Nougaro est mort.

Rien n'est hors-sujet ici, sauf si ça parle de politique

Message par pelon » 04 Mars 2004, 13:11

Je suis triste.
pelon
 
Message(s) : 33
Inscription : 30 Août 2002, 10:35

Message par ianovka » 04 Mars 2004, 13:16

:(
"Le capital est une force internationale. Il faut, pour la vaincre, l'union internationale, la fraternité internationale des ouvriers." Lénine
Avatar de l’utilisateur
ianovka
 
Message(s) : 172
Inscription : 30 Août 2002, 11:30

Message par ianovka » 04 Mars 2004, 13:26

Armstrong, je ne suis pas noir
Je suis blanc de peau
Quand on veut chanter l'espoir
Quel manque de pot
Oui, j'ai beau voir le ciel, l'oiseau
Rien rien rien ne luit là-haut
Les anges... zéro
Je suis blanc de peau

Armstrong, tu te fends la poire
On voit toutes tes dents
Moi, je broie plutôt du noir
Du noir en dedans
Chante pour moi, Louis, oh oui
Chante chante chante, ça tient chaud
J'ai froid, oh moi
Qui suis blanc de peau

Armstrong, la vie, quelle histoire?
C'est pas très marrant
Qu'on l'écrive blanc sur noir
Ou bien noir sur blanc
On voit surtout du rouge, du rouge
Sang, sang, sans trêve ni repos
Qu'on soit, ma foi
Noir ou blanc de peau

Armstrong, un jour, tôt ou tard
On n'est que des os
Est-ce que les tiens seront noirs?
Ce serait rigolo
Allez Louis, alléluia
Au-delà de nos oripeaux
Noir et blanc sont ressemblants
Comme deux gouttes d'eau
Oh yeay !
"Le capital est une force internationale. Il faut, pour la vaincre, l'union internationale, la fraternité internationale des ouvriers." Lénine
Avatar de l’utilisateur
ianovka
 
Message(s) : 172
Inscription : 30 Août 2002, 11:30

Message par ianovka » 04 Mars 2004, 13:27

Regarde là, ma ville.
Elle s'appelle Bidon,
Bidon, Bidon, Bidonville.
Vivre là-dedans, c'est coton.
Les filles qui ont la peau douce
La vendent pour manger.
Dans les chambres, l'herbe pousse.
Pour y dormir, faut se pousser.
Les gosses jouent, mais le ballon,
C'est une boîte de sardines, Bidon.

Donne-moi ta main, camarade,
Toi qui viens d'un pays
Où les hommes sont beaux.
Donne-moi ta main, camarade.
J'ai cinq doigts, moi aussi.
On peut se croire égaux.

Regarde là, ma ville.
Elle s'appelle Bidon,
Bidon, Bidon, Bidonville.
Me tailler d'ici, à quoi bon ?
Pourquoi veux-tu que je me perde
Dans tes cités ? A quoi ça sert ?
Je verrais toujours de la merde,
Même dans le bleu de la mer.
Je dormirais sur des millions,
Je reverrais toujours, toujours Bidon.

Donne-moi ta main, camarade,
Toi qui viens d'un pays
Où les hommes sont beaux.
Donne-moi ta main, camarade.
J'ai cinq doigts, moi aussi.
On peut se croire égaux.

Serre-moi la main, camarade.
Je te dis : "Au revoir".
Je te dis : "A bientôt".
Bientôt, bientôt,
On pourra se parler, camarade.
Bientôt, bientôt,
On pourra s'embrasser, camarade.
Bientôt, bientôt,
Les oiseaux, les jardins, les cascades.
Bientôt, bientôt,
Le soleil dansera, camarade.
Bientôt, bientôt,
Je t'attends, je t'attends, camarade.
"Le capital est une force internationale. Il faut, pour la vaincre, l'union internationale, la fraternité internationale des ouvriers." Lénine
Avatar de l’utilisateur
ianovka
 
Message(s) : 172
Inscription : 30 Août 2002, 11:30

Message par Catharos » 04 Mars 2004, 14:22

O Tolosa
o mon païs

Nougaro est mort e soi desconsolat, es una part majer de la vilha cultura occitana qu'es partida, l'amic lo fraire de la lenga nostre, espèri que se trovara d'autres per cantar la ciutat de los comtés... Es tombat lo lo trobador, dins son lençon vai t'en restovar tons reires, que seguts, te nomenan,

alavetz adieu brave ome, e se aqui ai escrich dins oc es per montrar als esquerristatas que sem pas mort...

"Sens obras, la fe morta es" m'en soveni, s'es pas doblidar.

Catharos

:(
Catharos
 
Message(s) : 0
Inscription : 10 Jan 2004, 00:37

Message par faupatronim » 04 Mars 2004, 15:55

(Catharos @ jeudi 4 mars 2004 à 14:22 a écrit : O Tolosa
o mon païs

Nougaro est mort e soi desconsolat, es una part majer de la vilha cultura occitana qu'es partida, l'amic lo fraire de la lenga nostre, espèri que se trovara d'autres per cantar la ciutat de los comtés... Es tombat lo lo trobador, dins son lençon vai t'en restovar tons reires, que seguts, te nomenan,

alavetz adieu brave ome, e se aqui ai escrich dins oc es per montrar als esquerristatas que sem pas mort...

"Sens obras, la fe morta es" m'en soveni, s'es pas doblidar.

Catharos

:(
Je ne sais pas si tu as remarqué, mais Nougaro chantait en Français... :wacko:
faupatronim
 
Message(s) : 0
Inscription : 30 Oct 2002, 18:00

Message par faupatronim » 04 Mars 2004, 16:11

(Le Monde @ 4 mars 2004 a écrit :
Le chanteur Claude Nougaro est mort




Il a consacré près de 50 ans de sa vie à la chanson, créant un style bien particulier entre jazz et balades.

Le chanteur français Claude Nougaro est mort jeudi matin 4 mars, à l'âge de 74 ans, à son domicile parisien, des suites d'une longue maladie, a-t-on appris auprès de son agent Charley Marouani. Le chanteur avait été hospitalisé il y a quelques semaines mais avait regagné récemment son domicile parisien, où il bénéficiait d'une assistance médicale.

Une messe doit être célébrée à Notre-Dame-de-Paris, lundi à 10 h 30, a indiqué son agent.

Parmi ses chansons les plus connues, figurent "Je suis sous", "Cécile, ma fille", "Une petite fille en pleurs", "Le jazz et la java", "Quatre boules de cuir", "Paris mai" ou "La pluie fait des claquettes". Il était aussi l'inoubliable interprète de "Toulouse", en hommage à sa ville natale où il sera enterré à une date non encore précisée, selon son agent.

Né le 9 septembre 1929, d'un père baryton à l'Opéra et d'une mère pianiste, Claude Nougaro ne s'est pas pourtant pas dirigé tout de suite vers la musique. Il a d'abord tâté du journalisme, avant de dire des poèmes dans les cabarets, puis d'écrire des chansons notamment pour Philippe Clay et Marcel Amont.

"TROUBADOUR BAROQUE"

Il commence ensuite à chanter lui-même ses compositions mais ne connaîtra son premier grand succès qu'en 1964 avec "Je suis sous" ("sous, sous ton balcon"). Il travaille ensuite avec Baden Powell, Dave Brubeck, des percussionnistes africains, s'appropriant les influences musicales pour faire du Nougaro, mélange de swing et de poésie.

En près de 50 ans de carrière, il a publié une vingtaine de disques ou d'albums et donné d'innombrables concerts. En 2002, il avait annoncé qu'il renonçait provisoirement à la chanson et montait sur scène pour lire des textes qu'il avait écrits, "Les fables de ma fontaine".

Il avait reçu en 1988 le Grand Prix de la chanson française de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) pour l'ensemble de son oeuvre.

Il se définissait comme un "troubadour baroque" et comme "l'anti-Trénet". "Lui, a-t-il estimé, il incarne la joie de vivre, la fraîcheur, moi je suis un type tourmenté, qui cherche à retrouver un paradis perdu. Trenet est le blond aux yeux bleus, extraverti, je suis le petit noir cathare, pour lequel il est dur d'être sur le ring de la vie".

Avec AFP

Ses principales chansons

-1962 : "Une petite fille", "Les Don Juan", "Le cinéma", "Le jazz et la java"
-1963 : "Cécile ma fille", "Les mines de charbon"
-1964 : "Je suis sous", "Mon assassin", "Il y avait une ville"
-1965 : "A bout de souffle", "Sing Sing Song"
-1966 : "Bidonville", "L'amour sorcier", "Armstrong"
-1967 : "Toulouse", "A tes seins", "Une bouteille à la mer", "Petit taureau"
-1968 : "Quatre boules de cuir", "Paris mai", "La pluie fait des claquettes"
-1971 : "La neige"
-1973 : "Locomotive d'or", "Dansez sur moi", "Montparis"
-1974 : "La java du Diable"
-1975 : "Brésilien"
-1976 : "Ile de Ré"
-1977 : "Plume d'ange"
-1978 : "Nobody knows", "Quand Freddy est parti", "Tu verras"
-1980 : "Le coq et la pendule"
-1987 : "Nougayork"
-1988 : "Pacifique"
-1993 : "C'est une Garonne", "Tchin'Chine"
-1997 : "L'enfant-phare"

faupatronim
 
Message(s) : 0
Inscription : 30 Oct 2002, 18:00

Message par ravine chien » 04 Mars 2004, 19:23

grande tristesse
ravine chien
 
Message(s) : 0
Inscription : 17 Mars 2003, 14:50

Suivant

Retour vers Tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : conformistepote et 3 invité(s)

cron