Lien entre Néandertaliens et Homo Sapiens

Et lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantismes

Lien entre Néandertaliens et Homo Sapiens

Message par Gayraud de Mazars » 16 Nov 2021, 17:46

Salut camarades,

Néanderthal n'était pas un lourdaud mal défraichi, pas un plouc de base, face à un sapiens sophistiqué ! Et puis ils sont aussi parmi nos ancêtres...

Lien entre Néandertaliens et Homo Sapiens
Par Emma Groeneveld, traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 05 juillet 2017
Texte original en Anglais : The Neanderthal-Sapiens Connection

En mai 2010, après des années de discussions intenses autour d'éventuels fossiles de descendants métisses d'Homo sapiens et de néandertaliens, une équipe dirigée par Svante Pääbo de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutive de Leipzig, en Allemagne, a publié les résultats de son aventure avant-gardiste vers l'extraction de l'ADN néandertalien ancien. L'étude a provoqué une onde de choc: elle a découvert que notre propre ADN contient entre 1 et 4 % d'ADN néandertalien, ce qui signifie que nos premiers ancêtres humains modernes avaient non seulement serré la main des Néandertaliens à l'époque de l'Eurasie glaciaire, mais qu'ils avaient aussi certainement rapproché d'autres parties de leur corps et s'étaient reproduits entre eux. La découverte de l'équipe a non seulement rapproché les humains modernes et les Néandertaliens, mais elle a également ouvert la voie à des recherches génétiques plus anciennes, qui ont depuis lors jeté davantage de lumière sur le lien entre Néandertaliens et Sapiens.

Les Néandertaliens étaient des humains relativement petits et trapus, dotés d'un gros cerveau, qui se développèrent progressivement dans la froideur eurasienne. Leurs caractéristiques devinrent clairement reconnaissables entre 200 000 et 100 000 ans environ, et l'ensemble des caractéristiques "classiques", telles que nous les identifions, se fixa il y a environ 70 000 ans. Ils étaient bien adaptés aux températures souvent froides qui régnaient dans les régions où ils se trouvaient, de l'Espagne et de la Méditerranée à l'Europe du Nord et à la Russie, ainsi qu'au Proche-Orient et jusqu'en Ouzbékistan et en Sibérie, et étaient capables de chasser même les plus grandes créatures de l'ère glaciaire comme les mammouths ou les rhinocéros laineux.

Les recherches génétiques ont montré que les Néandertaliens sont un groupe frère du nôtre; nous partageons un ancêtre commun assez loin dans le temps, en Afrique, entre 550 000 et 750 000 ans environ, mais notre relation avec eux ne s'arrête pas là. Bien qu'ils aient déjà rencontré et se soient croisés avec leur espèce sœur dans des cas plus localisés il y a 100 000 ans, peut-être au Proche-Orient, les humains modernes commencèrent à s'installer sur le territoire de l'homme de Neandertal il y a environ 55 000 ans, lorsqu'une grande vague d'entre eux quitta l'Afrique et commença à se répandre dans le monde, avec le Proche-Orient comme première étape. C'est à cet endroit et à cette époque que l'on retrouve la plus grande partie visible de l'ADN néandertalien dans nos systèmes humains modernes. Lors de leurs voyages dans le reste de l'Eurasie, les humains modernes ne trouvèrent manifestement pas de vastes terres inhabitées avec des proies incontestées à chasser, mais durent apprendre à partager ou à se battre. Après avoir réussi à survivre pendant si longtemps dans des conditions qui n'étaient pas vraiment des plus faciles, les Néandertaliens disparurent des archives fossiles il y a environ 40 000 à 30 000 ans, peu de temps après que l'homme moderne eut empiété sur leur territoire.

ON NE SAIT PAS EXACTEMENT SI L'HOMO SAPIENS A PU CONTRIBUER DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT À L'EXTINCTION DE L'HOMME DE NÉANDERTAL.

Nos connaissances sur ce qui se passa lorsque ces deux espèces se rencontrèrent comportent encore quelques lacunes. Par exemple, il est difficile de dire comment nous devrions les imaginer en train de se rencontrer et de se partager certaines zones; les options vont de l'excès de violence et de compétition à l'échange amiable de trucs et autres astuces. On ne sait pas non plus si l'Homo sapiens contribua directement ou indirectement à l'extinction des Néandertaliens, ni quels autres facteurs purent entrer en jeu.

Un autre élément important de ce débat est le métissage - comment s'inscrit-il exactement dans cette histoire? Les circonstances et l'ampleur de ces croisements peuvent modifier radicalement la vision que nous avons de l'interaction entre l'homme moderne et l'homme de Néandertal pendant la période où ils partagèrent le territoire eurasien. Cela a certainement un impact sur notre vision de l'aspect social des choses; cela signifie que des gènes furent échangés et que notre composition génétique fut modifiée, un effet qui s'est fait sentir non seulement à l'époque de l'Eurasie glaciaire, mais jusqu'à nos jours. Cela signifie également que les Néandertaliens ne se sont pas éteints au sens strict du terme, car une partie de leur ADN survit encore en nous.

Premières rencontres

Comme indiqué plus haut, il existe un lien de parenté: il y a au moins 500 000 ans, un groupe de ce que l'on considère généralement comme l'Homo heidelbergensis quitta l'Afrique, voyagea jusqu'en Europe et, quelque part dans ces régions, devint progressivement l'homme de Neandertal, tandis que la partie de l'Homo heidelbergensis qui resta bien tranquillement en Afrique participa à l'évolution vers l'Homo sapiens (qui apparut il y a environ 200 000 ans).

Au moment où ces deux groupes frères se rencontrèrent en personne, il y avait quelques différences. L'homme de Néandertal était plus trapu et avait un gros crâne avec une crête frontale importante, sans menton, tandis que l'homme moderne avait un squelette grand et mince, avec un menton ciselé et un visage rentré sous le crâne. Cependant, tous deux chassaient et cueillaient, utilisaient des outils bien faits pour survivre, et ont laissés des traces de preuves d'utilisation du feu et d'enterrements.

Les preuves génétiques et les découvertes archéologiques semblent confirmer que le Proche-Orient fut le lieu du premier contact. C'est dans cette région que l'on trouve (jusqu'à présent) les plus anciennes traces d'Homo sapiens en dehors de l'Afrique, sur les sites d'Es Skhul et de Qafzeh en Israël, où les sépultures ont été datées de plus de 100 000 ans - et peut-être même de 130 000 ans. En outre, on sait que des Néandertaliens étaient également présents dans ces sites voisins, comme la grotte de Tabun et la grotte de Kébara. Le généticien évolutionniste Svante Pääbo envisage un scénario possible selon lequel les humains modernes se seraient installés dans ces grottes du Proche-Orient lorsque le climat était plus chaud et mieux adapté à leurs besoins, tandis que les Néandertaliens auraient pu être repoussés aussi loin vers le sud lors de périodes plus froides, ce qui aurait permis à ces deux espèces de se rencontrer au moins à un moment donné au cours de la longue période pendant laquelle elles firent toutes deux des allers-retours dans la même région. Ce contexte proche-oriental est également l'explication la plus logique de la présence très précoce d'ADN d'Homo sapiens dans un ensemble de Néandertaliens découverts dans les montagnes de l'Altaï en Sibérie - un endroit où les Néandertaliens sont également connus pour s'être croisés avec une autre espèce humaine, les Denisoviens - car les données indiquent que les ancêtres de ces Néandertaliens durent rencontrer et se croiser avec des humains modernes il y a environ 100 000 ans.

Les principaux événements de métissage que nous puissions retracer aujourd'hui

LORSQUE LA PRINCIPALE VAGUE D'HUMAINS MODERNES QUITTA L'AFRIQUE IL Y A ENVIRON 55 000 ANS, ELLE SEMBLE AVOIR RENCONTRÉ DES NÉANDERTALIENS AU PROCHE-ORIENT ET S'ÊTRE CROISÉE AVEC EUX.

Cependant, le principal composant de l'ADN néandertalien qui a été transféré dans nos pools génétiques Sapiens provient d'un croisement ultérieur. Lorsque la principale vague d'humains modernes quitta l'Afrique il y a environ 55 000 ans, il semble qu'elle ait rencontré des Néandertaliens au Proche-Orient et qu'elle se soit mélangée avec eux (ou, peut-être, qu'elle se soit mélangée avec un groupe d'humains modernes vivant dans cette région et qui s'étaient déjà croisés avec des Néandertaliens à un moment donné dans le passé). Ce groupe de Sapiens voyageurs transporta ensuite ses gènes mélangés jusqu'aux confins du monde en se répandant en Asie (les Asiatiques de l'Est ayant peut-être reçu une autre dose d'ADN néandertalien en cours de route) et en Europe. En conséquence, les non-africains d'aujourd'hui possèdent en moyenne environ 2 % d'ADN néandertalien. Il est intéressant de noter que, quelque part en Asie du Sud-Est, ces humains modernes tombèrent sur une autre espèce humaine qui vivait probablement déjà dans cette région: les Denisoviens. Cela nous donne un autre indice sur ce qui était susceptible de se produire lorsque deux groupes d'humains différents se rencontraient; les humains modernes se croisèrent également avec eux, entre 54 000 et 44 000 ans environ. Quand ça marche, ça marche; de nombreux indices montrent que le métissage était probablement une caractéristique commune sur le chemin de notre évolution.

En ce qui concerne l'aspect pratique de ce type de mélanges, nous ne savons pas si nous devons nous représenter les rencontres entre deux types d'humains différents - quoique apparentés - comme des barbecues de quartier spontanés au cours desquels les gens se rapprochèrent au fur et à mesure de la consommation de nourriture et de boissons, comme des affaires violentes et malheureuses, ou encore comme un mélange des deux. Ce que nous savons, c'est que - pour autant que nous puissions le détecter - la totalité ou la quasi-totalité des gènes qui ont fait le saut sont passés de l'homme de Néandertal à l'homme moderne, ce qui signifie que des bébés mixtes furent élevés dans des sociétés humaines modernes. Toutefois, cela ne signifie pas que l'inverse ne s'est pas produit non plus; d'éventuels problèmes de fertilité dans cette direction, ou le fait qu'un tel flux de gènes n'aurait pas été préservé aussi facilement dans la population néandertalienne, plus petite et déjà en diminution, peuvent avoir simplement rendu ce flux impossible à retracer aujourd'hui.

Partage de l'Eurasie

En arrivant en Europe, il y a environ 45 000 ans, au sein d'une population fondatrice unique, l'Homo sapiens eut peut-être une surprise du type "Ah, encore vous les mecs" (pas littéralement, bien sûr, car il y aurait eu quelques milliers d'années entre la rencontre du Proche-Orient et celle de l'Europe). D'entrée de jeu, le contraste était énorme: Les Néandertaliens vivaient depuis des milliers d'années dans l'Europe de l'ère glaciaire et s'étaient adaptés au froid, tant sur le plan physique que sur celui de leur mode de vie, alors que les humains modernes qui arrivaient, bien que portant déjà des traces d'ADN néandertalien, auraient dû apprendre à s'adapter aux nouvelles conditions régionales. Bien qu'il semble que cela ait pu désavantager les Sapiens alors qu'ils essayèrent de se tailler leur espace de vie, ils furent grandement aidés par le fait que leur effectif était en leur faveur; la taille de leurs groupes et la densité globale de leur population étaient beaucoup plus importantes que celles des Néandertaliens résidents, dont la population déjà en déclin dut soudainement faire face à une concurrence pour les ressources.

Mais comment ce partage de l'Europe a-t-il fonctionné dans la pratique ? Que les envahisseurs humains modernes aient fini par partager certaines vallées et par entretenir des relations sociales et échanger des trucs avec les Néandertaliens résidents, ou qu'ils aient au contraire écarté les Néandertaliens de leur chemin et recouvert les sites précédemment néandertaliens de leurs propres outils et objets est une question à laquelle il n'y a pas qu'une seule réponse possible. Lorsqu'un site donné présente une culture d'outils antérieure, distinctement néandertalienne (le moustérien est une grande culture générale à cette époque), et une culture d'outils légèrement plus tardive, fabriquée par l'Homo sapiens (l'aurignacien est la principale culture associée à la propagation de Sapiens en Europe), sans qu'il y ait de preuve que l'une des deux séries d'outils ait clairement influencée l'autre - ce qui impliquerait une acculturation - nous avons tendance à pencher pour l'idée de déplacement. C'est ce que l'on peut observer, par exemple, dans la grotte de Kaldar en Iran, sur les sites du Jura souabe en Allemagne, sur certains sites en Italie et à Châtelperron en France.

Cependant, d'autres sites offrent une image différente. La région du Danube moyen en Europe centrale, par exemple, montre l'influence d'une culture d'outils en pierre nouvellement arrivée sur une culture néandertalienne déjà existante, et suggère que ces deux groupes spécifiques auraient littéralement été côte à côte dans une certaine mesure et se seraient chevauchés un peu en terme d'espace vital. La proximité, bien que visible ici, n'était peut-être même pas une condition préalable à un certain degré d'influence; les idées étaient peut-être même capables de se propager indirectement sur des distances beaucoup plus grandes. En théorie, si un Néandertalien de la région du Bas-Danube s'approcha de très près d'un humain moderne et se vit présenter un nouvel outil, cette connaissance put se répandre lorsque son groupe rencontra un autre groupe de Néandertaliens, et ainsi de suite, jusqu'à un groupe de Néandertaliens de Dordogne en France.

ON PEUT DIRE SANS SE TROMPER QUE NOUS DEVONS IMAGINER UN LARGE ÉVENTAIL DE SCÉNARIOS DIFFÉRENTS POUR LA RENCONTRE ENTRE LES NÉANDERTALIENS ET LES HUMAINS MODERNES.

Une découverte vraiment intéressante montre à quel point cette histoire de connexion dut être fluide dans la pratique. Il est désormais clair qu'un outil en os appelé lissoir, que l'on pensait être l'œuvre exclusive de l' humain moderne, avait déjà été créé dans un contexte néandertalien avant même l'arrivée de Sapiens en Eurasie. Cela signifie que cet outil fut inventé indépendamment par les Néandertaliens, qu'ils furent influencés d'une manière ou d'une autre par les Sapiens à travers de grandes distances, ou que les humains modernes s'emparèrent en fait de l'idée de cet outil conçu par les Néandertaliens..

Compte tenu de la nature variée de notre propre espèce, je pense que l'on peut affirmer sans risque de se tromper que nous devrions imaginer un large éventail de scénarios différents concernant la rencontre entre l'homme de Néandertal et l'homme moderne. Certains d'entre nous (et d'entre eux) auraient sans doute été des brutes violentes s'emparant des régions qui les intéressaient, tandis que d'autres auraient été plus curieux et plus sociaux, manifestement jusqu'à un point suffisamment proche pour se reproduire entre eux, ce qui continua probablement, au moins de manière fortuite, après les mélanges "principaux" traçables au Proche-Orient. Les deux groupes furent certainement superposés durant quelques milliers d'années pendant lesquelles ils purent potentiellement échanger des idées et des gènes, ainsi que se disputer les ressources. Pour aller plus loin, il existe même une croyance assez répandue selon laquelle l'homme moderne était supérieur sur le plan cognitif et technologique et aurait donné du fil à retordre à l'homme de Néandertal.

La disparition des Néandertaliens

Cet argument de supériorité était assez populaire dans le passé. L'idée est que les humains modernes étaient plus intelligents et meilleurs que leurs concurrents - utilisant des armes supérieures et des stratégies de chasse plus efficaces - ce à quoi les Néandertaliens n'avaient pas de réponse suffisante. En conséquence, ils finirent par se casser la pipe.

Jusqu'à la dernière décennie, cette théorie était assez bien étayée par les preuves archéologiques. Alors que les humains modernes du Paléolithique supérieur étaient clairement capables de fabriquer des objets tels que des propulseurs de lance et de créer de magnifiques peintures rupestres qui devaient certainement montrer qu'ils avaient atteint le stade de la pensée symbolique, il était difficile de prouver que les Néandertaliens avaient atteint le même niveau cognitif. Cependant, des études plus récentes ont montré qu'il n'y avait pas vraiment de différence entre ces deux humains pour que cette prétendue supériorité soit la principale explication. On sait maintenant que les Néandertaliens étaient également très sophistiqués; ils utilisaient l'ocre d'une manière probablement symbolique, connaissaient des techniques de chauffage sophistiquées pour produire de la poix, et produisaient des ornements tels que des griffes d'aigle ainsi que des outils très spécialisés (notamment les lissoirs en os mentionnés ci-dessus). De plus, ils étaient de formidables chasseurs de gros gibier au régime alimentaire très large, qui savaient clairement se débrouiller dans l'environnement eurasien préhistorique.

L'écart supposé entre nos espèces se réduit donc. Il est clair que nous n'étions pas vraiment très différents, et certainement pas assez différents pour que cela ait été la seule cause de l'extinction des Néandertaliens. Au début de l'année, une étude a même suggéré qu'en raison de la différence de taille de la population entre les deux groupes, les humains modernes n'auraient pas eu besoin d'un avantage important sur les Néandertaliens pour les remplacer. Non seulement les Néandertaliens étaient beaucoup moins nombreux et vivaient plus éparpillés et en plus petits groupes que les étrangers qui arrivaient, mais leur nombre était déjà en baisse lorsque les humains modernes entrèrent dans l'arène, ce qui les rendit vulnérables.

Un élément qui pourrait avoir joué un rôle dans cette situation et qui a été un peu négligé jusqu'à présent est le climat, que l'on sait avoir été beaucoup plus instable à cette époque que nous ne le pensions auparavant. Dans la péninsule ibérique, par exemple, on a découvert des preuves indiquant que les Néandertaliens disparurent de cette région il y a environ 42 000 ans (alors que dans d'autres régions d'Europe, ils ont purent s'accrocher jusqu'à il y a environ 30 000 ans), et que c'est à cette époque que le climat commença à subir toutes sortes d'importantes fluctuations fâcheuses. Cela pourrait contribuer à expliquer la diminution de la taille de leur population en général.

Il est intéressant de noter que certaines théories considèrent que les croisements contribuèrent à la disparition de l'homme de Néandertal. Bien que nous sachions que des croisements eurent bel et bien lieu, probablement au Proche-Orient, il est difficile de déterminer leur fréquence pendant toute la période où les Néandertaliens et les humains modernes entrèrent en contact les uns avec les autres. La quantité considérable de temps qui s'est écoulée depuis la disparition des Néandertaliens aurait dilué leur contribution génétique, et il existe des preuves que les mélanges n'ont jamais été une affaire limpide, mais ont été accompagnés d'une sélection de certaines parties de l'ADN néandertalien. Les enfants mâles métissés ont pu être stériles, ce qui aurait évidemment réduit la quantité d'ADN néandertalien transmise au-delà de cette première étape. La dynamique sociale entre les deux groupes dut également jouer son rôle. Dans l'ensemble, il est possible que le mélange se soit produit de manière assez régulière et que la population néandertalienne, en diminution, ait été partiellement assimilée à celle des nouveaux arrivants humains modernes. On peut imaginer que les humains modernes, beaucoup plus nombreux, "submergèrent" les Néandertaliens, mais il est difficile de mesurer la probabilité de ce scénario.

Ce qui est clair, c'est que la disparition des Néandertaliens des archives fossiles (mais pas des archives génétiques) doit être le résultat d'un processus complexe impliquant de nombreux facteurs différents, tels que des conditions climatiques difficiles, une population réduite et en diminution, des contacts avec les nouveaux arrivants qui, au moins dans certaines régions, donnèrent lieu à des croisements, une concurrence probable pour les ressources et peut-être même une assimilation.

L'impact génétique

Nos destins en fait se croisent à un niveau encore plus profond. La science a atteint ce point merveilleux où nous pouvons non seulement voir l'ADN que nous avons reçu de la part des Néandertaliens, mais aussi découvrir les fonctions de certains de ces gènes qui ont encore un effet sur nous aujourd'hui. Parmi ceux qui ont été identifiés, on trouve les gènes affectant la couleur de la peau et des cheveux, ce qui suggère que lorsque les humains modernes arrivèrent dans les régions plus froides de l'Eurasie, ils s'adapetèrent en prenant la peau plus claire et les cheveux plus clairs des Néandertaliens. Il en va de même pour le système immunitaire: certaines variantes de gènes renforçant la réponse immunitaire, qui auraient aidé à défendre l'homme moderne contre le nouvel éventail de parasites et de bactéries, proviennent à la fois de l'homme de Néandertal et du Denisovien.

Cependant, bien que ces changements aient probablement été utiles à l'origine dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs qui se déplaçaient dans le paysage préhistorique, nos modes de vie et nos environnements très différents aujourd'hui signifient que nous constatons maintenant de sérieux effets secondaires de l'héritage néandertalien. Par exemple, bien qu'une variante du gène qui assure une coagulation plus rapide du sang ait pu sauver la vie des hommes préhistoriques qui se blessaient en courant alors qu'ils chassaient des proies beaucoup plus grosses qu'eux, elle augmente également le risque d'accidents vasculaires cérébraux et autres, ce qui est gênant compte tenu de l'espérance de vie élevée d'aujourd'hui. De plus, dans les environnements plus stériles d'aujourd'hui, le renforcement de la réponse immunitaire des Néandertaliens se traduit parfois par des allergies. D'autres problèmes actuels qui semblent trouver leur origine dans l'ADN néandertalien transmis à l'homme moderne sont toutes sortes de choses amusantes comme les troubles des voies urinaires, la dépendance à la nicotine, les lésions cutanées, le risque de dépression, la prédisposition à la malnutrition et, pour les autocthones du continent d'Amérique du nord, un risque accru de diabète de type 2. Nous y avions clairement bien réfléchi lorsque nous avons rencontré notre premier Néandertalien.

Le génome des Denisoviens a également été séquencé, de sorte que leur impact génétique sur nous commence également à être étudié. Il est toutefois devenu évident que l'Homo sapiens ne s'est pas limité à ces deux espèces humaines, mais que des humains différents se sont mélangés en permanence, même en Afrique. Le paléontologue John Hawks compare notre parcours évolutif à un delta de rivière, avec un cours d'eau principal qui fournit plus de 90 % des ancêtres des humains d'aujourd'hui, et des tas d'autres petits cours d'eau qui s'entrecroisent, pour finalement se diriger vers le désert et s'assécher. Nous savons même que certaines lignées humaines "fantômes" encore inconnues ont dû exister, et ce grâce à cet héritage génétique. L'Homo sapiens est le produit de tout ce passé et conserve une histoire dynamique et variée faite de nombreuses rencontres, dans laquelle les Néandertaliens ont clairement joué un rôle intéressant, mais il ne fait aucun doute que nous avons également joué un rôle intéressant dans la vie de tous ces autres humains.


https://brewminate.com/the-neanderthal- ... onnection/

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1593
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Retour vers Sciences

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)