Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Dans le monde...

Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par Gayraud de Mazars » 26 Juil 2018, 15:46

Salut camarades,

Excellente nouvelle du Pakistan, où un socialiste, un marxiste, un trotskiste, le camarade Ali Wazir, a remporté des élections parlementaires avec plus de 30 000 suffrages, dans une circonscription où les talibans ont beaucoup de pouvoir...

Ali Wazir est un marxiste lié au groupe The Struggle du Dr Lal Khan, organisation avec laquelle le journal La Riposte, est en relation étroite à l'international !

Image

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 284
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par com_71 » 26 Juil 2018, 16:51

Ali Wazir s'est semble-t-il présenté au nom du Pashtun Tahafuz Movement (Pashtun Protection Movement) bien qu'il ait été en délicatesse avec ce mouvement juste avant les élections. cf. https://tribune.com.pk/story/1747934/1- ... elections/
On peut lire un interview d'Ali Wazir, du 27 avril 2018, en anglais malheureusement, où il fait l'éloge de la "non-violence" :
https://thediplomat.com/2018/04/what-do ... ment-want/
Il conclut : "I know our solution is simple, but the only stable future for Pakistan is to become a nation of laws while upholding the rule of law. This is everything we seek."
(Je sais que notre solution est simple, mais le seul avenir stable pour le Pakistan est de devenir un état de droit tout en respectant la primauté des lois. C'est tout ce que nous cherchons.)
Dans la situation donnée, cette déclaration exige certainement un grand courage personnel.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2215
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par Gayraud de Mazars » 26 Juil 2018, 17:00

Salut Com_71,

Sauf que comme marxiste, et trotskiste au Pakistan, tu risques ta peau tous les jours, entre l'armée, les services parallèles, les talibans, l'Etat même vendu à l'Impérialisme ! Quelle leçon donner de France ?

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 284
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par com_71 » 26 Juil 2018, 17:18

Gayraud de Mazars a écrit :...comme marxiste, et trotskiste au Pakistan, tu risques ta peau tous les jours, entre l'armée, les services parallèles, les talibans, l'Etat même vendu à l'Impérialisme ! Quelle leçon donner de France ?


Qui donne des leçons ? J'ai fait, très sommairement, des recherches pour avoir une idée de la campagne menée par Ali Wazir ; et j'ai donné deux liens. Si tu as des éléments te permettant d'affirmer que la publication du texte de Ali Wazir par "The Diplomat" est un travestissement de la réalité, tu peux les soumettre...
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2215
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par Gayraud de Mazars » 27 Juil 2018, 14:43

Salut camarades,

Vraiment désolé de publier un texte en anglais, mais c'est mieux qu'en Ourdou...

Ali Wazeer; A Marxist in the parliament dominated by feudal and capitalists
by Farooq Tariq

Ali Wazeer, a central committee member of The Struggle group, has won a seat in the national parliament with 23530 votes and his closest rival from religious alliance MMA got 7515. Thus winning the seat with a majority of 16015.

Ali Wazeer was one the main leader of Pashtun Tahafaz Movement and during this year, mass meetings were organised in major cities to raise voices for the fair compensation to the victims of the war on terror” and to demand the release of all “missing” persons or to bring them to the courts if they are guilty.

Two other leader of this PTM also contested for the national parliament and one of them Muhsin Dawer also won the seat after a close competition. Mohsin Javed Dawer got 16526 votes while Aurangzeb of Imran Khan PTI got 10422. However the MMA candidate Mufti Misbahudin MMA got a close 15363.

These two PTM leaders contested from South Wazeeristan, an area dominated by religious fanatics. However, a strong movement for civic rights of Pashtuns had cut across the influence of the fanatics and Pashtuns voted despite all the threats to elect their mass movement leaders.

Two main leaders of PTM presence in the parliament has given a hope to many in Pakistan that at least there would be peoples voices in a parliament dominated by feudal lords, corrupt capitalists and stooges of the military and judicial establishment.

Who is Ali Wazeer ?

Ali Wazeer is a very special person. His personal ordeal best illustrates what prompted his demands. Ali Wazeer was pursuing a degree in law at the turn of the century when his hometown, Wana, the headquarters of South Waziristan agency, became the epicenter of global terrorism when a host of Taliban-allied groups sought shelter in the communities.

No doubt the terrorists had some individual local facilitators, but ultimately it was the state that failed to prevent them from using the territory. When his father, the chief of the Ahmadzai Wazir tribe, and other local leaders complained of their presence, government officials ignored and silenced them. Instead, Islamabad spent years denying the presence of any Afghan, Arab, or Central Asian militants.

By 2003, the militants had established a foothold in South and North Waziristan tribal agencies and were attempting to build a local emirate. Ali Wazeer elder brother Farooq Wazir, a local political activist and youth leader, became the first victim of a long campaign in which thousands of Pashtun tribal leaders, activists, politicians, and clerics were killed with near absolute impunity. Their only crime was to question or oppose the presence of dangerous terrorists in our homeland.

In 2005, Ali Wazeer was in prison when his father, brothers, cousins, and an uncle were killed in a single ambush. He was there because a draconian colonial-era Frontier Crimes Regulations (FCR) law holds an entire tribe or region responsible for the crimes of an individual or any alleged crime committed in the territory.

Ali Wazeer had committed no crime, never got a fair trial, and was not sentenced, yet he was prevented even from participating in the funerals for his family.

In the subsequent years, six more members of our extended family were assassinated. The authorities have not even investigated these crimes let alone held anyone responsible.

Ali Wazeer and his family faced economic ruin after all of the notable men in our family were eliminated. The government failed to prevent the militants from demolishing his family owned gas stations. They later used the bricks to build bathrooms, claiming they were munafiqin (hypocrites) so even the inanimate materials from his businesses were not appropriate to build proper buildings.
His family owned apple and peach orchards in Wana were sprayed with poisonous chemicals, and tube wells were filled with dirt to force them to surrender to the forces of darkness.

In 2016, his family owned market in Wana was dynamited after a bomb blast there killed an army officer which was an accident. They nevertheless destroyed their livelihoods under the FCR. After the demolition, the government prevented the local community — mostly members of our Ahmadzai Wazir tribe — from collecting donations to help them. They were told it would set an unacceptable precedent because the government cannot let anyone help those it punishes.

So all together 16 members of his family, including his father, two brothers were killed by Taliban during these years.

He was one of the main leader of Pashtun Tahafaz Movement, a civic rights movement for the rights of the victims of war on terror. Recently he toured around the country and organised mass rallies in Lahore, Karachi, Peshawar and Swat. Lahore Left Front was the host of Lahore public meeting which was formally not permitted by the authorities, we were not allowed to campaign, no posters stickers were allowed to be spread in the city, Ali Wazeer and seven more were arrested a night before the public meeting and after a massive immediate response, they were released before the rally. Yet, over 10,000 participated in this public meeting.

In April this year, dozens of of Pashtun Tahafuz Movement (PTM) supporters were injured and 10 were killed as a result of an attack on PTM leader Ali Wazir by the “pro-government militants”, also known as Peace Committee.

However, the PTM sympathisers gathered to welcome Ali retaliated, upon which the militants fled, leaving Ali’s cousin and a Voice of America VOA journalist injured among others.

In an interview during April 2018, Ali Wazeer said,

The past few months have transformed my life. Amid the agonies I have endured and the threats, suspicion, and accusations I face, the love, support, and respect I receive is overwhelming. Since February, when we began protesting to draw attention to the suffering of ethnic Pashtuns — among the worst victims of terrorism — I have learned a lot about the potential of ordinary Pakistanis. Their thirst for change is inspiring and heralds a peaceful, prosperous future we must build for generations to come”.

During those difficult years, he didn’t lose faith in mass movement and remained committed to politics of class struggle. He ran in the parliamentary elections in 2008 and 2013.

In 2013 general elections, his victory was changed into a defeat at gunpoint. He lost the election for just over 300 votes after the Taliban intimidated voters and tortured his supporters and campaign volunteers.

Amid the volcano of violence, thousands of civilians have disappeared, and thousands have fallen victim to extrajudicial killings. The leaders of PTM are profiled as suspected terrorists across the country, face humiliation at security check posts, and innocent civilians face violence during security sweeps and operations. As the world’s largest tribal society, the Pashtuns are known for their hospitality, commitment, and valor, yet they were falsely reduced to terrorist sympathizers despite the fact that they are their worst victims.

Ali Wazeer belongs to The Struggle Group, of Pakistan Marxists.. The group has joined Lahore Left Front, a united platform of several Left groups and parties. However, Lahore Left Front has organised some mass activities where Ali Wazeer participated.

The general election of 2018 was the most rigged elections in the history of Pakistan. The society has moved further to the right with Imran Khan Pakistan Tehreek Insaaf coming to power. Imran Khan called Ali Wazeer prior to the elections and offered him PTI nomination from the area which Ali politely refused. However such a respect of Ali Wazeer that Imran khan told him that in any case we will mot put up our candidate against you.
Prior to the general elections, a whole sale rigging took place on the behest of the Establishment. PMLN candidates were threatened, forced them to change loyalties and so on. PTI had an open support of the most of the state institutions.

In this background when a more right wing party PTI, than the previous ruling party PMLN

Has come to power, a Marxist in the parliament would be a wave of fresh air from the stinking parliament.

Although other Left groups also contested including Awami Workers Party and had launched a tremendous election campaign, however, the election campaign of Ali Wazeer was of some special characteristics. He addressed every day few public meetings, went door to door with his meagre resources. Thousands cheered him all the times. We were all sure that he will win but were afraid of any incident that could cancel the elections from this constituency.

Ali Wazeer has opened the gates for the entire Left. He is loved by most of social activists as well, a sober person who is always down to earth in his presentation in workers meeting but speaks like a lion when he is addressing the ruling class. A fearless class fighter who has emerged as the one of the most respected Left leaders in recent working class history.
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 284
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par com_71 » 27 Juil 2018, 15:32

Traduction automatique du texte présenté par GdM :

Farooq Tariq a écrit :Ali Wazeer; Un marxiste au parlement dominé par les féodaux et les capitalistes
Ali Wazeer, un membre du comité central du groupe The Struggle, a remporté un siège au parlement national avec 23530 voix et son plus proche rival de l'alliance religieuse MMA en a obtenu 7515. Il a ainsi remporté le siège avec une majorité de 16015.

Ali Wazeer était l'un des principaux dirigeants du mouvement Pashtun Tahafaz et, cette année, des réunions de masse ont été organisées dans les grandes villes pour élever la voix pour l'indemnisation équitable des victimes de la guerre contre le terrorisme et pour exiger la libération de toutes les personnes disparues. ou de les amener devant les tribunaux s'ils sont coupables.

Deux autres dirigeants de ce PTM se sont également disputés pour le parlement national et l'un d'eux, Muhsin Dawer, a également remporté le siège après une compétition serrée. Mohsin Javed Dawer a obtenu 16526 voix tandis que Aurangzeb de Imran Khan PTI en a obtenu 10422. Cependant, le candidat du MMA, le Mufti Misbahudin MMA, a obtenu 15363 voix.

Ces deux leaders du PTM se sont disputés du sud du Wazeeristan, une zone dominée par des fanatiques religieux. Cependant, un mouvement fort pour les droits civiques des Pachtounes a coupé l'influence des fanatiques et les Pachtouns ont voté malgré toutes les menaces d'élire leurs chefs de mouvement de masse.

Deux principaux leaders de la présence PTM au parlement ont donné l'espoir à beaucoup au Pakistan qu'au moins il y aurait des voix populaires dans un parlement dominé par les seigneurs féodaux, les capitalistes corrompus et les laquais de l'establishment militaire et judiciaire.

Qui est Ali Wazeer ?

Ali Wazeer est une personne très spéciale. Son épreuve personnelle illustre le mieux ce qui a motivé ses demandes. Ali Wazeer était diplômé en droit au tournant du siècle, lorsque sa ville natale, Wana, siège de l'agence du Sud-Waziristan, devint l'épicentre du terrorisme mondial quand une foule de groupes alliés talibans se réfugièrent dans les communautés.

Il ne fait aucun doute que les terroristes avaient des facilitateurs locaux individuels, mais en fin de compte c'était l'État qui ne les empêchait pas d'utiliser le territoire. Lorsque son père, le chef de la tribu Ahmadzai Wazir, et d'autres dirigeants locaux se sont plaints de leur présence, les fonctionnaires du gouvernement les ont ignorés et réduits au silence. Au lieu de cela, Islamabad a passé des années à nier la présence de militants afghans, arabes ou centrasiatiques.

En 2003, les militants avaient pris pied dans les agences tribales du Sud et du Nord-Waziristan et tentaient de construire un émirat local. Le frère aîné d'Ali Wazeer, Farooq Wazir, un militant politique local et leader des jeunes, est devenu la première victime d'une longue campagne au cours de laquelle des milliers de chefs tribaux pachtounes, militants, politiciens et religieux ont été tués avec une impunité quasi absolue. Leur seul crime était de remettre en question ou de s'opposer à la présence de terroristes dangereux dans notre patrie.

En 2005, Ali Wazeer était en prison quand son père, ses frères, ses cousins ​​et un oncle ont été tués dans une seule embuscade. Il était là parce qu'une loi draconienne de règlement des crimes de frontière de l'ère coloniale (FCR) tient une tribu entière ou une région responsable des crimes d'un individu ou de n'importe quel crime allégué commis sur le territoire.

Ali Wazeer n'a commis aucun crime, n'a jamais bénéficié d'un procès équitable et n'a pas été condamné, mais il a même été empêché de participer aux funérailles de sa famille.

Dans les années suivantes, six autres membres de notre famille élargie ont été assassinés. Les autorités n'ont même pas enquêté sur ces crimes et encore moins tenu quiconque responsable.

Ali Wazeer et sa famille ont fait face à la ruine économique après que tous les hommes notables de notre famille ont été éliminés. Le gouvernement n'a pas empêché les militants de démolir ses stations d'essence familiales. Ils ont ensuite utilisé les briques pour construire des salles de bains, prétendant qu'ils étaient munafiqin (hypocrites), donc même les matériaux inanimés de ses entreprises n'étaient pas appropriés pour construire des bâtiments appropriés.
Ses vergers de pommes et de pêchers appartenant à la famille à Wana ont été aspergés de produits chimiques toxiques, et les puits tubulaires ont été remplis de terre pour les forcer à se rendre aux forces des ténèbres.

En 2016, son marché familial à Wana a été dynamité après qu'un attentat à la bombe y ait tué un officier de l'armée qui était un accident. Ils ont néanmoins détruit leurs moyens de subsistance en vertu de la RTCE. Après la démolition, le gouvernement a empêché la communauté locale - principalement des membres de notre tribu Ahmadzai Wazir - de recueillir des dons pour les aider. On leur a dit que cela créerait un précédent inacceptable parce que le gouvernement ne peut laisser quiconque aider ceux qu'il punit.

Donc tous ensemble 16 membres de sa famille, y compris son père, deux frères ont été tués par les talibans pendant ces années.

Il était l'un des principaux dirigeants du mouvement Pashtun Tahafaz, un mouvement de défense des droits civiques pour les droits des victimes de la guerre contre le terrorisme. Récemment, il a fait le tour du pays et organisé des rassemblements de masse à Lahore, Karachi, Peshawar et Swat. Le front gauche de Lahore était l'hôte de la réunion publique de Lahore qui était formellement interdite par les autorités, nous n'avons pas été autorisés à faire campagne, aucun autocollant d'affiches n'a été autorisé à être répandu dans la ville, Ali Wazeer et sept autres ont été arrêtés une nuit avant la réunion publique et après une réponse immédiate massive, ils ont été libérés avant le rassemblement. Pourtant, plus de 10 000 personnes ont participé à cette réunion publique. En avril de cette année, des dizaines de partisans du Pashtun Tahafuz Movement (PTM) ont été blessés et 10 ont été tués à la suite d'une attaque du leader du PTM, Ali Wazir, par les "militants pro-gouvernementaux". Cependant, les sympathisants de PTM se sont réunis pour accueillir Ali en représailles, sur lequel les militants ont fui, laissant le cousin d'Ali et un journaliste VOA Voice of America blessés parmi d'autres. Dans une interview en avril 2018, Ali Wazeer a déclaré: "Les derniers mois ont transformé ma vie. Au milieu des angoisses que j'ai endurées et des menaces, de la suspicion et des accusations auxquelles je suis confrontée, l'amour, le soutien et le respect que je reçois sont accablants. Depuis février, lorsque nous avons commencé à protester pour attirer l'attention sur les souffrances des Pachtounes, l'une des pires victimes du terrorisme, j'ai beaucoup appris sur le potentiel des Pakistanais ordinaires. Leur soif de changement est inspirante et annonce un avenir pacifique et prospère que nous devons bâtir pour les générations à venir ». Durant ces années difficiles, il ne perdait pas confiance dans les mouvements de masse et restait attaché à la politique de la lutte des classes. Il a couru aux élections législatives en 2008 et 2013. En 2013 élections générales, sa victoire a été changée en une défaite sous la menace d'une arme. Il a perdu les élections pour un peu plus de 300 votes après que les talibans eurent intimidé les électeurs et torturé ses partisans et les volontaires de la campagne. Au milieu du volcan de la violence, des milliers de civils ont disparu et des milliers ont été victimes d'exécutions extrajudiciaires. Les dirigeants de PTM sont présentés comme des terroristes présumés à travers le pays, sont humiliés aux postes de contrôle de sécurité et des civils innocents sont confrontés à la violence lors des opérations de sécurité et des opérations. En tant que plus grande société tribale du monde, les Pachtounes sont connus pour leur hospitalité, leur engagement et leur bravoure, mais ils ont été faussement réduits à des sympathisants terroristes malgré le fait qu'ils sont leurs pires victimes. Ali Wazeer appartient à The Struggle Group, des marxistes pakistanais. Le groupe a rejoint Lahore Left Front, une plate-forme unifiée de plusieurs groupes et partis de gauche. Cependant, le Front de gauche de Lahore a organisé des activités de masse auxquelles Ali Wazeer a participé. Les élections générales de 2018 ont été les élections les plus truquées de l'histoire du Pakistan. La société s'est déplacée vers la droite avec Imran Khan Pakistan Tehreek Insaaf arrivant au pouvoir. Imran Khan a appelé Ali Wazeer avant les élections et lui a offert la nomination de PTI de la région qu'Ali a poliment refusé. Cependant un tel respect d'Ali Wazeer qu'Imran Khan lui a dit qu'en tout cas nous mettrons notre candidat contre vous. Avant les élections générales, un gréement de vente a eu lieu à la demande de l'établissement. Les candidats du PMLN ont été menacés, contraints de changer de loyauté et ainsi de suite. PTI avait un soutien ouvert de la plupart des institutions de l'Etat. Dans ce contexte, quand un parti plus à droite PTI, que l'ancien parti au pouvoir PMLN est arrivé au pouvoir, un marxiste au parlement serait une vague d'air frais du parlement puant. Bien que d'autres groupes de la gauche se soient également disputés, y compris le Awami Workers Party et aient lancé une formidable campagne électorale, la campagne électorale d'Ali Wazeer présentait cependant certaines caractéristiques particulières. Il s'adressait tous les jours à quelques réunions publiques, faisait du porte-à-porte avec ses maigres ressources. Des milliers l'ont acclamé tout le temps. Nous étions tous sûrs qu'il gagnerait mais avions peur de tout incident qui pourrait annuler les élections de cette circonscription. Ali Wazeer a ouvert les portes pour toute la gauche. Il est aimé par la plupart des activistes sociaux, une personne sobre qui est toujours terre-à-terre dans sa présentation à la réunion des travailleurs mais qui parle comme un lion quand il s'adresse à la classe dirigeante. Un combattant de classe intrépide qui a émergé comme l'un des dirigeants de gauche les plus respectés dans l'histoire récente de la classe ouvrière.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2215
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par com_71 » 27 Juil 2018, 15:59

Traduction automatique de la présentation de la campagne du "Mouvement de la protection des Pachtounes" par Ali Wazir lui-même, dans "le Diplomate".

The Diplomat a écrit :Que veut le mouvement Pashtun Tahafuz ?
Un dirigeant du mouvement Pashtun Tahafuz raconte son histoire et explique pourquoi les Pachtounes doivent l'emporter avec une protestation pacifique.
Par Ali Wazir, 27 avril 2018

Les derniers mois ont transformé ma vie. Au milieu des angoisses que j'ai endurées et des menaces, de la suspicion et des accusations auxquelles je suis confrontée, l'amour, le soutien et le respect que je reçois sont accablants.

Depuis février, lorsque nous avons commencé à protester pour attirer l'attention sur les souffrances des Pachtounes, l'une des pires victimes du terrorisme, j'ai beaucoup appris sur le potentiel des Pakistanais ordinaires. Leur soif de changement est inspirante et annonce un avenir pacifique et prospère que nous devons bâtir pour les générations à venir.

En tant qu'activiste pachtoune exigeant la sécurité du deuxième groupe ethnique pakistanais, la chose la plus gratifiante que j'ai recueillie est que les manifestations pacifiques et la mobilisation peuvent encore changer les sociétés et transformer les États pour le mieux. J'ai appris que les bons atouts tort. Le pacifisme surmonte la violence et les guerres. Et, finalement, la vérité l'emporte sur les mensonges et la tromperie.

Dans un État moderne, la protection et le bien-être de tous ses citoyens - quelle que soit leur caste et leur croyance - sont la responsabilité première de toutes les institutions. C'est le cœur de ce que notre organisation, le Mouvement Pashtun Tahafuz (PTM) ou Mouvement de la protection des Pachtounes, a entrepris de réaliser en formulant des revendications clés et en mobilisant des masses pour assurer que notre État assume ses responsabilités les plus élémentaires.

Mon épreuve personnelle illustre le mieux ce qui a motivé nos demandes. Je poursuivais un diplôme en droit au tournant du siècle lorsque ma ville natale, Wana, siège de l'agence du Sud-Waziristan, est devenue l'épicentre du terrorisme mondial quand une foule de groupes alliés talibans ont cherché refuge dans nos communautés. Il ne fait aucun doute que les terroristes avaient des facilitateurs locaux individuels, mais en fin de compte c'était l'État qui ne les empêchait pas d'utiliser le territoire. Lorsque mon père, le chef de la tribu Ahmadzai Wazir, et d'autres dirigeants locaux se sont plaints de leur présence, les responsables du gouvernement les ont ignorés et réduits au silence. Au lieu de cela, Islamabad a passé des années à nier la présence de militants afghans, arabes ou centrasiatiques.

En 2003, les militants avaient pris pied dans les agences tribales du Sud et du Nord-Waziristan et tentaient de construire un émirat local. Mon frère aîné Farooq Wazir, militant politique local et leader des jeunes, est devenu la première victime d'une longue campagne au cours de laquelle des milliers de chefs tribaux pachtounes, de militants, de politiciens et de religieux ont été tués dans une impunité presque absolue. Leur seul crime était de remettre en question ou de s'opposer à la présence de terroristes dangereux dans notre patrie.

En 2005, j'étais en prison quand mon père, mes frères, mes cousins ​​et un oncle ont été tués dans une seule embuscade. J'y étais parce qu'une loi draconienne de règlement des crimes de frontière de l'ère coloniale (FCR) tient toute une tribu ou région responsable des crimes d'un individu ou de tout crime présumé commis sur le territoire. Je n'avais pas commis de crime, je n'ai jamais eu de procès équitable et je n'ai pas été condamné, mais j'ai été empêché de participer aux funérailles de ma famille. Dans les années suivantes, six autres membres de notre famille élargie ont été assassinés. Les autorités n'ont même pas enquêté sur ces crimes et encore moins tenu quiconque responsable. Alors que les dirigeants pakistanais sont désireux de projeter les «sacrifices» de leurs compatriotes, personne n'a jamais sympathisé avec nous.

Nous avons fait face à la ruine économique après que tous les hommes notables de notre famille ont été éliminés. Le gouvernement n'a pas empêché les militants de démolir nos stations-service. Ils ont ensuite utilisé les briques pour construire des salles de bains, prétendant que nous étions des munafiqin (hypocrites), donc même les matériaux inanimés de nos entreprises n'étaient pas appropriés pour construire des bâtiments appropriés. Nos vergers de pommes et de pêchers de Wana ont été aspergés de produits chimiques toxiques, et nos puits tubulaires ont été remplis de terre pour nous forcer à nous abandonner aux forces des ténèbres.

En 2016, notre marché à Wana a été dynamité après qu'un attentat à la bombe y ait tué un officier de l'armée. Bien que les autorités locales m'aient avoué que c'était un accident et que nous n'étions pas responsables de l'incident, elles ont néanmoins détruit nos moyens de subsistance en vertu de la RTCE. Après la démolition, le gouvernement a empêché la communauté locale - principalement des membres de notre tribu Ahmadzai Wazir - de recueillir des dons pour nous aider. On leur a dit que cela créerait un précédent inacceptable parce que le gouvernement ne peut laisser quiconque aider ceux qu'il punit.

Pendant ces années, je n'ai pas perdu confiance dans la non-violence et je suis resté engagé dans une politique pacifique. C'est pourquoi j'ai participé aux élections législatives de 2008 et 2013. Je peux affirmer avec une certaine certitude que j'ai remporté le concours en 2013, mais ma victoire a été transformée en défaite sous la menace d'une arme. J'ai perdu les élections pour un peu plus de 300 votes après que les talibans ont intimidé les électeurs et torturé mes partisans et ma campagne.

Les derniers mois ont transformé ma vie. Au milieu des angoisses que j'ai endurées et des menaces, de la suspicion et des accusations auxquelles je suis confrontée, l'amour, le soutien et le respect que je reçois sont accablants.

Depuis février, lorsque nous avons commencé à protester pour attirer l'attention sur les souffrances des Pachtounes, l'une des pires victimes du terrorisme, j'ai beaucoup appris sur le potentiel des Pakistanais ordinaires. Leur soif de changement est inspirante et annonce un avenir pacifique et prospère que nous devons bâtir pour les générations à venir.

En tant qu'activiste pachtoune exigeant la sécurité du deuxième groupe ethnique pakistanais, la chose la plus gratifiante que j'ai recueillie est que les manifestations pacifiques et la mobilisation peuvent encore changer les sociétés et transformer les États pour le mieux. J'ai appris que les bons atouts tort. Le pacifisme surmonte la violence et les guerres. Et, finalement, la vérité l'emporte sur les mensonges et la tromperie.

Dans un État moderne, la protection et le bien-être de tous ses citoyens - quelle que soit leur caste et leur croyance - sont la responsabilité première de toutes les institutions. C'est le cœur de ce que notre organisation, le Mouvement Pashtun Tahafuz (PTM) ou Mouvement de la protection des Pachtounes, a entrepris de réaliser en formulant des revendications clés et en mobilisant des masses pour assurer que notre État assume ses responsabilités les plus élémentaires.

Mon épreuve personnelle illustre le mieux ce qui a motivé nos demandes. Je poursuivais un diplôme en droit au tournant du siècle lorsque ma ville natale, Wana, siège de l'agence du Sud-Waziristan, est devenue l'épicentre du terrorisme mondial quand une foule de groupes alliés talibans ont cherché refuge dans nos communautés. Il ne fait aucun doute que les terroristes avaient des facilitateurs locaux individuels, mais en fin de compte c'était l'État qui ne les empêchait pas d'utiliser le territoire. Lorsque mon père, le chef de la tribu Ahmadzai Wazir, et d'autres dirigeants locaux se sont plaints de leur présence, les responsables du gouvernement les ont ignorés et réduits au silence. Au lieu de cela, Islamabad a passé des années à nier la présence de militants afghans, arabes ou centrasiatiques.

En 2003, les militants avaient pris pied dans les agences tribales du Sud et du Nord-Waziristan et tentaient de construire un émirat local. Mon frère aîné Farooq Wazir, militant politique local et leader des jeunes, est devenu la première victime d'une longue campagne au cours de laquelle des milliers de chefs tribaux pachtounes, de militants, de politiciens et de religieux ont été tués dans une impunité presque absolue. Leur seul crime était de remettre en question ou de s'opposer à la présence de terroristes dangereux dans notre patrie.

En 2005, j'étais en prison quand mon père, mes frères, mes cousins ​​et un oncle ont été tués dans une seule embuscade. J'y étais parce qu'une loi draconienne de règlement des crimes de frontière de l'ère coloniale (FCR) tient toute une tribu ou région responsable des crimes d'un individu ou de tout crime présumé commis sur le territoire. Je n'avais pas commis de crime, je n'ai jamais eu de procès équitable et je n'ai pas été condamné, mais j'ai été empêché de participer aux funérailles de ma famille. Dans les années suivantes, six autres membres de notre famille élargie ont été assassinés. Les autorités n'ont même pas enquêté sur ces crimes et encore moins tenu quiconque responsable. Alors que les dirigeants pakistanais sont désireux de projeter les «sacrifices» de leurs compatriotes, personne n'a jamais sympathisé avec nous.

Nous avons fait face à la ruine économique après que tous les hommes notables de notre famille ont été éliminés. Le gouvernement n'a pas empêché les militants de démolir nos stations-service. Ils ont ensuite utilisé les briques pour construire des salles de bains, prétendant que nous étions des munafiqin (hypocrites), donc même les matériaux inanimés de nos entreprises n'étaient pas appropriés pour construire des bâtiments appropriés. Nos vergers de pommes et de pêchers de Wana ont été aspergés de produits chimiques toxiques, et nos puits tubulaires ont été remplis de terre pour nous forcer à nous abandonner aux forces des ténèbres.

En 2016, notre marché à Wana a été dynamité après qu'un attentat à la bombe y ait tué un officier de l'armée. Bien que les autorités locales m'aient avoué que c'était un accident et que nous n'étions pas responsables de l'incident, elles ont néanmoins détruit nos moyens de subsistance en vertu de la RTCE. Après la démolition, le gouvernement a empêché la communauté locale - principalement des membres de notre tribu Ahmadzai Wazir - de recueillir des dons pour nous aider. On leur a dit que cela créerait un précédent inacceptable parce que le gouvernement ne peut laisser quiconque aider ceux qu'il punit.

Pendant ces années, je n'ai pas perdu confiance dans la non-violence et je suis resté engagé dans une politique pacifique. C'est pourquoi j'ai participé aux élections législatives de 2008 et 2013. Je peux affirmer avec une certaine certitude que j'ai remporté le concours en 2013, mais ma victoire a été transformée en défaite sous la menace d'une arme. J'ai perdu les élections pour un peu plus de 300 votes après que les talibans eurent intimidé les électeurs et torturé mes partisans et mes volontaires de campagne. Je sais que depuis le début de la campagne PTM, notre critique est directe et directe. Nous nommons des noms et nous n'hésitons pas à adresser des pouvoirs que le reste de la société, les médias et les politiciens ont trop peur d'identifier, et encore moins de critiquer. Mais comme le montre ma souffrance, nous les Pachtounes avons vécu l'enfer. Considérez simplement que des dizaines de milliers de civils ont été tués dans des attaques militantes et des opérations militaires au cours de 15 années, et des millions ont été déplacés pendant des années. Au milieu du volcan de la violence, des milliers de civils ont disparu et des milliers ont été victimes d'exécutions extrajudiciaires. Nous sommes présentés comme des terroristes présumés à travers le pays, sommes humiliés aux postes de contrôle de sécurité, et nos civils innocents sont confrontés à la violence lors des opérations de sécurité et des opérations. En tant que plus grande société tribale au monde, les Pachtounes sont connus pour leur hospitalité, leur engagement et leur valeur, mais nous avons été faussement réduits à des sympathisants terroristes, bien que nous soyons leurs pires victimes. Maintenant que nous protestons contre le changement et que nous demandons à l'État de s'acquitter de ses responsabilités les plus fondamentales, nous sommes accusés de trahison et nous sommes projetés comme des ennemis de l'État. L'argent des contribuables est gaspillé pour fomenter et soutenir une campagne de propagande. Il est ironique que les institutions chargées de protéger l'intégrité territoriale du Pakistan et de le protéger contre les menaces dangereuses recrutent des voyous pour lancer un mouvement pakistanais de Zindabad (Ourdou pour le mouvement Vive le Pakistan). Les dirigeants et les manifestants de ce mouvement sont payés. Toutes sortes de personnages comiques passent une journée sur le terrain aux frais des contribuables. Il est révélateur que les anciens commandants talibans se soient adressés à leurs rassemblements. Nous avons également des indications que des efforts sont en cours pour mobiliser les terroristes sectaires et d'autres fanatiques pour «contrer» notre campagne pacifique. Je tiens à réitérer, pour le compte rendu, que nous n'avons pas de programme rétrograde ou subversif contre le Pakistan. Nous ne cherchons pas la sécession et nous ne suivons aucune idéologie politique qui nécessiterait une transformation radicale de l'État ou de la société au Pakistan. Nous sommes, cependant, parmi les pires victimes du terrorisme au Pakistan, en Asie du Sud et dans le monde, et nous demandons justice pour les torts et les atrocités que nous subissons depuis si longtemps et que nous continuons à subir. Pour le Pakistan, le meilleur et le seul moyen d'aller de l'avant est d'honorer ses propres lois et sa propre constitution, ce qui nous lie dans un contrat social. Nous traiter en dehors de ces lois et de cette constitution ne fera qu'affaiblir les liens qui unissent les 207 millions de personnes du pays. Nous avons créé une occasion en or pour Islamabad de fuir son passé en tant qu'état de sécurité et de fonctionner comme un pays normal concerné par le bien-être de ses citoyens. Nous espérons sincèrement que les éléments les plus sains des échelons supérieurs du pouvoir profiteront de cette occasion pour exorciser notre pays des démons et des menaces contre lesquels ils ont juré de lutter. Je sais que notre solution est simple, mais le seul avenir stable pour le Pakistan est de devenir une nation de lois tout en respectant la primauté du droit. C'est tout ce que nous cherchons.

Ali Wazir, avocat, est un dirigeant du mouvement Pashtun Tahafuz.


La conclusion de cet interview a déjà été soulignée , on peut aussi remarquer la phrase précédente : "Nous espérons sincèrement que les éléments les plus sains des échelons supérieurs du pouvoir profiteront de cette occasion pour exorciser notre pays des démons et des menaces contre lesquels ils ont juré de lutter."
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2215
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Ali Wazir - député trotskiste au Pakistan !

Message par Plestin » 30 Juil 2018, 10:13

La circonscription dont Ali Wazir est élu député est celle du Sud Waziristan, qui fait partie des Régions Tribales du Pakistan à la frontière de l'Afghanistan.

Ici le Sud Waziristan en rouge sur Google Maps :

https://www.google.com/maps/place/Wazir ... 69.8597406

C'est une région peuplée de 679.000 habitants en 2017, dont 153.000 dans le district de la principale ville, Wana (ou Wanna). A Wana, hormis l'aéroport, la base militaire et quelques services administratifs, les principales activités économiques relèvent de l'artisanat, de l'agriculture et du commerce, avec une classe ouvrière très peu nombreuse et atomisée. Ali Wazir est issu d'une famille de notables locaux pachtounes propriétaires de différentes entreprises, et qui ont été dépossédés, violentés ou massacrés tantôt par les talibans, tantôt par les tenants du gouvernement.

Sur le Mouvement de Protection Pachtoune (dont fait partie Ali Wazir mais duquel il a été suspendu de ses fonctions dirigeantes sans être exclu du parti pour autant, car il s'est présenté aux élections alors que le Mouvement se revendique "apolitique"), un article d'avril 2018 dans La Croix présente son fondateur, Manzoor Pashteen :

https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Or ... 200934350#

Pakistan  : le réveil du peuple pachtoune
Olivier Tallès , le 25/04/2018 à 6h33

Le mouvement de protection pachtoune créé par le jeune Manzoor Pashteen dénonce les exactions de l’armée pakistanaise et les liens avec les talibans.

Loin des caméras, l’armée pakistanaise mène depuis une décennie des opérations contre les groupes djihadistes dans les zones tribales, poussant sur les routes de l’exode des centaines de milliers de Pachtounes qui représentent environ 15 % de la population pakistanaise. Au nom de la lutte contre le terrorisme, le reste du pays préfère rester sourd et aveugle aux destructions et aux exactions que rapportent, parfois, les habitants de ces territoires excentrés aux portes de l’Afghanistan.

À la tête du Mouvement de protection pachtoune, Manzoor Pashteen a brisé, en trois mois de manifestations pacifiques, les non-dits sur une guerre à bas bruit. Lancée fin janvier après un énième meurtre d’un membre de sa communauté par la police, un mannequin accusé à tort de terrorisme, sa croisade contre les discriminations a gagné en audience au fil de ses étapes, de Peshawar à Lahore en passant par Quetta et Islamabad. Des dizaines de milliers de sympathisants se pressent désormais aux rassemblements de son organisation.

Manzoor Pashteen qui vient de terminer ses études de vétérinaire, est l’étendard de cette jeunesse pachtoune bousculée par la guerre. Né il y a 27 ans au Sud Waziristan, l’un des fiefs des talibans dans la seconde moitié des années 2000, il a été contraint avec sa famille de fuir son village en 2009 pour s’installer à Dera Ismaïl Khan. « Comme pour beaucoup de jeunes déplacés pachtounes, cet exil a été pour lui une source de souffrances sociales mais aussi d’ouverture au monde », note Laurent Gayer, chercheur au Ceri-Sciences Po.

Donner la parole aux mères et sœurs de disparus

Son mouvement porte aussi la marque de cette ouverture sociale et culturelle forgée dans l’exil. À contre-courant des stéréotypes sur le conservatisme des Pachtounes, de nombreuses mères ou sœurs de disparus assistent aux meetings et prennent la parole à la tribune, réclamant la fin des « disparitions forcées », des exécutions extrajudiciaires ou encore des lois d’exception dans les zones tribales. « On peut voir là un signe de l’ancrage du mouvement dans une tradition progressiste qui n’a jamais disparu chez les Pachtounes du Pakistan », poursuit Laurent Gayer.

Manzoor Pashteen dit tout haut ce que des spécialistes pakistanais pensent tout bas : l’armée fournit des bases à des groupes extrémistes talibans qui sont utilisés pour attaquer l’Afghanistan, tout en combattant « les mauvais talibans ». « Si Malala a accédé à la notoriété par son combat pour l’alphabétisation des jeunes filles, elle n’a jamais critiqué l’armée, rappelle le chercheur. Manzoor Pashteen a un discours beaucoup plus agressif. »

Le combat du jeune vétérinaire dérange les autorités comme les insurgés. Il le sait : sa marche contre les discriminations peut s’arrêter brutalement d’un jour à l’autre. Les talibans ont menacé ses proches. Son téléphone reçoit des messages anonymes l’avertissant que des membres de sa famille pourraient être arrêtés. Lui rétorque qu’il n’a rien à perdre, que sa maison a été détruite et qu’il a perdu déjà 40 de ses proches.

Olivier Tallès



Comment une organisation trotskyste pourrait-elle militer dans ce type de région et de contexte, difficile à dire. Défendre une politique communiste révolutionnaire ne semble pouvoir se faire pour l'instant que dans une clandestinité totale. Avoir une apparition publique oblige à présenter un profil différent. La phrase "Nous espérons sincèrement que les éléments les plus sains des échelons supérieurs du pouvoir profiteront de cette occasion pour exorciser notre pays des démons et des menaces contre lesquels ils ont juré de lutter" est, espérons-le, une concession verbale destinée à donner le change mais à laquelle Ali Wazir ne croit pas un seul instant ; la question étant de savoir si ce genre de discours n'est pas plus nuisible qu'utile.

En l'occurrence, j'imagine qu'une organisation de type LO-UCI qui démarrerait une activité chercherait en priorité à s'implanter dans les grosses concentrations ouvrières du Sud du pays que sont Karachi et Hyderabad, puis dans les grandes villes du Nord, et à organiser des réactions de la classe ouvrière. La classe ouvrière pakistanaise n'est pas immobile...

Ici, il y a quelques années, des travailleurs de l'usine pharmaceutique Novartis à Jamshoro (près d'Hyderabad), lock-outés par la direction qui s'opposait à la création d'un syndicat, et réprimés par la police :

https://www.youtube.com/watch?v=NzRvwFP50bE

Quant à la politique qu'il faudrait mener dans une région comme le Sud Waziristan, difficile à dire. S'il y a effectivement un mouvement de protestation avec des marches regroupant des milliers de personnes contre les exactions dont sont victimes les populations pachtounes, il est logique d'y participer d'une manière ou d'une autre, en tentant de faire en sorte que la population s'organise elle-même sans se mettre à la remorque de la bourgeoisie locale, et en fournissant une explication politique à la raison pour laquelle les talibans prospèrent d'un côté et l'Etat se comporte de cette façon de l'autre, tantôt en guerre contre les talibans, tantôt complice avec certains d'entre eux tout en écrasant et méprisant la population locale. Tout en cherchant à se distinguer de tout ce qui pourrait ressembler à un nationalisme pachtoune... ou pakistanais. Il faudrait être dans le pays pour pouvoir en dire beaucoup plus, et par exemple trancher entre le fait de se présenter à des élections sur la base d'un discours forcément très édulcoré (au point que l'on ne parle même pas des travailleurs) et truffé de concessions, ou de ne pas le faire... Peut-être serait-il possible d'expliquer que parmi les pachtounes victimes de la guerre, tous ne sont pas égaux, que les milieux pachtounes les plus aisés ont davantage de possibilités pour refaire leur vie ailleurs que ceux des milieux les plus exploités, bref aller à l'encontre de tout sentiment nationaliste pachtoune et mettre en avant ce qui est de fait une opposition de classe à l'intérieur du "camp" pachtoune.
Plestin
 
Message(s) : 570
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10


Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité