Violence policière meurtrière aux USA

Dans le monde...

Violence policière meurtrière aux USA

Message par com_71 » 07 Mai 2020, 10:51

nyt Par Richard Fausset Publié le 5 mai 2020
a écrit :
L'assassinat d'Ahmaud Arbery ira au Grand Jury alors que la vidéo émerge

M. Arbery, 25 ans, a été tué après que deux hommes l'aient poursuivi dans un quartier de Géorgie du Sud, une confrontation qui a été filmée. Un procureur a déclaré que les accusations devraient être examinées dans l'affaire.

ATLANTA - Un procureur de Géorgie a déclaré mardi qu'un grand jury devrait décider d'engager des poursuites pour le meurtre d'Ahmaud Arbery, un homme noir non armé de 25 ans qui a été poursuivi par deux hommes blancs et abattu dans le sud de la Géorgie en février, alors que vidéo de la rencontre largement diffusée en ligne.

«Après un examen minutieux des preuves», a écrit le procureur, Tom Durden, du circuit judiciaire atlantique de Géorgie, «je suis d'avis que l'affaire devrait être présentée au grand jury du comté de Glynn pour examen des accusations criminelles. . "

M. Arbery a été tué après que les hommes l'aient confronté alors qu'il courait dans le quartier de Satilla Shores, juste à l'extérieur de Brunswick, dans le comté de Glynn. Aucun des deux hommes n'a été arrêté après le meurtre, qui a eu lieu le 23 février vers 13 heures.

Une vidéo graphique du tournage a fait surface mardi. Pris de l'intérieur d'un véhicule, il montre M. Arbery courant sur une route résidentielle ombragée à deux voies lorsqu'il tombe sur un camion blanc, avec un homme debout à côté de sa porte ouverte côté conducteur. Un autre homme est dans le lit de la camionnette. M. Arbery court autour du camion et disparaît brièvement de la vue. Des cris étouffés peuvent être entendus avant que M. Arbery émerge, se disputant avec l'homme à l'extérieur du camion alors que trois coups de fusil de chasse résonnent.

Dans un communiqué, S. Lee Merritt, avocat de la famille de M. Arbery, a déclaré que la vidéo montrait qu'un crime avait été commis par les poursuivants de M. Arbery. "C'est un meurtre", a déclaré M. Merritt. «La série d'événements capturés dans cette vidéo confirme ce que toutes les preuves indiquaient avant sa publication.»

Selon un rapport de police, l'un des hommes, Gregory McMichael, a déclaré avoir vu M. Arbery courir dans son quartier et penser qu'il ressemblait au suspect dans une vague de cambriolages à proximité. M. McMichael, 64 ans, a déclaré aux autorités que lui et son fils, Travis McMichael, 34 ans, s'étaient armés et ont commencé à le pourchasser dans un camion.

La famille et les amis de M. Arbery ont déclaré que M. Arbery était un passionné de jogging, et ils ne croient pas qu'il ait commis un crime avant d'être poursuivi.

La colère à propos de cette affaire a grandi parmi les militants des droits civiques et d'autres, le révérend Al Sharpton appelant à une enquête, et les autorités nationales et locales N.A.A.C.P. les dirigeants appelant à l'arrestation des McMichaels.

"Il s'agit d'une faute judiciaire très grave et très grave", a déclaré mardi après-midi James Woodall, président de la Géorgie N.A.A.C.P.

Dans un communiqué, Andrea Young, directrice exécutive de l'A.C.L.U. de Géorgie, a déclaré «le comportement d'autodéfense que nous avons vu à Brunswick est inacceptable dans une société civilisée».

Un porte-parole du département de police du comté de Glynn n'a pas pu être joint pour commenter mardi.

M. Durden a déclaré dans un communiqué que l'affaire devrait être portée devant un grand jury du comté de Glynn une fois que le système judiciaire de l'État aura permis que de tels organes soient à nouveau créés. En raison de la pandémie de coronavirus, la Cour suprême de Géorgie a interdit aux grands jurys de se réunir jusqu'au 12 juin.

M. Durden a déclaré qu'il avait pris sa décision après avoir "soigneusement examiné les preuves" et après avoir consulté le département de police du comté de Glynn, le F.B.I., l'avocat américain du district sud de Géorgie et le Conseil des procureurs de Géorgie.

M. Durden est le troisième procureur à être affecté à l'affaire après que les deux premiers se sont récusés en raison de liens professionnels avec Gregory McMichael.

M. McMichael avait récemment pris sa retraite après une longue carrière d’enquêteur au bureau du procureur du district de Brunswick. Il avait également travaillé pendant sept ans en tant qu'officier au département de police du comté de Glynn.

L'un des procureurs qui avait été précédemment affecté à l'affaire, George E. Barnhill du district judiciaire de Waycross, avait informé la police qu'il n'y avait pas suffisamment de raisons probables d'arrêter les poursuivants de M. Arbery, arguant qu'ils avaient agi légalement dans le cadre de l'arrestation par un citoyen de l'État. et les lois sur la légitime défense, selon des documents obtenus par le New York Times.

M. Barnhill a finalement demandé à être retiré de l'affaire parce que son fils travaillait au bureau du procureur de Waycross avec Gregory McMichael.

M. McMichael a déclaré à la police que lui et son fils se sont arrêtés près de M. Arbery, que son fils est sorti du camion avec le fusil de chasse et que son fils et M. Arbery se sont ensuite disputés avec l'arme, "à ce moment-là, Travis a tiré un coup, puis une seconde plus tard, il y avait un deuxième coup. "

Le mois dernier, Travis McMichael a refusé de commenter, citant l'enquête. Les tentatives pour joindre Gregory McMichael ont échoué.

Dans une lettre adressée au service de police, M. Barnhill a décrit une vidéo réalisée par un troisième homme qui avait rejoint les McMichaels dans le cadre d'une «poursuite à chaud» de M. Arbery. M. Merritt, l'avocat de la famille de M. Arbery, a déclaré qu'il pensait que la vidéo diffusée mardi était la même que celle mentionnée par M. Barnhill.

La vidéo dure environ une demi-minute et semble être prise par quelqu'un qui monte ou qui conduit dans un véhicule alors qu'il se dirige dans une rue de Satilla Shores.

Dans la vidéo, l'homme debout dans le lit du camion est armé d'un pistolet et l'homme debout à côté de la porte du conducteur tient un fusil de chasse. On peut le voir en train de lutter avec M. Arbery dans la rue.

Un coup de feu retentit et les deux hommes disparaissent momentanément du cadre. Ensuite, il y a le bruit d'un deuxième coup de feu. Alors que les deux hommes se battent, un troisième coup de feu est tiré. M. Arbery essaie de courir, mais titube et tombe sur le trottoir après quelques pas.


https://www.nytimes.com/2020/05/05/us/a ... Position=9
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4521
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: en Géorgie du Sud...

Message par Plestin » 07 Mai 2020, 19:17

"Dans le sud de la Géorgie" serait davantage approprié, parce que la Géorgie du Sud c'est autre chose et il n'y a que 26 habitants ;)

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9orgie_du_Sud
Plestin
 
Message(s) : 1940
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: en Géorgie du Sud...

Message par com_71 » 08 Mai 2020, 18:31

Caroline, Géorgie, j'as confondu.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4521
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Violence policière meurtrière aux USA

Message par com_71 » 14 Mai 2020, 00:46

Un autre meurtre qui ressort :
Le Monde avec AFP 13/05 a écrit :Aux Etats-Unis, indignation après la mort d’une jeune ambulancière noire, tuée par la police

L’homicide remonte à mi-mars mais a suscité mercredi une vague d’indignation, dans le sillage de la mort d’Ahmaud Arbery, un joggeur noir tué par deux Blancs en février dans l’Etat de Géorgie.

Pour les militants antiracistes américains, c’est une nouvelle affaire de violence raciale, après le meurtre d’Ahmaud Arbery, en février. L’homicide nocturne d’une ambulancière noire dans son propre appartement par des policiers de Louisville (Kentucky) a suscité mercredi l’indignation de responsables politiques, d’associations et d’internautes américains.

Breonna Taylor, 26 ans, et son compagnon, Kenneth Walker, dormaient le 13 mars dans leur appartement de Louisville lorsque les policiers de cette ville du centre-est des Etats-Unis ont enfoncé sa porte sans prévenir, a relaté dans un communiqué l’avocat de la famille.

Les agents, dotés d’un mandat de perquisition, agissaient dans le cadre d’un avis de recherche erroné concernant un suspect qui n’habitait plus l’immeuble et qui était déjà détenu. Ils ont atteint la jeune femme d’au moins huit balles, selon l’avocat.

Kenneth Walker, qui avait un permis de détention d’arme, a réagi à l’intrusion en faisant feu sur les policiers. Il a été arrêté pour tentative de meurtre sur un agent des forces de l’ordre. Cette affaire, passée relativement inaperçue au moment des faits, a resurgi cette semaine avec l’intervention de Ben Crump, un avocat connu pour défendre des victimes noires de bavures policières.

Une plainte déposée

Il a déposé plainte au nom de la famille de Breonna Taylor, exigeant des « réponses » de la police de Louisville, qui n’a pour l’instant pas réagi. « Les services de police n’ont fourni aucune réponse concernant les faits et les circonstances de cette tragédie, ni assumé la responsabilité de ce meurtre insensé », a-t-il dénoncé.

Le maire de Louisville, Greg Fischer, a assuré vouloir que la « vérité sorte ». « Les policiers peuvent se retrouver dans des situations extrêmement difficiles », a-t-il relevé, ajoutant : « Par ailleurs, les habitants ont des droits. » Ben Crump représente également la famille d’Ahmaud Arbery, un joggeur noir tué par deux Blancs en février dans l’Etat de Géorgie, une affaire qui a récemment suscité des réactions outrées après la diffusion d’une vidéo des faits.

Plusieurs personnalités américaines ont fait part de leur indignation concernant la mort de Breonna Taylor. « C’est tellement déshumanisant que la famille de Breonna et beaucoup d’autres soient obligées de lancer des campagnes publiques juste pour que la vie des victimes soit reconnue et obtenir la dignité d’une justice », a déploré Alexandria Ocasio-Cortez, étoile montante de la gauche démocrate.

« BreonnaTaylor faisait partie des professionnels de santé qui nous ont aidés à traverser cette pandémie. Mais alors même qu’elle aidait à sauver des vies, la violence policière a pris la sienne », a aussi accusé le mouvement Black Lives Matter (« la vie des Noirs compte »).
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4521
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Minneapolis...

Message par com_71 » 28 Mai 2020, 10:03

Etats-Unis : deuxième nuit d'échauffourées à Minneapolis, après la mort d'un Afro-Américain aux mains de la police

George Floyd, un homme noir de 46 ans, est mort lundi après une arrestation brutale dont la vidéo est devenue virale. Sa famille réclame l'inculpation des policiers pour meurtre.

La colère reste vive à Minneapolis (Minnesota). Des manifestants se sont rassemblés, mercredi 27 mai, dans cette ville américaine où un homme noir de 46 ans, George Floyd, est mort pendant son arrestation violente par des policiers, lundi. La police a repoussé une foule qui grossissait, au lendemain d'incidents du même type.

Le chef de la police de cette ville du nord des Etats-Unis avait demandé aux manifestants de garder leur calme pour ne pas connaître les mêmes débordements que la veille. Mais des échauffourées ont eu lieu dans la nuit : des manifestants ont mis le feu à un magasin de pièces automobiles et pillé une boutique. Ces deux établissements se trouvent à proximité du commissariat où travaillaient, avant leur licenciement mardi, les officiers accusés du meurtre de George Floyd. La police a tiré du gaz lacrymogène et formé une barricade humaine pour empêcher les manifestants de franchir une clôture entourant ce commissariat.
"Justice sera rendue"

La famille de George Floyd a réclamé mercredi que les policiers impliqués soient inculpés pour meurtre. "Car c'est exactement ce qu'ils ont fait, ils ont commis un meurtre contre mon frère", a affirmé sur la chaîne NBC sa sœur, Bridgett Floyd. "J'ai la foi et je crois que justice sera rendue", a-t-elle dit, ajoutant que le renvoi des policiers n'était "pas suffisant". Les quatre policiers impliqués dans l'arrestation de George Floyd ont été limogés mardi, mais laissés en liberté. Une enquête a été ouverte.

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, s'est demandé mercredi "pourquoi l'homme qui a tué George Floyd [n'était] pas en prison". "Si vous ou moi avions fait cela, nous serions en ce moment derrière les barreaux", a-t-il affirmé. Le président Donald Trump a écrit sur Twitter qu'il avait demandé à la police fédérale (FBI) et au ministère de la Justice de faire la lumière sur cette mort "triste et tragique". "Mes pensées vont à la famille et aux amis de George. Justice sera rendue !", a-t-il promis.

Filmée par une passante, une vidéo de l'arrestation montre un agent de police plaquer au sol George Floyd en gardant pendant de longues minutes son genou sur son cou. On y voit la victime geindre et répéter "Je ne peux pas respirer". L'agent, un Blanc, lui répond de rester calme. Un second policier tient à distance les passants qui commencent à s'emporter, alors que l'homme appréhendé ne bouge plus et semble inconscient.


https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/e ... tor=AL-79-[article]-[connexe]
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4521
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Violence policière meurtrière aux USA

Message par com_71 » 28 Mai 2020, 10:13

Lettre de Maiwenn, pleine de bonnes intentions :
Maïwenn est comédienne, scénariste et réalisatrice. Sa lettre est adressée à celui qui a filmé l'assassinat d'un jeune homme noir par quatre policiers à Minneapolis. Elle écrit la violence, le choc et la sidération. Mais aussi l'espoir de voir advenir un monde plus juste, grâce aux vidéos nées de nos téléphones.

Paris, le 27 mai 2020

À toi qui a filmé,

Quand j’ai regardé mon téléphone, ce matin, il était 6h. Il était encore trop tôt pour lire l’application du Monde, leurs nouvelles s’affichent à 7h. Alors je vais faire un tour sur Instagram. Je tombe sur Madonna. D’habitude je passe, fatiguée de voir son botox ou sa vie extraordinaire, mais là je comprends qu’une vidéo ne la concerne pas, donc je regarde. C’est ta vidéo, celle de l’arrestation d’un homme à Minneapolis, en pleine après-midi.

Au départ, je ne comprends pas, je vois des flics pas du tout gênés d’être filmés par toi alors qu’ils plaquent un homme au sol qui ne présente aucune résistance.

L’homme supplie d’arrêter, il dit "I CAN’T BREATH, JE NE PEUX PLUS RESPIRER", mais le policier qui a un genou sur son cou a l’air d’apprécier que tu le filmes : il bombe le torse, il te regarde droit dans les yeux. C’est surréaliste.

Je me dis que je dois mal comprendre, que j’ai du loupé un épisode !

Puis tu t’approches du policier, tu dois être à 1,50m de l’homme à terre, et là je découvre que l’homme est noir, et je me dis "ah non ils ne vont pas oser recommencer..." Encore la même vidéo aux États-Unis où la police maltraite un homme noir... Tu continues de filmer l’homme à terre qui n’arrive plus à supplier. Ses yeux se ferment petit à petit. Les passants hurlent aux flics qu’ils vont le tuer si ça continue. Ils disent : "Prenez son pouls", mais l’homme à terre ne bouge plus... Je crois voir de la pisse couler au sol. Tu filmes le visage du policier, sa plaque d’immatriculation... Tu filmes tout. Puis une ambulance arrive et on jette l’homme noir sur un brancard, et ta vidéo s’arrête là.

Je me précipite sur les nouvelles américaines pour savoir si l’homme s’en est tiré, et je ne peux pas croire ce que je lis : l’homme est mort.

Je ferme mon téléphone. J’ai le ventre noué. Je viens de voir à 6h du matin la vidéo d’un meurtre commis par quatre flics en pleine après-midi.

Les minutes et les heures passent. Je n’arrive pas à passer à autre chose.

Dans les années 1990, comme tout le monde, j’avais vu des vidéos prises la nuit, de loin, et en cachette.

Aujourd’hui, ce qui est effrayant, c’est de voir que les policiers n’ont même plus peur d’être filmés. On dirait même qu’ils fanfaronnent.

Je lis que les policiers ont été virés dans la seconde et que les émeutes ont déjà commencé aux États-Unis. Je ne sais pas comment prendre la chose, être fataliste ou pessimiste. Je fais partie des gens qui ont besoin de faire une conclusion pour aller de l’avant. C’est parfois ridicule mais c’est comme ça. Et au bout de plusieurs heures, je me dis que c’est finalement grâce à nos vidéos.

Aujourd’hui, chaque citoyen a une caméra dans sa poche. Sa caméra fera peut-être justice un jour.

Autrefois, ce meurtre aurait mis des années à être jugé et ne serait probablement jamais condamné. Aujourd’hui grâce à notre arme, notre téléphone, les flics racistes ne seront plus jamais tranquilles. Nous filmerons tout dans les moindres recoins. Nous condamnerons en image, en son, en zoom ...

L’homme noir s’appelle George Floyd, il était beau comme un Dieu.

Maïwenn

https://www.franceinter.fr/emissions/le ... 8-mai-2020
Pièces jointes
minneapolis.jpg
minneapolis.jpg (95.13 Kio) Consulté 1450 fois
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4521
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Violence policière meurtrière aux USA

Message par com_71 » 21 Juin 2021, 17:50

Police=danger, même pour la police.
États-Unis : un policier noir infiltré dans une manif se fait tabasser par des collègues.
https://fr.news.yahoo.com/etats-unis-po ... 10017.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4521
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)