La dernière lettre de Tagore

Marxisme et mouvement ouvrier.

La dernière lettre de Tagore

Message par com_71 » 12 Avr 2019, 22:37

traduction automatique a écrit :De The Militant , Vol. V no 40 , 4 octobre 1941, p. 6

Ce qui suit est la dernière lettre écrite par Rabindranath Tagore, le célèbre poète indien. Sur son lit de mort, il a reçu une copie de la lettre ouverte aux Indiens , écrite par Mlle Eleanor Rathbone, qualifiant le peuple indien de "ingrat" en refusant de soutenir la Grande-Bretagne dans la guerre. Tagore n'était pas un révolutionnaire. Mais sa lettre est une mise en accusation éloquente de l'impérialisme britannique. Aucun organe américain n'a publié la lettre de Tagore. Nous le reproduisons de l'hebdomadaire britannique The Tribune du 15 août 1941 - THE EDITORS
* * *

J'ai été profondément peiné par la lettre ouverte de Mlle Rathbone aux Indiens . Je ne sais pas qui est Mlle Rathbone, mais je suppose qu'elle représente la mentalité du britannique «bien intentionné». Sa lettre est principalement adressée à Jawaharlal Nehru et je ne doute pas que si ce noble combattant de la liberté n'avait pas été bâillonné derrière les barreaux de la prison par les compatriotes de Mlle Rathbone, il aurait répondu de manière appropriée et enthousiaste à son sermon gratuit. Son silence forcé me rend nécessaire de protester même de mon lit de malade.
* * *

La dame a mal servi la cause de son peuple en adressant un défi si indiscret, voire impertinent, à notre conscience. Elle est scandalisée par notre ingratitude - après avoir «bu profondément aux sources de la pensée anglaise», nous devrions encore avoir une pensée pour les intérêts de notre pays pauvre. La pensée anglaise, dans la mesure où elle est représentative des meilleures traditions de l'illumination occidentale, nous a certes beaucoup appris, mais permettez-moi d'ajouter que ceux de nos compatriotes qui en ont profité l'ont fait malgré les tentatives officielles britanniques de nous mal éduquer.

Nous aurions pu apprendre l’instruction occidentale par l’intermédiaire d’une autre langue européenne. Tous les autres peuples du monde ont-ils attendu que les Britanniques leur apportent l'illumination? Nos soi-disant amis anglais se conduisent avec une insolente complaisance d'auto-affirmation: s'ils ne nous avaient pas «enseignés», nous serions toujours restés à l'âge des ténèbres. Par le biais des filières d’éducation britanniques officielles en Inde, les écoles n’ont pas profité à la pensée anglaise mais à ses ordures, qui les ont seulement privés d’un repas sain à la table de leur propre culture.
* * *

En supposant toutefois que la langue anglaise soit le seul canal qui nous reste pour «éclairer», il ne reste plus qu'à «boire profondément à ses puits», c'est qu'en 1931, même après quelques siècles d'administration britannique, on apprenait que seulement environ un pour cent de la population était alphabétisé en langue anglaise - alors qu'en URSS, en 1932, après seulement quinze ans d'administration soviétique, 98% des enfants étaient scolarisés. (Ces chiffres sont tirés de The Statesman's Year-Book , une publication anglaise peu susceptible de se tromper du côté russe).

Mais même plus nécessaires que la prétendue culture sont les besoins élémentaires de base, sur lesquels toute superstructure des lumières peut reposer. Et qu'est-ce que les Britanniques, qui ont serré la bourse de notre pays pendant plus de deux siècles et exploité ses ressources, ont agi pour notre peuple pauvre?

Je regarde autour de moi et vois des corps affamés qui réclament du pain. J'ai vu des femmes dans des villages chercher quelques gouttes d'eau potable dans de la boue, car les puits sont encore plus rares dans les villages indiens que les écoles. Je sais que la population de l’Angleterre elle-même est aujourd’hui en danger de mourir de faim et je sympathise avec elle, mais quand je vois comment toute la puissance de la marine britannique est engagée dans le convoyage de bateaux de ravitaillement vers les côtes anglaises et quand je me souviens que j’ai vu notre peuple meurt de faim et pas même une charrette de riz apportée à sa porte du district voisin, je ne peux m'empêcher de mettre en contraste les Britanniques chez eux et les Britanniques en Inde.
* * *

Devons-nous alors remercier les Britanniques, sinon de nous garder nourris, du moins de préserver la loi et l'ordre? Je regarde autour de moi et vois des émeutes qui font rage dans tout le pays. Lorsque des dizaines de vies indiennes sont perdues, nos biens pillés, nos femmes déshonorées, les puissants bras britanniques ne font rien, seule la voix britannique est élevée de l'étranger pour nous réprimander pour notre incapacité à mettre de l'ordre chez nous.

Les exemples ne manquent pas dans l’histoire lorsque même des guerriers pleinement armés se sont rétrécis avant que des forces supérieures et des contingences ne se soient manifestées dans la guerre actuelle, même lorsque les soldats les plus courageux parmi les soldats britanniques, français et grecs ont dû évacuer le champ de bataille en Europe parce qu’ils étaient submergés armements - mais quand nos paysans pauvres, sans armes et sans défense, encombrés de bébés qui pleurent, s'enfuient de leurs maisons, incapables de les protéger des gondas armées, les autorités britanniques sourient peut-être avec mépris à notre lâcheté. De nos jours, tous les civils britanniques en Angleterre sont armés pour protéger leur foyer et leur maison contre l'ennemi. En Inde, même l'entraînement est interdit par décret.

Notre peuple a été délibérément désarmé et émasculé afin de le tenir constamment intimidé et à la merci de ses maîtres armés. Les Britanniques détestent les nazis pour avoir simplement contesté leur maîtrise du monde et Mlle Rathbone s'attend à ce que nous embrassions la main de son peuple dans la servilité pour avoir rivalisé avec les nôtres. Un gouvernement doit être jugé non pas sur les prétentions de ses porte-parole, mais sur sa contribution réelle et effective au bien-être de la population.
* * *

Ce n’est pas tant parce que les Britanniques sont des étrangers qu’ils ne sont pas les bienvenus chez nous et n’ont pas trouvé place dans nos cœurs, car, tout en prétendant être des administrateurs pour notre bien-être, ils ont trahi la grande confiance et ont sacrifié le bonheur de millions de personnes. L’Inde gonfle les poches de quelques capitalistes chez eux. J'aurais dû penser que le britannique honnête garderait au moins le silence face à ces torts et nous serait reconnaissant de notre inaction, mais qu'il doive ajouter l'insulte à la blessure et verser du sel sur nos blessures dépasse toutes les limites de la décence.


https://www.marxists.org/history/etol/n ... agore.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2558
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron