumanisée. En mars dernier, en pleine grève générale, certainEs d’entre eux avaient envisagé, sous prétexte de répondre à la saturation de la maternité de Mamoudzou (près de 10 000 naissances par an), d’inventer un statut « d’extra-territorialité » qui priverait les enfants nés de mère étrangère de la nationalité française ! ContraintEs de reculer face à l’indignation des personnels médicaux, ils reviennent à l’attaque avec cet amendement. Une raison supplémentaire de se mobiliser contre la loi Asile-Immigration, Collomb et ce gouvernement.

Cathy Billard


Sur lutte ouvrière - Réunion, 10 juillet 2018 :
Pièces jointes
mayotte.jpg
mayotte.jpg (127.02 Kio) Consulté 542 fois
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2272
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mayotte...

Message par Zelda_Zbak » 25 Juil 2018, 08:06

Elle est belle ta citation de Trotsky, Com... et particulièrement appropriée au sujet.
Une femme enceinte se précipite le dernier mois de grossesse d'Anjouan ou de la Grande Comore à Mayotte pour offrir à son enfant une nationalité française dont elle suppose qu'il lui donnera une vie meilleure qu'à elle... "Haro sur cette tricheuse !" répondent les législateurs français, ces salops qui ont brisé l'unité comorienne quand ça les arrangeait.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 477
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53


Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité