Municipales 2020

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 11 Fév 2020, 21:01

Sur le site LO actualisé on voit apparaître les listes suivantes (non encore citées) et, chers camarades, c'est un festival :

Auvergne Rhône-Alpes :

Listes déjà présentes en 2014 : Montluçon (Allier), Grenoble (Isère), Villefontaine (Isère).
Listes nouvelles : Valence (Drôme), Vif (Isère), Rives (Isère).

Bourgogne-Franche-Comté :

Listes déjà présentes en 2014 : Montbéliard (Doubs), Audincourt (Doubs), Valentigney (Doubs), Grand-Charmont (Doubs), Nevers (Nièvre), Auxerre (Yonne).
Listes nouvelles : Hérimoncourt (Doubs), Vesoul (Haute-Saône), Héricourt (Haute-Saône), Lons-le-Saunier (Jura), Mâcon (Saône-et-Loire), Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), Sens (Yonne), Avallon (Yonne).

Bretagne :

Listes déjà présentes en 2014 : Lanester (Morbihan). (Choix de la tête de liste = indice qu'une liste nouvelle est en préparation à Lorient ? et une autre à Hennebont ?)
Listes nouvelles : Fougères (Ille-et-Vilaine), Acigné (Ille-et-Vilaine).

Centre-Val-de-Loire :

Listes nouvelles : Lucé (Eure-et-Loir), Issoudun (Indre), Blois (Loir-et-Cher).

Grand Est :

Listes déjà présentes en 2014 : Strasbourg (Bas-Rhin), Schiltigheim (Bas-Rhin), Ensisheim (Haut-Rhin), Vandoeuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), Thionville (Moselle).

Listes nouvelles : Chaumont (Haute-Marne), Sarreguemines (Moselle).

Hauts-de-France :

Listes déjà présentes en 2014 : Compiègne (Oise), Margny-lès-Compiègne (Oise).

Liste nouvelle : Château-Thierry (Aisne).

Ile-de-France :

Listes déjà présentes en 2014 : Corbeil-Essonnes, Draveil, Vigneux-sur-Seine (Essonne), Bagneux, Clichy, Colombes, Gennevilliers, Malakoff, Nanterre (Hauts-de-Seine), Paris 1er secteur (= 1er, 2ème, 3ème et 4ème arrondissements), Paris 5ème, 9ème, 10ème, 11ème, 12ème, 13ème, 14ème, 17ème, 18ème, 19ème, 20ème (Ville de Paris), Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Bagnolet, Bobigny, Clichy-sous-Bois, Drancy, L'Île-Saint-Denis, La Courneuve, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Romainville, Saint-Ouen-sur-Seine, Villepinte (Seine-Saint-Denis), Cergy, Ermont, Herblay, Jouy-le-Moutier (Val-d'Oise), Aubergenville, Les Mureaux, Mantes-la-Jolie (Yvelines)

Listes nouvelles : Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), Clamart (Hauts-de-Seine), Champs-sur-Marne, Chelles, Lognes (Seine-et-Marne), Eaubonne (Val-d'Oise), Carrières-sous-Poissy (Yvelines)

Normandie :

Listes déjà présentes en 2014 : Evreux (Eure)

Listes nouvelles : Vernon (Eure), Verneuil d'Avre et d'Iton (Eure), Flers (Orne), Rives-d'Andaine (Orne)

Nouvelle Aquitaine :

Listes déjà présentes en 2014 : Angoulême (Charente)

PACA :

Listes déjà présentes en 2014 : Carros (Alpes-Maritimes), Marseille 2ème secteur, 7ème secteur, 8ème secteur (Bouches-du-Rhône), Toulon (Var)

Pays de la Loire :

Liste nouvelle : Le Grand-Lucé (Sarthe)


Parmi les nouvelles listes, il y en a deux dans des communes de moins de 5.000 habitants : Rives-d'Andaine (Orne) et Le Grand-Lucé (Sarthe).

Il y a d'autres listes à venir.
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 12 Fév 2020, 09:31

En recoupant les infos du site LO et les différentes annonces de listes à la presse, pour l'instant :

- Sur les 202 anciennes listes (rappel : 204 listes - 3 arrondissements de Paris du fait d'une fusion d'arrondissements + Onnaing apparu en 2017 lors d'une partielle), seules 7 n'ont pas encore été annoncées quelque part : Ferrière-la-Grande (Nord), Paris 6ème (Ville de Paris), Melun (Seine-et-Marne), Les Ulis (Essonne), Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), Bezons (Val-d'Oise), Louvres (Val-d'Oise). Cela fait déjà 195 listes.

- 48 nouvelles listes sont déjà annoncées nommément et 3 dans le cadre d'une annonce générale d'un nombre de listes par département.

- Il y a au moins une douzaine d'autres tentatives à ma connaissance et peut-être bien plus.


Dans un post du 17 septembre 2019 sur les fusions de communes, Plestin a écrit :

A noter que LO ne se présente habituellement pas dans les communes de moins de 5.000 habitants (sauf en 2008 sur des listes d'union uniquement). Toutefois, un militant de LO connu localement qui vivait dans un village de 1.000 habitants se retrouve, du fait des fusions communales, dans une commune de 3.000 habitants, Rives-d'Andaine, très ouvrière avec trois usines significatives et limitrophe de La Ferté-Macé. LO s'y présentera-t-il, je l'ignore, mais ça peut être intéressant.


Je suis ravi de voir que, dans l'Orne, les camarades du coin ont saisi cette occasion !
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 12 Fév 2020, 09:45

Dans la Métropole de Lyon, le site LO indique une liste nouvelle à Saint-Priest, conduite par Jean-Charles FAGNOU, enseignant. Cela fait partie des deux listes qui avaient été "mises de côté" en attendant de compléter les autres... Avec 45.000 habitants, Saint-Priest est la plus grosse des communes de la banlieue lyonnaise où il n'y avait pas de liste LO jusqu'à présent.
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 12 Fév 2020, 12:28

La liste de Melun (Seine-et-Marne, Ile-de-France) est apparue sur le site LO, conduite comme en 2014 par Jean-Louis GUERRIER et Anne DE LA TORRE.

Par ailleurs, il n'y a pas deux, mais trois listes dans des villes de moins de 5.000 habitants. J'avais zappé Hérimoncourt (Doubs, Bourgogne-Franche-Comté), ville de 3.600 habitants où a été annoncée la fermeture d'un petit site PSA. A ne pas confondre avec Héricourt (Haute-Saône, Bourgogne-Franche-Comté), située à quelques kilomètres mais plus peuplée (près de 11.000 habitants), qui est la 2ème ville de Haute-Saône après Vesoul. Et qui a elle aussi sa nouvelle liste LO.
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 12 Fév 2020, 16:52

Un article pas mal dans Ouest France sur la liste de Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine, Bretagne) conduite par Fabrice LUCAS, technicien chez PSA Rennes :

https://www.ouest-france.fr/elections/m ... 10-6733788

Municipales à Saint-Jacques. La liste Lutte ouvrière franchira-t-elle une nouvelle fois les 10 % ?

Avec la liste Lutte ouvrière, faire entendre le camp des travailleurs, Fabrice Lucas, candidat à l’élection municipale de Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine), espère encore améliorer son score de 2014 (10,25 %) et promet d’être, avec son équipe, « les yeux, les oreilles et la voix des petites gens » au sein du conseil municipal.

8,87 % en 2008. 10,25 % en 2014. La pente vers l’élection est raide, mais la route est ascendante pour le candidat Lutte ouvrière Fabrice Lucas. Conseiller municipal depuis douze ans, ce technicien de l’industrie automobile de 54 ans décide de repartir, toujours pour Lutte ouvrière, pour faire du scrutin municipal « une tribune pour s’adresser directement au camp des travailleurs ».

Pour le parti, c’est la révolution et non pas l’élection qui améliorera le sort des travailleurs. « D’autant plus au plan local où, au regard des baisses des dotations, la municipalité a de moins en moins de moyens d’agir, estime Benjamin Gouezigoux, colistier. On ne veut pas d’ajustement à la marge, mais s’attaquer à la question de fond : comment faire pour que le camp des travailleurs relève la tête ? »

La fin de la résignation

Les manifestations contre la loi Travail, le mouvement des Gilets jaunes et, aujourd’hui, la mobilisation contre la réforme des retraites : trois temps d’une même séquence selon Lutte ouvrière, témoignant d’un ras-le-bol d’une fraction des classes populaires.

À en croire Fabrice Lucas, l’affrontement à terme est inévitable entre « exploiteurs et exploités », le gouvernement préparant d’autres « attaques » qui entraîneront d’autres « réactions ». La polémique autour du congé de deuil aux parents d’un enfant décédé en serait une illustration.

« C’est une guerre du capitalisme financier et industriel, qui en veut toujours plus, contre la classe travailleuse, estime Fabrice Lucas. La situation des classes populaires s’est aggravée avec la précarisation du travail, les difficultés d’accès au logement. Le capitalisme est aujourd’hui en crise : il emmène la société, avec la crise écologique et humanitaire, droit dans le mur. »

Un point d’appui pour toutes les luttes

L’élection municipale sera donc avant tout l’occasion pour le parti révolutionnaire, qui organisera mardi 10 mars à l’Epi Condorcet une réunion publique, d’alerter sur cette dérive du capitalisme. Là où elle aura des candidats, Lutte ouvrière propose un programme identique.

Aucune proposition spécifique donc à Saint-Jacques-de-la-Lande. Si l’élection ne change rien, si l’action doit être avant tout globale, pourquoi alors les électeurs devraient-ils porter les candidats Lutte ouvrière au conseil ? « Pour le signal adressé au gouvernement. Et puis, nous serons un point d’appui pour toutes les luttes des travailleurs. Au conseil municipal, nous serons les yeux, les oreilles et la voix des petites gens. »
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 13 Fév 2020, 08:38

Un article sur la nouvelle liste de Valence (Drôme, Auvergne Rhône-Alpes) dans le Dauphiné du 12 février 2020 :

https://www.ledauphine.com/politique/20 ... unicipales

Valence : Lutte ouvrière aura bien une liste pour les municipales !

Par Thibaut CARAGE

Depuis quelques semaines, la bataille des élections municipales mettait aux prises cinq candidats à Valence. Mais ce mercredi 12 février, une sixième force s’ajoute aux débats : Lutte ouvrière a coché la cinquantaine de noms nécessaires pour présenter une liste, qui devrait être déposée vendredi 14 février. Il s’agira d’une première à Valence.

Autre première pour l’élection à venir dans le chef-lieu de la Drôme : la présence d’une femme comme tête de liste. Car sans grande surprise, c’est Adèle Kopff qui représentera le parti et la liste “Lutte ouvrière : faire entendre le camp des travailleurs” face au maire sortant Nicolas Daragon (LR, Si bien ensemble), Olivier Amos (RN, Au service des Valentinois), Alain Auger (LREM, Ambition Valence), Florent Mejean (PS, Printemps Valence) et Michel Quenin (LFI, Valence en commun).

Cette sixième candidature symbolise encore, si besoin était, la scission de la gauche à Valence. « Nous ne sommes pas du tout sur le même terrain que les autres candidats de gauche, qui veulent changer les choses par les institutions. Nous, ce n’est pas le cas », affirme Adèle Kopff.

La liste sera composée de novices en politique, « d’ouvriers, d’auxiliaires de vie, d’enseignants » et ambitionnera « d’envoyer au conseil municipal des représentants des travailleurs issus de leurs rangs, pour être les relais de leurs mobilisations ».


Eh bien bravo aux camarades de LO qui sont parvenus à compléter cette liste qui sera déposée demain, parce que, il y a quelques jours, il y avait le compte de femmes mais il manquait encore 10 hommes !
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Kéox2 » 13 Fév 2020, 21:42

Merci Plestin pour ton intéressant travail sur les listes de LO… C'est que des bonnes nouvelles ! Je pense que les 250 listes et peut-être d'avantage sont en ligne de mire.
Kéox2
 
Message(s) : 190
Inscription : 03 Fév 2015, 12:09

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 14 Fév 2020, 08:12

Merci Kéox2.

Ici un article sur la liste LO du Havre (Seine-Maritime, Normandie), conduite par Magali Cauchois :

https://actu.fr/normandie/havre_76351/m ... 51173.html


Municipales au Havre : Lutte Ouvrière en campagne contre la réforme des retraites

Pour la seconde fois, Magali Cauchois conduira la liste Lutte Ouvrière lors des élections municipales (15-22 mars), au Havre (Seine-Maritime). Sur fond de réforme des retraites.

Publié le 13 Fév 20

Seconde campagne pour Magali Cauchois. Comme en 2014, l’enseignante d’histoire-géographie sera la tête de liste de Lutte Ouvrière (LO) pour les élections municipales (15-22 mars 2020).

Contre « la violente attaque du gouvernement sur les retraites »

A 50 ans, cette militante de la première heure à Lutte Ouvrière – dont c’était la première candidature au Havre six ans plus tôt – ne fait « pas campagne pour (sa) carrière » mais plutôt pour « faire entendre un courant politique ». Et aussi prolonger la contestation contre « la violente attaque du gouvernement sur les retraites » :

On pense que les élections, ça fait partie des moments, des lieux, où on peut défendre des idées, (…) faire entendre le camp des travailleurs, entendre les problèmes de la classe ouvrière, liés à la dégradation générale des conditions de vie, des conditions de travail…

Une liste de 61 noms « à l’image de la classe ouvrière » et « de toutes les origines » a été constituée. Pour quel programme local ?

Je ne suis pas sûre qu’il y ait des choses très particulières au Havre par rapport aux autre grandes villes de France.

« Le problème du chômage, des retraites, ne se réduira pas au niveau local »

« Ça ne veut pas dire que ça n’est pas concret. Mais ça veut dire qu’en réalité, le problème du chômage, des retraites, ne se réduira pas au niveau local », complète la candidate.

On a tout un tas d’idées (pour le Havre). L’enjeu actuel n’est pas de savoir si on met un troisième tube au tunnel Jenner ou pas. Les enjeux d’aujourd’hui pour la classe ouvrière sont de savoir si on a du boulot, un salaire, des APL… L’urgence n’est pas là.

Et de tancer les listes d’union partielle à gauche : « Le candidat (Jean-Paul) Lecoq s’adresse aux Havrais et aux Havraises. Il prétend qu’il y a des solutions pour tout le monde. Moi je pense qu’il y a des solutions pour les riches et des solutions pour les pauvres, et ça n’est pas les mêmes. »

Et puis il fait partie de ces gens qui ne veulent surtout pas discuter d’enjeux généraux, on nous refait l’union de la gauche, le PC, le PS…

« D’ailleurs, (Alexis) Deck , ils [Ndlr, les membres d’Europe-Ecologie], sont pareils : c’est des gens quand ils sont au gouvernement disent qu’ils ne peuvent rien faire et alors à l’échelle locale ils vont changer la vie ».

Magali Cauchois avait recueilli 724 voix en mars 2014 (1,41% des suffrages). Pense-t-elle faire davantage en 2020 ? « Franchement, je ne sais pas ». Une réunion publique se tiendra le mercredi 4 mars 2020 à l’espace Franklin. Lutte Ouvrière, qui compte aux alentours de 8 000 adhérents en France, y présentera ses axes de campagne à partir de 19 heures.
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 14 Fév 2020, 08:26

Et aussi un article sur la liste LO du Creusot (Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41121.html

LE CREUSOT : Julie Lucotte se représente sous la bannière Lutte ouvrière

12/02/2020

Julie Lucotte, à la tête de la liste “Lutte ouvrière, faire entendre le camp des travailleurs”, se présente pour la deuxième fois aux municipales.

Nom de liste inchangé et toujours pas de programme : la candidate souhaite continuer la lutte des travailleurs contre le grand capital.

Julie Lucotte, candidate aux municipales, est tête de liste du parti Lutte ouvrière.

Elle est la quatrième et ( a priori , sauf surprise) dernière candidate à se déclarer aux élections municipales du Creusot : Julie Lucotte est la tête de liste du parti Lutte ouvrière.

À 39 ans, cette Creusotine, infirmière en gériatrie à l’hôpital de Dijon, se présente pour la deuxième fois. En 2014, la Creusotine avait remporté 4,69 % des suffrages au premier tour. Mais la situation politique aujourd’hui est bien différente, six ans après. Le Parti communiste, allié séculaire des socialistes aux élections municipales, a décidé, au vu de la présence de colistiers LREM sur la liste de David Marti, de ne pas se rallier au maire sortant. Laissant, potentiellement, des voix pour Lutte ouvrière. Julie Lucotte n’en fait pourtant pas une opération de récupération : « Ça, c’est leur cuisine interne. Après, il est vrai que ce qu’on représente c’est le drapeau communiste, c’est le camp des travailleurs. »

Pas de programme, juste se faire entendre. Et c’est bien de travailleurs dont il est question dans la liste de Julie Lucotte. « Elle est composée essentiellement de travailleurs, que ce soit dans la métallurgie, les ménages, la restauration… Le plus jeune a 19 ans et le plus âgé 84 ans. » La militante repart avec quelques anciens de 2014 mais beaucoup ont dû déménager pour trouver du travail : « Ceux-là se présentent à Autun ou encore à Montceau. » Et quel programme pour la liste “Lutte ouvrière faire entendre le camp des travailleurs” ? « Ce n’est pas un programme classique », lance Julie Lucotte. En d’autres termes, la candidate n’en a pas pour la ville. Car la Creusotine défend avant tout un camp, celui des travailleurs. « On est dans une période où une guerre nous est menée par le grand capital. » Une idéologie avant un programme, c’est le credo de Julie Lucotte. Mais alors, pourquoi faire campagne ? « Pour avoir une tribune, c’est le moment de nous faire entendre, de parler de notre lutte. Il faut faire entendre les gens du Tennis, de la Chaume qui n’ont plus de bus… Ils nous font part de leurs difficultés au quotidien. » Et si le parti Lutte ouvrière décroche un mandat d’élu ? « Il sera un levier pour continuer notre lutte », conclut Julie Lucotte.


Au Creusot, il n'y a que 4 listes en compétition et ni le PCF ni le RN n'ont de candidat cette année.
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 14 Fév 2020, 12:10

Un article de La Savoie sur la liste LO à Annecy (Haute-Savoie, Auvergne Rhône-Alpes) conduite par Naci Yildirim :

https://www.lasavoie.fr/5226/article/20 ... a-voix-des

Municipales à Annecy: la liste Lutte Ouvrière veut faire entendre la voix des Travailleurs

Mis en ligne le 14/02/2020 à 09:42
Par Florian Pottiez

Jamais deux sans trois. Présente en 2008 et 2014, la liste Lutte Ouvrière le sera de nouveau pour l’élection municipale à Annecy les 15 et 22 mars. C’est Naci Yildirim qui va la conduire.

« Ces deux derniers mois, on était occupé par les manifestations. C’était pas mal prenant », rappelle Jean-Paul Macé. Pour autant, la tête de liste de Lutte Ouvrière (LO) en 2008 et 2014 avait les élections municipales de mars 2020 dans un coin de sa tête. « Ça fait plusieurs mois qu’on savait qu’on allait faire une liste », annonce-t-il.

En revanche, cette fois-ci, Jean-Paul Macé sera le numéro 2 de LO et laisse le leadership à Naci Yildirim. Ce dernier, un Seynodien de 44 ans, représentait déjà le mouvement aux Législatives de 2017, sur la deuxième circonscription. « On ne va pas dire qu’on va arriver à la tête de la mairie, c’est du pipeau de dire qu’on va tout changer, explique Naci Yildirim. Mais on veut défendre les Travailleurs, faire entendre leur voix ».

Pour LO, les municipalités sont aujourd’hui « les vaches à lait » des capitalistes. « L’État est au service de la bourgeoisie. Celui qui détient le pouvoir, c’est le capitalisme, martèle Naci Yildirim. On est dans une période où le capitalisme est en fin de course. Le capitalisme est prêt à nous foutre dans le mur. Il n’arrête pas de s’attaquer aux ouvriers. Il faut que les Travailleurs prennent conscience de notre force ».

Pas assez de logements sociaux

Si les revendications de cette liste annécienne dépassent les frontières de la commune nouvelle, il n’en reste pas moins que LO s’inquiète aussi des problématiques locales. À commencer par le logement.

« Il faut qu’il y ait plus de logements sociaux. Et pourtant, de l’argent, il y en a. Mais il n’y a rien pour les pauvres, fait remarquer la tête de liste LO. Il y a des disparités entre les communes. Il n’y a pas la même proportion de logements sociaux à Annecy-le-Vieux qu’à Cran-Gevrier. C’est aussi une question de choix des municipalités ».

Il cite d’ailleurs un exemple prégnant de la situation. « Sous le pont de la Rocade, il y a des gens qui dorment dans des camionnettes. Et pourtant, ce sont des gens qui ont un travail ! ». Isabelle Cardot, colistière, apporte un autre argument : « Il y a des gens qui viennent travailler ici mais qui repartent car ils ne peuvent pas se loger ».

Gratuité des transports

Les transports font aussi partie des priorités. « Ils devraient être gratuits, il faudrait les développer plus, estime Jean-Paul Macé. Et mettre des parkings de covoiturage gratuit en entrée de ville ».

Il renchérit ensuite : « Ailleurs, on a mis des tramways ou des bus en site propre. Ici, il a fallu attendre les pics de pollution, les embouteillages pour mettre les lignes Rythmo ».

Les conditions de travail des travailleurs sociaux, des employés des collectivités dans les écoles maternelles sont également suivies avec attention par la liste Lutte Ouvrière, constituée de 69 personnes, « militants syndicaux et travailleurs non-syndiqués » et qui entend mettre fin à « une certaine classe qui débat et qui décide ».
Plestin
 
Message(s) : 1739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

PrécédentSuivant

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Duffy et 0 invité(s)