Parrainages

Parrainages

Message par com_71 » 29 Nov 2021, 11:37

Un article qui fait le point dans Le Point (29/11/2021) :
Présidentielle : comment fonctionne le parrainage des candidats ?

La course aux 500 signatures commence des mois avant l’élection. Un prérequis obligatoire pour pouvoir se présenter devant les Français en avril.

C'est la face cachée de l’élection présidentielle. Quand tous les candidats battent campagne à grand bruit, à coups de meetings ou de propositions chocs dans les médias, leurs équipes s’activent dans l’ombre pour recueillir les parrainages de parlementaires et d’élus locaux. Pour se présenter à l’élection suprême, il faut en réunir au moins 500. Ce système a été instauré pour éviter la multiplication des candidatures. Jusqu’à l’élection de 1974, il n’en fallait d’ailleurs que 100.

Députés, sénateurs, élus régionaux et départementaux, maires, élus de certaines collectivités territoriales, comme la métropole de Lyon ou le Conseil de Paris…, plus de 40 000 élus peuvent donner leur signature. Les parrainages pour un candidat doivent être issus de 30 départements différents et un même département ne peut pas fournir plus de 10 % de ses parrainages.

Des candidats présentés à leur insu

La procédure, placée sous le contrôle du Conseil constitutionnel, est très codifiée. Officiellement, les parrainages sont d’ailleurs des « présentations » : ce sont les élus qui présentent, de leur propre initiative, des candidats à l’élection. Dans la pratique, ils sont souvent sollicités par les intéressés pour le faire. Si, sur le terrain, les équipes des candidats s’activent des mois avant le scrutin, les parrainages ne peuvent être envoyés qu’à partir de la publication du décret de convocation des électeurs, au plus tard dix semaines avant le premier tour, soit le 30 janvier prochain.

Les formulaires, transmis par les préfectures aux élus, doivent être retournés au Conseil constitutionnel avant le 4 mars à 18 heures. Au fur et à mesure qu’elle reçoit les présentations, l’institution les rend publiques au moins deux fois par semaine. « Huit jours au moins avant le premier tour du scrutin, le Conseil constitutionnel rend publics le nom et la qualité des citoyens qui ont valablement proposé les candidats », précise la loi.

Quand un candidat atteint le seuil des 500 présentations nécessaires, le Conseil constitutionnel s’assure de son consentement, des politiques sans aucune intention de se présenter pouvant se retrouver parrainés à leur insu. En 2017, malgré sa défaite à la primaire, Alain Juppé a recueilli 313 signatures d’élus inquiets d’un désistement de François Fillon, empêtré dans ses affaires. Hervé Morin, Lionel Jospin ou encore Jean-Louis Borloo avaient, eux aussi, récolté au moins une signature.

Fillon, premier à la course aux parrainages en 2017

Si l’intéressé est bien candidat, il doit ensuite fournir une déclaration de patrimoine, ainsi qu’une déclaration d’intérêts et d’activité qui sera transmise à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). En 2017, plus de 14 000 parrainages avaient été validés par le Conseil constitutionnel, les trois quarts provenant d’élus communaux ou intercommunaux. François Fillon est celui qui en a reçu le plus, avec 3 635 présentations, avant Benoît Hamon (2 039), Emmanuel Macron (1 829), Jean-Luc Mélenchon (805), Jean Lassalle (708), Marine Le Pen (627)…

La liste définitive des candidats à l’élection présidentielle est rendue publique au plus tard le quatrième vendredi avant le scrutin, soit le 18 mars prochain. Seules les personnes ayant reçu au moins un parrainage peuvent la contester. À moins d’un mois de l’élection, les candidats retenus entament alors la dernière ligne droite de leur campagne.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5017
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)