Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique !

Marxisme et mouvement ouvrier.

Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique !

Message par Gayraud de Mazars » 15 Mai 2020, 10:03

Salut camarades,

On trouve peu de choses politiques sur Juan Posadas sur la toile... Entre quolibets moqueurs bien sûr et aspects du passé... Interview de l'Historien qui vient d’écrire une biographie sur Posadas, nota : ce gars n’est pas de culture trotskiste mais plutôt mouvement anti-mondialisation...

J. Posadas, the Trotskyist Who Believed in Intergalactic Communism
(Juan Posadas, le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique)
Un interview avec A.M. Gittlitz, en anglais hélas...

https://jacobinmag.com/2020/04/j-posada ... yism-ufos/

Image

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1900
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique

Message par com_71 » 15 Mai 2020, 10:40

Avant, il avait cru, comme malheureusement bien d'autres, à l'état ouvrier sans intervention de la classe ouvrière. C'était là, une vraie rupture.

La traduction automatique du fameux texte "intergalactique", au moins pour certains passages, franchement j'ai déjà lu bien pire :
J. Posadas
Les soucoupes volantes, le processus de la matière et de l'énergie, la
science, la lutte révolutionnaire et ouvrière
et l'avenir socialiste de l'humanité


(26 juin 1968)

J. Posadas: Les soucoupes volantes, le processus de la matière et de l'énergie, la science, la lutte de classes et révolutionnaire et le futur socialiste de l'humanité , Paris: Éditions Réed, 1968.
Publié à l'origine en 1968 en tant que brochure en français.
Traduit et transcrit par David Broder. Annoté
par Einde O 'Callaghan pour l' Encyclopédie du trotskysme en ligne (ETOL) .

La vie peut exister sur d'autres planètes, dans d'autres systèmes solaires, dans d'autres galaxies et univers.
Le passage de la matière de l'état inorganique à l'état organique pourrait avoir lieu d'une manière différente de la façon dont il le fait sur Terre, de sorte que l'énergie pourrait être utilisée d'une manière plus efficace. Ici, nous savons à peine comment utiliser au mieux le pétrole et, de façon très limitée, l'énergie nucléaire que nous avons à portée de main. Ils peuvent au contraire être en passe d'exploiter toute l'énergie existant dans la matière. Ils peuvent utiliser toute l'énergie que nous ne savons toujours pas utiliser sur Terre et la transformer en lumière. Il se pourrait que la matière soit organisée différemment dans d'autres systèmes planétaires ou galaxies, dans des combinaisons infinies et sous des formes totalement différentes de celles que nous connaissons sur Terre. Nous ne pouvons pas imaginer ce que c'est, mais nous pouvons très bien imaginer qu'il peut y avoir une organisation d'énergie infiniment supérieure à ce que nous avons ici. En Union soviétique,ils ont découvert un rayon infiniment plus rapide que la lumière, ce qui est quelque chose de totalement nouveau.
Ce même rayon peut avoir été découvert sur d'autres planètes il y a des millions d'années, et déjà utilisé. Alors que nous prenons X heures pour aller d'un continent à un autre, ils le font peut-être en une demi-seconde. La conception de la vie et l'organisation de la matière sont déterminées par toutes ces choses. Cette énergie doit contenir une propriété et une force infiniment supérieures à tout ce que nous savons. Nous pouvons concevoir un être qui, juste en levant la main, peut produire de la lumière, y attirer de l'énergie, la repousser et l'organiser. C'est possible. Nous sommes habitués à voir et à concevoir la vie sur Terre, au sens commercial de la propriété privée, le sentiment de possession, qui est la base du développement social avant l'avènement de l'Etat ouvrier. C'est cela qui détermine le but de la vie et sa relation avec les autres planètes.Quand ils planifient un voyage sur une autre planète, ils le font pour voir comment l'exploiter et le dominer, car la science est soumise à ceux qui la paient. La science n'est pas indépendante.
Ce n'est pas la même chose que lorsque vous plantez une plante, pour en récolter ce que vous voulez. Dans ce cas, même si nous sommes soumis à la nature, nous déterminons ce qui se passe. La science, au contraire, est soumise à ceux qui la financent. Astronomes, physiciens, où devraient-ils aller pour trouver l'équipement nécessaire à leurs recherches? Ils ne peuvent pas le faire, sans argent. Ils ne sont pas, en tant qu'individus, suffisamment riches pour payer ces choses et aussi s'en tirer. C'est l'État capitaliste, voire l'État soviétique, qui a les moyens de payer. Ils peuvent ainsi installer leur équipement, mais ils limitent leurs capacités aux intérêts capitalistes ou aux contraintes bureaucratiques imposées par la direction de l'Etat ouvrier. C'est pourquoi nos connaissances en physique, en matière, en astronomie n'en sont encore qu'à un stade embryonnaire. Nous n'avons encore aucune connaissance réelle de ce qui existe.Nous corrigeons constamment la base même des découvertes, que ce soit pour Newton, Einstein ou toutes les autres. Les formes et les combinaisons de matière sont infinies. Il contient des forces que nous n'utilisons pas. Il n'y a pas de force extérieure. Pourquoi cette énergie? Qu'est-ce qui stimule l'activité des cellules? C'est un mouvement interne. Il contient des forces que nous n'utilisons pas. Nous devons découvrir la puissance de ce qu'il est possible de faire. La force qui nous permet de lever les bras est appelée «énergie cinétique». Quelle est cette force? La force qui pousse le mouvement est une source d'énergie, qui doit avoir une forme primaire de développement avant même de lever le bras, car il existe déjà la capacité qui nous permet de concevoir, dans nos esprits, la nécessité de lever les bras.
Un universitaire japonais a avancé une conclusion, un peu comme la nôtre, concernant les tremblements de terre: il a dit qu'il était criminel de gaspiller l'énergie produite par ces tremblements de terre. Il est possible de faire un système de forage dans la Terre - comme une sorte de radar - mesurant tous les mouvements, les gaz à l'intérieur de la Terre, ses déplacements intérieurs dus au gaz ou aux rotations du Soleil et de la Terre, dont les scientifiques sont toujours pas au courant. Le savant japonais a également déclaré que nous pouvions prédire, contenir et, en fait, utiliser cette énergie. Nous avons dit la même chose lors du tremblement de terre chilien de 1961.
Les connaissances scientifiques sont encore limitées pour comprendre l'organisation de la matière qui a permis une certaine forme de vie et de reproduction sur Terre. Notre capacité scientifique est limitée en raison des possibilités manquées d'une telle étude, ainsi que par le manque de moyens financiers. Ce sont les capitalistes qui ont ces moyens en main. Ils ont des intérêts capitalistes. Il s'agit d'une limitation très importante.
De plus, notre capacité et notre audace à faire de nouvelles observations sont limitées par la conception du monde établie par l'appropriation et l'utilisation de la propriété. Notre connaissance est limitée par des intérêts particuliers et des préjugés sociaux. C'est évidemment le cas, par exemple, pour les transplantations cardiaques. Les mentalités capitalistes empêchent la bourgeoisie d'avoir une perspective, l'empêchant de s'intéresser au monde et limitant son audace à l'observer. S'ils avaient de l'audace et de la résolution, ils se rendraient compte qu'ils ont mal tourné et que leur existence n'est plus justifiée. Leurs intérêts les limitent et les enferment. Ils imposent les mêmes limites à la science, à la chimie et à la médecine. Inversement, il n'y a aucune raison pour qu'il en soit ainsi sur d'autres planètes.
La lutte des classes n'a pas à exister. Sur Terre, au contraire, le processus de l'histoire s'est déroulé ainsi. Il n'y a aucune raison pour qu'il en soit de même pour les autres planètes. L'organisation de la société pourrait prendre des formes infiniment supérieures, sans lutte ni antagonisme. Il n'y a aucune raison de se battre. Si des êtres sur d'autres planètes nous voyaient, ils diraient, étonnés: «Oh! Ils se disputent une voiture, tirent, s'entretuent! Pour eux, la mort n'existe pas. Ici, c'est le cas. La notion de mort, d'extinction de matière ou de cellules n'est pas partout la même. Pour les éléphants, la vie dure 260 ans. Pour les êtres humains, 100 (et en moyenne 70-80). Si l'éléphant peut vivre 260 ans, c'est parce que l'organisation de la matière, sous cette forme, permet une durée de vie aussi longue. Mais pourquoi ne pas imaginer vivre aussi longtemps,sous une forme différente de l'éléphant? Sans coffre… pourquoi pas? Nous ne savons pas si les êtres existent dans d'autres systèmes ou galaxies, ni comment ils sont constitués.
Mais nous pensons qu'ils pourraient exister. Il est possible que des êtres viennent étudier la Terre, à quoi ressemble la vie ici, des êtres qui ont quitté leur foyer pour la Terre il y a un million d'années. Pour nous, cela correspond à un million d'années. Mais pour eux, c'est un chiffre insignifiant, un montant normal. Ils pourraient bien ne pas être soumis à notre notion du temps. Le temps a toujours été et reste une notion reprise par une société divisée en classes. Une telle société devait mesurer le temps pour exploiter la nature. D'où cette division du temps.
Sinon, il n'y a aucune raison à son existence. Certes, nous devons faire face aux périodes de temps, aux conditions météorologiques et aux saisons - printemps, été, automne, hiver. Mais il n'y a aucune raison pour qu'il y ait des saisons sur d'autres planètes. Pourquoi faut-il qu'il pleuve? Ceci mis à part, le temps n'a pas d'importance. Cet intérêt pour la mesure du temps est relatif à la nature, à ses effets sur la vie, à l'effet de l'énergie sur l'organisme et aux échéances et à la facturation. Sur d'autres planètes, il n'y a aucune raison pour qu'il en soit ainsi. Par exemple, personne n'a à payer ses dettes à un certain moment ou n'a besoin d'une transplantation cardiaque. Un être sur une autre planète qui a vu une opération de transplantation cardiaque dirait «qu'est-ce qu'il fait? La notion que nous avons de l'origine de la vie est quelque chose que nous avons apprise.
Mais chaque année, des corrections y sont apportées. Par exemple, la date de l'apparition des êtres humains sur Terre: au début, les gens parlaient d'il y a 500 000 ans, puis d'un million d'années, et maintenant que le premier anthropoïde est apparu il y a environ 17 millions d'années.
 
La conception dialectique de l'histoire
Toutes les nouvelles d'OVNIS (objets volants non identifiés) dans les différentes parties du monde coïncident. Il existe de nombreuses coïncidences, qui ne sont pas toutes des exagérations. Nous croyons et acceptons que ces êtres existent. La majorité des gens qui les ont vus disent qu'ils sont des êtres normaux; et les gens qui en parlent disent qu'ils ne croient pas aux fantômes ou aux esprits. Beaucoup de gens ont déjà vu des ovnis. Le général MacArthur, ce meurtrier yankee, a déclaré à propos de la disparition d'un avion qui avait heurté un objet étrange: `` peut-être que nous, avec les Soviétiques, devrons faire la guerre à un ennemi arrivant de l'extérieur de la Terre '' Mais la conciliation de ce type a ses limites. Le capitalisme n'a aucun intérêt pour les OVNIS et, à ce titre, ne fait aucune recherche à leur sujet. Elle n’a aucun intérêt à s’occuper de ces questions parce qu’elles ne peuvent pas récolter de bénéfices,ils ne sont pas non plus utiles au capitalisme. Mais les gens voient dans les OVNIS la possibilité d'avancement et de progrès. Cela accélère ainsi la chute de la bourgeoisie, manifestée dans toute son inutilité. Toutes les personnes qui disent avoir vu des extraterrestres, des OVNIS, coïncident dans le fait que ces êtres ne les ont pas effrayés, et qu'ils se sont fait comprendre, sans utiliser un langage audible, leur montrant qu'ils ne signifient aucun mal. Ils ne provoquent pas un sentiment d'alarme, mais de sérénité. Ils créent des sensations de douceur, de souplesse, d'harmonie, de réconfort. Ils n'inspirent aucune crainte. Ils doivent dégager un sentiment de sécurité par leurs mouvements, par leur attitude faciale ou par d'autres moyens. Aucun de ceux qui les ont vus n'a dit «j'avais peur, ils m'ont fait peur». Au contraire, ils réveillent un sentiment agréable, de respect.Ils doivent émettre une sorte de rayons qui provoquent cette sensation, s'ils existent. Aucun de ceux qui les ont vus n'a déclaré avoir été attaqué. Ils n'ont montré aucun intérêt à attaquer, violer, voler, posséder: ils sont venus observer.
Partant du fait de l'existence d'êtres extraterrestres, nous pouvons accepter que les ovnis existent aussi. Nous devons attendre d'autres preuves. Il est possible qu'ils soient apparus, mais il est également possible qu'il y ait eu beaucoup de fantasmes, d'exagérations ou de déductions mystiques de la part de ceux qui les ont vus. Mais il y a des témoignages de gens qui semblent réfléchis. Ni le système capitaliste ni la bureaucratie [dans les États ouvriers] n'ont intérêt à étudier ce sujet, car ils ne peuvent en tirer aucun avantage commercial, politique ou militaire. Le socialisme, au contraire, y a intérêt, tout comme les masses. Le capitalisme sent qu'il a été fait pour paraître inférieur, face à un système qu'il considère comme supérieur. Les gens concluent que le capitalisme est inutile. Ils disent: «Regardez ça! Et toi, à quoi sert-tu? La classe dirigeante se sent diminuée.S'il pouvait en tirer un avantage militaire, il mènerait des recherches. Mais le capitalisme essaie, au contraire, de répandre l'impression qu'il s'agit de fantaisie, de sorte que les gens ne penseront pas qu'il existe des formes supérieures de relations et que le capitalisme est incapable d'atteindre ce niveau. L'Etat ouvrier agira différemment, car il a un intérêt objectif à développer le socialisme. Mais en tout état de cause, les faits se révèlent malgré les écrans de fumée, car il y a déjà eu de nombreux témoignages. Les milieux dirigeants capitalistes, les chimistes, les militaires cachent les faits. Mais toutes les informations sont toujours publiées - au milieu de toutes les inquiétudes actuelles concernant la guerre, les révolutions, la préparation du règlement final des comptes entre le capitalisme et la révolution mondiale,les constantes grèves de colère contre le système capitaliste, les occupations d'usines, d'universités, de terres - parce que ces questions préoccupent le monde entier. Malgré toutes ces autres préoccupations, les gens s'intéressent aux ovnis.
Nous ne savons pas quelle forme ils prennent, ni leur nombre, mais ils doivent exister, sinon ils n'apparaîtraient pas ainsi. Il y a suffisamment de raisons pour lesquelles les capitalistes n'inventeraient pas ces choses. Ils pourraient essayer de les utiliser pour distraire l'attention. Mais tout cela va à l'encontre de leurs intérêts. Ils pourraient détourner l'attention d'un fait concret. Mais ils ne font qu'accroître la certitude des peuples que les capitalistes ne sont pas bons. De plus, toute cette préoccupation avec les OVNIS n'empêche pas les grèves ou les occupations ou révolutions d'usine, ni les progrès vers le socialisme. Le souci d'étudier ces phénomènes ne s'est pas encore développé dans les États ouvriers, étant donné la concentration des gens sur la survie et parce que la bureaucratie cache ces questions. Il cache certainement une grande quantité de recherches qui ont eu lieu dans les États ouvriers.Les gens verraient des formes d'existence supérieures à celles que nous avons aujourd'hui. Le socialisme, au contraire, n'a pas peur d'être comparé ou intégré à des formes de progrès supérieures.
Au contraire, il recherche ces progrès. «Nous n'avons rien à perdre que nos chaînes». Cette phrase de Marx peut s'appliquer à tout. De plus, il est absurde que les gens discutent des problèmes avec les OVNIS alors que des millions d'autres meurent de faim. C'est le capitalisme et la bureaucratie des États ouvriers qui ont conduit à ce préjugé qui existe dans le monde. Il existe des possibilités d'exploiter la matière que cette société est incapable d'employer. Le capitalisme, tout comme la bureaucratie [dans les États ouvriers], est conscient de cette infériorité. Dans les États ouvriers, il y a des chercheurs qui ne mesurent pas les choses en termes d'infériorité ou de supériorité, mais notent simplement que dans d'autres galaxies et systèmes planétaires, dans d'autres univers, il est possible d'utiliser pleinement la matière et d'éliminer tout ce souci de la faim et la lutte des classes.Il est possible d'effacer les classes dirigeantes de leur existence. Le système, là, est supérieur. Les habitants des autres planètes qui viennent ici doivent considérer les habitants de la Terre comme des fous, se battant toujours les uns contre les autres. La notion de lutte, d'affrontement n'existe certainement pas d'où ils viennent. Pourquoi se battre? Le fondement historique du manque d'intérêt des bureaucraties des États capitalistes et des États ouvriers pour étudier les ovnis et les êtres vivants sur d'autres planètes est qu'ils voient la menace de leur propre élimination. En tant que tels, ils ne s'intéressent pas à l'existence continue, à la vie, des êtres humains.de confrontation, n’existe certainement pas d’où ils viennent. Pourquoi se battre? Le fondement historique du manque d'intérêt des bureaucraties des États capitalistes et des États ouvriers pour étudier les ovnis et les êtres vivants sur d'autres planètes est qu'ils voient la menace de leur propre élimination. En tant que tels, ils ne s'intéressent pas à l'existence continue, à la vie, des êtres humains.de confrontation, n’existe certainement pas d’où ils viennent. Pourquoi se battre? Le fondement historique du manque d'intérêt des bureaucraties des États capitalistes et des États ouvriers pour étudier les ovnis et les êtres vivants sur d'autres planètes est qu'ils voient la menace de leur propre élimination. En tant que tels, ils ne s'intéressent pas à l'existence continue, à la vie, des êtres humains.
Tout ce qui n'est pas d'usage commercial, ou qui ne sert pas à faciliter l'existence et la perpétuation du pouvoir capitaliste, ne les intéresse pas. Mais puisque la société doit vivre et que le prolétariat et le socialisme doivent progresser, ces choses incitent les gens du système capitaliste à se préoccuper de l'existence d'êtres sur d'autres planètes. Il en va de même dans les États ouvriers. L'existence de soucoupes volantes et d'êtres vivants sur d'autres planètes est un phénomène que la conception dialectique de l'histoire peut admettre. La conséquence la plus immédiate que nous pouvons en tirer est que, si ces êtres existent, ils doivent avoir une organisation sociétale supérieure à la nôtre. Leurs apparitions ne sont pas le résultat de sentiments belliqueux ou agressifs.
Cela signifie qu'ils n'ont pas besoin de guerre, qu'ils ne viennent pas sur Terre avec des objectifs de conquête à l'esprit. Dans l'histoire de cette planète, lorsqu'un peuple s'est senti plus capable et a envahi un autre pays, il l'a fait avec la conquête à l'esprit, sous forme de guerre. La lutte des classes sur Terre est le résultat de l'organisation de la société en classes, celle des possesseurs et celle des exploités, la bourgeoisie s'est opposée au prolétariat qui veut la renverser et construire le socialisme. Le comportement de ces êtres, s'il est vrai qu'ils existent, ne semble pas avoir un caractère agressif. Tous ceux qui disent les avoir vus disent qu’aucun d’entre eux n’était de nature agressive ou n’inspirait la peur en eux. Tous disent qu'ils ont éveillé leur curiosité.Si c'étaient des êtres venus de loin (comme nous l'avons connu dans l'histoire de notre planète) avec des épées, des arquebuses, des canons, des pierres et des roches, avec des outils de conquête, ils inspireraient la peur par leur comportement agressif. Mais ces êtres viennent observer, ils essaient de faire comprendre qu'ils n'ont pas l'intention de nuire. Leur comportement exprime leur organisation supérieure.
Ils n'ont aucune impulsion agressive, ils n'ont pas besoin de tuer pour vivre: ils viennent seulement pour observer. Nous pouvons prévoir l'existence de tels êtres, même en tenant compte des fantasmes qui existent parmi les rapports, les histoires, les observations et les déclarations. S'ils existent, nous devons les inviter à intervenir pour nous aider à résoudre les problèmes que nous avons sur Terre. La tâche essentielle est de supprimer la pauvreté, la faim, le chômage et la guerre, de donner à chacun les moyens de vivre dans la dignité et de jeter les bases de la fraternité humaine. À cette fin, nous devons supprimer le système capitaliste, ainsi que la bureaucratie des États ouvriers et des partis communistes qui ne veulent pas prendre le pouvoir. L'obstacle fondamental auquel nous sommes confrontés est le système capitaliste. Nous devons supprimer la force actuellement entre les mains du système capitaliste: les armes nucléaires. Détruisez toutes les armes nucléaires. Détruisez toute la puissance militaire du système capitaliste, de Yankee,Impérialisme français et britannique. Appelez les masses et donnez-leur immédiatement les moyens de détruire le capitalisme, de vaincre la bureaucratie des États ouvriers et établir une nouvelle société: le socialisme.
Nous devons faire appel aux êtres des autres planètes, lorsqu'ils viennent ici, pour intervenir et collaborer avec les habitants de la Terre pour supprimer la pauvreté . Nous devons leur faire cet appel. Il est possible de se faire comprendre d'eux. Nous ne devons pas, bien entendu, nous attendre à ce qu'ils comprennent immédiatement. Mais nous devons leur faire appel, si nous pensons qu’ils peuvent effectivement exister. Si nous avons la possibilité d'entrer en contact avec eux, nous ne devons pas tomber dans la curiosité scientifique individuelle, par désir de voir d'où ils viennent et de visiter d'autres planètes.
Nous devons nous unir à eux, eux qui semblent plus puissants que les êtres humains, pour qu'ils viennent nous aider à résoudre les problèmes de la Terre. Ensuite, nous pouvons nous préoccuper d'aller voir à quoi ressemblent les autres planètes, comment la vie et la matière sont organisées, et tout ce qui concerne la nature. Mais le plus important est d'abord de résoudre les problèmes de l'humanité sur Terre. Nous n'avons pas de position fantasmée ou idéaliste en ce qui concerne les soucoupes volantes. En acceptant leur existence, nous voulons utiliser tous les moyens disponibles, y compris ceux de l'extérieur de cette planète. Lorsque nous atteignons sérieusement une découverte scientifique, nous devons essayer de l'utiliser au profit de l'humanité.
 
Le développement infini de la capacité scientifique de l'humanité
La durée de vie humaine la plus longue dont nous connaissions était de 160 ans. Nous pouvons garder intactes nos facultés mentales complètes jusqu'à environ 80 ou 90 ans. Mais un éléphant, qui vit depuis plus de 260 ans, a une mémoire beaucoup plus vaste. Cela signifie que la longueur de la mémoire peut être étendue. Les êtres extraterrestres pourraient le faire pendant plus d'un million d'années. N'y a-t-il pas eu plus d'un million d'années d'existence humaine? Et il se reproduit sans cesse, sans se détruire, sans que sa reproduction ne l'anéantisse. La matière, dans le cas de l'humanité, persiste au moyen de se reproduire. Elle ne disparaît pas. Une seule forme d'organisation de la matière - la forme de la vie humaine - disparaît. La matière se transforme en autre chose et participe à la transformation d'autre chose.
Sur d'autres planètes, la matière pourrait se transformer sans avoir besoin de détruire son état d'existence, ni sa constitution en tant qu'être vivant. Il n'est peut-être pas nécessaire de le réduire en cendres pour nourrir autre chose. Quelle est la signification d'une graine? C'est de la matière à l'état primaire, qui stimule d'autres éléments et se reproduit sous une autre forme. Il se peut que, parmi d'autres êtres, la mort ne soit pas nécessaire pour la reproduction. Nous ne disons pas qu'il en est ainsi, mais c'est tout à fait possible. L'énergie est encore utilisée de manière très mécanique, limitée et rudimentaire. Aujourd'hui, nous utilisons la transformation de la matière en énergie, mais pas l'énergie qui existe déjà à l'état naturel. Cela doit être fait. Par exemple, nous pourrions supprimer tout raffinage de pétrole, nécessaire à la transformation de cette matière en énergie. Un jour, l'énergie viendra de l'air. L'électricité fait partie de la structure et du comportement de la matière.Nous en profitons parce que nous l'avons découvert. Mais tout cela est très limité. Demain, l'électricité ne sera pas nécessaire. Tout ce qui existe est de l'énergie. La condition d'existence d'un objet est qu'il ait de l'énergie. L'organisation du corps humain, du cerveau et des autres organes et sens, est celle propre à la Terre. Sur d'autres planètes, cela pourrait être très différent. Nous nous nourrissons parce que l'organisme humain est constitué de manière à rendre notre alimentation nécessaire. Cela nous convient en partie pour le capitalisme, car sinon il n'y aurait aucune raison de vivre soumis à ce système. La capacité scientifique de l'humanité est déterminée par l'organisation sociétale. L'organisation de la société en matière de propriété privée est très limitative, car l'élan,le courage et l'audace qu'il permet sont déterminés par les intérêts de l'appropriation individuelle. Notre audace est donc très limitée, car elle s'arrête dès que cet intérêt est satisfait. Si l'être humain va plus loin, il a le sentiment d'être allé trop loin. Cette limitation sociétale limite la capacité de la société. Dans la société socialiste, la capacité de la société sera illimitée. La notion de vie, d'existence, de société sera mesurée par les intérêts objectifs de la vie et du progrès. L'existence et le progrès seront identifiés les uns avec les autres. Les notions de conservatisme, de parasitisme, de passivité n'existeront plus. Le progrès sera l'existence même, comme dans le cas de la matière. La matière n'existe pas si elle ne progresse pas et ne se transforme pas. Il en va de même pour la vie de la société. Elle n'existe pas sans progrès.La condition d'existence de la société est le progrès. Aussitôt, le progrès donnera élan à sa capacité et à son audace, qui seront un million de fois supérieures à celles du régime de la propriété privée. Il ne sera pas limité ou déterminé par ce qui convient aux intérêts individuels. Toute la société sera là pour donner confiance et rassurer. Une pensée commune à l'échelle de la société va changer les formes de vie. Par exemple, en même temps que nous devons aujourd'hui atteindre la Lune, nous pourrons parcourir des distances de millions d'années-lumière.la pensée à l'échelle de la société va changer les formes de vie. Par exemple, en même temps que nous devons aujourd'hui atteindre la Lune, nous pourrons parcourir des distances de millions d'années-lumière.la pensée à l'échelle de la société va changer les formes de vie. Par exemple, en même temps que nous devons aujourd'hui atteindre la Lune, nous pourrons parcourir des distances de millions d'années-lumière.
Aujourd'hui, nous parlons de millions d'années. Demain, la mesure ne sera plus la même. Nous trouverons facilement des moyens de résoudre tous les problèmes découlant des notions de terre, de gravité et de pression atmosphérique. Nous trouverons une réponse au problème essentiel: la capacité de la société, organisée comme une seule pensée sociétale, pourra tout résoudre. Il n'y aura pas, comme il y en a aujourd'hui, certaines personnes qui pensent, certaines facultés, certaines universités. Les universités existent dans la mesure où une division, une séparation est faite. Ils servent l'exploitation de la société au nom des profits capitalistes. C'est à cela que servent les universités. Demain, nous n'en aurons plus besoin. Le progrès sera commun à tous: l'audace face à la nature. Cette question est importante pour une formation et une connaissance du marxisme. La connaissance marxiste est illimitée.Elle ne s'arrête pas à la question des luttes sociales, économiques et politiques. Comprendre l'existence donne l'assurance nécessaire pour envisager la solution de tous les problèmes. Il n'y a pas de problème au-delà des compétences de l'humanité. Tous les problèmes de l'humanité s'influencent mutuellement. Plus nous maîtrisons la connaissance de l'histoire, de l'humanité, de la société et de la matière, plus nous pouvons avoir confiance dans la résolution des problèmes de résolution et d'audace.plus nous pouvons avoir confiance dans la résolution des problèmes de résolution et d'audace.plus nous pouvons avoir confiance dans la résolution des problèmes de résolution et d'audace.
Même sans préparation préalable et connaissances dans un domaine spécifique, mais préparés scientifiquement avec le marxisme comme outil, avec la dialectique, nous pouvons résoudre tous les problèmes. C'est l'aspect essentiel. L'autre est l'audace socialiste, tirée précisément de l'objectivité du marxisme. Nous ne sommes pas soumis ni dépendants de ce qui existe maintenant, ni de ce qui arrivera à l'avenir. Nous sommes objectifs et notre pensée n'a pas de limites. La seule limite est le manque de capacité humaine à mieux comprendre. Cette capacité humaine est aussi un produit des relations sociales. C'est pourquoi dans la société socialiste, la capacité humaine et la connaissance seront la norme pour toute l'humanité. Les gens auront une capacité scientifique supérieure à Marx - ce qui n'affecte en rien son importance historique.
Le développement de l'histoire s'est poursuivi et il existe aujourd'hui des conditions qui n'existaient pas à l'époque de Marx. Dans un avenir proche, les connaissances scientifiques et la confiance de la société développeront les capacités de la société. Mais nous ne vivons pas encore le socialisme. Nous sommes toujours dans cette société. L'esprit critique est une condition essentielle, inhérente au marxisme, de sa force historique, inépuisable jusqu'au point où apparaissent des moyens d'interprétation supérieurs permettant de comprendre les processus de la nature. La dialectique sera l'un de ses aspects. L'esprit critique représente un sentiment constant du besoin de révision, d'analyse, d'observation, d'étude, pour voir quels effets et quelles conclusions découlent du développement de la nature et de la société. Le marxisme en lui-même est irremplaçable, car c'est une méthode pour comprendre l'histoire du monde.
Des moyens d'interprétation supérieurs au marxisme surgiront - non pas parce que le marxisme est incorrect - mais parce que l'humanité atteindra une meilleure compréhension. La dialectique fera partie d'un outil supérieur. Toutes ces personnes qui acceptent l'existence de soucoupes volantes le font sans impulsion ni volonté de développer une compréhension scientifique, mais simplement parce qu'elles sont obligées de reconnaître un événement réel pour ce qu'il est. Mais ils n'ont pas l'esprit systématique ou l'objectivité pour utiliser la compréhension qu'ils ont, sur le terrain social. Par exemple, si la vie existe sur d'autres planètes, cela signifie qu'il existe des formes supérieures d'organisation sociale, qui ne les obligent pas à vivre comme nous le faisons ici, avec des guerres. Tous ceux qui acceptent l'existence de soucoupes volantes, ne font que les signaler.Comme quelqu'un projetant une lumière sur un mur et disant «c'est une lumière». Ils ne tirent aucune conclusion.
Nous, au contraire, abordons ces questions afin de contribuer à la compréhension de l'histoire et, par conséquent, de développer notre audace. La base de l'audace historique est la certitude. Les masses vietnamiennes en sont une démonstration. C'est le marxisme qui donne cette confiance. Il est très important de se préoccuper de ces questions. Pourtant, nous n'avons pas le temps. Certes, nous devons accorder toute notre attention aux problèmes que nous rencontrons, sans pour autant perdre de vue d’autres questions. Nous n'y sommes pas indifférents. Nous acceptons que des êtres extraterrestres existent, comme conclusion de la pensée dialectique. Cela nous donne la confiance que nous pouvons maîtriser quels que soient les autres phénomènes qui existent, sans être pris au dépourvu. Ces problèmes ne mettent pas en cause la méthode dialectique.
Au contraire, ils ne font que le confirmer. Cela se confirme à chaque occasion. Nous pensons que des êtres extraterrestres peuvent exister, ainsi que des soucoupes volantes. Cela vaut aussi, se basant sur les connaissances que nous avons grâce à la dialectique, en ce qui concerne l'organisation de la matière. Il n'y a aucune raison, par exemple, que la reproduction doive toujours avoir lieu par le biais de couples. Il peut également y avoir auto-reproduction, comme c'est le cas pour l'amibe.
Pourquoi cela ne pourrait-il pas être également le cas pour les humains à l'avenir? Ces êtres d'autres planètes viennent observer la vie ici-bas et se moquer des humains, nous qui nous disputons pour savoir qui a le plus de canons, de voitures et de richesses. La possession de la richesse est une distorsion du sentiment humain par l'organisation sociétale: au contraire, le sentiment humain est fraternel, collectif. La possession de richesse est une dégénérescence de ces sentiments. Pourquoi les bourgeois veulent-ils vingt voitures, cent usines, le grade de général - pourquoi? Qu'est-ce que cela lui donne? Le pouvoir sur les autres? Et quoi encore? ... Cela ne lui donne aucune capacité d'élever et de développer son intelligence. Au contraire, il la limite. La classe bourgeoise ne peut avoir aucun intérêt ni aucune perspective de chercher objectivement à développer la société. Elle ne s'intéresse qu'aux biens matériels dont elle peut tirer des bénéfices,et donc la perpétuation et l'extension de la propriété privée. Cela limite sa compréhension et l'empêche de penser. Même si les informations sur les soucoupes volantes sont fantasmées - comme c'est le plus souvent - la base historique est correcte.
Ni le capitalisme, ni la bureaucratie dans les États ouvriers, ni aucun penseur bourgeois ne peuvent expliquer cela. Ils sont tous en mer, débordés. Ceux qui pourraient le faire n'en ont pas les moyens, car ils dépendent des grandes institutions scientifiques et de recherche, elles-mêmes dépendantes du capitalisme. Il est nécessaire d'essayer de comprendre ces phénomènes, non seulement pour accroître nos connaissances, mais pour étendre l'application du marxisme à toutes les branches de la connaissance. Par exemple, la pensée. La vitesse de la pensée dépend des moyens matériels dominants. La pensée est encore très limitée aujourd'hui. Demain, il sera infiniment plus puissant et plus rapide aussi. Lorsque la lutte des classes aura été éliminée et que l'harmonie sera une nécessité de la vie, la pensée aura un champ d'opération et des possibilités de développement infiniment supérieurs à ceux qui existent aujourd'hui. Aujourd'hui,la pensée est très limitée, dès l'enfance. Pour tirer des conclusions plus approfondies sur ces questions, nous devons les suivre attentivement, nous intéresser à elles, en discuter, les connaître et les étudier. D'autres phénomènes comme celui des ovnis vont se présenter. Toute une série de choses attirera notre attention. Le développement de la matière dans un autre univers est-il similaire à celui ici?
S'il est différent, quelle forme prendra-t-il? L'utilisation de la matière doit, certes, se faire à un niveau supérieur. Les organismes ne sont pas créés arbitrairement, mais selon certaines compositions et relations internes à la matière. L'organisme est structuré à partir de matière inorganique, puis prend une forme organique, puis en fonction de l'environnement dans lequel il évolue. Ces êtres venant d'autres planètes avec une structure similaire à l'humanité peuvent très bien provenir d'un processus d'organisation de la matière similaire à celui de la Terre. Ils peuvent également avoir utilisé de la matière pour prendre ce formulaire. Ils pourraient le faire s'ils maîtrisaient la science, tout comme ici nous pouvions déplacer des montagnes. Mao Zedong dit que nous devons le faire avec une pioche et une pelle. Mais ces êtres le font en mettant en action l'énergie de la montagne. C'est possible.Mais ce n'est pas un problème que nous pouvons résoudre tout à l'heure. Nous n'avons ni le temps ni les moyens. Déjà, nous pouvons reproduire la vie. Certes, cela doit également être vrai pour les autres planètes. Ces êtres peuvent le faire. ***Ici, nous transplantons le cœur et les reins, organes fondamentaux du corps humain. Mais il est possible que sur d'autres planètes, ils créent la vie. Engels nous a dit que déjà à son époque il était possible de produire un protoplasme artificiel, ce qui était une base essentielle de la cellule, et donc une base d'existence. La discussion de ces questions va bientôt se généraliser, car elle permet le progrès de l'humanité dans son intégration à la nature et à l'univers.
J. Posadas


Et un lien pour une appréciation en anglais. Mais - le confinement est terminé - on peut très bien remettre ces intéressantes lectures à plus tard... ;) ;)
https://www.marxists.org/archive/posadas/critical.htm

Et le .pdf du livre traine sur le web...
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5089
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique

Message par com_71 » 15 Mai 2020, 10:48

L'interview relevé par Gdm est paru dans "Jacobin", la petite-bourgeoisie intellectuelle n'innove pas beaucoup dans ses coups de patte vers le mouvement trotskyste... Les militants ouvriers peuvent toujours hausser les épaules...
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5089
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique

Message par artza » 15 Mai 2020, 11:37

... et parfois se taper sur le ventre :lol:
artza
 
Message(s) : 2094
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique

Message par Gayraud de Mazars » 14 Mars 2021, 16:25

Salut camarades,

Dans la revue la CONTRETEMPS, REVUE DE CRITIQUE COMMUNISTE, l'interview en français...

Posadas, le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique
A.M. Gittlitz et David Broder
Publié le 6 mars 2021

http://www.contretemps.eu/posadas-trots ... alactique/

UFO.jpg
Marx, Lénine, Trotsky, ET...
UFO.jpg (96.17 Kio) Consulté 1107 fois


Grâce aux espoirs qu’il plaçait dans la socialisation entre humains et dauphins, en passant par ses affirmations selon lesquelles les OVNI étaient envoyés par des communistes extraterrestres, les croyances chimériques de J. Posadas sont aujourd’hui des légendes, et alimentent d’innombrables mèmes. Mais une nouvelle biographie suggère que le trotskyste argentin n’était pas une figure totalement aberrante – et explique pourquoi son optimisme révolutionnaire suscite aujourd’hui autant de vénération.

***

Posadas (1912-1981) est l’un des trotskystes les plus célèbres – et les plus ridiculisés -, connu à la fois pour les sectes qu’il a baptisées en son honneur et pour son affirmation selon laquelle les OVNI étaient la preuve de l’existence de sociétés communistes dans d’autres galaxies. Sa conviction que la guerre nucléaire pouvait hâter l’avènement du communisme, ainsi que la xénophilie de Posadas – il avait bon espoir que les dauphins puissent être intégrés dans la nouvelle société – ont ces dernières années, alimenté sa légende par d’innombrables pages de mèmes, voire carrément par le LARPing[1] sous la forme du Posadist Caucus in the Democratic Socialists of America.

Pour A.M. Gittlitz, auteur d’un nouveau livre sur Juan Posadas, cette vénération ironique du trotskyste argentin dit également quelque chose du moment politique que nous traversons. À une époque où il est difficile de croire en l’avenir, l’optimisme débridé de Posadas apparaît comme la caricature d’une conviction sincère et d’un sens pur de la croyance aujourd’hui presque perdu.

Dans son livre très documenté I Want to Believe : Posadism, UFOs and Apocalypse Communism, (« Je veux croire : Posadisme, OVNIs et communisme de l’apocalypse », non traduit en français), Gittlitz documente le côté le plus sérieux de l’activisme de Posadas dans le trotskysme latino-américain d’après-guerre, tout en suggérant que même ses affirmations les plus étranges n’étaient pas aussi détachées de l’ufologie de l’époque.

David Broder est le traducteur en anglais de l’essai de Juan Posadas « Les soucoupes volantes, le processus de la matière et de l’énergie, la science, la lutte de classes et révolutionnaire et le futur socialiste de l’humanité ». Il a évoqué avec Gittlitz l’intérêt de Posadas pour l’extraterrestre, de l’implication de ses camarades dans la révolution cubaine et de la façon dont il est devenu une légende en ligne.

David Broder : Tout d’abord, parlons de l’homme Posadas. Certains des commentaires cités dans le livre – notamment sa prédiction selon laquelle les blagues seraient « inutiles » sous le communisme – le font apparaître comme un personnage intensément ascétique, mais cela semble également lié à sa conception de l’engagement militant dans tout ce qu’il a de sérieux. Quel genre d’expériences formatrices a conduit Posadas à sa vision de l’organisation et de la « morale révolutionnaire » ?

A.M. Gittlitz : Son ascétisme provient d’une certaine interprétation de la conception de Lénine et Léon Trotsky d’un parti d’avant-garde discipliné, répandue au sein du Bureau latino-américain de la Quatrième Internationale. Mais une grande partie des éléments les plus sectaires et ses visions utopiques bizarres provenaient de sa propre personnalité.

Posadas, né Homero Cristalli, a grandi dans une pauvreté extrême avec (au moins) neuf frères et sœurs dans la classe ouvrière de Buenos Aires dans les années 1910 et 1920. Après la mort prématurée de leur mère, ils ont dû mendier des œufs à leurs voisins, faire des petits boulots pour quelques centimes et parfois vivre de bananes vertes pendant des jours. La malnutrition lui a laissé à la fois des problèmes de santé permanents et la conviction que nous devons consommer beaucoup moins que sous la norme capitalisme.

À vingt ans, son travail infatigable de distribution de journaux pour les jeunes socialistes a attiré l’attention du petit milieu proto-trotskyste de Buenos Aires, et il a été recruté comme organisateur syndical. Bien qu’il ne soit pas un intellectuel, son attention diligente aux tâches qui lui sont assignées font de lui un atout précieux dans le mouvement éclaté des communistes antistaliniens. Ce n’est que dans les années 1950, alors qu’il avait été nommé secrétaire du Bureau latino-américain (BLA), que certains membres du mouvement ont signalé que Posadas était maniaque, au sens psychiatrique du terme. Il exigeait de ses militants qu’ils se conforment à son propre style de vie, à savoir un sommeil limité et une interminable production, traduction et distribution de textes.

Lorsqu’on lui a refusé la direction de la Quatrième Internationale en 1961, et que le BLA a fait irruption dans sa propre Internationale, il a placé la « morale révolutionnaire » au centre du mouvement. Les relations sexuelles non procréatives, en particulier entre militants non mariés, ont été interdites. Posadas espérait que le désir sexuel disparaîtrait sous le communisme et que peut-être la technologie remplacerait complètement le sexe, ce que reflétait le mariage sans sexe de Posadas.

Au début des années 1970, le « monolithisme » autoritaire et sévère de Posadas, ses textes de plus en plus étranges et la répression d’ampleur de son mouvement en Amérique latine ont conduit la plupart des jeunes et des ouvriers à quitter son Internationale. Puis vint l’expulsion du noyau intellectuel restant du mouvement – des marxistes sérieux comme Guillermo Almeyra et Adolfo Gilly. Les seuls qui restèrent étaient des jeunes militants qui avaient adhéré au socialisme sur la base des seuls textes de Posadas et qui avaient à peine lu Marx ou Trotsky.

Pour lui, la petite taille et l’inexpérience de son mouvement étaient une vertu – car ces militants pouvaient parfaitement se transformer en relais de ses idées auprès des dirigeants des États ouvriers qui, pensait-il, allaient construire la société communiste après la troisième guerre mondiale qui ne manquerait pas de survenir. La vie en communauté, la soumission à un leader charismatique, les prédictions de l’apocalypse, les séances d’autocritique abusives, un engagement sans cesse plus contraignant, la séparation des militants de leur partenaire et de leur famille, et le fait de choisir des jeunes militantes comme partenaires sexuels, font qu’il est juste de qualifier le Posadisme de secte. Mais par rapport à des dizaines d’autres organisations léninistes de l’après-guerre, de tailles diverses, ces caractéristiques ne sont en aucun cas uniques.

David Broder : Posadas a joué un rôle important dans le trotskysme latino-américain, en particulier durant la période de la Révolution cubaine. Ses disciples sont cependant entrés en conflit ouvert avec le Che Guevara et avec Fidel Castro. Pouvez-vous nous parler du rôle qu’ils ont joué, de la place que la lutte de guérilla avait dans la pensée de Posadas et des raisons pour lesquelles cette relation s’est effondrée ?

A.M. Gittlitz : Les trotskystes sur le plan international étaient sceptiques à l’égard de la révolution de Castro tout au long des années 1950, mais le petit cercle des trotskystes cubains était composé de partisans enthousiastes de la révolution cubaine. Certains avaient combattu dans les montagnes de Guantanamo, et l’un d’eux était un proche camarade de Castro, qui avait navigué avec Fidel à bord du Granma en 1956. Après la révolution, ils ont rapidement formé le Partido Obrero Revolucionario (Trotskista) (POR(T)) sous l’égide du BLA de Posadas, et ont été autorisés à utiliser la radio d’État pour organiser leur premier congrès. Ils ont commencé à organiser un solide réseau dans toute la classe ouvrière cubaine, militant pour la création de soviets, la nationalisation de l’industrie et l’expulsion de la base militaire nord-américaine de Guantanamo.

Le Partido Socialista Popular (PSP), aligné sur les Soviétiques, a rapidement identifié le POR(T) comme une menace pour la révolution.

L’URSS espérait que Cuba suivrait sa politique de « coexistence pacifique » avec les Etats-Unis. Mais sur de nombreuses questions, Castro et Guevara se sont rapprochés du radicalisme du POR(T), défiant les États-Unis en nationalisant des dizaines d’industries et de services publics en 1960.

Les premières tentatives de répression des trotskystes par des agents du PSP ont été déjouées par Ernesto Che Guevara. Mais après l’invasion de la Baie des Cochons en 1961 et la crise des missiles de 1962, le POR(T) a continué à développer sa rhétorique belliciste, contre la politique de détente de l’Union soviétique. Castro a ainsi donné carte blanche au PSP pour réprimer les trotskystes jusqu’à ce que presque tous ses membres soient arrêtés.

Dans ce contexte les posadistes ont continué à soutenir Castro au niveau international – mais surtout, ils ont soutenu Che Guevara. Adolfo Gilly a écrit dans la revue Monthly Review que les mesures politiques prises par Guevara en tant que ministre de l’industrie étaient réellement anticapitalistes. Elles s’appuyaient sur une force de travail disciplinée motivée par un enthousiasme révolutionnaire à l’inverse des initiatives capitalistes d' »autogestion des travailleurs » fomentées par le ministère de l’agriculture dirigé par le PSP. Au plus fort de l’affrontement, les posadistes ont été impressionnés par le fait que Guevara déclarait souvent que la guerre nucléaire pourrait être un mal nécessaire pour vaincre l’impérialisme – et voyait dans sa conception du foco de la guérilla une variante tiers-mondiste du soviet, le conseil ouvrier. Posadas a expérimenté cette idée au Guatemala, où il est devenu la figure de proue idéologique des rebelles du MR-13, les poussant à former des conseils paysans révolutionnaires armés partout où le pouvaient.

Lorsque Guevara a démissionné du gouvernement et a disparu, les posadistes écrivirent que Castro, sous la pression des Soviétiques, l’avait tué. Ceci, ainsi que la guerre de guérilla au Guatemala qui entraîna une contre-insurrection génocidaire, rendît Castro furieux au point qu’il dénonçât les posadistes et le trotskysme en général lors de la Conférence Tricontinentale de janvier 1966. Lorsque Guevara fut finalement tué par l’armée bolivienne l’année suivante, Posadas qualifia la photo de son cadavre de falsification.

David Broder : Posadas est probablement plus célèbre pour ses commentaires sur les OVNI comme signes av
ant-coureurs d’une société plus développée – et donc postcapitaliste. Vous citez son fils Léon Cristalli, qui minimise l’importance de cette question, en disant : « Quand Carl Sagan le dit, c’est bien, mais quand Posadas le dit… c’est un fou planétaire ». Ce qui est intéressant ici, c’est de suggérer que les écrits de Posadas participaient d’un phénomène culturel plus large, l’ufologie des années 1950-60 et aussi le cosmisme[2] bolchevique. Qu’y avait-il de nouveau précisément dans l’intervention de Posadas sur ce thème ?

A.M. Gittlitz : Cristalli a raison de défendre ainsi cet aspect du travail de son père. Carl Sagan a été un pionnier de l’astrobiologie et, à mon avis, de la science politique de la recherche d’intelligence extraterrestre (SETI). Avec l’astrophysicien soviétique Iosif Shklovsky, Carl Sagan a représenté le pôle le plus optimiste au sein du SETI, en lançant des projets comme le réseau de télescopes Allen (Allen Telescope Array) et le Voyager Gold Record à partir de prémisses très proches de la logique principale de l’essai sur les OVNI de Posadas. En d’autres termes, si des civilisations extraterrestres contemporaines communicables existent, elles ont dû se maintenir pendant des milliers de millénaires. Elles doivent donc avoir surmonté ou évité entièrement nos propres pulsions impérialistes et autodestructrices – et donc, si nous avons la capacité de les contacter, nous devrions le faire sans crainte. Shklovsky a même écrit que c’est le marxisme qui permettrait à l’humanité d’atteindre cette longévité supérieure. Sagan gardait ses sympathies gauchistes secrètes, mais il n’était pas vraiment en désaccord.

Mais l’essai de Posadas de 1968 sur les OVNI ne visait pas tant à engager son mouvement dans l’ufologie, ou à restaurer la tradition cosmiste du communisme, qu’à régler un débat interne au sein du noyau intellectuel du mouvement sur la réalité et la signification des OVNI. Oui, le phénomène est réel, a-t-il dit, et si nous pouvons les contacter, nous devrions le faire. Mais il a ajouté que ses camarades ne devraient pas trop s’attacher à essayer de le faire ou à spéculer sur ce que les OVNI font ici ou sur ce qu’est leur société – car nous avons tout ce qu’il faut pour créer une utopie durable sur Terre en ce moment. Il est resté un « croyant », mais n’a plus jamais écrit publiquement sur le sujet.

David Broder : Un personnage clé est Dante Minazzoli. Pouvez-vous nous parler de son intérêt pour l’ufologie et de ce qu’en pensent ses camarades ? Y a-t-il eu un moment où le posadisme est devenu principalement « célèbre » parmi d’autres groupes trotskystes précisément à cause de cet intérêt ?

A.M. Gittlitz : Dante Minazzoli et Homero Cristalli ont fondé le Grupo Cuarta Internacional (GCI) au milieu des années 1940. Il s’agissait d’un petit cercle de militants prolétariens qui partageaient la vision de Trotsky d’établir la Quatrième Internationale comme une avant-garde révolutionnaire mondiale. À cette époque, Posadas n’était qu’un pseudonyme collectif et, comme Cristalli n’était pas un grand écrivain, Minazzoli a probablement écrit une grande partie de ce qui a été publié sous le nom de J. Posadas. D’une certaine manière, Minazzoli était autant Posadas que Cristalli lui-même ; bien que ce soit un discours de Posadas qui soit devenu le célèbre essai sur les OVNI, son contenu était basé sur les hypothèses extraterrestres que Minazzoli maintenait depuis longtemps.

En 1947, après que l’histoire des soucoupes volantes de Kenneth Arnold[3] et la nouvelle de l’incident de Roswell[4] se soient répandues dans les tabloïds du monde entier, on a vu des OVNI dans toute l’Argentine. Influencé dès son plus jeune âge par la science-fiction et la littérature cosmique de Camille Flammarion, Minazzoli pensait que les humains ne sont qu’une espèce parmi d’autres dans l’univers, et que notre destin est de les rencontrer et de fraterniser avec eux. Il a exhorté ses camarades du GCI à analyser le phénomène, mais ils lui ont interdit d’en parler.

Deux décennies plus tard, lorsque les dirigeants de l’Internationale posadiste se sont crus les successeurs légitimes de Trotsky et de Lénine, et donc l’avant-garde intellectuelle de la révolution mondiale, Minazzoli a repris sa thèse dans le cadre d’un groupe de lecture sur l’Anti-Dühring de Friedrich Engels et Le matérialisme et l’empiriocriticisme de Lénine. Il a présenté un argument matérialiste dialectique démontrant l’existence de la vie extraterrestre, et un argument politique selon lequel les OVNI étaient là pour nous observer pendant que nous atteignions le socialisme afin que nous puissions être accueillis dans la communauté galactique. Il n’était probablement pas le seul à le croire, mais d’autres dirigeants internationaux, comme Guillermo Almeyra, l’ont exhorté à mettre fin à ces discours.

Mais l’insistance de Minazzoli sur le sujet a poussé Posadas à faire ses propres commentaires. Le contenu de son discours a été publié dans quelques journaux posadistes à travers le monde. Les militants d’autres groupes trotskystes lisaient déjà la presse posadiste pour ses étranges théories conspirationnistes, ses prédictions et ses discours sur la moralité révolutionnaire. L’essai sur les OVNI devint un classique culte parmi eux. Des rumeurs se sont alors répandues dans le mouvement trotskyste, qui était fort divisé, que leurs rivaux étaient vraiment fous – et qu’ils avaient eu raison de choisir les sectes dans lesquelles ils militaient.

David Broder : Vous nous dites que Posadas est revenu à « la mode »- ou peut-être, le néo-Posadisme a émergé d’une manière sans précédent – dans les années 2010 grâce à des pages de mèmes comme la Ligue Intergalactique des Travailleurs – Posadiste, se concentrant à la fois sur ses espoirs catastrophistes dans une guerre nucléaire et sa vision « irréelle » d’une nouvelle société où l’homme communierait avec les dauphins. Dans votre récit, ce n’est pas seulement parce que Posadas est drôle, mais parce que la vénération ironique de son optimisme révolutionnaire extrême correspond en quelque sorte à l’humeur de notre époque. Pourriez-vous nous en dire plus ?

A.M. Gittlitz : Bien qu’une poignée de posadistes aient poursuivi, et poursuivent encore, leur militantisme, le mouvement a largement perdu de sa pertinence, même minime, au sein du trotskysme après la mort de Posadas en 1981. Mais l’essai sur les OVNI et son enthousiasme pour la guerre nucléaire sont restés légendaires parmi les trotskystes et les passionnés des petites sectes révolutionnaires de gauche. Parmi eux, on trouve Matthew Salusbury, un stagiaire dans un magazine sur les phénomènes paranormaux, le Fortean Times. Il a publié un article dans lequel il affirmait que les posadistes britanniques du Parti Révolutionnaire des Travailleurs étaient une « secte trotskyste OVNI ».

Bien que l’article se soit penché de façon hyperbolique sur l’angle des OVNI et qu’il ait mis au jour, pour la première fois, l’obsession tardive de Posadas pour les dauphins, cet article est devenu le principal référent de la page Wikipédia de Posadas, suscitant de nombreuses discussions imaginatives sur les forums de gauche. En 2012, David Broder, vous avez traduit en anglais l’essai sur les OVNI pour http://www.Marxists.org, ce qui a montré que son intérêt pour les extraterrestres était bien plus qu’une légende. Puis, en 2016, alors que la folie des élections américaines et britanniques radicalisait des coins bizarres d’internet, le concept de Communisme de Luxe Entièrement Automatisé (Fully Automated Luxury Communism) d’Aaron Bastani a pris son envol en tant que mème de gauche.

Le « spatial » a été ajouté au schéma, et un dessin animé de Posadas à côté de nuages de champignons, de soucoupes volantes sifflantes et de dauphins sautant dans l’espace a naturellement suivi. La Ligue des travailleurs intergalactiques – Posadiste a probablement été la page de mème dérivée la plus réussie. À ce jour, elle a produit des centaines de mèmes, gagné des dizaines de milliers d’adeptes, et ses administrateurs s’aventurent occasionnellement à un défilé du 1er mai ou à un autre événement de gauche.

Grâce à ces mèmes, Posadas est devenu (au moins dans la sphère anglophone) l’un des noms les plus célèbres du panthéon de l’histoire du socialisme révolutionnaire, devançant ses rivaux et, parfois, dépassant même Trotsky lui-même en nombre de recherches sur Google. Certains ont critiqué cet enthousiasme comme étant cruel, citant une fausse rumeur selon laquelle Posadas aurait été rendu fou par la torture, ou que les mèmes de Posadas ne prennent pas au sérieux l’histoire d’un mouvement qui a apporté une contribution héroïque au mouvement ouvrier sud-américain et a vu des dizaines de ses militants tués et torturés.

C’est juste, et c’est en partie pour cela que la majeure partie de mon livre offre une histoire sobre des origines et de la politique de l’Internationale Posadiste. Mais je vois aussi un aspect plus positif. Les jeunes gauchistes d’aujourd’hui se trouvent entre un siècle de contre-révolution et un avenir qui semble destiné à continuer à sombrer lentement dans la dystopie. Posadas, qui s’est fait connaître dans les années 50, lorsque la propagation de la révolution coloniale a fait croire aux révolutionnaires qu’une troisième guerre mondiale nucléaire était imminente, était le penseur « catastrophiste » le plus extrême – croyant que la guerre était à la fois nécessaire et souhaitable, et que l’utopie était de l’autre côté.

Ainsi, une façon de lire les mèmes posadistes, en l’absence d’une guerre mondiale potentielle entre le communisme et le capitalisme, est que « nous sommes foutus, lâchez les armes nucléaires, finissons-en. » Mais il y a aussi une autre possibilité – que quelque chose d’étrange et d’inattendu puisse se produire, l’émergence d’un nouveau Lénine, un réveil massif (quasi religieux) de la classe ouvrière, ou un désastre qui dévaste l’ordre dominant en laissant la classe ouvrière reconstruire le monde selon ses propres termes. Au fond, quiconque croit que la révolution communiste est possible pense quelque chose comme ça, même si pour la plupart des gens, c’est aussi ridicule que d’attendre les extra-terrestres.

David Broder : Il semble également que la vénération du posadisme ait coïncidé avec l’effondrement d’autres organisations révolutionnaires autoproclamées ces dernières années. De fait, en Grande-Bretagne, cela s’est également exprimé par des pages de mèmes comme Proletarian Democracy, qui appelait à une « Septième Internationale » et demandait aux lecteurs de financer une « bombe ouvrière ». Se moquer de Posadas est-il une façon de faire face à notre déception face au léninisme ? Ou est-ce simplement un bouc émissaire facile ?

A.M. Gittlitz : Pendant des décennies, Posadas a été comme un miroir de la fête foraine où les gauchistes sectaires se moquaient de leur propre image déformée. Aujourd’hui, l’humour autour de Posadas est totalement différent. Les gens qui sont dans les mèmes (quelques ex-trotskystes parmi eux, mais dans l’ensemble la population est composée de jeunes qui n’ont jamais milité) ne se moquent pas d’une étrange secte du trotskysme, ou du trotskysme en général, ou du léninisme en général, mais de l’ensemble de la tradition socialiste révolutionnaire qui a échoué.

Ironiquement, ce n’est pas une moquerie critique. C’est plus ironique et absurde. Je pense qu’au fond, il y a une curiosité à l’égard de ceux qui, autrefois, croyaient si fortement en quelque chose qu’ils se battraient et mourraient pour cela. Il y a un respect pour cela. Cela vient du fait qu’ils veulent faire partie de quelque chose comme ça, mais qu’ils ne sont pas vraiment capables d’y croire.

David Broder : En plus d’explorer les idées étranges du posadisme, il s’agit d’une riche biographie de l’homme lui-même. Pouvez-vous nous dire pourquoi vous avez voulu écrire ce livre et comment vous avez procédé pour reconstituer l’histoire ?

A.M. Gittlitz : Je voulais écrire une histoire de science-fiction, un peu comme un « Illuminatus »[5] communiste ! Une trilogie, avec le posadisme comme partie principale. Mais au fil de mes recherches, je me suis beaucoup plus intéressé à l’histoire réelle – sur laquelle on a peu écrit en anglais.

J’ai visité les principales archives des documents internes du mouvement à Amsterdam et à Londres, et j’ai trouvé d’autres documents à Paris, à l’université de Stanford, à Mexico, à Montevideo et en Argentine. Pendant mon séjour à Buenos Aires, j’ai frappé à la porte de León Cristalli, aujourd’hui secrétaire de sa petite Internationale, mais il a refusé de me parler. Plus tard, j’ai entendu dire qu’il s’était vanté d’avoir repoussé un agent impérialiste du New York Times. Le secrétaire de la section uruguayenne était également réticent à me parler, mais il était si sympathique qu’il ne pouvait pas s’en empêcher et nous avons fini par discuter officieusement pendant quelques heures. J’ai également eu la chance de rencontrer un posadiste cubain des origines lors de la conférence Trotsky en mai dernier à La Havane. Bien que la plupart des trotskystes chevronnés que j’ai rencontrés aient décrit Posadas sans se priver de faire des blagues méchantes, ils avaient tous beaucoup de respect pour les militants originaux du BLA.

Par l’intermédiaire de Sebastian Budgen, j’ai parlé à un ex-militant de la section italienne, Luciano Dondero, qui a fait allusion à des éléments particulièrement mystérieux de cette histoire, des non-dits, comme le scandale sexuel qui a servi de prétexte à l’expulsion du noyau intellectuel, et la fille que Posadas a eue tardivement, préparée pour être son héritière messianique.

D’autres détails personnels de la vie de Posadas, depuis son premier souvenir comme témoin de la Semana Trágica[6] quasiment révolutionnaire de 1919, se déroulant au pied de sa fenêtre à Buenos Aires, jusqu’à son soutien direct aux insurrections de la guérilla en Algérie, à Cuba et au Guatemala, en passant par son incapacité à reconnaître l’importance des révoltes de 68, la répression du mouvement sous les dictatures de l’opération Condor et son triste effondrement en tant que secte autoritaire marginale ont constitué une histoire émouvante – un exemple qui correspond à l’arc des échecs du socialisme révolutionnaire au XXe siècle.

Dans le même temps, je suis devenu fasciné par le trotskysme – que je n’avais jamais vraiment pris au sérieux auparavant. Leur conception du militantisme était très différente de celle à laquelle j’étais habitué en grandissant dans le milieu anti-autoritaire et antimondialisation. Je trouve que ce niveau d’engagement pour un programme est une tradition vraiment admirable que ma génération n’a pas. Il semble également évident que les douzaines de soulèvements mondiaux auxquels nous avons assisté ces dernières années seraient plus forts avec un certain niveau de coordination internationale, et une conception directrice de ce que signifie être anticapitaliste, comment la classe ouvrière peut prendre le pouvoir, et ce qu’il faut faire par la suite.

Cela ne veut pas dire qu’une Quatrième Internationale ou une FORA (Federación Obrera Regional Argentina, l’organisation anarcho-communiste à laquelle les parents de Posadas et Minazzoli appartenaient), ou toute autre tentative de nouveau modèle, fonctionnerait. Mais il est important de comprendre ce que ces organisations essayaient de réaliser, pourquoi elles ont été créées et pourquoi elles ont échoué. Dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Marx a écrit sur la façon dont les révolutionnaires qui se trouvent dans des situations désespérées cherchent à conjurer les figures du passé dans l’espoir de trouver de nouvelles façons d’aller de l’avant. Il est assez ironique de ressusciter Lénine, Staline ou Mao dans ce but, et le trotskysme a toujours eu cette étrange tonalité d’autodéfaitisme. Avec Posadas, au moins, il n’y a pas d’erreur sur l’ironie inhérente à la tâche nécessaire de créer quelque chose de radicalement nouveau à partir des ruines de l’histoire.

Publié initialement dans Jacobin

Traduction de Christian Dubucq

Notes
[1] LARPing : Le jeu de rôle grandeur nature ou simplement grandeur nature (abrégé GN) est une forme de jeu de rôle dans laquelle les joueurs incarnent physiquement un personnage dans un univers fictif. Les joueurs interprètent leur personnage par des interactions et des actions physiques, d’après des règles de jeu et l’arbitrage d’organisateurs. Les premiers jeux de rôle grandeur nature ont été organisés à la fin des années 1970, inspirés notamment par des jeux de rôle sur table, les murder party du début du siècle et des œuvres de fiction. Cette activité s’est propagée à travers le monde durant les années 1980, et elle s’est diversifiée par une grande variété de styles de jeu. Les univers fictifs de jeu incluent des univers réalistes modernes ou historiques, et des univers futuristes ou fantastiques. (NDT)

[2] Le cosmisme est un courant de pensée à caractère religieux et philosophique apparu en Russie à la fin du xixe siècle. Selon sa thèse fondamentale, les aspirations idéales de l’humanité, y compris la soif d’immortalité, pourront être réalisées non pas au moyen de transformations sociales ou d’un développement spirituel de la personnalité mais par suite d’une transfiguration du Cosmos dont l’homme devra être l’acteur principal (NDT) https://www.monde-diplomatique.fr/2018/12/FAURE/59320

[3] Le 24 juin 1947, Kenneth Arnold, rapporte avoir vu neuf objets volants inhabituels près du Mont Rainier alors qu’il effectue un déplacement à bord de son avion privé. Arnold décrivit des objets d’une forme inhabituelle, arrondis à l’avant et triangulaires à l’arrière, et dotés d’une vitesse prodigieuse, plus de deux fois la vitesse du son (aucun avion n’a encore franchi le mur du son à l’époque). C’est cette histoire, largement diffusée par l’Associated Press, qui est à l’origine de la controverse sur les « soucoupes volantes » (en anglais « flying saucer » ou « flying disk ») devenues par la suite ovnis (objets volants non identifiés). (NDT)

[4] L’affaire de Roswell concerne l’écrasement au sol, près de Roswell au Nouveau-Mexique (États-Unis), le 4 juillet 1947 de ce qui est présenté, selon les versions, comme un ballon-sonde ou comme un objet volant non identifié (ovni). Pour les principales associations d’ufologues, cet événement est l’un des éléments les plus probants de la visite de la Terre par une civilisation extraterrestre avancée. (NDT)

[5] Illuminatus ! (titre original : The Illuminatus! Trilogy) est une trilogie écrite par Robert Anton Wilson et Robert Shea, publiée pour la première fois en 1975. La trilogie est une satire postmoderne influencée par la science-fiction. À travers de nombreuses théories du complot, on y parle de psychotropes, de sexe et de magie. Ces propos sont à la fois des fictions et des faits historiques, en lien avec les versions des Illuminati. La narration non linéaire alterne régulièrement entre point de vue narratif à la première ou troisième personne. Les livres s’attardent sur plusieurs thèmes tels que le discordianisme, la numérologie et la contre-culture. La trilogie comprend The Eye in the Pyramid, The Golden Apple, et Léviathan. Ils ont d’abord été publiés en tant que trois volumes distincts à partir de septembre 1975. En 1984, ils ont été publiés dans une édition omnibus et sont maintenant plus souvent réimprimés sous cette forme. (NDT)

[6] La Semaine Tragique est le nom donné à la répression et au massacre dont a été victime le mouvement ouvrier argentin, au cours duquel des centaines de personnes ont été assassinées à Buenos Aires la deuxième semaine de janvier 1919, sous le gouvernement radical de Hipólito Yrigoyen. (NDT)


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1900
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique

Message par com_71 » 14 Mars 2021, 19:51

A.M. Gittlitz a publié son ouvrage "alimentaire" il y a un an (cf. plus haut sur ce fil). L'avoir cité une fois c'était déjà beaucoup, y revenir, ça frise l'addiction Sdm. Perso, je ne suis pas adepte.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5089
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique

Message par Gayraud de Mazars » 17 Mars 2021, 19:29

Salut Com,

com_71 a écrit :A.M. Gittlitz a publié son ouvrage "alimentaire" il y a un an (cf. plus haut sur ce fil). L'avoir cité une fois c'était déjà beaucoup, y revenir, ça frise l'addiction Sdm. Perso, je ne suis pas adepte.


Cela n'est pas une addiction, mais au moins avoir l'interview en français c'est mieux... Après au delà de la pensée parfois farfelue, hérétique et hors norme pour les marxistes de Juan Posadas avec parfois des délires, je ne m'explique pas que des centaines de militants trotskystes dont certains en Europe comme en Belgique, où j'en ai connu, ait pu adhérer à la pensée Posadas, et créer une Internationale Posadiste... Qui a survécu bien des années !

POR (t) image de RA.jpg
Photo Charleroi en Belgique, POR (t) Posadiste...
POR (t) image de RA.jpg (74.44 Kio) Consulté 1001 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1900
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Le trotskyste qui croyait au communisme intergalactique

Message par Gayraud de Mazars » 17 Mars 2021, 19:39

Salut camarades,

Une autre photo, que j'avais posté déjà sans doute... Qu'importe !

Photo Charleroi en Belgique, POR (t) Posadiste... de mon ami et camarade René...

Section posadiste belge.jpg
Charleroi, Belgique, Internationale Posadiste...
Section posadiste belge.jpg (105.1 Kio) Consulté 1001 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1900
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18


Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)