Rupture conventionnelle collective chez Sanofi

Rupture conventionnelle collective chez Sanofi

Message par Plestin » 05 Déc 2018, 18:02

Sanofi vient d'annoncer un plan de 670 suppressions de postes dans ses fonctions support en France (RH, Finances, Informatique, Juridique etc.) Il s'agirait de "départs volontaires", comme le dernier plan du groupe dans les usines pharmaceutiques, mais ce qui est nouveau c'est le recours à la "rupture conventionnelle collective" de Macron.

Sanofi a encore besoin d'obtenir auprès des syndicalistes (toutes les couleurs de l'arc-en-ciel) un accord majoritaire. Ensuite, la rupture conventionnelle collective ne peut théoriquement s'imposer aux travailleurs, qui ne partiront que s'ils sont volontaires, et ne pourront pas être licenciés via un "PSE" (plan de "sauvegarde" de l'emploi) ensuite. Mais quand on connaît la pression qui règne pour dégoûter les gens de rester, d'un côté, et les carottes que peut brandir Sanofi pour ceux qui partent, de l'autre... (quoique ces derniers temps les carottes ont tendance à rétrécir).

Il y aurait aussi 80 postes "externalisés" (mis en sous-traitance) dans l'Informatique. Le groupe en profite, comme d'habitude, pour annoncer aussi 250 "créations de poste" dans de "nouveaux métiers" (numérique, bioproduction), c'est-à-dire qu'il met dans le même paquet des postes qu'il aurait créé de toute façon et qui ne concernent pas les mêmes lieux que là où il en supprime. Le comble, c'est qu'une partie de ces postes créés (dans les usines avec le numérique) vise à augmenter encore l'automatisation et donc... à préparer les suppressions d'emplois de demain !

Il va aussi y avoir des suppressions de postes en Allemagne et aux Etats-Unis, mais on ne sait pas encore combien.
Plestin
 
Message(s) : 635
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Rupture conventionnelle collective chez Sanofi

Message par Plestin » 16 Déc 2018, 09:31

la rupture conventionnelle collective ne peut théoriquement s'imposer aux travailleurs, qui ne partiront que s'ils sont volontaires, et ne pourront pas être licenciés via un "PSE" (plan de "sauvegarde" de l'emploi) ensuite


Une précision : ça c'est la théorie, mais il n'y a pas à ma connaissance de date limite pour procéder ensuite à un "PSE". On peut donc penser qu'un PSE est impossible dans le cadre de la procédure de rupture conventionnelle collective elle-même, mais que, dès le premier jour où celle-ci est close, le PSE redevient possible... Donc, ceux qui n'auraient pas été volontaires, peuvent être licenciés quand même après.

Par ailleurs, les 80 postes informatiques (informatique de développement) externalisés chez Cognizant, le sont au volontariat... mais on sait déjà que 50 d'entre eux ne seront plus disponibles en interne si les travailleurs refusaient de partir... Ils pourront donc théoriquement rester, mais sans poste... (et tout seuls dans un bureau isolé, pendant qu'on y est ?)
Plestin
 
Message(s) : 635
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10


Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron