Re: Algérie, le "hirak" et sa suite

Dans le monde...

Re: Algérie, le "hirak" et sa suite

Message par com_71 » 27 Mai 2021, 17:01

(4 avril 2021) Traduction automatique de la plate-forme électorale du Front Ouvrier et Populaire, constitué principalement [d'après RP] par la Voie Ouvrière vers le Socialisme, pour les élections législatives du 12 juin.
Programme militant du Front Ouvrier et Populaire pour les élections du 12 juin
** Nous, militants de la classe ouvrière, prendrons part à ces élections, pas pour soutenir le gouvernement ou semer des illusions selon lesquelles les urnes peuvent changer la réalité des travailleurs et des travailleurs. Les militants rassemblés autour de la liste sont des "travailleurs" qui ont participé fortement au mouvement populaire, ont levé la bannière des travailleurs et des travailleurs, ont défendu ce programme et ont résisté à la domination et à la dictature bourgeoise dans tous les domaines. Nous sommes convaincus que le changement de l'équilibre des forces dans la société et la réalisation de nos demandes ne peut être imposé que par nos luttes.
** Nous avons de nouveau montré que l'hostilité des travailleurs n'est pas réservée au gouvernement, mais aussi aux spectres bourgeois qui se sont nommés leader du mouvement malgré cette hostilité.
** Les luttes et les grèves que nous avons précédemment effectuées sont celles qui ont augmenté nos salaires, ont fait face aux attaques contre nos gains, imposant les programmes de logement, ont pu arracher l'espace pour les libertés et imposer le respect de nos droits démocratiques et syndicaux. Il convient de mentionner en particulier que la chute de Bouteflika est venue après notre grève du 2019 mars 2019, et que notre élan de colère a forcé à sacrifier une partie du régime et à l'éloigner de la gouvernance et de l'argent public.
** Aujourd'hui, nous considérons que ces élections sont une occasion pour s'adresser aux travailleurs, car elles nous permettront (même relativement) de pratiquer la politique aux portes des usines et dans les quartiers populaires sans se soucier de la répression, car les lois répressives imposées par le gouvernement (exemple La loi sur les élections) sont impliquent la restriction des manifestations, les manifestations des travailleurs, chaque activité politique, doivent être soumises à autorisation, le monopole de l'État, l'opposition bourgeoise et les propriétaires médias privent les travailleurs des moyens de marquer la société.
** Le Front Ouvrier participera à ces élections avec un programme de lutte contenant des suggestions pour unifier les travailleurs pour construire un mouvement des travailleurs militants et démocratiques qui résistera à l'attaque de la bourgeoisie et de son gouvernement et donnera des avancées vers un projet alternatif pour tous les exploités.
** Nous ′′Front Ouvrier′′ allons profiter de cette plateforme électorale pour présenter nos idées et en discuter avec les travailleurs pour les objectifs suivants :
** Diffuser nos slogans et les élever comme demandes communes de tous les travailleurs et insister sur le changement que nous voulons en notre faveur et en faveur de toute la société.
** Faire face au discours du gouvernement, le patronat et la fausse opposition et proposer des demandes qui répondent aux préoccupations de la majorité des gens qui travaillent, avec, à leur tête, la classe ouvrière.
** Exprimer fortement le mécontentement croissant des travailleurs contre les politiques du gouvernement et des employeurs qui veulent faire payer aux travailleurs le prix de la crise.
** Oui, dans cette campagne, nous voulons élever la voix de millions de travailleurs et de travailleuses. Exprimer notre fierté d'appartenir à cette classe qui nourrit toute la société, fait marcher les transports, l'éducation, la santé et tous les autres besoins. Nous exprimerons notre fierté d'être des travailleurs utiles, grâce à nous l'économie tourne et la société vit, contrairement aux patrons paresseux et parasites qui profitent des fruits de nos efforts et de notre production. C'est ce qui est le plus évident pendant cette épidémie de Corona.
** Nous voulons, en particulier, confirmer le besoin urgent d'un parti de la classe ouvrière, le parti qui rassemble l'expérience et l'héritage de la classe ouvrière mondiale pour l'utiliser pour tous les travailleurs et les générations futures, pour diriger notre mouvement et aider à construire, élargir et renforcer nos luttes, pour pouvoir prophétiser avec certitude la victoire sur nos ennemis de classe.
1 ** Interdiction de licencier les travailleurs
11,4 est le taux de chômage selon les chiffres officiels, et pourtant, plus d'un demi-million de travailleurs ont été libérés en 2020 après la fermeture de nombreuses usines, pas seulement dans le secteur de l'installation automobile, de la construction et de l'électronique, mais aussi par le gouvernement. Les employeurs ont décidé que les travailleurs doivent payer le prix de la crise, à commencer par la démobilisation systématique des travailleurs. Les travailleurs n'ont pas à payer la facture de la crise, c'est pour cela que les travailleurs doivent être embauchés et imposer une loi interdisant leur licenciement dans les entreprises publiques et les sociétés privées qui tirent des bénéfices. Les travailleurs ont tous les droits de défendre leur vie.
2 ** Pour une rémunération nationale minimum de 40000 DZD et une échelle mobile pour les salaires : lorsque les prix augmentent, vous devez suivre les salaires
Les prix continuent d'augmenter, et une semaine ne passe pas jusqu'à ce que le prix d'un autre produit augmente. Les entreprises et les grands commerçants décident et contrôlent librement les prix. Les raisons qui justifient la hausse des prix ne sont que des conneries et des mensonges, car les prix ne baissent jamais.
Entre 2012 et 2021, la rémunération du père de famille n'a pas augmenté de 2000 dinars, pour atteindre 20000 dinars, tandis que pendant la même période, le prix de nombreux produits, y compris les matières essentielles et même les subventionnées. Le dinar a connu la plus grande baisse de son histoire entre 2016 et 2021. Les travailleurs ont perdu près de la moitié de leur pouvoir d'achat au cours des trois à quatre dernières années
Le gouvernement ne fera rien contre cela, mais la loi de finances 2021 prévoit une dépréciation du dinar de 20 % de sa valeur d'ici 2024 Mais bien sûr, nous ne trouvons pas d'augmentation des salaires dans cette loi !
Les travailleurs n'ont rien décidé, ni les prix qu'ils trouvent sur le marché ni leurs salaires. Les travailleurs peuvent s'unir et lutter collectivement pour augmenter les salaires, mais pour ne pas fondre ces augmentations comme la neige au soleil, il faut une lutte générale et unifiée pour imposer le lien des salaires et des pensions aux prix des marchandises.
Lorsque les prix augmentent, les salaires doivent suivre.
3 ** Échec des solutions bourgeoises à la crise du logement, imposons nos solutions
Logement, otage de la logique du profit comme les autres secteurs. L ' État, d'une part, a été satisfait de nos luttes pour adopter des programmes de logement social, mais il n'a pas recruté les moyens nécessaires pour loger des millions, et d'autre part, il déduit des quotas destinés au logement des requérants pour les transformer en entreprises immobilières et leur offre des cadeaux Plus, comme les prêts subventionnés, facilités immobilières et fiscales. Tous sont lucratifs dans les poches des spéculateurs immobiliers
Au cours des dix dernières années, la demande de logement a dépassé 300000 logements chaque année, et l'État n'a pu réaliser que 60000 unités dans sa meilleure performance.
Nous ne pouvons pas ignorer que l'État a l'intention de renoncer au profit du logement social en faveur d'une bourgeoisie immobilière. Nous devons la forcer par nos luttes à adopter des plans permanents pour loger les groupes fragiles et les travailleurs. Il faut aussi arrêter le pillage de la propriété immobilière et recruter les capacités maximales destinées au logement afin de répondre à la demande. Nous devons demander en même temps l'augmentation du prix du loyer et ne peut pas être supérieur à la moitié du salaire national minimum garanti SNMG. L'imposition d'une taxe sur les appartements vacants peut réduire la spéculation des prix fonciers.
4 ** Les travailleurs et les masses populaires ne doivent pas payer les impôts
Contrairement à ce que les trompettes bourgeoises promeuvent, que le pétrole est le seul revenu du Trésor public, le pétrole ne représente que 34 % du total des impôts, tandis que l'impôt sur le revenu public (IRG) sur les salaires 12,3 %, La TVA est de 16,3 %. Cette dernière est une taxe injuste et indirecte, et l'État protège les grands capitalistes qui, à leur tour, ne payent que 13 % du total. Le pire est que tout ce que les capitalistes payent comme taxe sur les profits ne représente que 7 % du total des impôts.
Le président Tebboune a promis qu'il n'y aura pas d'impôts supplémentaires, comme il a déclaré que l'homme d'affaires le plus riche en Algérie est classé 57ème en termes d'impôts payés. Mais sur le terrain, le gouvernement a décidé d'exonérer les startups du paiement de l'impôt pendant 5 ans, et aucun dinar n'a été récupéré de 94 milliards de dollars d'impôts impayés depuis dix ans.
Nos salaires nous permettent à peine de vivre, nous n'avons pas à accepter de déduire les impôts et nous ne devons pas payer les taxes sur les matières de consommation. L'argent se trouve dans les comptes des hommes de l'argent, l'État n'a qu'à les chercher sur ces comptes.
5 **Pour lever le secret bancaire et le secret des transactions...... Pour un contrôle des travailleurs
Ces dernières années, l'Algérie a connu plusieurs dossiers de corruption économique, l'affaire Sonatrach 1, 2 et 3, dossier d'installation et de fabrication de voitures.... Lors de certaines audiences du procès des membres de la bande, nous avons été surpris par l'ampleur de la corruption qui a rongé certains secteurs et institutions Économie publique et privée, le taux d'amplification des factures en Algérie a été estimé à 7 % du produit intérieur brut, sans oublier le volume de l'évasion fiscale et douanière. Certains experts affirment que cette évasion pourrait couvrir environ 100 ans de soutien de l'État pour les fournitures de matières de consommation de base (lait, sucre, électricité... etc). Les gouvernements successifs ont prouvé leur incapacité ou plutôt leur manque de volonté de lutter contre la corruption.
Les travailleurs peuvent être organisés dans des comités d'entreprise, dans les départements et les institutions financières, surveiller toutes les transactions, transactions et dénoncer la corruption. La levée du secret bancaire et le secret commercial est une condition essentielle, ainsi que la responsabilité publique pour assurer la transparence. C' est le seul moyen de lutter contre la corruption. Les fraudes et les manipulations utilisées par le patronat, les directeurs et les hauts responsables pour ronronner les richesses et l'argent des travailleurs et des couches populaires.
6 ** Tous les travailleurs ont droit à la retraite préalable et sans condition d'âge
Après l'annulation de la retraite relative et de la retraite préalable, le gouvernement ′′ Nouvelle Algérie ′′ maintient l'annulation de la retraite anticipée et prévoit de porter l'âge de la retraite à 65 hommes et 60 femmes.
Le gouvernement et les employeurs sont responsables de l'incapacité de la caisse de retraite CNR. Au lieu de chercher des arguments ridicules, ce gouvernement aurait mieux fait d'aller chercher de l'argent là où il se trouve ; c'est-à-dire dans les poches des employeurs.
En 2019, un travailleur sur 5 retraités a perdu sa prise en charge. Le nombre de travailleurs non autorisés dans les assurances sociales a atteint 45 %, dont 70 % dans le secteur privé. Ceci représente plus de 600 milliards de dinars comme déficit du fonds.
Nous demandons de lever la confidentialité des transactions sur la Caisse de retraite, la sécurité sociale et le contrôle des travailleurs sur le sort de leurs contributions qui ont duré des dizaines d'années.
Les travailleurs ont le droit de profiter de la joie de vivre après une longue misère. Nous demandons la retraite anticipée, la retraite à 50 ans pour les hommes et 45 pour les femmes.
7 ** Pour une vraie démocratie :
En 2019, les masses populaires ont pu imposer la liberté de grève et de manifestation, même pour une courte période, mais l'autorité a rapidement pu récupérer sa domination sur les lieux publics, réprimer nos grèves et protester nos manifestations, traduire les travailleurs devant les tribunaux et renvoyer les affaires. L'adhésion aux slogans de faux alliés et des slogans creux a affaibli la possibilité de nous organiser dans les comités des usines, des institutions et des quartiers pour défendre nos intérêts de classe. Nous ne revendiquons pas une démocratie vague qui nous est dictée par des opportunistes, une démocratie au service des profiteurs et de leurs clients, mais la démocratie que nous défendons est la véritable démocratie, celle des travailleurs organisés dans les comités des usines et des quartiers, élus démocratiquement et révocables à tout moment.
La liberté d'expression, de rassemblement, de manifestation et d'organisation, ainsi que la liberté syndicale et le droit de créer des syndicats dans les institutions et les entreprises publiques et privées sont parmi les gains du mouvement mondial des travailleurs, menacés aujourd'hui par le gouvernement et ses alliés bourgeois, soit loyaux ou de la prétendue opposition.
Nous appelons à la surveillance populaire des affaires publiques et de l'État à élire tous les responsables et à tous les niveaux (maires et services, gouverneurs, directeurs d'entreprises et d'institutions...) et la vraie garantie est le droit de les révoquer.
Nous appelons à défendre tous les droits des femmes.


https://www.facebook.com/Ennahdj/posts/930974961046427
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Algérie, le "hirak" et sa suite

Message par com_71 » 21 Fév 2022, 21:01

Algérie : Djamila Boupacha, l’héroïne algérienne qui refuse de servir le régime

Figure de la guerre de libération de l'Algérie contre la France, Djamila Boupacha a refusé cette semaine, à 84 ans, le poste de sénatrice auquel l’avait nommée le président Tebboune, à quelques jours du 3e anniversaire du déclenchement du Hirak, le mouvement de contestation contre le système politique hérité de l’indépendance.

Elle a sursauté en entendant son nom alors qu’elle regardait tranquillement les informations du soir, mardi à la télévision. Le gouvernement algérien annonçait en grande pompe que Djamila Boupacha figurait sur une liste de personnalités désignées par le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune , pour le poste de sénatrice. L’icône de la guerre d’Algérie (1954-1962), aujourd'hui âgée de 84 ans, a répondu dès le lendemain par un communiqué publié sur les réseaux sociaux. « J’ai servi mon pays auprès de mes frères et sœurs en tant que moudjahida [combattante contre la colonisation française], j’ai repris ma vie de citoyenne depuis et je tiens à le rester. »

Engagée à 23 ans dans la lutte pour la libération de l’Algérie, Djamila Boupacha avait été arrêtée à Alger à la suite d’un attentat en 1960, puis violée et torturée durant sa détention. Son histoire avait ému et indigné les opposants à la guerre d’Algérie en France parmi lesquels son avocate Gisèle Halimi, l’écrivaine Simone de Beauvoir ou Louis Aragon. Djamila Boupacha avait été libérée après les accords d’Évian de mars 1962 et n’avait plus vraiment fait parler d’elle. Jusqu’à l’année dernière lorsqu’elle avait signé une pétition très critique envers le régime pour sa répression du mouvement de contestation Hirak qui marquera son 3e anniversaire mardi.
https://www.lejdd.fr/International/algerie-djamila-boupacha-lheroine-algerienne-qui-refuse-de-servir-le-regime-4094783
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron