Lutte Ouvrière dans les Elections Régionales de 2021...

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Re: Lutte Ouvrière dans les Elections Régionales de 2021...

Message par Gayraud de Mazars » 23 Juin 2021, 12:43

Salut camarades,

Elections régionales : les résultats de Lutte ouvrière
https://www.lutte-ouvriere.org/election ... 62438.html

Extrait de l'article dans lequel je me reconnais...

Par ailleurs, des électeurs sympathisant avec le PCF ont manifestement préféré voter pour des candidats se réclamant fièrement du communisme, arborant la faucille et le marteau, que pour des listes d’union où leur parti se rangeait derrière des écologistes comme en PACA et en Hauts-de-France, voire derrière des politiciens du PS, présidents de région, comme en Bretagne, en Occitanie, en Centre-Val-de-Loire, en Bourgogne-Franche-Comté ou en Nouvelle-Aquitaine. Autrement dit, ces électeurs ont préféré affirmer leur attachement aux idées communistes qu’aux ambitions de strapontins brigués par les responsables du PCF dans les conseils régionaux.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1475
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Lutte Ouvrière dans les Elections Régionales de 2021...

Message par Gayraud de Mazars » 24 Juin 2021, 18:48

Salut camarades,

Vers chez moi à Chenôve, deuxième ville de Côte d'Or en Bourgogne/Franche-Comté, ville métissée, jeune et ouvrière, la participation est très faible, 22%, mais Lutte ouvrière réussit le meilleur score pour le département, pour une grande ville, soit 4,13% des voix exprimées. Cela confirme ce qui a été dit, Lutte Ouvrière, qui avait une liste aux municipales dans la commune, récolte où elle a semé depuis longtemps...

Autre exemple dans la commune de Selongey, où sont les usines SEB, Lutte Ouvrière fait un très bon score de 3,41%, et c'est pas un hasard, c'est dans cette commune sur le canton de Is - Sur - Tille, que j'ai réalisé comme candidat un score avec les camarades du PCF de plus de 26%...

Dernier exemple dans un petit village, Courlon, Lutte Ouvrière fait 10% des suffrages, et le PCF aux départementales plus de 34%...

Bref, même dans des conditions difficiles, il a été possible de faire mieux que de figurer !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1475
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Lutte Ouvrière dans les Elections Régionales de 2021...

Message par yannalan » 25 Juin 2021, 10:11

Dans ma commune, Valérie Hamon (11 voix) est arrivée devant le candidat LFI (8 voix)
yannalan
 
Message(s) : 243
Inscription : 15 Déc 2005, 17:37

Re: Lutte Ouvrière dans les Elections Régionales de 2021...

Message par Plestin » 25 Juin 2021, 19:46

A Avion (Pas-de-Calais), une commune de plus de 17.000 habitants du bassin minier, Eric PECQUEUR avec 11,69% et 493 voix arrive devant le candidat macroniste Laurent PIETRASZEWSKI qui n'obtient que 7,25% et 306 voix :lol:
Plestin
 
Message(s) : 1940
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Lutte Ouvrière dans les Elections Régionales de 2021...

Message par Plestin » 26 Juin 2021, 11:33

Résultats région Ile-de-France :

Bien que le pourcentage soit bas par rapport à la moitié nord de la France ou à PACA, et même par rapport à la moyenne nationale, le résultat de LO aux Régionales 2021 en Ile-de-France reste bien différencié suivant la typologie sociale des villes.

Moyenne LO régionale : 1,49% pour Nathalie ARTHAUD soit 32.414 voix.
(remarque : les chiffres de 1,55% et 33.664 voix parus dans la presse et repris dans le tableau des résultats sur le site LO étaient consécutifs à une énorme erreur de la préfecture des Hauts-de-Seine concernant la ville de Puteaux où LO était créditée de près de 10% des voix et devançait Pécresse et le RN... Tous les candidats dans cette ville étaient entre 8% et 10% ; le résultat réel pour LO à Puteaux est de 1,41% et environ 1.200 voix ont dû être retirées)

Ville de Paris (75) : 1,18% dont :

- Paris 20è : 1,91%
- Paris 13è : 1,85%
- Paris 19è : 1,73%
- Paris 18è : 1,58%

(moyenne régionale 1,49%)

- Paris 10è : 1,40%
- Paris 11è : 1,33%
- Paris 12è : 1,32 %
- Paris 14è : 1,26%

(moyenne départementale 1,18%)

- Paris 4è : 1,14%
- Paris 5è : 1,13%
- Paris 3è : 1,12%
- Paris 1er : 0,85%
- Paris 2è : 0,83%
- Paris 9è : 0,75%
- Paris 15è : 0,75%
- Paris 17è : 0,69%
- Paris 6è : 0,64%
- Paris 7è : 0,38%
- Paris 8è : 0,35%
- Paris 16è : 0,34%

Les résultats à Paris sont clairement différenciés entre les arrondissements bourgeois, voire très bourgeois (7è - Invalides et ambassades, 8è - Champs-Elysées et Saint-Lazare, 16è - Auteuil, Passy..., par ailleurs les 3 seuls arrondissements où LO n'était pas présent aux dernières municipales) et les arrondissements les plus populaires tels que le 20è (Belleville, Ménilmontant), le 19è (La Villette, Flandre, Buttes-Chaumont...), le 18è (La Chapelle, Goutte-d'Or, Clignancourt...), le 13è (Salpêtrière, Butte aux Cailles, quartier asiatique, Gobelins...) ou le 10è (gares du Nord et de l'Est, porte Saint-Denis, porte Saint-Martin...), avec tous les arrondissements intermédiaires.

Hauts-de-Seine (92) : 1,10% dont :

- Gennevilliers : 4,24%
- Bagneux : 3,30%
- Malakoff : 2,46%
- Villeneuve-la-Garenne : 2,33%
- Nanterre : 2,01%
- Clichy : 1,96%

(moyenne régionale 1,49%)

- Fontenay-aux-Roses 1,46%
- Montrouge : 1,44%
- Puteaux : 1,41%
- Colombes : 1,36%
- Clamart : 1,19%
- Le Plessis-Robinson : 1,15%
- Chaville : 1,14%
- Châtillon : 1,13%

(moyenne départementale 1,10%)

- Vanves : 1,08%
- Asnières-sur-Seine : 1,02%
- Châtenay-Malabry : 1,02%
- Meudon : 0,99%
- Levallois-Perret : 0,94%
- Issy-les-Moulineaux : 0,89%
- Suresnes : 0,86%
- Sèvres : 0,81%
- Rueil-Malmaison : 0,80%
- Bourg-la-Reine : 0,79%
- Sceaux : 0,78%
- Antony : 0,77%
- Bois-Colombes : 0,72%
- Boulogne-Billancourt : 0,67%
- Courbevoie : 0,67%
- La Garenne-Colombes : 0,55%
- Marnes-la-Coquette : 0,54%
- Ville-d'Avray : 0,51%
- Vaucresson : 0,45%
- Garches : 0,44%
- Saint-Cloud : 0,40%
- Neuilly-sur-Seine : 0,19%

Ce département a connu une forte désindustrialisation - due notamment à Renault, Stellantis (ex-PSA), Alcatel, Thalès (ex-Thomson-CSF), Delphi (ex-General Motors)... - mais beaucoup de friches ont été rasées et remplacées par des constructions modernes (bureaux, habitations et même quelques industries liées à l'électronique militaire). L'industrie reste très présente par le biais de sites surtout tertiaires (sièges sociaux, centres de services) ou de centres techniques. Le pôle de La Défense, à cheval sur les communes de Courbevoie, Puteaux et Nanterre, regroupe une très grande quantité de tours de bureaux. La colonisation croissante du département par une population bourgeoise déjà nombreuse s'accentue. Des villes comme Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux ou Levallois-Perret ne sont plus populaires depuis longtemps et le phénomène a gagné Asnières-sur-Seine, Vanves, Montrouge...

On constate un écart manifeste entre les 4,24% de Gennevilliers, ville encore ouvrière et populaire, et les 0,19% de Neuilly-sur-Seine, ville très bourgeoise, mais dans l'ensemble les résultats sont assez faibles et seules quelques communes encore populaires se détachent : le pôle Gennevilliers / Villeneuve-la-Garenne / Clichy au nord, Nanterre à l'ouest et enfin Bagneux et Malakoff au sud. La plupart des listes LO des dernières municipales sont dans ce secteur (toutes les communes sauf Villeneuve-la-Garenne) sauf deux, Colombes et Clamart, qui restent néanmoins au-dessus de la moyenne départementale.

Seine-Saint-Denis (93) : 2,54% dont :

- La Courneuve : 7,00%
- Bobigny : 4,64%
- Villetaneuse : 4,60%
- Pierrefitte-sur-Seine : 4,51%
- L'Île-Saint-Denis : 4,15%
- Aubervilliers : 3,72%
- Saint-Denis : 3,60%
- Pantin : 3,43%
- Drancy : 3,14%
- Saint-Ouen-sur-Seine : 2,99%
- Noisy-le-Sec : 2,84%
- Clichy-sous-Bois : 2,75%
- Romainville : 2,68%
- Montreuil : 2,57%
- Stains : 2,57%

(moyenne départementale 2,54%)

- Bagnolet : 2,53%
- Le Blanc-Mesnil : 2,51%
- Les Lilas : 2,44%
- Vaujours : 2,38%
- Épinay-sur-Seine : 2,35%
- Dugny : 2,30%
- Livry-Gargan : 2,24%
- Le Pré-Saint-Gervais : 2,20%
- Le Bourget : 2,15%
- Bondy : 2,10%
- Sevran : 2,05%
- Noisy-le-Grand : 2,01%
- Neuilly-sur-Marne : 1,89%
- Aulnay-sous-Bois : 1,88%
- Les Pavillons-sous-Bois : 1,82%
- Montfermeil : 1,78%
- Villepinte : 1,77%
- Tremblay-en-France : 1,70%
- Gagny : 1,53%

(moyenne régionale 1,49%)

- Villemomble : 1,28%
- Coubron : 1,22%
- Gournay-sur-Marne : 1,08%
- Rosny-sous-Bois : 1,05%
- Neuilly-Plaisance : 1,03%
- Le Raincy : 0,83%

Dans ce département, les communes ouvrières et populaires sont légion et sont très durement touchées par le chômage et la précarité. De nombreux grands groupes industriels en portent la responsabilité, au premier rang desquels Stellantis (ex-PSA), Alstom, Sanofi... dont un grand nombre de friches sont toujours présentes. Il subsiste de nombreux travailleurs du bâtiment, des transports (l'aéroport de Roissy est un gros employeur direct et indirect), du nettoyage, de l'aide à domicile, du commerce... Dans cet univers il n'y a que quelques communes un peu aisées surtout localisées dans l'est ou le nord-est et une seule est vraiment bourgeoise, Le Raincy. Les communes qui sont limitrophes de Paris ont toutefois souvent entamé un processus de "boboïsation" : le phénomène est moins avancé que dans les Hauts-de-Seine mais devient sensible dans certaines communes comme Montreuil et s'étend à Saint-Ouen, Saint-Denis, Pantin, Les Lilas, Bagnolet... La perte par le PCF d'une ville comme Saint-Denis aux dernières municipales (au profit du PS) en est en partie l'illustration, dans ce département longtemps fief du parti.

Les résultats de LO en pourcentage sont assez importants et pratiquement partout au-dessus de la moyenne régionale, surtout dans le centre et le nord-ouest du département, avec un record de 7% à La Courneuve (contre 0,83% au Raincy), suivi par des scores dépassant les 3% dans 8 autres communes (Bobigny, Villetaneuse, Pierrefitte, L'île-Saint-Denis, Aubervilliers, Saint-Denis, Pantin, Drancy) mais le tout dans un océan d'abstentions parmi ceux qui ont le droit de vote, sans même compter les très nombreux travailleurs immigrés n'ayant pas ce droit. A noter que LO, bien que très loin de la force du PCF, a une présence significative dans ce département où elle a été capable de présenter 19 listes aux deux dernières municipales : toutes sont au-dessus de la moyenne régionale et 12 dépassent la moyenne départementale.

Val-de-Marne (94) : 1,78% dont :

- Valenton : 4,10%
- Bonneuil-sur-Marne : 3,61%
- Villeneuve-Saint-Georges : 3,37%
- Gentilly : 3,19%
- Ivry-sur-Seine : 3,13%
- Vitry-sur-Seine : 2,95%
- Villejuif : 2,75%
- Alfortville : 2,69%
- Le Kremlin-Bicêtre : 2,63%
- Orly : 2,47%
- Choisy-le-Roi : 2,41%
- Champigny-sur-Marne : 2,36%
- Arcueil : 2,36%
- Chevilly-Larue : 2,22%
- Chennevières-sur-Marne : 2,06%
- Thiais : 2,01%
- Ablon-sur-Seine : 2,00%
- Créteil : 1,98%
- Fontenay-sous-Bois : 1,95%
- Limeil-Brévannes : 1,90%
- Fresnes : 1,89%
- Boissy-Saint-Léger : 1,88%

(moyenne départementale 1,78%)

- Noiseau : 1,67%
- Maisons-Alfort : 1,63%
- Villeneuve-le-Roi : 1,61%
- Cachan : 1,51%

(moyenne régionale 1,49%)
- Le Plessis-Trévise : 1,49%
(moyenne régionale 1,49%)

- L'Haÿ-les-Roses : 1,45%
- Joinville-le-Pont : 1,35%
- Villiers-sur-Marne : 1,33%
- Villecresnes : 1,32%
- Mandres-les-Roses : 1,28%
- Charenton-le-Pont : 1,24%
- Le Perreux-sur-Marne : 1,14%
- La Queue-en-Brie : 1,13%
- Saint-Maurice : 1,09%
- Rungis : 0,97%
- Santeny : 0,95%
- Périgny : 0,91%
- Nogent-sur-Marne : 0,90%
- Bry-sur-Marne : 0,88%
- Ormesson-sur-Marne : 0,83%
- Marolles-en-Brie : 0,82%
- Vincennes : 0,77%
- Saint-Maur-des-Fossés : 0,70%
- Saint-Mandé : 0,67%
- Sucy-en-Brie : 0,65%

Le Val-de-Marne est un département où les contrastes sont importants entre des villes encore très ouvrières et populaires (Ivry, Vitry, Villejuif, Gentilly...) et d'autres notoirement très bourgeoises comme Vincennes, Saint-Maur-des-Fossés ou Saint-Mandé. Il y a eu un fort impact de la désindustrialisation, mais il reste d'importantes infrastructures dans les transports (ferroviaire avec Villeneuve-Saint-Georges, aérien avec Orly...), deux sites Sanofi, d'importants hôpitaux, de grosses administrations, sans compter le Marché d'Intérêt National de Rungis... C'est une terre de forte implantation historique du PCF bien qu'il ait beaucoup perdu de plumes et que ses sections locales soient très divisées. LO a ici aussi une présence significative et a su monter 13 listes aux dernières municipales. Les résultats de LO atteignent ou dépassent les 2% dans 17 villes et parmi elles on en note certaines un peu inhabituelles comme Valenton (4,10%), Bonneuil-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne ou Chevilly-Larue, rattrapant voire dépassant certains centres ouvriers historiques. La ville cheminote de Villeneuve-Saint-Georges est également mieux placée que d'habitude.

Essonne (91) : 1,55% dont :

- Fleury-Mérogis : 3,25%
- Grigny : 2,86%
- Villabé : 2,85%
- Corbeil-Essonnes : 2,56%
- Ris-Orangis : 2,54%
- Le Mérévillois : 2,50%
- Les Ulis : 2,48%
- Itteville : 2,47%
- Crosne : 2,45%
- La Ferté-Alais : 2,33%
- Sainte-Geneviève-des-Bois : 2,32%
- Vigneux-sur-Seine : 2,32%
- Ballancourt-sur-Essonne : 2,31%
- Dourdan : 2,28%
- Évry-Courcouronnes : 2,24%
- Lisses : 2,18%
- Épinay-sur-Orge : 2,03%
- Épinay-sous-Sénart : 2,01%
- Montlhéry : 2,01%
- La Ville-du-Bois : 1,99%
- Angerville : 1,95%
- Athis-Mons : 1,86%
- Boutigny-sur-Essonne : 1,85%
- Étampes : 1,78%
- Viry-Châtillon : 1,76%
- Saclay : 1,76%
- Brétigny-sur-Orge : 1,74%
- Étréchy : 1,73%
- Paray-Vieille-Poste : 1,70%
- Saint-Germain-lès-Arpajon : 1,69%
- Morsang-sur-Orge : 1,67%
- Saintry-sur-Seine : 1,66%
- Chilly-Mazarin : 1,64%
- Draveil : 1,62%
- Saint-Pierre-du-Perray : 1,61%
- Montgeron : 1,59%
- Massy : 1,58%

(moyenne départementale 1,55%)
- Yerres : 1,55%
- Longjumeau : 1,55%
- Lardy : 1,55%
(moyenne départementale 1,55%)

- Saint-Michel-sur-Orge : 1,53%
- Breuillet : 1,52%
- Bruyères-le-Châtel : 1,51%
- Arpajon : 1,50%
- Boussy-Saint-Antoine : 1,50%
- Marolles-en-Hurepoix : 1,50%

(moyenne régionale 1,49%)

- Savigny-sur-Orge : 1,39%
- Juvisy-sur-Orge : 1,39%
- Quincy-sous-Sénart : 1,37%
- Marcoussis : 1,35%
- Morangis : 1,34%
- Briis-sous-Forges : 1,33%
- Tigery : 1,26%
- Saulx-les-Chartreux : 1,21%
- Morigny-Champigny : 1,18%
- Le Coudray-Montceaux : 1,14%
- Saint-Vrain : 1,11%
- Orsay : 1,09%
- Gif-sur-Yvette : 1,06%
- Soisy-sur-Seine : 1,06%
- Palaiseau : 1,05%
- Villiers-sur-Orge : 1,05%
- Igny : 1,04%
- Limours : 0,98%
- Brunoy : 0,94%
- Saint-Chéron : 0,94%
- Ballainvilliers : 0,91%
- Mennecy : 0,84%
- Villebon-sur-Yvette : 0,84%
- Bures-sur-Yvette : 0,79%
- Bondoufle : 0,71%
- Verrières-le-Buisson : 0,69%
- Bièvres : 0,66%
- Saint-Germain-lès-Corbeil : 0,62%
- Étiolles : 0,25%

Le département compte certaines usines significatives dans l'aéronautique ou l'électronique (Safran à Évry/Corbeil, X-Fab dernier avatar d'IBM à Corbeil....) ou encore le centre technique de Renault à Lardy actuellement confronté à des suppressions d'emplois massives. L'Essonne (comme la Seine-et-Marne et le Val-d'Oise) compte de nombreuses villes-dortoirs populaires où l'on rencontre les "premiers de corvée" tributaires de transports interminables pour aller au travail à Paris ou dans les départements voisins, par exemple dans toutes les infrastructures gravitant autour de l'aéroport d'Orly, dans les innombrables entreprises de logistique etc. Mais il y a aussi des villes plus aisées peuplées d'ingénieurs et de cadres, en lien avec les entreprises d'électronique militaire ou avec le CEA de Saclay par exemple, et quelques villes très bourgeoises.

Les scores de LO sont modestes mais une bonne partie des meilleurs d'entre eux se concentre dans le secteur d'Évry / Corbeil : Fleury-Mérogis avec un record à 3,25%, Grigny (ville très populaire avec son quartier de la Grande Borne) 2,86%, Villabé, Corbeil-Essonnes, Ris-Orangis, Évry-Courcouronnes, Lisses. On note d'autres scores approchant ou dépassant les 2% aux Ulis (ville populaire tranchant avec ses voisines bourgeoises de la vallée de l'Yvette comme Orsay), dans certaines communes des plateaux dominant la vallée de l'Orge (Sainte-Geneviève-des-Bois, Épinay-sur-Orge, Montlhéry, La Ville-du-Bois), du pourtour de la forêt de Sénart (Vigneux-sur-Seine, Crosne, Épinay-sous-Sénart), de la vallée de l'Essonne (Itteville, Ballancourt-sur-Essonne, La Ferté-Alais). On remarque aussi certaines villes éloignées de Paris et assez isolées comme Le Mérévillois (incluant l'ancien Méréville) et Angerville, toutes deux aux confins du Loiret, ou Dourdan, terminus d'une ligne de RER C.

Corbeil-Essonnes, Les Ulis, Sainte-Geneviève-des-Bois et Vigneux-sur-Seine sont des villes où LO présentait une liste aux dernières municipales, de même que Draveil et Massy qui ont des scores LO un peu au-dessus de la moyenne régionale et départementale.

Yvelines (78) : 1,07% dont :

- Les Mureaux : 3,34%
- Trappes : 3,25%
- Magnanville : 3,23%
- Aubergenville : 2,96%
- La Verrière : 2,70%
- Meulan-en-Yvelines : 2,62%
- Limay : 2,56%
- Bonnières-sur-Seine : 2,46%
- Mantes-la-Ville : 2,11%
- Mantes-la-Jolie : 2,02%
- Coignières : 2,01%
- Gargenville : 1,97%
- Achères : 1,94%
- Issou : 1,92%
- Rosny-sur-Seine : 1,86%
- Ablis : 1,84%
- Porcheville : 1,79%
- Les Clayes-sous-Bois : 1,78%
- Saint-Cyr-l’École : 1,73%
- Ecquevilly : 1,72%
- Conflans-Sainte-Honorine : 1,71%
- Freneuse : 1,70%
- Poissy : 1,60%
- Mézières-sur-Seine : 1,58%
- Houdan : 1,57%
- Chanteloup-les-Vignes : 1,56%
- Villepreux : 1,53%
- Juziers : 1,51%

(moyenne régionale 1,49%)

- Plaisir : 1,37%
- Sartrouville : 1,33%
- Carrières-sous-Poissy : 1,32%
- Guyancourt : 1,29%
- Le Perray-en-Yvelines : 1,29%
- Épône : 1,28%
- Maurepas : 1,25%
- Élancourt : 1,16%
- Saint-Arnoult-en-Yvelines : 1,09%
- Maurecourt : 1,08%

(moyenne départementale 1,07%)
- Vélizy-Villacoublay : 1,07%
- Carrières-sur-Seine : 1,07%
- Triel-sur-Seine : 1,07%
(moyenne départementale 1,07%)

- Les Essarts-le-Roi : 1,04%
- Rambouillet : 1,03%
- Magny-les-Hameaux : 1,02%
- Verneuil-sur-Seine : 1,01%
- Vaux-sur-Seine : 1,00%
- La Celle-Saint-Cloud : 0,99%
- Le Pecq : 0,96%
- Beynes : 0,96%
- Houilles : 0,95%
- Jouy-en-Josas : 0,93%
- Saint-Rémy-lès-Chevreuse : 0,90%
- Fontenay-le-Fleury : 0,89%
- Jouars-Pontchartrain : 0,85%
- Montesson : 0,84%
- Buchelay : 0,84%
- Marly-le-Roi : 0,83%
- Montigny-le-Bretonneux : 0,82%
- Andrésy : 0,80%
- Villiers-Saint-Frédéric : 0,77%
- Villennes-sur-Seine : 0,77%
- Bois-d'Arcy : 0,75%
- Chambourcy : 0,71%
- Chatou : 0,66%
- Le Mesnil-Saint-Denis : 0,65%
- Saint-Germain-en-Laye : 0,62%
- Viroflay : 0,62%
- Vernouillet : 0,62%
- Bougival : 0,61%
- Voisins-le-Bretonneux : 0,56%
- Maule : 0,56%
- Le Mesnil-le-Roi : 0,56%
- Versailles : 0,50%
- Mareil-Marly : 0,49%
- Maisons-Laffitte : 0,47%
- Le Vésinet : 0,47%
- Le Port-Marly : 0,47%
- Orgeval : 0,46%
- Louveciennes : 0,43%
- Le Chesnay-Rocquencourt : 0,42%
- Croissy-sur-Seine : 0,42%
- Feucherolles : 0,41%
- Buc : 0,33%
- Noisy-le-Roi : 0,29%
- Morainvilliers : 0,27%
- Neauphle-le-Château : 0,26%
- Montfort-l'Amaury : 0,25%
- L'Étang-la-Ville : 0,25%
- Bailly : 0,24%
- Saint-Nom-la-Bretèche : 0,00%

Ce département est marqué par le poids important des riches dans la population et il y a pléthore de communes très bourgeoises (Versailles - qui compte quand même un quartier populaire -, Maisons-Laffitte, Le Vésinet, Saint-Nom-la-Bretèche et ses terrains de golf...) Il existe pourtant des îlots de pauvreté et des concentrations ouvrières très notables, surtout dans deux secteurs : la vallée de la Seine d'une part et la communauté d'agglomération (ex-"ville nouvelle") de Saint-Quentin-en-Yvelines (qui n'est pas une commune) d'autre part. Ces deux secteurs sont composites et on y trouve une alternance de villes bourgeoises, intermédiaires et ouvrières. Les 8 villes où LO se présente aux Municipales y sont toutes localisées (6 dans la vallée de la Seine et 2 à Saint-Quentin-en-Yvelines).

L'industrie est dominée par l'avionique et l'électronique militaires et d'autres industries de pointe (depuis le matériel médical jusqu'à l'industrie spatiale), mais la vallée de la Seine est aussi très polarisée par la présence de deux sites majeurs de l'industrie automobile : Stellantis (PSA) à Poissy (flanqué d'un centre de recherche à Carrières-sous-Poissy) et, déclinant, Renault à Flins, ainsi que leurs sous-traitants et quelques autres industries "traditionnelles" comme Fareva (ex-Rochas) en parfumerie à Poissy ou la gigantesque station d'épuration du SIAAP à Achères, la plus grande d'Europe, qui a connu un énorme incendie et une pollution majeure presque passés inaperçus au cœur de l'été 2019. Les Yvelines et notamment Saint-Quentin-en-Yvelines et Vélizy-Villacoublay abritent également de nombreux sièges sociaux de grandes entreprises (Bouygues etc.) ou de certaines de leurs divisions, ainsi que le gigantesque centre technique de Renault à Guyancourt et celui de Stellantis/PSA à Vélizy.

Les résultats électoraux de LO ne sont pas spectaculaires mais les meilleurs scores sont clairement localisés dans les deux grands secteurs populaires. Dans la vallée de la Seine, LO obtient son record aux Mureaux (3,34%) et les autres "bons" scores du secteur sont à Magnanville, Aubergenville, Meulan-en-Yvelines, Limay, Bonnières-sur-Seine, Mantes-la-Ville, Mantes-la-Jolie, Gargenville, Achères, Issou, Rosny-sur-Seine, Porcheville. Les résultats sont un peu moindres dans des villes plus "socialement mixtes" comme Poissy ou Conflans-Sainte-Honorine mais restent au-dessus de la moyenne régionale. Dans le secteur dit de Saint-Quentin-en-Yvelines, le record est à Trappes (3,25%), suivi par La Verrière (Trappes et La Verrière sont les deux villes très ouvrières du secteur), Coignières, Les Clayes-sous-Bois et Saint-Cyr-l'École (qui jouxte la communauté d'agglomération sans en faire partie) et les scores LO restent au-dessus de la moyenne départementale dans plusieurs autres communes du département. Mais LO obtient 0,50% à Versailles, 0,47% à Maisons-Laffitte et a réussi un parfait 0,00% à Saint-Nom-la-Bretèche !

Val-d'Oise (95) : 1,94% dont :

- Taverny : 5,27%
- Bruyères-sur-Oise : 4,05%
- Presles : 3,48%
- Le Thillay : 3,35%
- Bezons : 3,16%
- Argenteuil : 3,07%
- Louvres : 2,98%
- Villiers-le-Bel : 2,91%
- Beaumont-sur-Oise : 2,90%
- Goussainville : 2,80%
- Gonesse : 2,79%
- Persan : 2,73%
- Sarcelles : 2,64%
- Fosses : 2,64%
- Marly-la-Ville : 2,55%
- Garges-lès-Gonesse : 2,51%
- Menucourt : 2,51%
- Survilliers : 2,47%
- Saint-Ouen-l'Aumône : 2,32%
- Pierrelaye : 2,27%
- Jouy-le-Moutier : 2,21%
- Frépillon : 2,14%
- Montigny-lès-Cormeilles : 2,13%
- Cergy : 2,03%
- Magny-en-Vexin : 2,02%
- Méry-sur-Oise : 1,98%

(moyenne départementale 1,94%)

- Courdimanche : 1,90%
- Écouen : 1,88%
- Arnouville : 1,87%
- Montmagny : 1,80%
- Sannois : 1,77%
- Bouffémont : 1,66%
- Bessancourt : 1,65%
- Marines : 1,63%
- Osny : 1,62%
- Pontoise : 1,54%
- Mériel : 1,54%
- Franconville : 1,53%

(moyenne régionale 1,49%)

- Herblay-sur-Seine : 1,48%
- Eaubonne : 1,48%
- Puiseux-en-France : 1,44%
- Domont : 1,43%
- Ézanville : 1,43%
- Montsoult : 1,42%
- Beauchamp : 1,41%
- Soisy-sous-Montmorency : 1,40%
- Éragny : 1,37%
- Ermont : 1,36%
- Saint-Brice-sous-Forêt : 1,35%
- Vauréal : 1,34%
- Groslay : 1,34%
- Le Plessis-Bouchard : 1,33%
- Deuil-la-Barre : 1,29%
- Auvers-sur-Oise : 1,17%
- Saint-Gratien : 1,15%
- Saint-Leu-la-Forêt : 1,10%
- Champagne-sur-Oise : 0,95%
- Cormeilles-en-Parisis : 0,92%
- L'Isle-Adam : 0,84%
- Luzarches : 0,82%
- Enghien-les-Bains : 0,81%
- Montmorency : 0,77%
- Roissy-en-France : 0,77%
- Viarmes : 0,68%
- Saint-Prix : 0,63%

Le Val-d'Oise est un département dont la population et l'urbanisation ne cessent de croître et qui compte nombre de villes-dortoirs comme Garges-lès-Gonesse, Goussainville etc., mais aussi des villes ouvrières plus traditionnelles comme Argenteuil, des villes mixtes, populaires ou aisées dans la vallée de Montmorency et le Parisis et un vaste pôle d'activités autour de l'ancienne "ville nouvelle" de Cergy-Pontoise. Plusieurs villes plutôt bourgeoises s'égrènent plus au nord le long de l'Oise (Auvers-sur-Oise, L'Isle-Adam...), relayées par quelques secteurs ouvriers et populaires (Persan, Beaumont-sur-Oise...) Il existe aussi des petites villes relativement isolées dans le nord-ouest du département (Vexin français...) Dans le Val-d'Oise, les entrepôts logistiques se succèdent dans de nombreuses villes, tandis que l'aéroport de Roissy à la limite est du département est un grand pourvoyeur d'emplois. L'industrie est représentée par l'aéronautique (Dassault Argenteuil), l'électronique (Safran sur plusieurs sites), l'automobile (pièces détachées de Renault près de Cergy, Automotive Exteriors à Marines...), la parfumerie-cosmétiques, l'agroalimentaire et bien d'autres secteurs, mais le géant américain 3M, fabricant de produits adhésifs (Post-It, Scotch...), a détruit près d'un millier d'emplois sur son usine de Beauchamp (fermée), entre Parisis et Vallée de Montmorency, et dans une moindre mesure sur son siège social de Cergy où la carcasse de l'ancienne tour est restée longtemps visible et où un site plus petit est désormais occupé. D'autres usines ont fermé, dont celle du fabricant de caoutchouc industriel Semperit à Argenteuil, ou en 2006 celle du sous-traitant automobile Delphi à Villeron lui-même issu d'une délocalisation de l'ancien General Motors de Gennevilliers, tandis que Sanofi a liquidé son centre de distribution de Marly-la-Ville.

Les communes où LO dépasse les 2% sont nombreuses (25). Si l'on met de côté Presles, petite ville plutôt aisée, et ses 3,48% qui sont peut-être dus à des circonstances particulières :lol: , les autres sont des communes populaires ou "intermédiaires".

Le record, surprenant, est enregistré dans la ville de Taverny (la fermeture de 3M juste à côté y est-elle pour quelque chose ?), avec 5,27%, et dans ce secteur de la Vallée de Montmorency et du Parisis les autres villes les mieux placées sont assez loin derrière ; seules Pierrelaye, Frépillon et Montigny-lès-Cormeilles - la ville de Robert Hue - dépassent les 2%, ce chiffre n'étant pas atteint dans les villes voisines ; quelques-unes restent au-dessus de la moyenne régionale (Montmagny, Sannois, Franconville) mais celles qui ont eu une liste LO aux municipales (Ermont, Eaubonne et Herblay-sur-Seine) sont en-dessous.

Un autre petit groupe de bons résultats concerne Bruyères-sur-Oise (4,05%), Beaumont-sur-Oise et Persan, à la limite du département de l'Oise. On retrouve aussi avec des scores honorables le tandem Bezons / Argenteuil, ainsi que de nombreuses villes du secteur de la plaine de France proches de l'aéroport de Roissy : Le Thillay, Louvres, Villiers-le-Bel, Goussainville, Gonesse, Sarcelles, Fosses, Garges-lès-Gonesse, Survilliers (seule Louvres avait une liste LO aux municipales). De même pour plusieurs communes du secteur de Cergy-Pontoise : Menucourt, Saint-Ouen-l'Aumône, Jouy-le-Moutier et Cergy (ces deux dernières avec une liste LO aux dernières municipales) dépassent les 2% tandis que Courdimanche, Osny et Pontoise restent au-dessus de la moyenne régionale. Même chose pour deux petites villes très isolées au nord-ouest du département : Magny-en-Vexin dépasse les 2% et Marines est au-dessus de la moyenne régionale.

Seine-et-Marne (77) : 1,68% dont :

- Mitry-Mory : 3,83%
- Varennes-sur-Seine : 3,11%
- Savigny-le-Temple : 3,05%
- Nandy : 2,89%
- Villenoy : 2,82%
- Jouarre : 2,70%
- Château-Landon : 2,50%
- Saint-Mard : 2,41%
- Coulommiers : 2,34%
- Champagne-sur-Seine : 2,34%
- Dammartin-en-Goële : 2,29%
- Fontenay-Trésigny : 2,28%
- Mormant : 2,20%
- Nangis : 2,19%
- Othis : 2,18%
- Dammarie-les-Lys : 2,17%
- Gretz-Armainvilliers : 2,14%
- Melun : 2,13%
- La Ferté-sous-Jouarre : 2,07%
- Saint-Pierre-lès-Nemours : 2,02%
- Combs-la-Ville : 1,99%
- Moret-Loing-et-Orvanne : 1,99%
- Noisiel : 1,96%
- Émerainville : 1,94%
- Trilport : 1,93%
- Esbly : 1,90%
- Tournan-en-Brie : 1,89%
- Vert-Saint-Denis : 1,88%
- Brie-Comte-Robert : 1,87%
- Moissy-Cramayel : 1,85%
- Lognes : 1,83%
- Le Châtelet-en-Brie : 1,82%
- Cesson : 1,78%
- Pontault-Combault : 1,77%
- Le Mée-sur-Seine : 1,77%
- Quincy-Voisins : 1,74%

(moyenne départementale 1,68%)

- Provins : 1,65%
- Nemours : 1,64%
- Saint-Soupplets : 1,63%
- Roissy-en-Brie : 1,61%
- Villeparisis : 1,59%
- Thorigny-sur-Marne : 1,59%
- Vaires-sur-Marne : 1,57%
- Montereau-Fault-Yonne : 1,56%

(moyenne régionale 1,55%)

- Meaux : 1,54%
- Nanteuil-lès-Meaux : 1,54%
- Avon : 1,53%
- Saint-Fargeau-Ponthierry : 1,52%
- Chelles : 1,49%
- Mouroux : 1,49%
- Torcy : 1,47%
- Champs-sur-Marne : 1,43%
- Lagny-sur-Marne : 1,42%
- Boissise-le-Roi : 1,42%
- Lieusaint : 1,40%
- La Rochette : 1,35%
- La Ferté-Gaucher : 1,34%
- Saint-Thibault-des-Vignes : 1,30%
- Ozoir-la-Ferrière : 1,29%
- Lizy-sur-Ourcq : 1,29%
- Claye-Souilly : 1,26%
- Vaux-le-Pénil : 1,15%
- Servon : 1,13%
- Montry : 1,10%
- Crégy-lès-Meaux : 1,09%
- Serris : 1,07%
- Saint-Pathus : 1,06%
- Montévrain : 1,02%
- Guignes : 0,99%
- Saint-Germain-sur-Morin : 0,96%
- Courtry : 0,95%
- Moussy-le-Neuf : 0,89%
- Crécy-la-Chapelle : 0,88%
- Bois-le-Roi : 0,79%
- Fontainebleau : 0,67%
- Lésigny : 0,63%
- Bussy-Saint-Georges : 0,54%
- Bailly-Romainvilliers : 0,46%
- Magny-le-Hongre : 0,42%

Ce vaste département très urbanisé sur sa frange ouest mais beaucoup moins ailleurs, compte deux ensembles urbains principaux : au nord, le long de la Marne (Chelles et tout le secteur de Marne-la-Vallée, Meaux) ; et au sud, le long de la vallée de la Seine et de l'Yonne, autour de Melun (jusqu'à la forêt de Sénart), Montereau et Nemours. S'y ajoutent un bout de la plaine de France près de Roissy, la frange ouest de la Brie et, plus à l'est, les petites agglomérations de La Ferté-sous-Jouarre, Coulommiers et Provins.

Les gros employeurs de la région sont l'aéroport de Roissy qui draine le nord-ouest du département, le parc de loisirs Disney de Marne-la-Vallée, et près de Melun le complexe aéronautique de Réau-Villaroche où domine l'usine Safran ex-Snecma (moteurs d'avions) et les grandes zones logistiques de Lieusaint/Moissy-Cramayel, Mitry-Mory/Claye-Souilly, Lognes/Torcy... Il existe d'autres implantations industrielles significatives, par exemple à Montereau (aciérie, câblerie...), Provins (fabricant de verres optiques BBGR), Nemours, Meaux etc. ou, en rase campagne, à Grandpuits (raffinerie Total en cours de fermeture et transformation en site de biocarburants et bioplastiques, usine d'engrais Borealis ex-AZF), ainsi que de multiples sites dans la pharmacie (Cooper Melun...), les cosmétiques (Cosmeva ex-Nivéa à Savigny-le-Temple...), l'agroalimentaire (William Saurin à Saint-Thibault-des-Vignes... mais la sucrerie Tereos à Villenoy a fermé en laissant des terrains pollués à l'arsenic) tandis que le secteur de Marne-la-Vallée abrite aussi de nombreux immeubles de services et des sièges sociaux.

Les meilleurs résultats de LO sont saupoudrés dans différents secteurs. La zone proche de Roissy se distingue, avec un record dans la ville populaire de Mitry-Mory (3,83%) suivie par Saint-Mard, Dammartin-en-Goële et Othis. Même chose dans le sud (secteur de Melun/Sénart-Montereau-Nemours) avec Varennes-sur-Seine (3,11%), Savigny-le-Temple (3,05%), Nandy, Château-Landon (aux confins du Loiret), Champagne-sur-Seine, Dammarie-les-Lys (banlieue ouvrière de Melun), Melun, Saint-Pierre-lès-Nemours, Moret-Loing-et-Orvanne, Vert-Saint-Denis, Moissy-Cramayel, Cesson, Le Châtelet-en-Brie, Le Mée-sur-Seine... (la commune industrielle de Bagneaux-sur-Loing qui n'est pas dans la liste car trop petite, fait même 3,87%). On retrouve des scores notables autour de Meaux à Villenoy (2,82%), Trilport, Esbly et Quincy-Voisins ; à Jouarre et La Ferté-sous-Jouarre ; à Coulommiers ; dans de petites villes du coeur de la Brie à Fontenay-Trésigny, Mormant, Nangis (ces deux dernières proches de la raffinerie de Grandpuits) ; et dans une moindre mesure dans l'ouest de la Brie à Gretz-Armainvilliers, Combs-la-Ville, Tournan-en-Brie, Brie-Comte-Robert, Pontault-Combault, ainsi que dans le secteur de Marne-la-Vallée (où aucune commune n'atteint les 2%) avec Noisiel, Émerainville, Lognes...

Dans ce département, LO a bien augmenté son nombre de listes aux dernières municipales, outre Melun qui était la seule ville avec liste LO la fois précédente il y a eu Chelles, Champs-sur-Marne, Lognes et Montereau-Fault-Yonne, mais hormis Lognes aucune de ces nouvelles villes n'atteint la moyenne départementale.
Plestin
 
Message(s) : 1940
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Lutte Ouvrière dans les Elections Régionales de 2021...

Message par Gayraud de Mazars » 26 Juin 2021, 16:14

Salut camarade Plestin,

Merci sur cette analyse clairvoyante !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1475
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Précédent

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)