fil "interventions de La Riposte"

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Gayraud de Mazars » 17 Nov 2023, 16:43

Salut camarades,

Dans le cadre de la Fête de l'Humanité en Normandie ce week-end, où La Riposte sera présente avec un stand, nous proposons aussi une réunion-débat sur - "Guerres et tensions mondiales"...

Tract Rouen - La Riposte.png
Fête Humanité Normandie
Tract Rouen - La Riposte.png (147.66 Kio) Consulté 1146 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par com_71 » 18 Nov 2023, 14:48

Trotsky disait : "La politique exige un quotidien...", le groupe "La Riposte" pourrait adapter ça, à propos du conflit en cours au Moyen-Orient, en : "La politique exige un mensuel...". Depuis le 20 octobre, rien, même en ligne ! Un peu de tangage à la sortie des ports, comme à propos de Russie-Ukraine ?
;)
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5824
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Gayraud de Mazars » 18 Nov 2023, 17:00

Salut camarade Com,

Oui s'est compliqué, on va s'exprimer, mais chez nous cela prend du temps, désolé...

Pour l'instant La Riposte est bien présente comme chaque année à la Fête de l'Humanité de Normandie (Rouen) avec son stand et un débat à l'Agora !

La Riposte en Normandie.jpg
Des camarades à la Fête de Rouen
La Riposte en Normandie.jpg (42.99 Kio) Consulté 1055 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Gayraud de Mazars » 21 Nov 2023, 17:32

Salut camarades,

Cet article de notre camarade Greg Oxley est paru en anglais pour Left Horizon, nos ami(e)s en Grande Bretagne.

Le racisme institutionnel en République française
21 novembre 2023
Par Greg Oxley, rédacteur en chef, La Riposte

https://www.left-horizons.com/2023/11/2 ... -republic/

Ces derniers temps, la propagande gouvernementale en France a une fois de plus mis au premier plan la peur et la suspicion à l’égard des musulmans. À la rentrée scolaire en septembre, le gouvernement français a publié une circulaire interdisant aux écolières de porter une tenue vestimentaire connue sous le nom d' abaya , au motif qu'elle était incompatible avec l'enseignement public laïc. La nouvelle règle a été largement commentée dans les médias internationaux, soulevant des questions sur la justification politique de cette mesure.

Peu de temps après, la politique française à l'égard des musulmans pratiquants a été encore soulignée par la décision du gouvernement d'interdire le port de vêtements couvrant les cheveux aux athlètes français lors des Jeux olympiques de 2024 qui se tiendront en 2024. De nombreuses athlètes féminines françaises ont été interdites de pratiquer leur sport en 2024. ces dernières années simplement parce qu’ils se couvraient les cheveux. Ce fut le cas, pour ne citer qu’un exemple, de la basketteuse Salimata Sylla. Des footballeuses, des rugbymen et des boxeuses ont également été empêchées de jouer. Interrogé sur RTL Radio, le ministre de l'Intérieur de Macron, Gérald Darmanin, a justifié fallacieusement cette politique discriminatoire : « On n'est pas obligé de porter des vêtements religieux quand on fait du sport. Lorsque vous jouez au football, vous n’avez pas besoin de connaître la religion de la personne en face de vous. Bien entendu, personne n’a besoin de connaître la religion d’un joueur « devant vous ». Mais si vous le savez, quelle différence cela fait-il ?

L’interdiction de l’abaya dans les écoles a été décidée au motif que son port est un « signe apparent d’adhésion à une religion ». Cela soulève un certain nombre de questions importantes concernant la liberté religieuse, la discrimination et les droits démocratiques. Les convictions religieuses des élèves devraient être leur affaire personnelle et non celle de l'État ou des autorités éducatives. Et comment est-il possible de déterminer si un vêtement particulier est porté ou non pour des raisons religieuses ? Qui peut dire que celui qui le porte est religieux ? Les vêtements en eux-mêmes, comme le prétend le gouvernement, ont-ils une signification religieuse ? Et si ce n’est pas le cas, comment le port d’un type particulier de tenue vestimentaire peut-il être qualifié de signe d’appartenance religieuse ? Et même si c’est effectivement le cas, quel est le problème ? Il reste à expliquer à quel point les jeans, les t-shirts, les jupes courtes, les débardeurs et les casquettes de baseball américaines sont plus « républicains », c'est-à-dire compatibles avec l'État français, que les robes longues et les foulards.

Qu’est-ce qu’une abaya, exactement ? Il s'agit d'une robe longue d'une seule pièce, parfois plutôt simple dans sa forme et sa couleur, parfois plus stylée, colorée et décorée. Des vêtements similaires sont portés partout dans le monde, notamment en Grande-Bretagne et en France, depuis 2 000 ans ou plus. Dans la péninsule arabique, ils étaient portés bien avant l’avènement de la foi musulmane. L’idée selon laquelle il y aurait chez eux quelque chose de intrinsèquement musulman est totalement fausse. Comme pour ce qui est stéréotypé considéré comme des vêtements « occidentaux », ils ont été modifiés et relookés de différentes manières, selon le temps et le lieu, de sorte que la seule chose que l'on puisse vraiment dire d'une abaya, en tant que description générale, c'est que c'est une robe longue. Lorsque des vêtements de type abaya sont portés par des actrices, des pop stars ou des top models, ils constituent une déclaration de mode. Lorsqu'ils sont portés par des élèves dont les noms, les antécédents familiaux et la couleur de la peau suggèrent qu'ils pourraient avoir une certaine association avec des régions du monde où l'Islam est la religion dominante (y compris des pays qui ont été violemment colonisés, soumis et exploités par l'impérialisme français dans le passé). ), le même vêtement devient une « déclaration religieuse ».

Le gouvernement français a affirmé que l’interdiction était nécessaire parce qu’il y avait eu une « augmentation exponentielle » du nombre de filles venant à l’école avec ce type de tenue vestimentaire, et que permettre que cela continue constituerait une menace potentielle pour la laïcité – le principe de neutralité religieuse. – dans le système éducatif. Les directeurs d'école en France sont censés surveiller les styles vestimentaires à l'école et informer le ministère de l'Éducation de tout vêtement susceptible d'être associé à des convictions religieuses. Lors de la réouverture des écoles pour le nouveau trimestre, 298 cas de filles portant une robe longue et ample ont été soupçonnées – probablement en raison de leur nom et de leur couleur – de faire une déclaration religieuse. Sur ces 298 cas, qui ne représentent que 0,01% des élèves du collège et du lycée, 67 ont refusé de se changer et se sont vu refuser l'entrée en classe. Le gouvernement s'est servi de ces chiffres « exponentiels » pour mener une campagne très médiatisée contre la menace dite islamique que sont les « valeurs françaises ». L’instruction ministérielle aux écoles précise que « le port de telles tenues, qui manifestent ostensiblement une appartenance religieuse en milieu scolaire, ne peut être toléré ».

Décisions arbitraires et humiliation publique

Le syndicat SUD-Education a publié des plaintes émanant du personnel enseignant selon lequel il leur est demandé d'informer leur hiérarchie des filles qui portent habituellement le foulard en dehors des heures de cours, afin que leur tenue vestimentaire à l'école puisse être contrôlée. Les publications sur les réseaux sociaux regorgent d’exemples d’humiliations quotidiennes infligées aux élèves. Au lycée Thiers de Marseille, où les élèves ont dénoncé à plusieurs reprises les propos racistes de certains enseignants et personnels administratifs, quatre filles se sont vu refuser l'entrée parce qu'elles portaient des robes longues. L’une d’elles, incapable de se changer sur place, a été renvoyée chez elle. Selon une de ses amies, sa robe n'était même pas une abaya. « C'était juste une robe longue. Quoi qu'il en soit, l'abaya peut être juste une chose culturelle. Je connais plusieurs personnes qui ne sont pas du tout religieuses, mais qui aiment les porter. Une jeune fille appelée Amandine a été admise à l'école vêtue d'une longue robe fleurie, tandis que Maryam (un prénom populaire dans le monde musulman), portant une robe similaire, s'est vu refuser l'entrée. Les filles portant des bracelets Alice sont priées de les retirer. Une fille, Anissa, s'étant présentée en robe longue, a été obligée de se lever devant toute la classe. On a dit à la classe que ce type de vêtement est interdit. La conseillère pédagogique lui demande d'aller chercher d'autres vêtements dans la boîte « objets trouvés ». « Ils étaient en lambeaux et puants. Franchement, c'était une humiliation", raconte une de ses amies, citée par la plateforme médiatique Marsactu .

Huit milliards d'euros pour les écoles catholiques.

Tous les discours des pouvoirs en place sur la nécessité d’éradiquer l’expression religieuse dans l’éducation sont en tout cas pleins d’hypocrisie. En réalité, l’enseignement religieux n’est pas séparé de l’État en France. La vérité est que l’État subventionne massivement les écoles religieuses privées. Le même gouvernement Macron qui mène une politique de harcèlement et de discrimination contre les écoliers musulmans au nom de la « laïcité » et des « principes républicains » finance pas moins de 7 300 écoles catholiques ! Aucune de ces écoles ne pourrait survivre sans le financement de l’État. Pas moins de 8 milliards d'euros d'argent public ont été versés aux écoles catholiques en 2022, selon les chiffres fournis par le ministère de l'Éducation. Ils ne sont privés que dans le sens où ils échappent aux règles laïques en vigueur dans les autres écoles. Tout en affirmant que la moindre suggestion d’expression religieuse dans les établissements scolaires est inadmissible et en utilisant ce « principe » prétendument intangible pour harceler et persécuter les étudiants musulmans, les partis de droite ont toujours farouchement résisté à toute tentative de réduction ou d’abolition du financement public des écoles catholiques. . Par exemple, lorsque le gouvernement socialiste-communiste de 1981-1984 a tenté d’imposer des restrictions sur le financement public des écoles catholiques, il a organisé une manifestation massive pour défendre la « liberté de l’éducation », c’est-à-dire l’éducation catholique ! La même chose se produirait aujourd’hui si un futur gouvernement de gauche tentait de réduire ou de supprimer ce financement.

L’instrumentalisation de la religion et des questions « culturelles » à des fins politiques n’a rien de nouveau. La « menace islamique » contre le soi-disant mode de vie français est un thème récurrent de la politique gouvernementale depuis des décennies. La base juridique du décret sur l'abaya est une loi votée en 2004, qui elle-même remonte à une campagne contre les élèves musulmans dans la soi-disant « affaire du foulard islamique » en 1989. En octobre de la même année, le décret Gabriel-Havez Le collège de Creil a expulsé trois étudiantes qui refusaient d'enlever leur foulard. Quelques jours plus tard, l'école a négocié avec les familles et il a été convenu que le foulard ne serait pas porté en classe. Le ministre de l'Education socialiste de l'époque, Lionel Jospin, a demandé au Conseil d'État de se prononcer sur le droit légal des élèves de manifester leurs convictions religieuses à l'école, mais désapprouvait également tout signe religieux « ayant un caractère ostentatoire » ou suggérant une forme quelconque de protestation.

L’ambiguïté de ces décisions laissait beaucoup de place à l’interprétation des décideurs, mais aussi à la discrimination arbitraire. Alors qu’une écolière musulmane pourrait être expulsée pour avoir porté des vêtements jugés religieusement ostentatoires, le même vêtement porté par un non-musulman ne serait pas pénalisé. L'« affaire de Creil » a donné lieu à une série d'expulsions et de mesures disciplinaires à l'encontre de jeunes filles musulmanes dans tout le pays. Depuis, les gouvernements successifs ont exploité le port du foulard, du bandana ou de toute bande de tissu couvrant même partiellement les cheveux des filles musulmanes, et même de larges bandeaux Alice (considérés comme une façon sournoise de faire une déclaration religieuse, en place du foulard intégral), affirmant que cela représente une menace dangereuse pour la laïcité et les « valeurs républicaines ». En 2004, sous la présidence de Jacques Chirac, une nouvelle loi a été votée interdisant totalement le port de « signes religieux ostentatoires » dans les écoles, par les élèves ou par le personnel.

La loi de 2004 représente une rupture fondamentale avec les principes directeurs établis en 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. Elle repose sur une version réactionnaire et antidémocratique de la laïcité. Le sens essentiel de la réforme de 1905 était que l’école publique devait être libérée de l’influence de l’Église, que les écoles et les institutions publiques devaient être neutres en matière religieuse et que toute forme de prosélytisme – prônant une doctrine religieuse particulière – dans les institutions publiques de tout pays était interdite. cette espèce était désormais illégale. Dans le même temps, cette réforme fondamentalement progressiste et démocratique garantissait la liberté de pratiquer n’importe quelle religion, voire de n’en pratiquer aucune. En d’autres termes, l’expression ou la promotion de croyances religieuses par l’État était interdite, mais pas par les citoyens. La loi de 2004 déforme l'idée selon laquelle la religion est « une affaire privée » en disant en effet que, étant donné qu'elle est privée, toute expression de convictions religieuses dans les institutions publiques est inacceptable et interdit aux personnes de fréquenter les écoles, d'y travailler ou de travailler dans n'importe quelle branche. des services publics du « port de tout signe ou vêtement exprimant ostensiblement une appartenance religieuse ». La loi de 2004 signifiait que la neutralité religieuse ne se limitait plus aux institutions officielles et aux services publics, mais s'appliquait désormais aux personnes individuelles qui y travaillaient ou fréquentaient les écoles.

De toute évidence, cette interprétation de la laïcité est chargée d’hypothèses stéréotypées et de préjugés réactionnaires. C’est essentiellement de nature raciste. Le problème n'est pas l'Islam. La question religieuse n'est qu'un cheval de Troie pour des politiques qui répandent la suspicion et l'hostilité à l'égard de personnes, musulmanes ou non, mais dont l'origine historique, culturelle et ethnique les relie d'une manière ou d'une autre aux anciennes colonies, pour les présenter comme étant étrangers et incompatibles avec les « valeurs françaises » et la citoyenneté, qu’ils ne font pas vraiment partie de la société française. Il ne s’agit là que d’une étape supplémentaire dans la stratégie séculaire du « diviser pour régner » par laquelle les classes dirigeantes cherchent à préserver et à renforcer leur pouvoir et leurs privilèges en désignant des « ennemis intérieurs » sur la base de la couleur, de l’origine ethnique ou de la religion. Le succès incontestable de cette stratégie est souligné par la croissance du soutien à l’extrême droite et en particulier au Rassemblement National (anciennement Front National) dirigé par Marine Le Pen. Il existe une réelle possibilité que son parti remporte les prochaines élections présidentielles.

Les restrictions imposées aux écoliers s'appliquent également aux travailleurs des services publics, c'est-à-dire que les femmes travaillant dans les chemins de fer, dans le métro ou dans les bus, dans les hôpitaux et les crèches, dans les bureaux des impôts et les mairies, ne peuvent pas porter de foulard, de bandana ou autre. tout autre vêtement réputé avoir une connotation religieuse, qu'ils travaillent ou non en contact avec le grand public. En théorie, elles s’appliquent également aux autres religions, mais ce sont ceux qui sont, ou présumés être, de confession musulmane – et les femmes en particulier – qui sont les principales cibles. Cela signifie qu’une femme d’origine musulmane qui estime, pour une raison quelconque, qu’elle devrait se couvrir totalement ou partiellement les cheveux au travail, se voit de fait interdire l’emploi dans les services publics.

Ce type de discrimination méprisante n’a, encore une fois, rien de nouveau et constitue en substance une continuation de l’oppression impérialiste des « coloniaux » dans le passé. Après la Seconde Guerre mondiale, les propriétaires et les administrateurs des grandes industries en France recrutèrent massivement des travailleurs d'Algérie, du Maroc, de Tunisie et d'ailleurs, les emmenant de leurs foyers en Afrique pour travailler comme main-d'œuvre bon marché dans les usines où, comme de nombreuses études l'ont montré. Comme le montre la situation, ils étaient systématiquement affectés aux travaux les plus épuisants physiquement et les plus dangereux. Des dizaines de milliers d’entre eux étaient employés rien que dans l’industrie automobile. Les capitalistes ne sont pas vraiment racistes, dans le sens où, quelles que soient la couleur et l’origine ethnique, ils sont plus que disposés à exploiter n’importe qui. Le racisme n'est pour eux qu'un outil qui facilite cette exploitation. Les soi-disant « travailleurs invités » se voyaient constamment rappeler leur statut inférieur aux yeux de leurs exploiteurs. La Carte de Séjour , un permis de séjour dont la validité peut être de quelques mois seulement, pourrait être retirée si l'un d'entre eux se rebelle contre ses conditions. Leurs employeurs n’avaient pas besoin de les licencier. Le ministère de l'Intérieur pourrait tout simplement les expulser.

Dans les usines publiques Renault, un manuel remis aux contremaîtres de chaîne de production, intitulé Du Douar [village, ou petit campement de baraques ou de tentes] à l'Usine , leur demandait d'assumer le rôle « d'éducateurs de ces gens qui aspirent à devenir hommes du XXe siècle » et de tenir compte de leur « psychologie particulière », car l’expérience avait montré que leur productivité était « directement proportionnelle à la manière dont ils sont « instruits, commandés, surveillés, guidés et suivis ». L’ensemble du manuel reposait sur une vision stéréotypée et humiliante du « sujet colonial indigène », arriéré et inadapté à la modernité et ayant cruellement besoin de l’influence civilisatrice de la France impériale. Les élèves confrontés aujourd’hui aux injonctions stigmatisantes et humiliantes du gouvernement Marcon sont les enfants et petits-enfants de cette génération de travailleurs. Ils sont victimes de la même politique institutionnalisée de discrimination, de stigmatisation et d’humiliation que leurs ancêtres.

Terrorisme

L’islamophobie d’État a sans aucun doute été facilitée par les nombreux attentats terroristes perpétrés au nom du fondamentalisme islamique au cours de la dernière décennie. La plus horrible de ces attaques a eu lieu à Paris et dans ses environs en novembre 2015, lorsque l'action simultanée de trois groupes terroristes affiliés à Daesh a massacré 130 personnes et 413 autres ont été grièvement blessées. Puis le meurtre par décapitation de l'enseignant en octobre 2020, aux mains d'un fanatique intégriste de 18 ans, avec la connivence d'un parent, de deux élèves et d'un imam. Son « crime » a été d'avoir tenté d'engager ses étudiants dans un débat sur la liberté d'expression, dans lequel il faisait référence aux caricatures publiées par le magazine satirique Charlie Hebdo , et qui avait conduit au massacre de sa rédaction en 2015. de Samuel Paty a donné lieu à une vague de propagande anti-migrants et anti-musulmans, portée par de puissants médias de droite, par le gouvernement Macron et tous les partis de droite, liant le terrorisme aux musulmans français et à l'immigration. Ce meurtre a permis d'attirer spécifiquement l'attention du public sur le danger du fondamentalisme dans les écoles. Au lendemain de cet assassinat, Macron a fait adopter une série de nouvelles lois contre le « séparatisme », renforçant la surveillance et les contrôles au sein des écoles, des services publics, des associations, des clubs sportifs, des lieux de culte et des manifestations publiques. Cette loi a été conçue de manière à présenter les musulmans comme hostiles à la démocratie, à la laïcité et à la sécurité nationale, « séparés » du reste de la société. En fait, les personnes visées par la loi et la propagande qui y est associée ne sont pas seulement les musulmans, mais tous ceux qui sont considérés comme culturellement liés aux anciennes colonies françaises d'Afrique du Nord.

Échec et complicité des dirigeants de gauche

Un autre facteur majeur qui a compliqué la lutte contre les politiques discriminatoires, en particulier dans les écoles et parmi les fonctionnaires, a été l'incapacité des dirigeants des partis socialiste et communiste à s'y opposer, allant de pair avec l'idée selon laquelle les convictions religieuses ne devraient pas être exprimées. dans la sphère publique et accepter l’idée selon laquelle certaines formes vestimentaires induisent un prosélytisme religieux. Beaucoup de gens de gauche pensent que le « foulard islamique » symbolise l’oppression des femmes et imaginent qu’il leur est imposé contre leur volonté par des pères, des maris et des chefs religieux misogynes et patriarcaux. Cela est sans aucun doute vrai dans certains cas et doit être combattu. Cependant, de nombreuses filles et femmes, quelles que soient leurs raisons culturelles, traditionnelles ou personnelles, choisissent simplement des formes vestimentaires particulières dans certains contextes et devraient être libres de le faire, sans avoir à s'expliquer ou à se conformer aux diktats des autorités de l'État. . Partout où les filles ou les femmes sont obligées de s’habiller d’une manière particulière et qu’il leur est interdit de s’habiller autrement, que ce soit à cause du fanatisme patriarcal et religieux ou des gouvernements, la gauche devrait soutenir leur droit démocratique de choisir. Les raisons pour lesquelles elles optent pour des formes vestimentaires « occidentales » ou « orientales » ne regardent personne, sauf la leur. Les mesures disciplinaires prises contre des écolières qui portent un morceau de tissu autour de la tête constituent un acte abominable de discrimination culturelle et religieuse, favorisant et légitimant le racisme et la marginalisation. Il n’y a pas le moindre atome de contenu progressiste ou démocratique dans cette forme répressive de laïcité.

Puissance et contrôle

Alors que la loi de 2004 était sur le point d'être votée à l'Assemblée nationale, Philippe Douste - Blazy, ancien secrétaire général du parti au pouvoir de Chirac, en a expliqué sans ambages les raisons qui la sous-tendaient dans une interview au Figaro . « Le Parlement, a-t- il déclaré , doit prendre ses responsabilités. La loi doit interdire, à l'école, le port de tout signe d'appartenance religieuse, philosophique ou politique. Du foulard islamique à la croix chrétienne, en passant par la kippa ou la faucille et le marteau. […] Une école n'est pas un théâtre où les élèves ont le droit de proclamer leurs convictions ou de s'afficher. Ce n'est pas un lieu d'expression des identités. […] L’école n’est pas et ne doit pas être le miroir de la société.»

« Les écoles sont un espace civique irremplaçable, mais elles ont une vocation particulière. Il vise à transmettre des connaissances et à reconnaître le mérite. Cette mission unique justifie l’application de règles particulières, différentes de celles qui prévalent dans le reste de la société. […] « Une école, ce n’est pas la rue. C'est un espace autonome qui doit être préservé du prosélytisme agressif, préservé de l'intolérance, préservé des controverses. C’est cette différence entre l’école et l’espace public qui crée la confusion. Les manifestations publiques de croyances sont autorisées dans le second, mais elles doivent être interdites dans le premier.


La politique du gouvernement Macron s’inscrit tout à fait dans la lignée des idées exprimées par Douste-Blazy. Pour les défenseurs de la classe dirigeante, l’éducation publique doit exclure la « controverse » et l’opposition politique. Les lois discriminatoires concernent le pouvoir et le contrôle social. La seule propagande autorisée doit venir du gouvernement. L’éducation publique ne doit pas refléter la société telle qu’elle est en bas, « dans la rue », mais seulement les intérêts supérieurs de ceux qui sont au pouvoir. Il doit être un instrument de propagation incontestée du nationalisme français et de perpétuation de l’ordre existant. L’idée d’une « culture française » comme une sorte de norme culturelle fixe est un mythe qui va à l’encontre des faits. Parmi les jeunes – et en fait dans toutes les catégories de la population – il y a une interaction constante, un « emprunt » et une adoption dans ce qui est considéré comme un comportement socialement acceptable, dans le langage, dans l’habillement, dans les goûts musicaux, dans le sport et dans tous les domaines culturels. et la vie sociale. Grâce à cette interaction, les attitudes sociales et les « traditions » évoluent constamment. Qu’est-ce que la « culture française » et que sont les « valeurs françaises » sinon la culture et les valeurs de la société réelle, vivante, multiculturelle et multi-ethnique de la France moderne ?

La construction idéologique nationaliste de ce qui est et n’est pas « vraiment » français a de nombreuses ramifications. Implicitement, et souvent explicitement, les jeunes qui sont présentés comme n’étant pas français – même si la plupart de leurs familles sont en France depuis près d’un siècle – sont présentés comme peu disposés à « s’intégrer » aux valeurs et aux normes sociales françaises. Ils sont utilisés comme boucs émissaires pour la détérioration des normes dans l’éducation publique. Sur le plan linguistique, leur façon de parler serait contaminante et fragilisée par le français « pur ». La langue française n'est pas considérée comme un phénomène social vivant et changeant, mais comme le fruit de délibérations prescriptives hautaines à l' Académie française . En vérité, la vraie langue française est la langue parlée par le peuple français. Nous n’avons pas besoin d’ornithologues qui pensent que les oiseaux ne tweetent pas correctement ! Ce type d’islamophobie insidieuse détourne l’attention des véritables problèmes de l’éducation. Dans tout le pays, les écoles des zones populaires manquent cruellement de personnel et de financement, tout en étant confrontées à l'impact de problèmes sociaux tels que le chômage, la pauvreté et le désespoir dans leurs communautés locales, où les coupes dans les dépenses ont eu des conséquences désastreuses. conséquences en termes d’opportunités d’emploi, de conditions de logement, de services publics et d’équipements locaux.

Traditions du mouvement ouvrier

Historiquement, depuis le milieu du XIXe siècle , le mouvement ouvrier en France défendait la liberté de pratique religieuse et déclarait que la religion était une « affaire privée ». Les fondateurs du socialisme scientifique, Karl Marx et Friedrich Engels, défendaient ce même point de vue. En affirmant le caractère privé des croyances religieuses, le mouvement syndical s'est efforcé de résister à l'ingérence de l'État dans les affaires religieuses et de défendre le droit de pratiquer librement n'importe quelle religion ou d'avoir une religion. Au moment de la Première Internationale, fondée en 1864, Marx et Engels considéraient que la « séparation de l’Église et de l’État » serait un pas en avant. Cependant, ils étaient catégoriquement opposés à « l’anticléricalisme » répressif par lequel la classe capitaliste, sous la Troisième République en France et sous Bismarck en Allemagne, cherchait à consolider la position de l’élite dirigeante. En pratique, sous couvert de démagogie laïque, l'anticléricalisme de l'époque conduit à persécuter certaines couches de la société et à diviser les travailleurs entre eux sur des bases religieuses.

Hier comme aujourd'hui, l'ensemble du mouvement ouvrier et toute personne concernée par la défense de la démocratie et la lutte contre le racisme a le devoir de prendre fermement position contre toutes les formes de discrimination qui, comme nous l'avons vu, sont enracinées dans l'histoire de la colonisation. oppression. L’interdiction du port du foulard et des abayas pour les écoliers, tout comme les mesures discriminatoires prises contre les femmes musulmanes dans le sport, aussi scandaleuses soient-elles, ne sont que la pointe de l’iceberg. Ils sont un moyen de signaler que les personnes de couleur, même celles dont les parents et grands-parents sont nés en France, sont une « race » à part et doivent être considérées comme inférieures. Ils sont victimes de discrimination lorsqu'ils postulent à un emploi. Ils font l'objet d'une attention particulière de la part de la police, victimes d'arrestations et de détentions arbitraires, de passages à tabac, de harcèlement sexuel et, trop souvent, de mutilations et de meurtres. Toutes ces formes d'oppression s'inscrivent dans un système soutenu par un arsenal de lois et de pratiques anciennes utilisées par des pouvoirs publics qui s'efforcent de consolider leur base sociale en ralliant autour d'eux les « Français », contre des cultures qu'ils présentent comme étrangères et dangereux.

Racisme, capitalisme et socialisme

Le racisme n’est pas, fondamentalement, une question morale. Il s’agit d’une stratégie consciente et nécessaire, d’une importance vitale pour ceux qui sont au pouvoir, dans laquelle d’énormes intérêts matériels sont en jeu. Cela est particulièrement vrai à une époque où leur système ne peut prospérer qu’au détriment des conditions de vie et des droits démocratiques de la masse de la population. L’inflation et la quête insatiable de profits toujours plus grands épuisent les pauvres et mettent à mal toutes les conquêtes sociales des générations précédentes de travailleurs. Il y a une énorme pénurie de logements abordables. Les hôpitaux et les écoles souffrent d’un manque chronique de personnel et de ressources. La sécurité sociale et les retraites sont constamment attaquées. Le chômage est élevé. Les gens s'inquiètent pour l'avenir. Dans de telles conditions, les ressentiments et les préjugés nourris par certains travailleurs quant à savoir qui devrait « avoir » et qui ne devrait pas « avoir » et qui sont exploités et exacerbés par la propagande nationaliste ne peuvent être surmontés qu’en les unissant autour de politiques socialistes qui frappent à la racine. les causes de l’exploitation, des inégalités et de la baisse du niveau de vie, à savoir la propriété privée de l’industrie, des banques et du système capitaliste dans son ensemble. La lutte contre l’islamophobie et toutes les formes de racisme peut s’exprimer dans un large éventail de revendications et de slogans immédiats. Mais celles-ci doivent être liées à une lutte plus large pour changer la société, en rompant avec le capitalisme. C’est seulement alors que nous pourrons espérer réduire la concurrence entre les travailleurs et les unifier dans une lutte commune, vers l’instauration d’un nouvel ordre social, basé sur la propriété commune de l’économie et la coopération démocratique et fraternelle au bénéfice de tous.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Gayraud de Mazars » 25 Nov 2023, 18:09

Salut camarades,

La Riposte est présente à la 32e Fête de l'Humanité de Bretagne à Lorient les 25 et 26 novembre 2023, avec son stand, son matériel politique, ses militant(e)s breton(ne)s sur la brèche ! Du monde dans les allées et à notre stand...

La Riposte à Lorent.jpg
Fête Humanité Bretagne La Riposte
La Riposte à Lorent.jpg (120.3 Kio) Consulté 744 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Gayraud de Mazars » 01 Déc 2023, 20:20

Salut camarades,

Notre ami Mario Luchin, s'en est allé, il était élu communiste, adjoint au maire de Quetigny en Côte-d'Or, cheminot retraité et membre de la CGT, il était membre du Conseil départemental du PCF 21.

Sur la photographie en janvier 2015, notre ami Mario Luchin, à Quetigny avec Greg Oxley... Où il avait gentiment accueilli, une réunion publique de La Riposte, salle du Cromois !

La Riposte en Bourgogne.jpg
Mario Luchin et Greg Oxley, Quétigny (21)
La Riposte en Bourgogne.jpg (38.12 Kio) Consulté 488 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Gayraud de Mazars » 03 Déc 2023, 07:50

Salut camarades,

Israël sème la mort et la destruction. La question sans réponse du général Petraeus.
Le samedi 2 décembre 2023
Article sur le site de La Riposte
Par Greg Oxley

https://www.lariposte.org/2023/12/israe ... -petraeus/

À la veille de l’invasion de l’Irak par les États-Unis, le général David Petraeus avait dit aux planificateurs stratégiques : « Dites-moi comment cela se termine. » Dans le livre qu’il a co-écrit avec Lord Andrew Roberts, Conflict : The Evolution of Warfare From 1945 to Ukraine, il raconte son appel à ses supérieurs après la chute de Najaf, une ville d’environ 450 000 habitants.

« J’ai appelé mon patron et je lui ai dit : « Hé, patron, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle, c’est que nous sommes maîtres de Najaf.

Il a demandé : « Quelle est la mauvaise nouvelle ?

J’ai répondu : “Que veux-tu qu’on en fasse ?”

Si personne ne peut dire exactement comment l’invasion israélienne de Gaza se déroulera dans les semaines et les mois à venir, une chose est claire : le Hamas ne peut pas vaincre une superpuissance régionale telle qu’Israël. Combien de temps il faudra aux envahisseurs pour atteindre leur objectif déclaré, à savoir l’éradication du Hamas à Gaza, et jusqu’à quel point cela peut se réaliser dans les faits, restent des questions ouvertes. Quoi qu’il en soit, la réponse à la question posée par le général Petraeus sera parmi les facteurs principaux façonnant la situation régionale dans les années à venir.

Selon un article du Financial Times du 23 octobre 2023, Yoav Gallant, ministre israélien de la Défense, a déclaré devant la Knesset qu’Israël n’acceptera plus aucune responsabilité « pour la vie dans la bande de Gaza » après la guerre. Cela signifie probablement que Netanyahu envisage un blocus total et définitif de Gaza, empêchant les habitants d’aller travailler en Israël et n’autorisant plus d’approvisionnement en électricité, en carburants et en d’autres produits de première nécessité. Israël envisagerait de renforcer son emprise sur l’enclave, après l’avoir réduit, par les méthodes employées dans l’invasion actuelle, à un amas de ruines.

Et après ? Qui dirigera Gaza après la guerre ? Qui y vivra et comment pourront-ils survivre ? Et comment empêcher le Hamas (ou une organisation similaire sous un autre nom), de resurgir des décombres ? Lors des discussions entre l’administration Biden et le gouvernement Netanyahu, de nombreux participants et commentateurs ont rapporté que ce dernier n’a guère réfléchi à une « fin de partie » au-delà d’un blocus total du territoire. L’absence totale d’un projet d’après-guerre soulève une question plus large au sujet du conflit actuel : existe-t-il réellement, que ce soit du côté palestinien ou du côté israélien, une solution militaire à la question palestinienne ?

La société israélienne est hautement militarisée et équipée des armes de guerre les plus sophistiquées et les plus meurtrières au monde. La milice aux ordres du Hamas n’a aucune chance de vaincre Israël. L’attaque lancée le 7 octobre n’a été un « succès » que dans le sens où elle a pénétré le territoire israélien, prenant par surprise les renseignements israéliens et mettant en évidence la lenteur et l’inefficacité de la réponse israélienne initiale. Si nous supposons que le Hamas voulait faire le plus grand nombre possible de victimes que possible, pour semer la terreur et entraîner Israël dans une guerre ouverte, alors l’opération a effectivement été un succès. Cependant, des « objectifs de guerre » de ce genre ne sont en réalité qu’un coup d’épée dans l’eau, aussi désespéré que futile. Ils portent la marque du fanatisme fondamentaliste et ne contribueront en rien à la résolution de la question palestinienne. Au contraire, en réponse cette incursion meurtrière Israël est en train d’infliger des souffrances inimaginables à la population de Gaza. En même temps, l’invasion actuelle mettra fin à la viabilité militaire et politique du Hamas, du moins dans les limites de l’enclave.

Du côté israélien, Netanyahu se déclare capable d’éradiquer le terrorisme « une fois pour toutes » et semble penser que la meilleure façon d’y parvenir est de mener une « guerre totale » tuant des milliers de civils, dont à peu près 40% d’enfants et de bébés, en bombardant sciemment des camps de réfugiés, des hôpitaux, des écoles, et des immeubles, en imposant une famine et en réduisant Gaza à un champ de ruines. Les choses ne seront pas si simples. Le problème des otages a imposé une trêve que Netanyahu avait précédemment exclue. Par ailleurs, malgré le déséquilibre colossal en puissance de feu en faveur d’Israël, la guerre dans un environnement urbain implique un combat bâtiment par bâtiment, étage par étage, pièce par pièce, dans les sous-sols, les tunnels, laissant à chaque fois sur place une force suffisante pour éviter d’être délogé par l’ennemi. Prendre Gaza et la garder de façon sécurisée prendra des semaines, voire des mois, de guerre.

Si la guerre se prolonge, Israël pourrait bien se retrouver dans une position bien plus fragile qu’avant son déclenchement. La présence de navires de guerre américains en Méditerranée orientale est un avertissement adressé à l’Iran, qui s’est jusqu’à présent retenu de s’impliquer sérieusement. Pour l’heure, le Hezbollah libanais, qui représente une force combattante considérable, n’a mené que quelques attaques sporadiques. Mais cela pourrait changer.

Ce que font les Israéliens à Gaza a eu un impact énorme sur la conscience politique des masses dans tout le monde arabophone, en Turquie, en Iran et dans toute la région. Ce qui se passe actuellement est comparable au déplacement massif, à la dépossession et aux massacres des Palestiniens en 1948. Cette deuxième Nakba se déroule dans un monde où les technologies de l’information ont beaucoup évolué depuis l’époque de la première. Aujourd’hui, des centaines de millions de personnes sont reliées entre elles et la communication en mots et en images est infiniment plus graphique, immédiate et puissante qu’en 1948. La guerre contre Gaza pourrait embraser l’ensemble de la région. En Cisjordanie, les forces armées israéliennes et l’Autorité palestinienne ont pu contenir la situation jusqu’à présent, mais une révolte à grande échelle reste possible. Il en va de même pour les Palestiniens vivant en Israël. Les terribles souffrances infligées à la population de Gaza suscitent l’opposition d’une frange des travailleurs et des jeunes juifs, notamment à Haïfa. Ce phénomène pourrait gagner en ampleur dans les mois à venir. Dans les pays voisins comme la Jordanie et l’Égypte, la passivité des gouvernements provoque la colère des peuples.

SI, malgré tous les risques, les forces armées israéliennes parviennent à prendre le contrôle de Gaza dans un laps de temps relativement court et si l’instabilité régionale est finalement contenue dans certaines limites, le problème soulevé par le général Petraeus ne disparaîtra pas. Que faire de Gaza et de sa population ? Comme cela a été dit plus haut, le gouvernement israélien ne semble pas avoir sérieusement réfléchi à la question. Les fascistes et racistes autour de Netanyahu aimeraient sans doute anéantir les Palestiniens. Mais ce sera plus difficile à faire qu’à dire. Tôt ou tard, il faudra permettre la reconstruction les écoles, hôpitaux, logements et infrastructures indispensables. Cependant, en plus de cette tâche monumentale, il faudra résoudre la question du pouvoir politique à Gaza. Pour l’État d’Israël, il sera indispensable d’instaurer à la place du Hamas un régime à ses ordres, à l’instar de celui qui existe en Cisjordanie. Israël a quitté Gaza en 2005, et exclut – pour le moment, en tout cas – toute occupation militaire directe après la guerre. D’autres idées ont été avancées au niveau international, mais aucune ne semble viable. Parmi elles, il y a la suggestion que le régime actuellement en vigueur en Cisjordanie, où l’Autorité palestinienne, dont les forces de l’ordre sont armées et équipées par les États-Unis, collabore étroitement avec l’administration et les services secrets israéliens, puisse être étendu à Gaza. Or, pour une partie importante de la population de Gaza, Abbas et ses acolytes sont considérés comme des collaborateurs perfides de l’oppresseur israélien. De nombreux Palestiniens en Cisjordanie sont du même avis. La collaboration Abbas-Netanyahu se poursuit pendant le carnage actuel, malgré quelques timides protestations formelles. Dans ces conditions, l’Autorité palestinienne, arrivant dans les sillons des chars israéliens, serait une administration exécrée, contestée, et par conséquent répressive, dès le premier jour. D’aucuns ont proposé la mise en place d’une administration internationale, impliquant l’Égypte, le Maroc, l’Arabie saoudite et certains États du Golfe. Là encore, le peuple de Gaza dira que ces « amis » n’ont rien fait pendant qu’il se faisait bombarder et abattre. C’est une option qui serait considérée par les masses, à l’intérieur et à l’extérieur de Gaza, et à juste titre, comme une occupation étrangère pour le compte d’Israël.

De toute évidence, quelle que soit la composition de l’administration mise en place après la guerre, sa tâche ne se limitera pas à distribuer l’aide humanitaire et à reconstruire. Il devra également engager des « opérations spéciales » contre ce qui restera du Hamas et du Jihad islamique, ce qui implique d’importantes capacités militaires et policières et une collaboration étroite avec les services secrets israéliens. D’une manière ou d’une autre, Israël ne pourra jamais se contenter d’un blocus complet de Gaza. L’élimination du Hamas à Gaza créera au moins autant de problèmes qu’elle n’en résoudra. La prétention de Netanyahu de résoudre le problème de la sécurité israélienne « une fois pour toutes » n’est qu’une chimère.

Pour chaque combattant du Hamas tué dans cette guerre, le déplacement forcé de plus d’un million de civils et le massacre à grande échelle perpétré par Israël le remplaceront par dix autres. De nombreux habitants de Gaza détestent la dictature du Hamas. Néanmoins, le Hamas dispose d’une certaine base sociale. Le déplacement de la population vers le sud n’affaiblira pas cette base. C’est plutôt l’inverse qui se produira. Il est fort possible que le nombre de partisans du Hamas augmente actuellement dans la région. L’agressivité inouïe du gouvernement israélien poussera de nombreux jeunes dans les bras du Hamas.

Plusieurs précédents historiques montrent un processus similaire. En 1982, Israël a envahi le sud du Liban avec près de 80 000 soldats et 3 000 chars et véhicules blindés. L’objectif était de détruire les bases de l’OLP dans le pays. L’opération en elle-même a réussi, dans la mesure où l’OLP a été effectivement chassée du Liban. Cependant, l’invasion – et les massacres perpétrés par les milices fascistes « chrétiennes » dans les camps de de Sabra et de Chatila – a suscité une telle haine envers Israël et ses alliés que le Hezbollah a pu devenir la puissante force de combat qu’il est aujourd’hui. Le Hezbollah a pu repousser l’invasion israélienne du Liban en 2006. On peut aussi citer l’occupation israélienne de Gaza de 1990 à 2005. De nombreux partisans du Hamas ont été tués, mais la répression n’a fait qu’élargir la base sociale de l’organisation, lui permettant de gagner les élections au lendemain du retrait israélien.

La multiplication d’appels et de manifestations à travers le monde réclamant un cessez-le-feu définitif pour mettre fin au carnage montrent l’opposition grandissante à l’invasion de Gaza. Cependant, tant que l’oppression impérialiste du peuple palestinien continue, il ne peut y avoir de stabilité ou de paix durable dans la région. L’autodétermination démocratique des Palestiniens signifierait sa libération de l’oppression israélienne, mais aussi de la dictature fondamentaliste du Hamas et des collaborationnistes de l’OLP. Il ne sera pas possible de réaliser cet objectif par des moyens militaires. L’avènement d’une Palestine indépendante et démocratique ou alors de l’émancipation sociale et démocratique des Palestiniens dans le cadre d’une entité plus large ne deviendront des possibilités concrètes que sur la base d’un programme de réforme sociale et politique dirigé contre l’impérialisme israélien, d’une part, mais aussi contre les régimes réactionnaires dans les États arabes environnants.

Le nationalisme, qu’il soit israélien ou palestinien, est une impasse réactionnaire. Les travailleurs et les jeunes palestiniens ont besoin d’un programme capable de gagner « les cœurs et les esprits » de la classe ouvrière israélienne, et vice-versa. La coexistence et la coopération entre les peuples de cette région ensanglantée ne sont concevables que dans le cadre d’une lutte internationale pour l’abolition du capitalisme. Cela peut sembler une perspective lointaine à l’heure actuelle, au milieu des flammes et de la mort de cette guerre. Mais c’est néanmoins une nécessité incontournable du point de vue des intérêts des peuples du Moyen Orient. Les classes dirigeantes n’ont apporté que l’exploitation, la cruauté et la mort aux peuples du Moyen-Orient. Il faut les renverser. Le socialisme et l’internationalisme sont la seule voie à suivre.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Zorglub » 03 Déc 2023, 12:50

Si nous supposons que le Hamas voulait faire le plus grand nombre possible de victimes que possible, pour semer la terreur et entraîner Israël dans une guerre ouverte, alors l’opération a effectivement été un succès. Cependant, des « objectifs de guerre » de ce genre ne sont en réalité qu’un coup d’épée dans l’eau, aussi désespéré que futile. Ils portent la marque du fanatisme fondamentaliste et ne contribueront en rien à la résolution de la question palestinienne. Au contraire, en réponse cette incursion meurtrière Israël est en train d’infliger des souffrances inimaginables à la population de Gaza.

Oxley avait-il une meilleure option pour le Hamas ?
Le Hamas n'est pas «désespéré et futile» pour la classe ouvrière, il est nuisible. En cela, il est un agent des bourgeoisies arabes. Tout comme son pendant, l'Etat israélien en tant que pitbull de l'impérialisme.

Quant à parler d'impérialisme israélien... cette expression est une confusion, volontaire ou non. Les marxistes montrent l'impérialisme, Oxley regarde son mercenaire.

Ce n'est évidemment pas la première fois que l'impérialisme ou ses agents font dans l'après moi le déluge. Plus exactement ils sont le déluge. Quand il s'agit de mater des peuples, les conséquences ne sont pas le problème de l'impérialisme et d'Israël... et du Hamas. Le peuple palestinien écrasé rend service à plus d'un titre. A l'impérialisme, qui fait tremper dans le sang sont agent israélien pour se garantir qu'il reste dans son giron. Comme un mafioso qui demande à une recrue de buter pour faire partie de la «famille». A l'Etat israélien qui était en butte à une fronde qui, semble-t-il, commençait à poser problème, notamment pour la réserve de Tsahal. Netanyahu et sa clique pour installer un climat nauséabond pour faire oublier leurs saloperies et leur incurie. Au Hamas qui savait bien le prix à payer, pour la population et ses soldats, pour reprendre la main.

Les pays arabes ne se montrent que timidement hostiles à Israël que dans la mesure où Israël les met en porte-à-faux. Cet énième porte-à-faux aboutira peut-être à une révolte des peuples arabes du Moyen-Orient.
Zorglub
 
Message(s) : 899
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par Gayraud de Mazars » 04 Déc 2023, 12:33

Salut camarades,

Pourquoi rien n’accouchera de la COP28 ?
4 décembre 2023
Sur le site de La Riposte
Par Gauthier Hordel

Comme chaque année nous assistons à la blague de la COP avec son lot de déclarations qui n’ont aucune influence sur l’évolution du climat. Comme chaque année, les dirigeants du monde entier tentent de nous faire croire que cette conférence est le lieu privilégié pour décider du sort de la planète. On pourrait presque en rire s’il ne s’agissait pas d’une question de vie ou de mort pour une partie importante de l’humanité. Mais cette COP28 est particulièrement amère tant la blague est de mauvais goût.

Il était presque évident aux yeux de tous que ces conférences se sont transformées en une entreprise de greenwashing ne débouchant sur aucune mesure décisive. Mais cette année, la mascarade est poussée à son paroxysme. Non seulement les Émirats Arabes Unis, une pétromonarchie qui a bâti son économie et sa richesse sur le pétrole et le gaz, accueillent la conférence, mais en plus elle est présidée par Sultan al-Jaber, le PDG de Abu-Dhabi National Oil Company. Le problème du réchauffement climatique est en fait celui de la consommation d’énergie fossile (pétrole, gaz et charbon). Veut-on vraiment s’atteler au problème ou cherche-t-on plutôt à le faire croire?


la suite de l'article avec des documents clefs sur le site en lien...

https://www.lariposte.org/2023/12/pourq ... -la-cop28/

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fil "interventions de La Riposte"

Message par com_71 » 04 Déc 2023, 16:14

Greg Oxley a écrit : Il ne sera pas possible de réaliser cet objectif par des moyens militaires. L’avènement d’une Palestine indépendante et démocratique ou alors de l’émancipation sociale et démocratique des Palestiniens dans le cadre d’une entité plus large ne deviendront des possibilités concrètes que sur la base d’un programme de réforme sociale et politique dirigé contre l’impérialisme israélien, d’une part, mais aussi contre les régimes réactionnaires dans les États arabes environnants.

"réforme sociale et politique" comme programme concret !, s'agit-il pour G.O. d'envoyer pas dessus bord toute perspective de RÉVOLUTION "sociale et politique" ? Excluant les "moyens militaires", fait-il partie de ceux qui "envisagent un genre tout nouveau de révolution : la révolution sans armes" (Lénine) ?
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5824
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité