Les organisations trotskystes en Argentine

Dans le monde...

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par artza » 24 Nov 2021, 19:29

Merci, Duffy pour le lien.

Que ceux qui comprennent nous expliquent?
artza
 
Message(s) : 1913
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par Duffy » 25 Nov 2021, 13:41

Dans la LO cette semaine.

Argentine : après les élections, austérité au programme

Dimanche 14 novembre, on votait en Argentine pour élire une partie des députés, élus régionaux et locaux. Les résultats ont confirmé pour l’essentiel ceux de l’élection primaire tenue en septembre dernier.

Avec 7,7 millions de voix, le parti du président péroniste, Alberto Fernandez, perd 1,7 million des voix qui lui avaient permis de l’emporter en 2019. Il conserve 118 députés. La droite de l’ex-président Macri arrive en tête avec 9,6 millions de voix, perd 200 000 voix mais garde 116 députés. La droite “anti-système” nouvelle venue dans cette compétition, obtient un million de voix et cinq députés.

Son important recul n’a pas empêché le président Fernandez d’appeler à fêter ce « succès ». Il faut dire que l’élection primaire de septembre lui avait fait craindre d’en perdre davantage.

Entre 2015 et 2019, le président de droite Macri avait abondamment fait appel aux prêts du Fonds monétaire international (FMI), faisant exploser la dette et le montant des échéances à rembourser. Son successeur péroniste s’est attelé à effacer l’ardoise de la droite, ce qu’il paye maintenant dans les urnes. Pour payer ses échéances, Fernandez a sacrifié les aides et les subsides traditionnellement versés par les péronistes à leur base électorale populaire, au moment où les différents plans d’austérité imposés à la population ramenaient misère et pauvreté pas loin du niveau atteint lors du krach de 2001, sans parler des difficultés dues à la pandémie. Tout cela a créé des tensions parmi les péronistes, notamment avec sa vice-présidente, Cristina Kirchner.

D’autres attaques contre les travailleurs sont à venir. Un nouveau plan d’austérité devrait débuter en décembre. Le président vient de s’adresser à ses opposants pour leur proposer un accord national au nom du « sens des responsabilité et du patriotisme », afin qu’ils l’aident à pressurer la population pour satisfaire les exigences de la finance.

Le courant de droite anti-système est représenté par un économiste, Javier Milei, qui, à la façon d’un Bolsonaro, a axé sa campagne notamment sur la sécurité. Pour le moment, ce phénomène est circonscrit à la capitale, où il a obtenu 17 % des voix, mais il pourrait grandir.

Heureusement, de l’autre côté de l’échiquier politique, le Front de la gauche et des travailleurs-Unité (FIT-U), qui réunit quatre organisations trotskystes, obtient 1,3 million de voix, soit 6 % des votes, passant de deux à quatre députés. Sa candidate Myriam Bregman est élue dans la capitale avec 7,7 %, faisant mieux qu’en septembre. Mais c’est à Jujuy que le résultat est le plus spectaculaire, avec 25 % des voix pour le candidat du FIT-U.

Le FIT-U a fait campagne en dénonçant le remboursement de la dette au détriment de la population, mettant en avant la nationalisation du système bancaire et financier, pour aboutir à une banque publique unique sous le contrôle des travailleurs. Face à l’inflation et à la hausse des prix, le FIT-U propose un relèvement automatique des salaires et des pensions et, face au chômage et à la précarité, la répartition des heures de travail.

Ce sont en effet autant d’objectifs qui mériteraient, au-delà des élections, de devenir pour les travailleurs des objectifs de lutte. Et cela, malgré la passivité de la bureaucratie syndicale qui se montre complice du gouvernement.

Jacques FONTENOY
Duffy
 
Message(s) : 344
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par Duffy » 25 Nov 2021, 15:00

Quant à la vidéo de Solano, je suis bien incapable d'en faire autre chose qu'une paraphrase.

Il insiste sur la progression de leurs résultats électoraux dans des quartiers ouvriers et populaires que le péronisme (qui domine le mouvement syndical) encadre traditionnellement et où, à l'en croire, ils ont trouvé des relais plus nombreux (il parle de plusieurs milliers de personnes dans la région de Buenos Aires) pour faire campagne pour les listes du FIT-U.

Il dit que c'est le résultat du travail du PO avec une organisation piquetera que le PO dirige, Polo obrero, qu'ils veulent être le pôle "lutte de classe" du mouvement piquetero.

(Le mouvement piquetero, de ce que j'en comprends, c'est à l'origine un mouvement de chômeurs/de travailleurs licenciés lors de fermetures d'usines, etc., qui ont organisés depuis 25 ans des blocages -et participé depuis à toutes sortes de mobilisations populaires pour le logement, l'aide alimentaire etc.-, en particulier lors de la crise de 2001, et qui ont aussi obtenu des aides sociales d’État que les organisations piqueteras "habilitées" gèrent. Une partie du mouvement piquetero a servi aussi de point d'appui aux Kirchner/au péronisme. Et toute une partie s'est aussi intégrée au pouvoir de l’État.)

Solano voit cette progression comme une brèche dans la "digue de contention" qu'est le péronisme (qui a chuté brutalement sur le plan électoral, perte de 6 millions de voix entre 2019 et 2021) et insiste sur le déplacement à gauche d'une fraction du monde ouvrier.

Je ne reviens pas sur ce qu'il dit de la situation politique générale (la progression notamment de l'extrême-droite), ni de l'activité politique du PO pendant la campagne. Mais il relie la campagne politique menée dans les quartiers à la construction du PO lui-même (sélection et formation de militants et surtout de cadres, dont il dit qu'ils manquent) en s'appuyant sur le milieu large dont le PO dispose, au travers du Polo obrero, pour mener à l'action politique et recruter.

Et puis il pose la question de quoi faire du FIT-U et de sa progression électorale alors que la crise s'aggrave : le PO propose, sans succès pour le moment (le PTS notamment refuse), un congrès, considérant qu'il serait possible d'entraîner à ce que des travailleurs y participent plus largement, au-delà des seuls milieux des différentes organisations du FIT-U.

Il dit plus que je n'en résume ici. (Et je sais que ce n'est pas exactement une explication.)

Pour une critique (vive !) de la politique du PO et de la campagne du FIT-U, on peut lire les articles de Politica obrera (le groupe d'Altamira, issu/expulsé du PO) qui reproche, pour résumer (peut-être un peu à la hache), une campagne "démocratisante"/petite bourgeoise, sur le terrain du féminisme, de l'écologie, etc. et non pas sur le terrain de la lutte des classes et du socialisme. (Ce dont Altamira discute en ce moment, c'est, en résumé, d'une campagne sur le rôle de la grève générale pour faire face aux mesures anti-ouvrières du gouvernement/au probable accord avec le FMI, préparée par une campagne pour réunir un congrès de délégués ouvriers.)

Le programme du FIT-U (arrivent en tête les revendications sur le terrain des salaires/de leur indexation sur les prix, des comités de contrôles des prix, de la suppression des impôts sur les salaires, de l'interdiction des licenciements, de l'expropriation des banques et entreprises de l'énergie placés sous contrôle ouvrier, etc.) :
https://po.org.ar/declaraciones/platafo ... del-fit-u/
(après, ce qu'ils ont effectivement mené comme campagne, je n'en sais rien...)
Duffy
 
Message(s) : 344
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par Gayraud de Mazars » 25 Nov 2021, 17:54

Salut camarades,

Je ne comprends pas tout de la politique de l'extrême gauche en Argentine, des trotskistes en général dans ce pays, mais qu'est donc devenu le Movimiento Al Socialismo (MAS) organisation puissante à nos échelles, surtout dans le monde ouvrier, avec lequel Lutte Ouvrière dans les années 80, avait elle me semble tenue d'étroite relation ? Mais Nahuel Moreno est mort en 1987, plus de nouvelle du MAS... J'ai un copain un camarade de plus de 30 ans comme on dit, passé par l'OCI et la Ligue qui a milité en Argentine avec le MAS, il m'a un peu raconté...

Le programme du FIT-U semble convenir et ses résultats sont des plus encourageant... Voyons la suite !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1593
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Précédent

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)