Ni rire ni pleurer?

Rien n'est hors-sujet ici, sauf si ça parle de politique

Ni rire ni pleurer?

Message par artza » 25 Juil 2021, 06:21

Dinant, fort bien hier soir chez des amis, j'appris qu'à Aulnay s/bois (93) la rue Maxime Gorky était devenue la rue Jacques Chirac (le menteur, le voleur pour les mêmes le rempart de la République :lol: )

Haussons les épaules!
artza
 
Message(s) : 2094
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par Plestin » 25 Juil 2021, 16:52

On ne s'étonne plus de rien.

La CGT ne vient-elle pas d'invoquer "la liberté de travailler" pour protester face aux dernières mesures anti-ouvrières du gouvernement autorisant le licenciement de travailleurs non vaccinés ? Le même argument qu'utilisent les patrons contre les grévistes !
Plestin
 
Message(s) : 2135
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par Cyrano » 26 Juil 2021, 13:46

On ne s'étonne plus de rien et pour faire le vilain, je dirais qu'on ne s'étonne même pas de la dernière une de Lutte Ouvrière disant non à l'obligation vaccinale. C'est un peu surprenant.
Cyrano
 
Message(s) : 922
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par Byrrh » 26 Juil 2021, 14:26

En "une" de la dernière Lutte ouvrière, ce n'est pas une dénonciation de l'obligation vaccinale que je lis, mais de la vaccination forcée, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. C'est-à-dire, non pas une dénonciation d'une mesure de santé publique élémentaire existant depuis des lustres pour d'autres vaccins, mais d'une opération politicienne de division de la population et de menaces patronales contre des salariés.

Et en disant ça, je n'aurais pas eu moi-même le courage d'aller mettre les pieds dans l'une des manifestations merdiques de ce dernier week-end, comme l'ont fait certains camarades pour tâter le terrain (je précise qu'à Metz, il y avait des royalistes, les Patriotes de Philippot, Civitas, et une poignée de crétins portant un pastiche d'étoile jaune contre le "passe nazitaire"). D'ailleurs, l'article de Georges Kaldy ne dit à aucun moment qu'il faut s'y montrer.

Bien sûr que l'époque est réactionnaire et stupide, mais combattre les préjugés antiscientifiques dans un contexte aussi lamentable, ça ne veut pas dire s'en remettre à la politique répressive d'un gouvernement bourgeois de choc.
Byrrh
 
Message(s) : 1046
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par Cyrano » 27 Juil 2021, 08:04

Y'a eu un bouquin paru voici quelques années, "Surpris ou étonné ? : nuances et subtilités des mots de la langue". Ce n'est pas un bouquin politique, c'est une promenade curieuse et amusée.
Chipoter entre non à la vaccination forcée ou obligatoire, c'est pour moi des billevesées.
Ces acrobaties sémantiques causent – peut-être – aux travailleurs hyper conscients mais pour les autres qui n'ont pas la chance d'être dans le secret dialectique des dieux, ça cause simple: c'est non aux vaccins. Et ça renforce leur refus.
On ne se vaccine pas pour faire allégeance à Macron mais parce qu'en l'absence de traitement, la vaccination est la seule arme disponible contre le virus.

Autant alors protester contre la vaccination forcée des personnes désirant exercer un métier dans le secteur santé. Bin oui, quoi, si on a envie d'être infirmier et qu'on refuse les vaccins forcés, ces poisons, pour exercer ces métiers, on peut pas. C'est dégueulasse de ne pouvoir accéder à ce boulot et d'être renvoyé dans un rayon d'hyper marché ranger des boites de petits pois.
Le pass sanitaire était déjà utilisé, en quelque sorte, pour visiter les gens en EHPAD : prendre rendez-vous par téléphone lorsque on y arrivait, remplir un formulaire de symptômes possibles, prise température frontale à l'arrivée, etc. Pfff… Je n'ai pas lu grand-chose là-dessus. La vaccination évitera ces maltraitances.

La une de LO n'est d'ailleurs reprise qu'en titre de l'édito qui ne dit à aucun moment qu'on doit dire non à la vaccination, forcée ou non. Le texte de Georges Kaldi dit «Comment affirmer tout à la fois que la vaccination peut être utile sans pour autant accepter qu’elle soit imposée comme une obligation». … peut être utile. Quel enthousiasme pour les vaccins. Et pourquoi refuser une obligation? Refuser la brutalité de l'obligation est autre chose.

Ma remarque ne valait que pour cette une que je trouve malencontreuse. La formule n'est reprise à aucun moment dans l'édito ou l'article de Kaldi sur le difficile équilibre des réponses à apporter.
Cyrano
 
Message(s) : 922
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par artza » 01 Août 2021, 07:44

Toutes ces discuss. me font penser à la tuberculose.

Elle en a fait des choses la bourgeoisie et ses commis de la gouvernance.
Déporter des travailleurs et des gosses dans des sana à discipline militaire sans liberté d'expression et d'association mais soumis à une intense propagande catho! (article de Trotsky ;) ).
Sujet du mépris des réacs du coin, des fainéants et des poivrots, des subversifs et des contagieux !

Transformer les écoliers en mendiant...

Par contre offrir à ces gosses un autre terrain de jeu que le caniveau de la rue, d'autres locaux que des préaux d'école poussiéreux servant de cantine, de salles de gym, de salles des fêtes et de garages à vélos,ça leur est jamais venu à l'idée. Pas plus qu'une alimentation suffisante, saine et variée accessible à toutes les familles ouvrières.

A ce propos on peut toujours lire, si on le trouve le petit roman d'Eugène Samy, "les vaincus" (edit. sociales internationales, 1932) avec une préface de...Marcel Martinet, quand même une référence.
artza
 
Message(s) : 2094
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par artza » 06 Août 2021, 05:57

J'y reviens.

Intéressant de rappeler comment la bourgeoisie (gouvernements, pouvoirs publics, oeuvres de charité) lutta dans le passé contre les épidémies, des fléaux sociaux etc...qui frappaient le plus durement la classe ouvrière et en général les pauvres.

J'ai rappelé plus haut brièvement le sort fait aux tuberculeux et à leur famille, séparation par décision administrative, interdiction et impossibilité de visites.
Se rendre de Paris dans les Alpes!

On peut évoquer l'alcoolisme et la prohibition...
Marx participa avec enthousiasme à une manif ouvrière londonienne contre l'interdiction des boissons alcoolisées à certaines heures.
Une mesure hypocrite, anti-ouvrière au nom de la morale, de la santé et de l'ordre publiques.

Récemment j'ai vu un film en boîte sur Billie Holliday.
Plusieurs fois dans le film Billie qui était toxico et fut harcelée par la police et emprisonnée dit " la guerre contre la drogue, c'est la guerre contre nous" ("nous": les noirs).
artza
 
Message(s) : 2094
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par Cyrano » 06 Août 2021, 20:44

On peut aussi se rappeler de la variole.
Dans un livre ça cause du vaccin contre la variole, au début du XIXe siècle:
"Classes laborieuses et Classes dangereuses", Louis Chevalier. Edition Hachette, collection Pluriel
Quelques extraits issus des pages 551-557 (et ça va causer des problèmes liés à la vaccination) :
Si 1'inégalité de la mortalité des enfants des classes populaires évoque bien des aspects de l'existence de ces classes et de leurs conditions matérielle et morale, à plus forte raison est-ce vrai d'une des formes de cette mortalité - la mortalité variolique – pour laquelle une abondante documentation d'archives apporte un commentaire en quelque sorte permanent aux données de la statistique.

La variole avant 1789 est responsable de 30% des décès parmi les enfants de un à quatre ans. Après 1795, grâce à la vaccination, parmi ces enfants les décès vont grandement diminuer. Mais...
Les décès par variole sont plus nombreux à Paris que dans le reste de la France. Ils le sont surtout en raison de la mortalité plus forte que cette maladie cause dans les arrondissements les plus pauvres. A cela plusieurs causes. C'est d'abord l'arrivée massive, en ces arrondissements, de travailleurs non vaccinés, parce que venant de ces régions du Massif central où nous savons par ailleurs que la vaccination ne pénétra que difficilement.

... déjà les auvergnats de Lafargue?!
Cyrano
 
Message(s) : 922
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par Cyrano » 06 Août 2021, 20:48

Comment que ça se passe, la vaccination?
Décrivant les ravages causés par l'épidémie de 1822, le préfet de la Seine écrit :
« L'épidémie s'est montrée au commencement de l'année dans les VIIe, VIIIe, IXe et Xe arrondissements et elle les a tous envahis depuis. Le IVe et le XIIe sont ceux qui ont le plus souffert et jusqu'à 17 personnes ont été atteintes dans une seule maison du faubourg Saint-Jacques. Les médecins ont eu lieu de s'assurer que les premiers individus attaqués de la petite vérole étaient des ouvriers récemment arrivés dans la capitale où ils ont importé le germe du mal.
C'est en effet dans le faubourg Saint-Marceau et dans le quartier des Halles, habités par la classe ouvrière, que la contagion a fait le plus de victimes. Le moyen d'obvier à ce danger est d'astreindre les individus à livret qui viennent travailler à Paris et qui n'ont point`eu 1a petite vérole ou qui n'ont point été vaccinés à se faire vacciner sur-le-champ ou à quitter la capitale

Mais la contagion importée par ces immigrants ne se développe en ces quartiers que parce que les ouvriers eux-mêmes qui y habitent en permanence, négligent ou refusent de faire vacciner leurs enfants.

Sur le champ. Des préfets sont plus diplomates:
Dans un « Avis aux classes laborieuses ››, affiché sur les murs de la capitale, le préfet Chabrol déclare:
« La petite vérole s'est manifestée dans plusieurs quartiers de Paris... C'est à la classe laborieuse que l'administration surtout doit ses avis. Ceux qui la composent savent avec quel intérêt le préfet de police voit leurs travaux; il a droit à leur confiance; il ne veut rien leur conseiller que d'utile à leurs familles. En recommandant aux parents 1'usage de la vaccine il leur indique le moyen le plus sûr de soustraire leurs enfants aux effets de la petite vérole. »
Cyrano
 
Message(s) : 922
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Ni rire ni pleurer?

Message par Cyrano » 06 Août 2021, 20:51

Comment lutter contre les préjugés populaires ou les fausses idées?
«N'est-ce point commettre un péché que de s'opposer à la volonté du ciel ?» Telle est la principale objection que réfute l'auteur des "Conférences villageoises sur la vaccine", en 1809.
[…]
Le préfet de la Seine déclare le 18 décembre 1817 :
« On ne saurait se dissimuler que la répugnance d'un grand nombre de personnes pour la nouvelle méthode a pour cause la crainte mal entendue de manquer aux préceptes de la religion. J'ai écrit à l'archevêque de Paris en le priant d'adresser des instructions aux curés

Il y a d'autres objections. Un médecin de Paris écrit en 1818 au ministre de l'intérieur:
« … il devient difficile et même impossible de concevoir qu'un seul atome de fluide vaccin, inséré dans nos humeurs, puisse par son action neutraliser un germe si puissant et si fécond dans ses résultats que souvent il parvient à couvrir le corps d'une suppuration dégoûtante. C'est au moins l'objection que j'ai le plus généralement entendu faire contre la vaccine »

A l'époque, y'a pas la télé et le bras de Jean Castex ou celui d'Olivier Véran, mais… Les praticiens insistent sur la vaccination de S.A.R. Mgr le duc de Bordeaux en 1820 pour motiver les timides. [rien à voir avec la chanson: le Duc de Bordeaux ressemble à son frère, son frère à son père, etc. – même si c'est peut-être vrai.]
le docteur Menuret écrit au ministre de 1'Intérieur en 1810 :
« Les enfants du peuple sont trop légèrement vaccinés, surveillés ensuite et suivis jusqu'à ce que la vaccination eût son plein et entier effet. Ils ne sont plus visités; on ignore si l'opération a été accompagnée de l'éruption convenable, si celle-ci a parcouru ses périodes avec le caractère propre et distinctif qui la spécifie. On certifie avec vérité que l'enfant a été vacciné. Mais il n'est pas toujours vrai que le produit en ait été toujours tel qu'il aurait dû être pour en assurer l'utile résultat.
S'il arrive qu'un enfant qui a été vacciné essuie par la suite une petite vérole, c'est l'occasion d'une rumeur étrange dans la maison, dans le quartier, et les commères ne la laissent pas échapper pour autoriser leur déchaînement contre la vaccine.
»

Le déchaînement contre la vaccine. ..
Cyrano
 
Message(s) : 922
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Suivant

Retour vers Tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron