Brexit or not Brexit, that is (not) the question

Dans le monde...

Re: Brexit or not Brexit, that is (not) the question

Message par Gayraud de Mazars » 28 Nov 2019, 13:29

Salut camarades,

Article très polémique du groupe Révolution, section française de la TMI (Tendance Marxiste Internationale) sur la situation en Grande Bretagne... Réponse au sujet d'un article écrit par Lutte Ouvrière !

admin : article déjà inséré sur ce fil [par Plestin 10 Nov 2019]
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 995
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Brexit or not Brexit, that is (not) the question

Message par Gayraud de Mazars » 28 Nov 2019, 17:09

Salut camarades,

Désolé j'avais pas bien vu le post du camarade Plestin...

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 995
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Brexit or not Brexit, that is (not) the question

Message par com_71 » 13 Déc 2019, 19:53

Les tories ont été majoritaires hier. Qu'écrivait WF la veille de ces élections ?

Workers Fight 11 décembre 2019 a écrit :Les bulletins de vote ne changent rien, il va falloir désormais se battre !

Que sortira-t-on des élections ce jeudi soir ? Personne n'en est certain. Surtout pas les sondeurs professionnels, dont les prédictions ont été si notoirement fausses dans le passé - à supposer qu'elles ne soient pas délibérément «bidouillées» !
La seule chose que nous savons, cependant, c'est que nos intérêts de classe ne sont représentés par aucun des partis qui se sont présentés aux élections. Nous ne pourrons donc pas utiliser notre bulletin de vote de manière utile.
Quant au nouveau Parlement, qu'il soit «suspendu» ou non, et quel que soit le parti le plus important, il sera toujours dominé par la même obsession du Brexit qui a déjà détourné la scène politique depuis trop longtemps.
Quiconque pénètre dans Downing Street, la première décision du nouveau gouvernement sera de se retourner vers l'UE, prétendument pour "faire avancer le Brexit" - ce qui signifie encore plus de courses de chevaux sans fin non seulement avec l'UE, mais aussi entre les députés eux-mêmes. Et la saga du Brexit durera encore bien des mois, voire des années, tandis que les problèmes rencontrés par la classe ouvrière restent suspendus dans les airs.

S'inspirer de l'autre côté de la Manche

Cependant, rien de tout cela n'est écrit dans la pierre. Et c'est précisément ce que nos frères et sœurs français nous montrent aujourd'hui.
En effet, malgré toutes les absurdités qui ont été colportées jour après jour par les médias britanniques à propos de l'UE et du Brexit, il n'y a eu pratiquement aucune couverture de la grande vague de grèves qui s'est déroulée de l'autre côté de la Manche au cours de la semaine passée.
Depuis le 5 décembre, des centaines de milliers de travailleurs ont déclenché une grève et organisé des manifestations de rue massives à travers la France. Depuis ce jour, le réseau ferroviaire français est en grande partie paralysé, avec moins d'un train sur cinq circulant au niveau national. Parallèlement, les transports urbains ont été arrêtés dans la plupart des principales villes du pays.
L'étincelle qui a déclenché cette vague de troubles a été la publication d'une soi-disant «réforme» du système de retraite des travailleurs par l'administration pro-entreprise du président Macron. Le but du jeu, bien sûr, est de réduire le coût de ce système pour l'État - et pour les patrons - sous prétexte de le "rationaliser" - tout comme le prétexte des conservateurs pour introduire le système de crédit universel, afin de réduire les prestations au cours des dernières années.
Il s'agit en fait de la dernière d'une longue série d'attaques de l'État français contre les retraites des travailleurs. Cette fois, cependant, le gouvernement français semble avoir sous-estimé la colère qui a été générée par les attaques continues de Macron contre les droits et conditions des travailleurs.
De plus, alors que les travailleurs des transports publics étaient initialement à l'avant-garde de la vague de grève, d'autres sections se sont maintenant jointes - y compris des travailleurs des services publics de l'énergie, des raffineries, des hôpitaux, des écoles et de certaines usines d'ingénierie et automobiles du secteur privé.

Il est temps de régler les comptes !

À bien des égards, notre situation en Grande-Bretagne est similaire. Comme les travailleurs français, nous sommes confrontés à de nombreuses attaques des patrons et de leurs politiciens au gouvernement. Comme eux, nous avons été confrontés à une détérioration drastique des conditions de vie et de travail, à une montée de la pauvreté et à une crise du logement endémique. Et comme eux, nous avons reçu beaucoup trop de coups de la classe capitaliste, sans répondre en nature.
De plus, nous devons endurer les trois dernières années de la saga du Brexit : trois ans, pendant lesquels le gouvernement et les politiciens ont systématiquement tenté de détourner notre attention des attaques auxquelles nous étions confrontés, en utilisant le mirage d'une Grande-Bretagne prospère après le Brexit et imputer tous les maux de leur économie paralysée par l'austérité aux travailleurs migrants.
À l'heure actuelle, cependant, la plupart d'entre nous ont vu à travers leurs tours de magie, leurs mensonges, leurs jeux xénophobes toxiques et leurs tactiques de division. Et le moment est venu pour nous de dire que ça suffit !
Voulons-nous continuer à vivre dans ce qui est devenu, au cours des dernières décennies, la société la plus inégale de tous les pays européens riches ?
En effet, non seulement les PDG britanniques sont les mieux payés de toute l'Europe, mais ses 10% les plus riches possèdent 23 fois plus que ses 10% les plus pauvres. Quant aux 6 milliardaires les plus riches de Grande-Bretagne, ils possèdent entre eux autant que le pays les 13,2 millions les plus pauvres !
Pourquoi l'un de nous voudrait-il tolérer un parasitisme aussi obscène ? Bien sûr que non !
Il y a cependant une logique à cette folie britannique. C'est la logique d'un profiteur privé sans entraves, qui n'a pas été contrecarrée par un mouvement ouvrier prêt à se battre pour ses intérêts de classe.
Tout comme les grévistes en France d'aujourd'hui, il est temps pour nous de montrer nos muscles et de régler nos comptes avec nos propres parasites capitalistes. Nous avons la force collective de le faire. Mais nous devrons l'utiliser !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3884
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Brexit or not Brexit, that is (not) the question

Message par com_71 » 20 Déc 2019, 13:23

WF 18 décembre 2019 a écrit :Notre «volonté» doit être imposée à travers nos luttes

Contrairement aux nombreux commentaires des médias et aux gros titres des journaux, le 12 décembre n'a certainement pas été un "glissement de terrain" pour Johnson - ni pour son parti ni pour ses politiques !
Avec seulement 330 000 voix de plus qu'aux élections de 2017, Johnson n'a augmenté le score des conservateurs que de 1,2%, jusqu'à 43,6%, par rapport à son prédécesseur, Theresa May. Et n'oublions pas que c'est le résultat de cette élection de 2017 qui a finalement contraint May à démissionner !
Alors pourquoi diable la performance plutôt pathétique de Johnson devrait-elle être accueillie avec une telle fanfare ? Dans un système politique sain, où le vote est conçu pour être un moyen pour les électeurs d'exprimer réellement une opinion, ce ne serait pas le cas. Mais ce système n'est certainement pas sain d'esprit !

Un menteur soutenu par une fraude électorale

En effet, sans le système uninominal majoritaire à un tour, le gain de 1,2% de Johnson n'aurait jamais donné aux conservateurs 47 députés supplémentaires, soit plus de 7% des 650 sièges des Communes. Et il ne bénéficierait pas de la grande majorité absolue dont il dispose actuellement - c'est précisément ce que les conservateurs et leurs médias célèbrent avec tant d'enthousiasme.
En fait, cette élection est une illustration graphique de la dépravation du système électoral. Alors que les conservateurs n'avaient besoin que de 38 264 voix pour faire élire un député, les travaillistes avaient besoin de 50 717 voix, les Lib-Dems 336 038 et les Verts, 865 697 ! Autrement dit, cela signifie que 4 électeurs conservateurs ont plus leur mot à dire dans les Communes d'aujourd'hui que 5 électeurs travaillistes, 34 électeurs lib-dem et 86 électeurs verts ! Est-ce "juste" ?
Bien sûr, ce n'est pas nouveau. Cette forme institutionnelle de fraude électorale est utilisée depuis longtemps par la classe capitaliste pour maintenir une sorte de stabilité politique. Au cours du siècle dernier, c'est ce système électoral qui a permis aux deux plus grands partis choisis par les capitalistes de gérer leurs affaires - les conservateurs et les travaillistes - d'alterner au pouvoir, donnant ainsi aux électeurs l'illusion que leur bulletin de vote pourrait effectivement leur permettre d'avoir un mot à dire.
Mais ce n'est qu'une illusion. Le vote ne nous a jamais donné, ouvriers, une voix au Parlement - qui reste dominé par des politiciens qui se disputent le privilège de gérer les affaires des exploiteurs capitalistes et de préserver leur ordre social.
Le vote ne nous permet pas non plus de défendre nos propres intérêts de classe, car aucun parti ne se présente aux élections pour défendre les intérêts des travailleurs contre la dictature des grandes entreprises.
À l'heure actuelle, la plupart d'entre nous le savent. Et c'est pourquoi au cours des 3 dernières décennies, près d'un tiers des électeurs inscrits n'ont pas pris la peine de voter aux élections générales !

Son «gouvernement populaire» est une menace !

Compte tenu de tout cela, l'insistance de Johnson à présenter son gouvernement comme le «gouvernement du peuple» depuis les élections n'est rien de moins qu'une farce.
Après tout, quel «peuple» ce gouvernement représente-t-il ? En tenant compte du taux de participation de 67,3%, moins de 30% de tous les électeurs inscrits votent réellement pour un candidat conservateur ! Cela dit, puisque 37% de tous les électeurs inscrits ont également voté pour le Brexit, cela correspond peut-être à la revendication de Johnson d'exprimer la "volonté du peuple" !
Ayant obtenu son occupation de Downing Street, Johnson s'est maintenant lancé dans une vague d'annonces divulguées à la presse avant son discours de la Reine.
Certains sont principalement destinés à plaire à la droite conservatrice : la dernière version de Johnson de "Je préfère mourir dans un fossé" (... plutôt que de prolonger la période de transition du Brexit au-delà de 2020 !). Un ministère consacré au renforcement des contrôles aux frontières et au harcèlement les travailleurs migrants, des peines de prison plus longues ou des «arrêts et fouilles» plus sévères dans les quartiers populaires.
Cependant, les spéculateurs se méfient des politiciens jouant avec un possible Brexit à flanc de falaise qui pourrait provoquer un chaos imprévisible d'ici la fin de 2020. À tel point que, ayant fortement augmenté en réponse à la majorité conservatrice, la livre a plongé encore plus fortement, après la menace de Johnson.
Ainsi, dans une tentative d'apaiser les craintes des capitalistes, les autres fuites de Johnson incluent plus de restrictions sur le droit de grève pour les travailleurs des transports et aucune garantie que les droits des travailleurs de l'UE (ou les protections environnementales) resteront après le Brexit. En bref, l'idée brillante de Johnson de transformer la Grande-Bretagne en une sorte de Singapour pour l'Europe, avec l'accent anti-ouvrier que cela implique, est de retour.
Qu'il s'agisse des plans du Brexit de Johnson, de ses plans contre les travailleurs migrants ou contre les droits de tous les travailleurs, ce bouffon menteur prépare une offensive globale contre la classe ouvrière.
La seule façon d'y mettre fin sera d'utiliser notre force collective dans les rues et notre force industrielle sur les lieux de travail - comme l'ont fait des centaines de milliers de nos frères et sœurs français depuis 2 semaines. Il est temps de prouver que nous avons beaucoup plus en commun avec les travailleurs européens qu'avec les politiciens britanniques pro-Brexit !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3884
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Brexit or not Brexit, that is (not) the question

Message par com_71 » 31 Jan 2020, 15:33

WF éditorial du 22 janv. a écrit :La farce du Brexit est de retour - les patrons et les politiciens doivent payer pour ce gâchis !

La Chambre des Lords sera-t-elle expédiée sans cérémonie à York, pour avoir osé contredire son mentor, Boris 1er ? Si c'est le cas, bien sûr, personne ne se plaindrait, bien que le dissoudre complètement aurait beaucoup plus de sens! Mais que diriez-vous de renvoyer Johnson à Mustique, l'île des Caraïbes où il a passé ses vacances de Noël avec ses amis milliardaires et de le laisser là pour ragoût ? Cela aurait encore plus de sens, non ?
En effet, grâce à Johnson, la farce du Brexit a gagné un nouveau souffle. À ce jour, son plan d'inviter les gens à "bondir un bob pour un bong Big Ben" s'est finalement effondré. Au lieu de cela, une horloge géante sera projetée sur le n ° 10 le 31 janvier, comptant les minutes jusqu'à 23 heures, lorsque Johnson prononcera son discours. Une pièce commémorative de 50p sera dévoilée (pour la 2e fois !) Et Union Jacks survolera toute la place du Parlement pour célébrer une soi-disant "Union" dans laquelle deux des quatre "partenaires" seront contraints de sauter sur le Brexit train en marche, coups de pied et cris !

Nulle part le "Brexit" est derrière nous !

Cependant, la farce va beaucoup plus loin que ces célébrations ridicules. Alors que les ministres ont été interdits d'utiliser le mot "Brexit" dans leurs mémoires car il est officiellement considéré comme "fait", le Brexit "prêt à cuire" de Johnson se révèle déjà être ... enfin, exagéré, c'est le moins qu'on puisse dire.
Il s'avère que les vraies négociations concernant le futur commerce de la Grande-Bretagne avec l'UE ne commenceront pas avant mars. Johnson affirme qu'il peut les terminer d'ici la fin de l'année, en seulement 9 mois. Peu importe que tout le monde dise que ce n'est pas possible. Et le bon sens aussi, car après tout, il a fallu plus de trois ans pour conclure l'accord de retrait, qui était beaucoup moins complexe.
Mais puisque Johnson a maintenant inscrit dans la loi qu'il n'y aura pas de prolongation après la fin de l'année, il insiste sur le fait que ce sera le cas. Peu importe sa propre tendance bien connue à ignorer la loi quand cela lui convient. Sans parler de sa propension à mentir pour se sortir des fossés dans lesquels il continue de sauter.
Bien sûr, Johnson et ses ministres ne peuvent pas se permettre de reconnaître que, tout comme May avant eux, leur politique signifie avoir leur gâteau et le manger. Ils veulent donc pouvoir se vanter d'avoir réduit la dernière étape du processus du Brexit à 9 mois, tout en parvenant à conclure un accord de libre-échange global avec l'UE.
En d'autres termes, ils veulent conserver tous les avantages économiques existants résultant de plus de 4 décennies d'adhésion à l'UE, tout en se débarrassant de toutes les contraintes liées à l'adhésion à l'UE et ils veulent le faire en seulement 9 mois!
La vérité est que, (et encore, tout comme Theresa May), soit ils n'obtiendront pas ce qu'ils disent, soit cela leur prendra beaucoup plus de temps qu'ils ne le prétendent!

Il faut se battre maintenant !

Johnson a amené avec lui toute une série de fondamentalistes du Brexit: les droitiers conservateurs les plus réactionnaires ont maintenant la journée de terrain qu'ils espéraient et ils semblent penser qu'ils peuvent s'en tirer avec à peu près n'importe quoi.
Ainsi, la dernière affirmation de Javid selon laquelle le gouvernement refusera d'accepter les réglementations de l'UE n'est qu'un moyen de menacer un Brexit à flanc de falaise. Pourquoi l'UE accepterait-elle un commerce sans friction si la Grande-Bretagne refusait d'accepter les normes minimales convenues entre ses 27 États membres? Et comme Javid et Johnson ne le savent que trop bien, ce n'est qu'une rhétorique nationaliste vide, conçue pour booster leur propre profil.
Sauf que ce genre de rhétorique vide a sa propre logique. Cela a immédiatement déclenché des protestations parmi les patrons britanniques, qui ne se soucient pas de savoir si la rhétorique de Javid est du show-business ou non, ils ne prendront tout simplement aucun risque. Les géants de l'automobile, par exemple, savent que sans commerce sans friction, leur production juste à temps est presque morte. De nombreux constructeurs automobiles ont déjà supprimé des emplois pour prévenir ces problèmes. Et il y a de fortes chances pour qu'ils réduisent encore plus dans un proche avenir, comme JLR vient de le montrer en supprimant l'un de ses 3 quarts de travail à son usine de Halewood, avec 500 emplois.
De même, avec les menaces qui pèsent sur la tête des travailleurs de l'UE, en fait, tous les travailleurs étrangers. Priti Patel et Johnson ont créé des échappatoires qui permettent également à "l'environnement hostile" de May d'être utilisé contre les travailleurs de l'UE, rompant ainsi l'engagement pris dans l'accord de retrait. C'est juste un autre cas où la droite conservatrice utilise le Brexit pour attiser des préjugés xénophobes et anti-migrants et tente de diviser et d'affaiblir la classe ouvrière.
Aujourd'hui, tous les travailleurs sont pris dans la toile de ce gâchis du Brexit. Mais cela ne veut pas dire que nous ne pouvons rien y faire. Une atteinte à l'un d'entre nous est une atteinte à tous ! Chaque attaque contre les droits, les emplois ou les conditions de nos collègues, quelle que soit leur nationalité ou leur origine, peut et doit être combattue!
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3884
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron