Edito LO du 30 juillet 2018

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 30 juillet 2018

Message par com_71 » 30 Juil 2018, 16:08

L'affaire Benalla, l'agitation politicienne et les intérêts des travailleurs

Le feuilleton de l’été, « l’affaire Benalla », continue, et il risque de durer. Pas parce que l’affaire est exceptionnelle – les coulisses du pouvoir présidentiel sont remplies d’histoires de ce genre d’hommes de main et de leurs dérapages – mais parce qu’elle permet à toute l’opposition parlementaire de se faire mousser pour dénoncer Macron sans avoir à dénoncer sa politique en faveur des plus riches.

Deux motions de censure ont été déposées contre le gouvernement, une de la droite et une autre commune au PS, au PCF et à la France Insoumise. Marine Le Pen a dit qu’elle voterait les deux. Jean-Luc Mélenchon a déclaré : « Quand il s’agit de protéger l’État et de faire respecter la norme républicaine, il y a une convergence avec la droite, je l’assume ». De l’extrême droite à la gauche en passant par la droite, tous se retrouvent à l’unisson. Mais plus ils jouent les indignés et plus tout cela sonne creux.

Macron a couvert Benalla quand celui-ci est allé casser du manifestant, gratuitement, simplement pour avoir sa dose d’adrénaline. Mais tout l’appareil d’État est rempli de Benallas. Qu’ils sortent des quartiers populaires ou de l’ENA, chacun dans sa spécialité est un serviteur de l’État, c’est-à-dire un serviteur de l’ordre capitaliste.

Macron le premier est un homme dévoué aux intérêts de la haute bourgeoisie, hier haut cadre d’une grande banque, comme aujourd’hui à l’Élysée. Et c’est la classe capitaliste qui lui dicte sa politique et lui demande d’être une machine de guerre contre les travailleurs et les classes populaires. C’est pour la servir qu’il a facilité les procédures de licenciement, allongé les durées légales du temps de travail, démoli le Code du travail, augmenté la CSG, baissé les APL... Et c’est pour la servir que, à la rentrée, il prévoit de s’attaquer aux retraites des travailleurs et d’accentuer la chasse aux chômeurs.

En réalité, c’est l’État dans son ensemble qui est au service du grand patronat et doit l’aider à avoir les coudées franches dans la lutte de classe. Avec son arrogance et sa politique en faveur des très riches, Macron est bien leur homme. Mais il n’est, au bout du compte, qu’un simple exécutant. Et il n’y a aucune illusion à avoir sur ce que ferait à sa place tel ou tel leader de l’opposition. Les travailleurs n’ont que faire d’un nouveau bonimenteur qui dira, comme Hollande à la veille de son élection, « mon ennemi c’est la finance » pour, une fois élu, s’agenouiller devant elle.

Le PDG du groupe automobile PSA a annoncé, pour les six premiers mois de 2018, une « rentabilité record », avec des bénéfices de 1,7 milliard d’euros, en hausse de 48 %. D’autres grands groupes ont annoncé des résultats équivalents, encore meilleurs que l’année passée. Toute cette richesse ne tombe pas du ciel. Au nom de la compétitivité des entreprises dans la guerre commerciale internationale, le grand patronat cherche en permanence à faire baisser les salaires, gagner des minutes de production ou pousser dehors des travailleurs afin de faire faire le même travail avec moins de bras.

Bernard Arnault, l’actionnaire principal du groupe de luxe LVMH, qui a vu sa richesse augmenter de 56 % en un an pour atteindre 73 milliards d’euros, a déclaré qu’il s’attendait à un effondrement économique « dans les années qui viennent, qui touchera tous les secteurs de l’économie ». En réalité, la crise économique dont il parle est déjà là, depuis des années. Mais elle s’aggrave et menace d’entraîner toute la société vers la catastrophe.

Le grand patronat ne sait pas comment mettre fin à la crise, mais il sait comment accroître ses profits immédiats en menant l’offensive contre les travailleurs.

Alors, loin de cette agitation parlementaire dérisoire, ce qu’il faut au monde du travail, c’est un programme qui mette en avant ses revendications vitales, ses revendications de classe : l’interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous, un niveau de salaire et de pension qui permette à chacun de vivre dignement, et aussi le contrôle des comptes des entreprises capitalistes afin de savoir où est et où va l’argent produit par l’exploitation.

Il faut un programme de lutte des exploités contre ce système capitaliste. C’est la seule perspective pour les travailleurs et pour la société dans son ensemble.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2272
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron