Editorial des bulletins d'entreprise LO du 16 mai 2022

Réunions publiques, fêtes et autre...

Editorial des bulletins d'entreprise LO du 16 mai 2022

Message par Bertrand » 16 Mai 2022, 21:29

Tout augmente : les salaires et les pensions doivent suivre !

La nomination d’Élisabeth Borne au poste de premier ministre et la mise en place du nouveau gouvernement vont faire jaser le monde politicien et ses scribouillards de journalistes pendant quelques jours. Mais cela a tout du plat réchauffé. Quelle que soit la sensibilité politique de tel ou telle ministre, ces sous-fifres serviront les capitalistes, quoi qu’il nous en coûte, à nous, travailleurs. Alors le plus important n’est pas ce qui se passe à Matignon.

Le plus important, c’est ce qui se passe du côté des rayons de supermarché et des prix affichés à la pompe à essence. Le plus préoccupant est cette valse des étiquettes qui s’emballe semaine après semaine.

Pour faire passer la pilule, nous avons maintenant droit, à chaque journal télévisé, à une petite leçon de consommation : comment consommer malin, l’astuce pour réduire le prix du caddy, l’appli pour chasser les promos, les vertus de l’achat en gros et du stockage, les avantages du covoiturage ou du vélo…

Oh, le gouvernement et ses perroquets ont des idées pour que nous nous serrions la ceinture ! Le problème, c’est que bien des gens le font déjà. Et quand le kilo de tomates vaut 5 euros, quand le prix de l’huile ou du poulet double, il n’y a pas d’astuce qui tienne : il faut se priver. C’est une catastrophe pour des millions de personnes et cela le devient pour des millions d’autres.

Quand les politiciens et les économistes nous disent que le pire est à venir, il faut les croire !

Tout se conjugue pour aggraver la crise : les conséquences économiques de la guerre en Ukraine, les confinements en Chine, les phénomènes de sécheresse aux quatre coins du monde… Tout cela sera prétexte aux spéculateurs pour s’en mettre plein les poches.

Car les prix n’augmentent pas tout seuls. Une fraction de la classe capitaliste en est à l’origine. Le tournesol vient certes de Russie et d’Ukraine, mais c’est avec les récoltes de l’an dernier, bien avant la guerre, qu’a été fabriquée l’huile qui vient d’augmenter de 40 %. Alors que les coûts de production de nombreuses matières premières n’ont pas augmenté, les spéculateurs profitent du fait qu’il y a moins d’offre et plus de demande pour augmenter leurs prix et leurs marges. C’est manifeste pour le secteur pétrolier, où Total a multiplié par deux ses profits.

Si certains artisans et commerçants hésitent à répercuter l’augmentation de leurs charges sur leurs propres prix, ce n’est pas le cas des groupes capitalistes les plus puissants. Les trusts automobiles ont par exemple pris les devants en augmentant considérablement les prix des voitures.

Dans les crises, comme dans les guerres, les gros ont toujours les moyens d’imposer leur loi. Mieux, ils trouvent toujours de nouvelles opportunités pour profiter de la situation.

Le patronat des grandes entreprises fixe ses prix. Il a donc le pouvoir de répercuter les hausses qu’il subit. C’est une façon d’indexer les bénéfices, les dividendes, c’est-à-dire les revenus des plus riches sur l’inflation, mais c’est refusé aux salariés.

Il n’y aurait donc que les salaires, les pensions et les allocations qui ne bougeraient pas ? Il faudrait que les travailleurs acceptent encore de s’appauvrir ? Eh bien, voilà une nouvelle déclaration de guerre !

Nous ne sommes pas en mesure d’empêcher la crise et d’arrêter cette flambée des prix, mais nous pouvons et nous devons nous battre pour ne pas en faire les frais. À l’inverse des capitalistes, nous n’avons pas de marge, nous n’avons pas de milliards en réserve, il nous faut l’intégralité de notre pouvoir d’achat !

Macron incite le patronat à verser une prime aux salariés, mais que pèse une prime annuelle de 500 ou 1000 euros, alors qu’il manque entre 300 et 500 euros par mois sur les salaires ? Il a aussi prévu, après avoir fait le chèque énergie, de verser un chèque alimentaire de 50 € par mois aux plus modestes. Et ce sera quoi ensuite ? Des tickets donnant droit une baguette par jour pour s’assurer que tout le monde a sa ration de pain ? Cette politique de l’aumône est un pis-aller pour nous détourner du combat nécessaire : l’augmentation générale des salaires en proportion des prix !

Des travailleurs s’organisent dans de nombreuses entreprises pour revendiquer des hausses de salaires correspondant à l’inflation. Ici ou là, ils revendiquent 200, 300 € d’augmentation. Plusieurs de ces grèves, notamment des ouvriers de Faurecia dans le Doubs ou des salariés de Toray près de Lyon, ont réussi à arracher des augmentations conséquentes. C’est cette voie qu’il faut suivre.

Nathalie Arthaud

Avatar de l’utilisateur
Bertrand
 
Message(s) : 636
Inscription : 25 Juil 2003, 15:27

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron