Edito LO du 1er octobre 2018

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 1er octobre 2018

Message par Bertrand » 01 Oct 2018, 14:53

Le 9 octobre, faire entendre notre protestation contre Macron et contre toutes les attaques patronales

De plus en plus impopulaire, Macron a déclaré, dans une interview au Journal du Dimanche, qu’il allait reprendre le chemin du « contact » et des « embrassades ». Ainsi, lors de son déplacement aux Antilles, à ceux qui l’interpellaient en Guadeloupe et en Martinique sur le chômage, le pouvoir d’achat, le délabrement des hôpitaux, aux habitants de l’île de Saint-Martin dévastée par le passage d’un cyclone l’année dernière qui attendent toujours la reconstruction malgré toutes les promesses faites lors de sa précédente visite, Macron a répondu… par des poignées de mains et quelques bonnes paroles !

Face à un jeune Antillais qui lui reprochait d’avoir déclaré, il y a quinze jours, qu’il suffisait de traverser la rue pour trouver du travail, Macron a manifesté une nouvelle fois son mépris social de représentant du patronat : « Il faut accepter une offre d’emploi même si ce n’est pas exactement ce qu’on veut », a-t-il répondu. Comme si les chômeurs avaient attendu le conseil de Macron ! Des millions de femmes et d’hommes au chômage enchaînent les petits boulots, les CDD, les missions d’intérim, sans parvenir pour autant à trouver un emploi stable.

Macron et ses ministres peuvent bien multiplier les opérations de communication sur une prétendue augmentation du pouvoir d’achat, les travailleurs savent très bien à quoi s’en tenir. Ils savent qu’ils ont de plus en plus de mal à finir le mois, que les prix du gaz, de l’électricité, des carburants et bien d’autres encore, ont fortement augmenté alors que les salaires stagnent, voire reculent, et que les pensions de retraite baissent. Une étude vient de chiffrer à 470 euros par an en moyenne la diminution de pouvoir d’achat que vont subir la majorité des retraités, du fait du gel des pensions et de l’augmentation de la CSG.

Depuis qu’il est au pouvoir, pour satisfaire l’avidité de la bourgeoisie dont il sert les intérêts, Macron mène une politique de combat contre les travailleurs et les classes populaires.

Pour permettre au patronat de licencier et de flexibiliser les horaires plus facilement, il s’est attaqué au Code du travail. Pour faire bénéficier une minorité de privilégiés de cadeaux qui se chiffrent en milliards, il sacrifie tous les services publics les plus utiles, l’éducation, le système de santé, les Ehpad, les transports, le logement social…

Alors que son système économique est aujourd'hui en plein marasme, la bourgeoisie ne peut tirer son enrichissement que de l'aggravation de l'exploitation et de l'appauvrissement général de la société.

Le recul n’est pas seulement matériel, il affecte aussi toute la vie sociale. À l’occasion de leur congrès annuel, les pompiers ont dénoncé l’insuffisance de leurs moyens, comme tous les autres services publics, et le fait d’être de plus en plus confrontés à la violence lors de leurs interventions. La montée de la violence, de l’individualisme et du chacun pour soi témoigne de la décomposition de la société dominée par le capitalisme en crise.

Mettre fin à cette évolution ne peut se faire qu'en s’attaquant radicalement aux bases mêmes de ce système régi par des lois économiques que personne ne contrôle. Il faut pour cela enlever à la bourgeoisie la direction de la société. La seule classe capable de le faire est celle des travailleurs car elle est la seule à n'exploiter personne.

Pour défendre leurs emplois, leurs salaires et leurs conditions d’existence, il faudra que les travailleurs engagent des luttes collectives et déterminées. Il en va de leur survie, mais c’est aussi l’intérêt de toute la société. En menant leur combat jusqu’au bout, jusqu’au renversement du pouvoir de la bourgeoisie, les travailleurs sont les seuls à pouvoir débarrasser la société du capitalisme en faillite en lui substituant une organisation économique fondée sur la satisfaction des besoins de tous.

Les militants ouvriers et les travailleurs convaincus que l’avenir dépend de la capacité de la classe ouvrière à se battre doivent profiter de toutes les occasions pour se regrouper et se faire entendre. Plusieurs confédérations syndicales appellent, le 9 octobre, à une journée interprofessionnelle de grève et de manifestations contre la politique antiouvrière du gouvernement. Il faut s’en saisir pour exprimer sa protestation et montrer, qu’après la mobilisation des cheminots du printemps dernier, Macron et les patrons n’en ont pas fini avec les luttes des travailleurs.
Avatar de l’utilisateur
Bertrand
 
Message(s) : 347
Inscription : 25 Juil 2003, 15:27

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron