Pollution perfluorés à Pierre-Bénite (Lyon)

Pollution perfluorés à Pierre-Bénite (Lyon)

Message par Plestin » 14 Mai 2022, 13:31

Voici une brève sur la pollution aux composés perfluorés aux alentours du complexe chimique de Pierre-Bénite, dans le couloir de la chimie au sud de Lyon, en attendant un article plus détaillé. Un reportage de l'émission "Envoyé spécial" vient d'y être consacré. Nous aurons l'occasion d'y revenir. Le complexe chimique comprend principalement l'usine Arkema (ex-PCUK, ex-Elf-Atochem, ex-Atofina) avec 400 personnes dans l'usine-même et 1.000 en englobant des services situés à proximité. Arkema, groupe multinational français, est un producteur historique de fluides réfrigérants et de climatisation, ainsi que de polymères fluorés très résistants pour la protection des surfaces. L'usine Daikin, qui appartient à une multinationale japonaise, n'est en fait qu'un atelier construit dans l'enceinte de l'usine Arkema, dont elle exploite une matière première pour la transformer en caoutchoucs fluorés.

Pierre-Bénite (Rhône) - Pollution aux perfluorés

ARKEMA et DAIKIN dans le collimateur
Brève
13/05/2022

La publication par la presse d’une enquête sur la pollution du sol, de l’air et de l’eau par les perfluorés a révélé les dangers d’utilisation de composés chimiques dangereux par les grands groupes industriels.

Pour les travailleurs d’Arkema, le sujet n’est pas nouveau. Un bon nombre ont été exposés aux perfluorés depuis 40 ans, et sont encore suivis sur le plan médical. Mais, personne n’avait réalisé l’ampleur du problème, ni son impact sanitaire sur une échelle aussi large.

La direction d’Arkema affirme que ces produits ne sont plus utilisés aujourd’hui. Pour en être certains, il faudrait avoir accès à toutes les informations. C’est loin d’être le cas, tant l’opacité maintenue par les industriels sur la dangerosité des produits qu’ils utilisent est épaisse. Et même si cette pollution était liée à d’anciennes activités, cela n’exonérerait pas la direction d’Arkema de ses responsabilités. En attendant, ce sont les travailleurs du site et les habitants des communes environnantes qui risquent pour leur santé.


https://www.lutte-ouvriere.org/en-regio ... 20067.html


Un article du site de France 3 Régions :
Pollution de l'eau aux perfluorés, les habitants de Pierre-Bénite sont très inquiets
Publié le 11/05/2022 à 19h30 • Mis à jour le 13/05/2022 à 10h18
Écrit par Ana K.

"Alerte aux polluants éternels", 4 mots qui disent tout. Ce jeudi 12 mai au soir, Envoyé spécial diffuse une enquête tournée à proximité de l'usine Arkéma à Pierre-Bénite au sud de Lyon. Elle lève le voile sur une vaste contamination aux polluants chimiques, les perfluorés. Hier soir, mardi, à la maison de l'environnement le reportage était diffusé devant des riverains. Ils sont abasourdis.


Alors qu'il n'a pas encore été diffusé au grand public, le reportage de Martin Boudot et Manon de Couët fait déjà réagir.

A l'image des scandales sanitaires qui ont eu lieu aux Etats-Unis avec le Téflon, c’est au tour des Français et des Italiens d’alerter sur les dangers des rejets industriels à la durée de vie illimitée et surtout de leurs effets sur la santé des riverains.

L'enquête porte sur un composant chimique omniprésent dans notre vie quotidienne : les perfluorés.

Une alerte nécessaire

Dans la salle de réunion de la maison de l'environnement, les chaises ont été disposées pour accueillir les riverains. Rapidement entre 80 et 100 personnes sont là, impatientes d'en savoir plus sur la contamination aux perfluorés dans la vallée de la chimie.

Aux côtés du journaliste qui a mené l'enquête, Martin Boudot, le professeur Jacob de Boer, président du département chimie environnementale et toxicologie de l'université d'Amsterdam, l’un des meilleurs spécialistes européens sur la question.

« Les composants fluorés sont persistants, ils ne se décomposent pas, et aucune bactérie n’est intéressée pour les détruire. Par conséquent, ces molécules s’accumulent et se révèlent très toxiques, à chaque fois, elles sont plus nombreuses elles ne disparaissent jamais » précise-t-il.

Martin Boudot a travaillé des mois sur ce scandale environnemental. "Vous voyez, dit-il, il y a 4 500 composés chimiques dans la famille des perfluorés, et il y a autant d’effets possibles, des problèmes de thyroïde de cholestérol…"

Des prélèvements aux résultats préoccupants

C’est sur le terrain de football, proche de l’usine Arkema que le journaliste a effectué certains prélèvements. Contrairement à ses voisins, la France n’impose aucune réglementation sur ces molécules.

"Même s'il y a aujourd’hui des normes européennes, la France n'en a aucune. Nous avons essayé de savoir où nous en étions à Pierre-Bénite par rapport à ces normes européennes, explique -t-il. Et on s’est rendu compte que quasiment tous les prélèvements étaient au-dessus de cette norme européenne" .

Des riverains bouleversés

Riverains, associations et anciens salariés d'Arkema sont sous le choc. Roger Tarrago, est l'ancien secrétaire du CHSCT Arkema Pierre-Bénite. L'enquête l'a secoué. "Je suis bouleversé par l’ampleur des dégâts qui sont constatés dans l’environnement de Pierre-Bénite."

La présence de perfluorés a été constatée jusque dans le lait maternel d'une douzaine de mamans, dont Capucine. «Pour moi, l’allaitement, c’était quelque chose de très simple à la base, et là ça m’inquiète si j’ai un deuxième enfant. Ça m’inquiète aussi pour ma fille à qui j’ai transmis tout ça, déplore Capucine Ovize, d'autant que moi j'avais un taux assez haut.»

À Pierre-Bénite, les taux relevés dans les eaux de rejet et au robinet sont très élevés. Les habitants constatent avec effroi qu'ils vivent au quotidien avec cette pollution depuis des dizaines d’années.


https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 39956.html

On peut trouver de nombreux autres articles de presse plus ou moins détaillés sur le sujet.

Par le passé, il y a eu sur le site une production de résines fluorées iodées / résines fluorées éthylénées iodées (RFI / RFEI) au moins depuis les années 1980 et jusqu'au début des années 2000, qui a conduit à des taux élevés de perfluorés (le PFOA en l'occurrence) chez les travailleurs de l'atelier concerné. Puis, vers 2005, la direction d'Arkema a utilisé pendant quelques années un tensio-actif dénommé Surflon dans les process de fabrication d'un produit et cela a conduit à ce que des mesures soient prises, sous la pression de la CGT au CHS-CT de l'époque, pour que le suivi des travailleurs exposés devienne plus formel et pour que les résultats lui soient communiqués ; à cette époque, les travailleurs de Daikin avaient déjà des taux extrêmement élevés. Aujourd'hui encore un autre produit de cette famille reste utilisé et il a été retrouvé en quantité, en compagnie d'autres composés fluorés dont on ignore l'origine, dans les prélèvements d'eau industrielle rejetée dans le Rhône en sortie d'usine. La direction se retranche derrière la réglementation française en vigueur, sauf que celle-ci est désespérément pauvre concernant les perfluorés, contrairement à d'autres polluants et contrairement aux pays voisins : pas difficile de respecter de telles règles puisqu'elles sont bien en-deça de ce qui serait nécessaire !

Pour l'instant, sur les deux entreprises mises en cause, seule Arkema s'est exprimé sur le sujet, en tentant de minimiser l'affaire. Daikin ne l'a pas encore fait.

Ici, une vue de l'usine de Pierre-Bénite sur Google Maps :

https://www.google.com/maps/search/Arke ... a=!3m1!1e3

Et une vue d'Arkema depuis l'autoroute :

https://www.google.com/maps/@45.7078831 ... 384!8i8192

Ici, la fiche de présentation de l'usine de Pierre-Bénite sur le site du groupe Arkema :

https://www.arkema.com/france/fr/locati ... re-benite/
Plestin
 
Message(s) : 2113
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Pollution perfluorés à Pierre-Bénite (Lyon)

Message par Zorglub » 14 Mai 2022, 15:14

Merci Plestin.

Quelques ajouts ne concernant pas la contamination des ouvriers et riverains.

Daikin est dans la chimie et surtout connu comme fabricant de climatiseurs dont les fluides caloporteurs sont ces composés perfluorés.

DuPont de Nemours et Atochem sont parmi les quelques fabricants à produire une alternative aux CFC, les HFA, hydrofluoroalcanes. Les CFC servaient notamment de fluide thermique dans les frigos et climatiseurs. Mais leur production s'arrêta du fait de son effet très néfaste sur la couche d'ozone... et, accessoirement bien sûr, que les brevets allaient tomber dans le domaine public. Les capitalistes savent faire de l'écologie a très bon compte.

Le trou de la couche d'ozone s'est stabilisé, voire s'est réduit. Je ne sais pas quelle part serait due à la forte diminution de production de CFC.

Car, extrait d'un des CLT sur l'écologie, CLT n° :
Il y a eu par exemple toute une campagne médiatique au sujet du fameux « trou » de la couche d'ozone au dessus de l'Antarctique, dont on n'est pas certains que ce soit un phénomène récent. Mais ce qui est certain, c'est qu'il y avait dans cette affaire des enjeux pour des trusts capitalistes précis.

Les responsables du fameux « trou » étaient avant tout, nous a-t-on dit alors, en 1985 et les années suivantes, des gaz utilisés dans l'industrie du froid, les chloro-fluoro-carbones ou CFC. Or, il se trouvait que les brevets ayant trait aux CFC étaient en train de tomber dans le domaine public, et que le leader mondial de leur production, Du Pont de Nemours, avait -préparé, depuis une dizaine d'années, des produits de substitution, et pris les brevets correspondants. En 1986, Du Pont se rallia donc spectaculairement à l'idée d'une réglementation de la production des CFC, mais l'intégrité de l'ozone atmosphérique n'avait rien à y voir !

Un Protocole international fut signé à Montréal en 1987, limitant, en plusieurs étapes, la production des CFC. C'était un arrangement entre trusts (le groupe français Atochem était très concerné, lui aussi), au profit des plus puissants, tout à fait dans les cordes habituelles du système capitaliste. Son application est financée et contrôlée pour l'essentiel par la Banque mondiale et des dirigeants associés directement à l'industrie chimique. Mais il fut présenté comme un grand succès écologiste, un événement, parce qu'il était censé gérer une présomption de risques à l'échelle planétaire pour la première fois !


DuPont qui a racheté à Atochem la branche produisant d'autres composés fluorés, Foraperle et Forafac, imperméabilisants et mousses anti-feu dont une partie est produite à Villers-Saint-Paul, lieu de la fête de Creil.
Zorglub
 
Message(s) : 537
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26

Re: Pollution perfluorés à Pierre-Bénite (Lyon)

Message par Zorglub » 14 Mai 2022, 15:18

J'ai oublié un détail important, les HFA s'avèrent être également nocifs pour la couche d'ozone. Ecologie qu'on disait.
Zorglub
 
Message(s) : 537
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26

Re: Pollution perfluorés à Pierre-Bénite (Lyon)

Message par Plestin » 14 Mai 2022, 19:28

Zorglub a écrit :J'ai oublié un détail important, les HFA s'avèrent être également nocifs pour la couche d'ozone. Ecologie qu'on disait.


En fait, ce n'est pas pour la couche d'ozone qu'ils sont le plus nocifs, mais ils contribuent fortement à l'effet de serre. Les chimistes ont savamment dosé la mise au point de leurs substituts : quand la priorité était donnée à la couche d'ozone, ils ont mis au point des produits beaucoup moins nocifs pour celle-ci que les vieux CFC mais, par contre, très contributeurs à l'effet de serre, en toute connaissance de cause ; ils savaient que l'effet de serre serait le "problème d'après" mais bon, en étalant les résultats de la recherche sur le long terme, avec des petits pas, ça permet de commercialiser très longtemps une ribambelle de produits plutôt que de mettre immédiatement au point un produit qui serait bien ET pour la couche d'ozone ET pour l'effet de serre... Faudrait pas que la recherche avance trop vite, ce n'est pas forcément bon pour les affaires !
Plestin
 
Message(s) : 2113
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Pollution perfluorés à Pierre-Bénite (Lyon)

Message par Zorglub » 14 Mai 2022, 19:54

Puits de connaissnces et marxisme, merci Plestin.
J'ai oublié de mentionner le CLT : CLT n°106 : Écologie : nature ravagée, planète menacée par le capitalisme !
Zorglub
 
Message(s) : 537
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26

Re: Pollution perfluorés à Pierre-Bénite (Lyon)

Message par Zorglub » 18 Mai 2022, 20:49

Les articles du journal (n°2807) :
Industrie chimique : les empoisonneurs
18 Mai 2022

La diffusion d’une enquête télévisée sur la pollution aux perfluorés, engendrée par les activités du site chimique regroupant Arkema et Daikin, à Pierre-Bénite, a provoqué l’inquiétude, la colère et de nombreuses questions, aussi bien parmi les travailleurs du site que chez les riverains.

Dans ces deux entreprises, les perfluorés ont été utilisés pendant de nombreuses années. Les directions tenaient des propos rassurants, se réfugiant derrière l’argument qu’aucune étude scientifique n’avait prouvé la toxicité de ces produits. Et pour cause, aucune étude n’avait été faite et les directions s’étaient bien gardées d’en diligenter. Même après la révélation des dangers de ces produits en 2000, ceux-ci ont continué à être utilisés. Cela a été le cas notamment du surflon, jusqu’en 2016.

Sous la pression des travailleurs, inquiets et qui se doutaient que leur patron ne leur disait pas tout, Arkema a remplacé progressivement le surflon par des molécules censées être biodégradables et non toxiques . Depuis, les travailleurs exposés sont suivis médicalement et leur taux de surflon est surveillé chaque année. De ce fait, le danger des perfluorés était pour tous de l’histoire ancienne. Les révélations sur la pollution ont donc été une douche froide. Le fait que les concentrations de ces produits dans le sol, dans l’air et dans l’eau demeurent très élevées des années après, inquiète. Chacun se dit que, si ces taux sont aussi importants autour du site, alors qu’en-est-il dans l’usine et dans les ateliers de production ?

De même, qu’en est-il des additifs fluorés de substitution relâchés sans contrôle dans l’atmosphère et dans les eaux du Rhône, sous prétexte qu’il n’existe actuellement aucune norme concernant ces molécules ? Dans sa communication, la direction se veut rassurante, expliquant que les produits utilisés aujourd’hui sont sans danger. Mais, connaissant son irresponsabilité dans les années passées, il est difficile de lui faire confiance !

Et quand bien même ce serait vrai, de nombreux problèmes se posent concernant la santé des travailleurs et des riverains : l’eau est-elle potable, que faire pour se protéger, pour préserver sa santé et celle des enfants qui ont été exposés dès leur plus jeune âge, soit par le lait maternel contaminé, soit en jouant sur des terrains de sport voisins de l’usine ? Quant à ceux qui dans l’usine développeraient des pathologies liées aux perfluorés, à quelle indemnisation auraient-ils droit ? Sera-t-il possible, comme pour l’amiante, de classer le site et de partir plus tôt à la retraite ?

Pour obtenir des réponses et faire valoir leurs revendications, riverains et salariés auront tout intérêt à ne pas se contenter des belles paroles des patrons. Ils ne peuvent pas compter non plus sur les autorités, qui sont rarement pressées d’imposer à ceux-ci quelque contrainte que ce soit.

https://journal.lutte-ouvriere.org/2022/05/18/industrie-chimique-les-empoisonneurs_325516.html

Les perfluorés
18 Mai 2022

Cette appellation recouvre une famille de 4 700 molécules utilisées depuis des dizaines d’années comme additifs dans l’industrie chimique. Parmi eux, le surflon, par exemple, entre dans la composition de revêtements antiadhésifs pour divers ustensiles de cuisines, comme les poêles.

Au début des années 2000, un procès aux États-Unis a révélé la dangerosité, en particulier, de l’un d’entre eux, le PFOA, déversé dans le fleuve Ohio par la société Dupont. Ce produit qui se retrouvait dans l’eau potable pouvait entraîner cancers, atteintes au système immunitaire ou au foie, et aussi des problèmes génétiques entraînant stérilité, malformations, ou avortements…

Le combat d’un avocat qui a fait condamner la société Dupont pour ses rejets toxiques ayant empoisonné des centaines de milliers de riverains de l’Ohio a été relaté dans le film Dark Waters sorti en 2019.

https://journal.lutte-ouvriere.org/2022/05/18/les-perfluores_325517.html
Zorglub
 
Message(s) : 537
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26


Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron