Trotsky et les premières années du Parti communiste français

Marxisme et mouvement ouvrier.

Trotsky et les premières années du Parti communiste français

Message par Gayraud de Mazars » 24 Jan 2022, 09:02

Salut camarades,

Darren Roso explore la fondation du Parti communiste français, décrivant l'approche politique de Trotsky pour gagner des syndicalistes de premier plan au mouvement marxiste... Cet article est paru d'abord dans Marxist Left Review, la revue théorique de Socialist Alternative, je pense la plus importante des organisations d'extrême-gauche en Australie.

Trotsky et les premières années du Parti communiste Français
https://marxistleftreview.org/
par Darren Rosso

https://www.anti-k.org/2022/01/23/trots ... -francais/

Lénine et Trotsky – à partir de 1917, ces deux noms avaient toujours été mentionnés d’un seul souffle. De plus, alors que Lénine était resté distant, russe, admirable mais incompréhensible, Trotsky avait captivé l’imagination du mouvement ouvrier Français. Il était devenu le leur, et son implication dans les affaires du PCF avait fait de lui le dirigeant bolchevique le plus connu de France.
Robert Wohl, Français communisme en devenir, 1914-1924

En premier lieu, pourquoi écrire sur Trotsky et les premières années du Parti communiste Français ?1 Eh bien, les écrits de Trotsky sur la France étaient tout simplement excellents. Trotsky était l’un des théoriciens les plus importants de la révolution en Occident, et son intervention dans la section Français du Komintern a mis la politique révolutionnaire au travail en temps réel pendant la recrudescence des luttes de classe d’après-guerre. L’intervention de Trotsky dans les premières années du Parti communiste Français (PCF) montre les pièges du centrisme et du réformisme enraciné au sein d’un parti se proclamant révolutionnaire, les possibilités et les nouvelles perspectives ouvertes pour travailler avec les syndicalistes révolutionnaires, et comment traduire l’expérience de la Révolution russe dans les formations sociales d’Europe occidentale.

Le rôle de Trotsky dans les premières années du PCF a donné des réponses aux principales difficultés de la tactique et de la stratégie révolutionnaires en Occident : le front unique, la lutte pour l’hégémonie de la classe ouvrière, la relation de la classe ouvrière aux autres couches sociales, combinant la guerre de position – lutte patiente à moyen terme, avec la guerre de manœuvre – l’insurrection contre le régime bourgeois, et l’intervention révolutionnaire.

Ceci est qualitativement distinct de l’idée, popularisée par le stalinisme, d’appliquer mécaniquement le « léninisme » à des conditions Français. Au lieu de cela, Trotsky avait une connaissance intime et une connaissance du mouvement ouvrier Français, de ses dirigeants et de nombreux militants, et a combiné cela avec ses décennies de travail révolutionnaire pour démontrer comment le parti communiste Français précoce pouvait agir dans la situation concrète pour renverser le capitalisme.

La réalité était que le premier Français Parti communiste n’était pas un parti révolutionnaire au sens propre du terme; il y avait une absence de véritable parti révolutionnaire même après le congrès de Tours de décembre 1920, une combinaison de facteurs entravant le développement du parti dans une direction révolutionnaire avant la victoire définitive du stalinisme dans des conditions Français (1925-27). C’est significatif parce que cela montre les différences entre ce qu’un parti dit de lui-même, que lui, un parti communiste affilié au Komintern se prenant pour révolutionnaire, et ce qu’il est réellement dans sa réalité matérielle et pratique. Les interventions de Trotsky visaient à traiter ce fait. La tragédie des premières années était qu’avant le stalinisme, le parti n’était pas un organe cohérent et révolutionnaire, tandis que le processus de bolchevisation qui prétendait mener à bien ce travail a finalement produit l’un des partis staliniens les plus autoritaires au monde et a définitivement enterré la perspective que le parti devienne en fait un parti véritablement révolutionnaire au lieu d’un appendice de Moscou.

Cette tragédie est étayée au-delà de tout doute raisonnable par les livres les plus récents comme A Brief Revolutionary Moment: The Creation of the Communist Party in France de Julien Chuzeville, ainsi que par les livres plus anciens et classiques comme Moscou sous Lénined’Alfred Rosmer. Trotsky est intervenu dans cette situation tragique en temps réel. Dans l’intervalle entre 1920 et 1924, Trotsky a dû convaincre politiquement des éléments du parti comment agir s’il voulait faire des gains et mener la lutte révolutionnaire. Il y a beaucoup à apprendre des efforts de Trotsky pour convaincre le parti Français en quoi consiste la politique marxiste et révolutionnaire réelle.

Mais je dois faire une réserve : j’écris sur ce que l’on pourrait appeler le groupe de réflexion faillible Trotsky. Je suis contre les contrefactuels historiques imaginaires et je ne suggère pas que si seulement le PCF avait suivi chacune des paroles de Trotsky à la lettre, alors tout aurait été réglé. Dans l’horizon relativement ouvert entre la fondation du PCF et la stalinisation, en comptant environ quatre ans, il y avait une distance dans la situation concrète elle-même entre un parti révolutionnaire idéal et la réalité réelle de sa pratique; une distance entre un parti ouvrier de masse et un programme révolutionnaire dans la pratique et une grande hétérogénéité des orientations politiques de gauche à droite en son sein. C’est dans la distance entre l’idéal révolutionnaire et la réalité dérisoire, une distance très concrète et historiquement spécifique, que l’on peut penser la politique. C’est ce que nous regardons ici, la pensée politique de Trotsky ; le groupe de réflexion faillible Trotsky alors qu’il intervient dans la section Française.

Les années de guerre

Trotsky était à Paris pendant la Première Guerre mondiale, actif parmi les socialistes russes exilés, les syndicalistes Français et les socialistes de gauche, qui voulaient tracer une ligne d’opposition à la guerre contre le soutien du Parti socialiste et de la bureaucratie syndicale Français.

Trotsky se souvient dans ses mémoires comment Jules Guesde, chef de l’aile dite marxiste du Parti socialiste Français, « s’est avéré capable seulement de déposer son autorité morale non ternie sur l’autel de la ‘défense nationale’ », tandis que le chef du syndicalisme officiel, Jouhaux, « a nié » l’État en temps de paix, pour s’agenouiller devant lui pendant la guerre.2 Les dirigeants socialistes rejoignirent le cabinet de guerre et firent campagne contre ses opposants ; la bureaucratie syndicale syndicaliste a mis un couvercle sur les grèves.

Pourtant, il y avait de la résistance. Alfonse Merrheim, dirigeant des métallurgistes de la CGT, crée au début de 1916 le Comité pour la reprise des relations internationales (CRRI) ; c’était un réseau lâche. Avant la guerre, Merrheim avait écrit sérieusement sur les fondements économiques de la rivalité inter-impérialiste. La CRRI était petite, mais déterminée à critiquer le Parti socialiste et la direction syndicaliste de la CGT et à faire du travail illégal clandestin pour faire de la propagande contre la guerre. Ces gens étaient incroyablement courageux, ils risquaient la prison ou étaient envoyés sur le front de guerre pour leurs activités.

Trotsky était en contact étroit avec les militants anti-guerre les plus avancés en France, Alfred Rosmer et Pierre Monatte, issus de la tradition syndicaliste révolutionnaire. Ils tenaient des réunions hebdomadaires, auxquelles Trotsky assistait. Bien qu’inégaux, ces gens ont sans aucun doute été influencés par Trotsky. Rosmer et Monatte, qui étaient les rédacteurs en chef du journal La Vie Ouvrière,étaient des révolutionnaires, engagés dans l’auto-activité de la classe ouvrière et l’auto-émancipation. Trotsky a également rencontré le poète révolutionnaire Marcel Martinet. De Monatte, Trotsky a dit, il « n’a jamais penché un seul instant vers la réconciliation avec le militarisme ou l’État bourgeois ».3 Rosmer « se rapprochait fondamentalement du marxisme que des Guesdistes ».4 Et dans Martinet, Trotsky écrivait : « L’artiste vivait côte à côte en lui avec le révolutionnaire, et tous deux savaient agir à l’unisson ».5 En passant, Trotsky a lu la pièce de Martinet, La Nuit, à bord du train militaire pendant la guerre civile. Il y écrit ensuite une préface, dans laquelle il dit que Martinet « est un communiste formé à l’école du groupe syndicaliste de La Vie Ouvrière, c’est-à-diredans une bonne école ».6

Cela dit tout.

La Vie Ouvrière et d’autres socialistes de gauche n’avaient jamais encore rencontré le genre de socialisme que Trotsky défendait. Trotsky « représentait un type de socialisme que Rosmer et Monatte n’avaient jamais vu… [il] parlait de faire une révolution comme s’il le pensait ».7

Des ambiguïtés et des divergences politiques sont apparues lors des débats au sein du Comité pour la reprise des relations internationales. Les principaux Zimmerwaldiens – ceux qui ont assisté et préparé le rassemblement anti-guerre de septembre 1915 à Zimmerwald – de la gauche Français étaient attachés à l’unité existante de la CGT et du Parti socialiste, et beaucoup étaient pacifistes, bien à droite de la gauche de Zimmerwald. L’approche révolutionnaire de Lénine à la guerre impérialiste leur était étrangère, et Alfonse Merrheim, qui est allé à Zimmerwald en tant que pacifiste modéré, avait déjà prédit le déclenchement de la guerre dans ses articles pour La Vie Ouvrière et plaidé pour la résistance de la classe ouvrière à elle, mais il s’est ensuite déplacé vers la droite et est devenu un adversaire des bolcheviks. Lénine n’avait pas non plus de contact réel avec l’opposition Français anti-guerre.

Le rôle de Trotsky dans le Comité importait ; il s’est lancé dans la lutte contre les modérés. Les modérés disaient qu’on ne pouvait pas trop critiquer le Parti socialiste, qu’on ne pouvait pas trop critiquer les dirigeants vacillants du Centre, qu’on ne pouvait pas trop rejeter les socialistes impérialistes-patriotes, parce qu’en fin de compte, une fois la guerre terminée – beaucoup de socialistes pensaient que la guerre serait terminée très rapidement – il y aurait la même vieille unité au sein du Parti socialiste et des syndicats. Le menchevik internationaliste Julius Martov, qui était également à Paris à l’époque, initialement proche de Trotsky, a encouragé ces fantasmes d’unité. Mais Trotsky a fait campagne pour une ligne plus intransigeante, une ligne qui porterait le combat jusqu’aux socialistes impérialistes ainsi qu’aux centristes, comme Longuet – le petit-fils de Marx qui a donné aux socialistes de guerre une couverture politique. La campagne de Trotsky pour une approche plus active de la guerre lui a valu le soutien des socialistes de gauche, des syndicalistes et des anarchistes ; l’un des classiques de l’époque, Les Socialistes de Zimmerwald et la guerrede Fernand Loriot, a été clairement influencé par Trotsky. Avant l’exil de Trotsky de Paris, il a pu gagner le plus courageux des Français gauche vers une orientation révolutionnaire marxiste plus claire, mais ce n’était en aucun cas complet.

Tours : le fruit d’une rencontre manquée

Alors que la guerre accumulait la mort, les cadavres puants et les âmes brisées, les grèves commençaient à s’accumuler, les révoltes des soldats éclataient et l’opposition anti-guerre au sein du Parti socialiste, dirigée maintenant par Loriot et Souvarine, gagnait plus de soutien et en vue d’une majorité. Cela posait un problème politique : rompez-vous avec le Parti socialiste, à cause de la présence de centristes comme Longuet et du social-patriotisme de Renaudel et Blum, ou restez-vous dans le parti, luttez-vous pour une majorité et essayez-vous d’une manière ou d’une autre de transformer le parti de l’intérieur ?

Pour décrire brièvement la séquence des événements: le deuxième congrès du Komintern a eu lieu en juillet 1920, où les bolcheviks ont plaidé pour régler les comptes avec le réformisme au sein du Parti socialiste, et le congrès de Tours, qui a eu lieu en décembre de la même année, a voté à la majorité pour devenir la section officielle du Komintern, façonnant le mouvement ouvrier Français pour les décennies à venir. Les réformistes pro-guerre et intransigeants comme Léon Blum ont pris d’assaut, se sont divisés et ont formé leur propre petit groupe, et en fait, le Parti communiste était le plus grand parti de la classe ouvrière Français. À sa droite, un petit courant réformiste a tenté avec ténacité de se reconstruire. Le Parti communiste était bien placé pour livrer aux réformistes des contrecoups plus durs afin de déstabiliser leur influence dans la classe ouvrière.

Trotsky était pour une scission au départ, mais le Comité de la Troisième Internationale, la section officielle Français du Komintern, a plaidé en faveur du maintien dans le Parti socialiste jusqu’à ce qu’ils obtiennent la majorité. Je pense que c’est Rosmer qui a le premier convaincu Lénine de ce point. Le Comité de la Troisième Internationale, composé de Boris Souvarine, Loriot, Rosmer et Monatte, était déjà affilié au Komintern, avec ses membres actifs comme syndicalistes et/ou au sein du Parti socialiste.

Il y avait un regroupement entre la gauche du Parti socialiste et les syndicalistes révolutionnaires. Beaucoup, comme Loriot et Marthe Bigot, étaient des militants de base du syndicat des enseignants. Les syndicalistes révolutionnaires ont été absolument au cœur de la fondation et de la dynamique ultérieure du Parti communiste. Il y a eu beaucoup de croisements entre les syndicalistes et les militants du Parti socialiste : certains syndicalistes étaient déjà à l’intérieur du Parti socialiste tandis que d’autres étaient à l’extérieur, mais ont rejoint le parti après Tours. Pour les syndicalistes en dehors du Parti socialiste, après Tours, le PC devait prouver que le parti était nouveau, différent et prêt à se battre pour renverser le capitalisme. Pour cette raison, le Congrès de Tours n’était pas seulement le résultat d’une bataille interne au sein du Parti socialiste, mais un effort combiné de socialistes de gauche et de syndicalistes révolutionnaires.

Il est important de noter cependant que la fondation du Parti communiste à Tours impliquait des dirigeants qui savaient dans quelle direction le vent soufflait, mais qui n’étaient pas des révolutionnaires sincères. Beaucoup d’entre eux étaient francs-maçons, pacifistes, carriéristes de tous types. Deux noms ressortent dans les débuts du Parti communiste : Marcel Cachin, qui était le rédacteur en chef de L’Humanité au sein du Parti socialiste, et Ludovic-Oscar Frossard, son secrétaire. Ils sont entrés dans le Parti communiste après Tours, maintenant leurs postes, à peu près inchangés. Voici ce que Rosmer a dit des deux:

Cachin était un homme dépourvu de caractère, qui avait été ultra-chauvin au début de la guerre, faisant des courses à Mussolini au nom du gouvernement Français. Puis il avait nagé avec le ruisseau, et maintenant professait être un sympathisant du bolchevisme, bien que, dans ses articles, il ait condamné le soulèvement d’octobre et fondamentalement détesté les bolcheviks. De Frossard il suffit de dire… [qu’au début avec des sympathies pour Zimmerwald, il devait finir comme ministre sous… Pétain [le régime de Vichy qui a accueilli l’occupation nazie].8

Face à cette difficulté, Trotsky et Lénine pensaient que la meilleure voie à suivre était que la fusion des syndicalistes révolutionnaires et de la gauche rassemble leurs forces et chasse, défait ou neutralise la droite et le centre du nouveau parti. C’était une condition préalable à l’action révolutionnaire. Ils ne se faisaient aucune illusion sur ces gens peu fiables. Lénine l’a résumé à Trotsky : « Ce serait bien… chasser tous ces coups de froid, et attirer dans le parti les syndicalistes révolutionnaires, les travailleurs militants, les gens qui sont vraiment dévoués à la cause de la classe ouvrière ».9

Les centristes et les réformistes retranchés dans le nouveau parti devaient être combattus. Le temps était déjà compté. Non seulement la France était au centre de la contre-révolution européenne avec l’intention de briser les bolcheviks et le pouvoir ouvrier, mais en interne, la lutte des classes a commencé à décliner rapidement après 1920,en particulier après la défaite impitoyable de la grève générale du Premier Mai : 22 000 cheminots ont été licenciés et les trois quarts des membres syndicaux de la CGT sont partis dans l’année qui a suivi la défaite.

Trotsky a souligné, après la guerre, que la social-démocratie pouvait sauver le capitalisme, aidée par l’absence d’un parti révolutionnaire. La radicalisation d’après-guerre ne conduirait jamais directement à la victoire de la classe ouvrière en Europe occidentale. Trotsky affirmait : « Il n’est que trop évident aujourd’hui ce qui manquait pour la victoire en 1919 et 1920 » : un parti révolutionnaire. « Ce n’est qu’après que le puissant ferment de masse d’après-guerre avait déjà commencé à refluer que les jeunes partis communistes ont commencé à prendre forme, et même alors, seulement dans les grandes lignes ».10

Dans un certain sens, le Congrès de Tours était symptomatique d’une rencontre manquée: rien au monde ne prédestine les éléments à se combiner, à ce qu’une révolution prenne forme. Le temps historique a sa part de plasticité et de chance. La politique révolutionnaire réfléchit à la façon dont les éléments d’une conjoncture peuvent se réunir, se combiner et renverser le capitalisme.

Le Parti communiste après Tours a dû construire avec la rencontre manquée déjà derrière eux,avec la lutte des classes sur le déclin. C’était le problème que les révolutionnaires occidentaux n’ont pas réussi à résoudre à temps. Il serait faux de dire que tout espoir a été perdu, car l’intervention politique pourrait encore façonner les événements. De ce point de vue, le temps que Trotsky a consacré à la section Français était très précieux. Rien n’a préétabli les échecs ultérieurs de la section Français à construire et à réparer la rencontre déjà manquée; même si l’occasion révolutionnaire a été manquée, des perspectives plus à moyen et à long terme de construction d’un parti révolutionnaire en Occident étaient sur la table.

Compte tenu des contraintes d’espace, je ne peux décrire que quatre parties des débats politiques: le syndicalisme, les illusions centristes dans la démocratie bourgeoise, les débats de front unique et la cohérence d’un parti interventionniste après la grève du Havre.

Syndicalisme

Malgré la convergence réelle des syndicalistes et des socialistes, Trotsky insistait sur la nécessité d’une clarté politique, idéologique et théorique. Après la Révolution d’Octobre, les progrès représentés dans la Charte d’Amiens deviennent un obstacle à la poursuite de l’avancée. La Charte d’Amiens a été proposée en 1906, convenue de l’autonomie des syndicats par rapport aux partis politiques; c’était le Programme d’Erfurt pour les syndicalistes, articulant la lutte de classe directe contre les patrons à l’expropriation du capital. Les syndicalistes se sont divisés, certains ont voyagé vers la droite, d’autres vers le bolchevisme. Certains, comme Monatte, hésitaient à savoir où aller. Monatte n’adhère au Parti communiste qu’en 1923, qui est sectaire. Monatte était l’un des militants les meilleurs et les plus respectueux des principes, mais il ne comprenait pas l’importance du parti, même après la Révolution d’Octobre, lorsque la question a été réglée.

Trotsky a pris la responsabilité de l’unité avec les syndicalistes. Mais il n’a pas négligé la clarification politique. Rester syndicaliste après la Révolution d’Octobre, c’était ne pas intégrer les connaissances et l’expérience, le véritable bond en avant que la politique de lutte des classes a pris, à partir de cet événement.

Trotsky a énoncé quatre erreurs commises par les syndicalistes. Premièrement, ils ont nié la politique, ignorant le rôle de l’État. C’est une légère caricature. Fernand Pelloutier, le principal organisateur et théoricien du syndicalisme révolutionnaire, a plaidé pour que le mouvement de la Bourse du Travail soit coordonné au niveau national pour surmonter la nature économique et corporatiste des luttes syndicales locales. Pelloutier a peut-être nié la politique, mais même son articulation de la réforme et de la révolution était politique. La CGT d’avant-guerre avait déjà présenté des débats entre ses ailes réformistes et révolutionnaires sur la relation entre le militantisme syndical et l’État. Les campagnes anti-guerre qui ont précédé la Première Guerre mondiale, qui ont culminé avec la campagne conjointe entre la SFIO et la CGT contre la « loi triennale », concernaient la politique et non l’économie brute.

Deuxièmement, ils n’ont pas réussi à tirer toutes les implications de la « minorité active ». La minorité active était essentiellement l’avant-garde de la classe, la section la plus militante des travailleurs qui menaient une lutte contre les patrons, le meilleur de la Charte d’Amiens, pour ainsi dire. Si le nouveau Parti communiste devait être véritablement révolutionnaire, il en serait l’épine dorsale.

Troisièmement, certains anarcho-syndicalistes ont séparé à tort le parti et les syndicats, l’une des impasses de la Charte d’Amiens, qui stipulait que la politique ne devait pas avoir sa place dans les syndicats. Mais cela signifiait qu’il était impossible de coordonner la politique révolutionnaire au niveau de la base pour vaincre la bureaucratie syndicale. Une bureaucratie syndicale bourgeoise avait émergé dans la CGT avant le déclenchement de la guerre ; il s’opposait effectivement au résultat du Congrès de Tours et diviserait les syndicats pour écraser la base révolutionnaire sympathisante de la SFIO. Pourtant, même avant Tours, une conception réductrice du parti et de la classe a aveuglé de nombreux syndicalistes sur la nécessité de vaincre la bureaucratie réformiste ossifiée du Parti socialiste, qui, en tant que représentants politiques incontestés de la classe ouvrière, pouvait jouer un rôle décisif. Tous les syndicalistes ou anciens syndicalistes n’avaient pas une conception réductrice du parti et des syndicats ; Comme le souligne à juste titre Ian Birchall, Rosmer avait présenté la CGT comme une organisation « hybride » fonctionnant à la fois comme un parti politique et un syndicat.11

Enfin, les syndicalistes ont donné la priorité aux syndicats plutôt qu’aux soviets lorsqu’il s’agissait du problème du pouvoir; il y a donc eu un débat sur les organes de la domination ouvrière, inévitablement posés après la Révolution d’Octobre.

La théorie et la pratique des syndicalistes révolutionnaires, au-delà d’une certaine limite, sont restées subordonnées à l’hégémonie bourgeoise. Toute la polémique de Trotsky contre le syndicalisme révolutionnaire nous donne un exemple de la façon dont se déroule le développement d’une doctrine politique : tout au long de l’histoire, une doctrine est testée, éclairée, atteint un seuil à travers ses propres contradictions qui doivent être résolues. C’est ce qui est arrivé au syndicalisme face à l’expérience historique de la Révolution d’Octobre. Le marxisme de Trotsky présentait tout un projet de révolution comme une alternative ; il était nécessaire de sauvegarder les traditions les meilleures et les plus militantes des syndicalistes, tout en réglant les comptes avec leurs dogmes rétrogrades.

Fudge centriste

Si Trotsky, par ses liens d’amitié et de politique, était sympathique aux syndicalistes, il méprisait totalement les centristes et la droite.

Le centrisme dans le Parti communiste était une politique de perte de temps, attachée à la république bourgeoise, incapable de mettre au travail une politique basée sur la lutte de classe révolutionnaire. Les opportunités révolutionnaires sont des moments précieux, mais qui disparaissent. Alors, et seulement alors, la domination politique bourgeoise s’effondre pendant un certain temps. Dans de tels moments, la détermination et l’actualité sont vitales, de peur que les moments ne s’évanouissent et ne disparaissent. Après le Congrès de Tours, la lutte des classes était en récession, le moment révolutionnaire s’éloignait. Mais dans ce contexte, le chef centriste du parti, Frossard, a passé « deux ans à donner [aux bolcheviks] une leçon sur l’art de l’évasion », une approche qui, consciemment ou non, a donné à la bourgeoisie de France le temps de se regrouper.12

Les centristes se sont frayé un chemin à travers les « 21 conditions », les mesures conçues pour chasser toutes les formes d’opportunisme des rangs des partis communistes nouvellement formés. Les 21 conditions, qui n’ont pas été votées à Tours, étaient censées régler l’admission au Komintern : elles appelaient à une rupture complète avec les réformistes et à l’expulsion de tous ceux qui étaient contre la dictature du prolétariat. Ils ont été conçus pour s’assurer que ceux comme Longuet et Blum soient coupés du Komintern. Pourtant, il était illusoire de penser qu’un ensemble de règlements pourrait endiguer un tel opportunisme. Rosmer expliqua plus tard : « Mais ce que [les bolcheviks] ne savaient pas et ne pouvaient pas savoir, c’était jusqu’où ces hommes iraient avec leurs manœuvres habiles, car ils avaient reçu leur formation aux pratiques de la démocratie parlementaire. Ils pourraient sortir plus de trucs du sac que les Russes suspects ne pourraient jamais l’imaginer ».13 Frossard accepterait un principe en Russie, puis en France lui tournerait le dos.

Le centre et la droite rejettent le front unique

Le débat sur le front unique a été un exemple concret des sévères limitations du centre et de la droite. L’opposition à la politique du front unique dans les rangs du Parti communiste est venue avec la plus grande force de la droite et du centre, la majorité de l’époque. Le rejet du front unique est intervenu à un moment où les impérialistes-socialistes, comme Léon Blum et Renaudel, avaient un soutien minoritaire au sein de la classe ouvrière. C’était différent de l’Allemagne, par exemple, où la gauche berlinoise était contre le front unique. En France, ce sont les anciens syndicalistes révolutionnaires qui étaient pour le front unique parce qu’ils étaient pour la mobilisation des luttes de classe de masse. Dans un certain sens, l’aile droite du Parti communiste a rejeté la politique du front unique parce que, s’ils devaient conclure un pacte de lutte commune avec les réformistes purs et simples, cela aurait pu montrer à quel point ils étaient similaires les uns aux autres. L’aile droite du Parti communiste a refusé de le faire.

Si la politique du front unique consistait à exposer les impérialistes-réformistes-socialistes devant les masses, la droite et les centristes du Parti communiste ont refusé de le faire. Cela signifiait en pratique qu’une partie importante du Parti communiste refusait de montrer comment les impérialistes-réformistes-socialistes étaient opposés à la révolution ; les centristes n’avaient pas de réponse à cela, car ils suivaient la droite. Ils ont évité le fait qu’il faut montrer à la classe ouvrière la différence entre les impérialistes-réformistes-socialistes et les communistes dans la pratique et sa propre expérience dans la lutte. Que la droite s’oppose au front unique est révélateur : elle savait que la politique ne concernait pas la cohabitation polie de différentes organisations, mais une lutte pour l’hégémonie au sein du mouvement ouvrier. L’idée lassante que le front unique en tant que large collaboration de la gauche pour l’unité est aussi naïve que dépourvue de pensée politique concrète.

L’un des arguments fondamentaux avancés par Trotsky était contre le soi-disant Bloc de gauche : un bloc entre radicaux bourgeois et sociaux-démocrates en vue de former un gouvernement. Le Bloc de gauche a poursuivi le principe de l’unité républicaine remontant à la Révolution Français et a également été un précurseur du Front populaire des années 1930, et comme cela, une capitulation devant l’hégémonie bourgeoise. Poursuivre sérieusement l’unité républicaine signifiait greffer la politique de la classe ouvrière sur la révolution bourgeoise et donc passer à côté de sa spécificité. Le Bloc de gauche était un bloc entre les travailleurs et une certaine section de la bourgeoisie contre une autre section de la bourgeoisie. Contre cela, Trotsky a plaidé pour un bloc de tous les travailleurs contre la bourgeoisie ; L’alternative de Trotsky était de construire un bloc entre toutes les sections de la classe ouvrière contre le pouvoir uni du capital. Au centre de l’orientation de Trotsky se trouvait l’unité de la classe ouvrière en opposition à la logique de la collaboration de classe. Cette logique a animé la Commune de Paris, et je veux citer Trotsky pour donner une idée vivante du front unique dans ce contexte :

La page la plus glorieuse de l’histoire du prolétariat Français – la Commune de Paris – n’était rien d’autre qu’un bloc de toutes les organisations et de toutes les nuances au sein de la classe ouvrière Français, unis contre la bourgeoisie. Si, malgré l’établissement du front unique, la Commune a été rapidement écrasée, cela s’explique avant tout par le fait que le front unique n’avait pas sur son flanc gauche une véritable organisation révolutionnaire, disciplinée et résolue, capable de prendre rapidement le leadership dans le feu des événements.14

Une indépendance révolutionnaire approfondie, cohérente et audacieuse de la classe ouvrière est en jeu dans ce débat, capable de combattre les différentes formes de réformisme dans la pratique. En réalité, Trotsky, au nom du Komintern, menait une polémique contre la majorité du Parti Français ; c’était un cas où l’intervention du Komintern était absolument essentielle pour bien faire de la politique.

Fatalisme du parti

Tout à l’heure, j’ai dit que le centrisme est une politique de perte de temps. Les centristes peuvent être très actifs dans leur perte de temps, avec des réunions, des motions et des débats sans fin, mais ils perdent du temps du point de vue de faire avancer la lutte ouvrière vers la victoire. Vers la fin de 1922, cela devient très clair lorsque le parti est mis à l’épreuve face à la grève du Havre.

Le Havre est une ville portuaire du nord de la France. Les métallurgistes et les travailleurs des chantiers navals sont sortis pour lutter contre les réductions de salaire en juin, lorsque la direction a annoncé une réduction de salaire de dix pour cent.

La grève du Havre s’intensifie entre juillet et août, attirant non seulement les métallurgistes et les ouvriers des chantiers navals, mais aussi les ouvriers portuaires et les marins. Elle est passée à 40 000 travailleurs avant de se transformer en grève générale dans toute la région du Havre, appelée par les syndicats locaux. Après le déclin de la lutte des classes à partir des défaites du premier mai à partir de 1920, les événements du Havre ont été très, très significatifs. La grève a été cruciale et, le 26 août, quatre travailleurs ont été tués, la police et l’armée ont été appelées et 15 autres ont été blessées. La CGTU, le syndicat aligné sur le PCF, a appelé à une grève générale le 29 en réponse, qui est tombée à plat.

Le Parti communiste a échoué à la grève du Havre. Ils n’ont rien fait pendant des semaines, voire des mois, mais ont ensuite appelé à une grève générale à laquelle ils n’ont absolument pas réussi à se préparer et qui a été un fiasco.

Dans les mois qui ont précédé la grève générale du Havre et l’assassinat des travailleurs, le Parti communiste n’a rien fait. Encore une fois, c’était une grève de 110 jours. Les préjugés syndicalistes allaient de pair avec la passivité centriste. Les centristes ont dit : « Le Parti ne peut rien entreprendre dans ce domaine », et les syndicalistes du parti ont également dit que le Parti ne pouvait pas intervenir dans une affaire syndicale, économique ; en fin de compte, le meurtre de travailleurs était « économique ».15 Le Parti n’a pas bâti l’autorité parmi les grévistes. Le maire local, un radical bourgeois, est intervenu, et d’autres l’ont fait aussi. Trotsky a dit : « Un seul parti n’est pas intervenu en tant que tel dans cette grève », le Parti communiste !16 Puis, lorsque la police a assassiné des travailleurs, la CGTU et le Parti ont lancé un slogan : la grève générale ! Pour répéter : le Parti qui est resté « une entité totalement hors de propos », dans la grande bataille entre les travailleurs du Havre et « la société bourgeoise dans son ensemble », a soutenu un slogan non préparé pour une grève générale.17 Les coupures de journaux de L’Humanité étaient censées mener une grève générale. Le résultat fut une farce totale, une débâcle totale. Dans cet exemple, la passivité et les slogans vides allaient de pair.

Ces opposants à la révolution socialiste, les socialistes Blum et les bureaucrates syndicaux, ont été sauvés par des coupures de journaux appelant à une grève générale. Bien sûr, lorsque la grève générale a été déclenchée sans aucune préparation, avec seulement 24 heures de préavis, les réformistes avaient un prétexte: il est trop risqué de faire grève maintenant. L’échec de l’orientation du Parti Français a provoqué une démoralisation, envoyé une partie des travailleurs dans la passivité et renforcé les mains des réformistes et du syndicalisme bureaucratique syndical. Le parti ne retrouverait jamais ce temps.

Maintenant, je m’intéresse à l’alternative politique, à ce que le Parti Français aurait dû faire, selon les mots de Trotsky. Ses propositions étaient tout à fait réalistes. Ils montrent ce que signifie l’interventionnisme, dans la distance entre l’idéal et la réalité. Je cite longuement Trotsky ; sa logique politique a une pertinence universelle :

En France, de tels slogans [comme l’appel à la grève générale] sont formulés beaucoup plus facilement que dans n’importe quel autre pays. Ce sont des experts en la matière. Ce qu’il fallait, c’était d’expliquer à chaque ouvrier et à chaque ouvrière, à chaque ouvrier agricole, paysan et paysan, ce qui s’était passé au Havre. Au Havre, ils ont tué quatre ouvriers, après en avoir tué un million et demi pendant la guerre. Il était nécessaire d’exposer, dans la mesure du possible, des photographies des travailleurs décédés et des photographies de leurs filles et fils.

Il fallait y envoyer des correspondants qui comprennent ces questions et la vie des ouvriers, des camarades capables d’aller dans les familles des ouvriers morts, de partager leur angoisse et d’expliquer toute cette histoire épouvantable à la classe ouvrière. Il était nécessaire de mobiliser des milliers des meilleurs communistes et syndicalistes révolutionnaires, à Paris et dans tout le pays – pour le faire avec la CGTU, et les envoyer partout, pas seulement dans tous les coins de Paris mais dans tout le pays, dans les villes et les campagnes, afin de mener une propagande intensive. Dans le même temps, des tracts et des appels ont dû être imprimés à trois ou quatre millions d’exemplaires, afin de rendre compte des événements à la classe ouvrière, expliquant que nous ne pouvons pas laisser ce crime passer sans protester.18

Trotsky a mis en avant une realpolitik révolutionnaire qui pourrait mettre la classe ouvrière en mouvement à travers une lutte politique cohérente : expliquer patiemment, méticuleusement organiser, croire que la classe ouvrière peut être réceptive à cela et voudrait se battre. La ligne de conduite aurait également mis en œuvre le front unique; s’appuyer sur l’indignation aurait pu mettre les socialistes réformistes et les bureaucrates syndicaux sur le reculoir, en leur posant les questions suivantes : qu’allez-vous faire ? Que proposez-vous de faire contre les patrons qui viennent de tuer des ouvriers ? Allez-vous vous battre? Le « massacre du Havre [aurait] représenté pour nos adversaires un coup presque fatal », affirmait Trotsky, si des questions comme celle-ci avaient été construites.19 Si ces questions avaient « été répétées jour après jour, par les propagandistes et agitateurs du parti et des syndicats à chaque coin de rue, dans tous les coins du pays, dans chaque village où se trouve un ouvrier, pendant une ou deux semaines. Cela aurait vraiment été une grande expérience pour le mouvement ouvrier ».20

Trotsky a tiré la conclusion que « le Parti Français n’a pas encore atteint l’indépendance absolue et la liberté d’action et d’organisation de la société capitaliste dont il a besoin pour utiliser la crise de cette société librement et pleinement ».21 Bien sûr, c’était un problème, le parti n’était pas libre d’agir, pas capable d’intervenir dans le cours des événements; il fonctionnait sur place alors que le monde continuait à s’y déplacer, où la crise bourgeoise passait rapidement à la stabilité. La norme de jugement de Trotsky pour un parti révolutionnaire authentique était que « toute la vie du Parti doit exprimer une série d’actions qui forment une chaîne, et cette chaîne doit conduire à la plus grande action de toutes, la conquête du pouvoir par le prolétariat ».22 C’était l’idéal, mais la réalité du Parti, avec Frossard à sa tête et des centristes et des réformistes au sein de l’appareil du Parti, était entièrement différente ; les préjugés syndicalistes restants ont également contribué au malaise. Le Parti avait besoin de moulage, d’expérience et de temps pour s’élever au niveau révolutionnaire ; à la fin, le temps s’est écoulé.

Réflexions finales

Il n’a été possible que d’effleurer la surface de la contribution de Trotsky aux premières années du Parti communiste Français dans cet article. Il y avait beaucoup de choses qui ne pouvaient pas être couvertes, mais qui sont précieuses : l’attitude de Trotsky envers la lutte anticoloniale, la conquête de la paysannerie, les débats sur le mouvement syndical, le traitement de la conscience contradictoire parmi les travailleurs et la lutte contre la montée de la bolchevisation et du stalinisme. J’ai laissé de côté certains moments marquants de l’histoire du PCF, comme la direction de gauche de 1923 lorsque le Parti a fait campagne contre l’occupation de la Ruhr, qui a besoin de son propre bilan. Ce qui précède est un aperçu de la pensée politique et révolutionnaire de Trotsky lorsqu’il est dans un état pratique, se rapportant aux pays capitalistes avancés. La Français formation sociale, sans aucun doute, était unique et a considérablement changé au cours du XXe siècle; à bien des égards, il était également différent des autres pays capitalistes avancés de l’époque, en raison de sa combinaison d’histoire révolutionnaire, d’un contexte agraire particulier et du développement de son appareil d’État moderne. La domination politique bourgeoise était fortifiée et forte – le PCF précoce devait contrer les stratégies déployées par une bourgeoisie expérimentée dans le renversement révolutionnaire du régime féodal, la Révolution Français, ainsi que la consolidation violente du capitalisme moderne par la répression des révolutions de 1848 et de la Commune de Paris de 1871. Pourtant, le groupe de réflexion faillible de Trotsky montre comment la politique de lutte des classes peut être pensée. Il a donné quelques indications sur la façon dont la lutte révolutionnaire dans les pays capitalistes avancés peut être menée et les pièges auxquels elle est confrontée. Sans fournir toutes les réponses, la question la plus importante que Trotsky a posée reste néanmoins avec nous : comment unifier politiquement la capacité de la classe ouvrière à porter un coup mortel à la classe bourgeoise et à jeter son règne dans les annales de l’histoire révolue ?

Références :

Birchall, Ian 2020, « La rencontre du Komintern avec le syndicalisme », Marxist Left Review,20, Winter. https://marxistleftreview.org/articles/ ... ndicalism/
Chuzeville, Julien 2017, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France (1915-1924), Éditions Libertalia.
Paizis, George 2007, Marcel Martinet: Poète de la Révolution, Francis Boutle Publishers.
Rosmer, Alfred 2016, Lenin’s Moscow, traduit par Ian Birchall, Haymarket Books.
Trotsky, Léon 1971, « Les erreurs de principe du syndicalisme » dans Communisme et syndicalisme (1923-1931),Pamphlet de la presse travailliste. https://www.marxists.org/archive/trotsk ... errors.htm
Trotsky, Léon 2012a « France Session 28 Komintern, 1 décembre 1922 », de Riddell, John 2012, Vers le Front uni : Actes du quatrième congrès de l’Internationale communiste, Brill Historical Materialism Book Series.
Trotsky, Léon 2012b, Ma vie, Dover Publications.
Trotsky, Léon 2017, Les cinq premières années de l’Internationale communiste : Volume Un,Pathfinder Press.
Trotsky, Léon 2019, Cinq premières années de l’Internationale communiste : Volume deux,Pathfinder Press.
Wohl, Robert 1966, Français communisme en devenir: 1914-1924, Stanford University Press.

1 Je tiens à remercier Ian Birchall, Isabelle Garo, Omar Hassan et Tom Bramble d’avoir lu les versions précédentes de cet article, une conférence présentée à Marxism 2021. Leurs commentaires ont été utiles.
2 Trotsky 2012b, p.245.
3 Trotsky 2012b, p.247.
4 Trotsky 2012b, p.247.
5 Trotsky, cité dans Paizis 2007, p.39.
6 Voir la préface de Trotsky ici : https://www.marxists.org/francais/trots ... e/nuit.htm. Traduction de Darren Roso.
7 Souvarine, cité dans Wohl 1966, p.135.
8 Rosmer 2016, pp.33-4.
9 Trotsky 1971.
10 Trotsky 2017, p.9.
11 Voir Birchall 2020.
12 Rosmer 2016, p.82.
13 Rosmer 2016, p.82.
14 Trotsky 2019, p.200.
15 Trotsky 2012a, p.971.
16 Trotsky 2012a, p.971.
17 Trotsky 2012a, p.976.
18 Trotsky 2012a, p.977.
19 Trotsky 2012a, p.978.
20 Trotsky 2012a, p.978.
21 Trotsky 2012a, p.963.
22 Trotsky 2012a, p.965.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1942
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Trotsky et les premières années du Parti communiste fran

Message par artza » 25 Jan 2022, 07:10

La conclusion de l'article est désespérante.

Trotsky aurait-il "semé des dragons pour récolter de puces".

Dans la biblio de l'article est mentionné un "Lenin's Moscow" de Rosmer traduit par Ian Birchall. Bien sur, il s'agit du "Moscou sous Lénine" du même, qu'on trouve réédité aux Bons caractères avec la préface originelle d'Albert Camus ce qui doit gratouiller aujourd'hui mais se comprend bien dans le contexte de l'époque et c'est une bonne chose que cette édition ait rendue à Albert ce qui lui appartient.
Sur le même sujet toujours aux Bons caractères un petit éclairage : "le Parti communiste français, 1920-1933".
Les dates ont leur importance. Pour Chuzeville par exemple tout est plié à la fin de 1924...c'est voir dans le rétro avec des préjugés d'aujourd'hui...



La retombée de la vague révolutionnaire et l'isolement de la Russie rouge dans son arriération et puis Zinoviev qui par connerie amidonna les cervelles des jeunes révolutionnaires d'Allemagne, de France et même Gramsci eurent raison de tous les espoirs réalistes pourtant.
artza
 
Message(s) : 2118
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Trotsky et les premières années du Parti communiste fran

Message par com_71 » 25 Jan 2022, 21:57

Donc ce qui avait été réalisé en français par P. Broué, la publication des actes des travaux du 1er congrès de l'IC, a été réalisé et développé en anglais par J. Riddell pour les 3 congrès suivants. On a donc tout ça disponible, pour les anglophones. Et c'est effectivement plus riche (par exemple sur les grèves du Havre) que ce que l'on a en français, essentiellement le recueil des thèses et résolutions.
Il y aura du pain sur la planche des éditeurs quand la "masse critique" de lecteurs potentiels aura été réunie comme résultat du travail des petits mitrons et des maîtres-boulangers du recrutement. ;)
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5140
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron