Éditorial LO du 10 juin 2014

Réunions publiques, fêtes et autre...

Éditorial LO du 10 juin 2014

Message par com_71 » 10 Juin 2024, 15:52

Macron prétend nous donner la parole, les travailleurs doivent la prendre !

Après le succès du Rassemblement national, Macron a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale. Que se cache-t-il derrière cette décision surprise et l’annonce de législatives dans trois semaines ? Une tambouille politicienne minable, ou bien la tentative de sortir d’une instabilité politique qui aurait fini par être gênante pour la grande bourgeoisie ? Bien malin qui peut le dire.

Quoi qu’il en soit, Macron nous redonne la parole, eh bien prenons-la pour mettre en avant nos préoccupations de travailleuses et de travailleurs ! C’est ce que feront les candidats de Lutte ouvrière, qui seront largement présents dans ces législatives.

La première de nos revendications concerne notre pouvoir d’achat. Il dégringole avec la flambée des prix. Il dégringole quand on tombe malade ou que l’on se retrouve en invalidité, quand on se retrouve licencié et forcé de reprendre un emploi plus mal payé ou encore quand on part à la retraite.

Ces reculs sont révoltants comparés aux 200 milliards d’euros de la fortune d’un Bernard Arnault, aux 18 millions d’euros encaissés chaque jour par les actionnaires de Stellantis et aux 100 000 € quotidiens touchés par son PDG, Tavares. Il n’y a aucune raison que ceux qui travaillent et font fonctionner la société voient leur vie se dégrader quand les parasites et les spéculateurs se gavent.

Exiger un salaire, une pension d’invalidité ou de retraite qui augmente en même temps que tous les prix, c’est-à-dire leur indexation, est un minimum. Exiger l’annulation des reculs imposés sur la retraite ou le chômage est un minimum.

Vivre sans avoir la peur au ventre, c’est aussi refuser d’être poussé vers une troisième guerre mondiale. À quoi servira le droit de partir à la retraite à 62 ans si l’on meurt à 30 dans une nouvelle guerre ? À quoi servira un salaire indexé sur l’inflation si l’on se retrouve sous les bombes ? Il faut refuser de marcher dans des guerres décidées par des politiciens, un état-major et des généraux qui ont prouvé qu’ils n’ont rien à faire des travailleurs.

En même temps que ces revendications, exprimons notre opposition à tous ces politiciens qui savent nous promettre monts et merveilles mais sont tous des laquais de la grande bourgeoisie. Il y a ceux que l’on a déjà essayés et qui ont trahi. Et il y a les autres, les Le Pen et Bardella qui se targuent de n’avoir jamais déçu.

Mais s’ils ne l’ont pas fait, c’est qu’ils n’ont pas encore été en situation de le faire. Car tout comme Macron, Le Pen et Bardella soutiennent l’ordre bourgeois, le pouvoir patronal et la propriété privée capitaliste. Que Macron entrouvre aujourd'hui la porte de Matignon à Bardella et que ce dernier se dise prêt à cette cohabitation prouve que les deux sont parfaitement compatibles.

Tous les deux sont des ennemis des travailleurs. Sans être au pouvoir, le RN dresse déjà les travailleurs et les pauvres les uns contre les autres en s’attaquant aux travailleurs immigrés. Il divise et affaiblit la classe ouvrière face au grand patronat, pendant que celui-ci accumule des fortunes au travers de l’exploitation et du pillage du monde.

Le Pen et Bardella font mine de s’opposer à la politique va-t-en guerre de Macron, mais ils attisent le nationalisme, le patriotisme et le militarisme. Comme leurs ancêtres d’extrême droite l’ont fait en leur temps, ils feront marcher la population au pas, y compris dans des guerres meurtrières. Les travailleurs qui soutiennent le RN se fourvoient donc gravement.

Mais si le RN incarne pour beaucoup de travailleurs la capacité de changer leur vie, on le doit aux renoncements des partis de gauche. Fut un temps, ce sont eux qui incarnaient l’aspiration au changement. Ils l’ont trahie parce qu’ils ont abandonné la perspective révolutionnaire et ont fini par imposer la même politique anti-ouvrière que la droite quand ils sont arrivés au pouvoir. Aujourd'hui, cette même gauche, divisée ou unie, continue de tromper les travailleurs avec des promesses électorales aussi dérisoires que mensongères.

Quels que soient les rebondissements de la vie politicienne, cette énième élection ne changera rien à l’évolution inégalitaire, chaotique et destructrice de la société. Elle ne changera rien à son évolution nationaliste et guerrière. Tout cela est inscrit dans le fonctionnement du capitalisme, sa course au profit et sa guerre économique.

La seule source d’espoir est du côté des réactions des travailleurs. Alors, il faut des femmes et des hommes qui retrouvent la conscience de leur force et le chemin des luttes collectives. Il faut des femmes et des hommes conscients que leur lutte pour arracher de meilleures conditions n’aboutira qu’avec le renversement de la classe capitaliste.

Nathalie ARTHAUD
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6165
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité