Dissolution du groupe La Commune

Dissolution du groupe La Commune

Message par Gayraud de Mazars » 21 Déc 2022, 18:53

Salut camarades,

Que vont devenir les militants du groupe l'ex - Commune ?

Communiqué du groupe La Commune

Conformément à ses statuts, et sur proposition de son Comité National, l’assemblée générale des militant.e.s du groupe La Commune, section française de la Ligue Internationale Socialiste (LIS), réunie le 20 octobre 2022, a entériné à l’unanimité moins une abstention, la dissolution du groupe.

A l’instar de toutes les organisations politiques en France, La Commune a, ces dernières années, rencontré d’importantes difficultés organisationnelles, des crises internes de direction, des difficultés de renouvellement générationnel et de recrutements. S’ajoutent, depuis peu, des désaccords politiques majeurs avec une partie du Comité Exécutif International (CEI) de la LIS sur la situation politique en France.

Ces désaccords sont nés d’une compréhension différente des événements et, par conséquent, des tâches qui y correspondent.

Nous refusons de mener une politique d’unité avec des secteurs issus des rangs du NPA et de toutes ses tendances car nous pensons que ceux-ci font justement partie du problème que tentent, par la lutte des classes, de résoudre les travailleuses et travailleurs de ce pays.

Cette politique « unitaire », nous l’avons menée en 2008-2009 en intégrant le NPA quand celui-ci, avec 10 000 adhérent.e.s, incarnait encore le projet de construction d’un parti ouvrier large, anticapitaliste, féministe, anti-raciste et écologiste. Nous en sommes sortis en 2014. Nous voyons aujourd’hui le fracas de ce parti gangrené, dès sa création, par un électoralisme forcené, véritable garde-flanc du stalinisme et de la social-démocratie, du Front de Gauche hier, à La France Insoumise et à la NUPES aujourd’hui.

Vouloir mener une politique de front unique d’appareils en lambeaux, c’est méconnaître la crise de régime, les causes et les effets de l’abstention ouvrière, la crise des partis bourgeois, ouvriers-bourgeois et d’ « extrême gauche ». C’est méconnaître la réalité de la politique française et, au fond, le rejet viscéral par la classe ouvrière de toutes celles et ceux qu’elle considère comme les responsables de leurs problèmes.

De manière bureaucratique, sans aucune discussion entre le CEI de la LIS, ses sections, et le groupe La Commune, deux dirigeants du CEI de la LIS ont décidé de prendre des contacts directs avec des groupes français comme L’Étincelle, Anticapitalisme et Révolution, ou des militants issus du CCR-Révolution Permanente.

Nous avons pris acte de cette nouvelle orientation politique dont l'objectif est la constitution d'un front électoral. Nous jugeons cette politique fausse et néfaste et en avons tiré toutes les conclusions qui s’imposaient.

Paris, le 20 décembre 2022


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2509
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Dissolution du groupe La Commune

Message par Gayraud de Mazars » 24 Déc 2022, 09:09

Salut camarades,

Sur le site de la International Socialist League [LIS/ISL] à laquelle appartenait le groupe de La Commune, on peut lire...

France : un hiver froid, un climat social et politique chaud
21 décembre 2022
Par Pablo Vasco, de Paris

https://lis-isl.org/fr/2022/12/21/franc ... -caliente/

Dimanche 18 décembre, à la journée internationale des migrant.e.s, dans une matinée glaciale de six degrés au-dessous de zéro, plusieurs milliers de personnes ont entamé la mobilisation qui a parcouru près de quatre kilomètres de la Chapelle à République. Elle s’inscrit dans les luttes qu’il y a en France, dans une situation sociale et politique qui est en train de s’échauffer.

Les slogans étaient la régularisation de tous les sans papiers et le rejet du projet de loi de Darmanin, le réactionnaire ministre de l’Intérieur de Macron, qui vise à durcir encore les conditions requises et à faciliter les expulsions. Ils n’excluraient que certains métiers « en tension », selon leurs besoins du personnel pour la restauration, le bâtiment, le nettoyage, la logistique ou la garde d’enfants, des tâches pénibles et mal rémunérées presque toujours effectuées par des travailleurs.euses immigré.e.s. Une réforme anti-démocratique, utilitaire pour les capitalistes et niant l’égalité des droits.

En tête de la manifestation se trouvaient les associations de migrants, dont les travailleurs organisés dans CGT et SUD, puis des collectifs sociaux, des droits humains et du trotskisme. Du côté du réformisme parlementaire regroupé dans le NUPES[1] dirigé par Mélenchon, on n’a guère vu de banderoles. Il y avait un groupe de Lutte Ouvrière, mais pas du CCR[2], qui, bien qu’il étaient en congrès, n’a même pas envoyé de délégation symbolique. Quant au Nouveau parti anticapitaliste, qui a scissionné le week-end dernier, le secteur de la gauche révolutionnaire a apporté le cortège le plus important et le plus combatif de toute la marche, cinq fois plus grand que ce du secteur cherchant à s’unir du côté de la FI de Mélenchon.

Carrefours chez la gauche et l’extrême gauche

Des 9 000 militant.e.s qu’il avait regroupé en 2009 au moment de sa fondation, aujourd’hui, lors de son cinquième congrès, auquel j’ai assisté en tant qu’invité du MST et de la LIS, le NPA ne compte plus que 2 000 militant.e.s officiel.le.s et 1 500 réel.le.s. Le secteur mandeliste qui conduit le parti (plate-forme B), qui propose l’unité avec le réformisme et qui pour cela prétend mettre fin à la démocratie interne, a obtenu 48,5 % des voix. L’opposition de gauche (plate-forme C), qui regroupe trois fractions, a obtenu 45,3 %. Et un troisième secteur (plate-forme A), lié à la B, a obtenu 6,2 %.

Le deuxième jour des trois jours prévus pour le congrès, le secteur B quitte la salle et ne revient pas, provoquant ainsi la division du parti. C’est un impact politique car le NPA, avec LO, était l’une des deux principales forces du trotskisme français, qui à la fois était toujours une réference internationale.

Cette crise profonde nous permet de tirer trois conclusions centrales :

Si le CCR, au lieu de partir tout seul, était resté dans le NPA avec les autres courants de gauche pour disputer ensemble une orientation politique combative, le secteur révolutionnaire aurait clairement gagné la direction lors de ce congrès. Mais le CCR a choisi une voie sectaire et d’autoproclamation, dont le récent congrès semble malheureusement réaffirmer.
Le secteur mandeliste -dont les porte-paroles Poutou et Besancenot- continue à reculer comme résultat d’appliquer en France et dans d’autres pays la politique erronée du Secrétariat Unifié : des « partis larges » éternels, suivisme au réformisme sous prétexte d’être la « gauche de la gauche » et donc abandon de la construction du parti révolutionnaire et de l’intervention dans la lutte de classes. Par exemple, un tiers de leurs votes pour ce congrès ont été par procuration, venant de camarades qui en réalité ne sont plus militant.e.s.
L’aile gauche, qui regroupe par ordre d’importance les courants L’Étincelle, Anticapitalisme et Révolution et Démocratie Révolutionnaire, ainsi comme des militant.e.s indépendant.e.s et qui continue pour l’instant à revendiquer la légitimité du NPA, est confrontée au grand défi politico-organisationnel de constituer une nouvelle organisation révolutionnaire qui ne soit ni opportuniste ni sectaire. Pour cette tâche il y a sans doute de la place parmi l’avant-garde ouvrière et jeune, ouverte aux idées révolutionnaires. Nous, les militant.e.s de la Ligue Internationale Socialiste (LIS) en France, nous faisons partie de ce regroupement à travers les camarades de L’Étincelle, courant qui en plus de son implantation syndicale dirige le NPA Jeunes.
D’autre part, il y a une forte crise interne à La France Insoumise. Elle a déjà subi quelques dommages avec la récente suspension parlementaire et le procès du député Quatennens, ancien porte-parole et ancien coordinateur du bloc, pour violence de genre. Aujourd’hui, les problèmes sont encore plus importants, avec de fortes critiques sur le manque notoire de démocratie interne. Sans réelle structure militante, la FI est un rassemblement de personnalités de type mouvement dont le grand chef est Mélenchon.

Il y a quelques jours, s’est réunie « l’assemblée représentative », composée de la coordination des espaces, des responsables locaux et d’une centaine de militant.e.s, un ou une par département, tiré.e.s… au sort ! Un système facile à manipuler. Plusieurs membres ont été relégué.e.s dans un « conseil politique » purement consultatif, dans une purge de facto, mais tout est décidé par la coordination contrôlée par Mélenchon. Ces méthodes bureaucratiques provoquent le mécontentement des militants et des sympathisants qui attendaient de lui. Il est évident que le secteur mandeliste du NPA a choisi un mauvais moment politique pour aller derrière la FI…

Un chaudron qui monte en pression

L’hiver est froid en France, mais la température sociale et politique monte. Le gouvernement Macron est surgi d’un faible vote et s’appuie sur une coalition plutôt instable, l’extrême droite de Marine Le Pen s’est renforcée, de méme pour la FI avec la polarisation électorale lors des présidentielles mais elle accumule des problèmes, une dissolution de l’Assemblée et des législatives anticipées ne sont pas à exclure.

Quant à la lutte des classes, les mois précédents avaient déjà été marqués par de fortes grèves et mobilisations salariales des travailleurs des raffineries de pétrole, des cheminots et des conducteurs, des centrales nucléaires, de la santé publique et de diverses entreprises privées, ainsi que par des marches féministes et des actions directes de collectifs écologistes.

À la colère contre les bas salaires et la hausse des prix des transports, de l’électricité et de l’alimentation, s’ajoute le projet de Macron de faire passer sa contre-réforme des retraites visant à reculer l’âge de la retraite à 65 ans et/ou jusqu’à 43 années de cotisation. Sous la pression de la base, toutes les centrales syndicales et étudiantes prévoient des actions si tel projet se concrétise. Macron annoncera les détails le 10 janvier, au même moment où une grève pour les salaires démarre à la RATP, le réseau de transport public à Paris et en Île-de-France …

Comme le souligne à juste titre l’éditorial de l’aile révolutionnaire du NPA : « Si les caisses de retraites sont vraiment si mal en point, il y a une solution simple : un déficit de 5 % est immédiatement comblé par une augmentation des salaires, et donc des cotisations, de 5 % ! Si les salaires augmentaient de ce qui nous est nécessaire aujourd’hui, c’est-à-dire au moins de 400 euros, plus de problème de ‘déficit’. Et cela réglerait quelques autres problèmes aussi, nos fins de mois par exemple !

« Ce n’est évidemment pas une option pour le gouvernement. Mais il se souvient de la mobilisation de 2019 qui l’avait mis en peine de passer l’ancienne réforme des retraites avant la crise Covid. Alors il fait mine de se concerter avec les directions syndicales, qui se sont précipitées à la table avant même de chercher à mobiliser.« Nous savons pourtant toutes et tous qu’il n’y a rien à attendre de ces ‘concertations’ et du ‘dialogue social’. Le gouvernement Macron sait très bien ce qu’il fait : agir pour le compte des capitalistes, comme il l’a toujours fait. Ce n’est pas de ‘concertations’ dont notre camp a besoin : c’est d’une mobilisation, de grèves, toutes et tous ensemble, comme nous l’avons fait en décembre 2019. Voilà ce à quoi, dès maintenant, nous devons œuvrer »[3].

[1] Novelle Union Populaire Ecologique et Sociale : la FI, le PS, le PC, les Verts et des groupes mineurs.

[2] Courant Communiste Révolutionnaire, section française de la Fraction Trotskyste internationale qui dirige le PTS argentin. Il faisait partie du NPA jusqu’à ce qu’il a rompu en juin 2021 en raison de présenter un candidat présidentiel propre.

[3] https://www.convergencesrevolutionnaire ... i-a-bosser


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2509
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Dissolution du groupe La Commune

Message par Plestin » 09 Jan 2023, 20:48

Donc, si je comprends bien, le groupe La Commune affilié à la LIS s'auto-dissout en refusant de coopérer avec le NPA C, tandis que la LIS considère que :

Nous, les militant.e.s de la Ligue Internationale Socialiste (LIS) en France, nous faisons partie de ce regroupement à travers les camarades de L’Étincelle, courant qui en plus de son implantation syndicale dirige le NPA Jeunes.


Et donc, va-t-on vers une section française de la LIS incarnée par l'Etincelle tout entière (voire davantage) ? Affiliée donc à une organisation à tropisme argentin, rivale de "l'autre" incarnée par le CCR / Révolution Permanente à tropisme argentin également ? Un essaimage en France de deux morceaux du courant moréniste ?
Plestin
 
Message(s) : 2283
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Dissolution du groupe La Commune

Message par Duffy » 09 Jan 2023, 21:40

J'aurais tendance à dire que tu tires des conclusions un peu hâtives d'une phrase qui me semble plutôt bancale (je dirais que c'est un texte maladroitement traduit). L'Etincelle entretient ou a noué des contacts avec diverses organisations dans d'autres pays qui se revendiquent du trotskysme (le PO argentin par exemple), ce qui semble être une préoccupation naturelle, formulé comme ça. Et ils animent aussi leur propre courant international (ils ont eu l'intention de publier une revue internationale mais cela semble avoir fait long feu passé un premier numéro). Je ne crois pas, ou ce serait un changement d'attitude politique de plus, qu'ils aient l'intention de s'intégrer tel quel en tant que section à quelque courant international existant... Avoir la volonté de collaborer sous une forme ou une autre, ce serait bien sûr autre chose. Et ils mettent d'ailleurs en avant les échanges dans leur presse.
Bien sûr je peux me planter, je vois ça somme toute d'assez loin... ;-)
Duffy
 
Message(s) : 396
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Dissolution du groupe La Commune

Message par com_71 » 10 Jan 2023, 00:57

Les (ou des) militant.e.s de la Ligue Internationale Socialiste (LIS) en France peuvent très bien faire "partie de ce regroupement [le NPA-C] à travers les camarades de L’Étincelle" tout en ne voulant pas y animer - au moins officiellement - une tendance ou fraction organisée. La dissolution de "la Commune" pourrait s'expliquer ainsi.
Mais, comme Duffy, "je vois ça somme toute d'assez loin..."
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6039
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité