Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Dans le monde...

Re: Covid19

Message par com_71 » 20 Juin 2020, 16:54

Éditorial de Spark :
Violence policière et chômage catastrophique - mêmes racines
15 juin 2020

Lorsque un million et demi de nouveaux prestataires se sont inscrits au chômage la semaine dernière, presque tous les médias ont poussé ce titre : le chômage est en train de «toucher le fond».

«Toucher le fond»? Quel radotage insignifiant ! Le chômage est catastrophique. C'est encore plus catastrophique pour la population noire, qui a toujours été «la dernière embauchée, la première licenciée».

Aujourd'hui, la classe capitaliste qui dirige tout prétend qu'il n'y a tout simplement pas assez d'emplois pour que tout le monde ait un travail décent à un salaire décent. Et si les travailleurs se font concurrence pour des emplois, ce qui conduit à des développements racistes, eh bien, disent les capitalistes, ce n'est pas de leur responsabilité, ce sont des «problèmes sociaux».

Oui, ce sont des «problèmes sociaux», et ils sont issus de cette même classe sociale qui nécessite la violence de la police pour imposer ses intérêts, la classe capitaliste.

Pendant longtemps, de nombreux militants noirs ont dit: "Si la vie des Noirs n'a pas d'importance, la vie de personne n'a pas d'importance." Regardez les faits, vous le voyez clairement. Les mêmes policiers qui brutalisent les Noirs brutalisent également un bon nombre de Blancs. Ils brutalisent davantage les Noirs proportionnellement, mais les Blancs, en particulier les Blancs pauvres et ouvriers, n'y échappent pas. En fait, il y a plus de Blancs tués par la police que de Noirs. Et les Latinos et les autres souffrent avec tout le monde.

Avec l'explosion sociale des dernières semaines, il semble enfin que beaucoup plus de blancs aient commencé à reconnaître cette réalité.

La même réalité existe pour les emplois. Si les travailleurs noirs sont privés d'emplois et du revenu décent qui les accompagne, aucun niveau de vie des travailleurs n'est sûr. Oh oui, les travailleurs blancs peuvent garder leur emploi plus longtemps avant d'être licenciés, un peu plus longtemps; leurs salaires peuvent être plus élevés, un peu plus élevés. Mais ce ne sont que des miettes. Aujourd'hui, avec cette énorme augmentation du chômage, alors que le système évolue d'une crise à l'autre, que valent les miettes?

Ce chômage catastrophique existe parce que les capitalistes n'embaucheront personne à moins qu'ils puissent faire un niveau de profit suffisamment élevé. C'est un autre «problème social» auquel nous sommes confrontés aujourd'hui - la poussée des capitalistes au profit au détriment de tout le reste.

C'est un pays qui a désespérément besoin de travail. Et il y a beaucoup de chômeurs qui pourraient le faire. Les ponts et les barrages s'effondrent, les routes s'effondrent. Les écoles sont privées de ressources et du personnel dont elles ont besoin. Mais rien n'est fait car l'argent public va subventionner les capitalistes.

Les systèmes d'eau doivent être réparés afin que nous n'ayons plus de silex. Les systèmes électriques qui produisent des pannes d'électricité au milieu des tempêtes d'été ont besoin de plus de travailleurs d'entretien pour maintenir les lignes en réparation et plus de coupe-arbres pour éliminer la menace pour les lignes. Mais les travailleurs ne sont pas embauchés car cela entraînerait une baisse des bénéfices.

Dans toutes les usines qui fonctionnent aujourd'hui, les gens travaillent trop dur, les lignes fonctionnent trop vite. Les espaces de travail ne sont pas organisés pour nous protéger des maladies transmissibles. Rendre le travail raisonnable entraînerait une baisse des bénéfices.

C'est le «problème social» auquel nous sommes confrontés. Et cela nécessite une «réponse sociale», une lutte généralisée de la classe ouvrière contre la classe capitaliste qui a besoin de chômage, tout comme elle a besoin de la police.

Les jeunes ont commencé à se battre aujourd'hui. Il y a trois semaines, de nombreux travailleurs ne pouvaient pas imaginer que cela se produise. "Personne ne fera jamais rien." C'est ce que beaucoup ont dit. Et pourtant, les jeunes font quelque chose, massivement, faisant honte à leurs aînés. Beaucoup de ces jeunes sont issus de la classe ouvrière, mais sans grand espoir de trouver un emploi ou un revenu décent.

Il est souvent vrai que les luttes commencent avec les jeunes. Mais de telles luttes ont le potentiel d'allumer un feu sur les lieux de travail, le centre où la classe ouvrière détient le potentiel du pouvoir. Ceux qui travaillent aujourd'hui pourraient être au chômage demain; les chômeurs d'aujourd'hui peuvent être sur le lieu de travail demain. Mais nous aurons tous le même combat à mener, tout comme la population, noire ou blanche, doit lutter contre cette même violence policière.

Cela doit être pris en compte aujourd'hui sur les lieux de travail.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par com_71 » 20 Juin 2020, 16:58

Article de Spark 15 6 2020
Chicago:
il peut y avoir une solidarité entre les opprimés


15 juin 2020

Après que certains magasins ont été cambriolés dans un quartier mexicain de Chicago la semaine dernière, des hommes du quartier ont attaqué des Noirs de passage dans leur quartier et un banlieue, jetant des pierres et des briques sur leurs voitures et tirant au moins un homme à la main pendant qu'il voyageait avec sa famille.

Mais d'autres personnes dans les quartiers ont réagi pour arrêter ce qui devrait être correctement appelé une attaque raciste. Certaines personnes ont directement confronté les auteurs des attaques. D'autres ont organisé des manifestations de solidarité dans les quartiers mexicains, attirant des centaines de personnes. Une caravane a été organisée dans certaines parties du côté sud, avec de nombreuses voitures arborant des drapeaux mexicains, équipées en même temps de panneaux déclarant «Black Lives Matter». Les mères ont organisé une marche de solidarité, se réunissant dans une église à la frontière entre un quartier noir et mexicain du côté ouest. De nombreux jeunes Latinos ont participé à des manifestations contre les meurtres de George Floyd et Breonna Taylor à travers la ville.

Il devrait être évident aujourd'hui - cela a été évident depuis longtemps - que seuls les capitalistes sont servis lorsque les travailleurs se laissent entraîner dans des combats racistes les uns contre les autres, qu'ils soient blancs contre noir ou mexicains contre noir, etc.

Cette fois, au moins, le plus grand nombre de Mexicains qui s'opposent à cette folie ont fait entendre leur voix
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par com_71 » 25 Juin 2020, 10:59

Editorial de Spark
Les élections ne peuvent pas arrêter la violence raciste

21 juin 2020

Trump a ouvert sa campagne pour sa réélection à Tulsa, Oklahoma, au milieu des célébrations de la communauté noire du 19 juin. Cette célébration commémore la date à laquelle la nouvelle de la Proclamation d'émancipation a finalement atteint Galveston, au Texas, le dernier avant-poste de l'esclavage dans ce pays.

Tulsa a également une page spéciale dans l'histoire raciste violente de ce pays. Il y a quatre-vingt-dix-neuf ans, Tulsa était le site de l'un des pogroms les plus vicieux contre les Noirs jamais réalisés. Des foules blanches se sont déchaînées dans le principal quartier noir des affaires de Tulsa, enlevant des gens, violant des femmes et des filles, tuant ceux qui n'avaient pas réussi à s'échapper. Au moins 300 personnes ont perdu la vie en une journée. Le quartier des affaires a été incendié.

Est-ce simplement une coïncidence irréfléchie que Trump a décidé d'ouvrir sa campagne à Tulsa ? Négatif. Mais non, comme les discussions entre ses conseillers l'ont clairement montré, sa campagne était pleinement consciente, non seulement des célébrations du 19 juin, mais aussi de l'amère histoire de Tulsa.

C'était tout simplement une provocation amère, une indication de ce que Trump entend faire de sa campagne de réélection.

Dans les jours qui ont précédé son rassemblement à Tulsa, Trump a inondé Internet d'appels à ses partisans pour qu'il attaque les manifestations anti-policières. Comme celui-ci: "ARRÊTEZ ANTIFA, des foules dangereuses courent dans nos rues DÉTRUISENT NOS VILLES."

La campagne de Trump a annoncé qu'un million de personnes avaient demandé des billets pour son rassemblement - pour un lieu qui ne peut accueillir que 18 000 personnes. Si cela avait été vrai, cela aurait pu signifier une foule déçue dans les rues de Tulsa. C'est ce que la campagne attendait. Il s'est mis en place pour que Trump s'adresse à la foule à l'intérieur du rassemblement, puis qu'il sorte à l'extérieur pour concocter le plus gros qu'ils attendaient à l'extérieur. Le deuxième discours ne s'est pas concrétisé. Il n'y avait pas de foule débordante. En fait, le rassemblement lui-même était rempli de rangées de rangées de chaises vides.

La mauvaise performance de son rassemblement ne signifie pas que Trump changera l'axe de sa campagne. Sur quoi d'autre peut-il faire campagne? "Victoire" contre le virus? Mais non, car les infections atteignent un sommet dans des régions qui n'en ont jamais eu. L'économie? Avec 40 millions de personnes sans emploi, c'est une blague. Non, Trump revient à sa diatribe raciste habituelle: attaquer les gens qui manifestent contre des outrages comme la mort de George Floyd.

Il est compréhensible que beaucoup de gens puissent voir les élections de novembre comme un moyen principalement de se débarrasser d'un démagogue haineux, qui attise les animosités raciales pour servir ses propres intérêts électoraux et personnels. Mais dans le système électoral que nous avons, par défaut, cela signifie voter pour le démocrate.

Il y a un énorme danger à cela, en croyant que parce que Biden n'est pas Trump, son élection va changer le cours du pays.

Trump a peut-être tempêté, parlant d'envoyer la Garde nationale dans les villes; Les maires démocrates ont en fait envoyé des policiers lourdement armés contre les manifestants.

Trump a peut-être présidé à un effondrement économique; Obama a présidé plus de sept ans de «reprise économique», auxquels les travailleurs n'avaient aucune part.

Trump pourrait appeler des gangs racistes à attaquer les manifestants. Quelqu'un croit-il que les démocrates organiseront une défense contre cela?

La façon d'arrêter un démagogue raciste comme Trump est le seul moyen qui ait jamais fonctionné - et c'est de s'organiser contre les gangs, tout comme les gens de Tulsa l'ont fait la nuit de son rassemblement, tout comme le nombre de personnes dans le Sud, stoppant le KKK.

La seule chose qui changera le cours du pays est la continuation et l'expansion du mouvement qui a forcé à reconnaître la violence raciste et le rôle des flics. Le plus grand danger en ce moment est que ceux qui ont manifesté se laissent entraîner à se concentrer sur novembre, au lieu d'étendre le mouvement.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par com_71 » 04 Juil 2020, 09:08

Zelda_Zbak a écrit :Et ça continue.
Vous avez vu la vidéo ?
Un gars bourré dort tranquille dans sa voiture et bloque le passage du "mac drive". Les flics arrivent, lui font souffler dans un ballon, et au lieu de lui demander de cuver un peu plus loin sans bloquer le passage, non. On le menotte, il panique, il se prend un coup de taser, il pique un taser, il fuit... et meurt. C'est immonde.


Article de Spark :
Rayshard Brooks: une
autre victime d'un meurtre de la police


29 juin 2020

Plus de deux semaines après le début d'un mouvement de protestation généralisé contre la brutalité policière et le racisme suite au meurtre de George Floyd, un flic d'Atlanta a abattu un autre Noir, Rayshard Brooks.

Un employé de Wendy a appelé le 911 pour signaler que Brooks s'était évanoui dans sa voiture dans le service au volant du restaurant. Un flic, Devin Brosnan, a parlé à Brooks et l'a fait s'arrêter sur une place de parking. Un deuxième flic, Garrett Rolfe, est arrivé et a soumis Brooks à une série de tests de sobriété. Lorsque Brooks a échoué à un alcootest, Rolfe a décidé d'arrêter Brooks. Brooks, 27 ans et père de quatre enfants qui avait passé deux ans en prison et avait eu du mal à trouver du travail, savait qu'une arrestation le renverrait en prison. Il a tenté de se libérer des flics et de fuir.

Dans la bagarre, Brosnan a tenté de taser Brooks, mais Brooks a pris le taser, l'a tiré une fois et a couru. Alors qu'il fuyait, Rolfe a tiré son propre pistolet Taser sur Brooks, qui a tiré une fois de plus le pistolet Taser de Brosnan sur Rolfe à 18 pieds de distance.

Rolfe a alors sorti son arme et a tiré deux fois sur Brooks dans le dos. Une vidéo de surveillance montre Rolfe donnant des coups de pied à Brooks et Brosnan debout sur lui après avoir été abattu. Ce n'est qu'après deux minutes que Rolfe a tenté un traitement médical sur Brooks, qui est décédé plus tard.

Pourquoi dans le monde un homme noir qui s'endort dans un service de restauration rapide doit-il finir par être tué par balle?

Il y avait de nombreuses façons d'éviter le meurtre de Rayshard Brooks. L'employé de Wendy aurait pu demander de l'aide pour faire bouger Brooks plutôt que d'appeler les flics. Les flics auraient pu prendre les clés de Brooks et proposer d'appeler quelqu'un pour venir le chercher. Lorsque Brooks s'est enfui, les flics auraient pu simplement le laisser courir et le récupérer plus tard. Ils avaient sa voiture, connaissaient son nom et l'avaient filmé.

En ce qui concerne la population noire, les flics sont conditionnés à tirer en premier et à poser des questions plus tard. Par expérience, ils savent qu'ils peuvent s'en tirer avec un meurtre, car les lois et le système judiciaire les protègent.

Il s'agit d'un autre meurtre raciste commis par les flics et a naturellement engendré des protestations supplémentaires. Ce n'est que maintenant que des cas comme celui-ci sont mis en lumière, principalement parce qu'ils ont été capturés sur la vidéo d'un téléphone portable. Les deux flics ont finalement été inculpés dans cette affaire, mais seulement après que le Georgia Bureau of Investigation l'ait pris en charge.

Sans le mouvement de protestation qui se poursuivait dans les rues, ces flics auraient probablement été relâchés une fois de plus.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par com_71 » 04 Juil 2020, 09:19

lu dans Spark :
L'un des chants les plus courants dans le mouvement de contestation actuel vise la police: «Qui protégez-vous? Qui servez-vous? " La réponse est évidente. La police protège la propriété privée et l'ordre social capitaliste et sert la classe dirigeante qui détient la part du lion de cette propriété.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par com_71 » 05 Juil 2020, 23:38

Andrea Kirby, Working Class Party 3/7/2020 a écrit :Les protestations actuelles - une bouffée d'air frais

Andrea Kirby, candidate au Congrès du Parti de la classe ouvrière pour 2018, a fait la déclaration suivante.

Les médias présenteront une version des meurtres perpétrés par la police et des manifestations qui ont éclaté ensuite, conforme aux opinions des quelques individus puissants qui dirigent les différents réseaux.

Leur opinion ne pourra jamais supprimer l'angoisse que je ressens, en tant que fière mère et épouse noire, chaque fois qu'une autre vie noire est injustement et horriblement prise. Ou le sentiment que j'ai en regardant dans les yeux de nos fils et en voyant leur peur après avoir été arrêtés par la police.

Les manifestations en cours à travers le pays et le monde sont une bouffée d'air frais. Un sentiment d'espoir renouvelé dans le fait que notre collectivité peut apporter un réel changement à notre société.

George Floyd n'est pas le premier Noir à être tué par la police. Il n'y a pas si longtemps, nous hurlions d'indignation face à la mort de Freddie Gray, Philando Castile, Michael Brown, Eric Garner, Sandra Bland et d'innombrables autres. Depuis des décennies de nombreux Noirs ressentent la pression qui a amené aux dernières manifestations.

Cet outrage est celui que nous subissons depuis des centaines d'années. La tyrannie contre les Noirs est ancrée dans la fibre de ce pays. L'oppression des Noirs et des pauvres fait partie intégrante des politiques et des lois de ce pays depuis sa création. Les Noirs étaient autrefois légalement considérés comme n'étant pas des personnes à part entière.

C'est une vision que nous essayons de modifier depuis trop longtemps, avec des succès modestes et très mitigés. Cette vision ne peut pas être changée dans ce même système qui l'a créée. Ce même système qui, une fois menacé, a appris à battre en retraite, à se regrouper, et à restituer le même message.

Les rassemblements que nous voyons à travers l'État, le pays et le monde sont des signes que les Noirs ne sont pas les seuls écoeurés par cette même vieille vision. Peu importe leur taille, quelle que soit leur taille, ils indiquent que nous sommes capables de défendre ensemble une cause commune. Cette cause n'est pas simplement d'avoir des gens d'accord pour dire que Black Lives Matter ou que Juneteenth devrait être une fête nationale. Nous devons nous unir pour changer le système qui lutte pour nous garder divisés. Ce système capitaliste ne prospère qu'en dominant toutes les différentes parties de la population.

Le vrai combat doit aller au-delà de la protestation pour résoudre seulement une partie du problème, le racisme. Nous devons nous organiser au-delà des manifestations individuelles et des hashtags en formant notre propre parti politique. Un parti qui nous unit en tant que classe de travailleurs, pour rester indépendant du système bipartite qui domine notre système politique depuis trop longtemps. Ces deux partis ont utilisé nos problèmes comme des pions pour faire avancer l'agenda capitaliste, mais nos problèmes restent sans réponse.

Les protestations actuelles mettent en lumière les nombreux problèmes dont souffre la communauté noire depuis de très nombreuses années. Tout comme la façon dont le virus Covid-19 a mis en lumière de nombreuses disparités sociales entre les membres des communautés les plus pauvres et les éléments essentiels à la survie tels que l'eau courante propre ou des installations médicales adéquates.

Nous travailleurs avons prouvé au cours des derniers mois que nous sommes ceux dont nous avons besoin pour faire fonctionner ce pays. Nous sommes ceux qui ont fait tous les jours des sacrifices pour prendre soin les uns des autres pendant cette crise. Nous avons le pouvoir de changer les choses et de transformer cette société pour toujours.

https://www.workingclassfight.com/blog/ ... fresh-air/
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par com_71 » 08 Juil 2020, 16:01

Edito de Spark, 5 juillet, traduction dans LO :
Démolissons cette histoire sanglante et barbare

« Oui, les statues confédérées doivent être abattues et réduites en miettes. Ce ne sont pas seulement d’innocents morceaux de ciment ou de roche. Ils symbolisent le système barbare dont le but était l’esclavage, la propriété d’êtres humains à des fins commerciales.

Les statues que les jeunes abattent aujourd’hui glorifient des hommes violents qui ont mené une guerre brutale pour préserver l’esclavage. Au sein de la Convention constitutionnelle qui a établi la Confédération des États sécessionnistes, son nouveau vice-président, Alexander Stephens, expliqua ainsi en 1861 le but des rebelles : « Notre gouvernement est fondé sur l’idée que le nègre n’est pas égal à l’homme blanc ; que l’esclavage, la subordination à la race supérieure, est sa condition naturelle et normale. Notre nouveau gouvernement est le premier, dans l’histoire du monde, basé sur cette grande vérité physique, philosophique et morale. »

La Confédération et tous les généraux, à commencer par Robert E. Lee, combattaient pour maintenir par la force l’esclavage dans le Sud, et pour l’étendre vers les nouveaux territoires à l’ouest et jusqu’aux États agricoles du Midwest au nord.

Quelle que fût la lenteur du cheminement d’Abraham Lincoln (le président de 1861 à 1865), quelles que fussent ses hésitations, il comprenait qu’un même pays ne pouvait être à moitié fondé sur le travail des esclaves, et à moitié sur le travail libre. Ce n’était pas un choix moral, c’était un choix pratique, avec des implications morales. La qualité de Lincoln fut de reconnaître ce que les généraux nordistes Grant et Sherman reconnurent avant lui : que le Nord ne pouvait l’emporter s’il n’émancipait pas les esclaves. Les troupes des armées de l’Union étaient composées des fils de fermiers du Nord qui comprenaient cette même vérité. Le Sud fut vaincu quand les esclaves s’émancipèrent, quittèrent les plantations, paralysant l’économie du Sud, renforçant les armées du Nord. Les esclaves entraînèrent derrière eux de nombreux Blancs sans terre, qui n’avaient pas intérêt à la guerre menée par la Confédération. Ensemble, ils entraînèrent des Blancs pauvres qui désertèrent de l’armée sudiste.

Pendant quelque temps après la guerre de Sécession, une vraie démocratie se développa dans le Sud, fondée sur les pauvres des campagnes, les anciens esclaves et les Blancs pauvres, qui avaient tous absolument besoin de terres. Ce fut la Reconstruction, une brève période, pendant laquelle la population pauvre constitua ses propres gouvernements, établit des écoles pour les enfants et des cliniques pour une population ravagée par la maladie.

Les statues abattues aujourd’hui n’existaient pas au cours de cette période. En fait, elles furent érigées près de quarante ans après la fin de la guerre. Elles célébraient le règne de la terreur dans le Sud, mettant fin à la Reconstruction et renvoyant les anciens esclaves à des conditions proches de la servitude.

D’anciens généraux confédérés créèrent le Ku Klux Klan, en l’utilisant comme un instrument violent pour revenir sur l’émancipation. La statue de l’un d’entre eux, Edmund Pettus, qui fut l’un de ses dirigeants, fait partie de celles qui sont aujourd’hui abattues.

Toutes ces statues ont été érigées pour dire aux Noirs qu’ils devaient savoir quelle était leur place et y rester. Et pour dire aux Blancs pauvres qu’ils devaient s’estimer chanceux, même s’ils étaient pauvres, de n’être pas noirs. Chacune de ces statues est liée à un bain de sang dans le Sud. Être lynché était le sort de nombreux hommes noirs pendant des générations ; être violée était le sort de nombreuses femmes noires. Avec le Klan, des Blancs pauvres étaient transformés en lâches gardiens de l’ordre ancien ressuscité.

C’est cette histoire violente, que le Klan a imposée à tous ceux qui vivaient dans le Sud, que des hommes comme Trump veulent célébrer et préserver.

Mais il y a une autre histoire à célébrer. La population noire est parvenue non seulement à survivre, mais à s’organiser, à transmettre son histoire d’une génération à l’autre, à passer les connaissances acquises grâce à cette vie solidaire : le fait de dépendre les uns des autres et d’en retirer une force collective. Il y a une force morale immense issue de cette expérience, qui parvient jusqu’à nous aujourd’hui.

C’est cette histoire que nous devons tous célébrer, noirs, blancs et immigrés. »
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par Gayraud de Mazars » 08 Juil 2020, 16:38

Salut camarades,

Pour mieux comprendre, j'ai bien aimé cet exposé de 26 minutes de Lutte Ouvrière...

La guerre de Sécession aux États-Unis : libération des esclaves et victoire des capitalistes

https://www.youtube.com/watch?v=qNLm83o ... =emb_title

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1942
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par Byrrh » 08 Juil 2020, 18:38

Démolissez cette histoire sanglante et dépravée

Superbe, cette traduction. On dirait le titre d'un roman de Boris Vian ou de la Série Noire.
Byrrh
 
Message(s) : 1055
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Mouvement de 2020 aux Etats-Unis

Message par com_71 » 18 Juil 2020, 18:44

working class party 9 juillet 2020 a écrit :Sam Johnson: Pourquoi le pays a-t-il besoin de flics comme ça ?

Certaines personnes qui regardaient les flics tuer George Floyd ont crié: «Lève-toi.» Et lui a dit: "Je ne peux pas respirer."

Ces quatre flics faisaient quelque chose pour lui faire du mal et se moquaient bien de ce qui s'était passé. Ce n'est pas un seul gars qui l'a mis à terre, ils y ont tous participé, tous l'ont tué.

Tu ne ferais pas ça. Pourquoi les flics agissent de cette façon? Ils essaient d'envoyer un message à d'autres Noirs, nous faisant savoir : «Si vous ne le regardez pas, ça va vous arriver.»

Ils s'attaquent aux Noirs pour renforcer les divisions au sein de la classe ouvrière. C'est comme ça depuis l'esclavage, et c'est toujours comme ça.

Dernier embauché, premier licencié, payez-nous moins pour ce que nous faisons. Payez-nous moins, conserve cette division.

Cette classe supérieure, ce 1% a besoin de division pour diviser les travailleurs, afin qu'ils puissent continuer à faire des profits. Ils regardent leurs profits, c'est ce qui se cache derrière, et ils essaient de reprendre tout ce que les Noirs ont gagné, tout ce que tous les travailleurs ont gagné.

Comment avons-nous obtenu tout ce que nous avons aujourd'hui, tout ce qu'ils essaient de reprendre? C'est le combat que les Noirs ont fait. Heures supplémentaires. Les jeunes doivent savoir que pour avoir ce dont ils ont besoin dans leur vie, il leur faudra se battre. Ils ont besoin de cette histoire pour pouvoir continuer le combat et ne pas rester coincés.

Nous ne pouvons pas la laisser là où elle était dans les années 60. Je dois comprendre, avoir besoin d'une vision d'ensemble plus grande que ce que les gens avaient dans les années 1960. Il va falloir avoir une compréhension de l'histoire pour voir ce qu'il faut faire.

Comment avons-nous obtenu ce que nous avons? Nous nous sommes battus. Nous nous sommes battus dans les rues, dans les quartiers, avec tous ceux que nous connaissions, avec nos familles. Les travailleurs noirs se sont battus dans les usines, entraînant après nous des gens que nous ne connaissions pas, des travailleurs blancs, des travailleurs immigrés.

Une fois que les gens se sont levés et se sont battus, nous avons obtenu les choses dont nous avions besoin. On a plus d'argent. Des villes comme Detroit ont des maires noirs, des politiciens noirs et des flics noirs. Mais peu de gens ont compris que le combat ne pouvait pas s'arrêter là. Et donc tout a commencé à ressurgir dans les années 70.

Nous devons nous battre, mais où allons-nous? Nous devons dépasser là où nous en sommes aujourd'hui, mener les combats dont nous avons besoin. Nous devons aller au-delà de là où nous sommes, pour ne pas aggraver les choses. Nous devons nous battre pour résoudre les problèmes qui nous touchent et pour ce dont nous avons besoin. Progressons afin que nous puissions tous avoir les choses dont nous avons besoin, et tout d'abord des emplois, des emplois décents et bien rémunérés pour tout le monde. Pour comprendre où diriger cela, pour amener d'autres personnes autour de nous à comprendre cela. Nous ne continuerons pas à perdre des choses comme nous le sommes maintenant. C'est ce dont on a besoin. Pourquoi allons-nous les laisser se débarrasser des choses dont nous avons besoin, alors nous devons nous battre pour les récupérer?

Les travailleurs ont le pouvoir d'arrêter ce qui se passe aujourd'hui. Notre force fait courir tout ce pays. Les travailleurs ont fait tourner ce pays en noir et blanc. Nous pouvons l'empêcher de tourner jusqu'à ce que nous obtenions ce dont nous avons besoin.

La principale chose dont nous avons tous besoin est un travail rémunéré décent. Chacun de nous. Avec des emplois stables et convenablement rémunérés, nous pouvons avoir un logement décent, des quartiers décents, des écoles décentes pour nos enfants.

Pourquoi les flics agissent-ils comme ils le font aujourd'hui? Pourquoi sont-ils violents? Pour nous empêcher de nous battre pour ce dont nous avons besoin. Mais c'est ce que nous devons faire. Voilà comment nous pouvons amener les flics décents avec nous.

Pour cela, nous avons besoin d'une direction pour notre combat. Nous devrions tous nous battre pour répartir le travail qui existe, lutter pour des salaires décents pour tous, quel que soit leur emploi.

Battez-vous pour ce dont nous avons besoin maintenant - sachant que pour vraiment l'obtenir et le garder, nous devrons nous battre pour nous débarrasser de tout ce système et de la police.

Nous devons être plus nombreux à comprendre cela. Nous n'aurons pas la situation actuelle de ne pas savoir pour quoi lutter ou de lutter d'une manière qui va causer un problème plus grave. Nous avons besoin de plus de gens qui savent où diriger le combat qui se déroule aujourd'hui, les plus grands combats qui éclateront demain. Lorsque des luttes éclatent, nous avons besoin de personnes qui savent où diriger le combat.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

PrécédentSuivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron