Éphéméride

Marxisme et mouvement ouvrier.

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 11 Fév 2022, 17:16

Salut camarades,

Je viens de lire sa biographie sortie à la maison d'édition Les Bons caractères... Excellent livre qui parle beaucoup bien sûr de la grève chez Renault de 1947 qu'il dirigea et ensuite du Syndicat Démocratique Renault qu'il anima ! 11 février 2002 décès de Pierre Bois dit Vic, il y a exactement 20 ans.

11 février 2002 : décès de Pierre Bois
Article paru dans Lutte Ouvrière n°1752 du 22 février 2002

Pierre Bois.jpg
Le camarade Pierre Bois
Pierre Bois.jpg (11.69 Kio) Consulté 906 fois


Notre camarade Pierre Bois est décédé, quelques jours avant son 80ème anniversaire.

Pierre Bois a été incinéré au funérarium du Père-Lachaise le samedi 16 février 2002, dans une relative intimité, en présence de ses camarades les plus anciens et les plus proches.

Sa mère était d'une famille d'ouvriers agricoles de Picardie. Elle connut les travaux domestiques dès l'enfance et à l'âge de 14 ans fut placée comme bonne. Elle connut deux fois l'exode en 14-18, puis le retour dans un pays dévasté. Elle devint bonne à tout faire à Paris.

Son père était issu d'une famille de paysans très pauvres du Limousin et il devint maçon dans la région parisienne. Appelé au régiment en 1912, il fit deux ans de service militaire, puis fut mobilisé durant quatre ans pour la guerre de 1914 : Alsace, Chemin des Dames, Somme, Italie, il ne fut démobilisé qu'en 1920, rendu farouchement anti-militariste.

Après la naissance de ses fils, Pierre et Jean, il adhéra au Parti Communiste en 1923 et y resta jusqu'en 1933.

La famille Bois arriva à Goussainville, alors en Seine-et-Oise, en 1925, dans un lotissement sans urbanisation : ni eau, ni gaz, ni électricité, ni tout-à-l'égout, des chemins de terre en guise de rues. Le père de Pierre mit toute sa vie à construire sa maison et mourut avant qu'elle soit réellement terminée.

Il est allé à l'école à sept ans, car on avait dû attendre qu'il y ait une école. C'est là qu'il connut Mathieu Bucholtz, qui l'amena plus tard aux idées trotskystes.

Pierre Bois commença à travailler à 15 ans, comme maçon chez un petit patron. Entre-temps il était entré à la « Fanfare ouvrière de Goussainville ». Tous les membres étaient militants ou sympathisants du PC. Il y était trompette d'harmonie et il y resta jusqu'à ce que la fanfare soit dissoute au début de la guerre.

Au même âge, à 15 ans, Pierre entra aux JC qui, à l'époque, s'occupaient surtout de la guerre d'Espagne. Avec une vingtaine de copains des JC, il avait bâti la « maison du cercle JC » en achetant une maison désaffectée du chemin de fer qu'ils avaient retapée eux-mêmes.

C'est là qu'il connut ses premières lectures politiques - dans la ligne stalinienne -, devint responsable de la bibliothèque et responsable de la diffusion de l'Avant-Garde.

À 17 ans, il réussit à se faire embaucher chez Brissoneau, une entreprise qui fabriquait des locotracteurs et des wagons de métro à Montataire, près de Creil, dans l'Oise. Il devait faire 70 km aller-retour par jour à bicyclette pour se rendre au travail. Puis il entra à la SNCF comme « élève-bureau » à « l'exploitation », c'est-à-dire une sorte d'apprenti employé, au plus bas dans la hiérarchie de l'administration.

Juste avant la guerre, Pierre Bois travaillait à la gare de Survilliers, toujours en Seine-et-Oise.

Il continua à militer à la JC après l'interdiction de toutes les organisations communistes par un décret-loi de Daladier. Puis grâce aux quelques libertés de déplacement qu'il avait en tant que cheminot, il continua encore pendant l'Occupation, après l'attaque de l'URSS par l'Allemagne.

C'est en 1941 que son ancien camarade de classe, Mathieu Bucholtz, le convainquit du fossé croissant entre la politique du PC et les principes du communisme. Pour cela, Bucholtz lui fit lire les ouvrages de base du marxisme, puis, avec des faux papiers d'étudiant, le fit lire à la Bibliothèque Nationale où l'on pouvait encore se faire communiquer des ouvrages interdits.

Pierre Bois se levait à trois heures du matin pour aller en vélo à Saint-Denis, où il travaillait alors. Il ne pouvait pas y aller en train puisque c'est lui qui ouvrait la gare à cinq heures du matin ! Il y travaillait jusqu'à 13 heures et, l'après-midi, il allait lire à la Bibliothèque Nationale jusqu'à 17 ou 18 heures. Ensuite il retournait à Goussainville en vélo.

Il voyait Bucholtz une à deux fois par semaine. Buscholz appartenait au « Groupe Communiste IVe Internationale », créé par un militant surnommé Barta.

À partir de là, Pierre Bois devint un militant trotskyste, c'est-à-dire communiste à part entière. Il participa aux activités du groupe. En novembre 1942, la zone dite « libre » fut à son tour occupée par les Allemands. Barta lui demanda alors de passer, grâce à sa carte de cheminot, en zone libre pour voir Raptis (Pablo, dirigeant du POI) à Saint-Hilaire-du-Touvet, près de Grenoble, où il était en sanatorium, afin de lui transmettre les publications du groupe. Quelques mois plus tard, Raptis, revenu à Paris, donna pour le groupe, devenu « Union Communiste (IVe Internationale) » des cours d'éducation marxiste auxquels Pierre Bois assista.

Au mois de juin 1943, ce fut le service du travail obligatoire, le STO, pour les jeunes de son âge. Il fut affecté sur place à la SNCF. Mais quelque temps après, il fut réquisitionné comme cheminot pour aller faire des embarquements de troupes à Hambourg. Alors il devint « réfractaire » au STO (carte 4554) et entra dans la clandestinité jusqu'à la fin de la guerre.

Il vécut tant bien que mal, comme les autres militants de son organisation.

À la Libération, il fut, parce que trotskyste, enlevé par des membres du Parti Communiste et emmené au siège du PC, de même que son frère Jean. C'est là qu'on demanda à Jean s'il connaissait « Bucholtz ». Pierre fut relâché, Jean put s'enfuir et c'est alors qu'ils apprirent qu'on venait de retrouver le corps de Mathieu Bucholtz dans la Seine, qui portait des impacts de plusieurs balles dont aucune n'était mortelle.

En décembre 1944, Pierre Bois entra, sur la demande de l'organisation, comme ouvrier chez Citroën. D'abord à Saint-Ouen, aux Presses, où il fallait emboutir des tôles de 28 kg. Le travail se faisait à deux, l'un attrapait la tôle, l'autre la recevait pour la faire passer sous la presse, et il fallait en faire une à la minute.

Il fut ensuite muté à Citroën Levallois, où l'on refaisait des moteurs américains GMC qui revenaient du front. On les démontait et on les remontait après les avoir nettoyés sous un jet d'eau chaude additionnée de potasse. Puis il travailla aux « Vilebrequins ». Enfin, il fut muté à Clichy. Il quitta Citroën au bout de onze mois et fit des petits boulots avant de se faire embaucher, toujours sur la demande du groupe, chez Renault, en mai 1946. Il fut affecté au « Département 6 », qui fabriquait principalement des pignons.

En avril-mai 1947, à la tête des travailleurs des départements 6 et 18, qui élurent un comité de grève, il fut, sous la direction politique de Barta, l'animateur et le dirigeant de la grève de Renault Billancourt qui obligea les ministres communistes à sortir du gouvernement Ramadier.

Par la suite, comme la CGT ne voulait pas reconnaître la section syndicale du 6 et 18, Pierre Bois fut amené à créer, on peut dire malgré ses idées, un syndicat indépendant, le Syndicat Démocratique Renault (SDR) qui mena un combat difficile pour se faire reconnaître légalement et pouvoir présenter des délégués.

En 1949, l'Union Communiste éclata à la suite d'un conflit entre Barta et Bois sur la façon dont Barta entendait diriger le SDR.

Après la dissolution de l'UC, Pierre Bois continua à militer chez Renault. Il publia un petit journal, le Travailleur émancipé puis, avec des camarades de l'usine proches de « Socialisme ou barbarie », il participa à un journal dont la diffusion se limitait à la Régie Renault, du nom de Tribune Ouvrière. Le premier numéro parut en mai 1954.

De cette époque à 1956, avec un certain nombre d'anciens de l'UCI, Pierre Bois, qui a toujours été pour nous notre camarade Vic, fut l'un des principaux artisans de la création du groupe Voix Ouvrière, celui qui avait le plus de crédit militant auprès de tous les autres camarades.

A partir de là, sa vie se confond avec l'activité de ce groupe.

Puis, après la dissolution de Voix Ouvrière à la suite des événements de mai 1968, qui eut lieu en même temps que celle d'autres organisations d'extrême gauche, Vic fut à l'origine de Lutte Ouvrière.

Au-delà du respect, de l'amitié, de la camaraderie, de l'affection que nous avions tous pour lui, il était celui qui, dans nos rangs, incarnait vraiment la conscience de classe.

Tous ceux qui l'ont connu, dans les congrès, les réunions du CC ou celles du CE, se souviennent de ses interventions, que l'on pourrait dire musclées lorsque les décisions que nous envisagions de prendre ressemblaient tant soit peu à des compromis ou à des faiblesses. Récemment, à notre dernier congrès, il a rappelé à voix haute et forte, qu'en 1981 il n'avait pas appliqué les consignes de l'organisation et que, pour sa part, il n'avait pas voté Mitterrand au deuxième tour.

Il avait, il est vrai, un vieux fond un peu libertaire, mais en ces temps de compromis de toute sorte, d'abandon des idées communistes, son radicalisme bien dans la tradition du mouvement ouvrier communiste était pour nous un garde-fou précieux.

Presque jusqu'au tout dernier moment, il a participé à la vie de notre organisation, à sa cellule, à sa section, à ses AG, au Comité exécutif, au Comité central et au Congrès.

En tout cas, si nous avions eu le temps, nous aurions voulu lui dire qu'il nous avait été et qu'il nous était indispensable. Il représentait une ancienne génération d'ouvriers communistes, qui s'amenuise de jour en jour.

Nous espérons contribuer à en faire naître d'autres de la même trempe, du même courage et du même dévouement envers les autres.

Nous sommes affreusement tristes, mais tant que Vic sera présent, intact, dans la mémoire du dernier survivant d'entre nous, il sera vivant.
Cette survie-là se passe de pierre tombale, de mémorial ou de tout autre symbole artificiel.

Très peu de temps avant sa mort il prit encore la parole à la tribune du congrès de Lutte Ouvrière du début décembre 2001, et nous n'oublierons pas la fin de son intervention :

« Je voudrais cependant terminer en vous disant : ce ne sont pas les vieux qu'il faut féliciter. Bien sûr, ils ont eu le mérite d'avoir tenu. Mais si c'est quelque chose d'important, ou en tout cas de notable, c'est vraiment dû aux circonstances de ces temps sans idéal.

Ceux que je voudrais féliciter, moi, ce sont les jeunes qui sont ici. Je ne vous dirai pas où commence et à quel âge finit la jeunesse, mais c'est eux qui représentent l'avenir de nos idées et c'est à eux que reviendra, je l'espère, la tâche de les mettre en oeuvre.

En effet, ceux que j'applaudis sont les jeunes qui entrent maintenant dans la vie militante. Les raisons d'espérer ils ne les trouvent pas autour d'eux.

C'est donc que c'est en eux qu'ils les trouvent. Et c'est pour cela qu'il faut les féliciter.

Et je leur dirai qu'en soixante ans de militantisme, j'ai toujours été heureux, malgré toutes les circonstances traversées. Heureux de m'instruire, de penser, de lever la tête. Heureux parmi mes camarades de toutes les générations, heureux de ne pas être cloîtré dans un tout petit milieu comme le sont malheureusement la plupart des gens.

Alors, camarades, bon courage et ayez confiance dans l'avenir de l'Humanité ! »


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1942
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Éphéméride

Message par artza » 12 Fév 2022, 13:23

12 février 2022 c'est le meeting parisien de LO pour la campagne de Nathalie Arthaud. Pas encore historique.

En 1934 grève et manif gigantesque contre l'extrême-droite à Paris.
Ephémére Front unique des travailleurs.
PS et PC travestirent tout ça en Front populaire avec les radicaux (Union de la gauche) pour offrir une planche de salut gouvernementale aux "deux cents familles".
artza
 
Message(s) : 2118
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 25 Fév 2022, 09:00

Salut camarades,

25 FÉVRIER 1972 - IL Y A 50 ANS

Le camarade Pierre Overney, Pierrot, de la Gauche Prolétarienne était assassiné par Tramoni, un homme de main, vigile de Renault à Billancourt. On n'oublie pas...

Pierre Overney.jpg
Hommage à Pierrot !
Pierre Overney.jpg (48.59 Kio) Consulté 795 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1942
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 18 Mars 2022, 08:57

Salut camarades,

Le 18 mars reste la date anniversaire du début de la Commune de Paris de 1871...

Avec mon drapeau rouge, c'est ma fête internationale et universelle ! Si les bourgeois ont leur 14 juillet, les prolétaires ont leur 18 mars !

Comme le précisait Marx à l'AIT pour le premier anniversaire de la Commune en 1872 :

Nous considérons le glorieux mouvement du 18 Mars comme l'aube de la grande révolution sociale, qui libérera les hommes à tout jamais du régime des classes.


Comme l'écrivait Karl Marx, dans son célèbre "La Guerre civile en France" :

Le Paris ouvrier, avec sa Commune, sera célébré à jamais comme le glorieux fourrier d’une société nouvelle. Le souvenir de ses martyrs est conservé pieusement dans le grand cœur de la classe ouvrière. Ses exterminateurs, l’histoire les a déjà cloués à un pilori éternel, et toutes les prières de leurs prêtres n’arriveront pas à les en libérer.


Enseignements de la commune :

Pour qu'une révolution sociale puisse triompher, deux conditions au moins sont nécessaires: des forces productives hautement développées et un prolétariat bien préparé. Mais en 1871 ces deux conditions faisaient défaut. Le capitalisme était encore peu développé et la France était surtout un pays de petite bourgeoisie (artisans, paysans, boutiquiers, etc.). Il n'existait pas de parti ouvrier; la classe ouvrière n'avait ni préparation ni long entraînement et, dans sa masse, elle n'avait même pas une idée très claire de ses tâches et des moyens de les réaliser. Il n'y avait ni sérieuse organisation politique du prolétariat, ni syndicats et associations coopératives de masse. Lénine, À la mémoire de la Commune, in la Commune de Paris, pp. 18-19.


Qu'il vienne le Temps des Cerises !

Quand nous en serons au temps des cerises, le gai rossignol, le merle moqueur, seront tous en fête, les belles auront de la folie en tête, et les amoureux du bonheur au coeur...


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1942
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Précédent

Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron