Résister à la langue unique...

Rien n'est hors-sujet ici, sauf si ça parle de politique

Résister à la langue unique...

Message par Gayraud de Mazars » 30 Sep 2019, 15:50

Salut camarades,

Résister à la langue unique
Par Jean-Louis Davant | Publié : 30/09/2019
Dans Enbata journal hebdomadaire basque...

http://www.enbata.info/articles/resiste ... gue-unique

Au printemps 2018 l’actuel Président de la République fraîchement élu déclarait : “Au fond nous sommes le seul pays de la Francophonie qui ne vit qu’en français… Il n’y a que les Français qui n’ont que le français…” (Lire aussi Le Président se trompe, Enbata N°2334 de juin 2018).

Le Président Macron serait-il donc, comme ses principaux opposants, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, un fidèle héritier des pères fondateurs du monolithisme français qui, sous la Terreur de 1793 et 1794, décrétèrent l’éradication des “langues de France” autres que le français ?

Ils n’eurent pas le temps d’arriver à leurs fins, mais il reste d’eux des lois négatives, qui servent de temps en temps et surtout cette volonté de corseter la France dans la langue unique : d’abord langue du Roy, puis langue de la République.

Ce projet ethnocide n’a jamais été renié ni aboli par leurs successeurs républicains, monarchistes ou napoléoniens : à travers tous les régimes politiques, les gouvernements français successifs de diverses obédiences ont gardé ce cap négatif dans leurs paroles comme dans leurs actes, jusqu’à une période récente.

Pour les paroles nous disposons d’un florilège impressionnant de propos ethnocides. En voici quelques échantillons.

Le 8 décembre 1792, le député Lauthemas déclare à l’Assemblée nationale : “Partout où les communications sont gênées par les idiomes particuliers, qui n’ont aucune espèce d’illustration et ne sont qu’un reste de barbarie des siècles passés, on s’empressera de prendre tous les moyens nécessaires pour les faire disparaître le plus tôt possible”.

Le 30 septembre 1793 l’abbé Grégoire, député de la Convention, propose au Comité de l’Instruction publique “d’extirper cette diversité d’idiomes grossiers, qui prolongent l’enfance de la raison et la vieillesse des préjugés.”

Et le 4 juin 1794 il présente à l’Assemblée un rapport “sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française”, pour “uniformer le langage d’une grande nation”.

Le 27 janvier 1794, le député Barère : “Nous avons révolutionné le gouvernement, les moeurs, la pensée, révolutionnons aussi la langue ; le fédéralisme et la superstition parlent bas-breton ; l’émigration et la haine de la République parlent allemand ; la contre-révolution parle italien [occitan] ; le fanatisme parle basque. Cassons ces instruments de dommage et d’erreur.”

En 1833 sous le règne de Louis-Philippe le ministre de l’éducation nationale Guizot impose par la loi le monopole du français dans l’enseignement primaire. La même année l’inspecteur du canton de Mauléon : “J’ai exigé des instituteurs l’abolition entière de l’usage de la langue basque en classe. Je leur ai également recommandé d’abandonner entièrement la pratique de la lecture en basque, suivie dans tous les temps dans leurs écoles.”

En 1846, dans les écoles de Saint-Palais, il est interdit “de proférer aucune parole grossière comme aussi de parler basque –même pendant les récréations.” Toujours en 1846 le préfet des Basses-Pyrénées : “Nos écoles au Pays Basque ont particulièrement pour objet de substituer la langue française au basque.” Vous avez bien lu : il ne s’agit pas d’ajouter le français à la “langue régionale”, mais de l’imposer à sa place en éliminant cette dernière.

Vers la fin du XXe siècle, sous la pression conjuguée de l’Europe et de l’enseignement des “langues régionales” par immersion dans des écoles privées mais laïques, l’état français a sensiblement assoupli sa ligne linguistique en faisant une certaine place à ces langues. Mais voici que la méthode immersive est remise en question par certains propos de ministres, notamment ceux de l’éducation.

Devant le tollé soulevé en Bretagne, il a recadré sa déclaration dans un sens apaisant, sinon rassurant.

Plus menaçante encore la petite phrase assénée par la ministre de la cohésion des territoires sur l’inconstitutionnalité de l’enseignement par immersion de ces langues dans l’école publique, donc aussi, je présume, dans l’enseignement privé sous contrat qui est soumis aux mêmes règles. Or l’on sait que seule l’immersion permet aux élèves de s’exprimer également dans les deux langues.

Restons donc vigilants pour résister par tous les moyens pacifiques à toute agression.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1897
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Résister à la langue unique...

Message par com_71 » 02 Oct 2019, 11:28

Qu'a dit Trotsky sur le basque quand il est passé à Saint-Palais ? ;)

En France 30 langues, dont le basque et le... yiddish, sont considérées comme en danger ou vulnérables

https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_e ... isparition

Je m'inquiète pour le normand, notamment cauchois, cher à mes grands-parents maternels.

Même à Fécamp, la classe ouvrière a quand-même d'autres problèmes à résoudre... :)
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5084
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Résister à la langue unique...

Message par Gayraud de Mazars » 02 Oct 2019, 16:39

Salut com,

com_71 a écrit :Je m'inquiète pour le normand, notamment cauchois, cher à mes grands-parents maternels.


Connais-tu le très utile Mémento du patois normand, en usage dans le pays de Caux, par A. G De Frenay, de 1885, réédité en 1997 ?

Il est très bien, intéressant, je l'avais acheter d'ailleurs à Fécamp, comme quoi...

Faut pin s'fè'r d'z'anemis...

Mais Merlius le réconforta :
Uter, dist-il, ne t'esmaier,
N'ia de mors nul recover ;
Esploite ce que tu as quis,
Combat toi à tes anemis

Wace, Brut, t II, p.7


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1897
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Résister à la langue unique...

Message par Plestin » 02 Oct 2019, 18:02

Comment on dit "Lubrizol" en Normand ? :mrgreen:
Plestin
 
Message(s) : 2133
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Résister à la langue unique...

Message par com_71 » 02 Oct 2019, 21:59

Gayraud de Mazars a écrit :Salut com,

com_71 a écrit :Connais-tu le très utile Mémento du patois normand


Je l'avais offert à ma mère... ;)

https://archive.org/stream/MementoDuPatoisNormand
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5084
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Résister à la langue unique...

Message par Zorglub » 03 Oct 2019, 18:40

Plestin a écrit :Comment on dit "Lubrizol" en Normand ? :mrgreen:

P'têt benzène qu'oui, p'têt benzène qu'non ?
Je sors --> []
Zorglub
 
Message(s) : 558
Inscription : 27 Fév 2009, 01:26

Re: Résister à la langue unique...

Message par Plestin » 03 Oct 2019, 18:51

:lol: :mrgreen: :lol: :mrgreen: :lol: :mrgreen:
Plestin
 
Message(s) : 2133
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Résister à la langue unique...

Message par Cyrano » 04 Oct 2019, 09:50

Pfff, alors là, dans le Berry, c'est plus facile, puisque ce sont les autres qui nous ont copié:
«C'est dans la Vallée Noire qu'on parle le vrai, le pur berrichon, qui est le vrai français de Rabelais.», George Sand, La Vallée Noire.
«Il n'y a point de patois dans la province de Berri. [...]. Quant au Sancerrois, les gens de la campagne parlent encore la langue de Rabelais, d’Amyot, de Montaigne”. Abbé Poupard, curé de Sancerre-179, Histoire de la ville de Sancerre.
Cyrano
 
Message(s) : 922
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Résister à la langue unique...

Message par Plestin » 04 Oct 2019, 12:58

Zorglub a écrit :

Plestin a écrit :

Comment on dit "Lubrizol" en Normand ? :mrgreen:



P'têt benzène qu'oui, p'têt benzène qu'non ?
Je sors --> []


Aux dernières toutes fraîches nouvelles des travailleurs de Normandie, le surnom donné serait désormais "Brûlizol".

Je ne sais pas ce que ça donnerait en vrai français berrichon ? En tout cas, maintenant c'est sûr, la Vallée Noire, elle est en Normandie !
Plestin
 
Message(s) : 2133
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Résister à la langue unique...

Message par artza » 05 Oct 2019, 08:22

Pour com_71.

Oui Trotsky a séjourné à Saint-Palais...sur mer (17) près de Royan.

Jamais il ne mis les pieds à Donapaleu (64) qui fut la capitale du royaume de Navarre.

Il excurssionna plus loin dans les Pyrénées, en Bigorre.
De passage à Lourdes assistant au spectacle répugnant des processions de bigots trainant des paralytiques et des hydrocéphales contraints à la baignade, il exprima son dégoût (Journal d'exil).
:D

LT a-t-il entendu parler bigourdan?
Le personnel autochtone des hôtels et restaurants était dréssé dès l'école à s'exprimer en français devant les étrangers. Une pointe d'accent était toléré surtout chez les jeunes femmes pour le ravissement des touristes. :D
artza
 
Message(s) : 2091
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Suivant

Retour vers Tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)