Situation économique aux USA

Dans le monde...

Situation économique aux USA

Message par com_71 » 26 Nov 2019, 13:17

Un système économique pourrissant et fou qui doit être remplacé

23 octobre 2019

En juillet de cette année, des informations ont annoncé que l’expansion économique actuelle, qui avait débuté en juillet 2009 et était née des cendres de la pire crise économique depuis la Grande Dépression, était devenue la plus longue de l’histoire. Mais ces rapports étaient très trompeurs, car l’expansion était aussi la plus faible de l’histoire. Au cours des 10 dernières années, la croissance économique a été réduite de moitié environ par rapport à la dernière expansion, qui n’était pas forte du tout.

De plus, en juillet, il était déjà évident que la prétendue expansion était en train de s’essouffler. À la fin du mois de juillet, la Réserve fédérale américaine a déclaré que la production manufacturière aux États-Unis était officiellement en «récession», c'est-à-dire que le secteur de la fabrication avait diminué de façon constante depuis le début de l'année.

La plus faible expansion de l'histoire

La fabrication était en baisse pour plusieurs raisons. Premièrement, après dix ans, les marchés intérieurs, tels que celui des automobiles et des appareils ménagers, étaient saturés et les ventes stagnaient ou diminuaient. À l'étranger, les principaux marchés d'exportation des États-Unis dans l'Union européenne et en Asie ralentissaient ou étaient en pleine récession. En plus de cela, les guerres commerciales de Trump, réelles et moins réelles, avaient introduit un élément d'incertitude, ce qui n'a évidemment pas aidé.

Le déclin du secteur manufacturier américain s'est rapidement répercuté sur d'autres secteurs de l'économie américaine. Au printemps, les investissements des entreprises résidentielles et fixes ont commencé à diminuer.

Les médias pourraient prétendre que le secteur manufacturier ne représente qu'une petite fraction de l'ensemble de l'économie américaine. Mais son influence s'étend bien au-delà de la production, alors que les produits manufacturés se frayent un chemin dans l’économie, sont chargés dans des camions, des trains et des bateaux, se déplacent dans des entrepôts et se retrouvent dans les lots et les étages des détaillants - et que le secteur financier se positionne pour profiter de chaque étape de l'opération.

Le secteur manufacturier va de même que le reste de l'économie. Et maintenant, ça va vers le bas.

Exploitation croissante de la classe ouvrière

Derrière la très faible expansion il y a la classe capitaliste elle-même. La manière même dont la classe capitaliste a restauré ses profits après la récession de 2007-2008 - en réduisant les emplois, les salaires et les avantages sociaux - signifie que la population active n'a pas d'argent pour acheter des choses. Les capitalistes n'ont donc pas investi dans l'économie réelle.

Au cours des 10 dernières années, la classe capitaliste a abaissé le niveau de vie de la classe ouvrière de multiples façons. Les capitalistes ont fermé des usines et des lieux de travail dans une partie du pays et les ont transférés dans une autre, tout en décimant des villes et des régions entières. Ils ont imposé aux travailleurs des gains de productivité énormes, obligeant deux travailleurs à accomplir le travail de trois personnes, augmentant le nombre de chômeurs tout en surchargeant le travail des personnes encore employées. Ils ont détruit des dizaines de millions d'emplois à temps plein rémunérés de manière relativement décente et les ont remplacés par des travailleurs temporaires, des travailleurs à temps partiel et des travailleurs à bas salaire classés dans la catégorie des entrepreneurs indépendants. Et même les salaires des emplois réguliers à temps plein n’ont pas suivi la hausse du coût de la vie.

Au cours de la dernière décennie, des représentants du gouvernement, des médias et des universitaires ont tout mis en œuvre pour dissimuler cette offensive et prétendre que l'expansion économique avait entraîné une amélioration des conditions de vie. Chaque mois, ils vantent une statistique du chômage qui, selon eux, montre que le taux de chômage est tombé à des creux historiques, affirmant que l'expansion économique avait atteint le plein emploi. Mais la réalité est que le pourcentage de la population ayant un emploi est plus faible. Aujourd'hui, il y a sept millions de travailleurs sans emploi de plus qu'en 2007. Plutôt que d'atteindre un creux sans précédent, le chômage atteint de nouveaux sommets. L’armée de réserve des chômeurs, comme l’appelait Karl Marx, grossit.

Pour illustrer à quel point le chômage est grave : lorsque les entreprises annoncent qu'elles embauchent, elles sont inondées de candidatures. En 2017, Delta Airlines comptait 1 200 emplois d'agent de bord disponibles et avait reçu 150 000 demandes. En 2018, il a reçu 125 000 demandes supplémentaires pour 1 000 emplois supplémentaires. Et les agents de bord débutants gagnent 25 000 $ par an ! Il y a beaucoup d'autres anecdotes comme celle-là. En août 2017, lors d'un salon de l'emploi à Baltimore, Amazon a publié 60 offres d'emploi et reçu plus de 1 700 candidatures, pour des emplois dont le salaire est proche du salaire minimum. En 2013, les magasins Walmart à Washington DC ont reçu 11 000 candidatures la première semaine pour 1 800 emplois.

Les médias et les experts officiels en économie passent sous silence le déclin du niveau de vie. Chaque mois, ils prétendent avoir du mal à comprendre pourquoi les salaires n’ont pas augmenté au cours des 10 dernières années de prétendu plein emploi. Augmenté ? Même selon le Bureau of Labor Statistics, les gains hebdomadaires réels des travailleurs de la production étaient environ neuf pour cent inférieurs en 2018 à ce qu'ils étaient ... en 1972, presque un demi-siècle auparavant !

Une grande partie de la classe ouvrière vit de paie en paie, sans marge de sécurité. Même la Réserve fédérale a constaté dans son «Rapport sur le bien-être économique des ménages américains en 2018» qu’environ 40% de la population n’avait pas 400 $ pour faire face à « des dépenses relativement peu importantes et inattendues, telles que la réparation d’une voiture ou le remplacement d’un appareil en panne... "

En raison de la hausse du chômage et de la réduction des salaires, les travailleurs ont moins d’argent pour acheter ce dont ils ont besoin. Pour maintenir le niveau des ventes, les capitalistes les ont poussés à contracter des dettes sans précédent. Cela a permis aux capitalistes de vendre plus de produits et services pendant un certain temps. Mais le fait de rembourser la dette, avec tous les intérêts et charges imputés, a poussé à bout un nombre record de familles. À l'heure actuelle, 71 millions d'Américains adultes - plus de 30% des adultes du pays - ont déjà des dettes en recouvrement.

Ainsi, au cours des 10 dernières années, une partie croissante de la population active a été réduite à la pauvreté.

Allégements fiscaux, transferts et prêts du gouvernement

Pour enrichir davantage la classe capitaliste aux dépens de la population active, le gouvernement, à tous les niveaux, a remis à la classe capitaliste des milliards de dollars supplémentaires en allégements fiscaux, renflouements et prêts.

Premièrement, le gouvernement fédéral a procédé à d'importantes réductions de l'impôt sur le revenu des sociétés et des impôts des personnes très fortunées. L'administration Obama et les démocrates contrôlant les deux chambres du Congrès ont rendu permanentes les réductions d'impôt de Bush en 2014 et promulguées en 2001 et 2003, alors même que les démocrates les avaient dénoncées pour avoir distribué de l'argent aux riches lorsque les démocrates étaient sortis de bureau. En 2017, les républicains ont adopté une réduction d'impôt d'une valeur de 2 000 milliards de dollars sur 10 ans, dont une grande partie sera versée aux capitalistes et à leurs grandes entreprises. Les représentants du gouvernement ont tellement réduit les impôts des sociétés que leurs recettes ont chuté à un niveau sans précédent par rapport à la taille de l’économie.

Les politiciens, les économistes et les représentants du gouvernement ont justifié les réductions d'impôts en affirmant que les capitalistes réinvestiraient dans l'économie l'économie qu'ils économisent en impôts. Les réductions d'impôts étaient censées stimuler les investissements, la croissance économique et la création d'emplois dans l'intérêt de tous. Mais ils ne l'ont pas fait. Il n'y a pas eu de nouvel investissement, pas de création d'emplois. Les capitalistes ont juste gardé l'argent pour leur propre usage.

Le gouvernement a également passé de gros contrats avec les plus gros contractants militaires, qui se trouvent être la plupart des plus grandes entreprises. Ces contrats ont pris de l'ampleur avec la croissance constante du budget du Département de la Défense au cours des cinq dernières années. Cette année, ils sont aussi élevés que depuis le milieu des années 70, compte tenu de l’inflation. Bien sûr, les démocrates et les républicains justifient ces dépenses - au même titre que les réductions d'impôts - en affirmant que les dépenses de défense créent des emplois et du développement économique. En fait, il contribue à abaisser le niveau de vie de la population active en réduisant les services et les programmes destinés à la classe ouvrière.

Toutes les dépenses du gouvernement pour la classe capitaliste ont entraîné des déficits annuels record dans le budget fédéral, qui devraient atteindre un billion de dollars cette année. Ces déficits se sont accumulés si rapidement qu'ils ont doublé la dette nationale en dix ans, passant de 11 000 milliards de dollars en 2009 à 22 000 milliards de dollars en 2019. Pour faire face à ces dettes, le gouvernement a effectué des paiements d'intérêts qui ont doublé en dix ans. 326 milliards de dollars, ce qui représente environ 8% de toutes les dépenses fédérales. Les intérêts provenant de la dette publique ont été une autre source d’argent précieuse pour les banques et la classe capitaliste ... mais ils réduisent encore les dépenses publiques consacrées aux besoins de la population.

Quant à la Réserve fédérale, elle a proposé des prêts aux plus grandes banques à des taux d’intérêt très bas, que les capitalistes utilisent à des fins de spéculation et non d’investissement.

Tout cela, pour enrichir davantage la classe capitaliste, a encore érodé la situation de la population. Les dépenses pour les écoles et les soins de santé ont été réduites ; divers types de soutien du revenu pour les handicapés et les pauvres ont été réduits ; les dépenses consacrées à la construction et à la réparation d'infrastructures essentielles, y compris de routes et de transports en commun, ont été réduites.

De pleins réservoirs d'argent

Alors, qu'ont fait les entreprises avec tout cet argent ?

Tout d'abord, elles ont payé leurs plus gros actionnaires, la classe capitaliste. Selon l'économiste William Lazonick de l'Université du Massachusetts, entre 2014 et 2018, les 500 plus grandes sociétés cotées à la Bourse de New York, connues sous le nom de Standard and Poor's 500, ont collectivement dépensé environ 106% de leurs bénéfices en dividendes et en rachat de leurs propres actions. Autrement dit, non seulement ces sociétés ont vidé leurs coffres de tous les bénéfices, elles ont également contracté des emprunts afin de payer encore plus leurs principaux actionnaires.

Deuxièmement, elles ont utilisé tout l’argent dont ils disposaient pour se fusionner ou se racheter. Souvent, ces entreprises ont lancé dans une impasse et dépouillé les entreprises qu’elles avaient achetées de leurs actifs, réduit leur main-d’œuvre et vendu le reste. Les grandes entreprises s’achètent et se vendent à un rythme record, environ 2 000 milliards de dollars par an aux États-Unis depuis 2014, dans le but pour chacune d’elles d’augmenter sa part de marché. Cela représente environ 10% de l’ensemble de l’économie des États-Unis chaque année.

En cours de route, ils ont accumulé des dettes sans précédent. Les plus grandes entreprises, telles que AT & T, Ford, Verizon, Comcast et GE, sont également les entreprises les plus endettées. D'après Moody's, AT & T a accumulé une dette d'environ 191 milliards de dollars après l'acquisition de TimeWarner pour 85 milliards de dollars, ce qui en fait, selon Moody's, «l'émetteur de sociétés le plus endetté, sous contrôle non gouvernemental et non financier. ”

Les sociétés financières ont parcouru tous les coins du monde des affaires et ont repris des entreprises, telles que des chaînes d’animaleries, des réseaux nationaux de médecins, des entreprises de confection, des entreprises alimentaires géantes, des journaux, des sociétés immobilières, des sociétés de location de voitures, des détaillants géants, Les entreprises de restauration rapide et les fabricants de pièces d’auto ne les abandonnent que quelques années plus tard. Les sociétés financières chargent souvent les entreprises qu’elles achètent avec tant de dettes qu’elles les obligent à faire faillite. Mais bien avant cela, les sociétés financières et leurs investisseurs avaient déjà vidé ces sociétés de toute leur richesse.

Selon certaines études, cela détruit des emplois, plus de 1,3 million d'emplois dans le commerce de détail seulement au cours de la dernière décennie. Et cela détruit les communautés, creusant de gros trous dans l'économie locale. Lorsque certaines des plus grandes chaînes de vente au détail dans les communautés ouvrières ont sombré, elles ont laissé un grand vide.

Maintenant, avec le ralentissement de la croissance économique et la perspective d’une récession mondiale qui se répète dix ans après la dernière, l’endettement des entreprises risque de devenir si lourd pour un nombre suffisant d’entreprises qu’il déclenchera une série de faillites d’entreprises. Dans son dernier rapport intitulé «Global Financial Stability», le FMI (Fonds monétaire international) soulignait le danger suivant: «les entreprises de huit grandes économies s'endettent davantage et leur capacité à la gérer s'affaiblit ». les plus grandes entreprises créent les conditions susceptibles de déclencher une nouvelle crise majeure.

Le système capitaliste est devenu tellement prédateur qu'il se dévore lui-même, mine sa propre économie et prépare le terrain pour le prochain effondrement, qui pourrait être bien pire que celui d'il y a un peu plus de dix ans.

Conclusion

Au cours des 10 dernières années, la classe capitaliste aux États-Unis est devenue de plus en plus parasitaire. Elle n'investit pas l'immense richesse qu'elle accumule. Au lieu de cela, la recherche des profits par les capitalistes la conduit à dévorer sa propre société. Cela montre à quel point son propre système est pourri et dégénéré. Les capitalistes eux-mêmes créent les conditions qui provoquent des crises bien plus grandes, des crises pour lesquelles les capitalistes n'ont pas de réponse. La société capitaliste est dans une impasse.

Et pourtant, l’humanité a développé la technologie et la capacité de production qui satisferaient les besoins de tous les habitants de la planète et lui permettraient d’atteindre de nouveaux sommets.

Ce qui est nécessaire, c’est que la classe ouvrière, la classe qui produit tout et fait fonctionner la société, arrache le pouvoir à la classe capitaliste et dirige la société dans l’intérêt de tous et non pour le profit privé d’une infime minorité, comme elle est dirigée aujourd'hui.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2971
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Situation économique aux USA

Message par Sinoue » 28 Nov 2019, 08:36

C'est un article que tu as traduit toi-même? Peux-tu envoyer le lien traduit s'il y en a un stp?
Sinoue
 
Message(s) : 67
Inscription : 25 Déc 2008, 13:10

Re: Situation économique aux USA

Message par com_71 » 28 Nov 2019, 08:51

C'est une traduction automatique rapidement retouchée

https://the-spark.net/csart1022.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2971
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron