Situation explosive à la Réunion

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 20 Nov 2018, 14:49

"Gilets jaunes": la Réunion secouée par une flambée de violences
[AFP] Mahdia BENHAMLA 20 novembre 2018

Saint-Denis de la Réunion (AFP) - Paralysée depuis quatre jours par le mouvement "des gilets jaunes", l'île de la Réunion est confrontée à une flambée de violences comme elle n'en avait plus connue depuis 1991 et qui a largement débordé la question du pouvoir d'achat.

Voitures brûlées, commerces incendiés, automobilistes rackettés et caillassés: la nuit a une nouvelle fois été émaillée d'incidents, poussant le préfet Amaury de Saint-Quentin à instaurer mardi un couvre-feu partiel sur la moitié des communes de l'île.

Jusqu'à vendredi au moins, il sera interdit d'y circuler entre 21H00 et 06H00, "une mesure forte, inédite" et "adaptée à cette menace", selon le préfet.

En attendant, tous les établissements scolaires, des crèches à l'université, ainsi que les administrations locales étaient fermées mardi. La quasi-totalité des événements culturels et sportifs étaient annulés. L?aéroport international Roland-Garros a fermé à 18 heures locales (15 heures à Paris) jusqu'à mercredi matin obligeant les compagnies aériennes à revoir leurs horaires ou à annuler des vols.

Selon la préfecture, il y a eu une dizaine d'interpellations et cinq policiers ont été blessés. Des renforts de gendarmes mobiles sont arrivés lundi de Mayotte. D'autres étaient attendus, sans que la préfecture en précise le nombre.

La Réunion n'avait plus connu une telle tension depuis 1991 et les émeutes provoquées par la saisie par l'Etat de l'émetteur pirate de Télé Free Dom. Huit personnes avaient à l'époque trouvé la mort dans l'incendie d'un magasin de meubles en cours de pillage et une jeune automobiliste s'était tuée après avoir perdu le contrôle de sa voiture à la suite d'un caillassage.

La crise actuelle est partie du mouvement des "gilets jaunes" qui, comme partout en France, ont protesté samedi contre la hausse des prix des carburants et la baisse du pouvoir d'achat. Mardi en début d'après-midi, 37 barrages routiers étaient encore actifs sur les routes de l'île.

- "N'importe quoi" -

Mais cette grogne, pacifique au départ, a rapidement dégénéré lorsque des bandes de jeunes ont commencé à organiser des blocages sur plusieurs grands axes et réclamer aux automobilistes un droit de passage allant de 5 à 20 euros.

Pour avoir refusé de payer, plusieurs automobilistes ont été agressés et dépouillés, leurs voitures caillassées.

"Ces marmailles (jeunes en créole réunionnais, ndlr) n'ont rien à voir avec notre mouvement. Ils rackettent les gens qui sont en train de demander à l'Etat une augmentation de leur pouvoir d'achat. C'est du n'importe quoi", s'insurge Jean-Jacques, un quinquagénaire employé du bâtiment au chômage depuis deux ans qui a participé samedi à un barrage filtrant des "gilets jaunes" au Port (ouest).

Marie Andrée, jeune mère de deux enfants, partage la même exaspération. "Ces jeunes décrédibilisent le mouvement du 17 novembre. En plus ils brûlent des poubelles, des voitures de particuliers eux-mêmes défavorisés", s'émeut-elle devant un supermarché vandalisé au Moufia, un quartier de Saint-Denis.

Depuis samedi, des dizaines de véhicules ont été incendiés dans plusieurs villes. La plupart des poubelles ont été brûlées. Une quinzaine de commerces ont été pillés et parfois incendiés par des émeutiers parfois à peine âgés de 14 ans.

"Bien sûr on ne peut pas cautionner la violence. Mais il faut aussi se poser les bonnes questions. Dans certaines familles, les grands-parents, les parents, les grands frères et les grandes s?urs n'ont jamais travaillé. Beaucoup sont en échec scolaire. Tous vivent des minima sociaux. Que des gamins de 12 ans issus de ces familles soient sur les barrages, c'était couru d'avance", estime un représentant syndical.

"Et puis il ne faut jamais oublier ces chiffres: 28% des actifs sont au chômage et 42% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté", ajoute-t-il.

Selon Laurent, 23 ans, titulaire d'un Master d'anglais et en recherche d'emploi, "c'est toute une réflexion sur le profond mal vivre de La Réunion qu'il faudrait mener". "On s'apercevrait que le mouvement des "gilets jaunes" et celui des émeutiers ont la même source: le sentiment d'être abandonnés", insiste-t-il.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 22 Nov 2018, 02:45

article LO :
Île de La Réunion : couvre-feu contre les gilets jaunes
21 Novembre 2018

L’appel des gilets jaunes à manifester le 17 novembre contre la hausse du prix des carburants et des taxes, lancé en France, a trouvé un large écho à La Réunion.

Tôt samedi matin, les manifestants ont commencé à ériger les premiers barrages. Pas moins d’une quarantaine, plus ou moins filtrants, ont été mis en place, en particulier dans des endroits stratégiques comme à proximité de l’aéroport ou du port, de la route du littoral et des nœuds de circulation sur les grands axes routiers.

Dimanche 18, puis lundi et mardi, la mobilisation s’est poursuivie sur une trentaine de barrages, dont le nombre de participants et le mode d’organisation variaient. La présence de militants associatifs donnait un caractère démocratique et réfléchi à certains barrages, où les questions d’urgence médicale ou autres étaient prises en compte pour laisser passer les véhicules.

Pour les manifestants, les revendications sur les carburants, les taxes, le coût de la vie et le montant des salaires, des pensions et des allocations s’entremêlent. Dans l’opinion, le soutien à ce mouvement est très vite passé de la question des taxes à celle de la cherté de la vie, à la nécessité d’augmenter les salaires et les retraites.

Loin de relayer ces revendications, les responsables politiques et les médias ont fait leurs choux gras des tragiques accidents et dérapages qui se sont produits la nuit, dans les quartiers les plus déshérités, où sont concentrés les habitants les plus marginalisés.

Le préfet a fait appel à des renforts de gendarmerie arrivés de Mayotte lundi 19 et de métropole mardi 20 et a instauré pour trois jours un couvre-feu à partir de 21 heures

Dans 14 des 24 communes de l’île. Dans la nuit du 20 au 21, cela a plutôt jeté de l’huile sur le feu, car ce n’est pas le nombre de gendarmes qui résoudra la crise profonde d’une société rongée par le chômage massif, en particulier de la jeunesse.

La préfecture a reçu tour à tour des élus, des représentants patronaux et une délégation composée d’une poignée de gilets jaunes parmi les 200 porte-parole venus des quatre coins de l’île. Mardi 20 novembre au soir, elle est ressortie aussi en colère qu’elle était rentrée, exaspérée par le mépris du préfet qui s’est contenté de leur déléguer un sous-fifre et refuse le principe de la présence des medias pour rendre publiques les rencontres et discussions à venir.

Le président de la région a annoncé le gel pour trois ans de l’augmentation des taxes sur le carburant. Des élus locaux de droite et de gauche proposent des mesures qui consistent principalement à demander au gouvernement de revenir sur ses décisions comme la suppression de l’APL, ou celle des emplois aidés, ou encore l’extension des défiscalisations pour les entreprises.

Quant aux syndicats de salariés, également conviés aux discussions par le préfet, ils ne se sont pas encore vraiment fait entendre. La CGTR a pris une position très générale sur la nécessité d’augmenter les salaires et les pensions.

Le mouvement est une formidable contestation de la politique qui vise à enrichir les riches et à laisser sur le bas-côté l’ensemble des classes populaires qui n’auraient pas su « traverser la rue ». Les travailleurs doivent y prendre leur place, avec leurs revendications et leurs formes de lutte.

Émile GRONDIN


https://journal.lutte-ouvriere.org/2018 ... 15133.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 22 Nov 2018, 11:16

Communiqué LO-Réunion

La Réunion : La mobilisation s’intensifie
21/11/2018

La mobilisation s’intensifie alors que la seule réponse des responsables politiques c’est « ne rien changer et envoyer les gendarmes ».

Manifestement le gouvernement et le préfet misent sur le pourrissement de la situation.

La colère qui s’exprime est plus que légitime. Elle plonge ses racines dans une politique qui depuis plusieurs générations enfonce une partie de la population et de la jeunesse dans la pauvreté et surexploite les travailleurs avec la précarité et les bas salaires. Cette politique du gouvernement amplifie les choix faits par ses prédécesseurs, choix qui vident les caisses de l’État au profit du patronat, des gros actionnaires et des banquiers.

Après, avec le plus grand cynisme, avec des pseudos raisons écologiques, l’État vient essayer de se refaire en piquant dans les poches de la population laborieuse.

Alors c’est bien normal que le sentiment largement partagé c’est qu’on nous prend pour des couillons !

Les gilets jaunes jettent le pavé dans la mare et montrent à tous qu’il est temps que la résignation prenne fin.

La voie est ouverte pour que les classes populaires imposent la sauvegarde de leurs conditions d’existence. Le poids des taxes est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Mais pour créer le rapport de force indispensable la pression devra émaner du monde du travail.

Si la force collective formidable des travailleurs s’exerce contre la vie chère, ce sera pour imposer la revalorisation automatique des salaires, des retraites, des minima sociaux, augmentations qui devront être prises sur les profits des monstrueux parasites capitalistes qui nous mènent directement à une crise économique majeure.

La force des travailleurs c’est leur organisation, c’est leur capacité à prendre en mains l’économie pour la faire fonctionner au profit de la majorité de la société. Cette force elle se rend visible et vivante dans la grève.

Travailleurs, retraités, chômeurs, jeunes, tous unis pour jeter les bases d’une société débarrassée des prédateurs capitalistes.

Jean-Yves Payet, porte-parole de Lutte ouvrière
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 26 Nov 2018, 21:41

réunion 1ère, lundi 26/11

Crise sociale à La Réunion : la mobilisation se durcit avant l’arrivée de la ministre des Outre-mer

Les Gilets Jaunes avaient promis un lundi noir sur les routes. Au 10e jour de mobilisation, le mouvement se durcit. Une quarantaine de barrages sont installés. Les écoles n’ont pas ouvert et les bus s'arrêtent alors que la ministre des Outre-mer fait des annonces avant son arrivée.

Par Laura Philippon

Les Gilets Jaunes durcissent leur mouvement. Ils avaient annoncé un lundi noir sur les routes, ils ont tenu promesse. Près de 36 barrages sont en place sur les routes nationales et départementales de l’île. Certains, comme celui de la Cocoteraie a Saint-André, a été installé dès 4 heures du matin.

Durcir le mouvement

Dimanche, le mouvement s’est structuré en collectif intitulé "Tous unis pour La Réunion coordination des Gilets Jaunes". Si la journée d’hier a été plutôt calme, les gilets jaunes en ont profité pour se structurer. Ils ont durci leur action dès ce matin avec pour objectifs de bloquer la réouverture des établissements scolaires, des sites universitaires mais aussi les grandes surfaces, du Port et de l’aéroport. Conséquence : la reprise progressive des cours espérée et annoncée par la préfecture de La Réunion est fortement compromise.

Cette nouvelle stratégie avait été avalisée par les référents réunis dimanche, à Sainte-Marie. 38 représentants des 44 barrages actifs dans le département étaient présents.

Retransmission en direct des discussions

Les Gilets Jaunes espèrent ainsi maintenir la pression sur le gouvernement avant l’arrivée de la ministre des Outre-mer. Annick Girardin doit atterrir mercredi à La Réunion, mais les Gilets jaunes ont déjà posé leurs conditions. "Nous ne rencontrerons la ministre des Outre-Mer qu'à condition de la retransmission en direct des discussions", disent-ils, estimant que le préfet n’était plus un interlocuteur pour eux.

Déclaration de la ministre

De son côté, la ministre des Outre-mer a accordé hier soir une interview exclusive à Réunion La1ère. Elle aussi, espérait un retour à la vie normale. Elle déclarait hier soir "l’école reprendra mardi à La Réunion. Il faut que La Réunion retrouve un rythme normal. Il est important que l'économie du territoire puisse reprendre, de même que les services publics".

Annick Girardin affirme qu'elle fera plusieurs annonces dans le domaine de l'emploi et sur le coût de la vie, lors de son déplacement. Elle annonce d'ores et déjà avoir demandé au préfet de La Réunion que soit revu dès à présent à la baisse le prix du carburant. "On nous annonce un prix du baril moins cher, je souhaite que le plus vite possible soit annoncée aux Réunionnais une baisse du prix du carburant puisque c'est le préfet qui fixe le prix maximal".

Le prix maximal des carburants est en effet fixé chaque mois par le préfet. Il s'agit donc d'une anticipation de quelques jours puisque ce prix devait de toute façon "évoluer" au 1er décembre.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 26 Nov 2018, 22:01

Brève LO-Réunion, ce lundi 26 :

Le mouvement s’approfondit

Lundi 26, au 10ème jour du mouvement, le nombre de barrages est plus important. La semaine va être marquée par la venue de la ministre de l’Outre-mer mercredi.

Tous les secteurs d’activité sont ralentis ou à l’arrêt.

L’intersyndicale du BTP appelle les travailleurs, qui ne peuvent se rendre sur les chantiers, à venir renforcer les GJ. Il est plus que légitime que parmi la floraison de revendications celles du monde du travail ne soient pas étouffées. Au contraire.

La vie chère est la source principale de toute la colère accumulée. Contre l’appauvrissement qui résulte des politiques du grand patronat et des gouvernants à leur service, il est vital que les travailleurs exigent une augmentation générale des salaires, des retraites et des allocations et leur alignement automatique sur le coût réel de la vie.

C’est une mesure de sauvegarde pour l’ensemble des classes populaires.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 27 Nov 2018, 23:18

LO-Réunion, 27-11

Baisse du carburant, la supercherie de la ministre

Préparant sa venue la ministre Girardin a demandé au préfet, comme un cadeau fait au mouvement GJ, d’appliquer dès aujourd’hui la baisse sur les carburants. Moins 13 centimes sur l’essence, moins 7 centimes sur le gazole c’est exactement ce qui était déjà calculé pour entrer en application le 1er décembre en application de la baisse du prix du baril et de la parité euro/dollar !

Trois jours d’anticipation au moment où les stations service sont pratiquement à sec et le réapprovisionnement prévu pas avant, au mieux, vendredi 30, c’est se moquer du monde avec un mépris confondant.

Son embrouille minable ne risque pas d’arrêter la colère. Un GJ qui dénonçait cette vrais fausse annonce rajoutait : on ne boit pas l’essence, on ne mange pas le gazole !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 01 Déc 2018, 05:59

Pour avoir les dernières nouvelles du mouvement :
https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... la-reunion

Le journal de 12h30 de Réunion première du 30/11, aux alentours de 11mn, A. Girardin se couche... devant les exigences des entreprises. Leçon de choses impressionnante...
https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/ ... l-de-12h30
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par Ottokar » 01 Déc 2018, 08:36

"se couche" c'est beaucoup dire... je ne sais pas ce qu'ont demandé les patrons réunionnais. Il y a une révolte qui, comme en métropole, fait ressortir toutes les difficultés de la population, de la partie pauvre de la population, surtout dans une île où les prix des produits importés sont déments et le chômage massif. Elle est venue "écouter"; Et qu'est-ce qu'il en sort ? Un train d'allègements d'impôts et de charges pour les entreprises, des zones franches, etc. Pour "relancer, développer, concurrencer"... et rien pour les gens, évidemment.
What did you expect comme dit la pub Schweppes !
Ottokar
 
Message(s) : 256
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Re: Situation explosive à la Réunion

Message par com_71 » 01 Déc 2018, 22:03

La Réunion
Troisième acte, trois fois rien !

Brève LO-Réunion
01/12/2018

Girardin prétendait qu’on allait voir ce qu’on allait voir sur le pouvoir d’achat lors de sa dernière rafale d’annonces vendredi 30 novembre au soir. Et bien on a vu : toujours rien sur les salaires, les retraites et les allocations.

Oh les trois discours, le sien et ceux des présidents du département et de la région, poussés au pupitre pour faire leur réapparition après 14 jours de crise, ont bien porté sur la vie chère.

Melchior signale que le département ne peut pas assurer seul l’aide aux 120 000 familles en difficulté, l’État doit mettre la main à la poche et recentraliser le RSA. Signifiant qu’il avait prévenu sur le risque d’une crise comme celle qui a éclaté ces derniers jours, il rappelle qu’en 2012 l’urgence sociale avait fait l’objet d’un livre blanc, sans aucun résultat.

Robert, bat modérément sa coulpe à propos de sa responsabilité dans la survenue de la crise actuelle. Ne voulant pas rester le seul maudit de l’affaire il veut créer un Conseil consultatif citoyen, tiré au sort, pour préparer des référendums d’initiative populaire.

En attendant, il a trouvé l’arme de destruction massive contre les prix trop élevés : supprimer les coûts de transport des marchandises, en assurant la continuité territoriale comme si La réunion était collée à la France. Ce serait 350 millions d’euros annuels financés par la région, l’État et l’Europe.

La ministre, elle, veut ripoliner l’Observatoire des prix et oh revoilà les citoyens tirés au sort, 50 précise-t-elle, qui y seront associés. Elle prétend qu’aucun produit ne devra échapper à la surveillance, aucun produit ne doit « passer sous le radar ».

Ce qui passe sous le radar ce sont les profits des grosses entreprises, particulièrement celles de la distribution. Le tour de passe passe consiste à faire semblant de s’en prendre à la vie chère sans écorner les profits capitalistes. Le contribuable paiera ! Il faut juste répartir l’addition sur davantage de monde pour que ça semble moins douloureux.

Être au service du grand patronat impose à ses zélés valets quelques élucubrations et gesticulations . Mais l’enfumage n’a jamais fait disparaître les besoins des travailleurs et de la population pauvre.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)