mort d'Ousmane Sembène

Message par othar » 10 Juin 2007, 19:50

ça y est c'est annoncé....

j'aimais bien cet auteur et certains aspects de son militantisme, comme beaucoup de forumeurs je pense.

par contre, je ne connais pas son évolution politique

vous avez des lumières là-dessus?
othar
 
Message(s) : 0
Inscription : 21 Mars 2004, 22:00

Message par quijote » 10 Juin 2007, 23:10

Moi aussi j ' aimais cet auteur .. qui faisait partie de la liste des auteurs conseillés par LO . Dommage , c'est une perte !
quijote
 
Message(s) : 0
Inscription : 25 Mars 2003, 17:11

Message par Louis » 11 Juin 2007, 12:24

(Byrrh @ dimanche 10 juin 2007 à 21:57 a écrit : Il était proche (membre ?) du PCF, il me semble.

A l'origine :17:

Evidemment tout le monde devrait ( :sleep: ) avoir lu "les bouts de bois de dieu" qui raconte la grève de cheminots au mali et au Sénégal en 1947.

Si on cherche un livre plus "autobiographique" on peut lire aussi "le docker noir" : un africain docker le jour, écrivain la nuit Son "amie" Ginette sort le livre sous sa signature a elle. Drame. Tout un tas de questions encore actuelles

Sinon comme film il y a "le mandat" et son dernier, largement sur l'excision moolade
Louis
 
Message(s) : 0
Inscription : 15 Oct 2002, 09:33

Message par com_71 » 13 Juin 2007, 21:18

(lutte ouvrière 15 juin a écrit :
Ousmane Sembène - Romancier et cinéaste militant

Le militant, écrivain, cinéaste, scénariste et acteur sénégalais Ousmane Sembène vient de mourir à 84 ans.

Né en 1923 au Sénégal, mobilisé malgré lui dans les tirailleurs sénégalais de l'armée française en 1942, démobilisé et revenu clandestinement en France en 1946, il fut tour à tour mécano, docker, maçon, avant d'écrire son premier roman en 1956. En 1962, il commençait une carrière de cinéaste. Plusieurs de ses films furent primés.

Docker à Marseille, Ousmane Sembène avait adhéré à la CGT et au PCF, expérience relatée dans son premier roman, Le docker noir. En 1957, il publiait Ô pays, mon beau peuple, qui évoque les aspirations des Africains à se dégager à la fois de l'emprise coloniale et des traditions rétrogrades. Mais son meilleur roman reste Les bouts de bois de dieu, paru en 1960, qui raconte un épisode réel, la grève des cheminots en 1947-1948 sur la ligne de chemin de fer reliant Dakar à Bamako. Sur fond de colonialisme, des cheminots africains se mobilisèrent alors pour obtenir les mêmes droits que les cheminots français.

Après avoir étudié le cinéma en URSS, Ousmane Sembène devint aussi cinéaste. Premier film africain, La noire de... est une critique sociale du destin d'une jeune femme noire venue travailler en France chez un couple qui la traite en esclave, la poussant au suicide. Le mandat (1968), primé à Venise, est un comédie qui dénonce la bourgeoisie sénégalaise apparue après l'indépendance. Ceddo (1976), film interdit par le président sénégalais Senghor, dénonce les invasions conjointes du catholicisme et de l'islam en Afrique de l'Ouest.

En 1988, c'est la France qui censure son film sur Le camp de Thiaroye, hommage aux tirailleurs sénégalais, dénonçant un épisode peu glorieux de l'armée coloniale française. La plupart de ses films cherchaient à montrer que l'indépendance est insuffisante pour régler tous les problèmes et que bien des combats restent à mener pour que la justice sociale règne en Afrique.

Son dernier film, Moolaadé, réalisé alors qu'il avait plus de 80 ans, s'attaque de front à l'excision, alors que la plupart des intellectuels africains se montrent plus enclins à justifier cette coutume barbare contre les femmes, au nom du respect de la religion et des traditions. Le film montre que l'excision, encore pratiquée dans 38 des 54 États africains, est aussi une affaire de pouvoir des hommes sur les femmes, des anciens sur les plus jeunes.

Jusqu'à la fin, Ousmane Sembène se revendiqua d'un « cinéma forain ». « Tout peut être filmé et transporté dans le plus profond village de l'Afrique », déclarait-il encore en 2005, en ajoutant : « Un militant reste jeune toute sa vie ». Et c'est en militant qu'il accompagna, de village en village, son film contre l'excision, pour faire avancer ce qui allait être son dernier combat.

Jacques FONTENOY
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4597
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Message par Koceila » 15 Juin 2007, 09:24

J'ai aimé ses livres, Je pense que nous serons des millions à travers le monde à lui rendre hommage.

Lui a aidé l'humanité à s'enrichir............!!!! Pas ceux que certains journalistes pleurent à chaude larmes!
Koceila
 
Message(s) : 10
Inscription : 07 Fév 2004, 14:38

Re: mort d'Ousmane Sembène

Message par Byrrh » 20 Juil 2021, 22:54

Apparemment, le film d'Ousmane Sembène Le mandat (1968) ressort en ce moment dans un certain nombre de salles en France. Je viens de le voir ce soir.

Par ailleurs, son autre film La Noire de... peut être vu en ligne à cette adresse : https://youtu.be/YMDg2UAyXSs
Byrrh
 
Message(s) : 936
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Suivant

Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron