Comment financer les religions ?

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Comment financer les religions ?

Message par artza » 13 Déc 2020, 08:09

Voilà ce qui inquiète Thomas Piketty et un quotidien du soir connu pour sa complaisance pour les trois monothéismes et leurs serviteurs et affidés intéressés.
Alors sur ce problème sociétal urgentissime notre économiste "hollandais" se fend d'une tribune en page "idées" (sic) de ce quotidien qui, on ne sait ni pourquoi, ni comment il jouit d'une réputation de sérieuse objectivité.

Au début ça démarre bien,
Comment financer les religions, tout en assurant la neutralité de la puissance publique vis-à-vis des différentes croyances?

La réponse coule de source, que les croyants mettent la main à la poche, entretiennent leurs locaux sur leur temps libre etc. ...
Et bien vous y êtes pas du tout. Notre économiste conclut par une oecuménique et généreuse proposition,
(d') élargir le champ du financement


Un financement déjà important, systématique, varié et obligatoire pour les municipalités comme le rappel cet économiste théophile.
La seule chose qui le gratte, c'est l'Eglise catholique qui ramasse l'essentiel!
Au passage ce généreux théophile avec l'argent des autres révéle une âme de flic car il faudrait
Renforcer les obligations des associations cultuelles en terme de transparence (?) et de gouvernance (?)
artza
 
Message(s) : 1769
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Comment financer les religions?

Message par Ottokar » 13 Déc 2020, 09:36

Je préfère que mes dons financent mon parti ou des associations caritatives plutôt que l'Eglise catholique. Mais sous couvert de neutralité, la loi de 1905 accorde un privilège à celle-ci. Car l'Etat et les communes sont devenus propriétaires et ont donc été chargés de l'entretien des bâtiments déjà construits (en 1905), se désintéressant de ceux construits ensuite. Résultat, 40 000 églises à entretenir sur le territoire même si plus personne ne va à la messe. Et même si l'Etat est propriétaire, interdiction de s'en servir de salle des fêtes ou de les prêter à d'autres cultes au besoin. Si ce n'est pas un avantage à la curaille catho et un désavantage pour les hindouiste, musulmans ou plus largement, aux autres associations, qu'est-ce que c'est !
Même quand l'Eglise s'en désintéresse, elle a quand même le droit de s'opposer à la transformation de l'ancienne église, dont l'affectation doit "respecter" je ne sais quoi. Et s'il faut détruire une église moche (toutes ne sont pas Notre Dame de Paris) c'est encore nous qui payons. Ou sans même la détruire, nous qui réparons la toiture pour ne pas qu'elle tombe sur les habitants, car le maire serait jugé responsable en cas d'accident.
Si les musulmans, qui n'existaient quasiment pas en 1905, veulent des bâtiments équivalents, ils doivent se financer eux-mêmes... Avouons qu'il y a quelque chose qui les choque et je les comprend. Mais je n'ai aucune envie que mes impôts qui réparent déjà les églises financent aussi les mosquées ! Au lieu d'aligner vers le haut, on pourrait couper les financements aux deux, bien entendu.
Dans l'absolu, il ne me semblerait pas aberrant d'offrir à des fractions de la population des endroits pour se réunir, que ce soit des associations, des syndicats, des croyants (ou des non-croyants). Mais en ces temps où l'emprise religieuse remonte et nous pose des problèmes, pas question de faire la moindre concession aux curés, imams, rabbins ou autres.
Ottokar
 
Message(s) : 331
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Re: Comment financer les religions?

Message par Plestin » 13 Déc 2020, 09:44

Voici une brève LO décrivant un cas concret, à Chaumont (Haute-Marne) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 53478.html

Laïcité
Les discours et la réalité

Brève
12/12/2020

Malgré tous les discours sur la laïcité, sur la séparation entre l’Église et l’État, les lois en vigueur non seulement permettent, mais obligent les collectivités locales à financer les activités des curés. Deux exemples récents à Chaumont :

Au conseil municipal de Chaumont du 6 novembre, une délibération a été adoptée pour financer les travaux nécessaires de la basilique. Il faut évidemment maintenir en état un bâtiment qui appartient à la ville. Mais s’il appartient à la ville, pourquoi seule l’église catholique peut bénéficier de son usage ? Pour la simple raison que la loi lui reconnaît ce droit. Elle est donc dans la situation d’un locataire qui ne paye pas son loyer. Alors trois possibilités : ou bien on décide que plus personne ne paie son loyer, et que c’est désormais la règle pour tous, ou bien on considère que, comme n’importe quelle association, ce sont les utilisateurs qui doivent payer la rénovation de leurs locaux, ou bien encore que les bâtiments construits par les ouvriers du Moyen Âge servent à tous !

Dans l’autre cas, il s’agit carrément d’une extorsion de fonds (légale) de la part de l’institut Oudinot, une école privée catholique. Celle-ci a en effet attaqué au tribunal pour obliger la mairie puis la communauté d’agglomération à lui verser une subvention. Elle a obtenu gain de cause car la loi prévoit l’obligation de verser une somme forfaitaire pour chaque élève inscrit dans le privé. Cette loi est un scandale, et si Macron cherchait vraiment à lutter contre le séparatisme et pas seulement à stigmatiser les musulmans, il pourrait commencer par l’abroger. En effet, cette loi prévoit que chaque mairie doit calculer un forfait par élève. Celui-ci est calculé en totalisant toutes les dépenses pour les élèves des écoles publiques, et en les divisant par le nombre d’élèves. Et la somme ainsi obtenue est versée pour chaque élève fréquentant une école privée. Donc, plus une mairie dépense pour ses écoles, et plus elle est obligée de financer les écoles privées ! Et comme la quasi-totalité des écoles privées sont catholiques, cela revient, encore une fois, malgré un principe affiché de laïcité, à financer l’enseignement religieux. Comme l’institut Oudinot accueille 194 élèves, et que le forfait s’élève à 477,25€, cette école privée touchera 92 586,50 € de fonds publics, en plus de ce que paient les familles. Cette délibération a été soumise au vote, mais cela aussi est choquant, dans la mesure où si elle n’était pas adoptée, ces descendants de jésuites seraient allés au tribunal. Un chantage en quelque sorte, que l’élu de Lutte ouvrière a refusé.

Nous sommes pour la liberté de conscience, et donc pour le droit de ne pas croire, de croire et de changer d’avis. Nous sommes pour la plus totale liberté de propagande religieuse et anti-religieuse. Mais cette propagande ne devrait se mener qu’avec l’argent de ceux qui la soutiennent.
Plestin
 
Message(s) : 1871
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Comment financer les religions ?

Message par Gayraud de Mazars » 13 Déc 2020, 11:45

Salut camarades,

Certains voudraient des théophiles, nous faire revenir au Concordat, comme en Alsace - Lorraine ?

Le régime concordataire en Alsace-Moselle est un élément du régime concordataire français de Napoléon Bonaparte, qui n'a pas été abrogé par la séparation des Églises et de l'État en 1905, l'Alsace-Moselle étant alors un territoire allemand. Et c'est une honte de payer encore pour les Eglises dans cette région ! Où va alors le denier du culte ?

Ce régime spécifique à l'Alsace-Moselle reconnaît et organise les cultes catholique, luthérien, réformé et israélite mais pas pour la religion musulmane, chercher à comprendre, et permet à l'État [Ministère de l'intérieur] de salarier les ministres de ces cultes...

De plus, La religion est enseignée obligatoirement à l'école primaire et au collège en Alsace - Lorraine, on a enlever peut être les crucifix dans les classes, et une dispense est maintenant acceptée sur demande écrite des parents en début d'année scolaire.... Mais ces enfants suivent des cours de Morale à la place du catéchisme ou ce qui en tient lieu !

Les prètres !.jpg
Les curés et les oies blanches ! Assiette au Beurre - 1902
Les prètres !.jpg (23.18 Kio) Consulté 420 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1373
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18


Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)