Donner un toit aux SDF

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Donner un toit aux SDF

Message par Zelda_Zbak » 17 Avr 2019, 09:07

Ce matin en me levant, je me prends à rêver éveillée d'un rêve réformiste.
Les informations annoncent déjà qu'ils sont sûrs de disposer d'un milliard d'€ avec la "souscription nationale" pour Notre Dame de Paris.
Et je me dis que si l'Etat avait le même élan national pour doter les SDF de studettes, on disposerait d'un milliard, voire davantage...

Et je me plais à concrétiser ce milliard ainsi :

- 50 000 studettes de 15m2 dans toute la france (20 000 € chacune), rangées 2 par 2, et bien réparties dans les villes ou villages, pour ne pas créer de ghettos de SDF.
- L'extérieur est de bois, pour être joli.
- L'intérieur est en béton très sommaire.
- la "fenêtre" ne se situe que sur le toit, pour que le résident profite de la lumière du jour en gardant son intimité par rapport aux passants.
- bien entendu, ce toit de verre incassable peut s'obturer pour dormir, peut s'ouvrir entièrement l'été pour aérer.
- On y trouve : un espace WC, douche, lavabo, espace fermé, un espace chambre, lit 2 places cloué au sol, canapé 2 places cloué au sol.
- On y trouve scellé dans le mur avec une vitre incassable : un intranet qui diffuse les infos utiles au résident avec des icônes systématiques pour ceux qui ne pourraient lire :
(je veux apprendre à lire, je veux des cours de français, j'ai faim, j'ai besoin de soins psy, j'ai besoin de soins médicaux ou infirmiers, j'ai besoin de vêtements propres, je veux sortir de ma situation de SDF etc...)
- en matière de chauffage / clim : un petit convecteur réversible suffit. C'est la mairie qui lance la campagne de clim (chauffante ou rafraîchissante).
- le thermostat se bloque en période de chauffe à un maximum de 22 degrés. L'habitant peut toujours baisser ou couper.
- le thermostat se bloque en période de canicule à un minimum de 22 degrés. L'habitant peut toujours monter ou couper.
- D'une façon plus générale, la domotique de bon sens est connectée à la mairie (ou à l'Etat) ie => il pleut : le toit ouvrant se ferme obligatoirement. On chauffe dans cette studette : idem...
- une part de la domotique individuelle est entre les mains du résident.
- il y a une boîte aux lettres.
- La porte ferme à clé. Seul le DM et la municipalité (ou l'état) dispose d'un double.

Chaque clé est distribué à un SDF par son identifiant unique, donc 50 000 SDF ne sont plus SDF. On les appelle maintenant les DM (domiciliés municipaux).
Bien sûr, ça ne leur coûte rien et une base de données nationale recense donc les DM.
La modélisation est simple
Base nationale dm
une table studette (id, studette_id, long, lat, debut, fin)
une table personne(id, personne_id, civ, nom, prenom, naissance_lieu, naissance_date, deces_date)
une table dm (id, personne_id, studette_id, debut, fin)

Comment savoir où construire ces studettes DM ?
En s'appuyant d'abord sur ce genre de rapport de l'insee

Début 2012, 103 000 adultes ont utilisé au moins une fois les services d’hébergement ou de restauration dans les agglomérations de 20 000 habitants ou plus. Parmi ces personnes, 81 000 adultes étaient sans domicile ; ils étaient accompagnés de 30 000 enfants. Plus de la moitié de ces adultes étaient de nationalité étrangère. En incluant les 8 000 sans-domicile des communes rurales et des petites agglomérations et les 22 500 personnes en centres d’accueil pour demandeurs d’asile, 141 500 personnes étaient sans domicile en France métropolitaine début 2012, soit une progression de près de 50% depuis 2001.


Il ne reste plus qu'à lancer un appel d'offre aux architectes (tout le mois de mai) avec le défi suivant :

Selon ce cahier des charges, sauriez-vous nous faire une offre, respectant à peu près toutes ces contraintes, avec en plus une contrainte de temps de construction du 1er juin au 1er octobre, ie 4 mois pour construire ces 50 000 studettes dans toute la France ? L'hiver prochain serait doux aux ex-SDF, devenus DM...
Dernière édition par Zelda_Zbak le 17 Avr 2019, 09:32, édité 5 fois.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 709
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Donner un toit aux SDF

Message par Zelda_Zbak » 17 Avr 2019, 09:23

LO ne pourrait-il pas promouvoir ce genre de campagnes ultra concrètes et ultra simples pour donner corps à ce que pourrait faire une société socialiste, en dehors de toute période électorale ?
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 709
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Donner un toit aux SDF

Message par Zelda_Zbak » 17 Avr 2019, 10:01

Un point très important : comment gérer de façon la plus juste et publique possible l'accès à ces studettes et au statut de DM ?
Rendre totalement public les règles de gestion du programme informatique qui régit ces attributions.

Je donne des exemples (cumulatifs bien évidemment) : il est évident que chaque item doit pouvoir être justifié, soit par les associations d'aide aux SDF, soit par d'autres biais, comme un examen médical d'urgence de médecins habilités spécialement et qui ont tous les mêmes critères.

- Le postulant a un état de santé précaire ou non. Taux de fragilité sanitaire de 1 à 5/5. (coeff 5)
- Le postulant a n années de vie à la rue. (coeff 3)
- Le postulant a n enfants de moins de 15 ans à charge. (coeff 3)

Et j'en oublie sûrement...

Ensuite on fait une moulinette du genre :
1) Vieux SDF français seul de 65 ans à la santé précaire de 4/5, 20 ans de rue.
2) Mère migrante qui fuit l'Erythrée, elle a 30 ans, est en bonne santé (pour l'instant) et a 3 enfants en bas âge (6, 4 et 2 ans) et vient d'arriver en France... Le médecin considère que l'enfant de 2 ans et l'enfant de 4 ans sont extrêmement précaires (4/5).

Ceci s'appelle un calcul par barème :
Le cas 1 totalisera (4*5) + (20*3) + (0*3)= 80 de barème
//traduction =>1 fragilité sanitaire 4 à coeff 5 + 20 années de rue à coeff 3 + 0 enfant à coeff 3

Le cas 2 totalisera (4*5) + (4*5) + (4*1*3) + (3*3)=61 de barème
//traduction =>2 fragilités sanitaires 4 à coeff 5 + 1 année de rue pour 4 personnes à coeff 3 + 3 enfant à coeff 3

Les 50 000 premières studettes seront attribuées aux 50 000 barèmes les plus élevés nationalement...

S'il s'avère qu'il faut relancer une autre "souscription nationale" pour satisfaire les 50 000 SDF suivants, allons-y !
Après un an de fonctionnement, s'il s'avère que c'est un franc succès pour tout le monde, les gens seront à nouveau motivés pour cette aide ultra-prioritaire à ceux qui manquent de tout.
Dernière édition par Zelda_Zbak le 17 Avr 2019, 10:15, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 709
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Donner un toit aux SDF

Message par com_71 » 17 Avr 2019, 10:03

Zelda_Zbak a écrit :- L'extérieur est de bois, pour être joli. [de l'extérieur]
- L'intérieur est en béton très sommaire. [de l'intérieur]
- la "fenêtre" ne se situe que sur le toit, [ça s'appelle un vasistas]
- lit 2 places cloué au sol, canapé 2 places cloué au sol. [l'ameublement d'une cellule]
- On y trouve scellé dans le mur avec une vitre incassable [tout incassable, comme à l'hp ?]
- le thermostat se bloque en période de chauffe à un maximum de 22 degrés [on repère la frileuse du forum ;) ].
- ...
L'hiver prochain serait doux aux ex-SDF, devenus DM...

...LO ne pourrait-il pas promouvoir ce genre de campagnes ultra concrètes et ultra simples pour donner corps à ce que pourrait faire une société socialiste, en dehors de toute période électorale ?


Une campagne entre l'Abbé Pierre et 1984 d'Orwell ? ;)
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2730
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Donner un toit aux SDF

Message par Zelda_Zbak » 17 Avr 2019, 10:04

Je comprends tes sourires, Com...
Et je m'attendais à ton parallèle avec les cellules de prison, et il est parfaitement bienvenu.
En effet, si les prisons françaises fournissaient le confort dont je parle, je m'en réjouirais infiniment. Je ne parle pas d'une lucarne, je parle d'un toit totalement en lumière naturelle.
Et en tout premier, le droit (l'obligation pour les prisonniers) de vivre dans un espace SEUL et de ne se retrouver en collectivité qu'au réfectoire ou aux promenades.

Je suis pour le même genre de réformes dans les prisons, aux différences suivantes :

Immenses forêts et parcs pour les promenades. Clôture extérieure qu'on ne voit donc jamais ou fort rarement, cela va sans dire.

Mais bon, mes propositions de réformes pour les prisons, ce sera le sujet d'un autre fil, tout aussi grave pour moi. Et tu verras bien des différences, Com, qui te choqueront ou te feront rire, nous en reparlerons en temps voulu.

J'aimerais rester ici sur les SDF, et vous savez que je ne déteste rien tant que les hors-sujets. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 709
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Donner un toit aux SDF

Message par Zelda_Zbak » 17 Avr 2019, 10:18

Je voudrais ici parler d'un sentiment de certains français pas riches :
On postule aux HLM depuis 5 ans, on fait la queue, et l'on voit en visitant notre père ou notre fils en HLM que tel migrant de fraîche date a obtenu un appart HLM dans cette cité que l'on visait, doublant ainsi la queue de façon super injuste, c'est du moins le sentiment de notre interlocuteur.

Ce sentiment est aussi là parce que le barème des HLM (car il y en a forcément un) n'est pas transparent, public.
C'est totalement idiot et cela donne prise à des préjugés, parfois xénophobes, parfois non.
D'où mon message relativement détaillé sur ce qu'est un barème, ses règles de gestion, et le besoin de transparence totale.
Tout le monde peut comprendre qu'une douleur violente et brève peut compter autant, d'un point de vue barème, qu'une "torture de la goutte d'eau" depuis dix ans...
Et si tout est mis sur le papier, modélisé, expliqué, eh bien, on n'a pas le sentiment insupportable que la queue est biaisée, que certains doublent sans vergogne, que tout cela est beaucoup trop opaque.

Alors bien sûr, en matière de HLM, zéro queue et satisfaire tout de suite les besoins... c'est plus simple. Mais personne n'y croit. Organiser d'abord des critères de queues assez sains, voir les queues diminuer, pour éventuellement être très courtes à la fin, c'est plus réaliste.
Qu'est ce qu'une attente supportable en matière de HLM :
- maxi 1 semaine en matière d'extrême urgence, du genre, ton conjoint (homme ou femme) t'a foutu à la rue sans préavis.
- environ 6 mois ou 1 an en matière de "J'en ai marre de cet appart. J'en veux un plus grand, ou je veux changer de quartier."
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 709
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Donner un toit aux SDF

Message par Zelda_Zbak » 17 Avr 2019, 11:29

Il est fort possible que je rabâche, mais j'ai 2 cousins qui étaient SDF. On disait clochards à l'époque. J'ai environ 35 cousins et cousines, donc ne pensez pas que je mythonne quand je parle de toutes sortes de cousins ou cousines. Ils sont une micro-société française. :D
Le plus pauvre, vous le savez maintenant, était SDF (décédé) et aurait 62 ans aujourd'hui.
La plus riche, autant que je sache, a monté une entreprise de 8 salariés environ, qui fait du conseil en gestion de patrimoine (ça eût payé :mrgreen: ). Elle a 52 ans.
Au demeurant, je m'en aperçois en vous racontant, les deux sont cousins directs entre eux également car liés à moi par ma mère.

Les parents de mon cousin SDF ont sombré très tôt dans l'alcoolisme. Le père était receveur des postes à la fin de sa vie et responsable CGT et... alcoolique donc. Il parlait des ses camarades de travail en disant "mes piafs". Vous y entendrez comme moi un paternalisme très dérangeant. B. est mort vers 50 ans d'une cirrhose du foie. La mère de ses enfants, dont il avait divorcé, buvait aussi, mais n'avait aucune conscience politique, on pourrait dire d'elle que c'était une lumpen-prolétaire, pour jargonner. Ils ont eu 3 enfants, dont ils se sont très mal occupés. Des enfants d'alcooliques sévères, c'est un peu comme des enfants d'héroïnomanes, ils ont des parents qui les oublient tout simplement. Et souffrent donc d'énormes carences de soins.
Des 3 enfants, allez savoir pourquoi ou comment, la fille aînée s'en est à peu près bien tirée. Elle a eu un boulot de petite gestionnaire mal payée dans le tertiaire privé. Elle a eu un compagnon plus âgée qu'elle pendant dix ans, qui lui a donné un enfant puis est mort. E. a été une mère impeccable, son fils a un bon job (si tant est que c'est un critère) et à ma connaissance, ne picole pas ni ne s'adonne à aucune addiction. Sa mère picole un peu mais rien de trop méchant. Ses deux frangins plus jeunes en revanche, c'est une autre histoire. Et eux, je vais les nommer par leur prénom complet, car il y a prescription. Frédéric a toujours bu, en famille, avec maman, papa, et ses frère et soeur. Il a fait malgré cela un BEP électronique, dont il était très fier, et il y avait de quoi. Après, trouver un job ? Pas moyen. Pas moyen parce qu'il buvait. Alors lui, sa mère, son plus jeune frère, ont d'abord trouvé très normal de vivre aux crochets de la grande soeur... et l'on s'y habitue vite apparemment, de profiter des mannes d'autrui.
Quand E. a eu son compagnon, ça a foutu cet équilibre (délirant) par terre. Le compagnon a dit à sa compagne : "stop, tu as 30 ans, tu n'as pas à faire ça. Viens, vis avec moi, on fonde une famille. Ils n'ont qu'à se démerder !"
Un peu normal, n'est ce pas ?
Et c'est là que les 2 frères sont tombés dans la cloche. Je ne sais comment, la mère a rebondi. Mais j'ai su que de ce temps, les deux frères sont tombés dans la cloche, ensemble. Frédéric, l'aîné, comme je l'ai dit avec son BEP électronique en poche (diplôme qui a l'époque aurait parfaitement pu lui donner un métier correct), mais le jeune frère, François, avait un handicap mental léger. Inutile de vous dire que la mère avait bu à l'envi pendant la grossesse. Il souriait tout le temps et disait oui à tout. L'imbécile heureux en somme. Au bout d'une décennie de cloche, François a été diagnostiqué handicapé mental et recueilli par un organisme. Et Frédéric a continué la cloche, tout seul. Je l'ai croisé pour la dernière fois à l'enterrement de sa mère, il avait 50 ans, il était totalement édenté, décharné. Dans la petite ville ouvrière où il avait fini par atterrir après Paris, à Thaon les Vosges, la mairie lui avait procuré un toit HLM, avec un autre SDF, et il était suivi par une assistante sociale. Je dirais qu'il n'était plus à la rue les dix dernières années de sa vie. Ca ne l'a pas empêché de mourir jeune, vers 55 ans.
E., sa soeur, n'a pas voulu se rendre à l'enterrement. Elle lui en voulait trop. Et (perso ça m'a choqué), elle m'a dit : "Je n'ai pas dit à François que Frédéric était mort." Il m'aurait demandé de l'amener à l'enterrement. Je lui dirai plus tard, quand tout sera terminé.
Ma mère est allé à l'enterrement. 2 SDF, une tante... Personne de très proche finalement dans l'église.
Ca m'a valu cette sombre discussion avec un de mes frères :
- lui : C'est horrible un enterrement où il n'y a personne. Il a été enterré comme un chien.
- moi : Moui... Le problème, c'est surtout que toute sa vie a été à l'image de cet enterrement, il n'intéressait personne. Il a vécu comme un chien.

De son premier souffle à son dernier, je ne sais si Frédéric a intéressé qui que ce soit, ni ses parents d'abord, ni lui-même ensuite.

En vous racontant tout ça, je m'aperçois qu'un toit, ça ne suffit pas.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 709
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Donner un toit aux SDF

Message par Byrrh » 17 Avr 2019, 12:17

:-(

Zelda_Zbak a écrit :Dans la petite ville ouvrière où il avait fini par atterrir après Paris, à Thaon les Vosges, la mairie lui avait procuré un toit HLM, avec un autre SDF, et il était suivi par une assistante sociale.

Passer de Paris à Thaon, c'est déjà être un peu plus effacé du paysage, en attendant la mort... Sur Thaon : https://forumamislo.net/viewtopic.php?f ... 01#p327713
Byrrh
 
Message(s) : 440
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Donner un toit aux SDF

Message par Zelda_Zbak » 17 Avr 2019, 13:15

C'est vrai que c'était un retour aux sources pour lui.
Je ne connais même pas cette ville. Faudra que j'y fasse un pélerinage cet été. J'irai avec ma mère pour qu'elle me raconte les lieux.
Mon grand père maternel, le grand père que Frédéric et moi avions en commun, était ouvrier électricien (qualifié) à l'usine textile de Thaon, tandis que ma (future) mère de 18 ans y était ouvrière.
Maurice est mort en rentrant de l'usine, le 22/09/1955, il avait 50 ans. Un accident stupide le jour de sa fête. Il était en moto, et il y a eu collision avec un tracteur.
Ma cousine Mauricette, une autre petite fille de Maurice, comme son prénom l'indique, :D 62 ans aujourd'hui, a travaillé avec son compagnon dans ces usines jusqu'à sa retraite.
J'ai aussi une cousine (de l'autre côté cette fois, du côté de mon père) qui enseigne aujourd'hui au lycée pro de Thaon.
Au moins la commune de Thaon de l'époque de Frédéric a-t-elle su lui assurer un toit, contrairement à Paris.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 709
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53


Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron