sans-papiers évacués

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Message par magdalene » 11 Fév 2003, 17:55

à propos des sans-papiers évacuées, comme à l'accoutumée, "avec humanité et coeur"...

mais de quelle crise parle-t-elle ?... les verts ne veulent quand même pas faire le jeu de la droite en quittant le conseil municipal. mais, juste appuyer une politique de droite : nuance !...

pour cantassot, le problème, c'est la forme, les modalités de l'expulsion...
pour le PCF, le problème c'est l'image de la gauche...
pour delanoë, le problème c'est qu'il n'est "que" maire, et pas au gouvernement. sans doute n'est-il pas au PS, ce groupe de crapules, qui a expulsé à tout va et cautionné des assassinats de sans-papiers. sans doutes, je sais pas, mais sans scrupules, ça c'est clair !


· LE MONDE | 11.02.03 | 13h21
L'expulsion des sans-papiers du gymnase Japy ouvre une crise dans la majorité parisienne de gauche

Après s'être justifié en soulignant qu'il avait fait son "devoir", Bertrand Delanoë (PS) devait réunir ses adjoints lors d'un conseil exécutif mardi soir dans une atmosphère tendue.

"Devoir" contre "erreur politique". Le dialogue de sourds continue entre le maire (PS) de Paris et sa majorité plurielle, après l'évacuation, dans la soirée du dimanche 9 février, de quelque 150 sans-papiers du gymnase Japy, dans le 11e arrondissement de Paris.    
 

Bertrand Delanoë a plaidé sa cause, lundi 10 février, lors d'une conférence de presse. "Mon devoir, c'est d'offrir aux citoyens de Paris, aux usagers du service public municipal, ce à quoi ils ont droit (...) Les équipements publics (...) doivent fonctionner pour eux, en l'occurrence les sportifs, les jeunes, en particulier ceux qui ne peuvent partir en vacances". "J'aurais pu accepter que -les sans-papiers- restent trois jours (...) Or, dimanche, ils ont annoncé clairement qu'ils en faisaient leur quartier général permanent".

"AUCUNE DISCUSSION DIRECTE"

M. Delanoë a tenu à rappeler qu'il n'était... que maire. "La lutte pour les sans-papiers est une lutte importante à laquelle je ne suis pas indifférent, mais j'ai un mandat local, pas national." "Que l'on fasse des actions, je le comprends, mais en direction du gouvernement, pas d'une municipalité. Pourquoi celle-là ?", s'est interrogé le maire. Et d'ajouter : "Je ne me prends pas pour un autre". Une allusion claire à son adjoint Vert, Yves Contassot. Ne pas évacuer le gymnase, c'était verser dans la "démagogie" selon le maire de Paris qui a reçu le soutien du président du groupe PS de Paris, Patrick Bloche, qui se déclare, avec les socialistes parisiens, "naturellement solidaire". De même, le maire du 11e arrondissement, le chevènementiste Georges Sarre, a souligné sa "convergence de vues" avec M. Delanoë.

De quoi donner envie aux Verts de répliquer encore plus vivement. "Delanoë nous dit : il faut que les équipements publics fonctionnent. On a vérifié sur le planning du gymnase et il n'y avait pratiquement aucune activité de prévue", témoigne M. Contassot, qui répète son désaccord : "Les conditions dans lesquelles le gymnase a été évacué constituent une erreur politique majeure." "Il n'y a pas que les solidarités d'intention", déclare, de son côté, l'adjointe verte chargée de l'intégration, Kahédidja Bourcart. Pour le secrétaire national des Verts, Gilles Lemaire, qui a été expulsé de façon musclée du gymnase Japy, dimanche, "Delanoë a écorné son image de rassembleur". "Il n'y a eu aucune discussion directe entre le cabinet du maire et la coordination nationale des sans-papiers durant le week-end. On a essayé de jouer les intermédiaires, en vain", dit-il. De même, le président du groupe communiste au Conseil de Paris, Jean Vuillermoz, qui était sur les lieux, dimanche soir, avec l'adjoint PCF Pierre Mansat, s'étonne du "revirement" de M. Delanoë. "Samedi soir et dimanche matin, nous étions d'accord. On s'est dit : on n'évacue pas. On ne peut pas dire que cela fasse du bien à l'image de la gauche dans la capitale", juge-t-il.

De là à faire éclater la majorité parisienne... " Il faut raison garder. On ne quittera pas la majorité, cela voudrait dire laisser la place à la droite. On ne rétorquera pas, non plus, en votant contre les projets du maire. Notre objectif, c'est que cela ne se reproduise plus". Les Verts, non plus, ne souhaitent pas que la gauche parisienne explose en vol. "il n'y aura pas de rétorsion des Verts", assure M. Lemaire, qui lance toutefois cet avertissement : "Sans nous, Delanoë n'a pas de majorité".

L'adjoint (PS) aux questions de sécurité, Christophe Caresche, relativise l'affaire : "Sur les questions municipales, nous sommes en accord avec nos partenaires. La grosse difficulté, c'est que les Verts de l'équipe municipale ont tendance à se positionner sur des enjeux nationaux, et à utiliser la mairie de Paris comme une tribune. Bertrand Delanoë, au contraire, ne veut pas faire de Paris un organe de contestation au gouvernement", reconnaît le député. "L'affaire a percuté nos valeurs. Elle est un révélateur des contradictions que traverse la gauche", confirme l'adjoint (PS) aux sports Pascal Cherki.

Une faille dans laquelle le président du groupe UMP de Paris, Claude Goasguen, s'est empressé de s'engouffrer, en déclarant : "Jospin, Delanoë, même combat : on surfe et tout d'un coup (...) dans la réalité des affaires publiques, des réalités s'imposent". La gauche parisienne va sans doute essayer de faire mentir ce nouvel adage.

Clarisse Fabre et Caroline Monnot
· ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 12.02.03
magdalene
 
Message(s) : 0
Inscription : 06 Fév 2003, 12:29

Message par Louis » 11 Fév 2003, 18:00

a écrit :SANS PAPIERS
en lutte>>>coordination nationale

EXPULSION DES SANS PAPIERS DU GYMNASE JAPY SARKOZY ASSASSIN ! DELANOE COMPLICE !

L'expulsion hier soir des sans papiers et soutiens par les CRS de M. Sarkozy, sur réquisition de M. Delanoé, s'est traduite par 15 évacuations par les pompiers sur l'hopital Saint-Antoine. Le personnel médical des urgences témoigne qu'au vu du nombre de blessés et de la gravité de certaines blessures, « l'évacuation n'a pas dû être tendre »(sic !). Et en effet : coups de matraques, coups de pieds violents sur les côtes, au visage, à l'intérieur comme à l'extérieur du gymnase : voilà la dernière version de l'examen avec « humanisme et progmatisme » du dossier des sans papiers par M. Sarkozy. Qui cette sauvagerie aveugle peut-elle encore surprendre, après les récentes expulsions avec mort d'hommes, ? Qui peut encore douter qu'en lieu et place de la régularisation, ce sont des expulsions massives, parfois dans des cercueils, que M. Sarkozy réserve aux sans papiers ?
Ce qui peut par contre paraître surprenant, c'est que c'est M. Delanoé qui a permis à M. Sarkozy de commettre cette forfaiture. Et M. Delanoé, devant la montée des protestations, explique qu'il a délivré bon de fracturer à la hache les portes du gymnase Japy et tabasser les sans-papiers, parce que : « Quand on est élu, on assume ses responsabilités » ! ! Nous nous permettons d'avoir quelques doutes sur le fait que c'est pour être un supplétif de la droite et sa politique musclée que les électeurs de M. Delanoé ont mis un bulletin dans l'urne. En ce qui nous concerne, nous pouvons tout de suite dire à M. Le Maire, désormais chouchou de la droite revancharde que les sans-papiers avaient contribué à chasser en 1997 : si c'est ainsi que vous entendez assumer vos responsabilités, vous devrez faire dès à présent une bonne provision de stylos ! !
La coordinatin Nationale des Sans Papiers appelle à un

Rassemblement de protestation
devant l'Hôtel de Ville
(M° : Hôtel de Ville, ligne 11)
mardi 11 février 2003 de 17H à 19 H


Il est également demandé à tous les collectifs d'organiser dans la semaine une initiative dans le même sens. En Ile de France, chaque collectif est invité à s'associer aux initiatives des autres, pour amplifier la protestation.

Paris, le 11 février 2003 Le Collège des Elus

- JEUDI 13 FEVRIER A BOBIGNY (93) : veillée à partir de 18h sur le parvis de la préfecture de Bobigny

- Melun (77) : vendredi 14 février à 14H - rendez vous devant la gare SNCF à l'appel de la coordination des sans papiers
Louis
 
Message(s) : 0
Inscription : 15 Oct 2002, 09:33

Message par emma-louise » 11 Fév 2003, 18:03

=D>
emma-louise
 
Message(s) : 0
Inscription : 23 Oct 2002, 03:29

Message par Louis » 18 Fév 2003, 00:42

Et a la manif du 15, y'en avait pas mal de collectifs de sans papiers !
Louis
 
Message(s) : 0
Inscription : 15 Oct 2002, 09:33

Message par Louis » 18 Fév 2003, 00:47

Non là, le mec sur la photo il était pas a la manif ! Mais les collectifs de sans papiers eux, ils y étaient !
Louis
 
Message(s) : 0
Inscription : 15 Oct 2002, 09:33


Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)