Rose Alpert Jersawitz

Rose Alpert Jersawitz

Message par Plestin » 17 Déc 2020, 08:54

.
Disparition de Rose Alpert Jersawitz alias "Dorothy".

https://journal.lutte-ouvriere.org/2020 ... 53553.html

Notre camarade Rose
16 Décembre 2020

Notre camarade Rose Alpert Jersawitz est décédée jeudi 3 décembre, à 85 ans.

Rose, que nous appelions Dorothy, était née à New-York en 1935. Ses parents étaient des immigrants juifs pauvres de Lituanie, nés dans les années 1890 près de Vilnius, et venus aux États-Unis vers 1910, comme des millions de Juifs d’Europe orientale qui fuyaient alors la misère et les persécutions antisémites de l’Empire tsariste. Le père de Rose fut tanneur à Boston, puis plombier quand la famille s’installa à New York ; sa mère élevait les cinq enfants et faisait des lessives pour compléter les maigres revenus familiaux. Rose grandit dans East Harlem, un quartier populaire de New York, parmi les Noirs et les immigrés de différentes origines, Italiens, Irlandais ou Portoricains. Elle a raconté plus tard comment sa personnalité se forma alors, dans les bagarres de rue. Elle vécut ensuite à Toledo, dans l’Ohio, de 1942 à 1950, avant de retourner à New York où elle côtoya un groupe bohème, et découvrit les idées socialistes et athées. C’est dans ce groupe qu’elle rencontra son futur mari, Jack Jersawitz, avec qui elle partit pour Los Angeles où, en 1953, alors qu’elle n’avait pas 18 ans, elle rejoignit le Socialist Workers Party (SWP – Parti socialiste des travailleurs).

Ce petit parti, qui avait été dirigé par James P. Cannon, était issu de la IVe Internationale qu’avait fondée Trotsky en 1938. Tout en étant devenu souvent opportuniste vis-à-vis de courants non prolétariens, il demeurait une organisation très militante. Le SWP était jugé comme dangereux par les autorités, alors que le pays était marqué par la vague anticommuniste du maccarthysme. Le SWP fut déclaré illégal en 1954 et Rose fut alors régulièrement filée par le FBI. Elle occupa différents emplois ouvriers à Los Angeles, tout en militant activement. Elle se souvenait avoir vendu largement le journal du SWP, une habitude militante qu’elle devait garder toute sa vie. En 1956, elle retourna à New York pour créer un groupe de jeunes du SWP. En 1961, elle fut envoyée par le SWP à Chicago, avant de retourner en Californie, où elle vécut cinq ans dans la région de San Francisco, travaillant dans l’imprimerie d’un journal. Au cours de cette vie itinérante de ville en ville, courante aux États-Unis, et en particulier chez les militants, Rose fut candidate en 1963 à la mairie de Berkeley, près de San Francisco.

En 1964, elle quitta le SWP pour un autre groupe trotskyste, la Spartacist League. C’est lors d’une conférence internationale, à Londres, en 1966, qu’elle rencontra les camarades de Voix ouvrière, l’ancêtre de Lutte ouvrière. En 1968, de retour aux États-Unis, à New York, elle quittait la Spartacist League et fondait, avec quelques militants, un groupe décidé à militer en direction de la classe ouvrière. Une partie d’entre eux s’installèrent à Detroit, la capitale de l’industrie automobile, où Rose participa en 1971 à la formation du groupe trotskyste The Spark (L’étincelle).

The Spark, qui a toujours entretenu des relations fraternelles avec Lutte ouvrière, publiait des bulletins dans les entreprises où ses militants étaient présents. Rose travailla chez Chrysler et distribua les bulletins dans d’autres usines, dans ce petit groupe révolutionnaire où tous les militants devaient tout faire. À partir de 1974, elle vécut à Baltimore, dans le Maryland, où elle travailla de nouveau dans l’imprimerie, avant de venir vivre en France en 1986.

Une nouvelle adaptation était nécessaire, mais Rose apprit le français, s’intégra et poursuivit son activité militante au sein de Lutte ouvrière. Comme elle l’a expliqué dans ses mémoires (Une communiste, de part et d’autre de l’Atlantique, Les Bons caractères, 2016), « parler aux gens du socialisme, du communisme » était le fondement de sa vie. Après l’avoir fait à Los Angeles, New York, Chicago, San Francisco, Detroit et Baltimore, elle milita donc à Paris, pendant trente ans, jusqu’à ces derniers mois où ses ennuis de santé se multipliaient.

Ses camarades sur les deux rives de l’Atlantique n’oublieront pas son caractère entier, sa grande générosité, sa révolte contre l’ordre social capitaliste, et l’engagement communiste révolutionnaire qui a guidé son existence.
Michel BONDELET
Plestin
 
Message(s) : 1939
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Rose Alpert Jersawitz

Message par Byrrh » 17 Déc 2020, 13:24

Ci-dessous, une belle photo prise l'année dernière. Son récit autobiographique : https://www.lesbonscaracteres.com/livre ... atlantique
Pièces jointes
020219-LUTTE_OUVRIERE-Gala-Brain-JK-HD-COL-10-4642 (1).jpg
020219-LUTTE_OUVRIERE-Gala-Brain-JK-HD-COL-10-4642 (1).jpg (495.85 Kio) Consulté 614 fois
Byrrh
 
Message(s) : 924
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Rose Alpert Jersawitz

Message par Gayraud de Mazars » 17 Déc 2020, 13:57

Salut camarades,

La camarade Rose Alpert Jersawitz, une vie militante bien remplie et exemplaire !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1471
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Rose Alpert Jersawitz

Message par com_71 » 06 Jan 2021, 00:13

La nécro dans Spark (4 janv. 2021, traduction automatique) :
Notre camarade, Rose Alpert Jersawitz (Dorothy), 1935-2020

Rose Alpert Jersawitz est née le 3 août 1935 à New York. Elle est décédée le 3 décembre 2020 à Paris, France. Beaucoup d'entre nous la connaissaient sous le nom de Dorothy, un surnom qui lui a été donné il y a de nombreuses années.

"Personne ne parlait le même anglais ..."

Rose était une enfant d'immigrants juifs venus dans ce pays comme tant d'autres dans les premières années du 20e siècle, essayant d'échapper à la pauvreté et aux pogroms anti-juifs qui balayaient les régions d'Europe de l'Est gouvernées par les tsars russes. Ils sont arrivés dans un pays où la pauvreté, l'antisémitisme et les attaques xénophobes les ont relégués dans des ghettos appauvris de ce côté de l'Atlantique.

Rose était la plus jeune de cinq enfants. Ses premières années ont été passées à East Harlem. Les enfants avec qui elle jouait vivaient dans des familles qui avaient émigré d'ailleurs. Ils venaient de Porto Rico, des régions rurales des Noirs du sud, du sud de l'Italie, de l'Irlande - et la famille de Rose, yiddishophone, d'Europe de l'Est. «Personne ne parlait le même anglais que nos professeurs parlaient à l’école», a-t- elle dit dans ses mémoires, «mais nous nous comprenions tous».

Son père avait d'abord travaillé dans une tannerie près de Boston, dont il avait été chassé après avoir tenté d'organiser un syndicat. À New York, il a travaillé comme plombier itinérant. Sa mère a travaillé dans une usine de confection, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus capable de suivre la vitesse des machines à coudre. Puis elle s'est mise à laver. C'était la vie ordinaire dans ce quartier d'immigrants, où personne ne gagnait assez d'argent pour survivre. Selon les propres mots de Rose tirés de ses mémoires, «tous les enfants ont volé», et ceux qui ont survécu ont appris qu'ils devaient se battre pour se défendre.

Toledo : piquets de grève et protestation

Le père de Rose est mort quand elle avait six ou sept ans. Sa mère a emmené les trois enfants encore à la maison et a déménagé à Toledo, dans l'Ohio, où elle a de nouveau fait la lessive. Finalement, elle s'est remariée. Toledo fut l'endroit où Rose a découvert les grèves et les piquets. Son beau-père travaillait à l'usine Jeep ; sa belle-sœur, dans l'une des usines de verre.

Au lycée, elle a essayé d'organiser une piquet pour soutenir un enseignant bien vu, qui avait été renvoyé lors de la croisade anticommuniste des années 1950. Avec trois autres filles, elle a refusé de suivre la voie tracée , avec les garçons au «magasin» et des filles dans «l'économie domestique». Elle ne voulait rien de tout cela et s'est lancée dans un «magasin de bois». Elle a été expulsée de l'école après avoir frappé une fille qui avait jeté une insulte antisémite à un de ses amis. Et elle a découvert les racines profondes du racisme lorsque sa famille a été expulsée de leur appartement après qu'elle ait ramené à la maison des amis, dont un étudiant noir et un autre étudiant juif - qui avait l'air «plus juif» que Rose et ses cheveux blonds. Alors que de jeunes hommes de son lycée - des garçons, en fait - faisaient leurs classes, elle a commencé à prêter attention à ce qui se passait dans le monde. La guerre américaine contre la Corée l'a outragée.«Ce grand pays fait la guerre à un petit pays», dit-elle. Et elle a lu. Son frère, travaillant dans un journal à Toledo, lui ouvrait le monde avec des livres.

Seule à New York à 15 ans

Rose a terminé tôt le lycée, alors qu'elle n'avait que 15 ans, puis a fait le saut pour retourner à New York par elle-même. Gagner une bourse à NYU, elle a découvert que l'université ne répondait pas aux espoirs qu'elle avait dans l'éducation, et elle s'est glissée dans une sorte de milieu bohème dans le West Village. C'est là qu'elle rencontre Jack Jersawitz, qui l'affronte sur nombre de ses idées, et d'abord sur le fait qu'elle suit les rituels de la religion, même lorsqu'elle n'y croit plus. Il était la première personne qu'elle connut à se qualifier de «socialiste» au milieu du conformisme de la période McCarthy. Il lui a fait part de ses espoirs pour un avenir communiste. Et il lui a fait prendre l'habitude d'aller à la bibliothèque publique.

C'est à ce moment-là qu'elle a été «kidnappée» par deux gendarmes, qui l'ont emmenée en Californie, où sa mère vivait. En fait, elle a été arrêtée pour être seule sans être adulte. Elle avait 16 ans.

Pendant six mois, elle a vécu avec la famille de sa mère et de sa sœur dans l'un des nouveaux «développements» surgissant dans le désert près de Los Angeles. Sa santé s'est peut-être améliorée depuis qu'elle mangeait régulièrement, mais elle se sentait comme une prisonnière. Elle a exécuté une «évasion de prison» de sa famille comme certaines jeunes femmes le font encore - en se mariant !

Le mariage en tant que tel n'a pas duré longtemps, mais son association avec Jack l'a d'abord ouverte à se débattre avec des idées politiques, et c'est à travers lui qu'elle a rencontré des camarades du Socialist Workers Party, l'organisation trotskyste dirigée par James. P. Cannon. Elle a rejoint le SWP en 1953, alors qu'elle avait 18 ans.

Au milieu de l'hystérie anticommuniste

Le 19 Juin de la même année que Rose a décidé d'être un militant communiste, Ethel et Julius Rosenberg, membres du Parti communiste, ont été mis à mort dans la chaise électrique, condamnés dans un procès-spectacle pour espionnage pour les Russes. Des centaines d'autres communistes et socialistes allaient en prison, dont certains dans le SWP. Le SWP, ainsi que plusieurs centaines d'autres organisations, a été déclaré «subversif», faisant de l'adhésion des motifs d'expulsion des syndicats, des emplois gouvernementaux - même en travaillant comme balayeurs de rue - des emplois d'enseignement, des commissions militaires et même des pensions militaires. De nombreux syndicats ou sections locales ont été dissous. Des dizaines de milliers de personnes ont perdu leur emploi ou leur logement - syndicalistes, grévistes, communistes, socialistes, anarchistes, organisateurs de grèves des loyers - quiconque dont le dévouement à l'organisation des travailleurs les rend suspects au milieu de la période McCarthy. Les écrivains et acteurs les plus intéressants ont été chassés d'Hollywood. Les écoles et les universités ont purgé leurs facultés. Les gens qui ont perdu leur enthousiasme étaient des organisations qui désertaient.

Une militante en pleine répression

Telle était la situation dans laquelle Rose Jersawitz est devenue une militante communiste - la première personne à rejoindre le SWP en Californie en quatre ans. Dans l '«Avant-propos» de ses mémoires, intitulé Une communiste des deux côtés de l'Atlantique , Rose a expliqué qu'elle pouvait aller à contre-courant des vents réactionnaires de l'époque parce qu'elle ne savait rien de ce qui se passait dans le pays. Peut être. Mais son enfance l'a ancrée, donnant son allégeance à sa classe, tout comme son engagement envers la tradition socialiste qu'elle a trouvée. Mais elle avait aussi quelque chose d'essentiel dans la composition d'un militant. Elle n'avait pas peur de prendre une position «impopulaire», ou d'être pratiquement seule, si cela était nécessaire. Ce faisant, Rose a amené d'autres personnes avec elle.

Dans les jours les plus sombres de la chasse aux sorcières, elle a vendu ses journaux, perdu des emplois, est allée aux piquets de grève, a trouvé d'autres emplois, s'est levée sur des caisses pour faire un discours, a été expulsée des appartements, est allée à des manifestations contre la police, a trouvé des gens être dans une série de cours sur le marxisme, a trouvé quelqu'un qui l'a hébergée pendant un certain temps, a convaincu d'autres personnes de rejoindre le SWP. Dans tout cela, son dévouement était à l'avenir qu'elle savait incarné dans la classe ouvrière.

Sa vie depuis a été vécue de la même manière. Le SWP l'a envoyée à New York pour aider à assimiler un groupe de jeunes qui avaient quitté une autre organisation pour rejoindre le SWP. Puis elle a été envoyée à Chicago pour aider le groupe avec un problème d'organisation similaire. Finalement, elle est retournée en Californie, où elle s'est présentée comme candidate au conseil municipal de Berkeley en 1963.

Du SWP à la SL., et travail politique à Paris

À ce moment-là, elle était devenue perturbée par les actions du SWP donnant la priorité aux différents mouvements de la classe moyenne qui commençaient à apparaître, une tendance qui trouvait son parallèle sur le plan politique, alors que le SWP commençait à considérer la révolution cubaine comme une nouvelle voie. au socialisme - construit sans la participation de la classe ouvrière - voyant Castro comme une sorte de marxiste «inconscient»! Elle a quitté le SWP et a rejoint la Ligue spartaciste, dont les militants, selon elle, avaient quitté le SWP sur la base des mêmes critiques. Au lieu de cela, elle a découvert que le SL ne semblait pas seulement être incapable d'approcher la classe ouvrière; elle ne lui semblait même pas disposée à reconnaître la nécessité de le faire.

En 1966, elle s'est rendue avec d'autres membres du SL à une conférence internationale à Londres. Là, elle rencontre des camarades de Voix Ouvrière, le prédécesseur de Lutte Ouvrière, l'organisation trotskyste française. Avec l'accord du SL, elle devait rester en France pendant un mois ou deux. Au lieu de cela, elle est restée près de deux ans, travaillant au quotidien avec VO, allant à des réunions publiques, allant en cours, prenant part à des réunions, distribuant des bulletins et vendant le papier de VO aux portes de l'usine et sur les marchés - et envoyant régulièrement fait rapport au SL, l'organisation américaine dont elle faisait toujours partie.

Dans les années 1960 aux États-Unis dont Rose venait, la gauche, «ancienne» et «nouvelle», avait soit assimilé la classe ouvrière aux syndicats - soit radiée. Rose a découvert, en collaboration avec VO, qu'il était possible de mener une activité politique dans les rangs de la classe ouvrière, sa classe.

Quand elle est revenue aux États-Unis au début de 1968, elle n'est pas venue dans le but de lancer un combat de faction. Elle n'avait pas de franchise de Voix Ouvrière. Mais sur la base du travail et des discussions qu'elle a eues avec eux, elle espérait engager d'autres personnes dans un travail politique envers la classe ouvrière. Tranquillement, sans trop d'histoires. Néanmoins, elle et d'autres personnes qu'elle souhaitait démarrer un tel travail se sont rapidement vues montrer la porte.

Le début d'un groupe

Elle n'avait pas commencé ce long chemin avec la perspective de déclarer une nouvelle organisation. Mais il fallait commencer le travail, sur la base de ce qu'elle savait.

Elle et plusieurs autres ont déménagé à Detroit, où ils ont tous été embauchés dans des usines automobiles ou dans le bureau principal de l'opérateur de la compagnie de téléphone. Rose a été embauchée dans l'usine Cut and Sew de Chrysler. Finalement, quatre, puis cinq, puis six bulletins ont été lancés dans ces lieux de travail.

Tout en travaillant dans une usine, essayant d'établir un petit réseau à l'intérieur comme base de chaque newsletter, chaque militant distribuait en même temps une newsletter à la porte de l'un des autres lieux de travail. Et, bien sûr, chacun d'eux a également fait le travail technique pour produire l'un de ces bulletins - sur des machines à écrire manuelles et des machines à miméographes à l'ancienne. Heureusement, ils ont tous été honorés d'énergie.

En 1971, après trois ans de travail, Rose et les autres ont décidé qu'il était nécessaire de se définir politiquement - effectivement, ils étaient devenus une organisation. Ils ont pris un nom pour eux-mêmes, l'étincelle. Ils ont déclaré que leur intention était de mener une activité politique dans la classe ouvrière; qu'ils se sont basés programmatiquement sur le Manifeste communiste, sur les quatre premiers Congrès de la Troisième Internationale et sur le Programme de transition de la Quatrième Internationale.

En 1974, Rose a déménagé à Baltimore, où elle a travaillé avec des camarades plus récents dans la tradition trotskyste. En 1985, elle passe quelques mois à San Francisco, à la suite d'un accord entre Spark et Socialist Action pour échanger des militants.

La maladie, une compagne de toujours

Rose a été assaillie la plus grande partie de sa vie par des maladies, les unes après les autres. Au fil des années, cela a rendu l'activité plus difficile. Dans le même temps, son travail de longue date dans les imprimeries était anéanti à mesure que les nouvelles technologies prenaient le dessus.

Les camarades de Lutte Ouvrière, avec lesquels Rose et le reste de l'organisation Spark ont ​​toujours entretenu des liens étroits, ont suggéré qu'elle pourrait être en mesure de trouver un créneau à Paris, lui permettant de continuer à contribuer en tant que militante.

Jusque-là, Rose ne s'était jamais installée longtemps au même endroit - la plus longue était ses 11 ans à Baltimore. Elle avait l'habitude de voir sa vie bouleversée. Mais elle n'était plus une poule de printemps. À 51 ans, elle déménagerait dans un autre pays, parlant une autre langue.

Cela signifiait apprendre tard dans la vie à vraiment parler français, s'habituer à des coutumes et à des hypothèses culturelles différentes de celles profondément ancrées dans son être. Elle a pris le temps de décider, mais quand elle a finalement décidé, elle l'a fait. Pour le reste de sa vie, les 34 années suivantes, elle a fonctionné comme militante en France.

La classe ouvrière est internationale

Rose revenait encore chaque année aux États-Unis, lorsque Spark avait sa conférence annuelle. Elle est revenue pour aider en 1988, lorsque des militants de Spark ont ​​été impliqués dans une campagne électorale avec un certain nombre de militants syndicaux. Elle s'est assise dans un ancien bureau dans un bâtiment presque désert, contactant les médias, organisant des interviews et des articles. Elle a fait la même chose en 2014, lorsque Spark a mené une campagne électorale directement communiste avec cinq de ses militants.

Chaque printemps, elle était au stand Spark de la fête annuelle de Lutte Ouvrière, parlant à tous ceux qui venaient autour, espérant intéresser l'un des jeunes Américains, leur parlant de la nécessité d'être communiste aux États-Unis.

Spark est restée l'organisation qu'elle a aidé à fonder, mais la vie politique française est devenue sa vie. Que ce soit en anglais ou en français, elle a toujours agi sur cette nécessité, qu'elle a exprimée à la fin de ses mémoires : «J'ai toujours trouvé très important de parler du socialisme, du communisme, de la possibilité de changer les choses. C'était presque une évidence, c'était la base de ma vie... Je devais parler aux gens, cela signifiait que je faisais quelque chose de positif et c'était important pour moi.

Rose est le lien humain qui nous lie tous à la tradition trotskyste, la tradition qui remonte à près de 100 ans et qui elle-même remonte de Lénine à Marx.
Pièces jointes
rose1.jpg
rose1.jpg (15.09 Kio) Consulté 460 fois
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4521
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité