Algérie, le "hirak" continue

Dans le monde...

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 13 Nov 2019, 12:12

Conclusion réservée d'une contribution d'un militant du PST :

...Les magistrats n’ont pas rompu leur mouvement de grève parce qu’ils ont obtenu des augmentations de salaire. En réalité ils n’ont obtenu que des promesses hypothétiques. La grève des magistrats a échoué du fait de la faiblesse du mouvement populaire qui n’est pas suffisamment fort pour rassurer ceux qui ont le pistolet sur la tempe. En ce sens ce n’est pas l’échec des magistrats mais la faiblesse de la révolution. La grève de mars qui a précipité la chute de Bouteflika a laissé des traces. Les travailleurs qui ont été sanctionnés par leurs employeurs n’ont pas reçu de solidarité de la part de la révolution. Les détenus qui ne reçoivent pas de solidarité matérielle de la part de la révolution, cela signifie que la révolution ne protège pas assez ses enfants. Ceux qui font dans la glorification du mouvement concourent à sa ruine. Contrairement aux apparences, il y a moins de mobilisation par rapport aux premiers mois et pas d’organisation. L’université ne joue plus le rôle de locomotive, les commerçants ne se mobilisent plus. Les scènes de fraternisation de la police avec le mouvement au début de la révolution ont totalement disparu. Le pouvoir a vite fait de reprendre la main. La révolution n’a pas assez d’autorité morale. Elle n’incarne pas encore cette force qui renversera le pouvoir actuel, d’où l’impossibilité de gagner l’adhésion des classes intermédiaires ainsi qu’une partie des forces de sécurité indispensable pour la création d’une dualité de pouvoir. La démarche à suivre, c’est de faire des élections du 12 décembre qui polarisent la situation un levier de circonstance pour sonner le rappel des forces sociales et populaires et impulser un travail d’organisation pour donner un nouveau souffle à la révolution.

La seule voie salutaire pour gagner la bataille à court terme c’est de s’atteler à la construction urgente de la grève générale ouvrière, en gagnant au camp de la révolution les classes intermédiaires qui ne veulent plus de ce pouvoir.

Hocine


https://www.dzvid.com/2019/11/13/echec- ... populaire/
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2971
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Ingérence française de Jean Yves le Drian

Message par Simon Bolivar » 13 Nov 2019, 14:21

La réponse des Algeriens a été formelle,ils dénoncent avec vigueur l ingérence française,
principalement le boutefeu Jean Yves le Drian-ou plutôt,Jean Yves le Truand-,dont le passé de plastiqueur au sein des séparatistes bretons est occulté.
Simon Bolivar
 
Message(s) : 21
Inscription : 15 Oct 2019, 03:10

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 22 Nov 2019, 00:31

"Aucun changement profond de la société ne se fera sans une mobilisation déterminée des travailleurs et des couches populaires."
Tel est l'axe de "Voie Ouvrière pour le socialisme" au stade actuel du mouvement. S'agit-il d'oeuvrer pour l'apparition d'une force politique indépendante de la classe ouvrière ?

Voie Ouvrière pour le socialisme 20 novembre a écrit :Le hirak entre le marteau du pouvoir et l’enclume de ses forces conservatrices : Que faire ?

9 mois après son irruption, la mobilisation populaire se poursuit pour réclamer le départ du régime. Le rejet de la feuille de route du pouvoir en général et des élections présidentielles du 12 décembre en particulier ne se limite pas uniquement au refus des populations de se rallier aux marches organisées par ses partisans. Il se traduit, également, par un boycott actif des manifestants.

Les candidats qui se sont lancés dans la campagne électorale ne suscitent pas de sympathie mais rencontrent, plutôt, mépris et opposition. Leurs meetings, qui se tiennent dans des salles presque vides et qui ne se maintiennent que grâce aux dispositifs policiers, servent, désormais, d’occasions de mobilisations populaires pour dénoncer cette mascarade électorale. Les arrestations, les lourdes peines d’emprisonnements à l’encontre des manifestants ne dissuadent pas ces protestations anti-élections. Elles les renforcent !

Le régime puise sa force de la faiblesse du hirak…

Cette situation montre à quel point le régime est en difficulté. Cependant, il serait naïf de le considérer «finissant», comme veulent nous le faire croire certains. Force est de constater que se sont ces mêmes tenants du pouvoir qui mènent des attaques contre les masses populaires, emprisonnent des manifestants et font passer leur lois.

Certes, le mouvement populaire se perpétue. Toutefois, sa faiblesse politique et l’absence d’une direction véritablement révolutionnaire l’empêche d’atteindre son objectif par «les seules marches du vendredi». Ce constat est fait, aujourd’hui, par tous et les slogans appelant à une grève générale sont de plus en plus répandus dans les marches.

Ceci dit, ces appels persistants à la grève générale ne rencontrent pas d’écho dans la société et restent, pour le moment, inaudibles au sein des entreprises.

Paradoxalement, c’est à la périphérie du hirak que se développent d’autres luttes plus revendicatives et plus offensives; le mouvement en cours des travailleurs du pré-emploi, la formidable lutte des enseignants du primaire organisée en dehors des syndicats, les protestations populaires pour le logement, l’eau et gaz et les grèves ouvrières qui avaient marqué la rentrée sociales, sont des symptômes d’un bouillonnement social…

Toutes ces luttes, qui n’arrivent toujours pas à se fédérer et qui devaient normalement intégrer et renforcer le mouvement populaire, sont menées à la marge du hirak et elles s’en démarquent, parfois, ouvertement.

Cet écart n’a rien de naturel. Si la jonction ne s’opère pas entre ces deux mouvements (Hirak et luttes sociales), c’est principalement à cause de l’absence d’une perspective claire pouvant unir tous les exploités dans la même lutte.

Alors que les partis, leurs alliances et les notables du hirak ignorent ces luttes, les syndicats, qui devraient se poser en courroie de liaison entre le mouvement populaire et ces batailles sociales, se positionnent plutôt en fonction de leurs appartenances politiciennes.

Si la direction de l’UGTA reste toujours docile et servile devant le pouvoir, la Coordination des Syndicats Autonomes (CSA) se constitue, quant à elle, en instrument bureaucratique de la feuille de route des partis libéraux et ne se soucie guère des préoccupations de sa base. L’échec cuisant de la grève du 28 octobre dernier initiée par cette Coordination démontre combien est grand le fossé existant entre les syndicats autonomes et leurs bases respectives.

Le hirak doit représenter une perspective pour tous les révoltés

Ainsi, au lieu d’offrir une alternative à ces luttes sociales, les partis libéraux et les syndicats les ignorent et les méprisent sous prétexte qu’elles «se battent pour des questions sociales». Cette attitude est le fruit d’un raisonnement stupide quand elle n’a pas pour objectif d’inhiber la révolte des exploités.

Aucun changement profond de la société ne se fera sans une mobilisation déterminée des travailleurs et des couches populaires. Les libéraux le savent et leur refus obstiné de s’adresser à ces Algériens en lutte prouve qu’ils redoutent une implication des masses. Car, ils sont conscients que ces véritables victimes du système ne vont pas se contenter d’un simple ravalement de façade et de quelques réformettes démocratiques, mais exigeront un changement radical du régime contre les intérêts des patrons et des puissances impérialistes dont ces libéraux ne sont que les valets. C’est pourquoi, ils font tout pour les maintenir à l’écart du mouvement et évite de discourir sur les questions qui divisent les exploités de leurs exploiteurs.

Si non, comment expliquer la démarche de ces forces qui n’avaient pas hésité à se mobiliser pour soutenir la grève, bien que corporatiste et syndicale, des magistrats. Pire encore, même sur les questions d’ordre purement politiques, comme l’adoption de la loi sur les hydrocarbures qui a suscité une réaction populaire vive et unanime, ces forces n’ont pas jugé utile d’engager la résistance. Elles se sont contentées de simples déclarations, alors que cette question pouvait fédérer les énergies et montrer la voie même à ceux qui se sont laissés duper par la surenchère nationaliste du régime.

Les révolutionnaires n’ont pas à supplier ces forces, dont les aspirations sont conservatrices et les politiques freinent le mouvement, d’intégrer les questions sociales pour renforcer le hirak. Notre rôle aujourd’hui est de nous constituer en une force alternative pour organiser la convergence du mouvement populaire avec les luttes sociales.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2971
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 22 Nov 2019, 15:32

Discours de Gaid Salah, 21 nov. 2019 :

https://www.tsa-algerie.com/nouveau-dis ... ntegral-2/
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2971
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)