Que penser des campagnes de boycott ?

Message par samydead » 12 Mars 2009, 12:58

Un campagne semble se lancer a propos de la vie chère, et appelle à un boycott des produits comme le tabac, l'essence, les jeux de hasards, la grande distribution, etc.

C est la deuxieme fois que je recois ce genre de mail en une semaine. Une amie me l a envoyé et j aimerais pouvoir lui repondre avec des arguments serieux sur l histoire du boycott dans les mouvements de protestation, l'efficacité ou pas d une telle campagne etc.

Merci d avance.
samydead
 
Message(s) : 4
Inscription : 27 Mai 2004, 16:19

Message par Gaby » 12 Mars 2009, 13:42

Je vais répondre un peu à côté. Même si aujourd'hui, le boycott fait souvent figure de moyen très timoré, je ne sais pas si on peut avoir une position systématiquement hostile. Puisque tu as un avatar du BPP, on peut par exemple penser aux bus à Montgomery en 1955, qui a largement précédé la radicalisation du mouvement de libération des noirs américains. En fait, pour les luttes anticoloniales, le boycott a été souvent décisif, depuis la révolution américaine. Aujourd'hui en France, c'est beaucoup moins opportun, et effectivement c'est assez loin de la lutte de classes.
Gaby
 
Message(s) : 401
Inscription : 27 Fév 2004, 10:53

Message par samydead » 12 Mars 2009, 15:05

Oui effectivement j avais en tete le boycott des bus avec Rosa Lee Parks...

Mais ce que j aimerais pouvoir expliquer clairement, c est en quoi le boycott n'est pas vraiment efficace pour s en prendre à la bougeoisie.. C est certainement aussi flou dans ma tete..

Ici, c est bien un probleme de cout de la vie dont il s agit.. Y a t il deja eu des exemples de campagnes de boycott qui auraient abouti a des avancées sur les prix ?

Quelles ont été les experiences du mouvement ouvrier par apport au boycott ?
samydead
 
Message(s) : 4
Inscription : 27 Mai 2004, 16:19

Message par Matrok » 12 Mars 2009, 20:20

Ceci dit, boycotter le tabac et les jeux de hasards, ça ne peut que faire le plus grand bien à ceux qui boycotteront. ;)
Matrok
 
Message(s) : 177
Inscription : 12 Mars 2003, 21:43

Message par Valiere » 17 Sep 2009, 08:26

J'ai participé à beaucoup de boycott dans le passé et je pense que l'effet est plus que limité quand il ne s'agit que de l'action d'individus.
Le boycott de Danone après l'annonce de son plan de "restructuration" en mars 2001 a gêné l'entreprise et a -peut être bloqué son deuxième plan de liquidation de postes- car de nombreuses municipalités ont arrêté de commander ses produits pour la restauration scolaire
Valiere
 
Message(s) : 0
Inscription : 07 Mars 2004, 22:35

Message par Zimer » 07 Oct 2009, 21:43

a écrit :"POUR LA PALESTINE, BOYCOTTONS ISRAËL !
mercredi 7 octobre 2009


Le 10 octobre sera une étape clé de la campagne de boycott des produits en provenance d’Israël. Des actions sont organisées dans toute la France.

En France la campagne « Boycott, désinvestissements et sanctions » (BDS) s’articule actuellement autour de la coalition contre Agrexco, une entreprise d’exportation de fruits et légumes israéliens cultivés en partie dans les colonies, dont celle de la vallée du Jourdain, où 7 000 colons se sont appropriés 95 % des terres des paysans palestiniens et contrôlent 98 % de l’eau.

Georges Frêche, président du conseil régional de Midi-Pyrénées,  exclu du PS en 2007 après des déclarations racistes concernant les harkis, s’apprête à subventionner Agrexco pour son installation dans le port de Sète.

Le samedi 10 octobre, des actions unitaires seront organisées dans toute la France, et notamment à Montpellier contre Agrexco. Distributions de tracts, actions et mobilisations, face à l’incurie des gouvernements de l’Union européenne et des États-Unis en premier lieu, le mouvement de solidarité avec la lutte du peuple palestinien entre en action.

La campagne BDS contre Israël a démarré en 2005, à la suite d’un appel de la société civile palestinienne signé par l’ensemble des composantes du peuple palestinien. L’objectif est clairement de faire céder le gouvernement israélien sur trois points : la fin de l’apartheid et de la colonisation et le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens.

La campagne BDS s’attaque à l’impunité dont jouit depuis de nombreuses années l’État d’Israël. Malgré la colonisation et l’expulsion massive des Palestiniens de leurs lieux de vie, malgré la construction du mur qui enclave toujours plus le peuple arabe, malgré l’apartheid et l’entrave quotidienne des libertés de circulation, la plupart des  gouvernements internationaux continuent de considérer l’État d’Israël comme un partenaire économique, politique et culturel. La campagne BDS a pour but de sanctionner le gouvernement israélien par la pression populaire tant que celui-ci ne respectera pas le droit international.

Participer à cette campagne, c’est encourager le boycott des produits fabriqués en Israël, mais aussi boycotter les institutions académiques, universitaires, culturelles et sportives, c’est exiger des entreprises privées et publiques qu’elles cessent leurs investissements en Israël, c’est exiger des États et des gouvernements qu’ils prennent des sanctions (politiques, diplomatiques, économiques) contre Israël.

Un peu partout, on assiste à la construction d’un mouvement populaire, redynamisé suite aux mobilisations condamnant le massacre de Gaza en janvier 2009, l’opération « plomb durci », qui a fait 1 315 morts, dont 433 enfants, et 6 000 blessés dont une écrasante majorité de civils. Une structure unitaire « Campagne BDS France » a été mise en place, fin juin 2009. Elle regroupe des associations, des syndicats, des partis politiques dont le NPA.

Aujourd’hui le mouvement connaît ses premières victoires :

–  le désengagement d’un fonds de pension gouvernemental norvégien de la compagnie israélienne Elbit ;

– le retrait, par la banque britannique BlackRock, de ses investissements dans le groupe israélien Lev Leviev (qui construit des colonies),

–  l’appel de protestation contre la décision du Festival international du film de Toronto de « célébrer Tel Aviv » lors de son édition 2009, signé (entre autres) par Ken Loach, Jane Fonda, Danny Glover, Eve Ensler, Elia Suleiman, Howard Zinn et Naomi Klein.

La réussite du 10 octobre sera point un d’appui important pour la suite de la campagne.

Linda Sehili "


Voilà à mon avis un exemple de l'alignement total du NPA sur les nationalistes Palestiniens en plus du ton nationaliste ils en arrivent a s'adresser aux entreprises Françaises et a réclamer d'elles qu'elles se retirent d'Israel :swoon: ! Celles ci auraient donc des leçons a donner a Israël ?
Je trouve aussi choquant la volonté de boycott des activités culturelles Israéliennes donc il faudrait dire : A bas Aron Shabtai ! ? A bas Shlomo Sand ! A bas Daniel Barenboïm ! ? :ph34r: NPA

J'ai rajouté un
dans le message qui était illisible sinon.
Zimer
 
Message(s) : 0
Inscription : 10 Avr 2007, 09:38

Message par Valiere » 11 Oct 2009, 09:39

D'accord avec Zimer, il y a là une confusion entre les intérêts impérialistes et les productions culturelles.
Valiere
 
Message(s) : 0
Inscription : 07 Mars 2004, 22:35

Message par cleo » 26 Nov 2009, 18:42

(Zimer @ mercredi 7 octobre 2009 à 22:43 a écrit : Voilà à mon avis un exemple de l'alignement total du NPA sur les nationalistes Palestiniens en plus du ton nationaliste ils en arrivent a s'adresser aux entreprises Françaises  et a réclamer  d'elles qu'elles se retirent d'Israel  :swoon: !  Celles ci auraient donc des leçons a donner a Israël ?
Je trouve aussi choquant la volonté de boycott des activités culturelles Israéliennes donc il faudrait dire  :  A bas Aron Shabtai ! ?  A bas Shlomo Sand !  A bas  Daniel Barenboïm ! ?  :ph34r: NPA

Je trouve aussi que ce Boycott accrédite l'idée que c'est l'ensemble de la société israélienne (bourgeoisie comme prolétariat) qui aurait intérêt à ce que les choses reste en état. Discours qui permet de prolonger l'impasse des nationalismes dans cette région.

En effet, en boycottant on s'en prend au patrons mais aussi à leurs ouvriers.

C'est d'ailleurs le problème de tous les boycott à mon avis...

Ce n'est plus de la lutte de classe où des ouvriers s'en prennent consciemment à leurs patrons pour établir le rapport de force nécessaire à l'acquisition "d'avantages".

Mais une intervention exterieur cherchant à prouver que la politique d'une entreprise est mauvaise (ce qui sous entend que c'est exeptionnelle et que les autres entreprises font bien mieux), et que les salariés sont complices puisqu'ils ne font rien contre...

Contrairement à la grève, acte conscients des ouvriers, je trouve que les campagnes de boycott sont culpabilisante et qu'elles amènent les salariés à penser qu'ils ont des intérêts commun avec leurs patrons.
cleo
 
Message(s) : 0
Inscription : 26 Nov 2009, 17:47

Message par Zappa » 26 Nov 2009, 22:54

Je sais pas si on peut être aussi catégorique vis à vis du boycott. Un boycott vraiment réussi pourrait faire office d'électrochoc. " Il se passe quelque chose, nos boîtes se font boycotter, y a bien une raison à ça ? ". A partir de cette question peut ressortir les pires trucs nationalistes effectivement, comme une prise de conscience positive. C'est un peu une tactique à double tranchant en fait, qui me rappelle le blocage des universités :D ( bon d'ailleurs c'est quand qu'on bloque cette année ? je commence à attendre ! ).
Ceci dit avant qu'un vrai boycott voit le jour, on a le temps de discuter de sa nécessité ou pas... Et avant qu'on puisse un peu réellement s'adresser aux travailleurs israéliens, on a le temps aussi.
Zappa
 
Message(s) : 0
Inscription : 29 Jan 2008, 11:28

Message par Ottokar » 27 Nov 2009, 08:10

Zimer qui est toujours simple, nous poste un long communiqué sur le boycott d'Israel, mal mis en forme alors que ce n'est pas sa première intervention... pour nous dire qu'il n'est pas pour le boycott et que ce serait un alignement du NPA sur les nationalistes palestiniens.

On a déjà fait plus simple. :wacko:
Ottokar
 
Message(s) : 318
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Suivant

Retour vers Divers

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron