Petite fille

Rien n'est hors-sujet ici, sauf si ça parle de politique

Petite fille

Message par com_71 » 05 Déc 2020, 15:16

Un documentaire disponible jusqu'en janvier 2021 sur arte
https://www.arte.tv/fr/videos/083141-00 ... ite-fille/

La dysphorie de genre filmée avec une grande humanité. Sasha, une petite fille (dès 3 ans) dans un corps de garçon ; la famille qui se bat pour qu'elle ne "passe pas à côté de son enfance" ; les problèmes de scolarisation et la prévision de tous les problèmes à venir...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dysphorie ... es_enfants
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5092
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Petite fille

Message par roudoudou » 09 Déc 2020, 17:49

salut com71
La dysphorie je ne connaissais pas cette pathologie.
merci je regarde ça après ma semaine chez le tôlier @ plus et bonne semaine ;)
“J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé.”
Voltaire
Avatar de l’utilisateur
roudoudou
 
Message(s) : 5
Inscription : 11 Jan 2006, 14:53

Re: Petite fille

Message par ianovka » 15 Déc 2020, 20:18

J'ai vu et en effet c'est très bien. De la souffrance et des combats filmés avec beaucoup de douceur et d'humanité.
La psychiatre qu'ils vont consulter a l'air vraiment très bien.
D'ailleurs la première fois que la petite fille va la voir avec sa mère est un moment très important. L'émotion qui surgit à ce moment là est poignante, les regards de Sasha disent tout de ses espoirs et de ses souffrances.

A voir.
"Le capital est une force internationale. Il faut, pour la vaincre, l'union internationale, la fraternité internationale des ouvriers." Lénine
Avatar de l’utilisateur
ianovka
 
Message(s) : 143
Inscription : 30 Août 2002, 11:30

Re: Petite fille

Message par Byrrh » 18 Déc 2020, 14:29

Je regarderai ce documentaire. Il existe en effet des personnes qui disent d'elles-mêmes qu'elles se sentent appartenir à un genre qui diffère de leur sexe biologique et de leur apparence. Cela peut être momentané dans leur vie (comme dans le cas de cette petite fille ?), ou relever d'une transidentité durable.

Je vais être honnête : le fait de "se sentir homme" ou "se sentir femme" - qu'il s'agisse d'une personne transgenre ou cisgenre -, j'ai du mal à cerner la question, parce que c'est un peu une abstraction. Ou, du moins, je pense que ce genre de ressenti ne peut exister (et n'est bafoué par certains réactionnaires)... que parce que nous vivons dans une société profondément sexiste.

Pourquoi ? Parce que les stéréotypes associés à tel ou tel sexe biologique ne sont pas des vérités éternelles, mais relèvent d'un arbitraire social, forcément limité à un contexte historique particulier (les femmes doivent faire telles tâches, les hommes telles autres ; les femmes doivent s'habiller de telle manière et adopter tels comportements en public, et les hommes faire différemment ; pourquoi, au juste ?).

Dans une société débarrassée des inégalités de genre et des vieux stéréotypes sexistes, l'identification à un sexe biologique cesserait d'être un étendard comme aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, même si "être un homme" ou "être une femme", cela ne devrait pas avoir d'autre importance que certaines variables d'ordre physiologique (et encore : quid des personnes intersexes ?), le ressenti des personnes transgenres doit être respecté. Parce que ça ne coûte rien à personne de dire "elle" à la place de "il", ou inversement. Et surtout, parce que l'hostilité et l'incompréhension que ces personnes subissent leur causent d'énormes souffrances.

À ce sujet, une adolescente trans de 17 ans s'est donné la mort il y a deux jours à Lille. De façon assez véhémente, une responsable de son lycée lui avait interdit de se rendre dans l'établissement vêtue d'une jupe (vêtement pourtant porté par bon nombre d'hommes cisgenres dans certains pays !). J'ai lu dans la presse que de nombreux élèves du lycée se sont mobilisés pour exprimer leur tristesse et leur colère.

Les temps changent... Quand j'étais lycéen, dans les années 1990, aucun gay ou aucune lesbienne n'aurait risqué de se faire repérer, car 80 ou 90 % des élèves auraient été contre eux ; du coup, ils ne se repéraient pas eux-mêmes entre eux (pff... :( )... Ne parlons même pas des élèves trans, qui étaient encore plus indétectables (ou déjà déscolarisés ?). À l'époque, je ne savais pas moi-même que la transidentité existait.
Byrrh
 
Message(s) : 1046
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Petite fille

Message par com_71 » 18 Déc 2020, 17:05

Byrrh a écrit :Cela peut être momentané dans leur vie (comme dans le cas de cette petite fille ?), ou relever d'une transidentité durable.


Il paraît en effet. D'où la nécessité, sans reprendre forcément le terme "pathologie", d'une certaine "médicalisation" des choix à effectuer.
C'est évoqué dans le film : il faudra à la puberté affronter le problème de la silhouette, de la pilosité... tout en restant dans la reversibilité, y compris de la stérilité induite. Pas vraiment le choix, mais c'est pas la voie de la facilité...
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 5092
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Petite fille

Message par ianovka » 18 Déc 2020, 19:39

Pour approfondir le sujet, voici un colloque fort instructif de Anne BARGIACCHI (la psychiatre qu'on voit dans le film film) et sa collègue pédiatre endocrinologue Laetitia MARTINERI.

https://vimeo.com/314733838
"Le capital est une force internationale. Il faut, pour la vaincre, l'union internationale, la fraternité internationale des ouvriers." Lénine
Avatar de l’utilisateur
ianovka
 
Message(s) : 143
Inscription : 30 Août 2002, 11:30


Retour vers Tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)