Traductions de Spark

Dans le monde...

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 09 Août 2023, 05:46

Spark, 7/8/2023 a écrit :Haïti : La « liberté conditionnelle humanitaire » de Biden : Ni généreuse ni humaine !

Le 5 janvier 2023, l'administration Biden-Harris a annoncé de nouvelles mesures d'immigration par le biais d'un programme appelé "liberté conditionnelle humanitaire". Ce nouveau processus donnerait à près de 30 000 personnes par mois la possibilité d'entrer légalement et de travailler aux États-Unis pendant deux ans, s'ils sont parrainés et remplissent les conditions imposées. Haïti, Cuba, le Venezuela et le Nicaragua sont les quatre pays concernés. Selon les chiffres les plus récents, fin juin 2023, près de 160 000 Cubains, Haïtiens, Nicaraguayens et Vénézuéliens étaient arrivés légalement aux États-Unis dans le cadre de ces nouvelles procédures d'immigration.

A travers ce programme, le gouvernement de Joe Biden semble se poser en bienfaiteur. En Haïti, ce programme a été chaleureusement accueilli et a déclenché une véritable euphorie au sein de la population en proie à la misère et à la dictature des gangs. On imagine que la situation n'est pas différente dans les autres pays concernés, qui partageaient une histoire commune d'appauvrissement par les États-Unis, dont la richesse s'est construite sur le pillage de l'Amérique latine, dont les quatre pays bénéficiant de ce programme.

Il est fort probable que de nombreuses familles de ces quatre pays pourront améliorer leurs conditions de vie grâce à cette opportunité. Cependant, de nombreux bénéficiaires haïtiens arrivés aux États-Unis se plaignent de ne pas pouvoir trouver de travail, malgré leurs permis de travail.

En effet, depuis le début de l'année 2023, de nombreuses entreprises américaines procèdent à des licenciements massifs. C'est le cas de la chaîne de pharmacies CVS, qui va licencier 5 000 salariés dans le cadre d'une politique de réduction des coûts, selon les responsables. Certaines ont même fermé leurs portes, comme la Yellow Company, vieille de 99 ans, qui a cessé ses activités le 30 juillet, annonçant le licenciement de 30 000 travailleurs, dont la majorité sont des immigrés, des Haïtiens, des Latinos, etc.

Ce programme est lancé dans un contexte de hausse du chômage. Dès lors, vaut-il la peine de s'interroger sur le mobile de ces nouvelles mesures migratoires, alors que le nombre d'immigrés en attente de régularisation de leur situation aux USA se compte en millions ? Nous ne pouvons pas oublier la répression sauvage et les mauvais traitements infligés aux migrants haïtiens par les gardes-frontières américains à cheval à la frontière américano-mexicaine, qui ont provoqué un énorme scandale médiatique en septembre 2021.

Alors pourquoi ce revirement ? Il y a au moins trois explications à cette nouvelle approche de la migration. Aucun n'est basé sur la générosité.

Premièrement, les États-Unis subissent une pression migratoire considérable, avec des milliers de personnes s'entassant chaque jour à la frontière, ou prolongeant leur séjour sur le sol américain au-delà de la validité de leurs visas. En faisant miroiter l'espoir d'une entrée légale, qui doit être demandée par les bénéficiaires résidant dans leur propre pays, ces nouvelles mesures visent à inciter les migrants à refranchir la frontière et à décourager les tentatives d'immigration clandestine. Selon les organisations de défense des droits de l'homme, le nombre de migrants à la frontière a été considérablement réduit suite à la mise en œuvre de ce programme.

A moins de deux ans des élections présidentielles, les leaders du Parti démocrate jouent la carte de la générosité pour gagner la sympathie de la fraction de l'électorat d'origine haïtienne et latino, dont le poids n'est nullement négligeable dans le bilan électoral. aux États-Unis, tandis que les républicains adoptent l'attitude nationaliste de farouches gardiens des frontières de la Star-Spangled Republic pour gagner des électeurs hostiles à l'immigration, voire racistes. En effet, la gestion des frontières entre le Mexique et les États-Unis a toujours été un enjeu clé des campagnes électorales américaines.

Aussi n'est-il pas surprenant que le 23 janvier, la réponse républicaine tombe comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Vingt États ont déposé une plainte demandant le retrait de la mesure annoncée par le président Joe Biden, qui, selon eux, violerait les lois américaines en vigueur sur l'immigration. Du coup, le décor était planté pour une énième bataille entre les partis démocrate et républicain, les deux faces d'une même médaille, exploitant lâchement la détresse de peuples désespérés à des fins purement électorales.

Cette mesure s'explique aussi par le calendrier de la prochaine Coupe du monde, qui se déroulera en Amérique du Nord (USA, Canada, Mexique) dans moins de 3 ans. Au Qatar, les préparatifs de l'événement ont nécessité l'emploi de 30 000 travailleurs immigrés, dont 6 500 ont perdu la vie en construisant l'infrastructure. Il est fort probable que l'attraction d'une main-d'œuvre bon marché soit l'une des motivations derrière les nouvelles mesures migratoires du gouvernement américain. La période de résidence de deux ans et l'expérience de travail garantie appuient cette explication.

Si ce programme humanitaire offre bien des issues vers le fameux « rêve américain », force est de constater que la majorité des pauvres des pays bénéficiaires n'aura pas cette chance. Ce qu'il faut, c'est la prise de conscience que notre salut à tous ne passera pas par des évasions individuelles ou des programmes humanitaires de ce genre, mais par la lutte collective des travailleurs et des classes pauvres en général pour exproprier les classes possédantes à l'échelle internationale et mettre le l'immense richesse de la planète au service de la collectivité.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 09 Août 2023, 06:00

Spark, 7 août 2023 a écrit :« Une menace pour la démocratie » – Mais la démocratie pour qui ? !

Donald J. Trump, 45e président des États-Unis, a été inculpé le 1er août de quatre chefs d'accusation découlant de sa tentative d'empêcher la validation par le Congrès les résultats de l'élection de 2020 le 6 janvier 2021. Il a été interpellé le 1er août., lorsqu'il a plaidé "non coupable" des quatre chefs d'accusation.

C'est la troisième fois que Trump est accusé de crimes au cours des six derniers mois - et à certains égards, c'est peut-être la plus grave, car ses actions visaient certainement à empêcher le transfert de la présidence à Joe Biden, vainqueur de l'élection de novembre 2020. élection, et ils ont certainement conduit à une émeute au Capitole.

Les démocrates et la presse bourgeoise libérale disent que les actions de Trump étaient une menace dangereuse pour la « démocratie », rien de moins qu'une tentative de coup d'État. Ils ont demandé sa poursuite afin de «sauver la démocratie».

Trump et les médias de droite ont qualifié les poursuites de Trump de "chasse aux sorcières", purement politique, de "véritable" "menace pour la démocratie". Ils appellent ses actes d'accusation une attaque contre ses partisans, les gens ordinaires qui le soutiennent.

Dans tout ce spectacle de cirque, nous sommes bombardés de messages des deux côtés sur la «menace à la démocratie» présentée par l'autre côté. On nous dit que le seul moyen de "sauver la démocratie" est de soutenir Trump ou son adversaire démocrate en 2024.

Ce qui pose la question : « Quelle démocratie ? Et pour qui ? À qui est censée appartenir la démocratie ?

Les travailleurs savent depuis longtemps que ces deux partis qui parlent de démocratie ne servent pas nos intérêts. Rien de fondamental ne change. C'est pourquoi tant de gens ont cessé de voter.

Dans ce système « démocratique », nous sommes enfermés dans un choix entre deux grands partis, démocrate et républicain, dont aucun ne représente les travailleurs. Les deux représentent véritablement les capitalistes et le système capitaliste.

Les deux partis siègent à la fois au Sénat et à la Chambre des représentants. Les membres des deux partis siègent en tant que gouverneurs, maires et représentants législatifs des États. Les deux partis nomment les millions de fonctionnaires qui transfèrent quotidiennement nos recettes fiscales aux grandes entreprises, pour couvrir les allégements fiscaux pour les riches, la classe supérieure.

Pendant ce temps, dans cette soi-disant démocratie, c'est chaque jour une avalanche de merde pour la classe ouvrière alors que ces soi-disant « représentants » organisent la destruction d'emplois, d'hôpitaux, d'écoles, d'infrastructures. Qui répare vraiment ces maudites routes ! Qu'en est-il de la chaleur ! Ont-ils fait de réels efforts pour arrêter les catastrophes climatiques ?

Qu'en est-il de la guerre ruineuse en Ukraine ? Les deux parties financent ce massacre continu d'Ukrainiens et de Russes avec près de 100 milliards de dollars de nos impôts, sans discussion !

Lorsque les cheminots étaient en grève, Biden ET le Congrès ont forcé ces travailleurs à conclure un accord qui a été arrêté bien en deçà de ce dont ils avaient besoin. Ils ont brisé cette grève.

Trump et ses républicains parlent de défendre le «peuple oublié» de la classe ouvrière. Mais ce sur quoi il s'est concentré pendant sa présidence, c'est de diviser les travailleurs : les natifs contre les immigrés, les blancs contre les noirs, les hommes contre les femmes. Ses politiques ont profité aux riches contre tous ces travailleurs, même ceux qu'il a dit qu'il représentait.

Comme tout président, républicain ou démocrate. Et chaque sénateur et chaque membre du Congrès, quand les choses se gâtent.

C'est la "démocratie" qu'ils veulent que nous protégions, que ce soit pour ou contre Trump.

Les travailleurs ont besoin d'une autre démocratie. Une que NOUS créerons, un que NOUS contrôlerons, de haut en bas. Une dans laquelle NOS besoins occuperont le devant de la scène. Une démocratie dans laquelle nous pourrions TOUS vraiment participer à la prise de décisions et à la résolution des problèmes, chaque jour.

Une démocratie ouvrière.

Tomber dans leur piège, se soucier de savoir si Trump sera condamné ou disculpé, c'est s'éloigner de ce qui compte vraiment : nos véritables intérêts en tant que classe et la construction de nos propres organisations politiques.

Ces vautours et les capitalistes qu'ils servent ne céderont jamais volontairement le contrôle aux représentants de la classe ouvrière avec un programme ouvrier. Le pouvoir devra leur être enlevé ainsi qu'aux corporations par la force.

Qu'il en soit ainsi ! Nous avons besoin de notre propre parti ouvrier pour mener un combat pour la majorité, pas pour la minorité de milliardaires.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 30 Oct 2023, 09:27

Spark, 30 octobre 2023 a écrit :Souvenons-nous de notre camarade Leah

Leah Heyn (également connue sous le surnom de Lois) est née à Baltimore dans une famille d'immigrants juifs russes. Elle était une adolescente déjà prête à remettre en question la manière dont la société était discriminée lors du mouvement des droits civiques des années 1950 et a été l'une des premières militantes blanches à protester contre le racisme contre les familles noires. Elle a protesté contre la ségrégation des parcs, des piscines et des courts de tennis de Baltimore.

Elle a également été l’une des premières à protester contre la position américaine dans le conflit vietnamien. Lorsque l’organisation Spark a été créée au début des années 1970, elle discutait déjà avec ses fondateurs pour comprendre pourquoi les marxistes affirment que seule la classe ouvrière organisée peut finalement changer une société conçue pour propager la discrimination, le sexisme, le militarisme et l’exploitation dans le monde entier.

Tout en élevant trois enfants, elle est devenue connue autour de Baltimore pour son énergie et son enthousiasme, sa sincérité de toute une vie qui a réchauffé tous ceux qui l'ont rencontrée protestation après protestation.

Leah était aux portes de Bethlehem Steel pour distribuer l'un des premiers bulletins Spark et a été plus tard un visage joyeux dans les bureaux de l'État du Maryland sur Preston Street, discutant de ses opinions politiques avec de nombreux fonctionnaires pendant environ 35 ans. Sa générosité personnelle et politique était connue de beaucoup.

Leah était cordiale avec des membres d'autres organisations socialistes et communistes, prête à exprimer son opinion et à écouter respectueusement ceux avec qui elle n'était pas d'accord, au sein du Parti communiste et du SWP, par exemple.

Elle aimait particulièrement la musique classique, ayant suivi une formation au Peabody Institute, et elle a donné des cours de musique, notamment des cours de piano pour débutants, pendant des décennies.

Elle n’a pas laissé les fragilités de ses dernières années la ralentir. Elle a assisté à des réunions et à des manifestations jusqu'à ses derniers jours. Elle a plongé dans ses années 80 et était sur le point de faire l'une de ses promenades quotidiennes lorsqu'elle s'est effondrée et est décédée.

En d’autres termes, Leah ne pouvait pas se retirer de sa préoccupation sans fin quant à la nécessité de changer le monde. Elle est restée jusqu’au bout une amie et une camarade chère à tous ceux qui l’ont connue.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 30 Oct 2023, 09:34

30 octobre 2023 a écrit :Pas en notre nom !
Arrêtez le massacre à Gaza !


Depuis le 7 octobre, la terreur s’abat sur les Palestiniens dans la mince bande de terre appelée Gaza. Maisons, hôpitaux, écoles administrées par l'ONU, mosquées, églises... les deux millions et demi d'habitants n'ont nulle part où s'abriter des bombardements. Nulle part où trouver de la nourriture, de l’eau, du carburant ou des médicaments.

Avec plus de 7 700 morts et 19 000 blessés au 28 octobre, des quartiers entiers rasés et des hôpitaux débordés, la tragédie se déroule sous les yeux du monde. Il s’agit d’une politique de vengeance aveugle de la part de l’État israélien, et elle est menée au nom de l’ensemble de la population israélienne. Rien ne peut justifier un tel acte.

Le vendredi 27 octobre a été le théâtre des bombardements les plus intenses de cette série d'attaques qui a duré trois semaines. Les bombardements comprenaient des bombes « anti-bunker » – prétendument destinées à faire effondrer le réseau de tunnels que le Hamas avait construit sous Gaza. Personne ne sait s'ils ont atteint les tunnels. Mais ce que nous savons, et ce qui ne peut être nié, c’est que les bombes ont bel et bien détruit tous les bâtiments au sommet du sol, tuant ou blessant tous ceux qui s’y trouvaient encore. Et ce que nous savons, c’est que les États-Unis ont payé ces bombes.

Israël avait ordonné à tous les civils du Nord – soit plus d’un million de personnes – d’évacuer vers le sud de Gaza – il traite désormais tous ceux qui restent au Nord comme des combattants ennemis. En fait, cette évacuation a été presque impossible. Israël a bombardé le sud de Gaza après avoir annoncé que l'évacuation permettrait aux civils d'être en sécurité !

Sous couvert de ce bombardement, l’armée israélienne a procédé à une invasion terrestre inopinée. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que plus de 400 Palestiniens avaient été tués dans les premières heures de l'invasion. La zone est désormais plongée dans l’obscurité, l’électricité et le téléphone étant coupés.

Jusqu’où Israël ira-t-il avec cette invasion ? L’avenir des Palestiniens et des Israéliens sera déterminé par ces événements pour les décennies à venir. L’avenir de tout le Moyen-Orient en dépend. Et qui peut être sûr que ce conflit n’embrasera pas la planète ?

Le carnage perpétré aujourd'hui à Gaza se fait avec la complicité et la pleine approbation de toutes les puissances impérialistes. L’impérialisme américain gère le génocide, donne des « conseils » à l’armée israélienne et utilise sa puissance de feu pour « contenir » la zone meurtrière de Gaza. Il n’y a rien d’étonnant à cela : les États-Unis n’ont jamais empêché Israël d’opprimer systématiquement les Palestiniens, qu’ils vivent à Gaza, en Cisjordanie ou en Israël.

Pendant des décennies, les États-Unis, à la tête de toutes les puissances occidentales, ont fait de l’État d’Israël son bras armé dans la région pour empêcher les différents peuples de la région de réaliser leurs aspirations à vivre ensemble en paix et dans des pays différents. pas contrôlé contre eux.

Et bien sûr, il y a le pétrole – la raison pour laquelle l’impérialisme américain, aux côtés de la France et du Royaume-Uni, s’est implanté au Moyen-Orient.

L’impérialisme américain et ses alliés ont créé une situation explosive dans toute la région. Dans ce Moyen-Orient riche en pétrole, ils ont imposé leur domination en taillant dans la chair des peuples, en s’appuyant sur les monarchies et les dictatures les plus réactionnaires, comme celle de l’Arabie Saoudite. Et lorsque ces régimes ne s’alignent pas suffisamment, ils les écrasent, comme ils l’ont fait en Irak.

Aujourd’hui, l’Irak, la Syrie, la Libye, le Liban, la Jordanie, l’Iran et le Yémen sont également en train de lancer des bombes sociales, avec des dizaines de millions de pauvres dans une situation aussi désespérée que celle des Palestiniens. Dans une poudrière où la moindre étincelle peut provoquer une explosion, les États-Unis ont laissé Netanyahu jouer avec le feu.

L’espoir ne peut venir que des peuples de la région eux-mêmes. Il viendra de ceux qui s’insurgeront contre l’impérialisme et ses manœuvres. Il viendra de ceux qui comprennent la nécessité de combattre le capitalisme et la grande bourgeoisie. Et de la part de la classe ouvrière américaine lorsqu’elle reconnaît que le même impérialisme nous met également le pied sur la gorge.

Renverser l’impérialisme pour établir une société égalitaire, libre de toute exploitation et de toutes relations de domination, est la seule issue pour l’humanité. Cette perspective est à l’opposé des politiques nationalistes visant à défendre les intérêts d’un peuple aux dépens des autres – à l’opposé de la politique de Netanyahu en Israël, mais aussi de la politique du Hamas en Palestine. C’est le contraire des politiques que l’impérialisme américain conçoit en notre nom.

Seule une union des travailleurs de tous les pays contre les dirigeants du monde pourra briser le cercle vicieux de la guerre dans laquelle ils nous entraînent.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 30 Oct 2023, 09:45

30 octobre 2023 a écrit :Les dirigeants de l’UAW liquident la grève
– mais qu’a-t-on gagné ?


Le 26 octobre, la direction de l'UAW a annoncé un accord de principe avec Ford et a demandé aux grévistes de retourner au travail, avant même que les travailleurs puissent voter sur le contrat. Les dirigeants syndicaux avaient appelé à une grève partielle dans les « Trois Grands » constructeurs automobiles, et Ford fut le premier à s’y mettre. Un accord avec Stellantis a rapidement suivi, et un autre avec GM est attendu peu après.

Lorsque les dirigeants de l’UAW ont annoncé qu’ils avaient conclu un premier accord de principe avec Ford, ils ont qualifié cet accord de « contrat record ».

Si un « contrat record » signifie que les travailleurs de l’automobile ont récupéré toutes les concessions perdues, ce contrat n’est certainement pas cela. Les travailleurs de l’automobile n’ont même pas récupéré ce qu’ils ont perdu à cause de l’inflation depuis 2007. Pour y parvenir, ils auraient besoin d’une augmentation immédiate d’environ 30 %. Mais ils n’ont obtenu qu’une augmentation initiale de 11 %. Même avec une augmentation de 11 %, les salaires des travailleurs de l’automobile resteraient inférieurs à ce qu’ils étaient en 2019, une fois ajustés à l’inflation. Et le total supplémentaire de 14 %, plus une allocation de vie chère (COLA), sur le reste du contrat de cinq ans (et non de quatre ans), peut suffire à rester équilibré, mais il ne rattrapera jamais ce que ils ont perdu.

Les dirigeants de l'UAW ont également déclaré que leur objectif était de supprimer les niveaux. Cela ne s'est pas produit non plus. Même si les travailleurs des niveaux inférieurs obtiendront des augmentations et obtiendront leur plein salaire plus rapidement, ce contrat ne supprime pas les niveaux, notamment en ce qui concerne les prestations de retraite.

La nouvelle direction de l’UAW a mené cette grève de la même manière que l’ancienne direction de l’UAW a mené la grève contre GM en 2019 : de haut en bas. La direction syndicale n’a jamais proposé quoi que ce soit qui aurait conduit les travailleurs à commencer à organiser leur propre grève. Ils ont simplement indiqué aux travailleurs où et quand tenir les piquets de grève isolés quelques heures par semaine.

Aucune réunion n’a été organisée où les travailleurs pourraient se réunir pour discuter et prendre leurs propres décisions : quelles sont les choses les plus importantes pour lesquelles nous voulons nous battre ? Quel est le résultat final que nous pouvons accepter dans un contrat ? Devons-nous empêcher les camions de traverser les piquets de grève ? Devrions-nous faire grève dans toutes les usines des trois entreprises ?

De nombreux travailleurs de l’automobile estimaient que cela aurait dû être une grève totale au sein des Trois Grands. Si les travailleurs de l’automobile avaient fait grève contre les trois constructeurs automobiles, cela aurait pu libérer un niveau de pouvoir avec lequel il aurait fallu compter. Nous ne savons pas jusqu'où la grève aurait pu aller. Nous savons que, dans le passé, les grèves des travailleurs de l’automobile ont été un catalyseur pour d’autres travailleurs et ont abouti à des grèves qui se sont étendues à l’ensemble de la classe ouvrière. Nous savons que les travailleurs de nombreux autres secteurs étaient aujourd’hui enthousiasmés par la possibilité d’une grève de l’automobile, espérant qu’elle s’étendrait ailleurs. Pourquoi est-ce important ? Parce que les patrons, menés par les financiers de Wall Street, se battent ensemble en tant que classe. Il faudra un combat plus large et des perturbations plus importantes pour les ébranler, surtout maintenant que leur système est en crise. Si les travailleurs n’étaient pas retenus, ils auraient pu, à tout le moins, acquérir de l’expérience pour les combats à venir.

Même si ce contrat aborde certains problèmes d'équité salariale, les accélérations meurtrières, les horaires de travail invivables qui font que les travailleurs vivent des vies plus courtes et plus difficiles sans répit - le manque réel de sécurité d'emploi - toutes ces dégradations, qui sont les vrais problèmes des travailleurs de l'automobile, restent en place.

Lorsque leur système n’est pas contesté, les patrons font tout ce qu’ils veulent pour contrôler la production dans un but lucratif – et utilisent nos corps comme des marchandises à exploiter jusqu’à la dernière goutte. Cette grève, aussi limitée soit-elle, témoigne de la volonté des travailleurs de remettre en cause ce système.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 13 Nov 2023, 15:16

ÉDITORIAL de Spark, 13 novembre 2023 a écrit :Les États-Unis rapprochent le monde d’une nouvelle guerre mondiale

Lorsque la dernière guerre israélo-palestinienne a éclaté le mois dernier, l’armée américaine a déplacé deux porte-avions, ainsi que plusieurs destroyers, croiseurs et lance-missiles, vers le Moyen-Orient. Ils ont été rejoints par un sous-marin nucléaire équipé de 147 missiles de croisière Tomahawk.

Ce n'était pas une mission de « maintien de la paix ». C’était la guerre : soutenir Israël dans sa guerre contre Gaza et la Cisjordanie ; en renforçant leur contrôle sur l’Irak et la Syrie, où les États-Unis eux-mêmes ont mené des guerres longues et brutales qui ont tué des millions de personnes et forcé des millions d’autres à fuir en tant que réfugiés.

Personne ne sait ce qui va se passer ensuite. Mais il est très probable que l’impensable devienne réalité. Les feux de guerre qui couvent déjà au Moyen-Orient pourraient déclencher une nouvelle guerre mondiale. À quel point le monde est-il sur le point d’être entraîné dans un nouveau cataclysme ? Nous allons le découvrir.

La région du Moyen-Orient est aujourd’hui explosive parce que les grandes puissances impérialistes, d’abord l’Angleterre et la France, et maintenant les États-Unis, ont dominé la région en dressant les différents pays et peuples les uns contre les autres. Cette stratégie impérialiste éprouvée a permis à quelques grandes compagnies pétrolières, banques, entrepreneurs militaires et autres instruments de la classe capitaliste d'extraire les richesses produites du Moyen-Orient pendant plus d'un siècle, laissant la grande majorité de sa population dans un état constant de pauvreté et de désespoir.

Les guerres horribles qui ont résulté de cette domination impérialiste vont bien au-delà des pays eux-mêmes. Par exemple, la guerre en cours au Yémen, qui a déjà fait des millions de morts, est une guerre par procuration entre deux grandes puissances régionales, l’Arabie saoudite et l’Iran. Mais derrière l’Arabie Saoudite et l’Iran ne se trouve rien d'autre que les États-Unis, la Russie et la Chine. Le même ensemble de puissances régionales et de grandes puissances est impliqué dans la guerre actuelle qu’Israël mène contre les Palestiniens.

Le Moyen-Orient porte en son sein une guerre mondiale en germe.

Les États-Unis ne sont pas seulement impliqués dans les guerres au Moyen-Orient. En Europe, avec la guerre en Ukraine, une guerre que les États-Unis ont préparée et alimentée pendant plus d’une décennie, les États-Unis utilisent le peuple ukrainien comme chair à canon afin d’affaiblir et de saigner la Russie, un vieux rival. En Asie, les États-Unis ont intensifié leur guerre économique contre la Chine, la deuxième économie mondiale, tout en encerclant cet immense pays avec des forces militaires de plus en plus massives.

Le monde est devenu une foutue maison de fous. Un ministre du gouvernement israélien a évoqué avec désinvolture la possibilité qu’Israël largue une bombe nucléaire sur Gaza, comme si c’était la chose la plus ordinaire au monde. Et il n'a même pas été licencié, seulement suspendu !

Mais ne vous inquiétez pas, déclare le président Biden. « Je pense que nous avons l’opportunité d’unir le monde comme jamais auparavant », a déclaré Biden depuis la Maison Blanche le 20 octobre. « Nous étions dans une période d’après-guerre de 50 ans où cela fonctionnait plutôt bien, mais c'est en quelque sorte à bout de souffle… Il faut un nouvel ordre mondial dans le sens de l'ordre mondial que nous avions.

Étonnamment, cette justification d’une nouvelle guerre mondiale barbare vient du président des États-Unis. Selon Biden, la Seconde Guerre mondiale a abouti à un nouvel ordre mondial, un pas dans la bonne direction. Oubliez, conclut Biden, le bilan humain, les 85 millions de personnes tuées, les milliers de villes détruites. Les yeux droit devant, Biden dit que le monde a besoin d’un nouvel ordre mondial. Avec désinvolture, il appelle à une nouvelle guerre mondiale, qui entraînerait un bilan encore plus terrible.

« Je suis optimiste », a déclaré Biden. C'est ce que disaient les politiciens pendant la Première Guerre mondiale, qui a tué plus de 20 millions de personnes, mais qui était censée être « la guerre pour mettre fin à toutes les guerres ». C’est ce que les politiciens ont dit à propos de la Seconde Guerre mondiale, alors même que les États-Unis larguaient des bombes nucléaires sur des femmes, des enfants et des personnes âgées à Hiroshima et à Nagasaki à la toute fin de la guerre afin de démontrer l’ascendant explosif de la nouvelle superpuissance américaine.

Ces guerres mondiales n’ont pas conduit à 50 années de paix comme le dit Biden, mais seulement à des guerres plus graves. Le XXe siècle a été le siècle le plus meurtrier de l’histoire, les deux tiers des victimes étant des civils. Et le siècle actuel s’annonce encore pire.

Qui a dit que ça devait être ainsi ? Les travailleurs peuvent vivre ensemble en paix. Mais seulement si la cause des guerres est détruite, la domination de la planète par une infime minorité de capitalistes et autres parasites, qui sont en constante concurrence les uns avec les autres pour la richesse et le pouvoir.

Mettre fin à cette domination et à cette barbarie est la mission historique de la classe ouvrière. Les travailleurs ne s’en rendent peut-être pas compte et la plupart d’entre eux ne sont pas prêts à accepter cette mission aujourd’hui. Mais leur classe, la classe ouvrière, a le pouvoir et tout l’intérêt de faire exactement cela. Et le monde, se précipitant vers la guerre, mettra la classe ouvrière face à cette nécessité. Il n’y a pas d’autre issue.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 13 Nov 2023, 15:31

13 novembre 2023 a écrit :Mon opinion sur le contrat Ford—de Gary Walkowicz

Nous réimprimons ici une lettre écrite par Gary Walkowicz, retraité de Ford et militant syndical de longue date, lettre adressée aux travailleurs de Ford votant sur le nouveau contrat.

J'ai travaillé chez Dearborn Truck et Ford pendant 45 ans et j'ai été représentant syndical élu pendant plus de 20 ans. J'ai pris ma retraite en 2020, je ne vote donc pas sur ce contrat. Mais j’ai passé toute ma carrière à me battre contre des concessions et beaucoup de gens m’ont demandé mon avis sur ce contrat.

Tout d’abord, ce contrat a apporté des augmentations de salaire et d’autres gains, et il est important de comprendre pourquoi. Des progrès ont été réalisés parce que certains travailleurs se sont mis en grève et que le reste des travailleurs de l'automobile étaient prêts à faire grève. La même chose s’est produite en 2019. Lorsque les travailleurs de GM se sont mis en grève, de petits progrès ont également été réalisés.

Au cours de mes années en tant que représentant élu de l'UAW, j'ai toujours dit que si les travailleurs veulent mettre fin aux concessions et récupérer ce que nous avons perdu, la seule manière d'y parvenir est d'être prêts à faire grève. J’ai soutenu ce point à plusieurs reprises lors de congrès et de réunions du Conseil national. J’étais donc heureux que la direction de l’UAW soit prête à appeler à une grève en 2019 et encore cette année. S’il n’y avait pas eu de grèves, les travailleurs n’auraient rien obtenu et nous aurions probablement perdu davantage de concessions.

Cela dit, je ne pense pas qu'il soit utile de dire aux gens qu'il s'agit d'un contrat « historique ». Je ne suis pas d'accord avec cela. Ce contrat ne récupère pas toutes les concessions que nous avons perdues. Cela ne nous ramène pas au niveau de vie qu’avaient les travailleurs de l’automobile à mes débuts. Je pense que les gens devraient examiner attentivement ce contrat et décider eux-mêmes s'il répond à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

Surtout, ce contrat ne rattrape pas l’argent perdu à cause de l’inflation. Oui, les augmentations totales de 25 % représentent un chiffre plus élevé que jamais. Mais les travailleurs ont perdu bien plus de 25 % à cause de l’inflation. De 2007 à aujourd'hui, l'inflation a été de 47 %, selon l'indice des prix à la consommation du gouvernement. Le salaire le plus élevé en 2007 était de 28,12 $. Juste pour rattraper leur retard, les gens auraient besoin de 41,33 $ maintenant, et non dans 5 ans. Les augmentations et les COLA [cost-of-living adjustment (adaptation au coût de la vie)] prévus dans ce contrat ne rattraperont pas rien si l'inflation continue d'augmenter. Surtout qu'il y a moins d'argent bonus dans le contrat et qu'une partie de l'argent COLA est détournée.

Ce contrat n'a pas supprimé les niveaux en ce qui concerne l'égalité de salaire pour un travail égal et les prestations de retraite. Les travailleurs embauchés depuis 2007 bénéficient d'une augmentation avec leur 401(k), mais ils ne bénéficient toujours pas de soins de santé à leur retraite. Payer ses propres soins de santé coûte extrêmement cher. Je sais que ces travailleurs ne sont pas encore proches de la retraite, mais, tôt ou tard, il faudra se battre pour cela. Nous ne pourrons pas les laisser prendre leur retraite sans soins de santé.

Je ne vois même pas que les conditions de travail aient été abordées dans ce contrat. Je pense que les conditions dans les usines sont mauvaises et empirent. Je ne vois aucun changement dans ce contrat pour remédier à l'accélération, aux heures supplémentaires forcées et aux horaires de travail malsains.

Je ne suis pas ici pour dire aux gens quoi faire ou comment voter. Les ouvriers peuvent décider s’ils sont prêts à accepter ce contrat ou s’ils sont prêts à se battre pour en obtenir davantage. Si on veut se battre pour obtenir davantage, je crois qu’il faudra une grève générale de tous.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 14 Nov 2023, 14:17

Spark, 13 novembre 2023 a écrit :Gaza et le ghetto de Varsovie

À l’heure actuelle, une armée prétendant représenter le peuple juif envahit, bombarde et assiège ce qui ressemble à un ghetto géant, où la nourriture, l’eau et l’électricité ont été coupées. Ce ghetto, Gaza, est une zone de 17 miles carrés remplie de 2,2 millions de Palestiniens qui ne peuvent pas accéder à leur ancienne patrie ni à la citoyenneté en raison de leur religion et de leur appartenance ethnique.

Quatre-vingts ans en arrière, nous pourrions changer les noms et faire référence au ghetto de Varsovie en Pologne. Les nazis ont entassé 460 000 Juifs dans une section de 1,3 mile carré de cette ville. Finalement, au moins 390 000 d’entre eux furent tués, la plupart dans le camp de la mort de Treblinka.

Nous n’en sommes peut-être pas encore là à Gaza, mais la logique du nationalisme, utilisée par les puissances capitalistes dominantes pour aspirer les richesses aux quatre coins du globe, a une fois de plus poussé dans cette direction.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 04 Jan 2024, 00:37

Class Struggle, 11 novembre 2023 a écrit :États-Unis :
L’aggravation de la crise économique et sociale à laquelle est confrontée la classe ouvrière


Près de 70 % des personnes interrogées dans les sondages d'opinion estiment que l'économie est en mauvaise posture et que leur propre situation économique se détériore.

Les responsables de l’administration Biden, ainsi que la plupart des économistes libéraux, font semblant d’être confus. Les nouvelles économiques ont été presque toutes bonnes – disent-ils – le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis 50 ans, un boom de l’embauche a créé un nombre record de 13 millions d’emplois et les salaires augmentent plus vite que l’inflation, en particulier pour les travailleurs à bas salaire. De plus, le taux d’inflation a baissé – dit-on – sans déclencher de récession, ce qui est pratiquement du jamais vu.

L'économiste prix Nobel et chroniqueur du New York Times , Paul Krugman, l'a exprimé ainsi début septembre : « Les nouvelles économiques en 2023 ont été presque toutes bonnes, en fait, presque surréalistes... Nous avons gagné 13 millions d'emplois depuis Joe Biden a pris ses fonctions.

Certes, du point de vue de la classe capitaliste, les nouvelles économiques ont été presque toutes bonnes, « presque surréalistes » comme le dit Krugman. Les bénéfices des entreprises n’ont jamais été aussi élevés. Ils ont enchaîné les records. Et les profits emportent la plus grande partie de l’économie dans son ensemble depuis la Seconde Guerre mondiale. En octobre 2023, les 400 personnes les plus riches du pays selon Forbes sont désormais 500 milliards de dollars plus riches que l’année dernière. Et il faut une fortune minimale de près de trois milliards de dollars pour figurer sur cette liste.

La classe capitaliste a accompli cet exploit en abaissant brutalement le niveau de vie de la classe ouvrière sur tous les fronts. De telles attaques ne sont pas nouvelles : le niveau de vie des travailleurs est en baisse depuis de nombreuses décennies. Mais les attaques sont devenues particulièrement féroces au milieu d’une crise et d’un chaos économique qui s’aggrave, laissant une grande partie de la population dans une situation grave. Appauvrir les couches ordinaires de la population est la seule solution que la classe capitaliste puisse trouver à la crise provoquée par son propre système.

La dépression sans emploi

Laissons de côté ces statistiques roses, et même Krugman devrait reconnaître qu’il existe une véritable crise de l’emploi dans ce pays. Le Bureau of Labor Statistics (BLS) lui-même admet qu'il y a plus de 100 millions de travailleurs âgés de 16 ans et plus qui n'ont pas d'emploi. C’est sans compter les près de deux millions de personnes incarcérées à travers le pays. Le nombre de personnes sans emploi (102 millions) représente nettement plus de la moitié du nombre de personnes qui travaillent (168 millions).

Certains de ceux qui sont sans emploi ne peuvent pas travailler, comme les personnes très âgées et les personnes très infirmes, excuse souvent invoquée. Mais la plupart le pourraient et souhaitent travailler. Mais les employeurs n'embauchent pas de travailleurs ayant des restrictions ou des problèmes de santé sous-jacents, en particulier les travailleurs âgés. Cela condamne des millions de travailleurs qui se sont blessés ou ont développé des problèmes de santé, en raison de mauvaises conditions de travail ou du surmenage, à être embauchés ailleurs. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles tant de travailleurs dans la cinquantaine et la soixantaine sont au chômage. En outre, des millions d’autres vivent dans des régions déprimées et désindustrialisées, et les emplois n’y sont tout simplement pas. Ainsi, des dizaines de millions de travailleurs sont condamnés à une vie de grande pauvreté et de dépendance en raison de la manière dont les patrons organisent leur économie.

Si le gouvernement comptait toutes ces dizaines de millions de personnes sans emploi comme chômeurs, le taux de chômage officiel se situerait à des niveaux jamais vus depuis la Grande Dépression. Peut-être plus haut.

La crise du recrutement

Le « boom de l’embauche » tant annoncé, soit les 13 millions d’emplois prétendument créés pendant le mandat de Biden, est un tour de passe-passe statistique. La plupart de ces 13 millions d’emplois existaient avant la pandémie de 2020. Pendant la pandémie, les employeurs ont supprimé des emplois à un rythme beaucoup plus rapide que pendant la Grande Dépression. Ce n’est qu’en juillet 2022 que l’emploi est revenu aux niveaux d’avant la pandémie, déjà faibles. Les entreprises ne faisaient que pourvoir d’anciens postes. Supprimez cela et la croissance des nouveaux emplois sous le mandat de Biden (2,8 millions) n’a même pas suivi la croissance de la population adulte pendant cette période (3,1 millions de personnes).

Dans des secteurs essentiels de l’économie, comme le secteur public et l’éducation publique, il y a encore moins d’emplois qu’avant la pandémie. Mais partout dans l’économie, les employeurs publics et privés manquent de personnel, essayant de forcer moins de travailleurs à faire plus de travail – ce qui laisse également beaucoup de travail nécessaire en suspens, privant les travailleurs de services vitaux et de nombreuses personnes d’emplois nécessaires.

Les emplois réguliers à temps plein deviennent de plus en plus rares. Ce n’est pas parce que les emplois ont été expédiés à l’étranger, en Chine ou au Mexique, comme le prétend la propagande. Au lieu de cela, les employeurs ont transformé des millions d’emplois à temps plein en emplois à temps partiel et temporaires. Aujourd'hui par exemple, sur neuf millions d'emplois manufacturiers, plus d'un million sont occupés par des intérimaires, soit plus de 11 %. Ajoutez à cela les travailleurs à la demande et les entrepreneurs indépendants, qui représentent près de 20 % de l’ensemble de la main-d’œuvre. Les employeurs modifient la facture, car les travailleurs paient les dépenses courantes qu'ils payaient auparavant, notamment les avantages sociaux, les locaux de bureau, les coûts des véhicules, les assurances, l'énergie, etc.

Le nombre de travailleurs sans revenu stable a plus que doublé depuis les années 1970. Des dizaines de millions de personnes vivent sur le fil du couteau, ne sachant pas, de semaine en semaine, si elles auront assez d'argent pour acheter de la nourriture, payer leur logement et payer leur voiture.

Le chômage endémique et quasi-chômage pèse sur le reste de la classe ouvrière, dont la classe capitaliste profite de toutes les manières.

Derrière les changements dans la main-d'œuvre

La quête incessante de la classe capitaliste pour dévaloriser et dégrader le travail afin de maximiser ses profits a conduit à de vastes changements dans la main-d'œuvre, et plus particulièrement à une forte augmentation du nombre de femmes travaillant, ce qui signifie qu'une grande partie de la main-d'œuvre gagner des salaires inférieurs. Les travailleuses dominent de nombreux secteurs à bas salaires, ceux considérés comme « le travail des femmes ». Les femmes représentent par exemple la grande majorité de la main-d’œuvre à pourboire, ce qui signifie qu’elles sont confrontées à un vol de salaire disproportionné, au harcèlement sexuel et à la précarité, ainsi qu’à un salaire médian bien inférieur. Mais même dans l’industrie lourde, où les travailleurs effectuent essentiellement le même type de travail, les entreprises parviennent à établir différentes catégories, permettant ainsi d’avoir des échelles de salaires plus basses pour les femmes ou d’autres catégories défavorisées de la main-d’œuvre.

Lorsque la pandémie a pris fin et que les dépenses sociales ont été réduites, dans de nombreux cas à des niveaux inférieurs au soutien d'avant la pandémie, la perte de revenus a contraint les femmes dans leurs années d'activité maximale (âgées de 24 à 54 ans) à réintégrer le marché du travail, augmentant ainsi leur taux de participation au marché du travail. . Pour la première fois, les femmes travaillaient à un taux presque aussi élevé que les hommes (83 contre 86 %), malgré le manque de services de garde d'enfants adéquats et peu coûteux.

Dans ces États-Unis regorgeant de richesses, il n’existe aucune responsabilité collective pour élever la prochaine génération. Contrairement à ce qui se passe dans la plupart des pays riches, les services de garde d’enfants aux États-Unis ne sont pas gérés par l’État et il y a peu ou pas d’aide gouvernementale. Les travailleurs à bas salaires sont obligés de dépendre de leurs grands-parents, voire de leurs arrière-grands-parents, de leurs frères et sœurs, de leurs voisins ou d'autres enfants, pour prendre soin de leurs jeunes enfants.

Les femmes ne se précipitaient pas au travail par choix, mais par besoin. Les employeurs qui faisaient pression pour les récupérer ont été bien servis par les réductions gouvernementales dans les dépenses sociales, qui ont contribué à créer ce besoin.

La contrepartie de la transition des patrons vers la présence de femmes dans la main-d'œuvre est une érosion des emplois parmi les hommes d'âge très actif. Il s’agit d’un problème à beaucoup plus long terme, avec des travailleurs masculins dans leurs années d’emploi les plus occupés, âgés de 25 à 54 ans, travaillant à un taux de travail inférieur de 9 pour cent à celui des années 1960. Si les niveaux d’emploi étaient aussi élevés aujourd’hui qu’ils l’étaient à l’époque, cinq millions d’hommes supplémentaires travailleraient. Cette érosion des emplois parmi les hommes en âge de travailler est une sorte de catastrophe économique silencieuse et de longue durée qui pèse sur l’ensemble de la population active.

Et puis, il y a toutes les autres couches de la population que les employeurs utilisent pour réduire leur masse salariale. Non seulement ils profitent depuis des années du statut « illégal » de millions de travailleurs immigrés, mais les employeurs se tournent également de plus en plus vers le travail des enfants pour compléter leur main-d’œuvre.

Selon le ministère du Travail, le travail des enfants a augmenté de 37 % au cours de l'année dernière et de près de 300 % par rapport à 2015. Le gouvernement admet que ce chiffre ne représente probablement qu'une petite fraction du nombre réel, puisqu'une grande partie de ces embauches se font sous la table.

Beaucoup de ces enfants font partie d’une vaste vague d’enfants migrants « non accompagnés » arrivant « illégalement » aux États-Unis. Ils fuient la pauvreté et la violence au Guatemala, au Honduras ou au Venezuela. Loin de chez eux, les enfants subissent une pression intense pour gagner de l’argent. Ils envoient de l'argent à leurs familles qui sont souvent endettées auprès des « parrains » de l'enfant pour les frais de contrebande, le loyer et les frais de subsistance. Cette situation extrêmement désespérée et vulnérable pousse de nombreux enfants à effectuer de longues journées de travail pour des salaires très bas dans certains des travaux les plus dangereux, notamment dans les abattoirs, les chantiers de construction, les usines fabriquant des pièces pour l'industrie automobile (dont les trois sociétés américaines), les ateliers clandestins de confection de vêtements. et des usines de transformation des aliments dans tout le pays.

Le capitalisme américain revient aux pratiques les plus barbares des années 1800, lorsque le travail des enfants était une constante.

La crise salariale

De toute évidence, toute la propagande sur une croissance rapide des salaires due à une sorte de fausse pénurie d’emplois est une pure invention. Non seulement les salaires horaires moyens des ouvriers de production n’ont pas suivi l’inflation au cours des trois dernières années, mais ils sont au moins 10 % inférieurs à ce qu’ils étaient à la fin des années 1970, selon le BLS.

Les salaires ne font pas tout. Il existe également des « avantages sociaux », qui soit disparaissent, soit pèsent beaucoup plus lourdement sur les revenus des travailleurs. La proportion de la population active bénéficiant d’une pension à prestations définies (ceux qui sont censés verser des prestations de retraite jusqu’au décès du travailleur) a été réduite de moitié par rapport aux années 1980. À quelques exceptions près, les futures prestations de retraite définies seront réservées aux travailleurs du secteur public, et nombre de ces travailleurs voient désormais des retenues sur leur salaire régulier pour les verser sur leur compte de retraite. Et même ces pensions ont été réduites parce qu’elles ne couvrent plus les prestations de santé, ce qui rend presque impossible une retraite anticipée avant que Medicare n’entre en vigueur à 65 ans. Au mieux, la plupart des travailleurs du secteur privé bénéficient d’une sorte de plan 401(k), auquel les travailleurs cotisent directement, parfois avec une subvention de l’employeur. Étant donné que les salaires des travailleurs sont déjà réduits à néant, la plupart d’entre eux n’ont pas grand-chose à consacrer à ces comptes. Après la retraite, il ne faut pas longtemps pour que les comptes de retraite soient à court d'argent, laissant le retraité avec la seule sécurité sociale sur laquelle s'appuyer, ce qui signifie vivre dans la pauvreté.

Quant aux prestations de santé, leur coût pour les travailleurs actifs est bien plus élevé qu’avant les années 1980, et la couverture elle-même est beaucoup plus restreinte – lorsque les travailleurs bénéficient de prestations médicales.

Pour tenter de survivre, pour tenter de compenser des salaires bien inférieurs et l’absence d’avantages sociaux, les gens font davantage d’heures supplémentaires, occupent davantage de deuxième et troisième emplois, tout en prenant peu ou pas de jours de congé. Les 60 % des salariés les plus pauvres travaillent désormais environ 13 % de plus par an qu'en 1975, selon l'Economic Policy Institute. Cela équivaut à cinq semaines de travail supplémentaires par an pour chaque travailleur. Tout cela fait partie de la « culture du non-repos », de la « nation sans vacances ».

La falaise de l’inflation

Cette guerre de classes s'est accompagnée d'une forte hausse des prix au cours des trois dernières années. Malgré les gros titres qui semblent indiquer que l’inflation est en baisse, ce n’est pas le cas. Cela augmente simplement moins rapidement, mais les prix des produits dont dépendent les travailleurs continuent de grimper en flèche.

L’indice des prix à la consommation (IPC) est 18 % plus élevé qu’il y a trois ans. Mais les propres statistiques du gouvernement montrent que les prix des produits de première nécessité ont augmenté beaucoup plus rapidement que cela. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 27 %. Les loyers et les charges ont augmenté de 36 %. Les fournitures destinées aux enfants qui retournent à l'école à l'automne ont bondi de 19 % en moins d'un an. Le coût d'un véhicule neuf a bondi de plus de 20 %... jusqu'à un prix moyen de 47 000 $. Le coût d’un véhicule d’occasion a augmenté encore plus rapidement, jusqu’à 30 000 $. En fait, tous les coûts de transport pour se rendre au travail – y compris l’essence, l’assurance, la réparation automobile – sont plusieurs fois supérieurs au taux d’inflation.

Ces augmentations de prix frappent de manière disproportionnée la population ordinaire, qui consacre une part bien plus importante de ses revenus au simple paiement des produits de première nécessité.

La forte hausse des prix a contraint les travailleurs à s’endetter davantage simplement pour payer leurs factures. Et la croissance de la dette s’est également accélérée en raison de fortes hausses des taux d’intérêt. En raison de ce double coup dur, près de 25 millions de personnes sont en retard dans le remboursement de leurs cartes de crédit, de leur prêt automobile ou de leur prêt personnel, selon une analyse Moody's Analytics des données d'Equifax. Il s’agit d’un chiffre plus élevé que jamais depuis 2009, en pleine Grande Récession.

Un système social inadapté aux vivants

Le système capitaliste fournit de moins en moins ne serait-ce que l’essentiel.

La faim sévit sur la terre. Selon le dernier rapport du ministère de l'Agriculture, en 2022, 17 millions de familles, soit une famille américaine sur huit, étaient considérées comme en « insécurité alimentaire » – en langage courant, elles n'avaient pas assez à manger. La situation alimentaire est bien pire pour les familles dirigées par des femmes célibataires. Un tiers de ces familles souffrent de la faim, avec toutes ses conséquences terribles sur la santé, notamment pour les enfants.

* * * * *

La hausse rapide des coûts du logement, ainsi que la hausse des prix des produits de première nécessité comme la nourriture et les transports, ont conduit à une nouvelle vague de sans-abrisme à travers le pays. À Denver, le sans-abrisme a augmenté de 32 % cette année par rapport à l'année dernière. À Boston, c'est en hausse de 17 %. À Los Angeles, où il était déjà extrêmement élevé, il a augmenté de 10 % de plus. À Washington, DC, c'est une hausse de près de 12 %. À New York, la ville a atteint 100 000 sans-abri, une première, selon le New York Times.

La plupart des sans-abri sont des travailleurs pauvres. En temps ordinaire, ils se débrouillent. Mais, pour une raison ou une autre – une augmentation considérable du loyer, une maladie, une blessure, la perte d'un emploi, le décès d'un conjoint – ils perdent subitement leur logement. Ils se retrouvent dans la rue, avec sa violence, et où la mauvaise santé les rattrape rapidement.

Une vaste étude publiée en juin par l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) a confirmé ce dénuement. L'étude de l'UCSF a également confirmé que le segment de la population sans abri qui connaît la croissance la plus rapide est constitué de personnes actives dans la cinquantaine et plus. Ils n’avaient jamais été sans abri auparavant. Mais sans retraite, sans épargne, leur seule source de revenus étant le Revenu Supplémentaire de Sécurité ou la Sécurité Sociale, ils se retrouvent sans de quoi payer leur loyer.

L’augmentation du nombre de sans-abrisme n’est pas simplement due au faible revenu des personnes. C'est aussi le produit de l'augmentation insensée des coûts du logement. Le logement a non seulement produit des profits en augmentation rapide pour les promoteurs immobiliers et les sociétés de gestion, mais il a également attiré une énorme quantité de spéculation financière de la part de toutes les couches de la classe capitaliste, en particulier des financiers de Wall Street qui ont racheté des stocks de maisons unifamiliales en défaut de paiement, puis rapidement ont augmenté leur loyer pour maximiser un rendement rapide pour eux-mêmes.

* * * * *

L’appauvrissement croissant et le chômage ont conduit une autre partie de la population directement dans le gargantuesque système pénal américain. Ce système englobe environ 1,6 million de personnes en prison, ainsi que 4,5 millions de personnes supplémentaires en probation ou en libération conditionnelle, c'est-à-dire sous la « supervision » directe du système de justice pénale, ou sur le point de retourner en prison. Ce système, le plus important au monde, implique à tout moment environ 2,5 % de la population adulte américaine.

Ceux qui vont en prison sont pour la plupart des jeunes hommes issus de quartiers populaires et pauvres en proie à un chômage chroniquement élevé, à des logements et à des écoles médiocres. De manière disproportionnée, ce sont de jeunes hommes noirs. Mais les Blancs pauvres finissent toujours en grand nombre dans le système ; en fait, ils constituent la majorité des personnes incarcérées. Et un nombre croissant de femmes sont également enfermées. Au lieu que la société prépare ceux qui viennent des quartiers pauvres à mener une vie productive, en leur donnant la formation et les outils intellectuels pour le faire, elle les condamne au chômage et à une vie sous la botte de fer des flics et des gardiens de prison.

Une étude publiée l'année dernière par l'Association américaine pour l'avancement des sciences a révélé qu'à l'âge de 35 ans, pas moins de 64 % des hommes au chômage ont une arrestation à leur dossier, tandis que 46 % ont été reconnus coupables d'un crime.

En prison, les anciens chômeurs et sans emploi sont intégrés dans le système de travail pénitentiaire en plein essor du pays, les camps de prisonniers et les programmes de location de condamnés, où ils gagnent quelques centimes par jour. C'est du travail forcé – rien d'autre que de l'esclavage sous un autre nom !

* * * * *

Tout cela pris ensemble a conduit à une baisse spectaculaire de l’espérance de vie de la classe ouvrière. Les économistes de Princeton, Anne Case et Angus Deaton, ont découvert dans une étude récente que l'espérance de vie des deux tiers de la population américaine qui n'a pas de diplôme universitaire a diminué depuis 2010. En 2021, elle avait déjà diminué de deux ans. Puis, pendant la pandémie, il a encore diminué d’un an et demi. L'étude de Case et Deaton concluait, dans un jargon académique typique : « La mort est particulièrement révélatrice d'un échec sociétal. »

En réalité, ces morts sont des victimes de la guerre de classes que la classe capitaliste mène contre la classe ouvrière.

La classe ouvrière détient la clé

C’est le bilan catastrophique que nous propose aujourd’hui le capitalisme. Chaque réduction d’emploi et de salaire, chaque enfant affamé et chaque sans-abri sont un réquisitoire contre la classe capitaliste qui tient la société dans son emprise mortelle. Le fait que ce déclin se produise dans le pays le plus riche et le plus avancé du monde montre à quel point le capitalisme représente une impasse pour l’humanité tout entière.

En 1938, au milieu d’une crise capitaliste antérieure marquée par 10 années de chômage tentaculaire et de menace de guerre s’étendant jusqu’à engloutir le monde, la Quatrième Internationale a publié le Programme de transition et la lutte pour le socialisme . Effectivement écrit par Trotsky, il aurait tout aussi bien pu être publié aujourd'hui, tant sa discussion sur la situation de la classe ouvrière est une description précise de la réalité sociale d'aujourd'hui.

« La politique des capitalistes... comme la politique de leurs agents, les réformistes, visent à faire porter tout le fardeau du militarisme, de la crise, de la désorganisation du système monétaire et de tous les autres fléaux issus de l'agonie du capitalisme sur le dos des les travailleurs....

« Dans les conditions d'un capitalisme en désintégration, les masses continuent de vivre la vie appauvrie des opprimés, menacées aujourd'hui plus qu'à tout autre moment du danger d'être jetées dans le gouffre du paupérisme... Mais deux afflictions économiques fondamentales, en ce qui résume l'absurdité croissante du système capitaliste, c'est-à-dire le chômage et les prix élevés, qui exigent des mots d'ordre et des méthodes de lutte généralisés...."

Mais le programme de transition n’était pas simplement une description de la réalité. C'était aussi un appel à l'action. Dans la partie qui se concentrait sur ces « deux afflictions économiques fondamentales », il proposait une lutte immédiate de la classe ouvrière si elle voulait éviter de sombrer dans la misère absolue, une lutte dans laquelle est implicitement la possibilité que « les travailleurs en viennent à comprendre le problème ». nécessité de liquider l’esclavage capitaliste. C'était en même temps un programme de lutte pour défendre les intérêts immédiats des travailleurs au sein de la société capitaliste, et une lutte qui allait, pour ainsi dire, se confondre et se développer en une lutte révolutionnaire pour construire une nouvelle société.

La perspective était simple et pertinente : « La Quatrième Internationale exige des emplois et des conditions de vie décentes pour tous. »

* * * * *

« Contre une hausse galopante des prix, qui, à l'approche de la guerre, prendra un caractère de plus en plus effréné, on ne peut lutter que sous le mot d'ordre d'une échelle mobile des salaires . Cela signifie que les conventions collectives [c'est-à-dire les syndicats] devraient assurer une augmentation automatique des salaires en fonction de l'augmentation du prix des biens de consommation... »

Cela ne signifie pas le type d'indemnité de vie chère (COLA) que certains syndicats prévoient dans leurs contrats. Parce que ces hausses de salaires ne suivent la hausse des prix qu’avec un long décalage – près de six mois, voire plus – et qu’elles ne récupèrent qu’une partie des hausses de prix. Non, les salaires devraient augmenter immédiatement. De plus, les chiffres d'inflation du gouvernement ne reflètent pas l'impact réel des augmentations de prix sur les budgets des travailleurs. Mais Trotsky était convaincu que les travailleurs, dans leur position collective, disposaient de moyens largement suffisants pour suivre les augmentations réelles des prix.

* * * * *

« Contre le chômage, « structurel » aussi bien que « conjoncturel », le moment est venu d'avancer avec le mot d'ordre des travaux publics, le mot d'ordre de la modulation du temps de travail. Les syndicats et autres organisations de masse devraient lier les travailleurs et les chômeurs dans une solidarité de responsabilité mutuelle. Sur cette base, tout le travail en cours serait ensuite réparti entre tous les travailleurs existants conformément à la manière dont la durée de la semaine de travail est définie. Le salaire [hebdomadaire] moyen de chaque travailleur reste le même que sous l’ancienne semaine de travail. Les salaires, sous un minimum strictement garanti, suivraient l'évolution des prix. Il est impossible d’accepter un autre programme dans la période catastrophique actuelle.»

* * * * *

Il est clair qu’en 1938, Trotsky envisageait que les syndicats, les principales organisations de masse de la classe ouvrière, pourraient jouer un rôle dans l’organisation d’une lutte pour de telles revendications. Il est évident que les syndicats tels qu’ils sont aujourd’hui ne sont qu’une pâle ombre des organisations que la classe ouvrière créait en 1938, à partir de grèves de masse à l’échelle de l’industrie, d’occupations d’usines et de grèves générales à l’échelle de la ville. Mais même à cette époque, Trotsky mettait en garde contre la double nature des syndicats, qui étaient à la fois les organisations vers lesquelles les travailleurs se tournaient lorsqu'ils étaient prêts à se battre et le mécanisme par lequel les bureaucraties étaient imposées à leurs luttes, les limitant dans la perspective de la lutte. de ce qui est « possible » dans la société capitaliste. Le fait était que, comme le disait le programme de transition, « les travailleurs ont plus que jamais besoin d’organisations de masse, principalement de syndicats ». Mais, comme Trotsky nous le rappelle ailleurs, « les syndicats ne sont pas une fin en soi ; ils ne sont que des moyens sur le chemin de la révolution prolétarienne.»

Que ces revendications puissent être satisfaites, qu’une lutte pour elles soit possible n’est PAS, en fait, une question économique. Le programme de transition lui-même ne visait pas essentiellement uniquement ces deux « afflictions économiques fondamentales », mais le chaos croissant d’un monde capitaliste se précipitant vers la guerre. Ce qui est possible, c’est une « question du rapport de forces, qui ne peut être résolue que par la lutte », comme le dit le Programme de transition. La classe ouvrière peut-elle réaliser le socialisme ? C’est tout autant une « question de rapport de forces ». Et ce qui joue ici un rôle fondamental, c’est ce que les travailleurs comprennent, à travers leur propre activité consciemment organisée, sur la mesure dans laquelle ils détiennent entre leurs mains le potentiel de pouvoir. Et cela revient finalement à la même question, à savoir s’il existe un courant révolutionnaire au sein de la classe ouvrière et impliqué dans ses luttes. Y a-t-il suffisamment de forces dédiées à la construction d’un parti révolutionnaire dans la perspective exposée dans le programme de transition ? Ce parti peut-il être construit à temps ?

Il s’agit en fait d’une vieille question, mais la nécessité de résoudre ce problème devient de plus en plus urgente à mesure que les différentes crises du monde capitaliste s’accélèrent et s’étendent et que la guerre devient un fait plus généralisé. L’avenir de la civilisation humaine dépend de la mesure dans laquelle la classe ouvrière prend conscience de sa capacité à renverser la société capitaliste et à en créer une socialiste.

C'est ce que Spark a toujours cru et c'est l'objectif fondamental de toute notre activité.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 20 Jan 2024, 00:45

Éditorial, 7 janvier 2024 a écrit :
La vache de Madame O'Leary et la Troisième Guerre mondiale

Le Moyen-Orient brûle. Israël bombarde à nouveau Gaza. En essayant de s'échapper, un million de personnes se pressent à Rafah. L'armée israélienne mène des raids en Cisjordanie et les « colons » israéliens chassent les bergers palestiniens de leurs villages. Le Hezbollah envoie des roquettes sur le nord d'Israël. Israël lance des frappes aériennes sur le Liban. 80 000 personnes fuient leurs foyers dans le nord d’Israël ; 75 000 personnes fuient dans le sud du Liban. Les États-Unis envoient des drones contre un quartier de Bagdad, à la recherche de milices. (Et pourquoi les États-Unis ont-ils des troupes en Irak et en Syrie ?) Les rebelles Houthis utilisent des bateaux de pêche pour arrêter les pétroliers dans la mer Rouge. Un dirigeant du Hamas et six autres réfugiés palestiniens au Liban sont tués dans une attaque à la roquette israélienne sur Beyrouth. Des bombes sont déclenchées lors d'un rassemblement commémoratif en Iran, tuant près de 100 personnes. L’État islamique en revendique le mérite.

La lutte contre les incendies du Moyen-Orient a peut-être frappé la région, mais l’impérialisme a préparé le terrain pour cela.

En 1908, d'importantes réserves de pétrole ont été découvertes en Perse, aujourd'hui appelée Iran. Les puissances européennes disposaient déjà de bases militaires au Moyen-Orient. La Grande-Bretagne et la France contrôlaient le canal de Suez à une extrémité de la mer Rouge. À l’autre bout, la Grande-Bretagne contrôlait Aden – aujourd’hui le Yémen –. Ensemble, leurs armées contrôlaient les routes commerciales par lesquelles les richesses asiatiques étaient acheminées vers l'Europe.

Après la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne et la France ont divisé le Moyen-Orient, en postant davantage de troupes dans la région et en étendant ainsi leur contrôle. D'autres réserves de pétrole ont été découvertes dans ce qui, après la Seconde Guerre mondiale, deviendra l'Iran, l'Irak, le Liban, le Koweït, les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Moyen-Orient fut à nouveau divisé. Des lignes tracées arbitrairement sur une carte établissaient de nouveaux pays. Les différents groupes tribaux, clans et peuples ont été découpés en morceaux.

Les forces les plus réactionnaires furent établies comme nouveaux dirigeants des nouveaux pays. Les seigneurs de guerre sont devenus rois et princes. Les pirates se sont transformés en cheikhs. L’impérialisme a fourni les forces militaires nécessaires pour les mettre en place. Chacun d’eux était directement lié à l’un des États impérialistes : la Grande-Bretagne, la France ou, éventuellement, les États-Unis.

La religion a été renforcée. L’Islam, le Judaïsme et le Christianisme se sont disputé les croyants.

Les différents peuples qui y vivaient n’avaient pas leur mot à dire. Ils n’ont pas décidé quels seraient les nouveaux États. Ni qui les gouvernerait. Ils n'ont pas décidé avec leurs voisins quel avenir ils auraient. Ils n'ont pas décidé que certains seraient expulsés et d'autres importés. Ces décisions ont été prises à Londres, à Paris, puis confirmées à Washington DC.

Les conditions propices à l'embrasement du Moyen-Orient ont été posées à Londres, Paris et Washington.

Le mythe veut peut-être que la vache de Mme O'Leary a renversé une lanterne, mettant le feu à Chicago. Mais la cause d'un incendie massif ne dépend pas d'une seule vache de mauvaise humeur. Les intérêts immobiliers rassemblaient les gens pour maximiser leurs profits. Ils ont préparé les conditions pour que l'incendie détruise Chicago bien avant que Mme O'Leary possède même une vache.

Les guerres ne commencent pas non plus par un ou deux incidents stupides. Les conditions pour elles sont posées avant.

Aujourd’hui, les conditions d’une nouvelle guerre mondiale sont réunies. L’économie capitaliste est en crise depuis 50 ans, et les capitalistes et leurs gouvernements n’ont pas réussi à trouver une issue à cette crise. Dans la course au profit, ils ont mené des « petites guerres » : Corée, Algérie, Vietnam, Liban, Irak, Congo, Kenya, Afrique du Sud… Certaines guerres sont terminées, mais leurs séquelles continuent de s’étendre.

Le monde d’aujourd’hui ressemble à ce quartier de Chicago. Et aucune vache de mauvaise humeur ne sera nécessaire pour allumer les incendies de la Troisième Guerre mondiale.

Le capitalisme compte suffisamment de pyromanes désireux de déclencher l’incendie. C’est l’avenir que le capitalisme prépare pour les peuples du monde.

C'est ce à quoi nous serons confrontés jusqu'à ce que la classe ouvrière devienne consciente de ses propres intérêts et de ses propres capacités, jusqu'à ce qu'elle rassemble ses forces pour le combat qu'elle seule peut mener pour renverser le capitalisme.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

PrécédentSuivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)