Municipales 2020

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 14 Fév 2020, 18:09

Dans L'informateur de Bourgogne du 14 février 2020, à propos de la nouvelle liste LO à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté). (Et ils n'ont pas encore capté qu'il y en aura une autre à Mâcon !)

Municipales 2020 – Le bruit d’une cinquième liste à Montceau avec Lutte ouvrière
14 février 2020

Faudra-t-il inclure une cinquième tête de liste au débat qui pourrait être organisé avant le premier tour des élections municipales à Montceau-les-Mines ?

C’est possible. Il est question en effet que Lutte ouvrière dont une représentante est venue retirer un formulaire de dépôt de liste à la mairie il y a deux jours, présente une équipe.

Une liste Lutte ouvrière, un parti politique trotskiste d’extrême gauche, « ce serait une première à des municipales » indique Bruno Silla, membre du parti communiste du bassin montcellien et colistier sur la liste de Laurent Selvez, Montceau 2020, La Gauche Unie.

Une première certes, mais encore une division supplémentaire dans la gauche montcellienne qui se présente divisée avec Laurent Selvez d’un côté et Eric Commeau de l’autre. « C’est un coup dur pour la gauche » avoue Bruno Silla. « Mais, dit-il, ce n’est pas évident de trouver 33 noms plus 2 remplaçants et avec la parité ».
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 14 Fév 2020, 20:46

Un portrait de Philippe JULIEN, tête de liste LO à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dans le JSD ("le Journal de Saint-Denis") :

https://www.lejsd.com/content/philippe-julien-62-ans

Portrait

Philippe Julien, 62 ans

Vendredi 14 février 2020

Philippe Julien est né le 6 décembre 1957, à Garches (92). Chez les bourgeois comme il dit. Si ses parents y résident toujours dans leur petite maison ouvrière destinée aux travailleurs de l’Institut Pasteur, lui s’est installé depuis belle lurette à Saint-Denis. En terre ouvrière comme il dit. En 1990 pour être précis. L’idée c’était aussi de se rapprocher de l’usine. Citroën (devenue ensuite PSA), à Aulnay-sous-Bois. L’électro technicien de formation (il a un BTS) y est entré en 1981 en tant que technicien de maintenance et y est resté jusqu’à la fermeture du site en 2014.

Délégué syndical à partir de 1984, il est ensuite secrétaire de la CGT pour l’usine de 2003 à 2014. Il a été de toutes les grandes grèves, en particulier celle de 1982 (six semaines), à une époque où le monde ouvrier existait encore dans les médias comme il dit. Licencié à cinq ans de la quille, Philippe Julien est retraité depuis janvier. Des premiers mois de retraite qu’il passe donc à faire campagne pour la troisième fois en tant que tête de liste Lutte ouvrière (LO) aux municipales, après 2001 (6 %) et 2014 (2,13 %). LO, un parti qu’il a rejoint en 1975, porté par l’époque et séduit par la volonté radicale des camarades de changer le monde comme il dit.

Conseiller municipal d’opposition, raisonnable et raisonnée comme il dit, de 2001 à 2008, il siège ensuite au sein de la majorité de 2008 à 2014, à une époque où les coups sont donnés sans ambiguïté par la droite sarkozyste.

Depuis 2014, Philippe Julien se sent de nouveau dans l’opposition à une gauche qui a écœuré les ouvriers de la politique et a fait une croix sur le vote des cités comme il dit. À 62 ans, l’habitant du centre-ville veut encore porter ses idées dans cette élection pour passer le flambeau à la jeunesse. Celui de la lutte des classes, comme il dit.

Yann Lalande


Une précision : "conseiller municipal d'opposition, raisonnable et raisonnée" de 2001 à 2008, dans une mairie PCF s'entend...
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 15 Fév 2020, 08:20

Quelques articles de la presse régionale sur des listes LO, disponibles sur le site de Lutte ouvrière :

Héricourt (Haute-Saône, Bourgogne-Franche-Comté) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41186.html

Saint-Fons (Métropole de Lyon, Auvergne Rhône-Alpes) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41055.html

Tours (Indre-et-Loire, Centre Val de Loire) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41132.html

Fleury-les-Aubrais (Loiret, Centre Val de Loire) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41180.html

Chartres (Eure-et-Loir, Centre Val de Loire) :

https://www.lutte-ouvriere.org/presse/v ... 40793.html

Vierzon (Cher, Centre Val de Loire) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 40782.html

Bourges (Cher, Centre Val de Loire) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 40784.html

Thionville (Moselle, Grand Est) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41053.html

Ramonville-Saint-Agne (Haute-Garonne, Occitanie) :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41188.html
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 15 Fév 2020, 15:39

Un bel article dans Sud-Ouest - et une belle liste - pour La Rochelle (Charente-Maritime, Nouvelle Aquitaine) :

https://www.sudouest.fr/2020/02/15/ils- ... 6-1391.php

Vidéo. Municipales à La Rochelle : Lutte Ouvrière entre en campagne

Publié le 15/02/2020 à 12h01. Mis à jour à 12h08 par Frédéric Zabalza.

Antoine Colin présente sa liste qui entend « servir de point d’appui au combat des travailleurs »

« La liste a été déposée en préfecture lundi dernier. » C’est officiel, Lutte ouvrière présente à son tour une liste aux municipales à La Rochelle. Elle sera conduite par Antoine Colin, 48 ans, enseignant chercheur en mathématiques et en histoire de l’astronomie à l’université, qui participe pour la troisième fois au scrutin local. Autour de lui, « des ouvriers, conducteurs de bus, maçons, étudiants salariés, marins pêcheurs, auxiliaires de vie, techniciens, aides soignantes, employées de ménage » qui entendent défendre « le camp des travailleurs », dans le sillage du mouvement de grève des cheminots, qui génère « beaucoup de sympathie dans le monde du travail ». « C’est l’occasion de prolonger le combat et de donner des perspectives. »

Antoine Colin ne cache pas qu’il ne mènera pas campagne sur des thèmes locaux, et « certainement pas en faisant des promesses locales ». « Ce n’est pas possible à l’échelle d’une seule commune de changer la vie des travailleurs. » Surtout quand « l’économie capitaliste vit une crise de longue durée », que « les classes populaires sont appauvries » au point que « le patronat compte sur l’État pour distribuer des aides », aux dépens des services publics.

Pour lui, les « 82 millions d’euros pour financer le projet de territoire zéro carbone sont autant de subventions pour le patronat local ».

« Étendre la grève »

Lutte ouvrière attaque autant « le maire capitaliste et ses sbires Falorni et Soubeste » que l’extrême droite et le Rassemblement national, « un parti anti-ouvrier tout autant que celui de Macron » qui, « dans les quelques communes qu’il dirige depuis 2014, a pris des arrêtés anti-mendicité, supprimé les cantines gratuites pour les enfants des familles les plus pauvres, expulsé une association d’entraide telle que le Secours populaire et continue de diviser les travailleurs ».

Le parti espère faire son entrée au sein de la municipalité pour servir de « point d’appui au combat des travailleurs contre les licenciements, les expulsions locatives, contre les logements vides ». « Une municipalité ouvrière chercherait par tous les moyens à étendre la grève et à instaurer une démocratie ouvrière, en associant à ses décisions les travailleurs et la population. Même en minorité dans un conseil municipal, les élus de Lutte ouvrière pourraient être les yeux et les oreilles des classes populaires, les porte-paroles de leurs intérêts contre ceux des riches, les promoteurs et les capitalistes qui vivent aux crochets de notre société, et les notables qui les arrosent. »

Pour Antoine Colin, même s’il y a eu des discussions avec les militants d’autres listes de gauche, celle qu’il conduit est « la seule qui dit que la classe ouvrière est la solution à l’ensemble des problèmes de la population ». Du reste, « l’étiquette ne garantit pas quoi que ce soit ». « Jean-François Fountaine est soutenu par le Parti socialiste, on pourrait dire que La Rochelle est classée à gauche, comme à l’époque de Michel Crépeau, qui a pris les premiers arrêtés anti-mendicité. »


Antoine Colin, 48 ans, enseignant chercheur ; Virginie Steiner, informaticienne ; Yann Dufourd, serveur-barman ; Maria Sabat, ouvrière de l’électronique retraitée ; Silvano Argentiéri, soudeur ; Laura Spieser, accompagnante de personnes âgées dépendantes ; David Phélippeau, employé de plateforme téléphonique ; Marie-Reine Nadeau, maraîchère ; Jérémie Laborde, ouvrier de construction navale ; Marina Rouberty, ouvrière de l’agroalimentaire ; Cédric Dinand, agent de service hospitalier ; Alice Foltran, étudiante salariée ; Jean-François Pouvreau, chauffeur de bus ; Elsa Caudron, paysagiste ; Gérald Brugère, ouvrier métallurgiste ; Sylvie Monchaussé, agent de maîtrise des services de l’emploi ; Guy Delile, ouvrier menuisier ; Cassandre Coco, câbleuse en électricité ; Aurélien Guillemin, étudiant ; Fadila Kouidri-Kouchih, aide à domicile ; Frédéric Lagache, employé dans l’hôtellerie ; Annick Mercier, agent d’entretien retraitée ; Michel Spieser, marin pêcheur ; Carine Mirault, aide-soignante ; Murat Kilic, maçon ; Martine Nicolas, ouvrière d’usine de menuiserie retraitée ; Mehdi Messabihi, étudiant ; Jaël Jager, assistante de vie ; Tony de Baudry d’Asson, ouvrier de construction navale ; Annette Léger, commerçante retraitée ; David Merendeira, agent d’entretien ; Katia Veron, conductrice de car en formation ; Jérémy Stankowitch, électricien ; Patricia Lubrano, maçonne ; François Compagnon, étudiant salarié ; Martine Joussemet, aide-ménagère ; Michel Nicolas, employé de cimetière retraité ; Chrystelle Spieser, agent d’entretien ; Jean-Claude Patrier, plâtrier retraité ; Nathalie Cailleau, agent d’entretien ; Patrick Chanvallon, ouvrier ; Annick Chaïb, aide-soignante ; Alain Joussemet, employé du ménage ; Kelly Riou, travailleuse sans emploi ; Daniel Chagneau, électricien ; Jacqueline Raud, femme de chambre retraitée ; Jean-Pierre Schaub, cuisinier au chômage ; Marie-Claude Triconal, employée de la grande distribution retraitée ; René Willaert, employé des télécommunications retraité.

L’âge et le quartier de résidence des colistiers n’ont pas été communiqué.
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 16 Fév 2020, 07:57

Un article de France Bleu Bourgogne sur les 5 listes LO en Côte-d'Or (Bourgogne-Franche-Comté) :

Municipales 2020 : cinq listes de Lutte Ouvrière en Côte-d'or contre "la guerre sociale" du gouvernement

Dimanche 16 février 2020 à 5:52 - Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

Lutte Ouvrière, le parti des travailleuses et travailleurs sera présent aux prochaines élections municipales de mars, dans cinq ville de Côte-d'Or. A Dijon c'est Claire Rocher qui mènera la liste de LO, l'infirmière dijonnaise était déjà candidate en 2014 dans la cité des Ducs.

"Faire entendre le camp des travailleurs", c'est l'objectif de Claire Rocher en mars prochain. L'infirmière dijonnaise, déjà candidate pour Lutte Ouvrière en 2014 dans la cité des Ducs, représentera à nouveau le parti d'extrême-gauche aux prochaines élections municipales à Dijon.

"On veut faire entendre le camp d'en face" Claire Rocher, candidate Lutte Ouvrière à Dijon

Le parti veut être présent, et "offrir une voix aux nôtres", martèle Claire Rocher. "C'est une vraie guerre sociale que mène actuellement le gouvernement", explique la candidate LO à Dijon. "On l'a vu avec la réforme des retraites, les mises à sac des services publics, les licenciements, nous devons être présents pour faire entendre les intérêts des travailleurs contre cette bourgeoisie à l'offensive et qui nous fait les poches."

Pas de programme repeint en vert

Sur l’écologie, la candidate tranche, "ça m"énerve cette façon de se repeindre en vert alors que le vrai problème ce n'est pas d'avoir un compost pour ses épluchures de pommes de terre, le vrai problème de l'environnement c'est qu'il faut s'attaquer aux grands capitalistes, ceux qui mettent la planète à feu et à sang pour leurs seuls profits !"

Cinq candidats LO en Côte-d'Or

À Dijon, la liste sera donc menée par Claire Rocher, à Chenôve, elle a été confiée à Fabienne Delorme, à Quetigny par Patrick Berthelot, à Talant, par Julien Thévenot et à Montbard, par Isabelle Marchal.
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 16 Fév 2020, 10:52

Un bon article sur la liste de Pau (Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle Aquitaine) dans La République des Pyrénées du 7 février 2020, enfin accessible :

https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 41145.html


Cyrille Marconi prend la tête de la liste Lutte Ouvrière

Cyrille Marconi, la tête de liste Lutte ouvrière, entend plus que jamais donner la parole aux travailleurs

C'est une double première qui s'annonce à l'occasion des prochaines élections municipales. Pour le parti Lutte Ouvrière d'abord, qui présentera pour la première fois une liste dans la cité royale. Pour Cyrille Marconi ensuite qui affrontera pour la première fois le suffrage universel. Six listes sont désormais en lice pour le scrutin des 15 et 22 mars.

"Ces élections sont l'occasion pour nous de nous exprimer, et surtout de faire entendre les travailleurs", présente cet enseignant-chercheur de 38 ans. "Il faut que cette colère qui s'exprime depuis plusieurs semaines dans les rues puisse s'exprimer dans les urnes."

"Faire payer les capitalistes"

Cyrille Marconi l'assure, la liste Lutte Ouvrière est déjà prête et complète. Sur le terrain depuis octobre, il assure avoir senti "le soutien de la population" et notamment la "colère sourde" qui s'échappe des quartiers de la ville. Sa liste, qui s'appellera "Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs" se composera de plusieurs candidats issus "des classes populaires de la ville".

Une liste qui devrait mettre en avant la "séparation de la société en deux camps" : "Les travailleurs d'un côté, les capitalistes, la bourgeoisie et les grands groupes - comme Total - de l'autre". Ce sont ces derniers que le candidat voudrait voir financer certaines mesures comme par exemple la gratuité des transports : "C'est justement à eux de payer pour ça".

Pas pour gérer la municipalité

Mais l'élection ne suffira pas, selon lui, pour faire suffisamment bouger les lignes. "Nous ne nous projetons pas pour gérer la municipalité. Pour changer notre vie, il faudrait une lutte sociale", appelle le candidat. Il n'empêche, si Lutte Ouvrière obtenait des élus, ces derniers seraient fortement mobilisés pour les Palois. "Nous pourrions mettre à disposition des moyens pour aider certaines luttes comme celle des habitants de la tour Isabe ou pour les usagers de la Poste Carnot", poursuit celui qui est aussi militant CGT.

Concentré forcément sur la question des travailleurs, Cyrille Marconi n'entend pas se focaliser sur les autres têtes de liste. A commencer par le maire sortant. "On ne veut pas faire une campagne anti-Bayrou. On veut seulement viser les maîtres. François Bayrou n'est que leur serviteur."

Kevin ESTRADE
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 16 Fév 2020, 18:23

Un article dans La Nouvelle République sur la nouvelle liste LO à Issoudun (Indre, Centre Val-de-Loire) :

https://www.lanouvellerepublique.fr/ind ... unicipales

Issoudun : une troisième liste s'engage dans la bataille des municipales

Publié le 16/02/2020 à 11:47 | Mis à jour le 16/02/2020 à 11:54

Avec Lutte ouvrière, incarné par Damien Mercier, c’est finalement une troisième liste qui sera présente aux élections municipales d’Issoudun.

Personne ou pas grand monde ne l’a vue arriver. Entendons, cette troisième liste. Et si l’on a pu imaginer une troisième liste, il y a quelques semaines encore – outre celles de la majorité sortante et de celle conduite par l’opposition municipale des Républicains – les pensées allaient tout naturellement vers Christopher Albarao. On était loin d’imaginer que ce dernier allait se rapprocher des Républicains.
Avec Lutte ouvrière, ce sont bien trois listes qui sont désormais en lice. Une première pour Lutte ouvrière à Issoudun qui tient à la fois à la volonté de ce parti politique trotskiste d’être présent dans des villes de petites tailles qu’à l’opportunité d’avoir un leader dans la ville concernée.
« Nous étions présents dans deux cents villes aux précédentes élections municipales et étions déjà présents à Châteauroux. Pour celles de 2020, nous souhaitons avoir une liste dans deux cent cinquante villes », confie Damien Mercier.
Ce dernier n’est d’ailleurs pas un inconnu puisqu’il fut candidat aux Législatives de 2017 dans la circonscription : « Nous avons fait 366 voix ! » aime-t-il rappeler. Loin de le décourager, celui qui habite Issoudun depuis trois ans mais qui vit dans le Berry depuis neuf ans, a donc constitué une liste de trente-trois noms : « J’avoue que cela n’a pas été compliqué. Il y a beaucoup de personnes qui vivent dans la précarité et qui sont usées par le boulot. Je suis en contact permanent avec elles et je les connais bien. »
Il est vrai que Damien Mercier a été de tous les combats qui secouent la France depuis dix-huit mois ; et les ronds-points, que ce soit avec les Gilets jaunes ou avec les syndicats contre la réforme des retraites, il les a régulièrement arpentés.
Cet ancien éducateur spécialisé, âgé de 69 ans, a travaillé à Belfort avant de prendre sa retraite à 60 ans dans le Berry pour des raisons personnelles. Célibataire, sans enfant, il consacre depuis cinquante ans beaucoup de son temps au militantisme : « En 1968, j’avais 17 ans et cette société capitaliste ne me plaisait pas. Je me posais la question : qu’est ce que l’on peut espérer ? Ce qui m’a guidé, c’est mon refus de ces injustices, de cette exploitation du peuple qui ne sert qu’à l’enrichissement de quelques-uns. Quelqu’un est venu me demander de m’engager à Lutte ouvrière et c’est ce que j’ai fait. »
À plusieurs reprises, il a été candidat sur une liste LO aux municipales de Belfort : « Mais je n’ai jamais été tête de liste. Là, c’est la première fois. »
La base de son programme est nationale. Damien Mercier ne cache pas que son objectif « est d’affirmer le monde des travailleurs. Il faut renforcer celui-ci pour construire un nouveau parti ouvrier. Nous n’irons pas sur le terrain des réalisations de la ville. Nous ne sommes pas des professionnels de la politique mais nous sommes là pour rappeler qu’il y a une réalité sociale dramatique à Issoudun, que la réduction des services publics est inacceptable. »
Autant de déclarations que ce dernier compte bien rappeler tout au long de cette campagne.
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 17 Fév 2020, 06:38

Une nouvelle liste LO dont on apprend l'existence via une vidéo postée sur le site de Lutte ouvrière : Noyelles-sous-Lens (Pas-de-Calais, Hauts-de-France), une petite ville d'un peu plus de 6.000 habitants située dans le bassin minier. La liste est conduite par Jérôme GERIN, employé de commerce.

https://www.lutte-ouvriere.org/multimed ... 41225.html
Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10


Re: Municipales 2020

Message par Plestin » 18 Fév 2020, 11:00

Plestin
 
Message(s) : 1247
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

PrécédentSuivant

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)