M.Eastman : Depuis la mort de Lénine

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Cyrano » 07 Mai 2021, 10:47

Un ami vide la maison de ses parents partis dans un foyer logement. Tout arrive, toujours trop tôt.
Il m'apporte les livres.
Il y avait ça, que je me suis mis de coté, pour lire quand j'aurai fini de lire ce que j'ai en train.

Depuis la mort de Lénine. Max Eastman. Librairie Gallimard. 1925.
Avec une préface de Max Eastman à l'édition française. La traduction n'a pas chômé puisque le livre original (Since L enin died) est lui aussi paru en 1925.
Pièces jointes
IMG_20210503_0001.jpg
IMG_20210503_0001.jpg (66.44 Kio) Consulté 1421 fois
Cyrano
 
Message(s) : 771
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par artza » 07 Mai 2021, 11:12

Je crois que c'est dans ce bouquin qu'Eastman pionnier du communisme aux E-U puis ensuite tout un temps compagnon de route de l'opposition de gauche cite le testament de Lénine dont la direction stalinienne nie l'existence.
ça gênera Trotsky qui se verra contraint de nier ce testament!
artza
 
Message(s) : 1870
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par artza » 07 Mai 2021, 11:13

Eastman a aussi publié une "jeunesse de Lénine" dans la même collection. L'as-tu récupéré?
artza
 
Message(s) : 1870
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Kéox2 » 07 Mai 2021, 13:42

artza a écrit :Je crois que c'est dans ce bouquin qu'Eastman pionnier du communisme aux E-U puis ensuite tout un temps compagnon de route de l'opposition de gauche cite le testament de Lénine dont la direction stalinienne nie l'existence.
ça gênera Trotsky qui se verra contraint de nier ce testament!


Dans quel article ou livre L. Trotsky a écrit cela ?
Kéox2
 
Message(s) : 291
Inscription : 03 Fév 2015, 12:09

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par com_71 » 07 Mai 2021, 16:21

Dans LETTRE A JOSEPH HANSEN, 29 février 1940, Trotsky a écrit :Les nouveaux moralistes, ai-je entendu dire, font référence au crime terrible que j'ai commis à l'égard d'Eastman et du Testament de Lénine [19]. Quels méprisables hypocrites ! Eastman a publié le document de sa propre initiative, au moment même où notre tendance avait décidé d'interrompre toute activité publique afin d'éviter une scission prématurée. N'oublions pas que tout cela se passait avant le fameux Comité syndical anglo-russe, avant la révolution chinoise, avant même l'émergence de l'opposition zinovieviste. Nous étions obligés de manoeuvrer pour gagner du temps. Tout au contraire, la Troïka souhaitait utiliser la publication d'Eastman pour provoquer une sorte d'avortement de l'opposition.
Ils me présentèrent un ultimatum : ou bien je signais la déclaration écrite en mon nom par la Troïka ou bien ils déclencheraient immédiatement la bataille sur ce point. Le centre oppositionnel décida à l'unanimité que cette bataille était à ce moment parfaitement inopportune, que je devais accepter l'ultimatum et apposer mon nom sous la déclaration écrite par le Bureau politique. La transformation de cette nécessité politique en problème moral abstrait n'est possible que pour des charlatans petits-bourgeois, toujours prêts à proclamer : "Pereat mundus, fiat justicia" (que le monde périsse pourvu que triomphe la justice) mais infiniment plus indulgents quand il s'agit de comptabiliser leurs propres procédés quotidiens. Et ces gens se prennent pour des révolutionnaires ! Comparés à eux, nos bons vieux mencheviks étaient des héros.

Note [19] En 1925, Max Eastman céda au New York Times, à fin de publication, le texte du Testament de Lénine qu'il inclut aussi dans son livre Since Lenin Died. Lors des audiences de la commission Dewey, Trotsky fournit du désavoeu d'Eastman qu'il fit à l'époque l'explication suivante : "Eastman publia ce document sans me consulter, ni qui que ce soit d'autre, il accentua ainsi terriblement à l'intérieur de l'Union soviétique, au sein du Politburo, la lutte interne qui marqua le début de la scission. Pour notre part nous essayions d'éviter cette scission. La majorité du Politburo me demanda, exigea de moi de prendre position sur l'affaire. C'est une déclaration très diplomatique que je signai à l'époque". (The Case of Leon Trotsky, p. 429.)

https://www.marxists.org/francais/trots ... rx/dmb.htm
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4591
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Cyrano » 07 Mai 2021, 17:18

Dans "Trotsky, révolutionnaire sans frontière" de Jean-Jacques Marie. Edition Payot. 2005.
On est aux pages 323-324. Ça cause de l'histoire du livre d'Eastman et de la lettre de Trotsky.
Jusqu'à la fin de l'année [1925], Trotsky ne se manifeste guère dans la vie politique du pays. Il est néanmoins pris trois mois durant, de mai à juillet 1925, dans une intrigue tissée par Staline. Au début de l'année, son ami le communiste américain Max Eastman a publié en Amérique un ouvrage, Since Lenin died, dans lequel il dénonce la mise sous le boisseau du Testament de Lénine. Staline fait envoyer par un représentant du PC britannique une demande d'explication à Trotsky sur ce livre puis adresse le 17 juin aux membres du bureau politique et du présidium de la Commission de contrôle une longue lettre contenant le plan minutieux d'une offensive contre Trotsky à double détente: dans un premier temps, il faut le contraindre à reconnaître publiquement qu'il a participé à l'étouffement du Testament; ensuite, il s'agit d'associer dans cette offensive Zinoviev et Kamenev avec lesquels les relations de Staline se dégradent alors.

Dans sa réponse au PC anglais, Trotsky affirmait n'avoir ni communiqué ni transmis à Eastman aucun document du parti. Staline poursuit son idée. Il accuse Eastman de se livrer à la calomnie et à la falsification de faits, pourtant réels, mais que Trotsky n'a pas condamnés ou sur lesquels il n'a fait aucun commentaire. Par exemple, il n'a pas protesté contre le fait que les lettres de Lénine, dites Testament, n'ont été lues qu'aux délégations du XIIIe congrès et non au congrès lui-même, ou contre l'élection de Kouibychev qui avait concocté le faux numéro unique de la Pravda à la tête de la Commission de contrôle. Ainsi, il fait demander à Trotsky par le bureau politique de se désolidariser résolument d'Eastman et de publier la presse un démenti catégorique.

Le piège parfait : si Trotsky refuse, il sera accusé de complicité avec les adversaires du parti dont il est l'un des dirigeants; s'il accepte, il couvre les manœuvres de Staline depuis trois ans et s'interdit de les utiliser contre lui. Trotsky essaie d'esquiver, s'adresse à divers membres du bureau politique, qui présentent tous contre lui un front uni sans faille. Il en discute avec les principaux opposants qui lui recommandent de céder.
Le 1er juillet 1925, il remet la lettre demandée qui nie l'existence du Testament de Lénine, en jouant sur les mots puisque, au sens strict du terme, Lénine ne laissa pas de testament, et ainsi se désolidarise d'Eastman.
Cyrano
 
Message(s) : 771
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Cyrano » 07 Mai 2021, 17:23

Cette lettre de Léon Trotsky on la trouve ici (en langue anglaise):
Leon Trotsky, Letter on Eastman’s Book. 1 July 1925:
https://www.marxists.org/archive/trotsk ... /lenin.htm

Peut-être y a-t-il une source en langue française? Si vous trouvez, dite le me le.
Avec la traduction automatique via internet, on peut la lire facilement. Je mets la partie concernant le Testament:
Eastman affirme en plusieurs endroits que le Comité central a «caché» au parti un grand nombre de documents d'une importance extraordinaire, écrits par Lénine au cours de la dernière période de sa vie. (Les documents en question sont des lettres sur la question nationale, le fameux «Testament», etc.) C'est de la pure calomnie contre le Comité central de notre parti. Les paroles d’Eastman donnent l’impression que Lénine a écrit ces lettres, qui ont un caractère consultatif et traitent de l’organisation interne du parti, dans l’intention de les faire publier. Ce n'est pas du tout conforme aux faits.

Pendant sa maladie, Lénine a adressé à plusieurs reprises des lettres et des propositions aux principaux organes et congrès du parti. Il faut dire avec certitude que toutes ces lettres et suggestions ont été invariablement livrées à leur destination et qu'elles ont toutes été portées à la connaissance des délégués aux douzième et treizième congrès, et ont invariablement exercé leur influence sur les décisions du parti. Si toutes ces lettres n'ont pas été publiées, c'est que leur auteur n'en avait pas l'intention. Le camarade Lénine n'a laissé aucun «testament»; le caractère de ses relations avec le parti et le caractère du parti lui-même excluent la possibilité d'un tel «testament». La presse bourgeoise et menchevique entend généralement sous la dénomination de «Testament» l’une des lettres du camarade Lénine (qui est tellement altérée qu’elle est presque méconnaissable) dans laquelle il donne au parti des conseils d’organisation. Le treizième Congrès du Parti a consacré la plus grande attention à cette question et aux autres lettres, et a tiré les conclusions appropriées. Tout discours sur un «Testament» dissimulé ou mutilé n'est qu'un mensonge méprisable, dirigé contre la volonté réelle du camarade Lénine et contre les intérêts du parti qu'il a créé.

L’affirmation d’Eastman selon laquelle le Comité central tenait à dissimuler (c’est-à-dire à ne pas publier) l’article du camarade Lénine sur l’inspection des ouvriers et des paysans est également fausse. Les divergences d'opinion sur ce sujet au sein du Comité central – s'il est possible de parler de «divergences d'opinion» dans ce cas-ci – étaient d'une signification purement secondaire, traitant uniquement de la question de savoir si la publication de l'article de Lénine doit être accompagnée d'une déclaration du Comité central soulignant qu'il n'y a pas lieu de craindre une scission.

Cette histoire fait du bruit, puisque dans le New York Times [Léon Trotsky en parle dans le texte publié par com_71] du 12 juillet 1925, on trouve:
LENINE TRAHI PAR SON PARTI;
Son «Testament», louant Trotsky et attaquant le groupe Staline-Zinovief, a été supprimé
https://www.nytimes.com/1925/07/12/arch ... y-and.html
Cyrano
 
Message(s) : 771
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Cyrano » 07 Mai 2021, 17:25

Retour au Trotsky de Jean-Jacques Marie, la suite de la page 324. Des commentaires sur cette lettre:
... Le 1er juillet 1925, il remet la lettre demandée qui nie l'existence du Testament de Lénine, en jouant sur les mots puisque, au sens strict du terme, Lénine ne laissa pas de testament, et ainsi se désolidarise d'Eastman.

Trotsky apparaît une nouvelle fois une position de vaincu et, cette fois-ci, avec son assentiment écrit. Un de ses partisans s'écrie alors : « Avec cette lettre, il s'est mis lui-même la tête sur le billot. Il s'est couvert de boue.» Staline écrit au contraire le 18 août à « Par sa réponse au livre d'Eastman, Trotsky […] s'est sauvé.» S'il s'était agi d'un combat entre simples prétendants au pouvoir, Staline aurait alors marginalisé son adversaire, comme il marginalisera plus tard Kamenev, Boukharine ou Rykov en les contraignant à une autocritique publique. Mais le conflit entre les deux hommes porte sur des questions de fond que le recul de Trotsky sur le livre d”Eastman ne concerne pas.
Cyrano
 
Message(s) : 771
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Cyrano » 07 Mai 2021, 17:28

Pour artza:
Non, y'avait pas d'autres livres de Max Eastman, dommage!
Je vois que sur eBay, y'a La jeunesse de Trotsky, dans la même collection que mon bouquin.
Cyrano
 
Message(s) : 771
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Vous lisez quoi en ce moment ?

Message par Cyrano » 07 Mai 2021, 20:19

On va pas faire de jaloux.
Dans Trotsky, de Pierre Broué. Editions Fayard. 1988. Dans les pages 470-471…
Après sa rechute et la longue cure qu'il avait effectuée à Soukhoum une seconde fois, Trotsky était revenu à Moscou, à la fin d'avril, sans ignorer les efforts de Zinoviev et de ses proches pour obtenir son exclusion. […]

Or une première difficulté l'attendait à Moscou, vraisemblablement machinée par Zinoviev, grâce à l'appareil de l'Internationale. On lui demande de Londres une prise de position sur le livre récemment publié en anglais par Max Eastman, Since Lenin died (Depuis la mort de Lénine). Eastman, lié à lui depuis sa première visite en Union soviétique sur les talons de John Reed, tenait de lui certaines informations qu'il avait publiées dans son livre sur le « testament », sur les tentatives de ne pas publier son dernier article, sur le conflit avec « les trois », sur la lettre adressée à Trotsky par Kroupskaia au lendemain de la mort de Lénine.

Il n'a sans doute pas de peine à formuler au travail d'Eastman le reproche d'utiliser un critère psychologique et non politique et de prononcer des jugements arbitraires et subjectifs, manquant du nécessaire sens des proportions. Mais, sous le chantage du comité central, coincé dans une commission face à Staline, Zinoviev, Kamenev, Boukharine et Tomsky, il est obligé de résoudre une fois de plus, comme l'écrit E. H. Carr, le dilemme de devoir « livrer bataille sur une question secondaire et sur un terrain défavorable ou de se soumettre et de désavouer ses partisans ». Boris Souvarine a rapporté à l'époque, dans une conversation avec Eastman, un témoignage selon lequel Trotsky s'était « battu pied à pied, jusqu'au bout ».

Le résultat est là. Le communiqué de Trotsky parle de diffamation, d'affirmations « mensongères et fallacieuses », de « bavardage », « malveillance », « prétendue amitié » avec Eastman. Ce dernier ne se remettra jamais de la blessure ainsi infligée. Si on l'en croit, ce désaveu de Trotsky lui a fait perdre plus d'un ami et il cite à ce propos le témoignage du correspondant anglais Reswick et d'Enoukidze qui pense que l'« idole » a eu tort de « descendre de son piédestal ». En 1928, d'Alma-Ata, Trotsky écrira à Mouralov qu'Eastman avait commencé cette affaire de sa propre initiative – il ignorait alors que Rakovsky avait approuvé l'initiative d'Eastman – et à ses propres risques, à un moment ou les dirigeants de l'Opposition étaient opposés à l'idée d'engager une lutte politique ouverte :

« C'est pourquoi, sur décision du groupe dirigeant de l'Opposition, j'ai signé la déclaration sur Max Eastman, qui m'a été imposée par la majorité du bureau politique avec l'ultimatum de signer telle quelle la déclaration ou de commencer la lutte ouverte là-dessus. »
Tenu à l'écart des véritables décisions et d'une grande partie de l'information par le doublage des réunions du bureau politique par les réunions « fractionnelles » de la « bande des sept » – les six autres membres du bureau politique plus Kouibychev –, il ne semble pas avoir été surpris, contrairement à ce qu'assure Deutscher, par l'existence d'un conflit au sein du triumvirat mais seulement que ce conflit ait éclaté au grand jour dès le XIVe congrès, en décembre 1925.
Cyrano
 
Message(s) : 771
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Suivant

Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)