D'homme à homme, le retour de Courteline

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

D'homme à homme, le retour de Courteline

Message par com_71 » 20 Juil 2020, 00:54

D'homme à homme, le retour de Courteline

Un Monsieur, bien sous tous rapports, est accusé de viol par une importune. Oh ! Shocking ! Une très vieille histoire en plus...
Mais non, moi faire une chose pareille, moi, blanc comme l'agneau qui vient de naître ! Que nenni, la Dame m'avait demandé de faire glisser quelques poussières sous le tapis, j'ai accepté et accepté "en même temps" un certain dépoussiérage. Entre adultes consentants, pas de mal n'est-ce pas ?
Le Monsieur est devenu ministre, quelques grincheux évoquent l'histoire, mais les gazettes ont d'autres chats à fouetter.
Et c'est le grand remaniement. Monsieur le Président choisi un premier ministre ayant l'accent du terroir et veut placer son ami, bien sous tous rapports, au poste envié, pourquoi donc ?, de chef des flics. Le premier ministre regimbe un peu, les flics manquent un peu de formation, il leur faudrait plutôt un pédagogue, ancien ministre de l'Éducation Nationale, peut-être réussira-t-il mieux à se faire aimer dans les commissariats que dans les cours d'école...
Le Premier Ministre finit par manger son chapeau, le Monsieur est ministre de l'Intérieur. Entre temps Dame Justice est sortie de sa torpeur et a remis le vieux dossier sur le dessus de la pile et catastrophe, c'est l'été les gazettes font une place à ce qui commence à ressembler à une pièce de boulevard.
Monsieur le Président est quelque peu fâché mais il ne va pas laisser tomber l'autre. Il communique avoir eu avec lui une discussion "d'homme à homme" qui l'a rassuré... Mais sur quoi Bon Dieu ? Sourires dans les chaumières, les gazettes gazouillent de plus belle... Le Premier Ministre est un bon élève, il vole au secours de celui dont il ne voulait pas...
Les défenseurs des valeurs républicaines déplorent l'amoralité à la tête de l'État. Surenchères de certains ou certaines activistes, on susurre que la culpabilité va de soi (ça rime avec bourgeois, ou même avec Bruay-en-Artois).
La chargée du droit des femmes n'est pas en reste, elle a avec Monsieur une discussion "de femme à homme". Elle dit tout et son contraire, elle a du pratiquer la chose dans le monde d'avant, comme PDG...
D'ailleurs, dans ses entreprises, les machines à café étaient rarement choquées par ce qu'elles entendaient. Les machines à café c'est comme le zinc du café du Commerce...
Une certaine Natacha prend la plume pour relativiser doctement, et dernier rebondissement de cette mauvaise pièce, le Monsieur "bien sous tous rapports" encourage vivement à signer une certaine pétition en ligne, pour le soutenir...
Bref, tellement de poussières sous le tapis que ça fait des plis et que tout le monde s'est pris les pieds dedans.
C'est un concours de bêtise ? Et Audiard aurait été encore plus percutant sur le sujet...
Rassurons-nous quand même, tout cela est rigoureusement sans influence sur le taux de profit !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4074
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron