Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par Byrrh » 30 Déc 2020, 21:13

Je suppose que vous avez vu passer ça : il s'agit de la carte de voeux 2021 du préfet de police de Paris Didier Lallement. Je vous laisse la découvrir dans cet article : https://www.leparisien.fr/amp/faits-div ... 416698.php

La réaction de Jean-Pierre Mercier sur Twitter :

A cette date, la citation de #Trotsky s'adressait justement aux #Lallement de l'époque et autres chiens de garde de la bourgeoisie pour qu'ils soient renvoyés dans les poubelles de l'histoire. Mes #voeux2021

Une brève du courant A&R du NPA :
Leur ordre social et le nôtre

Le préfet de police Didier Lallement a cru bon d'agrémenter sa carte de voeux 2021 avec une courte citation de Léon Trotsky datée de 1918, sortie de son contexte, où il est question d'un "ordre nécessaire" pour éviter "la faillite et le naufrage". Lallement incarne les forces répressives de la bourgeoisie, celles qui frappent et mutilent pour faire taire la contestation. En 1918, face à des puissances capitalistes coalisées qui cherchaient à écraser la révolution prolétarienne en Russie, l'ordre que défendait Trotsky était l'exact opposé de celui que défend Lallement. En effet, l'ordre social pour lequel nous luttons, c'est celui d'une société dirigée par les travailleurs, une société débarrassée des capitalistes... et de leurs valets comme ce sinistre Lallement.

Sur Facebook, cette brève est suivie de cette vidéo relative aux démêlés de Trotsky avec la police française : https://www.dailymotion.com/video/x7je4a
Byrrh
 
Message(s) : 853
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par Gayraud de Mazars » 31 Déc 2020, 08:52

Salut camarades,

Quand un corbeau nanti d’un sabre falsifie Trotsky
Date: 30 décembre 2020 par aplutsoc

https://aplutsoc.org/2020/12/30/quand-u ... e-trotsky/

Le préfet Lallement entend jouer un rôle politique indépendant. On s’en doutait un peu mais la preuve est faite par Trotsky ! Par Trotsky ? Hé bien oui, les vœux de nouvel an du préfet marchant dans la foulée de Chiappe et de Papon, envoyés à toute la maréchaussée parisienne et à tout le monde politique franco-français, sont soi-disant – une citation de Trotsky :

« Je suis profondément convaincu, et les corbeaux auront beau croasser, que nous créerons par nos efforts communs l’ordre nécessaire. Sachez seulement et souvenez-vous bien que, sans cela, la faillite et le naufrage sont inévitables. » (Ecrits militaires, 21 avril 1918).

Cette citation est tronquée ! Voici la version véritable, traduite par nos soins depuis l’édition anglaise des « Ecrits Militaires » :

« Avec une telle différence radicale entre le régime social de la République des Soviets et celui de la monarchie nobiliaire, je suis profondément convaincu que nous établirons l’ordre dont nous avons besoin, avec nos forces combinées, quels que soient les croassements des sombres corbeaux. Vous devez seulement comprendre et garder fermement à l’esprit qu’hors de cela, la chute et la ruine sont inévitables. »

Seul un corbeau nanti d’un sabre pouvait tenter de vider une phrase de Trotsky de tout contenu, et n’y arrivant pas, la tronquer !

Mais quel est donc cet « ordre nécessaire », non pas de Trotsky, mais du corbeau sabré ?

« Le sabre, en lui-même, n’a pas de programme indépendant. Il est l’instrument de « l’ordre ». On fait appel à lui pour conserver ce qui existe. S’élevant politiquement au dessus des classes, le bonapartisme, comme son prédécesseur le césarisme, a toujours été et reste, du point de vue social, le gouvernement de la partie la plus forte et la plus solide des exploiteurs ; par conséquent, le gouvernement actuel ne peut être rien d’autre que le gouvernement du capital financier qui dirige, inspire et achète les sommets de la bureaucratie, de la police, de l’armée et de la presse. » (Bonapartisme et fascisme. Pour une caractérisation de la situation actuelle en Europe. 15 juillet 1934).


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1373
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par com_71 » 31 Déc 2020, 09:05

d'après le tweet d'un certain LeMajor [@LeMajorRouen], il aurait peu après complété d'un
PS : La victoire obtenue par la violence équivaut à une défaite, car elle est momentanée.
Gandhi, Homme politique, Philosophe, Révolutionnaire (1869 - 1948)
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par com_71 » 31 Déc 2020, 09:09

Sur Didier Lallement :
Pourtant, non seulement Didier Lallement est un ancien du parti socialiste, dont il gardera la carte jusqu‘en 1991, mais plus savoureux encore, il est parti soutenir les sandinistes au Nicaragua durant l’été 1984, alors qu’il était engagé aux côtés de Jean-Pierre Chevènement à la gauche de la gauche. C’est ce dernier, par ailleurs, qui lui offrira son premier poste de préfet.

Avant de s’occuper du maintien de l‘ordre lors des manifestations des gilets jaunes, le préfet de police de Paris est passé par le rose, le rouge mais aussi le vert : Didier Lallement a en effet été secrétaire du ministère de l’Écologie entre octobre 2007 et 2010 sous la direction de Jean-Louis Borloo. Plus tard, il s’est également retrouvé secrétaire général du ministère de l’Intérieur sous le mandat de François Hollande, lorsque Manuel Valls occupait le siège de ministre de l’Intérieur place Beauvau.

https://www.leprogres.fr/faits-divers-j ... -nicaragua
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par com_71 » 31 Déc 2020, 09:12

Pour développer le sujet un peu dans tous les sens, tweet d'un certain Régis de Castelnau [@R_DeCastelnau] :
Que Lallement se réfère à Trotski démontre (s’il en était besoin) la lucidité du camarade Staline.

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gis_de_Castelnau
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par com_71 » 31 Déc 2020, 09:17

Dans le florilège des réactions, Révolution Permanente :
Détourner Trotsky : la dernière provocation de Lallement

Sur sa carte de voeu pour la nouvelle année, le Préfet de Paris Didier Lallement a fait figurer une citation de Trotski. Evidemment, la phrase du révolutionnaire russe est utilisée à contre-emploi au service d'une nouvelle provocation.

Paul Morao, mercredi 30 décembre

De temps en temps, les hommes politiques bourgeois ou les éditorialistes aiment citer les révolutionnaires. De Marx à Trotsky en passant par Lénine, cet exercice hypocrite de « culture générale » ne peut évidemment se faire qu’en tronquant et dénaturant les citations, comme l’a fait Didier Lallement cette année sur sa carte de vœux. « Je suis profondément convaincu, et les corbeaux auront beau croasser, que nous créerons par nos efforts communs l’ordre nécessaire. Sachez seulement et souvenez-vous bien que, sans cela, la faillite et le naufrage sont inévitables ». Datée d’avril 1918, pendant la guerre civile qui suivit la prise du pouvoir révolutionnaire d’octobre 1917, voilà la phrase choisie par le Préfet pour annoncer 2021. Une phrase qui semble faire référence à la nécessité de « l’ordre ».

Pourtant, Lallement est-il devenu soudainement trotskyste ? Pour s’en convaincre, il suffit de consulter le texte cité dans sa totalité. Intitulé « Les tâches intérieures et extérieures du pouvoir soviétique » et prononcé à Moscou, Trotsky y revient sur les premières étapes de la révolution russe. Parmi celles-ci la nécessité de remettre en marche un pays frappé par les difficultés conséquentes à quatre années de guerre mondiale impérialiste, tout en défendant la révolution. Un travail qui implique entre autres de réorganiser l’économie, assurer l’approvisionnement en blé, faire fonctionner les transports et créer l’Armée Rouge. « Pour lutter contre la ruine intérieure, nous devons faire régner une discipline de fer, organiser une sévère discipline du travail. » note alors Trotsky.

Evidemment, cette nécessité de fer s’inscrit dans un projet révolutionnaire. Aussi Trotsky note : « Des anciens généraux que nous faisons travailler sous notre contrôle dans l’Armée Rouge nous disent : « Pouvez-vous avoir une discipline sous votre régime ? À notre avis, c’est impossible ! » Nous leur répondons : « Et sous votre régime, y avait-il une discipline ? » —Oui ! — Pourquoi ? — Au sommet il y avait le tsar, les nobles, et en dessous il y avait le soldat, et vous soumettiez ce soldat à la discipline. Rien d’étonnant à cela ! Le soldat était esclave, il travaillait pour vous, vous servait à ses dépens, tirait sur son père et sur sa mère au nom de vos intérêts, — et vous aviez pu instaurer la discipline et maintenir longtemps sous le joug les masses populaires. Mais nous, nous voulons que le soldat lutte et combatte pour lui-même, que les ouvriers travaillent pour eux-mêmes, et c’est seulement à cet effet que nous voulons instaurer la discipline du travail. »

En clair, la discipline exigée au sein de l’Armée rouge est indissociable de la lutte pour un ordre communiste et contre un ordre social capitalisme profondément inégalitaire. De la même façon dans Une étape décisive en juin 1936, Trotsky note à propos du Ministre de l’Intérieur Salengro : « Le nouveau gendarme du capital, Salengro, a déclaré, avant même d’avoir pris le pouvoir, absolument comme l’aurait fait Herriot, ou Laval, Tardieu ou La Rocque, qu’il défendrait "l’ordre contre l’anarchie". Cet individu appelle ordre l’anarchie capitaliste et anarchie la lutte pour l’ordre socialiste. »

Evidemment, quand on lit ces lignes, on est loin du Didier Lallement qu’on connaît. Et ne nous y trompons pas : le préfet cherche bien à ridiculiser l’extrême-gauche en citant Léon Trotsky sur sa carte de vœux. Ridiculiser celles et ceux qu’il n’a, avec de nombreux autres manifestants, cesser de gazer, matraquer et emprisonner depuis qu’il est à la préfecture de police. Cet humour bourgeois crasse, qui, tout en se la jouant provocateur, assume son rôle répressif, montre en définitive le rôle qu’aurait aimé jouer Didier Lallement dans la Russie tsariste d’avant 1917 : celui d’une police politique zélée, ne reculant devant rien et assumant tout. Mais pour incarner cette conception de l’ordre, ce n’est pas Trotsky que Didier Lallement aurait dû citer, mais plutôt un manuel des officiers de l’Okhrana, la police politique tsariste.

https://www.revolutionpermanente.fr/Det ... -Lallement
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par com_71 » 31 Déc 2020, 09:22

L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par artza » 31 Déc 2020, 10:17

Lallement ment!
Lallement ment!
Lallement ment effrontément!

Y-en a au moins un qui ne cite pas Gramsci!
artza
 
Message(s) : 1769
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par com_71 » 31 Déc 2020, 16:30

Le texte :
Certains des anciens généraux que nous faisons travailler sous notre contrôle dans l'Armée Rouge nous disent : « Pouvez-vous avoir une discipline sous votre régime ? À notre avis, c'est impossible! » Nous leur répondons : « Et sous votre régime, y avait-il une discipline ? » —Oui! —Pourquoi ? —Au sommet il y avait le tsar, les nobles, et en dessous il y avait le soldat, et vous soumettiez ce soldat à la discipline. Rien d'étonnant à cela! Le soldat était esclave, il travaillait pour vous, vous servait à ses dépens, tirait sur son père et sur sa mère au nom de vos intérêts, —et vous aviez pu instaurer la discipline et maintenir longtemps sous le joug les masses populaires. Mais nous, nous voulons que le soldat lutte et combatte pour lui-même, que les ouvriers travaillent pour eux-mêmes, et c'est seulement à cet effet que nous voulons instaurer la discipline du travail. Étant donné cette différence essentielle entre le régime de la République Soviétique et la monarchie nobiliaire, je suis profondément convaincu, et les corbeaux auront beau croasser, que nous créerons par nos efforts communs l'ordre nécessaire. Sachez seulement et souvenez-vous bien que, sans cela, la faillite et le naufrage sont inévitables. En ce moment, nous créons l'Armée Rouge des ouvriers et des paysans. Le Comité central exécutif des Soviets des députés ouvriers, soldats et cosaques a déjà adopté la loi du service militaire obligatoire, suivant laquelle chaque citoyen sera obligé, pendant six à huit semaines par an, deux heures par jour, de faire son apprentissage sous la direction d'instructeurs expérimentés dans l'art militaire. Conjointement, nous nous sommes posé la question : faut-il instaurer le service militaire obligatoire également pour les femmes ? La question a été résolue ainsi : nous avons laissé aux femmes le droit de faire le service militaire si elles le veulent. Nous voulons à cet égard faire une expérience. C'est pourquoi le projet de décret stipule que les femmes, si elles le veulent, peuvent s'instruire au même titre que les hommes. Mais une fois qu'une femme s'est mise au même niveau que l'homme, elle doit, en cas de danger pour la République Soviétique, répondre à l'appel du pouvoir soviétique, et partir sous les drapeaux comme un homme.En même temps, nous créons les cadres de l'Armée Rouge. Ces cadres ne sont pas nombreux, ils sont, pour ainsi dire, l'ossature de l'armée. Mais l'armée, maintenant, ce ne sont pas ces dizaines de milliers de soldats de l'Armée Rouge qui sont sous les armes et qui ont besoin de discipline et d'apprentissage. L'armée, c'est le peuple laborieux tout entier, ce sont les énormes réserves d'ouvriers dans les villes et les usines, de paysans dans les villages, qui sont en train de s'instruire. Et quand un nouveau péril contre-révolutionnaire ou une incursion impérialiste nous menacera, l'ossature des cadres devra d'un coup se couvrir de la chair des masses, c'est-à-dire des réserves d'ouvriers et de paysans exercés dans l'art militaire. C'est pourquoi, d'une part, nous créons l'Armée Rouge et, de l'autre, nous établissons l'instruction militaire pour tous les ouvriers et paysans qui n'exploitent pas le travail d'autrui. Nous sommes obligés de faire cette restriction. Nous ne voulons pas armer la bourgeoisie. Nous n'allons pas donner de fusils aux bourgeois, aux exploiteurs, qui ne renoncent pas à leurs droits à la propriété privée. Nous disons : le devoir de tous les citoyens sans exception dans un pays où règne la classe ouvrière, est de le défendre loyalement, s'il est menacé."
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Didier Lallement et son humour de haut fonctionnaire

Message par Patrocle » 31 Déc 2020, 16:48

un commentaire lu sur FaceBook :
« ...Lallement trouve une citation passe partout, sauf pour qui sait que la date du texte de Trotsky est le moment où les généraux "blancs", des défenseurs de l'Empire européo-colonial, formaient leur "club" avec les troupes franco-anglaises et plus à l'est celles du Japon.
C'est vous dire à quel point la conjonction des immigrés, des migrants et des islamistes de tous poils et barbes... nous fait courir des risques !
Heureusement, nous avons des Préfets et des Ministres cultivés et vigilants. »
Patrocle
 
Message(s) : 248
Inscription : 28 Fév 2017, 13:57

Suivant

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)