Les organisations trotskystes en Argentine

Dans le monde...

Les organisations trotskystes en Argentine

Message par Duffy » 23 Sep 2019, 10:58

Dans la série des organisations trotskystes en crise (je pense à l'IS britannique ou à l'ISO américaine, qui ont malheureusement largement dépassé le stade la crise...), le Partido Obrero s'est coupé en deux depuis son dernier congrès. C'est la conclusion de tensions plus anciennes sur lesquelles je n'épiloguerai pas... histoire de ne pas risquer de dire trop de bêtises ! Le dirigeant historique du PO, Jorge Altamira, s'est retrouvé en minorité, au sein de la direction, et dans les votes lors du dernier congrès... Et il n'a pas été réélu au CC. Il a décidé de former une fraction publique que la direction du PO considère comme une nouvelle organisation, de fait extérieure au PO.

Les textes (une partie au moins...) : https://po.org.ar/comunicados/2396-alta ... ido-obrero
Traduit en français par google : https://translate.google.com/translate? ... ido-obrero

Les autres organisations trotkystes argentines ont largement commenté la crise actuelle du PO. Je pourrai mettre quelques liens si ça intéresse quelqu'un.
Duffy
 
Message(s) : 364
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par com_71 » 23 Sep 2019, 12:58

Il semble qu'Altamira et son groupe ait évité de prendre l'initiative publique de lancer un nouvel organe de presse. En est-on toujours là ?
S'il existe des commentaires sérieux et responsables de la situation, venant d'autres courants, je pense que cela peut en intéresser plus d'un.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5126
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par Duffy » 23 Sep 2019, 15:21

Altamira s'est exprimé dans la presse, par exemple :
https://actualidadenfoco.com/jorge-alta ... -03-07-19/
La direction du PO lui en a d'ailleurs fait le reproche :
https://prensaobrera.com/partido/64474- ... ido-obrero
Altamira et ses camarades ont aussi ouvert un site internet et une chaîne youtube :
https://altamiraresponde.com
https://www.youtube.com/channel/UCO4sLs ... 66R2_f-0MA
Mais ils n'ont pas lancé leur propre organe politique, non... pas à ma connaissance en tout cas. Leur position, pour le moment et si je n'ai rien raté, est de considérer qu'ils forment une fraction publique du PO, dont ils se considèrent membres, là où la direction considère que cette "fraction publique" est "de fait, un nouveau parti", comme on peut le lire ici :
https://prensaobrera.com/partido/64485- ... ido-obrero

Cette crise a été discuté au sein du regroupement international lié au PO (le CRCI, dont sont membres notamment l'EEK de Grèce et le DIP de Turquie, qui sont régulièrement présents à la fête de LO). Une réunion a eu lieu fin juillet à Athènes :
- Le rapport commun de cette réunion par le DIP, l'EEK et le MTL (Finlande) :
https://prensaobrera.com/partido/65225- ... io-de-2019
- La réponse de la direction du PO :
https://prensaobrera.com/partido/65226- ... ido-obrero
- La position du Parti des travailleurs d'Uruguay (membre du CRCI) :
https://prensaobrera.com/opinion/65166- ... de-la-crci
- La réponse d'un membre de la direction du PO, au PT d'Uruguay :
https://prensaobrera.com/partido/65167- ... -a-la-crci
- La position de Prospettiva Operaia, groupe sympathisant du CRCI en Italie :
https://prospettivaoperaia.com/2019/07/ ... al-del-po/

Les (certaines des) réactions des autres groupes trotskystes argentins (le PSTU n'a rien écrit à ma connaissance) :
- PTS :
http://www.laizquierdadiario.com/A-prop ... trotskista
- MST :
https://mst.org.ar/2019/07/04/crisis-en-partido-obrero/
- Nuevo MAS :
http://izquierdaweb.com/a-proposito-de- ... -en-el-po/
http://izquierdaweb.com/una-vez-mas-la- ... do-obrero/
Un article de l'IMT (Grant) :
https://www.marxist.com/en-ocasion-de-l ... onario.htm
Un autre de l'inévitable WSWS :
https://www.wsws.org/en/articles/2019/0 ... a-a05.html

(Je précise encore que je suis la vie des organisations trotskystes argentines de loin en loin... pour dire le moins. Je ne vais donc pas me risquer à une explication de texte...)

Pour les traductions, copier-coller le lien correspondant dans la barre google de la page suivante :
https://translate.google.com/translate? ... /po.org.ar
Duffy
 
Message(s) : 364
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par com_71 » 23 Sep 2019, 22:32

Au moins on révise [sic] ce qu'ont pu dire Lénine, Trotsky, Smirnov, Cannon... sur le droit de fraction. Même le nom de Gorky apparaît ! :shock:
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5126
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par Duffy » 25 Sep 2019, 15:48

En fait si, la "Tendance PO" a bien une publication... facebook, intitulée "Política Obrera" (du nom de la première publication du groupe dont est issu le PO) :
https://www.facebook.com/PoliticaObrera/
Duffy
 
Message(s) : 364
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par Gayraud de Mazars » 28 Oct 2019, 11:24

Salut camarades,

Le candidat de centre gauche Alberto Fernández a remporté dimanche 27 octobre l’élection présidentielle en Argentine. Sa victoire marque le retour au pouvoir des péronistes, dans un pays miné par la récession et l’inflation.

Alberto Fernández a réussi dimanche soir son retour : le candidat péroniste de centre gauche a remporté l’élection présidentielle en Argentine au premier tour avec 48 % des voix, contre 40,44 % pour le président sortant libéral Mauricio Macri...

Le candidat de centre gauche péroniste, est ainsi au-dessus du seuil d'au moins 45% des suffrages dont il avait besoin pour éviter un second tour...

Le FIT soit le Frente de Izquierda y de los Trabajadores qui est une coalition électorale qui regroupe des organisations de la gauche radicale argentine de Nicolás del Caño dirigeant du Partido de los Trabajadores Socialistas (PTS) trotskyste, aurait obtenu 2,2 % des suffrages exprimés soit 561 214 voix, se qui n'est pas si mal, vu la bipolarisation du scrutin...

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1925
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par com_71 » 01 Oct 2020, 14:41

Duffy a écrit :En fait si, la "Tendance PO" a bien une publication... facebook, intitulée "Política Obrera" (du nom de la première publication du groupe dont est issu le PO) :
https://www.facebook.com/PoliticaObrera/


Et il existe maintenant un site : politica obrera (tendencia), et probablement aussi une édition papier.
https://politicaobrera.com/
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5126
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par com_71 » 02 Oct 2020, 14:05

Leur intervention sur le document du congrès PO "officiel". (traduction automatique)

Critique du rapport politique du Partido Obrero (officiel)
17/09/2020

La direction officielle du Partido Obrero a présenté un rapport politique Pour ce que serait le 27e Congrès du Parti, on pourrait dire que c'était clandestinement. Pour le moment, il a évité de le rendre public, comme c'était la pratique dans le passé, même si au Congrès 2019, il n'a publié que le document officiel, mais pas celui qui a été soutenu par trois membres du Comité national du moment. Comme ce qui s'est passé l'année dernière, elle ne s'est manifestement pas intéressée à la discussion publique du rapport, méthode que la PO a maintenue, parfois avec difficultés, tout au long de son histoire, étant entendu que il doit être impliqué dans ce qui a à voir avec la méthode avec laquelle un parti révolutionnaire élabore son orientation politique. Le document n'a pas été envoyé à la PO Tendency, ni aucune notification sur la tenue du Congrès, malgré le fait que l'expulsion de 1.200 membres du parti est toujours dans ce qui serait une phase de “précaution”, car il devrait être ratifié par Congrès, le seul habilité à se prononcer sur un tel outrage, du moins selon les statuts officiels. Le secret dans lequel se déroule ce Congrès illustre la mutation de PO dans un appareil. D'un autre côté, l'approche politique dont il prétend débattre est dénuée de contenu, provinciale et conservatrice. Il fait de son mieux pour se soustraire à l'équilibre de sa politique dans les années convulsives de la crise 2018/2020, qui, loin de s'apaiser, s'est accentuée, et ignore des questions aussi décisives que les quorums accordés à Capitanich, pour des sujets aussi graves que le budget de Chaco et la vente de terres publiques, que le gouverneur n'aurait pas pu consommer sans cette contribution de l'appareil PO. Il en va de même avec les votes favorables apportés aux lois nationales et avec le vote qui sanctionne le crime d'opinion à l'Assemblée législative de Buenos Aires, lié à l'antisémitisme dans la version sioniste, dans un front uni avec les partis patrons.
Le texte a été approuvé par le Comité national officiel - naturellement à l'unanimité, sans faire connaître, naturellement aussi, la discussion qui a conduit aux conclusions auxquelles on est parvenu. Cette uniformité a cependant une exception, car il est rapporté que AC était absent «au moment du vote». AC n'est pas le journaliste du coin - c'est Alejandro Crespo, le secrétaire général du Sutna. Absent ou non, AC prend-il en charge le document ou le rapport, ou non? Une absence physique ne justifie pas l'omission politique, mais cela n'est pas clarifié. Alejandro et cinq autres dirigeants de ce syndicat n'ont pas pris un moment pour répudier, à l'époque, l'expulsion des militants qui revendiquaient le droit à Tendencia. Le texte du «rapport» ne permet pas de savoir quelle a été cette position politique. La condition de chef ouvrier de la grande industrie de Crespo oblige la direction du PO et tout le parti officiel à prendre en compte cette position. La pandémie a frappé les relations de travail et les conditions de vie et de travail de la classe ouvrière, comme cela ne s'est produit dans aucune autre crise. Un problème de méthode est ici évident: un congrès qui se déroule dans le secret; sans information aux militants qui doivent faire appel à ce congrès contre leurs expulsions; peu de clarté, voire aucune, sur la discussion au sein du groupe de pilotage; ignorance des positions politiques du principal dirigeant syndical.
Internationalisme ou provincialisme
L'approche des questions internes d'un point de vue international - est un point d'accord entre les trotskystes. Nous ne disons pas qu'il devrait y avoir un "rapport international", mais que la politique interne d'un quatrième parti internationaliste doit être abordée d'un point de vue international. L'entrelacement de la pandémie avec la crise mondiale engloutit la planète entière, ce qui souligne l'anachronisme de ce «rapport politique», qui se limite à des considérations, même mineures, sur la politique en Argentine.
L'unité internationale de la méthode politique correspondante est aujourd'hui suprêmement valable pour tout pays considéré, car la pandémie a donné au déclin du capitalisme et à la faillite financière une projection historique sans précédent. Le «rapport» en question méprise olympiquement cette approche, dans la mesure où il aborde la pandémie au point 9, comme une question circonstancielle et étroitement sanitaire - décontextualisée de la crise capitaliste. Il s'agit d'un «rapport» étroitement provincial et, par conséquent, irréductiblement conservateur. Ce n'est pas par hasard que la littérature de la fraction officielle, en particulier à cette époque, tourne autour de la prévention des conclusions «catastrophiques». De la méthode, nous avons une rupture violente et nette avec l'histoire du Partido Obrero.
La pandémie actuelle, en premier lieu, ne peut pas être caractérisée comme un accident historique du capitalisme. Elle est fortement conditionnée par la destruction systématique de l'environnement et le changement climatique. Elle survient dans un contexte de dénaturation aiguë du régime alimentaire, conséquence de modifications génétiques des semences et d'une forte infiltration chimique en agriculture. Elle est précédée d'une série d'épidémies dans un court laps de temps - VIH, SRAS, Ebola. Il fait partie d'un mécanisme économique qui ne tient pas compte de la prévention sanitaire afin de développer un marché mondial impressionnant pour les médicaments. La catastrophe actuelle s'accompagne d'incendies territoriaux d'une ampleur jamais vue auparavant, de la dévastation des forêts et de la destruction systématique de la biodiversité. Il y a aussi une prédation d'espèces, de la part des poulpes de la biotechnologie et de l'industrie pharmaceutique. Cette technologie de fragilisation de l'environnement répond à la même loi économique qui rend la main-d'œuvre précaire. La précarité de l'emploi ne se développe pas de manière isolée dans les zones à faible composition organique du capital, mais, tout d'abord, dans l'industrie de la haute technologie et de l'informatique. C'est ce qui arrive, par exemple, avec le «télétravail».
Si la pandémie peut être bénéfique pour l'industrie pharmaceutique et les laboratoires, elle introduit une incertitude économique et sociale déformante et même incompatible avec le processus de production et donc avec l'accumulation capitaliste en général. Pour cette raison, elle a accentué, d'une part, la tendance à la faillite capitaliste et, d'autre part, le transfert ou la fuite des capitaux vers la spéculation financière. Le blocus de l'accumulation de capital dans l'industrie a renforcé la voie de sortie vers les marchés financiers. Les dizaines de trillions de dollars apportés par les administrations nationales et les banques centrales au sauvetage des capitaux ont été fonctionnels pour cette fuite. Plus les procédures de faillite se développent, plus l'aide aux différentes formes de capital financier est importante. Cela se produit même lorsque la caractérisation officielle de la crise est qu'elle n'affecte pas le capital financier, comme en 2007/9, mais plutôt l'activité industrielle. La grande industrie utilise des fonds de secours pour accumuler des liquidités, non pour réactiver les investissements et stimuler la demande globale. L'exacerbation de la spéculation boursière et des titres de créance publics et privés anticipe l'inéluctabilité d'un krach financier sans précédent. C'est ainsi que la décision, même décrite comme inouïe, par la Réserve fédérale, d'ouvrir indéfiniment le robinet des émissions monétaires, a été interprétée. L'énorme spirale d'endettement de l'État et des entreprises anticipe une politique d'ajustement violent des dépenses fiscales pour les salaires, les infrastructures et les soins sociaux. Le déficit budgétaire américain a atteint 12% du PIB et la dette publique dépasse 120% de ce ratio. Les records pour la Chine et la Grande-Bretagne sont identiques ou pires. La pandémie, en renforçant les tendances précédentes, a produit un saut qualitatif dans la crise capitaliste
Kristalina Georgieva, la directrice du FMI, vient de souligner (Foreign Policy, 9/20) que «même lorsque les gens retournent au travail, les taux d'emploi ne sont pas revenus près des niveaux d'avant la crise. ... l'Organisation mondiale du travail estime que 400 millions d'emplois à plein temps ont été perdus au deuxième trimestre de 2020 ... et la Banque mondiale prévoit une augmentation supplémentaire de 71 millions de personnes dans l'extrême pauvreté ». Il faut, prévient-il, "empêcher un nombre excessif d'entreprises de faire faillite ...", ce qui signifie aller à la rescousse des entreprises insolvables ou «zombies», en référence à celles qui ont un cash flow négatif; le FMI projette quelque 12 000 milliards de dollars de pertes de l'économie mondiale à la fin de 2020 ».
Ces remarques sont plus illustratives qu'elles ne le paraissent, car elles mettent en garde contre la politique de laisser libre cours à un réajustement capitaliste, qui est la manière cyclique dont le capitalisme passe de la dépression à la reprise. C'est une reconnaissance que la loi de la valeur, qui force l'élimination du capital excédentaire, comme cela se manifeste dans le cycle économique du capitalisme «classique», a cessé d'être le facteur régulateur du capital, pour devenir un facteur de crises révolutionnaires. La destruction du capital excédentaire nous a permis d'entrer dans une phase d'ascension, accompagnée de nouvelles technologies. Tout comme Lénine avait caractérisé l'époque de l'impérialisme comme une phase de transition vers le socialisme, parce qu'il socialisait la production au maximum et privatisait la propriété au maximum, créant un état intermédiaire entre deux systèmes sociaux antagonistes, de la même manière l'extinction de la loi de La valeur, conséquence de la surproduction chronique de marchandises et de capital, et l'accumulation d'un énorme capital fictif, constitue une phase de transition catastrophique du capitalisme au socialisme.
L'affrontement explosif qui vient de se produire entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne autour du Brexit est une mesure des extrêmes que la crise atteint. GB a décidé de rompre le traité de transition pour sa sortie de l'UE, afin d'avoir les mains libres pour recourir à une subvention extraordinaire à l'industrie et aux banques britanniques. En plus de violer l'accord de sortie avec l'UE, cette rupture diplomatique a déclenché un conflit avec toutes les puissances restantes incluses dans l'Organisation mondiale du commerce, pour violation des règles de concurrence internationales. La décision a déclenché une nouvelle crise politique au Royaume-Uni, désormais parmi les partisans du Brexit eux-mêmes. L'autre élément explosif pour l'économie mondiale et la politique dans son ensemble est l'accélération de la pandémie en Inde, même incontrôlable. L'Inde est presque un continent de 1,3 milliard d'habitants - la majorité dans la plus extrême pauvreté, de sorte qu'elle devient l'épicentre d'une crise gigantesque en Asie centrale.
Il est clair, à la lumière de ce qui précède, que le capitalisme ne se prépare pas à faire face aux défis du logement et de la santé que la pandémie a laissés exposés, ni à ceux du chômage, de la précarité ou de l'éducation. Les systèmes de santé se sont effondrés partout dans le monde (il suffit de regarder ce qui se passe avec les plus sophistiqués, du point de vue de la technologie, celui des États-Unis), sans parler de la capacité de prévention, qui va à l'encontre de l'énorme business que représente la propagation des maladies. La rhétorique de Trump et de Bolsonaro est combinée avec les énormes intérêts capitalistes qui profitent de la maladie; la lutte contre le nouveau coronavirus est sabotée par le régime capitaliste lui-même. D'un autre côté, les États sont confrontés à la nécessité de résoudre un sauvetage du capital, ce qui multiplie la dimension de l'impasse capitaliste, simplement parce que ce sauvetage représente une accentuation de l'endettement, de la spéculation et de la tendance à des pertes plus importantes. L'organisation sociale actuelle place le profit et la reproduction du capital au-dessus de toute autre considération humaine. La pandémie a agi comme un accélérateur de la crise mondiale. D'un autre côté, c'est un éveil violent de la conscience de vulnérabilité de la part de centaines de millions de personnes. L'Amérique latine apparaît comme la région la plus touchée par la pandémie, tant sur le plan sanitaire qu'économique. Un programme élémentaire de santé, de logement, d'éducation et d'emploi est incompatible avec le capitalisme; un programme de revendications immédiates en ce sens conduit à un affrontement massif des masses contre le capitalisme. Cela devrait être la conclusion la plus élémentaire de tout congrès d'un parti ouvrier. En Argentine, cette conclusion s'observe dans les collisions dues à l'occupation des terres, aux soulèvements de la police, à la tension explosive dans les entreprises due à l'augmentation des infections, aux faillites massives, à la hausse du chômage, à l'effondrement des salaires et des retraites et, enfin et surtout, au rébellion du personnel de santé. Nous assistons au quotidien à un déséquilibre global et à des affrontements politiques de plus en plus polarisés. Les régimes politiques en place ne remplissent pas les conditions pour arbitrer une lutte de classe qui se développe à la suite de l'augmentation des infections et des décès et à la suite de l'effondrement fiscal et industriel.
Les rébellions populaires qui s'enroulent dans une grande partie du monde sont directement liées à cette symbiose entre la pandémie et le capitalisme. Comment la pandémie n'allait pas entrer dans la vitesse de l'accumulation capitaliste! Il n'y a pas de pandémie, d'une part, et pas d'organisation sociale capitaliste, d'autre part - ni économiquement ni historiquement. La Georgieva susmentionnée parle du «grand verrouillage», pour souligner la continuité avec la «grande récession» - de 2008/09. Le libre entrepreneur du FMI est plus perspicace que de nombreux marxistes - sans parler de la chapelle officielle qui a rédigé le «rapport politique» au Congrès de l'OP officielle. Mais le capital est incompatible avec le «lockdown», encore plus avec un grand. Le capital «verrouillé» perd son statut de capital et est détruit par la faillite ou par la concurrence. Medra, dans le «Grand Lockdown», en tant que parasite social. Le soulagement apporté par les systèmes fiscal et bancaire central accentue cette condition. Le capital pousse avec une force croissante pour l'élimination de la grande quarantaine qui limite sa mobilité; une contradiction explosive est établie.
Dans ce contexte, les rébellions populaires se multiplient, motivées, tout d'abord, par la faillite des conditions de vie existantes. La rébellion populaire contre l'État raciste a, aux États-Unis, un caractère multiracial. La crise sanitaire, les licenciements, la misère des masses, animent la lutte contre la brutalité policière et expliquent son évolution vers des luttes plus larges et des méthodes plus radicales. Aux États-Unis, 400 000 décès sont prévus pour décembre. Sans la reconnaissance que le capitalisme mondial est aujourd'hui une poudrière, il ne peut y avoir de politique révolutionnaire dans aucun pays - il n'y a que l'adaptation aux hauts et aux bas d'une crise qui domine le champ politique et tourne le dos à une crise révolutionnaire. La crise en Biélorussie, où la classe ouvrière tente de développer une grève générale, s'ajoute à une crise internationale, dans laquelle les principales puissances participent à une zone géopolitique explosive, une crise sociale, économique et politique qui a été accélérée par la «grande quarantaine ». Cette crise sera résolue en conjonction avec la crise en Russie et dans l'ancien espace soviétique, et la crise dans l'Union européenne.
Pour le "rapport" en question, "les rébellions sont (" autres ") un facteur fondamental et déterminant de la scène (sic) internationale". La dystopie capitaliste est réduite à un «panorama»; nous sommes confrontés à une approche pré «mécaniste». Ce n'est pas une proposition innocente, elle recherche obsessionnellement le provincialisme et la conclusion conservatrice. Ce que l’on appelle «panorama» consiste en un effondrement de toutes les conditions économiques-sanitaires-environnementales entrelacées de la société capitaliste. Nous assistons à la réponse des masses à ces conditions d'existence de l'humanité, et des États en charge de protéger et de rendre viable la reproduction de ces conditions. Aux États-Unis, les mobilisations exceptionnellement prolongées dans presque tous les États; la polarisation dans les rues entre la réaction fasciste et le peuple; le soutien du gouvernement à la confrontation; l'avertissement des forces armées selon lesquelles elles ne déploieront pas de troupes à des fins de répression interne; le conflit ouvert potentiel entre le haut commandement et l'exécutif; tout cela constitue un développement de ces facteurs qui forment, en fin de compte, une situation révolutionnaire. Le «rapport» s'efforce de neutraliser tous ces facteurs afin de dissiper la portée révolutionnaire de la crise dans son ensemble, et d'en tirer, par cette procédure, la conclusion préétablie bien sûr, qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Il faut l'Argentine comme étrangère à la crise mondiale, pour fixer des conclusions très éloignées de la lutte pour le pouvoir.
La "Grande Quarantaine" n'a pas atteint le but d'empêcher les mobilisations des masses appauvries, ni la vague de rébellions contre la brutalité policière et contre le racisme. C'est un fait extraordinaire. Le PO officiel et le PTS ont argumenté le contraire et ont argumenté farouchement avec la tendance, mais le "rapport politique" ne faisait aucune allusion à la question, ni au fait que l'étendard de la "liberté" contre l'isolement social est élevé par la droite. Au lieu d'un «état d'exception», une plus grande désintégration des régimes politiques s'est développée, comme nous l'avions anticipé. Le gouvernement par décret n'est pas suffisant pour caractériser un «état d'exception» - il est nécessaire qu'il y ait suffisamment de pouvoir pour le faire respecter. Il n'y a pas de politique capable de gérer la crise. La crise du capital a fusionné dans l'unité avec la crise de l'humanité. La métaphore de l'incapacité du capital à faire face à la crise est la destruction du personnel de santé!
Bien sûr, il y a toujours le vaccin. En écartant la «post-pandémie» avec l'émergence du vaccin, les économistes de service ont déjà projeté le rebond qu'aura l'économie et la forme qu'elle prendra. C'est une approche simpliste. Pour l'instant, les questions sur le vaccin sont nombreuses - le temps dans lequel il sera applicable, la durée d'immunité qu'il atteint, le combat commercial qu'il déclenche, les mutations qu'offre le virus et la possibilité d'autres pandémies. C'est toujours une image d'incertitude suffisamment virale pour le capital. Ce qui est clair, c'est que les masses sortiraient de la pandémie plus pauvres, avec des salaires plus bas, des hypothèques non remboursables et des conditions beaucoup plus critiques (après l'expérience de la pandémie) en termes de santé, de logement, de transports urbains, d'éducation. Le ressort de la consommation personnelle se limite à «l'effet de richesse» qui se propagerait à cette consommation de la part de ceux qui ont bénéficié de la spéculation financière ou de l'accumulation d'actifs rentables. D'autre part, nous aurons un capitalisme «zombie» ou en faillite, dont le moteur de production devra être retiré, avec le risque de faillites en chaîne; une dette fiscale et privée en défaut; et une forte demande de politiques d'ajustement. Cela vaut également pour la Chine, qui est surendettée. Bien qu'elle ait une dette internationale relativement faible, elle suffit à étouffer une réactivation qui exigerait un financement élevé. Tout ce ballast capitaliste devra faire face à une pression pour une augmentation des dépenses sociales, de la part des travailleurs, une augmentation des salaires et des retraites; et un formidable développement des infrastructures pour le logement, la santé, l'éducation et les services de base. Au-delà des fluctuations à court terme, la soi-disant `` post-pandémie '' pourrait déclencher une crise d'une ampleur révolutionnaire encore plus grande, car les travailleurs seraient libérés du carcan de `` l'isolement social '', pour manifester, organiser des grèves et des piquets de grève, occupent des entreprises ou des bureaux d'État. La «post-pandémie» mettrait à nu la responsabilité du capitalisme (avec le virus «contrôlé») face à la crise de l'humanité. Comme plusieurs observateurs en conviennent, il y aurait une explosion des besoins. L'actualité du socialisme, le gouvernement ouvrier, la révolution mondiale émergeront avec une force non dissimulée.
La situation nationale
Le «rapport» ne tente pas de lier la crise mondiale à la crise monumentale dans son ensemble qui continue de progresser en Argentine. Il ne caractérise pas non plus le gouvernement, le régime politique ou, surtout, la scène. À la fin du texte, il postule une série de slogans et d'exigences, sans en donner les raisons ni la méthode pour les imposer. Il contient, s'il est correct de s'exprimer ainsi, une énorme omission: il ne propose pas la règle de la classe ouvrière. Dans une mention manquée, le texte dit que "nous développons cette lutte dans le cadre d'un combat de fond pour une solution ouvrière à la crise, c'est-à-dire dans le cadre de la lutte pour le gouvernement ouvrier". Il sépare le gouvernement des ouvriers du programme, il n'est pas formulé comme un slogan d'agitation politique, les ouvriers l'apprendront quand la lutte aura rempli certaines conditions préalables, ils seront conduits à ce gouvernement sous le nez. Bien que cela puisse paraître différent, cette approche de la question du pouvoir n'est pas nouvelle - on pourrait dire qu'elle est courante dans les groupes trotskystes depuis la dernière guerre mondiale. Le concept selon lequel les travailleurs doivent parvenir à la conclusion de la lutte pour le pouvoir «à partir de leur propre expérience» est manipulé pour justifier la dissimulation de cet objectif. Dans ce cas, le prolétariat ne peut pas identifier la lutte pour le pouvoir avec le parti qui soulève cette lutte et ce pouvoir, et transforme le programme de transition en un véhicule aveugle à contenu économique. Mais ce qui transforme un programme de revendications en un «système» de mobilisation politique, c'est la revendication du pouvoir. S'il lui manque cette approche unificatrice, il devient une masse décousue de slogans et perd son statut de système, de programme ou de stratégie.   
Lorsque le programme de transition a établi, en 1938, la lutte pour un gouvernement ouvrier et paysan - synonyme populaire de la dictature du prolétariat - la Quatrième Internationale comptait moins de militants, dans le monde, que le FIT en Argentine. La nécessité d'une déclaration de pouvoir n'a rien à voir avec le nombre de militants ou la relative précarité de l'organisation révolutionnaire. C'est une question objective. Cela a été démontré par toutes les révolutions. Pour prendre le contrôle de l'Amérique latine, la révolution bolivienne de 1952 a mis 24 heures à détruire les forces armées; la révolution cubaine fut le triomphe de neuf cents guérilleros contre une armée de quarante mille soldats; la victoire de la révolution nicaraguayenne, en 1979, a été anéantie par trois foyers de guérilla en petit nombre et durement divisés. Ils ont simplement exploité une situation explosive, à la préparation de laquelle ils ont participé, sans préjudice des crises et des divisions.
L'absence de déclaration de pouvoir, de la part du «rapport», ne constitue pas un oubli; Depuis que la proposition du gouvernement ouvrier a disparu des plates-formes du parti, lors de la campagne électorale de 2017, le parti au pouvoir actuel a résisté à sa réintégration aussi longtemps qu'il le pouvait, au Comité national. Ce fut l'un des principaux incidents politiques de ce qui est aujourd'hui la Tendance à l'appareil du parti. La revendication du gouvernement ouvrier - synonyme de dictature ouvrière - a été expulsée avec la Tendencia. L'approche concrète du pouvoir est ce qui transforme un programme en «système» d'action. En dehors de cela, les exigences du programme deviennent des déclarations de propagande dans le formel et / ou dans une adaptation à l'État capitaliste, dans le contenu.
Selon le «rapport», la tâche d'aujourd'hui est de combattre l'accord avec le FMI et d'exiger que les capitalistes paient pour la crise. Selon le texte, l'accord avec le FMI "repensera (sic) une nouvelle offensive contre les masses" et "permettra (va) développer un programme de fonds (sic)". Tant que cet accord n'aura pas été conclu, il n'y aurait pas de telle «offensive contre les masses», mais plus tard la leçon retentira. En bref, le programme, loin d'être un «système», est une échelle roulante qui mène à des slogans «profonds», mais jamais assez profonds pour que la classe ouvrière gouverne, avec ses propres méthodes révolutionnaires. Il est curieux, mais non moins intéressant, que le "système" de slogans n'inclue pas la confiscation du système de santé privé, sous le contrôle de ses travailleurs, même quand au point 9 le "rapport" dit que "La situation sanitaire il reste (sic, sic,) au centre de la situation politique ». Il s'agit alors d'une «situation sanitaire» abstraite du régime capitaliste, et d'un régime capitaliste qui s'abstrait de l'effondrement des conditions de vie et de la vie de la masse du peuple.
Sans une caractérisation globale de la scène mondiale, la situation nationale globale et ses perspectives ne peuvent pas non plus être caractérisées. Les neuf mois du gouvernement Fernández ont détruit le slogan du parti au pouvoir du PO, selon lequel le péronisme est vivant dans les masses et est la ressource «vivante» pour la reconstruction de l'État et le «confinement» des travailleurs. Le confinement, lorsqu'il ne s'agit pas d'un dernier recours ou d'une urgence, est conditionné par la capacité à développer une issue efficace à la crise capitaliste et étatique. Au niveau mondial, aucune force politique patronale ne remplit cette condition. Le groupe de tête du PO a rejoint - avec quel retard! - la thèse de qui se pose à tort comme son ennemi juré, on parle du PTS, pour qui une victoire dans la «bataille culturelle» avait produit une «Argentine kirchnérienne». Les rédacteurs du «rapport» opèrent avec les mêmes catégories que leur rival - la possibilité de victoires culturelles sans rapport avec l'effondrement des conditions matérielles de la société capitaliste. Ici, il est révélé que pour le duo PO-PTS, la «subjectivité» des masses est une entéléchie, qui pourrait être gérée à force de discours et de spiel.
Le régime politique est en désintégration à plusieurs égards. Le gouvernement est une coalition fragmentée, à laquelle il rejoint la peur de l'ostracisme politique et de ce qu'ils appellent le «vide politique», c'est-à-dire la peur de déclencher une situation révolutionnaire. Dans une émission récente de A Dos Voces, Julio Bárbaro a dit, textuellement: "Le péronisme n'existe plus pour les humbles." En outre, les chefs des deux groupes d'employeurs en Argentine sont des criminels de la justice. Le macrismo, pour sa part, vit son propre processus de fragmentation. Comme cela s'est produit en Espagne, un régime de quatre à six partis «alternatifs» est conçu, ou comme cela s'est produit en 2003, lorsque péronistes et non-péronistes se sont divisés en six listes électorales, lors d'une élection à la présidence, pour obtenir définitivement un brevet de ingouvernabilité. Le macrismo, anéanti par son administration 2016/9, trouve désormais pied dans la perte de la petite cohésion du FdeT. L'impasse entre le parti au pouvoir et l'opposition se manifeste par les ruptures et réconciliations parlementaires sans solution de continuité.
L'État lui-même traverse un processus de désintégration. La judiciarisation des conflits politiques appelle un arbitrage de la Cour et la tendance à un double pouvoir institutionnel. Le manque de contrôle de la justice fédérale et de l'appareil de répression et de sécurité augmente. Mutineries La Bonaerense pour les salaires; le Santa Fe a perdu le contrôle de la violence contre le trafic de drogue; Avec Berni comme écuyer, CFK est affecté par ces excès et la dissimulation de la mort de Facundo Astudillo Castro. Macristas et kirchneristes sont impliqués dans l'espionnage politique, depuis le Projet X et les infiltrations de l'AFI dans leurs communications personnelles et celles des autres - avec la complicité des juges. La désignation et la révocation des juges et du procureur général font l'objet de différends. L'Argentine n'a pas non plus de budget, et celui qui sera discuté dans les prochains jours sera encore une fois un dessin. Il n'y a pas de régime monétaire, comme en témoigne les fonds propres négatifs de la Banque centrale, entourés d'une dette féroce auprès des banques (Leliq) et d'une dévaluation accélérée de ses actifs. Le récent swap de dette a provoqué une dévaluation de 60% des titres détenus par la Banque centrale et l'Anses. Martín Guzmán babille sur la création d'un marché des capitaux «domestique», comme il appelle une table de monnaie à très court terme et de taux d'intérêt perfides. Le régime monétaire ne bénéficie pas non plus d'un ancrage international, comme en témoigne l'émission illimitée de devises par les principales banques centrales et des taux nuls voire négatifs, ce qui rend le système de dépôt bancaire et les fonds de pension de retraite non viables, ce qui Ils ne peuvent pas trouver où capitaliser sur les contributions qu'ils reçoivent. Tout cela a provoqué une fuite de la monnaie de réserve internationale. Les charnières de la finance internationale sont affectées par un degré élevé d'usure. Malgré une dévaluation du peso comparable à 2002, la moquerie financière ne cesse de parler de dévaluation et de doublement du marché des changes - l'un commercial, l'autre financier. Avec cette image, un nouveau défaut se dessine autour de la date des élections présidentielles, à la fin de 2023.
Il n'est pas surprenant dans ces conditions qu'il y ait des voix en faveur d'une réforme constitutionnelle. S'il est clair que cette crise n'a pas de solution constitutionnelle, la proposition révèle l'impasse politique. Une ou deux décisions controversées de la Cour, de nature politique, déclencheraient un mouvement en faveur d'une Assemblée constitutionnelle. Comme le «rapport politique» méprise la crise du pouvoir, il ne s'arrête pas à considérer les alternatives pour développer cette crise. Ce qui l'empêche de caractériser la revendication d'une Assemblée Souveraine Constituante, qui ne pourrait être convoquée que par un gouvernement ouvrier. L'omission du parti partisan au pouvoir est d'autant plus flagrante que le Chili voisin est entré dans un processus de changement constitutionnel à partir d'une rébellion populaire - forçant un réarrangement du pouvoir politique de la droite et de tous les partis patrons, ainsi que les partis historiques. partis socialistes et communistes. Pour l'appareil, le Chili est le Chili et l'Argentine est l'Argentine, de la même manière que la crise mondiale est une crise mondiale, et en terres créoles autre chose. Même si toutes ces absurdités étaient vraies, il est nécessaire de tirer des conclusions de l'expérience chilienne pour l'Argentine, et encore plus nécessaire de déterminer la scène historique mondiale pour concevoir la perspective qu'elle soulève pour le Río de la Plata. Après tout, l'identité est un principe changeant.
La gouvernance des Fernández est précaire. Les réalignements de force sont constants. La conformation des situations pré-révolutionnaires se cache; toute protestation populaire a tendance à se transformer en rébellion. Les revendications des travailleurs sont connues, mais surtout vitales. Une agitation politique en faveur de ces revendications doit conclure que leur réalisation pleine et durable dépend d'un gouvernement ouvrier et des méthodes de lutte des masses.
Le gouvernement de la FF représente, dans le contexte latino-américain, une forme de résistance à la prépondérance que l'Amérique du Nord et l'UE avaient reconstruite sous le gouvernement Macri. Ceci sans violer la ligne de cession que les gouvernements bolivariens ont eue avec les créanciers internationaux. Il n'a pas reconnu le Guaidó vénézuélien, sans quitter le groupe de Lima, où Macri a mis l'Argentine, ni le coup d'État bolivien; dans ce cas, il soutient le vote en faveur du MAS pour les nombreux exilés en Argentine. Il a cherché à reconstruire l'alliance avec des mouvements politiques apparentés, qui dans leur ostracisme tentent d'organiser le Frente de Todos dans leurs pays, comme c'est le cas avec Lula (et PSOL!), Au Brésil. Le «rapport» de l'appareil officiel a décidé d'ignorer cet aspect de la situation nationale, afin de ne pas troubler une dénonciation qui se substitue à la compréhension politique des événements. Les Fernández suivent une vieille politique de la bourgeoisie latino-américaine, qui cherche à étendre l'autonomie politique du pays par la diplomatie, car elle n'a pas l'intention de le faire avec des coups au capital international qui opère dans le pays. C'est une obligation des combattants qui s'efforcent réellement de réaliser l'avancement politique de la classe ouvrière, de distinguer ces gouvernements impuissants et lâches de ceux qui opèrent comme une filiale locale de l'impérialisme mondial. L'appareil officiel l'ignore, pour mieux déguiser le conservatisme avec une forte dose d'infantilisme. La vérité est que le choc politique du gouvernement argentin avec celui de Trump en particulier, gagnera en importance face à des crises telles que celles annoncées par l'accord Maduro-Capriles au Venezuela, les élections en Bolivie, la demande de destitution de la Vizcarra péruvienne, et surtout la crise politico-constitutionnelle au Chili, sans minimiser les conséquences de l'interdiction de Correa en Equateur - dont le parti pourrait gagner les élections déjà convoquées. Sans établir une réelle différence, non fictive ou incohérente, avec ces gouvernements autonomistes formels et les processus politiques qu'ils mènent, il est impossible de mener à bien le combat pour l'unité socialiste en Amérique latine. La récente consécration d'une droite nord-américaine à la présidence de la BID, sous la forte pression des menaces de Trump, est très illustrative. Les Fernandez ont tenté de boycotter l'événement sans succès, mais le résultat final a montré une abstention massive de l'UE, de la Chine et de quatre pays d'Amérique latine concernés, en particulier le Chili et le Mexique. Le numéro de la BID a rendu toute l'actualité au rôle de premier plan de la Chine, principal client et investisseur des pays les plus développés de la région. En bref, l'Amérique latine, la région la plus durement touchée par la pandémie, est, d'une part, la plus touchée par la crise économique et politique mondiale; la scène privilégiée des crises politiques en incubation; et le théâtre le plus important, de loin, des rébellions populaires. Un congrès qui est incapable de délibérer sur cet ensemble critique de questions est une imposture. Prenez note, camarades de notre Partido Obrero.
L'échec de l'accord avec les créanciers de la dette de l'Argentine, pour permettre un rééquilibrage de l'économie, a eu pour effet d'accentuer ses déséquilibres monumentaux. La dévaluation croissante du peso en termes internationaux menace de déclencher une hyper-inflation et même un «boom». Tout bien considéré, le défaut de paiement de la dette extérieure a servi de paravent pour masquer ces déséquilibres, plus exposés avec l'accord. Pour l'heure, un déséquilibre social brutal, qui place le gouvernement face à la menace d'une épidémie et coupe donc le champ de la politique d'ajustement du gouvernement. Elle est suivie par la tendance des faillites et des faillites d'entreprises. Au total, l'Argentine est en proie à une explosion économique qui rompra l'équilibre politique précaire entre les forces présentes et l'ensemble du régime politique.
La classe ouvrière et la pandémie capitaliste
Malgré le fait que le gouvernement actuel a été élu il y a moins d'un an et que l'émergence du nouveau coronavirus a surpris les masses et désorganisé leurs conditions de vie et de travail, les luttes n'ont pas pris longtemps, notamment en raison de la propagation de infections dans les quartiers et les lieux de travail, et par le manque total de préparation des gouvernements nationaux, provinciaux et municipaux. Ils n'ont pas attendu dans les domaines de la santé et de l'éducation; les agents de santé ont obtenu la reconnaissance de Covid comme maladie professionnelle, et ceux de l'éducation le blocage de la présence. Les centres de santé ont été occupés, dans plusieurs cas avec des victoires. De nouvelles méthodes de lutte ont été inaugurées, des grèves virtuelles. À Timbúes, il y a eu la première grève contre la présence à des travaux non essentiels; Il y a eu de nombreuses grèves des transports et des municipalités, des occupations d'usines très importantes telles que Bed Time, Sedamil, des conflits miniers et les grèves de Sutna. Dans certaines provinces, des mouvements auto-organisés des secteurs les plus divers se sont développés. Les enseignants d'Amsafe ont organisé des manifestations très importantes, avant et après l'épidémie du virus - avec le soutien de la section militante de Rosario et d'autres localités. À CABA, il y a eu des assemblées virtuelles massives qui ont fini par opposer leur veto au «retour dans les salles de classe» de Larreta et du ministre Trotta. Une place de premier plan occupait - comme d'ailleurs dans le monde - la lutte des livreurs, dont l'organisation commença à se développer. Une lutte acharnée, bien que moins visible, a eu lieu dans les entreprises, sur les protocoles de santé et les salaires, notamment des travailleurs suspendus pour leur statut de «groupes à risque». Les chômeurs se mobilisent par milliers contre la misère sociale.
Le gouvernement «national et populaire» a profité de la pandémie pour attaquer les retraités, dans le cadre du «geste de bonne foi» exigé par les créanciers. Il a publié un décret anti-licenciement qu'il a immédiatement violé pour approuver les licenciements négociés par la bureaucratie syndicale avec les employeurs, là encore comme un «geste de bonne foi» pour établir le Conseil économique et social promis. Sous l'égide des subventions et des aides dues à la pandémie, la bureaucratie syndicale a été distraite par l'ajustement des salaires face à l'inflation. Les énormes dégâts causés par la crise capitaliste aux travailleurs et les collusions des employeurs et des gouvernements pour en tirer le meilleur parti ne constituent pas une offensive politique du capital. Personne n'a dépouillé les travailleurs avec plus de brutalité que l'hyperinflation que le gouvernement Isabel a déclenchée, de juin 1975 à mars 1976; mais l'offensive politique contre les ouvriers a commencé avec le coup d'État militaire. Il n'y a pas de signe égal entre la désorganisation capitaliste et l'offensive politique, dont la condition est l'articulation de la classe capitaliste avec le pouvoir politique. Aujourd'hui, de nombreuses entreprises capitalistes subissent des pertes, font faillite ou se retirent du pays, et financent également des actions de déstabilisation. La relation entre l'État et les masses n'est pas gouvernée par un gouvernement fort mais un gouvernement faible, de sorte que le scénario pour les masses est, dans une large mesure, différent s'il était confronté à la situation inverse. Tout comme dans l'histoire de l'internationalisme ouvrier, la thèse de l'offensive permanente était une impolitesse politique qui a causé de grands dommages au mouvement, il en va de même avec ceux qui, indépendamment de qui et dans quelles circonstances règnent, accablent de leur discours sur l'offensive permanente. du capital.
On peut dire, dans une certaine mesure, que les masses sont de toute façon sur la défensive. Mais c'est une chose pour eux d'être sur la défensive contre un régime politique offensif capitaliste, et une autre pour eux d'être sur la défensive contre un gouvernement fragile, contradictoire et précaire. Comment cette différence s'exprime-t-elle dans la pratique? Que dans le premier cas les ouvriers ne pouvaient reprendre l'offensive qu'après une série relativement longue de victoires partielles et de processus déstabilisateurs pour le gouvernement en question, alors que dans le second cas la tortilla peut être retournée à court terme et grâce à une brève série de victoires partielles - comprenant toujours la victoire comme représentative de tout un changement de roue. La classe ouvrière argentine se trouve dans cette seconde situation - un va-et-vient de luttes, qui fait osciller la relation défensive-offensive. En cela, «l'aptitude» et la «capacité» de l'avant-garde de la classe ouvrière jouent un rôle important.
L'intervention d'un parti révolutionnaire dans cette situation concrète se fait, en premier lieu, bien sûr, au moyen d'une agitation politique contre l'oppression politique de l'État et du gouvernement, contre l'impérialisme et contre tout l'arbitraire et les attaques du régime actuel. La pointe de la balle pour développer une classe ouvrière indépendante passe par la mobilisation des secteurs d'avant-garde de la classe, qui devrait être l'inspiration et l'exemple. Apparemment, ces secteurs de classe seraient regroupés en plénière syndicale combative, mais c'est plus que faux, c'est une vraie tromperie, car les appareils politiques auxquels sont liés les dirigeants des syndicats et des groupes, en aucun cas les syndicats et les groupes, qui sont politiquement en dehors de cette Plénière. En l'ayant transformée en une aile syndicale de la FIT-U, la Plénière n'est pas un facteur de mobilisation et de conscience de classe des travailleurs syndiqués qui ont élu ces directions syndicales ou qui suivent des groupes militants ou classistes, et même travaillent avec elle.
L'appareil officiel de l'OP a vidé le contenu du slogan du Congrès des Bases, en ne développant pas ce slogan dans le champ de la Plénière de l'Union Combative, qui n'a même pas de mandat voté par les organisations qu'elle regroupe. Le développement des congrès ouvriers, voté par la direction de PO, en 2018, a été déformé vers cette Plénière, qui mobilise à peine les militants de ses partis, au mieux, qui appartiennent à la FIT-U. En conséquence de cette méthodologie déformante, la Plénière est devenue le «champ de différends» que le FIT-U lui-même est devenu, avec plus d'emphase et de factionnalisme depuis que le PTS a remporté les internes des Passages en 2015. La distanciation des les bases des syndicats et des groupes qui sont en plénière ont été accentuées à l'extrême, même à l'hostilité. La FIT-U et la PO officielle ont effectué un travail de liquidation politique dans le mouvement ouvrier. Les appétits électoraux se sont imposés aux intérêts historiques de la classe ouvrière et au développement d'une avant-garde ouvrière dans les organisations syndicales.
La sympathie politique d'une masse de militants pour le parti Obrero, exprimée dans le processus qui a conduit à la conquête de l'Union de Tyr, s'est estompée. L'appareil PO n'a rien construit dans le Sutna. Lorsque l'on compare la masse militante remportée par le «vieux» MAS dans la Capital Healthcare dans les années 1990 au recrutement nul de l'appareil PO, on obtient une mesure exacte du liquidationnisme de la politique de l'appareil de parti dans le mouvement ouvrier. La FIT-U a apporté son "champ de différends" au Sutna, notamment à travers le PTS, ce qui se répète dans les assemblées du Multicolor à Suteba. Le PTS déguise son travail de «contestataire» avec une supposée différence de stratégie entre ce que serait la promotion de «dirigeants classistes», par opposition à la promotion de «nouvelles directions», mais il n'a pas hésité à faire un front avec le RCP sur l'alimentation, bien sûr dans une liste dirigée par eux. Cette construction de l'appareil a conduit à un recul marqué dans le syndicat. Le différend électoral entre les fractions de la FIT-U au sein du syndicat des chemins de fer de Sarmiento illustre bien l'impasse du CPS, et le caractère trompeur de la propagande qu'ils en font, qui ne cherchent qu'à parasiter un acronyme. Le «rapport politique» voté par des dirigeants qui ont «l'oreille collée aux masses» et d'autres qui proclament un programme de transition progressif et non complet, qui place les revendications économiques au premier plan et laisse une déclaration de puissance pour les calendas grecs, Il n'a pas osé présenter un équilibre des résultats et des perspectives de sa politique dans le Sutna - la conquête la plus importante du classisme et du socialisme, comme le prétend une grande partie de ses dirigeants, dans l'organisation de la classe ouvrière argentine.
Le slogan du Congrès des Bases requiert une méthode politique, qui consiste à développer cette proposition, par le classisme, en premier lieu, sur son propre terrain. Compte tenu de sa position historique pertinente en Argentine, depuis le XIXe siècle, il est nécessaire que le mouvement ouvrier devienne sa propre référence politique, encore mieux s'il est soutenu, formé et illustré par les courants politiques internationalistes du pays. Seule l'intervention de contingents ouvriers plus nombreux, massifs, pourra mettre fin à la pseudo méthode du «champ des conflits», c'est-à-dire la division comme méthode. Très récemment, les défenseurs du "champ des conflits" ont proposé l'unité accélérée et sans principes de toute la gauche, y compris un groupe nationaliste, en un seul parti électoral.
L'initiative de congrès ou de séances plénières de délégués de syndicats à direction militante ou classiste et de groupements militants classistes acquiert une urgence incontestable face à la possibilité, voire l'inévitabilité, d'un effondrement catastrophique de l'économie. Dans ce cas, la grève générale entrerait en scène de manière intempestive. C'est ce qui s'est passé en 1975, lorsqu'une initiative d'avant-garde a déclenché la plus longue grève générale de l'histoire nationale. Ceux d'entre nous qui ont ensuite été contraints de former la Tendance, ont lancé ce débat en 2017, avec des textes très volumineux, et nous avons obtenu en réponse l'ennui politique de l'appareil. Il n'est pas étonnant que parmi les revendications du «rapport» officiel, rien ne soit dit sur la méthode, ni sur la grève générale.
Avant gauche
L'adoption du Manifeste politique, en 2013, a marqué le point culminant de l'élaboration politique révolutionnaire du Front de gauche. À partir de 2016, elle a connu un mouvement de droite marqué, sous la forme de plates-formes et de slogans démocratisants, et d'une adaptation politique de plus en plus notoire à l'État. De même, elle a atteint son apogée électorale en 2013, lorsqu'elle a obtenu dans de nombreux districts des records à deux chiffres, notamment à Mendoza et Salta, la victoire sur le péronisme dans la capitale de cette dernière et la conquête des députés nationaux. Dès lors, il a stagné et reculé, et a connu son plus grand revers aux élections provinciales et nationales d'octobre 2019. Le fort courant d'adhésion de la classe ouvrière en 2013 a été paralysé et inversé, en partie à cause des défaites de certaines luttes importantes. dans le Panamericana, où il fait preuve de pétardisme et accentue le factionnalisme. Le «rapport» officiel ne fait aucun équilibre à ce sujet, il persiste dans l'auto-battage chronique consistant à définir le FIT comme un phénomène unique sur la gauche internationale. Le dur revers dans d'importantes provinces, en 2019, a été précédé d'une campagne centrée sur le féminisme médiatique petit-bourgeois, qui n'a pas attiré le vote des femmes, dans une période de montée de la lutte des femmes. La réaction exaspérée de l'appareil à ce revers ne se manifeste pas dans une analyse dans aucune partie du «rapport». Comme pour la dissimulation de l'expérience politique sur tant d'autres questions, le «rapport» constitue une escroquerie politique sans atténuation. Les dénonciations quotidiennes de l'appareil sur «l'électoralisme» du PTS constituent une preuve de jugement de la dérive démocratisante du FIT, et en même temps une tentative éhontée de se dissocier de cette dérive avec des motivations factionnelles exclusives.
Un examen honnête des quorums accordés au gouvernement du jour ou même des votes en faveur de ses projets de loi, montre bien que ces manifestations agressives d'opportunisme politique ne sont pas des accidents mais s'inscrivent dans une tendance. L’autorisation du Budget Capitanich, au Chaco, en début d’année, en vue de l’abandon de la session par le radicalisme, se justifiait, dans la presse du parti au pouvoir de l’OP, par des concessions supposées que le «Coqui» aurait faites en matière d’éducation . Cet argument transforme le parti au pouvoir en un bloc parlementaire de «gauche». La seconde fois - avant l'octroi du quorum, encore avant la désertion de l'UCR -, la presse officielle s'est réfugiée en la qualifiant d '"erreur", et a préféré la méthode la plus économique pour mettre la responsabilité du député en question, sans signaler qu'il a agi selon la norme que l'appareil du parti avait approuvée à l'occasion du budget - des concessions mineures à un secteur. Ainsi, ils ont permis à Capitanich de réaliser le par excellence négocié des gouvernements argentins - la privatisation des terres publiques. Contrairement à l'expulsion de 1 200 camarades qui soutenaient la revendication du droit à la tendance, la violation de la politique de tout parti dans son histoire ne méritait même pas un avertissement de la cour d'inquisition que la Commission de contrôle est devenue. Plus important encore, il n'a mérité aucune critique de la part du PTS, du MST et de l'EI, dans un front où le factionnalisme ne pardonne pas le moindre revers à l'adversaire. Ils ont préféré «le moindre mal» de la complicité, pour ne pas étendre davantage la critique de notre OP Tendance.
La politique parlementaire du -now- FIT-U méprise l'utilisation du parlement comme plate-forme pour la dénonciation politique agressive et la formation d'une conscience de classe, et a adopté la ligne du parlementarisme «positif» que Guillermo Kane et l'appareil PO étaient les premier à mettre par écrit. Cette ligne a produit une divergence conjoncturelle lorsque le PTS et le PO officiel ont voté en faveur d'une "urgence alimentaire" qui ne l'était pas, alors que la gauche socialiste s'est abstenue, alors qu'il s'agissait en réalité d'un accord entre JxC et FdT pour " ordonner "une transition de caractéristiques convulsives dans tous les plans.
Le vote en faveur de la «loi sioniste» n'était pas non plus un accident - c'était, au contraire, l'une des décisions les plus réfléchies. Il suffit de le prouver la dénonciation du projet par le député AyL, bien entendu avant d'aller voter, ou les critiques de Pérez Esquivel et autres, bien à l'avance. La «erreur» a été reconnue juste une semaine après avoir été consommée, à la suite des fortes dénonciations des secteurs qui soutiennent le peuple palestinien, le MST, l'EI et d'autres. Comme le souligne «Left Voice», la branche américaine d'Izquierda Diario, le projet avait une formulation «démocratique» sur l'antisémitisme, qui semblait dissiper l'intention de confondre l'antisémitisme et l'antisionisme. Avec ces prémisses, le PO officiel et le PTS ont jugé correct, ou mieux, commode, d'accorder à l'État des pouvoirs pénaux pour lutter contre les opinions antisémites. C'est pourquoi notre Tendance a mis l'accent sur la dénonciation du crime d'opinion inscrit dans la loi et sur le vote indifférencié de la FIT-U avec les Macristas, les Kirchneristes et autres. Encore une fois, un bloc de gauche au sein du parlementarisme bourgeois. Comme d'habitude dans le cas des reconvertis, ceux qui ont voté pour le projet de loi ont fait le chemin du repentir auprès de l'ambassade de l'Autorité palestinienne, dont le «gouvernement» est la police de sécurité de l'état d'Israël, précisément celle qui a promu cette loi. , en premier lieu. Pour plus d'informations, l'Autorité palestinienne intègre avec l'Égypte, Israël, Chypre et la Grèce le comité d'exploitation du gaz en Méditerranée orientale, ce qui pourrait déclencher une guerre avec la Turquie. Pour que la caractérisation d'une «erreur» vaille la peine, le «rapport» aurait dû aborder la question devant le congrès qu'il a convoqué de manière furtive et démêler les causes profondes de cette dérive réactionnaire.
Au-delà des questions de principes décisifs de tout cela, la critique de la démocratisation du parlementarisme est plus que jamais nécessaire, car l'effondrement du régime politique et social en Argentine augmentera l'importance des épisodes électoraux et de la centralité du Parlement en tant que domaine. de lutte et de bouleversements politiques. Une chose est l'expiration de la démocratie bourgeoise et du parlementarisme en tant que moyens de progrès social, ce qui signifie que c'est une société réactionnaire qui conspire contre les ouvriers, une autre est sa pertinence en tant que scène d'une confrontation politique. Nous en avons la preuve chaque jour. C'est pourquoi nous opposons vigoureusement l'utilisation révolutionnaire du parlement comme plate-forme, à l'adaptation démocratisante, qui ne peut qu'intéresser le carriériste petit-bourgeois. Les militants du Partido Obrero officiel doivent réfléchir sérieusement à tout cela et abandonner le succès parlementaire fictif de l'appareil, s'ils veulent que le Partido Obrero milite au FIT comme une force révolutionnaire indépendante critique, et non - comme c'est le cas aujourd'hui - comme un chien tour des courants démocratisateurs.
Le parti officiel a complètement imité le Partido Obrero avec le FIT; On peut dire qu'il l'a dissous politiquement, avec la priorité accordée aux candidatures pour 2021. Le PO officiel n'a pas d'existence politique indépendante du FIT, il s'y accroche comme une bouée de sauvetage électorale. Il ne reste que PO la coquille, l'appareil. Le PO a été dissous politiquement dans le «front». D'où les affirmations dépassées d'un FIT-U d'indépendance de classe et de son caractère exceptionnel. Une indépendance politique sans politique révolutionnaire n'existe pas, c'est une formalité: cette indépendance est refusée chaque jour par une agitation qui n'est pas politique mais publicitaire, à cause du «spot» cinématographique, où une idée ne tombe pas. Minutes de silence demandées à Espert pour les massacres des masses équatoriennes perpétrés par l'Espert équatorien. Une abondance de Chicano et de tweets d'immeuble. Le Partido Obrero doit retrouver son objectif de construire le parti révolutionnaire. Il a fallu l'absence de ce parti pour prendre une position défaitiste face aux rébellions populaires, et fait tout son possible pour abandonner la construction de ce parti au profit d'une frontière sans délimitation, à moins que les violentes tirades factionnelles de certains ne s'appellent ainsi. contre les autres. La méthode de la révolution prolétarienne passe par la construction de partis, non par la dépendance aux fronts, qui même dans le meilleur des cas représentent des engagements instables et non une stratégie politique. Le parti au pouvoir est sur une trajectoire de liquidation du Partido Obrero, qui est contenu par la présence vigoureuse de notre Tendance, le véritable PO Cela a été mis en garde par ses partenaires, dont l'attaque factionnelle contre le parti au pouvoir a pour but de lui donner une tombe indigne.
Lors de la convocation d'une conférence latino-américaine de ses collatéraux (l'appareil n'en a pas), la FIT-U a affirmé vouloir promouvoir une mobilisation politique continentale, pour laquelle elle a parqué les divergences politiques, en énumérant la plupart d'entre elles, présentes ou passées. et même le futur. Le fil fractionnaire d'une déclaration qui cherchait à l'unité d'action a été immédiatement vu: à la Conférence, les actions communes ont été laissées de côté, qui ont été remplacées par une lutte sur des différends parqués. La méthode des clans ou des sectes a été réitérée; Comme nous l'avons déjà dit dans la critique de la Conférence, un débat ouvert et organisé est nécessaire sur la stratégie politique pour le présent historique dramatique, au lieu de plaintes arbitraires sur des infractions passées ou de prévention pour de futures infractions. C'est ce que personne à la FIT-U ne veut faire - une conférence programmatique, basée sur des textes et des bulletins internes, avec une date limite, probablement pour ne pas mettre en évidence une incapacité vertébrale à présenter un programme commun.
Un aspect instructif, lorsqu'on examine le caractère du FIT-U, est l'effondrement d'expériences internationales similaires, telles que le NPA de France, le PSOL du Brésil et les socialistes démocrates des États-Unis. La participation à ces expériences, à travers une politique de manœuvres, que ce soit à des fins électorales, comme dans le PSOL et le SDS, ou pour recruter des dissidents par des combats sans scrupules avec l'appareil majoritaire, comme dans le cas du NPA, ne Ils n'ont réalisé aucun progrès politique ou organisationnel, bien qu'ils aient réalisé une démoralisation militante, qui se manifeste par un départ massif d'eux. La FIT-U, avec le «champ de contestation» sans principes, auquel participent tous ses aspects, se terminera de la même manière, et court le risque d'éloigner du militantisme socialiste les cadres ouvriers qui ont déjà montré tout ce qu'ils valent. .
Le parti officiel PO prêche «l'indépendance politique» comme un perroquet, sans remarquer que la FIT-U a été mise à l'écart du combat dans la crise de 2018/19 - une crise économique et politique -, lorsqu'elle a adopté le slogan de Kirchner «nous avons 2019 », Et était dédié aux lieux électoraux. Cette abstention politique explique non seulement son échec électoral aux élections provinciales et nationales de 2019 (qui a anéanti les avancées de Mendoza, Salta et Jujuy, et un effondrement à Cordoue), mais surtout la crise politique sans issue qu'elle traverse actuellement. . Si le parti officiel sent quelque chose de cela, il ne le reflète pas dans le «rapport politique».
Régime politique des partis
L'expulsion sommaire de 1 200 militants est en soi une procédure de liquidation; cela ne s'est produit que dans la social-démocratie contre-révolutionnaire et dans le stalinisme. C'est une violation du centralisme démocratique et ne répond qu'à un intérêt de l'appareil. Les membres de la base du parti manquent de contrôle sur la vie interne et n'ont ni voix ni voix lorsqu'il s'agit de nommer ou de renouveler des collègues loués, qui sont devenus une distribution stable d'une direction immobilière, qui n'admet ni renouvellement ni rotation. Nous nous référons aux propositions centrales d'Altamira, qu'il a appliquées unilatéralement avec lui-même.
Quoi qu'il en soit, l'important est ceci: la dégénérescence organisationnelle du PO, c'est-à-dire les expulsions, le régime bureaucratique interne, la censure et même l'espionnage des courriels, et surtout l'intervention des comités provinciaux à travers la Justice, En d'autres termes, l'Etat capitaliste n'est pas un phénomène aléatoire mais l'expression de l'abandon du programme politique et de la méthode politique marxiste. La dissolution des groupes parlementaires démontre l'absence de contrôle collectif de l'activité parlementaire et du comité exécutif et national, par le parti dans son ensemble. Le «rapport» du groupe dirigeant n'aborde pas la crise du parti, qu'il réservera à une tirade administrative de la commission de contrôle, car il est incapable d'établir le lien de cette crise avec la dérive antisocialiste de sa politique. Le sort d'un régime de parti interne est inséparable de sa stratégie politique. Il est important ici de souligner la complicité des partis FIT-U avec l'appareil et ses expulsions, comme si la crise et les méthodes d'un parti trotskyste étaient indifférentes aux autres courants qui se prétendent trotskystes. Avec moins de brutalité, parce qu'ils n'ont pas eu à faire face à une position critique de leurs militants, la bureaucratie des régimes internes est commune à tous. Il y a 25 ans, alors que le «vieux» MAS faisait face à une crise similaire à celle du PO aujourd'hui, les dirigeants de notre parti se sont prononcés par écrit contre la violence et la méthode des expulsions dans les discussions de parti, avec la conscience de défendre un héritage historique internationaliste. 80 ans après l'assassinat de Léon Trotsky, rappelons à ceux qui ont perdu la mémoire, que Trotsky a défendu le droit de continuer dans le Parti socialiste des travailleurs des États-Unis, du courant contraire à la défense inconditionnelle de l'Union soviétique, avec la condition la plus correcte qu'il se soumette à la décision de la majorité dans les actions quotidiennes. Et la défense inconditionnelle de l'URSS était un pilier irremplaçable de la stratégie de la révolution mondiale, y compris l'Union soviétique, de la Quatrième Internationale.
Aux camarades du parti officiel : Bonne lecture.
14 septembre 2020
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5126
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par com_71 » 02 Oct 2020, 14:12

Ce passage [me]pose question :
On peut dire, dans une certaine mesure, que les masses sont de toute façon sur la défensive. Mais c'est une chose pour eux d'être sur la défensive contre un régime politique offensif capitaliste, et une autre pour eux d'être sur la défensive contre un gouvernement fragile, contradictoire et précaire. Comment cette différence s'exprime-t-elle dans la pratique? Que dans le premier cas les ouvriers ne pouvaient reprendre l'offensive qu'après une série relativement longue de victoires partielles et de processus déstabilisateurs pour le gouvernement en question, alors que dans le second cas la tortilla peut être retournée à court terme et grâce à une brève série de victoires partielles - comprenant toujours la victoire comme représentative de tout un changement de roue. La classe ouvrière argentine se trouve dans cette seconde situation - un va-et-vient de luttes, qui fait osciller la relation défensive-offensive. En cela, «l'aptitude» et la «capacité» de l'avant-garde de la classe ouvrière jouent un rôle important.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5126
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Les organisations trotskystes en Argentine

Message par pouchtaxi » 02 Oct 2020, 17:11

C’est quoi ton problème, t’aime pas les omelettes ? En Argentine tu serais mal vu !

Blague mise à part, je n’ai pas eu le courage de vérifier toute la traduction mais par exemple :

La participation à ces expériences, à travers une politique de manœuvres, que ce soit à des fins électorales, comme dans le PSOL et le SDS, ou pour recruter des dissidents par des combats sans scrupules avec l'appareil majoritaire, comme dans le cas du NPA,


Le texte original est « combats sans principe(s) ».

C’est politiquement bien plus précis !
pouchtaxi
 
Message(s) : 202
Inscription : 08 Mai 2006, 18:19

Suivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité