Du NPA au FN

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Message par luc marchauciel » 23 Fév 2011, 16:12

J'imagine que la procédure n'est qu'un coup de pub et n'a aucne chance d'aboutir.
La CGT n'étant pas la société dans son ensemble, pas un service public type "école", elle a parfaitement le droit de définir qui peut faire partie ou pas d'elle-même, et exclure ceux qui ne corrspondent pas aux valeurs qu'elle a définie comme discriminantes pour sa propre identité. Sinon, Laurence Parisot aurait très bien le droit de poursuivre en justice la CGT pour refus de son adhésion !!!
Le seul truc c'est : est ce que les procédures définies par les statuts de la CGT pour gérer ce genre de problème ont été respectées ? Si oui, Engelmann et Collard peuvent pisser dans un violon, je pense que juridiquement ça aura le même effet. Si non, je suis mêeme pas sûr que la justice ait très envie d'intervenir dans ce genre d'histoire.
luc marchauciel
 
Message(s) : 73
Inscription : 12 Avr 2008, 18:37

Message par pedro » 23 Fév 2011, 18:37

collard ne manque jamais une occasion de chier sur la cgt.
pedro
 
Message(s) : 0
Inscription : 17 Juin 2003, 15:52

Message par com_71 » 23 Fév 2011, 23:34

(lo a écrit :Nilvange (Moselle) Les idées nauséabondes du FN n'ont rien à faire à la CGT

Secrétaire du syndicat CGT des communaux de Nilvange, Fabien Engelmann a annoncé qu'il serait candidat du Front National aux prochaines élections cantonales en Moselle.

Les instances de la CGT se sont opposées, à juste titre, à son maintien à la tête du syndicat. En effet, être candidat du FN, ce parti qui dresse les travailleurs français contre les immigrés, qui est pour la retraite à 65 ans et dénonce les soi-disant privilèges des fonctionnaires... chacun peut comprendre que c'est contradictoire avec des responsabilités dans un syndicat - qui plus est de la Fonction publique - visant à défendre tous les salariés.

Car ce n'est pas de faire de la politique qui lui est reproché, comme le prétend, faussement ingénu, Fabien Engelmann, habitué à retourner sa veste. Il a été, malheureusement, tête de liste Lutte ouvrière à Thionville en 2008, il est passé ensuite au NPA, se présentant en seconde position sur sa liste en Moselle aux régionales de 2010, puis à Riposte laïque et aujourd'hui au FN.

Les gens peuvent changer? mais là il s'agit d'une véritable dérive. Lors du vote organisé dans son syndicat, Fabien Engelmann a été reconduit comme secrétaire par vingt voix contre trois. L'Union Départementale CGT a alors dissout le syndicat, en s'expliquant ainsi : « Les positions racistes et xénophobes du Front National étant totalement incompatible aux nôtres, nous avons tenté auprès du délégué syndical puis en assemblée générale des syndiqués, de leur faire abandonner leur position frontiste. Dans la mesure où ils sont restés sourds à nos arguments, en accord avec la Fédération des services publics..., l'UD a décidé de dissoudre le syndicat ».

En effet, en dressant les travailleurs les uns contre les autres, le FN défend une politique aux antipodes des idées du mouvement ouvrier. Certes, des ouvriers se sont fait abuser par la démagogie lepéniste et il y en a sans doute parmi l'électorat du FN en Moselle puisqu'il y a fait plus de 20 % au deuxième tour des élections régionales de 2010. Mais ceux qui revendiquent cette politique ne doivent pas pouvoir parler au nom d'un syndicat comme la CGT.

Penser que Marine Le Pen défend les petites gens parce qu'elle s'en prend de temps à autre aux financiers ou aux banquiers, c'est une profonde erreur. Les Le Pen, père et fille, sont socialement du côté de la bourgeoisie, et, politiquement, ils mettent tout en œuvre pour que si les travailleurs se mettent en colère, cette colère se dirige contre les immigrés, contre les plus pauvres et les plus démunis, et surtout pas contre la bourgeoisie et les capitalistes responsables du désastre de la crise et du drame du chômage. Le mouvement ouvrier a besoin, non d'une politique visant à le diviser et à retourner sa colère contre les plus mal lotis, mais d'une politique de classe visant à ce que les travailleurs, quelle que soit leur origine, reprennent l'offensive contre le patronat.

Étienne HOURDIN
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2992
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Message par Sterd » 25 Fév 2011, 22:11

Une autre

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/02/2...andidate-fn.php

a écrit :Vénussia Myrtil, transfuge du NPA et candidate FN

Par Sophie de Ravinel, Pierre Baudis

25/02/2011  | Mise à jour : 21:56

Vénussia Myrtil est un sujet sensible. L'étudiante en psycho de 21 ans a tout du profil altermondialiste : la couleur de peau métissée - mi-Ariégeoise, mi-Guadeloupéenne -, le piercing sur l'arcade sourcilière et tout un tas d'idées libérées sur la sexualité. La jeune femme a milité au Nouveau Parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot et, à l'époque du lycée, aux Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR). Mais désormais, Vénussia Myrtil est encartée au Front national. Elle est candidate aux cantonales dans les Yvelines, à Aubergenville. Elle tutoie «Marine» (Le Pen) et vouvoie «Le Pen», Jean-Marie.

La militante est assez vite devenue une sorte d'icône dans l'entourage de la nouvelle présidente du FN qui la présente comme un gage d'évolution de son parti. Pendant la campagne, les anti-Marine se sont déchaînés contre le profil atypique de l'ex-militante d'extrême gauche. Mais son parcours fait mouche, comme celui du jeune délégué suspendu de la CGT Fabien Engelmann, ex-militant de Lutte ouvrière passé au NPA et désormais candidat du FN à Algrange (Moselle).

Nouvelles adhésions de jeunes
Vénussia et Fabien - qui est défendu par Me Gilbert Collard dans son dossier de suspension de la CGT - se sont rencontrés vendredi au Salon de l'agriculture autour de Marine Le Pen.

Vénussia Myrtil s'est engagée avec la JCR «pendant les manifs contre les réformes Darcos », entraînée là «par une copine de lycée» et séduite par le côté «communautaire» des jeunes, «décidés à se battre contre les gros patrons et pour plus de justice sociale». Au NPA, qu'elle a côtoyé à partir de 2009 sans avoir été encartée, le souvenir de ceux qui l'ont connue reste focalisé sur une furieuse dispute au sujet du colonialisme. «Leur côté internationaliste m'a gonflée, dit-elle aujourd'hui. J'ai pas aimé non plus les prières en arabe dans la rue pendant les manifestations propalestiniennes, ça a été la goutte d'eau… Je me suis tirée.» Rapidement, cette jeune femme dont la mère a déjà fait le saut du PCF au FN est séduite par le discours «social et patriote» de Marine Le Pen.

«Je croyais que des fachos allaient me casser la gueule, j'ai été bien accueillie.» En particulier par la vice-présidente du FN Marie-Christine Arnautu, qui coache de près la jeune militante et son discours… «Elle a le droit d'être pour le mariage homosexuel et favorable à l'adoption par des couples homos, c'est son affaire, explique avec prudence Nathalie Pigeot, responsable du Front national de jeunes, mais cela n'en fait pas la position du FN. Nous ne sommes pas dans une utilisation marketing de son image», jure-t-elle. Le FNJ revendique plus de deux mille adhésions de jeunes depuis la mi-janvier dont «beaucoup» viendraient de la gauche ou de l'extrême gauche.

À LO, parti d'origine de Fabien Engelmann, on dénonce la «véritable dérive» d'ouvriers qui «se sont fait abuser par la démagogie lepéniste» d'un parti «socialement du côté de la bourgeoisie». «Depuis l'arrivée de Marine Le Pen, ils mettent en musique ces cas exceptionnels de passage d'un extrême à l'autre par des gens désorientés», note Éric Coquerel, du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui ajoute : «En gage de défense de la laïcité, ils ne font que pourchasser une religion.»
Sterd
 
Message(s) : 0
Inscription : 27 Nov 2005, 20:51

Message par redsamourai » 26 Fév 2011, 10:39

le FN dit merci à ces journalistes.

même si je sais bien qu'il ne s'agit que de cas isolés que le FN met en exergue avec la complicité active de certains journalistes, on ne peut pas s'empêcher d'imaginer une situation où ce genre de chose deviendrait un phénomène plus massif. ça fout d'une humeur de merde.
redsamourai
 
Message(s) : 8
Inscription : 26 Avr 2007, 16:51

Message par artza » 26 Fév 2011, 13:06

(polo2001 @ samedi 26 février 2011 à 11:10 a écrit :ce que le FN de Marine Le Pen sait aussi très bien faire avec une démagogie sans borne

Une démagogie qui ne s'aventure pas trop sur le terrain social pour l'instant.

Le jour ou il y aura à l'extrême-droite des gens qui parleront de révolution, d'anti-capitalisme et pourquoi pas de socialisme, qui dénonceront les "bonzes gras" des syndicats et des municipalités, alors il y aura du souci à se faire.
artza
 
Message(s) : 1377
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Message par luc marchauciel » 26 Fév 2011, 13:15

Communiqué du NPA 57 :

a écrit :
Déclaration du NPA 57 :

Le Front National en instrumentalisant Fabien Engelmann a réussi, grâce à sa stratégie bien rodée de la victimisation, un joli coup médiatique : faire se répandre celui-ci dans les médias locaux puis nationaux pour en tirer le maximum de bénéfices en termes électoraux.

Jouant dans un premier temps de son appartenance éphémère au NPA, puis de sa position de secrétaire de section CGT des agents territoriaux de la Mairie de Nilvange, les médias relaient complaisamment sa prétendue déconvenue d'être écarté de la CGT alors qu'il se présente aux élections cantonales sous l'étiquette FN. Le soi-disant  programme social du FN est hostile aux salariés avec des propositions souvent encore plus libérales que la droite parlementaire,  comme l’illustre son projet pour les retraites. C’est le retour de l’âge légal à 65 ans, la liquidation des régimes spéciaux, et la retraite par capitalisation que le parti d’extrême droite  entend privilégier contre le système par répartition. Tout le contraire des exigences du monde du travail qui se sont manifestées lors du récent mouvement social  sur les retraites. Quel « syndicaliste » pourrait assumer ce grand écart sans se renier ?

Rien d’étonnant à ce que l’UD CGT de Moselle et sa confédération aient décidé de l’exclure de ses rangs. Qu'un de ses responsables véhicule des idées racistes et xénophobes, au risque de mettre en péril son travail de défense non seulement des travailleurs immigrés ou d'origine immigrée, mais aussi celui de l'ensemble des salariés qu’elle représente, voilà qui n’est ni acceptable ni tolérable pour une organisation du mouvement ouvrier.

Avec le soutien appuyé de son nouveau parti qui lui fournit généreusement l’un des ténors du barreau, ce triste sire a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux.

C'est donc tout à l'honneur de la CGT d'avoir réagi sans tarder, en refusant d'être le jouet du clan Le Pen et de son FHaine.
luc marchauciel
 
Message(s) : 73
Inscription : 12 Avr 2008, 18:37

Message par luc marchauciel » 28 Mars 2011, 19:57

Dépêche AFP aujourd'hui :

a écrit :
Accueil houleux à la CGT pour le syndicaliste frontiste

Le syndicaliste suspendu de la CGT il y a un mois pour avoir porté les couleurs du FN aux cantonales, a reçu lundi un accueil houleux au siège de la confédération, où il a défendu son double engagement, n'y voyant pas d'incompatibilité.


Plusieurs centaines de militants cégétistes -- plus de 1.000, selon la centrale -- attendaient de pied ferme Fabien Engelmann, secrétaire du syndicat CGT des agents territoriaux de la mairie de Nilvange (Moselle), qui a été entendu par la fédération des services publics.

Cette fédération se prononcera le 6 avril sur la suite à donner à cette affaire, qui met en jeu toute la section syndicale mosellane, également suspendue après s'être dite solidaire de son secrétaire.

Pour la CGT, "il faudra reconstruire un syndicat à Nilvange".

Sous les huées et les slogans anti-FN, Fabien Engelmann, accompagné du secrétaire adjoint de sa section, a dû franchir la foule compacte sous l'escorte du service d'ordre de la centrale, ainsi que de deux membres du "département protection sécurité" du FN, pour sa réunion avec le secrétaire général de la fédération, Baptiste Talbot.

Le Front national avait lui-même annoncé sa convocation, en précisant que l'intéressé s'adresserait à la presse à sa sortie. Un choix considéré comme une provocation par les militants CGT, qui avaient répondu en masse à l'appel de la CGT de Paris pour l'en empêcher.

"Il n'était pas question d'une conférence de presse à côté d'un haut lieu de des luttes ouvrières, de la solidarité, de la fraternité", a déclaré Francine Blanche, membre de la commission exécutive du syndicat, à l'issue de la rencontre.

"Ce que porte le FN n'a rien à voir avec le syndicalisme, il n'y aura pas de FN dans la CGT", a-t-elle martelé.

La rencontre de Fabien Engelmann avec les journalistes n'a effectivement pas eu lieu devant le siège de la centrale. Après moins d'une heure d'entretien, il été invité à quitter discrètement le bâtiment, à la demande de la police, selon lui.

Mais il a donné rendez-vous à la presse un peu plus tard dans Paris, pour raconter l'accueil que lui avaient réservé "deux cents personnes hyper-excitées, des gauchistes englués dans la pensée unique".

"On m'a craché dessus et donné des coups dans les jambes. Ca me rend triste. On n'est pas obligé d'être d'accord sur tout mais de là à en venir aux mains et à m'insulter... J'ai le droit d'aimer Marine Le Pen et de militer au Front national. Je ne vois pas où est le problème", a-t-il dit.

Le syndicaliste qui avait annoncé qu'il porterait plainte pour "discrimination politique" contre la CGT, a précisé avoir saisi vendredi le tribunal de Bobigny.

Pour leur part, les syndicats CFDT, CGT, FSU, Solidaires et Unsa se sont dit mi-mars, dans une déclaration commune, "déterminés à empêcher l'instrumentalisation du syndicalisme par le Front national, qui n'est pas un parti comme les autres et dont les orientations sont à l'opposé" de leurs valeurs.

Après la CGT, FO et SUD, la CFDT a annoncé lundi avoir engagé une procédure d?exclusion contre un de ses membres, candidat du Front national aux cantonales, également en Moselle, battu au second tour.

Fabien Engelmann avait lui été éliminé au premier tour faute d'avoir franchi la barre des 12,5% d'inscrits.

"On est allé en Moselle dès la fin janvier pour discuter avec un maximum de militants, les camarades se sont battus et M. Engelmann n'est pas passé", s'est félicité Francine Blanche.

La responsable reconnaît cependant qu'il y a une "leçon à tirer": "les syndicats ne sont pas assez présents", notamment auprès des salariés les plus précaires.



Le truc c'est que, contrairement à ce que je pensais, ce n'est pas un cas totalement isolé, et le FN devait préparer son coup vu qu'il a aligné aux cantonales des candidats par ailleurs membres de la CGT, mais aussi de FO, SUD et la CFDT.
luc marchauciel
 
Message(s) : 73
Inscription : 12 Avr 2008, 18:37

PrécédentSuivant

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité